Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Formiae (Formia)

Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue

Jean-Claude Lacam

Texte intégral

  • 1 De’ Spagnolis 2012.

1À 250 m de la cité d’Itri, à mi-hauteur du monte Grande, à proximité de l’église médiévale de S. Cristoforo, ont été récemment mis au jour des vestiges archéologiques (fig. 71) qui, selon M. De’ Spagnolis1, sont à mettre en relation avec l’existence d’un temple qui pourrait avoir été consacré à Hercules. Il s’agit de murs de terrassement, de citernes, mais aussi de matériel qui pourrait révéler l’existence d’un dépôt votif, non encore découvert. Trois blocs de calcaire formant un petit escalier étaient porteurs d’une inscription (fig. 72), ne mentionnant malheureusement pas le nom de la divinité de ce supposé lieu de culte.

Fig. 71

Fig. 71

Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Plan général du site (De’ Spagnolis 2012, 438).

© DR

Fig. 72

Fig. 72

Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Marches gravées (De’ Spagnolis 2012, 442).

© DR

Sources épigraphiques

2De’ Spagnolis 2012, 441-442.

M(arcus) Allius L(uci) F(ilius) L(ucius) Allius P(ubli) F(ilius)
curat(ores) peq(uniae) colu(mnas ?), gradus
et pauimentum faciundum.

« Marcus Allius, fils de Lucius, Lucius Allius, fils de Publius, curatores du trésor, ont fait faire des colonnes, un escalier et un pavement. »

  • 2 De’ Spagnolis 2012, 441.

3Cette inscription, qui mentionne des magistrats, fait à l’évidence allusion à un édifice public, vraisemblablement un lieu de culte. Les personnages cités ici, qui ne sont pas connus par ailleurs, appartiennent à la gens Allia bien attestée en Italie et notamment dans la proche cité d’Alatri. Il s’agirait, selon M. De’ Spagnolis2 des curatores du temple qui font mémoire d’une activité d’aménagement architectural du sanctuaire, pour laquelle ils ont puisé non pas dans leurs ressources personnelles, mais dans le trésor sacré.

4Une première datation a pu être proposée pour cette inscription, en l’attente d’études plus poussées : elle remonterait à la fin du iie s. ou à la première moitié du ier s. av. J.-C.

Sources archéologiques

Structures

5Le temple lui-même, en l’absence de fouilles systématiques dans toute la zone, n’a pas été retrouvé. En revanche a pu être identifiée une vaste plate-forme rectangulaire (dont les dimensions supposées sont 80 m de longueur et 50 m de largeur), soutenue par des murs de terrassement en opus polygonal (fig. 73). Ces murs sont conservés au sud sur une longueur de 9,50 m, à l’est sur une longueur de 62 m ; la hauteur du mur méridional est de 1,20 m. Un autre mur délimite l’aire au nord sur une longueur de plus de 50 m avec de nombreuses traces d’opus incertum. Ont été aussi dégagés les restes d’une zone pavée de gros blocs rectangulaires ainsi que quatre marches (dont trois portant l’inscription mentionnée ci-dessus ; fig. 72) formant un petit escalier (qui a pu être placé ailleurs) ; nous ne savons pas si ces marches appartenaient au stylobate du temple ou à l’escalier permettant d’accéder à l’aire sacrée.

Fig. 73

Fig. 73

Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Dessin des murs de terrassement (De’ Spagnolis 2012, 439).

© DR

  • 3 De’ Spagnolis 2012, 440.

6Dans la zone interne aux murs de terrassement, les fouilles ont révélé la présence de murs perpendiculaires, dont deux (de 2 m de long et 2,50 m d’épaisseur) semblent délimiter une pièce (fig. 74). M. De’ Spagnolis3 suppose qu’il s’agissait de l’une des pièces d’un portique (attesté sans doute par la présence d’un nombre important de tuiles et de clous ainsi que par l’existence d’un pilier massif à l’extrémité sud-est de ce supposé portique). Subsistent d’ailleurs les vestiges d’une colonne.

Fig. 74

Fig. 74

Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Plan de la zone du portique (De’ Spagnolis 2012, 440).).

© DR

  • 4 De’ Spagnolis 2012, 441.

7Au nord-ouest, il semblerait qu’une ouverture ait été pratiquée dans le terrassement, ce qui, selon M. De’ Spagnolis4, révélerait l’existence à proximité d’une route antique (attestée par d’autres témoignages dans la vallée en contrebas de ce supposé lieu de culte).

8À brève distance de l’angle sud-est de la plate-forme se trouvent enfin deux citernes (d’environ 10 m de longueur, 5 ou 6 m de largeur et 3 m de profondeur) qui ont subi une réfection à l’époque médiévale.

  • 5 De’ Spagnolis 2012, 442.

9M. De’ Spagnolis5 affirme que ces structures pourraient remonter au milieu du iie s. av. J.-C., époque d’intense activité édilitaire comme en témoignent de nombreux sanctuaires italiques. À l’époque tardo-républicaine a pu intervenir une monumentalisation de la zone sacrée, avec la réalisation d’un portique. C’est sans doute à ce moment qu’il faut rapporter la construction des colonnes, de l’escalier et du pavement mentionnés dans l’inscription.

  • 6 De’ Spagnolis 2012, 442.

10Reste que la divinité titulaire de ce supposé lieu de culte n’est pas connue. Selon M. De’ Spagnolis6, il pourrait s’agir d’Hercules et elle fournit à ce sujet deux arguments. D’une part, ce lieu de culte était situé sur une voie de transhumance et aurait pu jouer un rôle dans le commerce du bétail et celui du sel et l’on sait qu’Hercules patronnait bien souvent de telles activités. D’autre part, la présence toute proche de l’église S. Cristoforo confirmerait une telle identification de la divinité honorée dans le sanctuaire car l’on trouve en Italie de nombreuses églises vouées à ce saint édifiées sur de précédents lieux de culte dédiés à Hercules.

Mobilier

11Sur les lieux, non in situ, ont été retrouvés des tessons de céramique à vernis noir et deux fragments d’ex-votos en terre cuite représentant la tête creuse d’un bovin.

12A aussi été découvert, dans le mur oriental de terrassement, un fragment de marbre (de 40 cm de longueur, 38 cm de largeur et 40 cm de hauteur) appartenant à une statue drapée (fig. 75), à la jambe droite fléchie. D’autres objets ou fragments d’objets ont été mis au jour datant surtout du ier s. ap. J.-C. : pâtes de verre, coquillage de plomb et monnaies parmi lesquelles un triobole de Neapolis en argent (datable de 310-300 av. J.-C.) et un as de Tibère. Ces deux monnaies prouvent que le sanctuaire était actif au moins dès la fin du ive s. av. J.-C., activité qui pourrait être mise en relation avec la construction de la uia Appia, et qu’il le resta au moins jusqu’au ier s. ap. J.-C.

Fig. 75

Fig. 75

Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Fragment de statue (De’ Spagnolis 2012, 440).

© DR

Bibliographie

De’ Spagnolis 2012: M. De’ Spagnolis, «Itri (Latina). La scoperta del Santuario di Ercole in località S. Cristoforo», Lazio et Sabina, 8. Atti del Convegno «Ottavo Incontro di Studi sul Lazio e la Sabina», Roma, 30-31 marzo, 1er aprile 2011, Rome, 2012, 435-444.

Notes

1 De’ Spagnolis 2012.

2 De’ Spagnolis 2012, 441.

3 De’ Spagnolis 2012, 440.

4 De’ Spagnolis 2012, 441.

5 De’ Spagnolis 2012, 442.

6 De’ Spagnolis 2012, 442.

Table des illustrations

Titre Fig. 71
Légende Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Plan général du site (De’ Spagnolis 2012, 438).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 72
Légende Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Marches gravées (De’ Spagnolis 2012, 442).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 73
Légende Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Dessin des murs de terrassement (De’ Spagnolis 2012, 439).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 74
Légende Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Plan de la zone du portique (De’ Spagnolis 2012, 440).).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 75
Légende Itri. S. Cristoforo, loc. Divinité inconnue. Fragment de statue (De’ Spagnolis 2012, 440).
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/4261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable