Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Formiae (Formia)

Localisation inconnue (Formia). Augusta, Patria (temple unique  ?)

Jean-Claude Lacam

Texte intégral

1Une inscription (fig. 82), mentionnant une prêtresse d’Augusta et Patria, fut découverte en 1967 durant des travaux de construction à l’angle de la via Rubino et de la Via XXIV magio, c’est-à-dire à environ 300 mètres de la zone supposée du forum. L’inscription figure sur un cippe de marbre blanc (d’une hauteur totale de 115 cm, d’une largeur de 78 cm et d’une profondeur de 69 cm), sur le dessus duquel on peut encore observer les traces de fixation d’une statue. Le texte est gravé à l’intérieur d’un cadre ; la hauteur des lettres, au dessin élégant, varie entre 4 et 6 cm. Une telle découverte ne nous permet cependant pas de connaître dans quel sanctuaire cette prêtresse d’Augusta et Patria officiait.

Fig. 82

Fig. 82

Localisation inconnue (Formia). Augusta, Patria (temple unique ?). Inscription sur cippe de marbre (photo P. Caprio).

® DR

Sources épigraphiques

2Zambelli 1970, 72 ; AE 1971, 79a ; Arnaldi 2007, 90-91, nt 32 ; Arnaldi à paraître2.

Cassiae
Corneliae
C(aii) f(iliae) Priscae c(larissimae) f(eminae)
Aufidi Frontonis co(n)s(ulis),
pontificis, proco(n)s(ulis)
Asiae,
patroni col(oniae) uxori,
sacerdoti Augustae
et Patriae, Formiani
publice pro splendore
munificentiae eius.

« À Cassia Cornelia Prisca, fille de Gaius, femme très illustre, épouse d’Aufidius Fronto, pontife, consul, proconsul d’Asie, patron de la colonie, prêtresse d’Augusta et Patria. Les habitants de Formies aux frais de la cité en remerciement de la grandeur de sa munificence. »

  • 1 Zambelli 1970, 74-75 ; Mathieu 1999, 168-169 nt 61 ; Arnaldi 2007, 83-84 et 91 nt 33.

3La prêtresse ici honorée ne nous est connue qu’en tant qu’épouse de M. Aufidius Fronto, personnage cité par Dion Cassius (Dion Cassius, 79, 23) qui fut consul en 199 ap. J.-C., puis proconsul en Asie à l’époque d’Élagabal1.

  • 2 Geiger 1913 ; Cogitore 2000.
  • 3 Zambelli 1970, 76-77 ; Zucca 1998, 54, n. 21.
  • 4 Mathieu 1999, 168-169 nt 61.
  • 5 Arnaldi 2007, 84.

4L’inscription frappe par le caractère inhabituel du culte conjoint auquel il est fait allusion. Si le culte de l’impératrice, vivante ou divinisée après sa mort, est bien attesté2, l’association avec celui de Patria est inconnue : ce culte d’Augusta et Patria n’était vraisemblablement pas un culte officiel de l’État romain. Patria était surtout vénérée dans les contrées de langue grecque ; l’on a ainsi pu supposer abusivement que Cassia Cornelia Prisca aurait été prêtresse dans une cité de l’Orient hellénistique, sans doute à Éphèse, capitale de la province gouvernée par son mari3. Pourtant, l’inscription ne mentionnant aucunement ni Éphèse, ni aucun autre nom de cité, il faut considérer que la prêtrise mentionnée concerne la cité où fut érigée la base, c’est-à-dire Formies, dont Cassia Cornelia Prisca aurait été originaire4 (AE 1979, 79). Du reste, comme le rappelle A. Arnaldi5, nous ne connaissons aucun exemple de charge religieuse détenue dans une province par l’épouse ou une parente du gouverneur. Nous ne possédons, quoi qu’il en soit, aucun autre indice de l’existence d’un tel culte à Formies et la localisation du sanctuaire s’avère donc impossible. L’on peut simplement supposer que ce culte était desservi par des prêtresses de rang plus illustre que celles qui honoraient seulement Augusta.

  • 6 Zambelli 1970, 75 ; Arnaldi 2007, 85.
  • 7 Arnaldi 2007, 84.

5La référence à M. Aufidius Fronto permet de dater l’inscription du iiie s., plus précisément sans doute du règne d’Élagabal ou du début de celui de Sévère Alexandre6. Augusta pourrait renvoyer à Iulia Domna, épouse de ce dernier empereur7.

Bibliographie

Arnaldi 2007: A. Arnaldi, «Sacerdozi municipali a Formiae», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1999), 7, Marina di Minturno, 2007, 81-93.

Cogitore 2000: I. Cogitore, «Les honneurs italiens aux femmes de la famille impériale de la mort de César à Domitien», in M. Cébeillac-Gervasoni, Les Élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien entre rupture et continuité. Classes sociales dirigeantes et pouvoir central. Actes du Colloque de Naples, 6-8 février 1997, Rome, 2000, 237-266.

Geiger 1913: F. Geiger, De sacerdotibus Augustorum municipalibus, Halle, 1913.

Mathieu 1999: N. Mathieu, Histoire d’un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain. iis. av. J.-C. – iiis. ap. J.-C., Rennes, 1999.

Zambelli 1970: M. Zambelli, «Iscrizioni di Formia», Epigraphica, 32, 1970, 72-79.

Zucca 1998: R. Zucca, «Le basi onorarie di Formiae», Formianum, Atti del Convegno di studi sull’antico territorio di Formia (1996), 4, Marina di Minturno, 1998, 49-56.

Notes

1 Zambelli 1970, 74-75 ; Mathieu 1999, 168-169 nt 61 ; Arnaldi 2007, 83-84 et 91 nt 33.

2 Geiger 1913 ; Cogitore 2000.

3 Zambelli 1970, 76-77 ; Zucca 1998, 54, n. 21.

4 Mathieu 1999, 168-169 nt 61.

5 Arnaldi 2007, 84.

6 Zambelli 1970, 75 ; Arnaldi 2007, 85.

7 Arnaldi 2007, 84.

Table des illustrations

Titre Fig. 82
Légende Localisation inconnue (Formia). Augusta, Patria (temple unique ?). Inscription sur cippe de marbre (photo P. Caprio).
Crédits ® DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable