Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que peut l’histoire

 | 
Patrick Boucheron

Introduction

Roger Chartier

Texte intégral

1Accueillir ici Patrick Boucheron est pour moi un très grand plaisir. Présenter son œuvre en quelques minutes est un défi impossible que je ne relèverai pas. Trois mots peut-être peuvent en évoquer la puissance et l’acuité. Ville sera le premier. C’est en effet l’histoire d’une cité, Milan aux xive et xve siècles, qui a posé les fondations de son travail d’historien. Dans Le Pouvoir de bâtir, une thèse devenue livre, Patrick Boucheron a suivi, à partir d’un grand travail d’archive, plusieurs histoires : celle du tissu urbain, celle des politiques édilitaires, celle des usages sociaux et politiques des espaces et des monuments. Trois histoires parallèles, donc, mais qui ont des chronologies différentes et peuvent entrer en contradiction lorsque les volontés du pouvoir princier s’opposent aux dynamiques propres du développement urbain. Cette histoire totale d’un grand chantier urbain, depuis l’étude des matériaux et du bâti jusqu’à celle des choix esthétiques et des investissements politiques, a fait de Patrick Boucheron l’un des meilleurs historiens des villes médiévales et modernes, dans et hors d’Italie.

2Mon second mot est indiscipline. Il peut paraître incongru de l’appliquer à un historien qui porte haut, d’interventions en entretiens, la défense et illustration de la discipline qui est notre métier. Mais il me paraît juste pour désigner son écriture : vibrante, énergique, habitée par l’érudition, mais aussi par la passion et l’émotion. Cette écriture ne refuse pas les anachronismes délibérés ou les références contemporaines pour mieux faire comprendre l’étrangeté du passé. Elle croise, dans chacun de ses livres, deux fils narratifs : celui qui déroule l’histoire qu’il faut reconstituer et celui qui dit la difficulté de l’entreprise. Comme le montre son Léonard et Machiavel, Patrick Boucheron s’autorise des libertés inhabituelles dans la discipline : par exemple, combler les silences des archives par la construction d’un récit plausible, ou probable – en ce cas, celui d’une rencontre entre les deux hommes, que n’atteste aucun document. C’est cet écart par rapport aux règles que je nomme indiscipline. Il montre ce que la connaissance historique peut attendre d’un usage raisonné de l’imagination en même temps qu’il indique, comme en négatif, les limites, ou les fragilités du discours de l’historien.

3Un dernier mot, le plus important sans doute : république. De livre en livre, de Lorenzetti à Machiavel, de la fresque du bon (et du mauvais) gouvernement au livre du Prince, Patrick Boucheron s’est fait l’historien de la chose publique, de la res publica, dans une Italie médiévale et renaissante hantée par la peur de la tyrannie – celle des seigneurs, destructeurs des libertés communales – et par l’obsession des malheurs du temps. Notre propre temps est traversé par d’autres peurs, qui risquent de faire perdre pied à la République. C’est comme citoyen et comme historien que Patrick Boucheron, dans ses derniers livres, Prendre dates et L’Exercice de la peur, voudrait aider à conjurer nos effrois. Il nous invite à l’exercice de la veille en citant Pétrarque qui cite saint Paul : « ne nous endormons pas, comme font les autres, mais restons éveillés ». L’exercice est difficile, parfois douloureux. Il oblige de rompre avec les fausses questions, les certitudes trop vite acquises, les habitudes ensommeillées. Mais la tâche n’est pas impossible pour qui possède le savoir et l’énergie qu’elle requiert.

4C’est pourquoi, Patrick Boucheron, je suis heureux de vous accueillir ce soir dans cette maison. Ce que peut l’histoire est le titre que vous avez choisi pour votre leçon inaugurale.

Auteur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Écrit et cultures dans l’Europe moderne »

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540