Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complexité-Simplexité

 | 
Alain Berthoz
, 
Jean-Luc Petit

V. Les architectures du vivant

Le concept du monospace : la simplexité dans la construction architecturale

Jérôme Brunet et Olivier Contré

Texte intégral

Bref aperçu de l’histoire des typologies hospitalières.

1Depuis la construction des premiers hospices du xve siècle, l’architecture hospitalière n’a cessé d’évoluer à des rythmes plus ou moins lents, plus ou moins effrénés. Mais si, pour chaque grande époque traversée, elle associe une image, ce n’est pas tant aux architectes et à leur créativité qu’elle le doit, qu’aux évolutions de la société et du rapport que l’hôpital entretient avec cette dernière.

2Trois temps forts ont ainsi marqué l’évolution du monde hospitalier. Le temps où il ne faisait qu’accueillir l’indigent. Le temps où il accompagnait le malade vers la mort. Et le temps, beaucoup plus récent, et toujours d’actualité, où il porte l’ambition de mener le patient à la guérison. À l’aube du xixe siècle, l’univers des hospices devient réellement univers hospitalier et, à partir de ce moment-là, l’architecture hospitalière se dessine, de plus en plus spécifique, pour suivre l’évolution des modes de prise en charge des malades comme des avancées scientifiques, médicales et technologiques. Le rythme de ses évolutions typologiques s’accélère.

Figure 1. Histoire de la typologie hospitalière

© BSA, dessin : Jacques Lévy-Bencheton.

3Ce n’est qu’au début du xxie siècle que le « monospace », développé en précurseur par l’agence d’architecture Brunet Saunier, a fait son apparition. Ce concept novateur, que traduit une forme simple de « plaque homogène creusée de patios », est aujourd’hui plébiscité par les utilisateurs des premiers hôpitaux réalisés suivant ses principes (Douai, Chalon, Toulon, Chambéry). Tant et si bien, d’ailleurs, que certains architectes n’hésitent plus à le prendre pour modèle. Mais encore faut-il en maîtriser parfaitement les fondements, pour mieux les nourrir et les adapter aux contextes.

Pratiques hospitalières : tendances

4La course effrénée des évolutions hospitalières n’est sans doute pas prête de s’interrompre.

5Pour répondre aux politiques de santé qui se succèdent – privilégiant un temps les équipements locaux, un autre les centres régionaux ; favorisant un temps le secteur public, un autre le secteur privé, quand elles ne tentent pas de les réunir pour partie ; imaginant de nouveaux modes de prise en charge des patients en vertu de préoccupations médicotechniques, par souci d’économie, par émois humanitaires et/ou culturels ; instaurant de nouveaux modes de tarification des actes ; qui tentant (ou pas) d’anticiper l’avenir.

6Les décisions ne manquent pas, et pourtant l’hôpital – même neuf – semble toujours à la limite de ses capacités. Toujours dans l’attente d’une nouvelle greffe pour étendre son plateau technique, avec un nouveau bloc, une nouvelle imagerie, pour créer un nouveau service de pointe, pour modifier le confort de ses chambres, les modes de prise en charge, etc.

En quête d’humanité

7Depuis une (ou deux) décennies, le vocable des programmes hospitaliers a été quelque peu modifié. La machine à soigner escomptant devenir un lieu de vie.

8Un lieu de vie ouvert sur la ville, ouvert à la culture. Avec des gabarits appropriés à une juste intégration urbaine. Avec une accessibilité facilitée par les transports en commun. Avec des « portes » et des parcours clairement identifiés. Avec des espaces paysagers qui invitent la population à la promenade, des activités annexes commerciales et/ou événementielles censées l’attirer en dehors de toute pratique médicale et, a minima l’accompagner lors de ses rendez-vous répétés (ou non) et séjours médicaux.

9Un lieu de vie encore où patients et visiteurs sont accueillis et, au-delà, « reçus » avec bienveillance et « hospitalité ». Où les halls d’accueil prennent de l’amplitude, en hauteur ou en longueur, et s’offrent des espaces plus ou moins dilatés, plus ou moins intimistes, pour assumer la diversité des contacts.

10Entre hospitalité et confort hôtelier, il n’y a qu’un pas que les nouveaux équipements ambitionnent également de franchir. Les chambres s’agrandissent, s’individualisent, s’ouvrent à la vue et à la lumière. Les unités d’hébergement se dotent de « salons de vie » pour que familles et patients puissent se réunir dans un environnement « domestique ».

Plaidoyer pour un équipement durable

11Les rédactions des programmes récents font également valoir des approches environnementales, des caractéristiques durables. Rares, cependant, sont celles qui contraignent les projets par une rigoureuse démarche HQE (Haute Qualité Environnementale).

12Mais, à n’en pas douter, le grand thème de ce plaidoyer n’est autre que l’évolutivité des lieux. Une évolutivité consciente des enjeux qu’elle induit. Toujours affirmée. Parfois confirmée. Dès lors que les fonctions et leurs technicités ont été conçues « démontables », « échangeables ». Dès lors que le bâti est en mesure, par ses qualités spatiales structurantes, d’assumer l’ensemble des inévitables réformes.

13Lorsqu’il ne fait pas l’objet d’un groupement de coordination sanitaire de plusieurs territoires de santé, l’hôpital d’aujourd’hui est idéalement concentré en un lieu unique.

14Idéalement puisque la mutualisation favorise une prise en charge globale du patient et permet une mise en commun de moyens médicaux, logistiques et techniques pour atteindre une plus grande efficacité.

15Dans l’hôpital opèrent près de cent cinquante services très différents, parfois complémentaires, parfois indépendants, et, naturellement, les notions de « regrouper », « mutualiser », « rationaliser » et « améliorer la prise en charge » sont au cœur de la réflexion stratégique des établissements de santé.

16C’est la première contrainte fonctionnelle que le bâtiment hospitalier d’aujourd’hui doit résoudre : être le lieu unique de la coexistence d’une multitude de disciplines hétéroclites.

17Il n’y a pas de programme aussi pluriel que celui-ci et on peut imaginer, outre la nécessité que le patient soit au cœur de sa problématique, qu’il soit aussi le haut lieu de la fonctionnalité et de l’évolutivité.

18Les progressions rapides de la médecine, des technologies médicales, des politiques de santé et de la pénurie des personnels de soins font de cette activité un bouillon en perpétuelle effervescence.

19Ainsi, le programme de l’hôpital n’est jamais gravé dans le marbre et « toute nouvelle forme est générée par ce qui a existé avant et par le niveau de connaissance atteint au moment de la conception », avance Christiane Coudrier, directeur général du CHU de Nantes.

20Cette pluridisciplinarité bouillonnante des fonctions hospitalières fait de l’édifice, de facto, l’endroit de tous les possibles et rend sa conception particulièrement aiguë puisque, malgré cette mobilité, chaque situation et chaque arrêt sur décision conduit l’architecte à proposer un plan, réglé avec une précision d’horloger, sans contraindre l’avenir.

21C’est à cet exercice que l’agence BSA se soumet en se gardant bien d’introduire d’autres aspérités fonctionnelles aux principes fondamentaux de l’hôpital.

Le monospace : une typologie simplexe au service de l’évolutivité

22Un concept de l’évolutivité. Qui en a cherché tous les outils. Qui refuse toute logique, toute prérogative de l’instant t, privilégiant celles de demain, celles que l’on ne connaît pas encore. Qui éconduit toute approche trop fine de l’ergonomie, plaidant au contraire pour des lieux adaptables, « interchangeables », que les utilisateurs apprennent à apprivoiser.

23Qui va dans le sens de l’histoire de la médecine et de la technologie, et acceptera que dans le futur, « l’image » se fasse au pied du lit du patient, les opérations dans des blocs éclatés. Qui soutient l’idée que l’hôpital est un ensemble unique, capable de permettre une totale fusion entre le plateau technique et l’hébergement – une forme unitaire et homogène, presque anodine pour ne jamais subir l’avenir et au contraire toujours l’anticiper.

24Cette forme se traduisant par une compacité singulière, avec un bâtiment le plus souvent long et plat qui a valeur de grande plaque creusée de patios.

25Une forme simple donc, qui, en gérant, disciplinant et maîtrisant la complexité présente et à venir des lieux, réussit à s’imposer de nature « simplexe ».

26Il ne s’agit pas d’un concept formaliste, qui imposerait un ordre exogène à l’architecture, mais d’une démarche analytique et sensible qui permet de transformer la complexité d’un programme et d’un site en un résultat clair et lisible.

27Il ne consiste pas à exacerber l’apparente complexité de la fonction comme pouvait y inviter le mouvement « form follows function » de l’architecte américain Louis Sullivan, ou à en ajouter d’autres par négation avec une approche déconstructiviste, mais il propose une architecture évidente, à la physionomie simple, qui, au-delà du minimalisme, se revendiquerait tout simplement durable.

28Ce qui est évident devrait se dispenser de preuve et pourtant ses principes conceptuels méritent d’être expliqués et peuvent illustrer, s’il en est besoin, la simplexité selon le professeur Alain Berthoz. Le moyen est donc simplexe à plus d’un titre.

Figure 2. Centre hospitalier de Marne-la-Vallée.

© Photo : 11h45.

29Pour illustrer ces propos, l’hôpital de Marne la Vallée s’implante sans équivoque au milieu de son site, tout simplement pour croitre dans toutes les directions. Le bâtiment est bas, parce qu’il est plus aisé de s’étendre dans ces conditions. Le bâtiment est de forme élémentaire, parce qu’il est le résultat formel d’une organisation systématique de son programme, ce systématisme étant un gage de sa flexibilité. Le bâtiment est blanc, puisque personne ne peut ni n’a besoin de lui attribuer d’autres couleurs, tout simplement parce qu’il n’est probablement pas aujourd’hui celui qu’il sera demain.

  • 1 Paul Valéry, Mauvaises pensées et autres (1942), in Œuvres, tome II, Gallimard, ‘Bibliothèque de La (...)

30« Ce qui est simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. », écrivait Paul Valéry en 1942 dans Mauvaises pensées et autres1.

31Simplifier ne consiste pas dans le cas présent à négliger la diversité mais, bien au contraire, à supprimer tout ce qui n’est pas essentiel afin d’offrir un cadre libre à la diversité.

32C’est la recherche d’un ordre, d’une harmonique, d’une mélodie secrète qui convoite une forme de vérité inhérente au programme et qui, à l’écart des tendances gesticulaires et temporelles, cherche à organiser utilement l’insaisissable évolution du monde hospitalier.

33Alain Berthoz nous apprend que la biologie, la physiologie et les neurosciences ont établi l’existence de processus élégants, rapides, efficaces pour l’interaction du vivant avec le monde. Que ces processus ne sont pas simples, mais élaborent des solutions, des comportements rapides, fiables, qui tiennent compte de l’expérience passée et qui anticipent sur les conséquences futures de l’action.

34Un lien avec le concept architectural peut être proposé.

35Certes, résoudre, parcelle par parcelle de plan, les exigences fines de chaque unité sans se soucier des voisines semblerait être la démarche la plus précise mais, en réalité, cela conduirait à un canevas complexe, inflexible et, en définitive, imprécis et piégeant.

36L’objectif, par une approche plus globale, est plutôt de concevoir des principes évolutifs capables d’éviter ces blocages en empruntant des détours comme ceux qu’expose brillamment Alain Berthoz dans son livre.

37L’histoire de l’hôpital a montré que les contraintes d’un moment, aussi considérables soient-elles, disparaissent avec le temps pour en laisser d’autres s’imposer.

38Les monospaces sont des bâtiments « futuribles », qui apportent cette liberté suffisante aux métamorphoses et offrent un site à la prospection hospitalière.

39Ainsi, l’incertitude est bien la seule matière fiable que le concept du monospace hospitalier a vocation à gérer, et il peut revendiquer être dans cette anticipation dont la simplexité se prévaut.

Le concept en quelques points.

40Alors, quelle forme donner à l’insaisissable ?

41Si la flexibilité recherchée est synonyme d’éphémère, l’architecture qui la permet est bien présente et doit durer.

42Certes, les exemples des centres hospitaliers de Toulon, Chalons, Lagny, Belfort/Montbéliard, Chambéry témoignent de quelques dérogations au regard du concept générique, de quelques confrontations – avec des sites contraints par une forte densité urbaine, une importante déclivité du terrain, une réglementation sismique. Mais tous, respectent les fondements d’une compacité durable.

43Une compacité qui se caractérise essentiellement par un rigoureux maillage. Lequel fédère toute l’organisation des lieux et identifie des « parcelles génériques », auxquelles il se défend toutefois d’attribuer une quelconque affectation définitive. Leurs combinatoires se livrant inépuisables – à l’instar d’un Rubik’s cube – et leurs frontières étant inexistantes.

44Si ce maillage n’est pas sans rappeler celui qui gère les plans orthonormés de la ville de New York, du quartier de Mirail à Toulouse ou de l’université de Berlin, il se dessine quant à lui tridimensionnel – avec une trame générale de 7,50 x 7,50 et une hauteur optimale à 4,20m. Avec une composition en plateaux stratifiés banalisant les points de structure suivant un système classique de poteaux poutres. Avec une fonctionnalité « hospitalière » optimisée par le développement d’une double circulation. Double, pour irriguer deux univers, l’un « fermé et protégé », et l’autre « ouvert et non protégé » – pour que les flux médico-techniques et publics n’interfèrent pas.

Figure 3. Grille de New York.

© BSA, dessin : François Gallet.

45Cette double circulation pouvant encore décliner ses avantages en favorisant l’installation « d’un itinéraire bis ». Pour autoriser notamment la fermeture d’un secteur satisfaisant des impératifs d’exploitation médicale ou économique (secteur qui pourrait être alors assimilé à une jachère en attente d’une nouvelle affectation), à moins qu’il ne s’agisse d’organiser des travaux d’adaptation. Traversé longitudinalement par deux axes donc, chaque plateau est encore irrigué par des transversales. À la croisée de ces artères se hissent, en toute logique fonctionnelle, les liaisons verticales identifiées comme – « les troncs » – d’une arborescence de distribution. Laquelle permet une juste répartition des espaces servants, avec, en partie centrale, la zone tampon public/médical et, en périphérie, les zones nobles, avec d’un côté les espaces publics, et de l’autre les espaces médicaux.

46Pour conforter l’évolutivité du concept, acquise en trois dimensions, une enveloppe unitaire et homogène, à l’instar de la forme qu’elle habille, s’impose. Une enveloppe continue, démontable et extensible, dont les châssis se livrent fixes, ouvrants et interchangeables, grâce à une technicité réfléchie et appropriée. Une enveloppe qui peut ainsi conserver son écriture quelles que soient les modifications spatiales opérées par l’équipement et qui, en aucun cas, ne doit s’interrompre au risque de briser la chaîne qui discipline l’évolutivité du monospace.

47Ce concept est, à n’en pas douter, un tout. Ce sont tout à la fois sa compacité, sa stratification, son maillage, son arborescence et son enveloppe unitaire qui le caractérisent. Qu’une seule de ces composantes fasse défaut et le processus de l’évolutivité, si complexe à mettre en œuvre, s’en trouve anéanti.

Identités contextuelles

48Si le concept du monospace privilégie une démarche typologique – et non architecturale –, s’il ne subit pas une écriture, force est de constater, projets réalisés à l’appui, qu’il s’écrit néanmoins. Avec force. Avec un vocable univoque. Mais un vocable qui se décline pour mieux s’adapter au contexte.

49Le monospace, par son échelle, qu’il soit en cœur de ville, en périphérie urbaine ou en rase campagne se livre toujours conséquent. Il devient repère majeur du territoire. Pour s’y ancrer sans traumatisme, il doit trouver les moyens de le respecter, développer les outils lui permettant de s’y fondre. En minimisant son gabarit, il ne dénature pas le skyline ambiant. En déroulant des façades unitaires et homogènes, il déjoue l’échelle des lieux. En leur faisant refléter l’environnement immédiat, il se rend évanescent. Mais s’il recherche une certaine discrétion, il se refuse néanmoins à la banalisation.

50Aboutissement d’un concept qui contient en lui-même son évolution, le monospace n’érige pas ses applications en archétypes universels. Ses vertus sont ailleurs ; elles résident dans sa capacité à s’adapter, au cas par cas, aux multiples et mouvantes contraintes de sites et de programmes. Il est un concept pluriel régi par la diversité et la flexibilité. Il ne se veut donc en aucun cas modèle.

51Il s’inscrit dans une logique de simplexité en ce qu’il est porteur d’un principe qui permet d’organiser la complexité en fonction d’un certain nombre de choix. C’est donc toujours avec grande délicatesse, et même tendresse, que ses façades content une histoire, celle du site qui l’accueille. Mais, territoriale ou déterministe, cette empreinte ne prétend pas relever de l’univers artistique. Elle se réclame avec humilité d’une démarche rationnelle que nourrit un discours.

Notes

1 Paul Valéry, Mauvaises pensées et autres (1942), in Œuvres, tome II, Gallimard, ‘Bibliothèque de La Pléiade’, 1960, p. 864

Auteurs

Agence Brunet Saunier Architecture, 17 rue Dupetit-Thouars 75003 Paris
Agence Brunet Saunier Architecture, 17 rue Dupetit-Thouars 75003 Paris

© Collège de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable