Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Formiae (Formia)

Localisation incertaine (Formia). Fortuna

Jean-Claude Lacam

Texte intégral

1Deux inscriptions attestent que Fortuna était vénérée sur le territoire de Formies mais la localisation du lieu de culte demeure incertain.

Sources épigraphiques

2a. Gasperini 2000, 39-41.

  • 1 Gasperini 2000, 39-41.

La première inscription fut découverte dans le lieu-dit Ponzanello, dans la propriété Di Nucci-Angelico1. Elle figure sur un fragment d’albâtre constituant l’angle inférieur gauche d’une plaque (fig. 79). La plaque portait initialement des traces de mortier, signes de son remploi dans une structure quelconque.

[?] [---]
Fort[---]
d(ono) d(edit / ederunt) [---]
« [- - -] offrit (offrirent ?) en don à Fort(una) [- - -] ».

Fig. 79a

Fig. 79a

Localisation incertaine (Formia). Fortuna (a). Inscription sur un fragment d’albâtre (Gasperini 1997, 39).

© DR

Fig. 79b

Fig. 79b

Localisation incertaine (Formia). Fortuna (a). Fac-simile (Gasperini 1997, 40).

© DR

  • 2 Gasperini 2000, 40.

3Cette inscription, très lacunaire (puisque nous ne possédons que le début du théonyme, vraisemblablement au datif, et la formule dédicatoire traditionnelle abrégée), pose bien des questions : quel(s) étai(en)t le(s) donateur(s) ? Le théonyme était-il accompagné d’une épiclèse ? S’agissait-il d’une épiclèse traditionnellement attribuée à Fortuna ou d’une épiclèse originale correspondant à un culte local de cette divinité ? L’épiclèse Primigenia ne serait pas impossible, si l’on en croit L. Gasperini2, dans la mesure où il existe une autre dédicace de Formies (cf. inscription b.) faisant allusion à la genesi deae Fortunae, c’est-à-dire peut-être à la naissance de Fortuna Primigenia.

  • 3 Gasperini 2000, 41.

4La localisation du lieu de culte de Fortuna demeure quoi qu’il en soit incertaine, puisque la plaque sur laquelle est gravée l’inscription fut utilisée comme remploi. Son lieu de découverte, sur les hauteurs au nord-est de Formies, peut néanmoins faire songer à un sanctuaire d’altitude, à condition que la plaque gravée ait été réutilisée dans un environnement proche de son lieu d’origine3.

5L’étude paléographique du fragment le fait, semble-t-il, remonter à l’époque tardo-républicaine. Cette inscription constitue le premier témoignage du culte de Fortuna à Formies.

6b. AE 2000, 121-122, n. 291 ; Solin 2000, 1004.

La seconde inscription mentionnant Fortuna figure sur un épistyle de marbre blanc, quelque peu endommagé, aujourd’hui placé dans un jardin situé entre la via Vitruvio et le mur de Nerva (fig. 80).

Fig. 80

Fig. 80

Localisation incertaine (Formia). Fortuna (b). Dessin de l’inscription sur épistyle (Solin 2000, 1005).

© DR

7Cet épistyle a pour dimensions 0,25 m de hauteur, 1,25 m de longueur et 0,25 m d’épaisseur. La hauteur des lettres, un peu plus petites sur la première ligne de l’inscription, varie entre 4 et 6 cm. Les mots sont séparés par des hederae distinguentes de tailles différentes (Solin 2000, 1003-1009).

Genesi deae Fortunae Vibius Felicissimus
ex uoto faciundum curauit con(sensu) r(ei) p(ublicae).
« Au jour anniversaire (du temple) de Fortuna, Vibius Felicissimus s’occupa de faire construire [ceci] conformément à son vœu avec le consentement de ses concitoyens. »

8Cette dédicace émane d’un certain Vibius Felicissimus, personnage qui ne nous est pas connu, mais dont le gentilice est fort répandu à Formies et Minturno. Il s’agit probablement d’un notable local.

9Nous avons sans doute affaire ici à une inscription à caractère public, qui se trouvait dans le centre urbain de Formiae, ce que suggèrent à la fois le lieu dans lequel elle est conservée (à condition qu’il soit identique au lieu de découverte), la formule et enfin la forme du support. Il pourrait s’agir de l’épistyle d’un lieu de culte, sans doute un sacellum de petites dimensions dédié à la déesse Fortuna, par Vibius Felicissimus, un possible notable local.

  • 4 Solin 2000, 1006.

10Le premier mot du texte possède un sens bien mystérieux4. Genesis revêt deux acceptions distinctes en latin. L’une, que l’on retrouve chez Pétrone, Juvénal et Suétone (Petr. 39, 8 ; Juv. 6, 579 ; 14, 248 ; Suet. Vesp. 14) mais aussi dans bien des inscriptions funéraires, est à rejeter dans ce contexte : il s’agit de la « position des étoiles par rapport à la naissance », question inappropriée s’agissant d’une déesse. L’autre sens est celui de « génération », « création », et dans cette perspective, il peut se référer à la divinité. Il est à noter que cette dernière acception n’est attestée que pour la latinité tardive, en référence au Christ.

  • 5 Cf. Wissowa 1912, 379.
  • 6 Gasperini 2000, 40.

11Pour autant, une allusion à la « naissance » de la déesse ne saurait être considérée comme impossible, soit qu’elle renvoie à l’apparition d’une nouvelle Fortuna – dont on connaît la multiplicité des épiclèses et dont le culte, on l’a vu, était pratiqué à Formies au moins depuis l’époque républicaine –, soit qu’elle témoigne de la fréquente identification de Fortuna à Isis dont le culte exploite largement l’idée de renaissance, soit encore qu’elle se rapporte à l’un des dies natales de la déesse, métonymie qui désigne (par exemple chez Varr., L. 6, 17 et en référence aux genesia des empereurs divinisés5) les jours où fut consacré un temple à la déesse (l’un de ces jours aurait alors été choisi pour la consécration du sacellum de Formies). L. Gasperini6 y voit pour sa part une allusion à la naissance de Fortuna Primigenia.

12Par ailleurs, il est à noter qu’ici Fortuna porte l’épithète dea, pour laquelle il n’existe sur le territoire italien que trois attestations épigraphiques (CIL VI, 178 ; 30876 ; XIV, 2568).

  • 7 Solin 2000, 1008-1009.

13Nous sommes confrontés à une nouvelle difficulté, à la fin de l’inscription, avec la mention con r p, qui ne permet pas un déchiffrage immédiat. H. Solin7 suggère de lire con(sensu) r(ei) p(ublicae) ou con(sentiente) r(e) p(ublica). Mais il faut dans ce cas supposer, pour donner sens à cette association de termes inattendue, que res publica se réfère à la population de la cité au sens large, acception nouvelle que revêt précisément l’expression à partir de Constantin, voire dès le iiie s. ap. J.-C.

  • 8 Solin 2000, 1004.
  • 9 Solin 1996, 164-165.

14Il est, de fait, envisageable de dater l’inscription de l’époque impériale avancée, si l’on en croit la disposition du texte un peu négligée, avec une deuxième ligne un peu décalée par rapport à la première, caractéristique fréquente dans les documents épigraphiques de cette période. La forme des lettres, d’ailleurs, correspond à une période qui va de la seconde moitié du iiie s. jusqu’au début du ive s. ap. J.-C. (AE 2000, 122). Le contenu du texte lui-même nous invite à cette datation tardive, du fait de l’absence du prénom du dédicant dans la formule onomastique, de l’emploi du mot genesis dans l’acception qu’on a dite, ou encore de l’usage de l’abréviation con qui démontre un travail épigraphique moins scrupuleux amenant à pencher pour le Bas-Empire. À cet égard, l’orthographe archaïsante faciundum pour faciendum ne doit aucunement déconcerter, dans la mesure où on la rencontre encore en plein Empire chrétien8. Une datation tardive enfin n’est pas en désaccord avec l’hypothèse que le support permet de formuler : H. Solin9, qui a étudié le corpus épigraphique de Formies, remarque en effet que l’usage du marbre d’importation – qui ne saurait surprendre dans le cas d’une cité ouverte sur la mer – a prévalu sur celui du calcaire, pierre locale, à partir du iie s. ap. J.-C., du moins en ce qui concerne les inscriptions touchant au centre urbain lui-même, car le calcaire pouvait encore avoir cours sur le reste de son territoire.

Bibliographie

Gasperini 2000: L. Gasperini, «Il culto della dea Fortuna nel Formiano», Formianum, Atti del Convegno di Studi sui giacimenti culturali del Lazio meridionale (1997), 5, Marina di Minturno, 2000, 39-41.

Solin 1996: H. Solin, «Appunti sulla produzione epigrafica di Formiae», Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Acta Instituti Romani Finlandiae, 15, Rome, 1996, 155-186.

Solin 2000: H. Solin, «Fortuna a Formia», in G. Paci (éd.), Epigraphai. Miscellanea epigrafica in onore di Lidio Gasperini, Tivoli, 2000, 1003-1009.

Wissowa 1912: G. Wissowa, Religion und Kultus der Römer, Munich, 1912.

Notes

1 Gasperini 2000, 39-41.

2 Gasperini 2000, 40.

3 Gasperini 2000, 41.

4 Solin 2000, 1006.

5 Cf. Wissowa 1912, 379.

6 Gasperini 2000, 40.

7 Solin 2000, 1008-1009.

8 Solin 2000, 1004.

9 Solin 1996, 164-165.

Table des illustrations

Titre Fig. 79a
Légende Localisation incertaine (Formia). Fortuna (a). Inscription sur un fragment d’albâtre (Gasperini 1997, 39).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 79b
Légende Localisation incertaine (Formia). Fortuna (a). Fac-simile (Gasperini 1997, 40).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 80
Légende Localisation incertaine (Formia). Fortuna (b). Dessin de l’inscription sur épistyle (Solin 2000, 1005).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable