Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fana, templa, delubra. Corpus dei luoghi di culto dell'Italia antica (FTD) - 4

 | 
Cristina Ferrante
, 
Jean-Claude Lacam
, 
Daniela Quadrino

Fundi (Fondi)

Fondi. Monte Rotondo. Lieu de culte ?

Jean-Claude Lacam

Texte intégral

  • 1 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 285-294.

1Sur le tracé de l’antique uia Flacca, à la pointe nord-ouest du Monte Rotondo, ont été identifiés les vestiges d’un grand ensemble architectural, à demi enfouis dans la végétation, qui pourraient appartenir à un lieu de culte dont il n’est pas possible de définir la divinité titulaire. Ont aussi été mis au jour sept cippes gravés1. La uia Flacca passait juste devant ce supposé sanctuaire.

Sources archéologiques

2L. Quilici et S. Quilici Gigli décrivent une façade en opus polygonal de calcaire de 3,50 m de hauteur et 44 m de long, prolongée sur 6 m par une structure en opus incertum. À l’angle nord de la façade, sur l’un des blocs parallélépipédiques, est représenté un phallus en relief. La terrasse s’étend sur 32,50 m de profondeur et se termine par une construction en opus incertum faite de deux murs juxtaposés de 1,10 m d’épaisseur chacun et 6 m de hauteur. À l’intérieur se trouvent quatre pièces (7,90 m de longueur, 2,80 m de largeur et 4,30 m de hauteur au sommet de la voûte) que jouxte une citerne. Un couloir en opus polygonal, qui n’est plus visible aujourd’hui mais est attesté sur des photos anciennes, devait mener à l’intérieur du supposé sanctuaire. Ces vestiges datent vraisemblablement de la fin du iie ou début du ier s. av. J.-C. (Quilici, Quilici Gigli 2012b, 292). L’organisation de l’ensemble, sa monumentalité ainsi que l’absence de structures sur la terrasse sont retenues par L. Quilici et S. Quilici Gigli comme des indices d’un lieu de culte.

3À peu près au milieu du côté sud, se trouvent sept grands cippes en calcaire déterrés et disposés en apparent désordre (les archéologues italiens rappellent qu’il peut y en avoir d’autres enfouis). Ils sont quasiment tous identiques, parallélépipédiques, d’une hauteur variant entre 1,28 et 1,45 m, d’une largeur de 0,31 ou 0,55 m. Ils semblent avoir été enterrés sur un tiers de leur longueur. Au haut de la face principale, sont gravées élégamment sur tous les cippes les lettres P. F. (hautes de 12 à 13 cm), séparées par un signe de division en triangle. Ces cippes pourraient être des bornes de délimitation, mais l’on peut difficilement penser à une délimitation territoriale car il n’y a pas d’indication gromatique. Un rapprochement avec l’inscription pub. mun. fund. (CIL X, 6245) permet à L. Quilici et S. Quilici Gigli de proposer la restitution suivante: p(ublicum) mun(icipii) F(undanorum). Il n’est évidemment pas certain que ces cippes ne proviennent pas d’ailleurs, mais s’ils n’ont pas été déplacés, il pourrait s’agir des bornes de délimitation du supposé lieu de culte.

Bibliographie

Quilici, Quilici Gigli 2012b: L. Quilici, S. Quilici Gigli, «Organizzazione del territorio a Fondi, tra bonifiche e romanizzazione», Atlante tematico di topografia antica, 22, Rome, 2012, 155-310.

Notes

1 Quilici, Quilici Gigli 2012b, 285-294.

Auteur

Maître de conférences en histoire ancienne. Paris I (Panthéon-Sorbonne)

© Collège de France, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable