Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Formiae (Formia)

Localisation inconnue (Formia). Aedes Neptuni

Jean-Claude Lacam

Texte intégral

1En 1840, fut retrouvée dans le lieu-dit Mamurrano, à 5 km à l’est de Formies environ, une inscription (fig. 81) mentionnant un temple dédié à Neptunus. Elle se trouve actuellement dans le jardin de la villa Rubino de Formies. Il s’agit d’un bloc de travertin de 130 cm de largeur et 61,5 cm de hauteur, assez endommagé et partiellement restauré. La localisation du temple mentionné s’avère cependant très délicate.

Fig. 81

Fig. 81

Localisation inconnue (Formia). Aedes Neptuni. Inscription sur un bloc de travertin (Arnaldi 1994, 28).

© DR

Sources épigraphiques

2CIL X, 6104  ; Giglioli 1973, 8-9  ; Luisi 1975, 44  ; Gascou 1984, 105  ; Arnaldi 1994  ; Arnaldi à paraître2.

M(arcus) Caelius M(arci) l(ibertus) Phileros accens(us)
T(iti) Sexti imp(eratoris) in Africa ; Carthag(ine) aed(ilis), praef(ectus)
i(ure) d(icundo) uectig(alibus) quinq(uennalibus) locand(is) in castell(is) LXXXIII,
aedem Tell(uris) s(ua) p(ecunia) fec(it)  ; IIuir Clupiae bis ; Formis
August(alis) aedem Nept(uni) lapid(ibus) uari<i>s s(ua) p(ecunia) ornau(it).
Fresidiae N(umerii) l(ibertae) Florae uxori, uiro opseq(uentissimae).
Q(uinto) Octauio (Gaiae) l(iberto) Antimacho karo amico.

« Marcus Caelius Phileros, affranchi de Marcus, accensus de Titus Sextius, imperator en Afrique, édile à Carthage, préfet iure dicundo pour affermer les impôts quinquennaux dans les quatre-vingt-trois hameaux, fit construire à ses frais un temple de Tellus ; deux fois duumuir à Clupea ; Augustalis à Formies, il fit orner à ses frais le temple de Neptunus avec différents marbres. À sa femme Flora Fresidia, affranchie de Numerius, très obéissante à son mari. À son cher ami, Quintus Octauius Antimachus, affranchi de Gaia. »

  • 1 Luisi 1975, 44-56 ; Gascou 1984, 105-120 ; Arnaldi 1994, 27-28 ; Arnaldi à paraître2.

3Il s’agit de l’épitaphe de deux personnages, Fresidia Flora et Q. Octauius Antimachus, respectivement épouse et ami de M. Caelius Phileros, lui-même affranchi (dont le nom apparaît dans une autre inscription : CIL VIII, 26274) qui fit graver l’inscription. Celui-ci rappelle ici le rôle qui fut le sien dans la suite de Titus Sextius, les magistratures municipales qu’il occupa en Afrique, la charge obtenue à Formies où il se retira ensuite, ainsi que les munificences publiques par lesquelles il se distingua1. La référence à Titus Sextius, imperator connu de l’époque césarienne, fournit une indication chronologique permettant de dater approximativement cette inscription de la fin du ier s. av. J.-C., datation que confirme l’examen des caractéristiques paléographiques.

  • 2 Arnaldi 1994, 29.
  • 3 Arnaldi à paraître2.

4Cette inscription représente non seulement l’un des tout premiers documents épigraphiques attestant le sacerdoce des Augustales, mais elle constitue aussi un précieux témoignage sur l’existence d’un temple de Neptunus à Formiae à la fin du ier s. av. J.-C. Il n’y a rien de surprenant à ce qu’un tel culte ait été un des cultes officiels d’une cité maritime comme Formiae. Cette divinité est d’ailleurs vénérée dans beaucoup de centres littoraux latio-campaniens et lucaniens2. M. Caelius Phileros aurait manifesté par l’embellissement du temple de Neptunus l’heureuse protection que ce dieu avait accordée à ses activités commerciales maritimes3.

Sources archéologiques

  • 4 Semple 1932, 613.
  • 5 Arnaldi 1994, 29.
  • 6 Ciccone 1990, 85.
  • 7 Longo 2009, 120.

5La localisation de l’aedes Neptuni mentionnée dans l’inscription s’avère problématique. Nous savons que les édifices sacrés voués à cette divinité s’élevaient fréquemment sur des promontoires4 ; on pourrait donc s’attendre, comme le fait remarquer A. Arnaldi5, à retrouver des traces de ce temple plutôt à Gaète, sur la Punta dello Stendardo, qui ferme le golfe du même nom. S. Ciccone, pour sa part, croit reconnaître ce temple de Neptunus dans les structures d’époque romaine découvertes à Formies sous le Palais Castelmola6 ; ces structures s’élèvent sur un soubassement hexagonal et sont presque totalement entourées par la mer. Quant à P. Longo7, il propose de le situer sous l’une des églises médiévales de Gaète, sans fournir davantage d’arguments ou de précisions.

  • 8 Mesolella 2000a, 90.
  • 9 Mesolella 2000a, 110, nt 38.

6D’autre part, G. Mesolella8 signale la possible appartenance au temple de Neptunus d’un chapiteau en marbre blanc figurant un coquillage, utilisé comme remploi à l’intérieur de la cathédrale de Gaète, tout en faisant remarquer9 qu’il ne s’agit que d’une hypothèse qui, par ailleurs, pose quelques problèmes de datation (le chapiteau daterait du premier tiers du ier s. ap. J.-C.) et même s’inscrit en faux contre la tradition décorative (car l’on pourrait s’attendre à ce que le coquillage soit associé à des motifs ordinairement utilisés dans les sanctuaires de Neptunus, tels que le trident ou le dauphin). Ce chapiteau pourrait provenir en réalité d’une villa maritime.

Bibliographie

Arnaldi 1994: A. Arnaldi, «L’iscrizione ‘CIL X 6104’ e il culto di Nettuno a Formiae», Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (1994), 2, Marina di Minturno, 1994, 27-31

Arnaldi à paraître2: A. Arnaldi, «Il culto imperiale a Formiae», Formianum, Atti del Convegno di Studi sull’antico territorio di Formia (2002), 10, Marina di Minturno, à paraître.

Ciccone 1990: S. Ciccone, «La residenza dei Caetani di Castelmola a Formia», in R. Lefevre (éd.), Palazzi baronali del Lazio, Rome, 1990, 85-102.

Gascou 1984: J. Gascou, «La carrière de Marcus Caelius Phileros», Antiquités africaines, 20, 1984, 105-120.

Luisi 1975: A. Luisi, «Il liberto Marco Celio Filerote, magistrato municipale», Atene e Roma, 20, 1975, 1-2, 44-56.

Longo 2009: P. Longo, «Iscrizioni edite e inedite da Gaeta», in Theodor Mommsen e il Lazio antico. Giornata di Studi in memoria dell’illustre storico, epigrafista e giurista, Terracina, 3 aprile 2004, Rome, 2009, 119-150.

Mesolella 2000a: G. Mesolella, «Capitelli corinzieggianti di Formia, Gaeta, Minturno», Formianum, Atti del Convegno di Studi sui giacimenti culturali del Lazio meridionale (1997), 5, Marina di Minturno, 2000, 83-113.

Semple 1932: E.C. Semple, The Geography of the Mediterranean region, Londres, 1932.

Notes

1 Luisi 1975, 44-56 ; Gascou 1984, 105-120 ; Arnaldi 1994, 27-28 ; Arnaldi à paraître2.

2 Arnaldi 1994, 29.

3 Arnaldi à paraître2.

4 Semple 1932, 613.

5 Arnaldi 1994, 29.

6 Ciccone 1990, 85.

7 Longo 2009, 120.

8 Mesolella 2000a, 90.

9 Mesolella 2000a, 110, nt 38.

Table des illustrations

Titre Fig. 81
Légende Localisation inconnue (Formia). Aedes Neptuni. Inscription sur un bloc de travertin (Arnaldi 1994, 28).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable