Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complexité-Simplexité

 | 
Alain Berthoz
, 
Jean-Luc Petit

Avant-propos

Jean-Luc Petit

Texte intégral

  • 1 Alain Berthoz, La Simplexité, Odile Jacob, 2009.

1Lorsqu’en 2009 Alain Berthoz avance l’idée de la simplexité1 – propriété fondamentale du vivant de pouvoir inventer des solutions simples aux problèmes que la complexité du réel pose pour sa survie –, l’accueil est aussitôt enthousiaste, quoiqu’en dehors des sciences de la vie et de la part de disciplines au statut épistémologique non exempt de controverse, comme les sciences de la gestion des entreprises, celles de la conception architecturale des bâtiments publics ou encore les sciences – en perpétuelle réforme – de l’éducation.

2Silence en revanche – assez compréhensible devant le défi qui leur était lancé – du côté des idéologues propagandistes de la complexité : nouveau paradigme alternatif par rapport au paradigme traditionnel de la réduction du complexe au simple, habituellement associé au nom de Descartes.

3Mais, quelle serait la réaction de ceux qui traitent effectivement de complexité en sciences de la vie, parce que – mathématiciens géomètres ou mathématiciens probabilistes, informaticiens ou roboticiens –, ce sont eux qui élaborent des modèles théoriques assez puissants pour simuler le comportement des systèmes complexes de l’organisme vivant, à quelque niveau d’organisation qu’on l’analyse, de la biochimie moléculaire des cellules nerveuses au comportement et à la cognition et, de là, à l’écologie et jusqu’à l’évolution ?

4C’est en vue d’une réponse à cette question décisive pour la thèse de la simplexité que nous avons organisé les 23 et 24 Mai 2012, à la Fondation Hugot du Collège de France, un séminaire réunissant les théoriciens engagés dans la modélisation du vivant qui voulaient bien se prêter à un exercice assez peu fréquent en contexte académique : la critique épistémologique des propositions de l’ouvrage de leur pair, La Simplexité.

5Le présent volume ne se contente pas de recueillir les articles issus des communications à ce séminaire, mais sous le titre Complexité-Simplexité il a été conçu comme un volume compagnon de l’ouvrage d’Alain Berthoz – ce qui veut dire qu’il vise à replacer, au sein du débat théorique entre spécialistes de la modélisation des systèmes complexes, un texte plutôt orienté en apparence vers le public général. Les phénomènes qualifiés de simplexes ne sont-ils que l’énumération rhapsodique de dispositifs ou de mécanismes dépourvus d’unité intégrative ? Ou manifestent-ils, au contraire, l’exigence d’une nouvelle théorie de la simplexité du vivant qui puisse être confrontée aux théories existantes des systèmes complexes et, éventuellement, offrir une alternative à ces théories ?

6Le lecteur sera sans doute agréablement surpris de voir que la mise en discussion d’une pareille question, loin de prêter à la polémique stérile et au repli identitaire de chaque spécialiste sur son domaine d’expertise, aura donné l’occasion aux théoriciens de développer une riche variété de propositions d’interprétation sympathique de cette propriété du vivant : la simplexité, en laquelle chacun retrouvait une ressource des systèmes complexes qui, sans être tout à fait absente de l’horizon des recherches en cours, sans nécessairement révolutionner l’approche de la complexité du vivant et de son environnement, méritait au moins une attention plus focalisée que celle qu’on lui avait jusqu’à présent accordée.

7Jean-Luc Petit

Notes

1 Alain Berthoz, La Simplexité, Odile Jacob, 2009.

© Collège de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable