Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complexité-Simplexité

 | 
Alain Berthoz
, 
Jean-Luc Petit

V. Les architectures du vivant

Concevoir l’architecture : entre complexité et simplexité

L’exercice de la pensée, des chemins d’espace (dans une faculté d’architecture)

Jean-Pierre Couwenbergh et Jan Godyns

Texte intégral

  • 1 Projeter des processus, c’est mettre aussi l’accent sur l’aspect cognitif des exercices. La signifi (...)
  • 2 Art du projet.

1Concevoir l’architecture est un processus complexe qui implique, au-delà de sa mise en forme, la prise en compte de multiples facteurs d’ordres physiques, psychologiques, sociologiques, historiques, culturels, économiques, écologiques. Face à cette réalité, la question qui se pose à nous comme enseignants est de savoir comment permettre aux étudiants d’aborder cette complexité et de la rendre accessible graduellement ou par aller-retour, sans risquer de la faire disparaître par excès de simplification. Notre intervention se situe dans l’atelier de Moyens d’expression, qui est un lieu d’expérimentation permettant aux étudiants de pratiquer et de représenter l’espace, d’identifier des processus, afin de pouvoir les projeter1 ensuite dans le cadre de l’atelier de Projet d’architecture qui constitue le cœur de l’enseignement en architecture. L’objectif de cette contribution est de proposer quelques réflexions sur la nature complexe de l’architecture et de présenter une série d’expériences et d’outils pédagogiques (l’axonométrie, l’amalgame, le dessin déambulatoire, le chrono-photo-montage…) portant sur l’expérience spatiale, sa transcription et le pouvoir heuristique de cette transcription, afin de faire transparaître que la simplexité constitue une notion nouvelle pour appréhender la complexité de la projetation2 en architecture mais aussi une manière élégante d’individuation de l’étudiant.

1. Introduction

1.1. Complexité de l’architecture et de son enseignement

  • 3 G. Germann, Vitruve et le vitruvianisme, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 1992.
  • 4 G. Grassi, L’Architecture comme métier et autres écrits, Wavre, Éditions Mardaga, 1995.
  • 5 F. Neumeyer, 1996, Mies van der Rohe : Réflexions sur l’art de bâtir, Paris, Le Moniteur, 1996.
  • 6 Architecture d’aujourd’hui, juillet 1989, no 263, Aldo Rossi : portrait, projets et réalisations.
  • 7 L. Kahn, Silence et Lumière, Choix de conférences et d’entretiens 1955-1974, Paris, éditions du Lin (...)

2Située aux confins de l’art et de la technique, l’architecture est une discipline complexe, qui doit embrasser à la fois des aspects techniques, fonctionnels et esthétiques, comme l’a très bien défini, dès le ier siècle avant J.-C., l’architecte romain Vitruve dans son traité De architectura, via sa célèbre triade : firmitas (solidité), utilitas (commodité) et venustas (beauté)3. Cette définition initiale, dont les principes sont restés stables à travers le temps, n’épuise pas le sujet, qui s’est développé depuis dans d’autres dimensions par des architectes non moins célèbres comme Le Corbusier (« l’architecture est le jeu savant, correct et magnifique, des volumes sous la lumière »4), Ludwig Mies van der Rohe (« l’architecture est toujours la volonté de l’époque traduite dans l’espace, et rien d’autre »5), Aldo Rossi (« l’architecture est une création inséparable de la vie et de la société dans laquelle elle se manifeste »)6, Louis Kahn (« l’architecture constitue le seuil entre le silence et la lumière »7), etc. Cette grande diversité des définitions illustre l’aspect multidimensionnel de l’architecture.

3Concevoir l’architecture est aussi un processus complexe, qui implique, au-delà de sa mise en forme, la prise en compte de multiples facteurs d’ordres physiques, psychologiques, sociologiques, historiques, culturels, économiques, écologiques… Face à cette réalité, le rationalisme, les sciences déterministes et les procédés simplificateurs hérités du xviie siècle ne sont plus vraiment adaptés à notre manière de penser l’architecture. Pour appréhender cette complexité, l’architecte est en effet amenée à faire des allers et retours incessants entre certitude et incertitude, entre l’élémentaire et le global, entre le séparable et l’inséparable. Le processus de conception qui en résulte n’est plus strictement linéaire (input-traitement-output), mais fonctionne comme un réseau où l’ensemble des informations à intégrer au projet coévolue, se répond et se complète. Dans ce contexte, il est important que l’architecte s’intéresse d’abord aux inputs et au processus, plutôt que de tenter avant tout à définir les outputs souvent déjà prévisibles dans son esprit.

  • 8 J.-P. Durand et al., Enseigner l’architecture en 1er cycle : Écoles d’architecture Rhône-Alpes, Lyo (...)
  • 9 Voir ci-dessous le paragraphe 3.3 : « Conclusion des expériences : le “regard” des étudiants est en (...)
  • 10 Voir ci-dessous le paragraphe 3.1 : « Introduction : notion d’instrumentalisation dans l’enseigneme (...)

4Si concevoir l’architecture est un processus complexe, l’un des rôles essentiels de l’enseignement de l’architecture, et du « projet » en particulier, consiste en l’approche de cette complexité. La question qui se pose est de savoir comment permettre aux enseignants d’aborder cette complexité et de la rendre accessible aux étudiants graduellement ou par allers et retours, sans risquer de la faire disparaître par excès de simplification8. Plusieurs types d’enseignements entrent bien sûr en ligne de compte dans cette démarche. En ce qui nous concerne, à savoir l’atelier de Moyens d’expression, nous travaillons principalement par expérimentations, en nous attachant en particulier à l’appréhension de l’espace par le corps et à son expression par le dessin9. Faire percevoir, analyser, comprendre et ressentir l’espace, en d’autres termes le faire vivre pleinement, et pouvoir représenter ces processus, constituent les objectifs de notre enseignement. Plutôt que d’attaquer les choses de front, nous avons pris, depuis plusieurs années, des chemins détournés, par mise en place d’instrumentalisations10 pédagogiques, pour amener les étudiants à donner du sens à ce qu’ils apprennent. C’est déjà une forme de simplexité.

1.2. L’architecture, une expression de la culture11

5De la simple habitation aux grands projets de prestige, l’architecture est présente au quotidien dans la vie de tous. Elle reste cependant encore peu prise en considération à sa juste valeur tant par le grand public que par les décideurs, et cela malgré la loi sur l’architecture du 3 janvier 197712, qui faisait de l’architecture une « expression de la culture » et la déclarait « d’utilité publique ». En tant qu’enseignants, nous avons ainsi un rôle essentiel à jouer afin de susciter le désir d’architecture. Il peut s’amorcer en établissant, dans un premier temps, des liens entre les gens en partant de nos étudiants vers le grand public.

  • 13 Architecture, considérée ici dans le sens, la plus large et le plus concret, de « ce qui est constr (...)

6Comme enseignants, nous sommes, de par notre fonction, en contact avec un grand nombre d’étudiants, soit autant de personnalités en devenir. Nos propos prennent des formes différentes en fonction du nombre d’étudiants à qui nous nous adressons. Les différentes adaptations selon les activités d’enseignement (atelier, cours ex cathedra, exercices, exposés, voyages d’étude, etc.) créent différents types d’échanges, de modalités d’échanges. Progressivement, les étudiants enrichissent leurs moyens de s’exprimer, d’interpeller, de partager. Ils communiquent entre eux au sujet de leur enseignement. Dans l’école, avec leurs condisciples, ils se donnent les moyens de comprendre mieux, de questionner, de mieux se questionner. À l’extérieur de l’école également, aux amis, à la famille, aux parents, ils racontent. Une fluidité s’installe entre toutes ces personnalités, entre des entités de gens qui entrent en contact par le fil particulier de l’architecture (de son enseignement). L’ensemble des étudiants en architecture constitue une entité de jeunes qui, en ce qui concerne l’espace, est privilégiée. Appartenant évidemment à un ensemble plus vaste, nous pourrions considérer une autre entité nommée « grand public » (hors étudiants en architecture), qui, dans la vie courante, est, sinon intéressée, tout au moins en contact avec l’architecture13. On peut imaginer que les parents d’étudiants en architecture seront davantage sensibilisés à leur environnement construit ou/et expriment déjà un intérêt pour les maisons, la décoration, la beauté de tel ou tel bâtiment public, etc.

7Beaucoup de professionnels sont concernés par l’architecture et participent à l’édification de bâtiments (architectes, urbanistes, ingénieurs, anthropologues, sociologues, philosophes, entrepreneurs, ouvriers, promoteurs, fonctionnaires publics, etc.) et participent tous activement à son développement culturel. Ils participent tous, à leur manière, à son enseignement dans la société. Certains même professent dans une école d’architecture. Nous pourrions qualifier cet entité de « spécialistes », en référence à leur mission de penser l’enseignement dans ce domaine très vaste, à cibler, à conceptualiser et à partager leurs expériences de terrain, de professionnels avec des jeunes.

8L’architecture dont nous parlons est à considérer comme l’objet du lien entre les gens. C’est le Lien, aussi multiple que diversifié que l’on puisse imaginer, contenant tous les types de relations possibles avec son environnement, avec les personnes.

9Ce qui paraît intéressant de conscientiser, ce sont les connections entre ces entités définies de Grand public, d’Étudiants, de Spécialistes et de l’Architecture.

2. La complexité dans le rapport à l’espace ?

2.1. La Rencontre : exposé d’une scène imaginaire où chacun vit ce qui lui plait

10Pour aborder le concept de complexité et le rapport à l’espace, partons d’une scène banale : la rencontre de deux personnes. Les questions qui se posent sont de savoir d’abord qui est réellement concerné dans la rencontre, puis de quoi est-elle constituée, et ensuite comment la caractériser. Pourrions-nous définir l’Espace de cette rencontre ? Ou encore, faudrait-il plutôt parler de Lieu ou même d’Architecture ?

11Imaginons donc la situation suivante :

Une rencontre où nous sommes deux dans un espace donné. Tu me parles. Je te parle. Un espace est créé (Figure 2). Assis ou debout ? Debout. En fonction de la distance entre nous, nous devons parler plus ou moins fort. Cette distance est conditionnée par le bruit ambiant. Fait-il chaud, fait-il froid ? Manteau, écharpe et bonnet ou chemise courte et pantalon court ? Sous un platane, dans l’ascenseur ou sous un porche ?

Ce que nous avions à nous dire est important. Voilà plusieurs jours que nous pensions prendre rendez-vous. Il fallait que nous puissions nous parler de vive voix. C’est finalement par hasard que nous nous rencontrons. Avons-nous le temps d’aller boire un verre ? « Non, désolé. Là, je dois me dépêcher. Mais demain si tu veux ? Même heure ? Même lieu ? Cela te va ? »

Dans cette Rencontre fortuite de deux amis de longue date, autant de circonstances, de conditions d’échanges, de lieux. Et c’est une rencontre constituée d’une brève conversation. Celle-ci permet de décider d’un réel rendez-vous. Mais comment la caractériser cette rencontre, l’arrêter en quelque sorte ? Est-ce possible ?

12Le lieu est considéré ici comme l’interaction de phénomènes très diversifiés, unis en un temps précis. Ici, lieu(x) d’échanges entre deux personnes. Lieu ou lieux, la distinction est une première manière de poser la question de la division.

En effet, si le lieu caractérise une relation au temps ou, autrement dit, si le lieu = espace & temps, alors les lieux d’une situation particulière incitent en effet à séquencer l’expérience.

La division (le séquençage ou la découpe) nous invite à une distance, celle de la réflexion, de l’analyse, mais elle permet aussi de revivre, peut-être même plus intensément, le moment passé. Plus précisément, elle nous incite à aller voir de plus près ou de plus loin. Est-ce nous déplacer, nous rapprocher ou plutôt augmenter notre acuité, changer de focale ? Séquençage d’un temps et/ou division d’un espace ?

Ce lieu n’est pas facile à représenter, ni à présenter, et ces lieux ne le sont pas non plus. Représenter dans le sens de donner à voir en un instant bref. Le nombre élevé des phénomènes induits, même pendant de simples évènements comme cette rencontre, crée des entités changeantes en fonction des temps, et des regards sans doute. En effet, de mémoire, nous pourrions prendre le temps de revivre la scène, comme si nous regardions un film, en respectant sa longueur relative ou au contraire en la prolongeant (ou la raccourcissant). Bref, en laissant aller notre imagination. C’est re-saisir et se re-saisir. Surprenant.

13Lieu, Espace, Architecture cristallisent des moments vécus, donnent raison (capacité de réflexion) et raison d’être à l’évènement lui-même. C’est le point de vue de l’architecte. Donner des possibles, en toute liberté relative, dans l’espace de développement de chacun : l’intérieur/l’extérieur, ce que l’on est et ce que l’on donne à avoir de soi en des circonstances diverses, variées. Autant de lieux, mais aussi de transitions possibles, d’évasions. Celles-ci nous inspirent pour réfléchir encore et encore. Le vide est densifié en mouvements.

14Les points de vue pour réfléchir se multiplient (à l’infini ?) dans un espace et dans un temps. La complexité est évidente. Le physique et le mental se combinent (à l’infini ?).

  • 14 Le mot, ici, doit s’entendre définir un temps et un lieu de réflexion qui superposent la lecture de (...)

15Spontanément, on aspire, pour penser (et éventuellement pour écrire), à être. C’est comme une distance prise pour approcher une plénitude, respirer mieux, progressivement. Cette lenteur, semble-t-elle garantir une pertinence ? Est-ce impératif de ne pas décrocher de ce que l’on veut observer ? On se fixe, et cette focale de réflexion, qui nous est personnelle, nous y aide. La vision, comme une percée d’un regard qui pense, pour être optimale, doit nous appartenir. Elle ne peut nous appartenir qu’à condition que l’outil d’observation inventé là, au moment opportun, pour mieux voir/penser, soit fabriqué par nos propres soins, soigneusement. Cet outil s’assimile à un tube au travers duquel on pointe la complexité. Notre personne (être) est, en quelque sorte, individuée par la matière du tube. Moins paradoxalement qu’il n’y paraît, donc, la machine d’observation conditionne notre existence (voir) tout en étant notre existence (être celui qui voit). Elle nous prolonge dans un monde que l’on a décidé d’observer et de réfléchir. Tube et miroir se confondent ici14, et rendent à voir plus clairement les lieux pointés, autant que l’observateur.

16Est-ce que l’Architecture serait de faire voir, en un instant bref, qui nous sommes vraiment?

  • 15 Le croquis explicite la modification de l’espace intime imaginé (espace créé), caractérisée par la (...)
  • 16 La majuscule signifie le concept de choix. À remarquer, pour l’anecdote, que choix au singulier est (...)
  • 17 La notion d’Échelle démultiplie, de façon considérable, la conscientisation des lieux et, donc, des (...)

17Si un architecte doit, à titre d’exemple, saisir la Rencontre (possible) de deux personnes (Figure 215) sous le porche d’un immeuble, nous constaterons, après avoir esquissé quelques possibles et quelques contextes physiques et mentaux liés à cette scène qui ne fait finalement que passer, qu’il lui reste le Choix16 parmi de nombreux choix. Si nous introduisons succinctement et brutalement le concept d’Échelle17, une question surgit : celle de se demander si le tube d’observation limite la complexité observée, ou si elle ne fait que modifier la focale d’observation. En d’autres termes, est-ce la périphérie du cadre (du cercle, pour un tube), ou est-ce le phénomène d’acuité visuelle qui influe sur notre pensée ?

2.2. De la complexité à la simplexité ou vice versa

18L’analyse d’une situation banale, considérée néanmoins complexe, comme celle décrite ci-dessus, nous invite déjà à simplifier ou à sur-simplifier. Pour mettre davantage de perspective, intéressons-nous un bref moment à la différence entre compliqué et complexité. Partons du postulat que le compliqué est fini, la complexité étant alors infinie. Cet état infini individuant la complexité semble être un atout. En effet, nous pouvons, sur le chemin de l’infini, imaginer nous arrêter là où bon nous semble, en fonction de nos envies, de notre plaisir peut-être, mais aussi de nos besoins et, plus précisément encore, pour un architecte, en fonction du problème à résoudre, de la solution à trouver, de l’architecture à concevoir, et cela sans hypothéquer l’efficacité de la démarche. Le compliqué, quant à lui et au contraire, implique que l’on s’y attelle ou pas. C’est le tout ou rien. On le considère en son entier. Engagé dans la tâche, il faudra aller jusqu’au bout.

19Ne pourrait-on décider de le parcourir, ce compliqué, de manière appropriée ? On pourrait décider de le parcourir, ce compliqué, de manière appropriée, mais ce serait un non-sens. Cela se résout, cela ne se sillonne pas. Résoudre du compliqué semble être une entreprise particulièrement laborieuse par essence. Mais, convaincu que le résultat sera utile, on prend de l’élan, on y va et on y met les moyens. La technologie aujourd’hui nous aide beaucoup. L’efficacité des ordinateurs pour ce genre de tâches, caractérisées par le traitement d’un grand nombre de données, a un rôle prépondérant. L’exploitation pertinente de l’outil informatique déplace notre intérêt et notre énergie vers d’autres tâches cognitives.

  • 18 A. Berthoz, La Simplexité, Odile Jacob, 2009, p. 73 (voir la notion de « perç-action »).
  • 19 « Les perceptions ne sont pas dans le cerveau, ni dans le monde ; elles sont dans l’expérience », K (...)
  • 20 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., chap. 2, p. 31-32.

20La complexité nécessiterait-elle une pensée plus autonome, indépendamment des moyens technologiques ? Stimule-t-elle une pensée par soi-(elle-)même, une créativité ? Une stratégie semble bienvenue pour engendrer une solution, poser des actes créatifs. Une stratégie de simplification (division, classification, nomination,…) est habituellement engagée. On peut mettre en doute la spontanéité de ce réflexe. C’est un comportement très (trop) rationnel. Les sciences cognitives, et l’étude du vivant en particulier, éclairent cette complexité sous d’autres angles. Le concept de Simplexité d’Alain Berthoz propose une nouvelle voie entre la complexité et la simplification. L’interaction avec l’environnement et la construction de la perception18 nous intéressent particulièrement, nous, architectes19. Nous sommes très concernés quand il s’agit de faire des détours pour trouver des solutions. Il semble que les problèmes que doit résoudre l’architecte soient, pour la grande majorité des cas, non linéaires. Le détour20 devient indispensable et prometteur. Comment imaginer d’autres processus quand il s’agit de concilier un si grand nombre de données (parfois très éparses) dans une réalité physique projetée. Comment les embrasser toutes si nous allons pour chacune d’elle droit au but ?

  • 21 Ibid., chap. 2.
  • 22 « La simplexité est cet ensemble de solutions trouvées par l’organisme vivant pour que, malgré la c (...)
  • 23 Cf. G. Canguilhem, La Connaissance du vivant, Paris, Vrin, 1965. « Philosophe et médecin, il montre (...)

21Les stratégies21 de la simplexité semblent apparaître très pertinentes. Elles émergent de façon évidente de la nature même du vivant et de l’histoire entière de son développement22. Elles nous surprennent et nous séduisent, car elles sont issues des systèmes générés par l’homme biologique pour survivre23.

  • 24 « Est-ce que, par la connaissance, que j’ai du cerveau j’augmente la connaissance que j’ai de moi-m (...)

22On est, par ailleurs, aussi en droit de se poser la question de savoir comment la connaissance que nous avons aujourd’hui du cerveau modifie nos comportements24.

23Dans la logique d’utilisation de facultés mentales issues de notre propre évolution, la diversité et le nombre des expériences vécues par l’architecte devraient augmenter ses chances de pouvoir concevoir des architectures adaptées. La conscientisation spatiale des expériences de Rencontres (pour n’en isoler qu’un certain type, mais déjà si vaste) contribuera à créer, imaginer des espaces justes et … à créer ainsi les conditions idéales pour le bien-être du plus grand nombre à l’échelle de la société. C’est sans doute une manière de mettre en avant la phénoménologie par rapport à la philosophie analytique, ou l’intuitionnisme par rapport aux théories formelles en mathématique25.

  • 26 Se référer aussi, pour nous architectes, à la notion de « cerveau projectif » : A. Berthoz, « La ma (...)

24C’est une manière élégante, non pas de copier le vivant, mais de se saisir des dispositifs, parfois enfouis par nos conditionnements, qui y sont à notre disposition. Comme nous le dit Alain Berthoz , la simplexité aide notre cerveau créateur à inventer26.

3. Expériences et outils pédagogiques : vers une simplexité ressentie

3.1. Introduction : notion d’instrumentalisation dans l’enseignement de l’architecture et pédagogie du « corps présent »

  • 27 Jean Piaget, L.C.S., p. 14 -15. Fondation Jean Piaget, Piaget et l’épistémologie, M.-F. Legendre.
  • 28 J-M. Lévy-Leblond, 1996, cité dans J-M. Boilevin, « Enseigner la physique par situation problème ou (...)

25L’enseignement de l’architecture est un permanent re-questionnement. La curiosité devra être la qualité principale de l’étudiant. Les dimensions qu’il doit pouvoir embrasser sont diverses et nombreuses, les objets de ses études sont multiples. Tous les cours dispensés aident à la conception architecturale et l’enrichissent. L’individuation de l’étudiant y est fondamentale, mais les corrections collectives, ainsi que le travail de groupe (très stimulé dans notre faculté), créent « une objectivité de plus en plus poussée par un double mouvement d’adéquation à l’objet et de décentration du sujet individuel dans la direction du sujet épistémique »27. L’intersubjectivité (échange de points de vue entre individus) y est donc cultivée sans relâche dans une réalité physique. « Il n’y a de connaissance que collective, et donc partagée.28 »

26Les enseignants d’ateliers (atelier de Projet et atelier de Moyens d’expression) mettent en place des processus pédagogiques qui caractérisent continuellement les moments clés de conception architecturale, et ceci en lien avec la réalité du métier. Les questions de conception sont des objets de réflexions permanents, qui développent une métacognition ciblée (regardant de plus près les articulations de la pensée). Les mots prononcés et les chronologies proposées à l’étudiant (tous cours confondus) conditionnent le développement de l’esprit. L’objectif est de créer et de développer chez l’étudiant des facultés pour devenir architecte : autonome, responsable et critique.

  • 29 Université Catholique de Louvain (UCL), Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urba (...)
  • 30 « L’instrumentalisation vise l’épuration d’une totalité. » (A. Croegaert, Architecture des exercice (...)

27L’instrumentalisation, créée par l’enseignant, est une construction pédagogique qui aboutit à la mise en place d’un processus : une présentation et un développement dans le temps d’un exercice. La complexité est omniprésente. Dans les exercices développés en atelier de Moyens d’expression29 les impératifs de type instrumentalisations pédagogiques caractérisent une complexité. Cette complexité est cadrée30 et assumée pour cibler une compétence à acquérir par l’étudiant en architecture. Il nous semble, à nous enseignants, que simplexifier, signifie ici apprendre naturellement, par essence, grâce à la pertinence du dispositif proposé, dans un contexte (complexe) particularisé.

  • 31 « L’espace sous-tend une forme d’écriture et de lecture du monde. » (Paolo Amaldi, Espaces, Édition (...)
  • 32 L’atelier de Moyens d’expression, dans cette vision, pourrait se nommer « atelier d’Espaces ».
  • 33 « Notre objectif ici n’est pas de proposer un traité physiologique des nombreux mécanismes impliqué (...)

28En atelier de Moyens d’expression, l’Espace est élevé au rang d’obsession permanente31. L’enseignement se base sur l’expérimentation32 (afin de constituer un réservoir d’idées et d’expériences) en vraie grandeur, et il est impérativement demandé à l’étudiant d’être là, présent en son entier. L’attention33 est un outil fondamental de la simplexité et encourage l’action.

  • 34 Ibid.

29Le dessin, outil de base de l’architecte, y est exploité dans son acception la plus large. Dans cet état d’esprit d’ouverture, dessiner c’est être là, omniprésent et être habité d’Espaces34. Nous pourrions nommer cela la pédagogie du « corps présent », tant il nous semble essentiel de rebasculer vers cette concrétude où le corps est facteur et producteur, lui aussi et à part entière, de ressources et de connaissances.

30Nous sommes dans cet atelier, d’une certaine manière, détachés de l’architecture, et l’Espace y est privilégié dans son rapport, à part égale, au réel et au mental. Les recherches de type fondamental peuvent plus clairement s’y déployer pour toucher l’essence même de notre fonctionnement cognitif (conception/perception) de la création. On y prend le temps de la métacognition, de sa pratique. Il y a une mise en évidence du processus par rapport au but. Petit à petit, l’étudiant acquiert, au fil des ans, un regard de plus en plus expérimenté sur les protocoles qui lui sont proposés.

31Dessiner y est considéré comme une activité élémentaire et toujours à redéfinir (à remettre en question radicalement), en relation avec d’autres intérêts, d’autres buts, d’autres objectifs. Il est à redéfinir dans un contexte de moyens d’expressions plus large, très divers. De nombreuses autres formes de productions (artistiques) y sont abordées et expérimentées : sculpture, installation, vidéo, performances, collage, écriture, oralité, corporéité.

32Le dessin physique, personnel et rapide, permet à tout moment de s’arrêter et de formuler. Ce sont de micro-arrêts pour questionner, repartir. L’économie de moyen de l’outil dessin en fait une activité intime, autonome, indépendante ; en un mot : libre.

  • 35 « L’exercice est l’étape antérieure du projet, un antérieur qui évite l’écueil de la “copie conform (...)
  • 36 « La progression rebondit sur l’idée de répéter la même chose, sans retour à l’identique. » (Ibid.)

33La notion d’exercice35 dans cet atelier de Moyens d’expression est conscientisée par le faire : l’acte est au centre (et en amont et en aval), il est situé. Les exercices, dont la chronologie est un sujet permanent de réflexion pédagogique, impliquent, par nature même, le processus d’itération36.

34Dans cet atelier est donc principalement développée l’expérimentation dans l’espace réel. Y sont produites des œuvres à considérer essentiellement à l’échelle 1.

35Y est également soutenu un regard appuyé sur/vers/à propos de l’art contemporain. Cela inspire un regard aigu, des attitudes, des postures, un rapport critique à la société, de l’empathie.

3.2. Les expériences pédagogiques

36Quatre notions, étroitement liées à l’architecture, traversent l’ensemble des exercices ci-dessous explicités : le dessin, l’espace-temps-échelle, le corps et la simplexité. Les objectifs pédagogiques généraux sont les suivants :

1. Développer, avec l’aide de l’ensemble des exercices, une meilleure compréhension de l’Espace/Temps/Échelle.

2. Éclairer sur une pédagogie et un enseignement de l’architecture qui permettront aux futurs architectes de saisir une complexité.

3. Encourager et démontrer l’efficacité de l’appréhension de l’espace par le corps.

4. Mettre en avant le dessin comme « phénomène » de perception et de conception de l’espace (vécu et à vivre).

  • 37 Dans son Vocalbulaire technique et analytique de l’épistémologie (PUF, 1999)), Robert Nadeau donne (...)

5. Questionner sur l’apport du concept37 de simplexité dans la formation des étudiants pour conscientiser et optimaliser des mécanismes de la pensée de conception.

  • 38 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p 35.

6. La question proposée in fine étant de savoir, chez l’architecte, quel sens38 il faut donner à chaque acte de simplexité, dans les domaines conjoints de perception et la conception de l’architecture ?

37Voici les différents exercices analysés :

3.2.1. L’amalgame

38L’amalgame est une installation dans l’espace. Celle-ci est constituée d’éléments très diversifiés. Les étudiants sont confrontés à une « complexité » dans la mesure où il leur est demandé de dessiner cette installation.

39Les étudiants découvrent ce grand local de dessin pour la première fois. On y entre tous par une petite porte qui donne sur le parc. Le local est partiellement enterré. Dès le passage de la porte, sur un petit palier avant l’escalier qui descend dans l’espace, chacun, à tour de rôle, découvre l’installation et l’entièreté de l’espace vu d’en haut, en plongée (photo, Figure 4). L’instrumentalisation pédagogique inclut cette approche caractérisée ; nous dominons ce qui est perçu.

  • 39 « Chaque saccade est une décision sans retour. Un mécanisme dans le cerveau qu’on nomme l’inhibitio (...)

40En premier phase de l’exercice, les étudiants sont invités à circuler autour de l’installation, les uns derrière les autres, pour percevoir les modifications spatiales constantes dues au déplacement. Pendant ce déplacement corporel, deux attitudes sont successivement imposées et ensuite comparées : premièrement, un regard dirigé droit devant (vers la nuque de l’étudiant qui précède) ; deuxièmement, le regard se porte vers l’installation, en saccades successives. L’étudiant la regarde et en perçoit l’extraordinaire diversité. La comparaison des deux perceptions rend tangible l’influence de l’installation sur l’espace vécu (occupé en périphérie). La recherche des constats d’influences de l’un sur l’autre permet de commencer à caractériser les espaces traversés pendant la déambulation39.

L’exercice montre un monde instable. Il interroge nos limites de perception (comme ce sera le cas dans l’exercice du dessin déambulatoire).

41Dans une seconde phase, suite à cette déstabilisation par surcroît d’informations, l’étudiant va dessiner (se poser). Devant cette complexité, il doit réinventer ce qu’il voit. Il est contraint de dessiner une interprétation de ce qu’il observe, et cela en fonction de ses capacités de dessinateur, qu’il présuppose, qu’il connaît par expérience ou qu’il va expérimenter. Des mots d’ordre aident l’étudiant à penser/voir. Par exemple : ne dessiner que la périphérie de l’installation, ou encore, ne dessiner que les plans ou ce qui est perçu comme tel.

Il est à noter que l’exercice se développe au total sur quatre séances de trois heures, avec des mots d’ordre très précis qui déplacent le point de vue mental de perception de l’étudiant pour engager des questionnements dans et par l’action de dessiner le réel.

  • 40 A. Berthoz, Ibid., p. 27.
  • 41 Ibid.
  • 42 «Interprétation […] qui […] suggère qu’il n’y a pas de suppression de l’information, mais libératio (...)

42On peut considérer dessiner cette installation très complexe être le but de l’action. « Décider implique de choisir les informations du monde pertinentes par rapport aux buts de l’action40. » Ici, par rapport au but de l’action de dessiner, l’étudiant projette et dessine sur sa feuille (le dessin) ses intentions et ses hypothèses sur le monde (dessins, Figure 4). Dans cette opération, notre cerveau est plus comparateur (mise en relation) et émulateur que simple traiteur d’information. Il utilise pour cela les nombreux mécanismes de l’attention41. L’étudiant fait une sélection de ce qu’il choisit de dessiner. Sa logique, ensemble de liens et de caractéristiques découvert par observation, traverse l’ensemble de l’installation42, ce qui garantit une cohérence inédite de ce qu’il observe et de ce qu’il va montrer par son dessin.

43Nous avons, d’entrée (au sens propre et figuré), encouragé le rapport physique à la réalité spatiale. Le corps est en posture, et l’esprit aussi, en syntonie. Le dessin rend compte de cela.

44En résumé :

  • 43 « Pour que l’attention se porte sur un objet et le perçoive intégralement, il ne suffit pas qu’il s (...)

– Objectif : désinhiber l’étudiant afin qu’il dessine de façon engagée, concentrée, et qu’il y prenne du plaisir. « Savoir dessiner » devra totalement être reconsidéré. Cet exercice ouvre à la liberté de penser43.

– Difficulté : pour la plupart des apprenants, ils n’ont jamais dessiné, et estiment aussi ne pas savoir dessiner. Devant un objet aussi compliqué, la difficulté principale pour l’étudiant est de l’appréhender de façon globale, et donc de « prendre position », c’est-à-dire « exister conscient ».

– Résultat : une série de dessins qui investit l’espace de la feuille de format A3, qui est réalisée avec divers médium (crayon, feutre, fusain,…) dont ils découvrent, petit à petit, le potentiel et les spécificités.

– Simplexité : tenant compte de ses capacités, l’étudiant, aidé par les consignes, schématise la réalité complexe.

3.2.2. L’axonométrie

  • 44 Stine L., Qui n’a pas peur de l’architecture?, La Une, 2006. Concept : sculpture du vide (Thierry D (...)

45L’axonométrie, dans cet exercice, pose la question du vide et du plein44, considérés ici comme ayant une valeur équivalente pour la conception. Cette valeur équivalente se retrouve aussi dans la composition d’espaces en 2 et en 3 dimensions (fond/forme). La complexité est tangible dans cet exercice, dans la mesure où il est demandé aux étudiants d’inverser régulièrement ce qui constitue le plein et ce qui constitue le vide : le plein devient vide et inversement (cette inversion sera dessinée comme telle). C’est une gymnastique de l’esprit. Là, le dessin précède obligatoirement toujours la maquette.

46L’exercice exposé ici (1ère séance) fait partie d’un ensemble de 5 séances réparties sur 5 semaines (à raison de 3 heures/semaine). Elles sont traversées, pédagogiquement, par un certain nombre de « savoir-faire/savoir-penser » pour fabriquer des volumes et concevoir de l’espace : dessin aux instruments, découpes précises de carton, soins et précisions des épures, méthodes,…

  • 45 Et aussi pour le mesurer. Ce qu’il faut savoir par exemple : tout segment appartenant à un plan hor (...)
  • 46 Extrait du cours.

47Le dessin axonométrique (Figure 5 : le premier cube est en axonométrie, le second est en perspective) est la technique de représentation adéquate pour abstraire l’espace45, pour garder une distance analytique. Les rapports des différents espaces créés sont ainsi privilégiés du point de vue de la composition. « Il s’agit d’une recherche de fluidité (déambulation visuelle encouragée) sur l’ensemble de la surface A5. Aucun sous-espace ne peut sembler être délaissé, chacun d’eux doit être caractérisé (calme, linéaire, centré, ouvert, souple, …). Toute la surface est donc investie et chaque partie s’y articule avec justesse (autonome et invitant à aller voir plus loin46. » Grâce à cet objectif, l’étudiant va découvrir et définir lui-même (progressivement) ce qu’est une composition, le sens du mot et le sens qu’elle véhicule au travers de son travail particulier sur l’espace.

48La première séance invite l’étudiant à composer (disposer) trois formes géométriques simples sur une feuille de papier noir de format A5 (210 mm x 148 mm) (Figure 6) suivant les consignes précitées, et quelques autres plus techniques (entre autres, pour assurer la planéité des faces des futurs volumes). Ces formes – un triangle, un rectangle et un trapèze – sont, en effet, les bases de volumes en devenir. Ceux-ci seront constitués de sommets (plans supérieurs) de mêmes formes (triangle, rectangle et trapèze), bases et plans supérieurs parallèles entres eux et distants de 90 mm. Après un certain nombre d’allers et retours entre le dessin et la maquette, d’une part, et entre la conception des pleins et des vides, d’autre part, le tout accompagné de représentations complémentaires et dissociables, de projetations et d’épures, l’étudiant cherche.

49La manipulation de petits bouts de papier (de forme géométrique simple), le rapport physique (notre corps, nos mains) à ces petits objets plats est un exercice dans l’espace donné en trois dimensions. On y touche, dans cet exercice, d’ores et déjà l’espace mental mouvant entre abstraction et réel tangible.

  • 47 P. Boubon, Le processus architectural et la question des lieux, Laboratoire d’Étude de l’Architectu (...)
  • 48 Inframince, terme inventé par Marcel Duchamp à partir de 1935. Ici, cette conscientisation de ce do (...)

50Dans l’espace de la feuille de 210 mm x 148 mm, aussi simple que cela puisse paraître dans un tout premier temps, se jouent d’emblée pourtant les rapports (au niveau global de l’ensemble) interne/externe/bord 47 et une complexité. Si des règles apparaissent pour l’étudiant afin de caler des solutions (simplexité) (Figure 7), le plan en 2 dimensions s’élève de deux manières : celle d’être habité de l’intention de fluidité, et celle d’être les bases de volumes qui, effectivement, vont s’élever. Si les rapports interne/externe/bord sont pensés en 3 dimensions, ils sont autant de frontières, de surfaces à franchir pour déambuler néanmoins. Si déambuler laisse une trace (derrière soi, comme le danseur), par les circonvolutions dans le temps, cette ligne/trace devient du volume. Nous avons une sensation d’inframince48, issue du fait de penser, en même temps et en différé, la 2 dimension et la 3 dimension. Ce phénomène produit un espace-temps particulier de conception, et de la simplexification semble s’y faufiler. En tant qu’architecte, la densité de l’espace architectural produit dans ces conditions de recherche, habité de ce temps-là (de conception), en sera enrichie. Toute personne percevant (et vivant) une architecture réelle de cette qualité en modifiera à son tour la consistance. Et l’accumulation des expériences de chacun en ces lieux participe à l’évolution interprétative de ce bâtiment. Les visions, pendant la conception d’une architecture, acquièrent une qualité par empathies accumulées et prospectives.

51Vers la fin, le socle (et sa surface), et puis, en toute fin de l’exercice (5 séances) (Figure 8), l’échelle humaine écrasent au sol la composition spatiale conçue, et rebasculent une ultime fois le questionnement du vide et du plein, du volume et du plan – c’est le point de vue passant.

52En résumé :

– Objectif : concevoir trois volumes et les composer spatialement. La qualité de composition doit amener l’œil à circuler pour apprécier la dynamique, la diversité et la qualité des espaces.

– Difficulté : concevoir uniquement par le dessin en axonométrie demande un effort d’imagination (la maquette ne montre que le résultat) et demande de maîtriser la technique. Les vides et les pleins doivent être considérés comme ayant la même valeur pour guider la conception. C’est une gymnastique de l’esprit (complexité) indispensable ici pour que les dessins soient corrects.

– Résultat : une série de dessins axonométriques et une maquette finale (à laquelle est donnée, in fine, une échelle).

  • 49 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 35.

– Simplexité : dans la première séance ici présentée (l’exercice constitue au total 5 séances d’atelier), il s’agit de créer et/ou d’identifier des règles (géométrie) de compositions qui permettent de qualifier des solutions (donner du sens49) et faire des choix.

3.2.3. Le dessin déambulatoire

  • 50 Référence à la conférence de Catherine Grout, esthéticienne de l’art, au séminaire Architecture/Art (...)
  • 51 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 23-24 (La généralisation, l’« équivalence motrice »).
  • 52 « L’activité de ces neurones (neurones frontaux) serait un marqueur physiologique des moments où co (...)
  • 53 Ibid, chap. 4 : « L’attention : je choisis, donc je suis ».

53Le dessin déambulatoire active la vision périphérique que l’on peut opposer au regard fovéal50 (un point de vue, regard qui fixe par exemple la destination à atteindre). L’œil y est particulièrement actif (et le corps tout entier51). Sa mobilité y est exploitée considérablement par l’étudiant en architecture, qui a pour objectif de vivre le plus intensément possible l’espace52. La complexité émerge de l’impératif absolu de grande concentration53 (énergivore), pour être capable de « tenir le dessin » (Figure 9) dans une expression homogène, purement corporelle (c’est-à-dire où l’esprit interviendrait le moins possible).

  • 54 Objet de l’activité (Dessin BAC2) : Dessiner dans des lieux remarquables avec des références (objet (...)
  • 55 Voir, au sujet de la « tension », le paragraphe « La flexibilité et l’adaptation au changement », i (...)
  • 56 Extrait de la fiche pédagogique du cours.

54Cet exercice (dessiner en marchant, une séance) entre dans un cursus54 de huit séances. À l’issue de ce cours (pendant le dernier semestre de l’année) l’étudiant sera capable d’exploiter le dessin physique comme moyen d’observation et d’analyse de l’espace, de se situer actif et avec justesse dans l’espace observé pour porter une intention par le dessin, de conscientiser la fonction du regard pour une connaissance de l’espace par le dessin, de dessiner vite pour être dans l’observation intuitive (cet oxymore, observation intuitive, crée une tension55 et provoque, dans la complexité de la situation, des attitudes simplexes). Concernant la méthodologie du cours, on peut la résumer comme ceci : mise en situation complexe des étudiants dans un espace réel et mots d’ordres stricts ; méthode de simplexification pour faire faire des choix de dessin de l’espace observé ; alternance de corrections collectives et de créations individuelles, pour conscientiser et faire émerger des méthodes d’approches de la réalité physique ; synthétisation (choix pertinents) pour encourager l’individuation de l’étudiant56.

  • 57 Référence au travail de collage de David Hockney, qui nous paraît être extrêmement juste par rappor (...)
  • 58 Images en perspectives : la valeur cognitive de l’axonométrie, Thèse de Anne Tüscher Dorik préparée (...)

55L’activité complexe de dessiner en se déplaçant est avant tout une expérience inédite, et les dessins produits sont de nature à fixer une partie inconsciente de nos mécanismes (et limites) de perception. Le dessin et son exercice, dans ce cas, ont pour objectif, clairement explicité aux étudiants, de réaliser par la suite un photomontage57 (la séance suivante). Enrichi de l’expérience spatio-temporelle, ils vont faire un choix de lieu en fonction de questions (critères) comme : Où ai-je été le plus présent sur l’ensemble de ma déambulation ? Où ai- je perçu un caractère fort de l’espace ? Où ai-je ressenti l’importance des autres comme enrichissant le lieu, et est-ce que cela m’intéresse ? C’est bien ce lieu privilégié qui sera l’objet du photomontage. Le travail de David Hockney, explicité au cours, montre clairement que « les “meilleures” représentations picturales des propriétés spatiales des objets ne sont pas toujours celles qui correspondent géométriquement à un point de vue réaliste, c’est-à-dire à une perspective linéaire »58.

  • 59 Conation : motivation, volonté, impulsion, tendance. Un potentiel réflexif semble apparaître si on (...)

56Comme dans la plupart de nos exercices (apprentissage de facultés pour devenir architecte), le but n’est jamais privilégié. Il s’agit de ne pas confondre la motivation et le processus. Et la conation59 est un vrai sujet de réflexion. Nous invitons ainsi l’étudiant à analyser le processus de création de l’image (ici le photomontage final) afin d’y re-percevoir le caractère conceptuel inhérent à l’expérience de déambulation.

57Les notions du dessin sont vastes. À la lumière du concept de Simplexité d’Alain Berthoz, de nouveaux champs d’affinements s’ouvrent à nous. La pédagogie dans une faculté d’architecture, pour ne pas dire l’éducation à l’espace dans le sens d’interactions de tous ordres avec l’architecture, en sera enrichie. Et il y a du travail en perspective.

  • 60 Lieu = espace des possibles.

58Ce que l’on peut dire ici, suite à l’expérience de cet atelier, c’est que celui-ci conscientise le geste (il peut sortir de la feuille) et son extraordinaire importance pour comprendre (réfléchir) l’espace. Faire signe dans la rue ou tracer une droite très lentement sur une feuille montre le large spectre d’actes possibles d’invasion de l’espace, proche ou lointain, par notre corps, par ses membres, ses articulations, sa chaire et son squelette. Le geste nous fait prendre position. Cela au sens propre comme au sens figuré. D’une part, notre attitude physique par rapport à l’espace, à l’architecture, à un lieu60 nous en démontre l’extraordinaire richesse, mais aussi les constantes. D’autre part, avoir une posture est bien le rôle des spatialistes (concepteurs d’espaces). Partager une impression ou une analyse, une opinion ou un désir semble travailler en symétrie et n’est possible que si l’on est situé dans une attention flottante.

59En résumé :

– Objectif : réaliser un photomontage qui rende compte d’un espace-temps. Préalablement, l’étudiant a transcrit intuitivement l’expérience d’un parcours par des dessins déambulatoires. L’un des lieux du cheminement est choisi pour le photomontage : celui où l’intensité de l’expérience a été maximale (saisir l’espace dans sa totalité corporelle)

– Difficulté : être extrêmement vif, actif, présent, attentif pour dessiner suivant la consigne « déambulatoire », afin de vivre le moment de l’espace de la façon la plus intense possible. La mobilité de l’œil est ici optimale, exploitée. Cet exercice est très énergivore.

– Résultat : une série de dessins inédits à haut pouvoir heuristique61 et un photomontage.

– Simplexité : dans l’acte complexe de dessiner en marchant, l’étudiant accumule un grand nombre d’informations. C’est le dessiné qui s’impose, par nature, simplexe, et est « régulateur » indépendamment d’une quelconque volonté préétablie. L’acte limite ; on touche la frontière du possible du dessin. Celui-ci est à observer, après coup, comme une curiosité (pouvoir heuristique important). La complexité est à peine domptée.

3.2.4. Le chrono-photo-montage

  • 62 Voir l’hyperthésie = les sens inter-agissants. Voir aussi les notions d’ « espace émouvant », Labor (...)
  • 63 Benoît Goetz, La Dislocation, Paris, Les Éditions de la Passion, 2ème édition, 2002, « Envisager l’ (...)

60Le chrono-photo-montage est une expression de l’espace/temps. Il devient le résultat et la transcription d’une expérience de perception spatiale. La visite d’un lieu, tous sens éveillés62, augmente les capacités d’analyse et de conscientisation63. Le corps, en situation de spatialité (omniprésence), est simultanément outil et réceptacle de l’expérience de l’espace parcouru. La complexité est révélée, sur la durée, notamment par le croisement de deux lignes de temps – celle de la conception et celle de la perception –, puis augmentée de la notion d’échelle. Cet exercice fut créé pour soutenir la conception de chorégraphies produites dans le cadre du séminaire « Architecture/Art» sur le site de Tournai (et présentées, in fine, en présence du jury et en public à la Maison de la Culture de Tournai le 24 février 2012), dont le thème était « La promenade architecturale ».

61Le contexte fut donc précisément cette période de recherche du mois de février 2012, lors de ce séminaire transdisciplinaire « Architecture et danse », mené conjointement par la faculté UCL-LOCI, site de Tournai (Belgique) et le département danse de l’UFR Art et Culture -Université de Lille 3 (France). Ce séminaire proposait un projet en équipe, associant des étudiants en architecture et des étudiants en danse, pour concevoir et réaliser une chorégraphie rendant compte de l’expérience partagée d’une promenade architecturale : approche sensible, développant les capacités de perception, d’expression, d’analyse, de communication et enfin de conception d’un espace/temps/échelle.

  • 64 C’est-à-dire conscientisation des spécificités heuristiques de chaque outil en fonction de sa place (...)

62Une série de conférences (ponctuellement, pendant tout le premier semestre) a préparé chaque groupe d’étudiants à rentrer dans le monde particulier de l’autre, de déjà faire se croiser les regards. Lors de ce séminaire, nous voulions prioritairement faire se rencontrer deux disciplines avec l’espace et le temps comme point commun. Il s’agissait, avant tout, de relations humaines entre jeunes très dynamiques et ouverts à d’autres mondes que le leur (déjà très riche par ailleurs). Si on parle beaucoup, et depuis un moment déjà (des dizaines d’années), de la transdisciplinarité ou de l’interdisciplinarité, nous voulions trouver une méthodologie qui puisse optimaliser (créer de la connaissance) cette rencontre, ces échanges, ce travail. Pour cette raison, nous avons créé ou affiné préalablement des outils (instrumentalisation). Ils sont au nombre de trois et présentés aux étudiants comme devant obligatoirement être exploités. Il s’agit de la cartographie, du lexique phénoménologique et du chrono-photo-montage. Ils s’articuleront et s’imbriqueront (hiérarchie flottante64) de façon consciente tout au long du processus.

  • 65 Paolo Amaldi, Espace, op. cit., 2007.
  • 66 Le metteur en scène russe Serguei Eisenstein fera une relecture de ce parcours de Choisy, en y ajou (...)

63C’est l’étude de Paolo Amaldi, dans son remarquable livre intitulé Espace65, qui nous a confortés dans cette idée de chrono-photo-montage. Il y analyse quatre dessins d’Auguste Choisy (Figure 10). Celui-ci proposa dans son ouvrage Histoire de l’architecture, en 1899, une lecture innovante de l’Acropole d’Athènes, un séquençage de scènes visuelles66 (qu’il nomme « premières impressions ») pour apprécier la qualité spatiale de cet ensemble architectural. Il pense l’unité architecturale en y intégrant parmi ses variables la dimension temporelle.

64Nous avons ensuite placé ces dessins sur une ligne horizontale, dans l’ordre chronologique de perception. Cela pourrait s’apparenter à un story-board. Si on va plus loin dans la démarche de recherche, en inversant une ou deux images, on change le parcours de déambulation. On découvre le lieu par des regards différemment posés (ou jetés), et la perception spatiale de l’ensemble en est modifiée. En l’occurrence, dans la proposition ici montrée (Figure 11) la statue d’Athéna Promachos semble dominer davantage et s’investit d’une qualité de centre autour duquel le visiteur est invité à tourner.

  • 67 Le procédé peut évidemment s’appliquer aussi à des espaces extérieurs, urbains, dégageant (une vue (...)

65Riches de ce constat et de l’efficacité potentielle de ce dispositif (manipulatoire), nous avons imaginé, pour la recherche du séminaire, l’obligation de cinq images finales (photos, Figure 12), rendant ainsi compte, avec précision et concision, d’un ensemble de moments vécus lors de la visite du bâtiment67.

  • 68 « Se lancer dans la danse aura permis de faire re(s)entir le temps de l’architecture. » (Charlotte (...)

66Ces cinq arrêts sont issus d’un grand ensemble complexe : notes, perceptions, commentaires, échanges, photos, croquis, schémas, collages, calques, vidéos (cf. la 1ère ligne du schéma, Figure 13), accumulés lors des perceptions corporelles et réflexives in situ, et donc stimulées par l’architecture et par l’environnement relationnel particulier entre danseurs et architectes68. Cet ensemble est donc composé de stimuli et de transcriptions, d’où sa complexité (au-delà même du nombre).

67Pour réduire le nombre de ces documents hétéroclites à cinq photographies, il a fallu du temps. C’est le temps de conception (verticale dans le schéma (Figure 11)). Des choix qui portent du sens, une forme de simplexification. On pourra se demander si celle-ci est opérante de la même manière dans un autre temps, celui de la perception (horizontale dans le schéma (Figure 13)

68Tout cela a fait l’objet d’un développement plus conséquent, mais sans aller ici plus loin dans la description de cet outil et de ses ramifications (explorées par les étudiants eux-mêmes d’ailleurs, et exprimées par une production graphique remarquable lors du séminaire), on peut affirmer que c’est bien l’entre-deux des images qui attira toute notre attention, dont on avait pressenti la densité spatio-temporelle. Dans le temps vertical de la conception, ces tranches de temps se modifient (gonflement et dégonflement oserons-nous dire) et témoignent d’un ajustement de la reconnaissance des lieux multiples de la perception dans le temps.

  • 69 « Le temps de la pose », titre de l’exposé de Jan Godyns, préalable à la visite des architectures r (...)

69L’image ou la vision (dans le sens de ce qui nous est donné à voir, mais aussi à penser) d’un phénomène, saisi dans un temps et un espace, est soit une pose (du type photographie : regard fovéal), soit un moment (du type vidéo : regard périphérique)69.

70Sans aller plus loin pour connaître ou affiner la nature même de cette image, on saisit – nous semble-t-il – un espace de temps où loger une pensée, qui nous permet de préciser une envie qui est en permanence contextualisée dans un espace plus vaste. Nous nous situons mobiles, et implicitement en difficulté de connaître en même temps notre vitesse et notre situation.

  • 70 Être dans l’espace et en caractériser des aspects par une (des) attitude(s) corporelles.
  • 71 «Toute connaissance (et conscience) qui ne peut concevoir l’individualité, la subjectivité, qui ne (...)

71Deux chrono-photo-montages furent demandés : le premier présentant l’architecture sans occupant, et le second avec des mises en corps70. Complexité que d’être agissant71. Voilà l’Échelle tangible.

  • 72 A. Berthoz, La simplexité, op. cit., p. 226.
  • 73 Ibid., p. 23.

72On peut constater que l’étudiant met en place plusieurs mécanismes qui pourraient s’apparenter à ceux-ci : « Le mathématicien René Thom a suggéré une piste de réflexion intéressante : on se focalise sur les singularités, bifurcations et autres éléments critiques, et on simplifie le plus possible tout le reste72. […] La rapidité de la pensée en acte. […]. Méthode de Descartes : décomposer les problèmes compliqués en sous-problèmes plus simples, grâce à des modules spécialisés, quitte à devoir ensuite recomposer l’ensemble. C’est ce que j’appelle le détour de la simplexité. 73 »

73En résumé :

  • 74 Les architectures remarquables visitées lors du séminaire furent : la villa Savoye de Le Corbusier (...)

– Objectif : utiliser le procédé proposé de chrono-photo-montage au maximum de ses possibilités pour rendre compte d’une expérience spatio-temporelle, induite par les spécificités d’une architecture remarquable74, visitée de toutes parts. Utiliser cet outil, activant la transdisciplinarité (communication) entre danseurs et architectes, pour affiner l’analyse et concevoir une chorégraphie (de 5 minutes).

– Difficulté : le chrono-photo-montage est le résultat d’un long travail de conception. Il débute par une visite d’une architecture remarquable. Toutes les réflexions doivent être partagées avec les étudiants de l’autre discipline (la danse versus l’architecture) ; elles doivent être consensuelles et exprimer un ressenti reconnu comme partagé par tous (par là-même légitimé) par rapport à l’architecture spécifique analysée.

– Résultat : la réalisation de deux chrono-photo-montages, le premier montrant l’espace vide, et le second l’espace habité avec des mises en situation des corps dans l’espace.

– Simplexité : le thème « Promenade architecturale » semble avoir induit aussi un parcours conceptuel qui s’apparente à un cheminement. L’extraordinaire richesse des perceptions d’un groupe de jeunes, stimulée par une rencontre inédite entre étudiants danseurs et étudiants en architecture, a produit un foisonnement d’idées remarquables. Les ressentis générés in situ par l’ensemble de nos sens (c’était une demande impérative), ont diversifié de façon importante les moyens d’expressions et de transcriptions. Le partage perpétuel d’impressions et le questionnement sur une « réalité » commune75 ont fait émerger et se confronter les processus de création spécifique à chaque discipline. Ainsi les points communs ont également été identifiés. C’est bien la captation, parfois furtive, du « fond » qui, petit à petit, s’est objectivée autour du projet (la chorégraphie), qui a pris le pas sur la « forme », pourtant si expressive dans chacune de ces deux disciplines mises en congruence. La simplexité, très multiple dans cet exercice, s’est révélée à des moments forts, par des clairvoyances « à plusieurs », des mises en syntonie.

3.3. Conclusion des expériences: le « regard » de l’étudiant est en permanente évolution (notion d’itération)

  • 76 Le dessin est considéré dans sa nature élémentaire comme une feuille sur laquelle sont tracés des t (...)

74Le dessin est une surface. Suite à nos expériences d’enseignement en architecture présentées ci-dessus, la question récurrente, et finalement omniprésence, est de creuser cette surface par la pensée. On dit « Creuse un peu ! » quand on incite quelqu’un à réfléchir. Le dessin76 est à la fois le support et l’espace de la pensée (voir c’est agir, dessiner c’est penser). En ce qui concerne ce qui est communément appelé le fond ou la forme, on peut aussi se poser la question de savoir lequel est prioritaire dans l’exercice du dessin de l’apprenant ?

75On peut imaginer que l’on apprend à dessiner et cela sous-entend donc, de façon logique, un commencement : on ne sait pas de prime abord dessiner. Puis, après un certain temps d’apprentissage, ça y est, on sait dessiner. Mais à partir de quand avons-nous cette impression ? D’où vient cette satisfaction ? Que dessine-t-on et pourquoi ? Quand est-on satisfait de la technique du dessin et convaincu de son utilité à exister ?

  • 77 « Dans le trinôme ligne-surface-volume, c’est la ligne qui est l’élément actif ; c’est elle qui est (...)
  • 78 Si on se réfère, lors de la rencontre imaginaire de deux personnes, à l’espace donné et l’espace cr (...)

76Une feuille a déjà une forme, habituellement orthogonale. Vierge, le fond n’existe pas ou plus exactement, il est infini. Un moindre trait – et l’espace vient, et la profondeur aussi. Sur le fond sans fond, le trait (ou même le point) est une surface de plus, qui fait exister celle de la feuille elle-même et qui engage de la profondeur (échelle 2, si on considère la feuille vierge d’échelle 1). On remarquera que le point incite davantage à voir de l’espace (référence sans doute à l’espace cosmique) et que le trait ne semble, à ce stade, que diviser une surface (celle de la feuille proprement dite). Le trait est volontiers mesurable. Il est d’ailleurs le seul objet mesurable. Une surface est déjà le produit de deux longueurs, un volume de trois longueurs77. Le format de la feuille est mesurable également. Il conditionne l’espace entre le dessinateur et la surface, support du futur dessin. Par exemple, un petit carnet n’engage pas l’espace de la même ampleur qu’un carnet de format A2 (420 mm x 592 mm)78. La dimension de l’espace est tangible quand on est dans l’action.

  • 79 Voir à ce sujet l’exercice d’axonométrie et le rapport fond/forme dans la recherche de la densifica (...)
  • 80 Concentré : susceptible d’être plus facilement touché.

77Mais revenons à ceci : qu’en est-il de l’évolution du rapport entre forme et fond dans l’apprentissage du dessin79 ? Apprend-on en priorité la forme (forme = ensemble des traits posés sur la feuille) et puis le fond (le sens de ce que l’on montre par le dessin) ou l’inverse ? Cet aller et retour, si caractéristique de l’architecte dans sa pratique de conception, se retrouve ici concentré80. En d’autres mots : que fait forme sur fond et que fait fond sur forme ?

78On peut comprendre que la forme demande de l’apprentissage quand il s’agit de dessiner. Et le fond ?

  • 81 Voir à ce sujet les deux types de dessins déambulatoires : creusement et glissement.

79Il n’est pas paradoxal de creuser une feuille par de la forme car, dans une école d’architecture, l’espace est l’occasion de sortir de la surface et revêt, de ce fait, des significations très diverses. Si le sens donné au dessin encourage d’en creuser la surface, alors l’espace apparaît dans la feuille, mais aussi dans la pensée suscitée par le dessin81. C’est une des caractéristiques de son pouvoir heuristique. Creuser la feuille, ou creuser l’écran d’ailleurs (quand il s’agit de dessin assisté par ordinateur), c’est être dans une distance impliquée, celle qui permet d’être là (présence) agissant(e). (Le sujet de la feuille et de l’écran nous emmènerait ici trop loin, mais il fait l’objet d’autres études en phase de définition.)

  • 82 Et, il existe une troisième voie : la notion du dessin qui se détache de son support. Voir la Notic (...)
  • 83 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 28.

80Creuser est une façon de modifier les espaces considérés tangibles (réels, observés, mentaux) ; mais, nous l’avons vu, il y a également le glissement82. Voici un autre rapport à la feuille, à sa surface. On la caresse. Creuser, caresser, cela pourrait se danser. La pensée glisse le dessin comme tout à l’heure on creusait cette surface par la pensée. Le slogan « voir c’est agir, dessiner c’est penser » reste opérant. Notre propre corps, celui du dessinateur dessinant, est à la fois conquérant (creuser) et englobant (glisser) (Figure 9). Ce corps agissant, combinant fond et forme dans l’acte de dessiner, engage des mouvements d’interactions avec l’espace mental et l’espace réel, en combinant aussi les mouvements de glisse ou de pénétration pour toucher les liens avec le réel. L’acte de dessiner semble susciter le rapport au monde le plus électrifiant. Il est un court-circuit permanent entre la pensée et le réel. La simplexité trouve ici à nouveau sa place, comme le souligne encore Alain Berthoz quand il écrit : « L’innovation ne peut venir de la complexité ; elle passe nécessairement, à un certain moment, par un ordonnancement spatial et temporel original et innovant qui est le propre de la simplexité83. »

4. Conclusion

81Perplexité. En tant qu’architecte/pédagogue, les notions de complexité/simplicité, ainsi mises brutalement en parallèle, nous invitent à la manipulation syntaxique suivante : complexité/simplexité (C/S) et simplicité/complexité (S/C). Nous obtenons ainsi deux entités. Nous pouvons inverser les deux mots à notre guise, en fonction de l’expérience de pensée qui nous traverse et qu’il est bon d’éclairer (lors d’une conception architecturale par exemple). Cette inversion peut s’accélérer à souhait jusqu’à, sans doute, donner l’illusion (ou pas) de se superposer. L’aller et retour, nous l’avons vu, est caractéristique de la pensée de l’architecte.

82Les deux termes, C/S et S/C, sont-ils de même valeur ? Lequel s’exprimerait en concept ? Lequel en théorie ? Et à quel moment au cours d’un processus de conception ? Lequel serait au service de l’autre, de sa pertinence, de son efficacité ?

83La question implicite qui surgit ensuite est de savoir qui contient qui ? Est-ce du simplexe dans le (du) complexe ou du complexe dans le (du) simplexe? Il est clair, que pour un architecte, les questions : « quoi contient qui ? », « quoi contient quoi ? », « qui contient quoi ? », « qui contient ? », sont des questions des plus naturelles. Il s’agit principalement pour nous de bâtir un dedans et un dehors (et des articulations et des imbrications).

  • 84 Il serait peut-être intéressant de lier le « doute » à la notion de « désordre ».

84Si nous coiffons, cette fois, la casquette pédagogue/architecte, invité par ce qui est commun aux deux mots simplexité et complexité, le « -plexité » nous fait penser à perplexité. Si l’étudiant en architecture est régulièrement perplexe, c’est qu’il est dans la dynamique du doute (ou va s’y engager). Comme explicité par Alain Berthoz, le doute est garant de développement cognitif84.

85Nous tenons là une toute première manière de lier, en profondeur comme en surface, et de configurer un lieu de pensée et de sensations dans lequel travailler.

86Il semblerait que, pour l’architecte, les phénomènes de simplexité soient teintés de sens. En d’autres mots, une recherche plus fine pourrait nous éclairer sur un rapport (un pourcentage) entre les facultés, inhérentes à la simplexité, à savoir : rapidité et efficacité (même s’il y a détour) et celle, inhérente à la pensée de l’architecte, de donner du sens à ce qu’il projette et produit. Il s’agit bien là d’une imprégnation de l’un dans l’autre, qui mérite, à notre avis, une attention particulière lors de la conception architecturale.

87Mécanisme. L’architecture est compliquée. La complexifier serait-ce déjà plus simple ? Allez droit au but semble désuet, simplet. Projeter, qui est le propre de l’architecture, c’est implicitement et par essence, mettre une distance. Une architecture est à créer. La concevoir demande du temps et la réaliser parfois plus encore. Le paradoxe, c’est de régulièrement devoir prendre de la distance, encore, pour la toucher cette architecture, la palper avant qu’elle ne soit. Que d’aller et retour ! Comment y arriver ? Être présent est la seule opportunité.

88Enseignement. L’enseignement de l’architecture oblige l’étudiant à l’élaboration, par itérations et en dialogue critique avec les autres, d’un espace mental personnel (individué) qui crée l’Espace des possibles pour penser la réalité donnée et la réalité à créer. Cet espace mental à travailler, modeler, caractériser, ouvrir, fermer, aérer… en permanence, et toute sa vie professionnelle pour un architecte, est à mettre en présence des réels vécus, partagés et partageables, ceci dans le but d’agir et de concevoir.

  • 85 Compris ici comme connaissance des enjeux à court et à long termes, des significations, des conséqu (...)

89Société. Si une culture d’Architecture se développe dans l’ensemble de la société, essentiellement inspirée de fondements85 et pas nécessairement en fonction d’images, nous croyons aussi que les usagers (la population), en connaissance de la complexité, pourraient être plus naturellement réintégrés dans les processus de conception. Nous devons tous, dans ce cadre de relations, être garants de la longévité de nos environnements architecturaux et urbains, et ceci en dehors des modes.

90C’est sans doute une manière de réorganiser, dans un Espace de pensée sociétale dynamique, les rapports entre grand public, spécialistes et étudiants en architecture.

  • 86 Époux de la célèbre chorégraphe américaine Anna Halprin.

91Il nous paraît opportun de mentionner ici, pour appuyer notre conclusion, une piste de réflexion intéressante suggérée par l’architecte Lawrence Halprin86 :

Les Ressources ou matériaux sont ce avec quoi vous devez travailler, notamment les ressources humaines et physiques, ainsi que leurs motivations et objectifs. Les Structures ou partitions décrivent le processus menant à l’exécution. La Valuaction analyse les résultats de l’action et offre une possibilité de tri et de prise de décisions. Le terme « valuaction » a été forgé de toutes pièces pour désigner la dimension tournée vers l’action et la décision au sein du cycle. L’Exécution [the Performance] est le résultat de la partition et donne son « style » au processus.

  • 87 Lawrence Halprin, «  Dispositifs de création dans le champ des activités humaines », in De l’une à (...)

Il semble que ces quatre éléments (les cycles RSVP) rendent compte de toutes les modalités du processus de création. Ils doivent s’alimenter les uns les autres et se faire écho tout au long du chemin, rendant les échanges possibles. Au sein d’une société privilégiant le processus, tous ces aspects doivent être visibles à chaque instant, afin de travailler en évitant le secret et la manipulation de la population87.

5. Épilogue

92Si tout le monde s’accorde à reconnaître que l’architecture est complexe de par sa nature même, la manière d’aborder cette complexité est diverse et n’engendre aucune unanimité.

  • 88 « Suggérer de nouvelles méthodes d’éducation en tenant compte des variétés remarquables du fonction (...)

93Les différentes réflexions proposées dans cette contribution ainsi que la présentation des expériences pédagogiques nous rapprochent fortement et naturellement du concept de simplexité, et cela sans l’avoir pris en considération au départ de notre travail didactique. Nous n’en avons pris, en effet, connaissance que tout récemment. Nos concepts étaient formulés différemment, la plupart du temps basés sur nos intuitions ; et c’est grâce aux travaux du professeur Alain Berthoz, et à la lecture de son ouvrage La Simplexité que nous avons pris conscience que nos démarches intuitives avaient du sens, car basées aussi sur des principes scientifiques issus du vivant. En particulier, les différents principes proposés par Alain Berthoz, dans son chapitre sur l’esquisse d’une théorie de la simplexité, sont tout à fait en phase avec nos expérimentations avec les étudiants. Nous pensons qu’une collaboration plus étroite entre architectes, enseignants en architecture et spécialistes des sciences cognitives s’impose, car nos questionnements sont multiples sur le fonctionnement du cerveau, les mécanismes de la conception et de la perception. Comprendre scientifiquement ce que nous élaborons intuitivement sera profitable à notre démarche pédagogique88 et pourra sans aucun doute servir aussi aux scientifiques à qui nous apportons matière à analyse.

Notes

1 Projeter des processus, c’est mettre aussi l’accent sur l’aspect cognitif des exercices. La signification de « exercice » est abordée ci-dessous au paragraphe 3.1.

2 Art du projet.

3 G. Germann, Vitruve et le vitruvianisme, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 1992.

4 G. Grassi, L’Architecture comme métier et autres écrits, Wavre, Éditions Mardaga, 1995.

5 F. Neumeyer, 1996, Mies van der Rohe : Réflexions sur l’art de bâtir, Paris, Le Moniteur, 1996.

6 Architecture d’aujourd’hui, juillet 1989, no 263, Aldo Rossi : portrait, projets et réalisations.

7 L. Kahn, Silence et Lumière, Choix de conférences et d’entretiens 1955-1974, Paris, éditions du Linteau, 1996.

8 J.-P. Durand et al., Enseigner l’architecture en 1er cycle : Écoles d’architecture Rhône-Alpes, Lyon-Grenoble-Saint-Etienne, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2004.

9 Voir ci-dessous le paragraphe 3.3 : « Conclusion des expériences : le “regard” des étudiants est en permanente évolution ».

10 Voir ci-dessous le paragraphe 3.1 : « Introduction : notion d’instrumentalisation dans l’enseignement de l’architecture et pédagogie du “corps présent” ».

11 Culture dans le sens de la société, reliant tous les membres de la société.

12 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000522423

13 Architecture, considérée ici dans le sens, la plus large et le plus concret, de « ce qui est construit ».

14 Le mot, ici, doit s’entendre définir un temps et un lieu de réflexion qui superposent la lecture de ce texte à ce qu’il décrit comme une situation d’expérience.

15 Le croquis explicite la modification de l’espace intime imaginé (espace créé), caractérisée par la rencontre, ceci en relation avec une hauteur de plafond (espace donné).

16 La majuscule signifie le concept de choix. À remarquer, pour l’anecdote, que choix au singulier est identique à choix au pluriel. Ce qui n’est pas le cas pour le mot lieu.

17 La notion d’Échelle démultiplie, de façon considérable, la conscientisation des lieux et, donc, des Espaces de réflexions. Par intuition, il semble que nous pourrions considérer l’Échelle comme la matière même de l’architecture. Nous avons abordé l’échelle humaine de façon tangible, en toute fin d’exercice d’axonométrie, ci-dessous§ 3.2.2..

18 A. Berthoz, La Simplexité, Odile Jacob, 2009, p. 73 (voir la notion de « perç-action »).

19 « Les perceptions ne sont pas dans le cerveau, ni dans le monde ; elles sont dans l’expérience », Koenderink J. J. (2008), « Controlled hallucination and “inverse optics” », Perception, 37, ECVP, Abstract Supplement, p. 87.

20 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., chap. 2, p. 31-32.

21 Ibid., chap. 2.

22 « La simplexité est cet ensemble de solutions trouvées par l’organisme vivant pour que, malgré la complexité des processus naturels, le cerveau puisse préparer l’acte et anticiper les conséquences » (ibid., p. 12 ; voir aussi l’épilogue, p. 213).

23 Cf. G. Canguilhem, La Connaissance du vivant, Paris, Vrin, 1965. « Philosophe et médecin, il montre comment le vivant structure son environnement, projette les “valeurs vitales”, qui donnent sens à son comportement » (J-P. Changeux & P. Ricœur, La Nature et la Règle, Odile Jacob, 2008, p. 17).

24 « Est-ce que, par la connaissance, que j’ai du cerveau j’augmente la connaissance que j’ai de moi-même sans connaître quoi que ce soit de mon cerveau et simplement par la pratique de mon corps ? » (ibid., p. 28).

25 Référence à la vidéo, interview d’A. Berthoz. La simplexité : http://www.youtube.com/watch?v=2898sXZmEPQ

26 Se référer aussi, pour nous architectes, à la notion de « cerveau projectif » : A. Berthoz, « La manipulation mentale des points de vue, un des fondements de la tolérance », in A. Berthoz, C. Ossola & B. Stock (dir.), La pluralité interprétative, Les conférences du Collège de France, 2010, http://books.openedition.org/cdf/1484, § 7.

27 Jean Piaget, L.C.S., p. 14 -15. Fondation Jean Piaget, Piaget et l’épistémologie, M.-F. Legendre.

28 J-M. Lévy-Leblond, 1996, cité dans J-M. Boilevin, « Enseigner la physique par situation problème ou par problème ouvert », Aster, 2005, no 40, p. 24.

29 Université Catholique de Louvain (UCL), Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (LOCI), site de Tournai (Belgique).

30 « L’instrumentalisation vise l’épuration d’une totalité. » (A. Croegaert, Architecture des exercices de Florent Soris, thèse doctorale, UCL-LOCI, Tournai, 1999).

31 « L’espace sous-tend une forme d’écriture et de lecture du monde. » (Paolo Amaldi, Espaces, Éditions de la Villette, 2007).

32 L’atelier de Moyens d’expression, dans cette vision, pourrait se nommer « atelier d’Espaces ».

33 « Notre objectif ici n’est pas de proposer un traité physiologique des nombreux mécanismes impliqués dans l’attention, mais d’essayer de montrer que l’attention est un outil fondamental pour le simplexité » (A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 54).

34 Ibid.

35 « L’exercice est l’étape antérieure du projet, un antérieur qui évite l’écueil de la “copie conforme”.» (A. Croegaert, Architecture des exercices de Florent Soris, op. cit.).

36 « La progression rebondit sur l’idée de répéter la même chose, sans retour à l’identique. » (Ibid.)

37 Dans son Vocalbulaire technique et analytique de l’épistémologie (PUF, 1999)), Robert Nadeau donne les définitions suivantes. Concept : « Représentation mentale générale et abstraite d’un objet concret ou abstrait, réel ou imaginaire, ou encore d’une propriété ou relation exprimable par un prédicat. » Théorie : « Système intellectuel provisoire et révisable. On peut regarder une théorie comme un moyen de coordonner, de calculer, d’interpréter, de comprendre, d’expliquer ou de prédire. » Une théorie, au sens large, désigne un objet de recherche ou un champ de recherche, « c’est-à-dire un ensemble contenant des suppositions (on peut dire aussi des hypothèses), des concepts, des méthodes » permettant d’analyser des situations et des problèmes. J’ajouterai qu’une théorie ne peut se passer de concepts pour s’élaborer, mais qu’elle se caractérise également par la mise à l’épreuve de ses hypothèses (par l’observation, l’expérimentation, l’interprétation) ; cette mise à l’épreuve pouvant aboutir à modifier les concepts de base, à les confirmer ou les faire évoluer (voire à échafauder de nouveaux concepts). Voir aussi Jean Ladrière, « Concept », Encyclopaedia Universalis, 2008.

38 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p 35.

39 « Chaque saccade est une décision sans retour. Un mécanisme dans le cerveau qu’on nomme l’inhibition du retour » (Souto D. et Kerzel D., 2009, Evidence for an attentional component in saccadic inhibition of return, Experimental Brain Research, 195, p. 531-540 ; cité in A. Berthoz, La simplexité, op. cit., p. 61sq.).

40 A. Berthoz, Ibid., p. 27.

41 Ibid.

42 «Interprétation […] qui […] suggère qu’il n’y a pas de suppression de l’information, mais libération de la zone sélectionnée de la compétition des autres régions autour, qui ne sont pas nécessairement supprimées » (Ibid., p. 62-63). Ce qui semble promettre une qualité de dessin.

43 « Pour que l’attention se porte sur un objet et le perçoive intégralement, il ne suffit pas qu’il soit présent au sens, il faut encore qu’il soit présent à l’imagination, c’est-à-dire qu’il soit représenté deux fois » (William James, Précis de psychologie, cité in A. Berthoz, ibid., p. 56-57).

44 Stine L., Qui n’a pas peur de l’architecture?, La Une, 2006. Concept : sculpture du vide (Thierry Decuypere, Jörn Aram Bihain, Shin Hagiwara, architects, agence V+).

45 Et aussi pour le mesurer. Ce qu’il faut savoir par exemple : tout segment appartenant à un plan horizontal est en vraie grandeur (en axonométrie militaire, les plans horizontaux ne sont pas déformés) ; toute surface appartenant à ce type de plan l’est aussi ; toute verticale (donc perpendiculaire au plan horizontal) est en vraie grandeur ; tout autre segment (même s’il appartient à un plan vertical) n’est pas en vraie grandeur ; une forme peut être limitée de segments en vraie grandeur sans pour autant que sa surface le soit (on constate, dans ce cas, que les angles ne sont pas en vraie grandeur) ; toute surface (et donc les segments qui la limitent et les angles entre eux) est en vraie grandeur si elle est vue de face.

46 Extrait du cours.

47 P. Boubon, Le processus architectural et la question des lieux, Laboratoire d’Étude de l’Architecture Potentiel LEAP, Université de Montréal, 2008, http://revues.unilim.fr/nas/document.php?id=2101#tocto3 .

48 Inframince, terme inventé par Marcel Duchamp à partir de 1935. Ici, cette conscientisation de ce dont on parle est subtile et furtive.

49 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 35.

50 Référence à la conférence de Catherine Grout, esthéticienne de l’art, au séminaire Architecture/Art (danse), février 2012, UCL-LOCI, site de Tournai.

51 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 23-24 (La généralisation, l’« équivalence motrice »).

52 « L’activité de ces neurones (neurones frontaux) serait un marqueur physiologique des moments où commence et où se termine le processus de décision concernant où et quand regarder » (Ibid., p. 61). Voir l’ « inhibition du retour » empêche notre regard de se porter deux fois de suite sur la même cible.

53 Ibid, chap. 4 : « L’attention : je choisis, donc je suis ».

54 Objet de l’activité (Dessin BAC2) : Dessiner dans des lieux remarquables avec des références (objets) orthonormées, activation des notions de perspectives. Dessin déambulatoire (activation du mouvement des yeux avec le déplacement du corps), le mouvement pour mieux appréhender l’espace, pour mieux le penser. Collage comme outil de réflexion et de sensibilisation au dessin physique, exploitation du schéma d’analyse comme lien à la réalité vécue de l’espace. Dessin de paysage (en extérieur), sensibilisation à la lumière et à la matière (en parallèle avec l’atelier d’Architecture de BAC2).

55 Voir, au sujet de la « tension », le paragraphe « La flexibilité et l’adaptation au changement », in A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 23.

56 Extrait de la fiche pédagogique du cours.

57 Référence au travail de collage de David Hockney, qui nous paraît être extrêmement juste par rapport au mécanisme du regard dans la perception de l’espace.

58 Images en perspectives : la valeur cognitive de l’axonométrie, Thèse de Anne Tüscher Dorik préparée au LPPA – Collège de France sous la direction de Jacques Droulez, 5 avril 2006.

59 Conation : motivation, volonté, impulsion, tendance. Un potentiel réflexif semble apparaître si on met ces mots en parallèle avec : buts, désirs, croyance, et accompagnés de l’idée général d’Umwelt. (Cf. A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 54.)

60 Lieu = espace des possibles.

61 Roberto Casati, « Avantage cognitif du dessin », http://www.ensci.com/uploads/media/cahier_Casati.pdf, Le 16 mars 2011, à l’ENSCI, journée sur le thème « Sciences de la cognition et design ». http://www.ensci.com/une/actualite/article/11513/

62 Voir l’hyperthésie = les sens inter-agissants. Voir aussi les notions d’ « espace émouvant », Laboratoire Chosos- http://choros.epfl.ch/page-13742-fr.html L’espace émouvant. Dans cette première intrigue, le corps est saisi, en particulier dans sa propension à être affecté – ému – par ce qui l’entoure, que ce soit par la vue ou par les différents sens dont il est doté. Au cœur des enquêtes phénoménologiques, cette question de l’appréhension sensible et en première personne de l’espace a trouvé plus récemment un champ d’application essentiel pour l’urbanisme et l’architecture à travers la question des ambiances et, plus largement, tout ce qui concerne les réponses émotionnelles aux formes urbaines.

63 Benoît Goetz, La Dislocation, Paris, Les Éditions de la Passion, 2ème édition, 2002, « Envisager l’architecture sous un mode pragmatique (qu’est-ce qu’“ elle fait” ?) », p. 26.

64 C’est-à-dire conscientisation des spécificités heuristiques de chaque outil en fonction de sa place dans le temps de recherche et des priorités/efficacités projectives (perception/conception)

65 Paolo Amaldi, Espace, op. cit., 2007.

66 Le metteur en scène russe Serguei Eisenstein fera une relecture de ce parcours de Choisy, en y ajoutant une vision plus cinématographique (shot effect), p7, Espace, Paolo Amaldi.

67 Le procédé peut évidemment s’appliquer aussi à des espaces extérieurs, urbains, dégageant (une vue sur) chaque fois des champs de réflexions particuliers.

68 « Se lancer dans la danse aura permis de faire re(s)entir le temps de l’architecture. » (Charlotte Lheureux, LieuxDits, no 3, p. 6.)

69 « Le temps de la pose », titre de l’exposé de Jan Godyns, préalable à la visite des architectures remarquables lors du séminaire Architecture & Art (architecture & danse), février 2012.

70 Être dans l’espace et en caractériser des aspects par une (des) attitude(s) corporelles.

71 «Toute connaissance (et conscience) qui ne peut concevoir l’individualité, la subjectivité, qui ne peut inclure l’observateur dans son observation, est infirme pour penser tous problèmes, surtout les problèmes éthiques. » (Edgard Morin, La Méthode, vol. VI : Éthique, Seuil, 2004, p. 65.

72 A. Berthoz, La simplexité, op. cit., p. 226.

73 Ibid., p. 23.

74 Les architectures remarquables visitées lors du séminaire furent : la villa Savoye de Le Corbusier (Poissy, France), le musée Kolumba de Peter Zumthor (Cologne, Allemagne), le musée Raveel de Stéphane Beel (Machelen-Zulte, Belgique) et l’Educatorium de Rem Koolhaas (Utrecht, Pays-Bas).

75 Voir aussi la notions d’« espace habilitant », Laboratoire Chosos (http://choros.epfl.ch/page-13742-fr.html ). À la suite des sciences cognitives – et en particulier des notions d’action située et de cognition distribuée – l’espace apparaît désormais, non seulement comme source de perception, mais aussi d’affordance. Il se noue ainsi une deuxième intrigue – en vérité étroitement liée à la première, car les références sont partagées – où les capacités humaines apparaissent comme la résultante d’une rencontre entre un corps et son contexte. Plaçant au cœur de sa réflexion cette question de l’action et de ses prises, une partie de la géographie contemporaine – rejoignant aussi certains postulats des nouvelles sociologies (Latour, Boltanski et Thévenot) – invite ainsi à penser la question spatiale (Werlen, Lussault) au regard des enjeux de la vie ensemble. Plus pratiquement, l’intrigue de l’espace habilitant a joué un rôle prépondérant dans le développement de l’inclusive design et, plus largement, de toutes les réflexions sur l’hospitalité des formes urbaines aux différents modes de vie.

76 Le dessin est considéré dans sa nature élémentaire comme une feuille sur laquelle sont tracés des traits. Nous avons vu que le dessin prend de multiples formes jusqu’à changer de nature. Peut-on considérer, dans notre pédagogie, un collage être un dessin de nature particulière ?

77 « Dans le trinôme ligne-surface-volume, c’est la ligne qui est l’élément actif ; c’est elle qui est mesurée directement, et c’est à partir de cette mesure-là que, par l’entremise de la surface, la grandeur du volume devient connaissable. » (Hans Van Der Laan, L’espace architectonique : Quinze leçons sur la demeure humaine, Brill, 1989, p. 24.)

78 Si on se réfère, lors de la rencontre imaginaire de deux personnes, à l’espace donné et l’espace créé, nous pouvons constater qu’un lieu du dessin est caractérisé par la mesure des choses : ici, le carnet de croquis et l’homme dessinant. Le carnet = surface définie finie, limite tangible de l’espace créé, et les bras du dessinateur par exemple = limite floue (la rondeur des bras difractalisant cette limite). Le torse ici, d’avantage comparable au carnet, puisque de dimension (planéité) plus similaire. Voir aussi croquis : plafond bas ou plafond haut.

79 Voir à ce sujet l’exercice d’axonométrie et le rapport fond/forme dans la recherche de la densification du vide.

80 Concentré : susceptible d’être plus facilement touché.

81 Voir à ce sujet les deux types de dessins déambulatoires : creusement et glissement.

82 Et, il existe une troisième voie : la notion du dessin qui se détache de son support. Voir la Notice sur le Baron Albert Michotte par G. de Montpellier, extrait de l’Annuaire de l’Académie royal de Belgique, 1968 : « cet attachement du dessin à une surface », p 20.

83 A. Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 28.

84 Il serait peut-être intéressant de lier le « doute » à la notion de « désordre ».

85 Compris ici comme connaissance des enjeux à court et à long termes, des significations, des conséquences de l’architecture.

86 Époux de la célèbre chorégraphe américaine Anna Halprin.

87 Lawrence Halprin, «  Dispositifs de création dans le champ des activités humaines », in De l’une à l’autre, composer, apprendre et partager en mouvements, Bruxelles, édition Contredanse, 2010.

88 « Suggérer de nouvelles méthodes d’éducation en tenant compte des variétés remarquables du fonctionnement du cerveau humain », Alain Berthoz, La Simplexité, op. cit., p. 169.

Table des illustrations

Titre Figure 1.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-1.png
Fichier image/png, 210k
Titre Figure 2.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-2.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 3.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-3.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 4.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-4.png
Fichier image/png, 339k
Titre Figure 5.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-5.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 6.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-6.png
Fichier image/png, 273k
Titre Figure 7.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-7.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 8.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-8.png
Fichier image/png, 229k
Titre Figure 9.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-9.png
Fichier image/png, 286k
Titre Figure 10.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-10.png
Fichier image/png, 163k
Titre Figure 11.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-11.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 12.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-12.png
Fichier image/png, 105k
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-13.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 13
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-14.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 14
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/3379/img-15.png
Fichier image/png, 77k

Auteurs

Université Catholique de Louvain (UCL), Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (LOCI), Site de Tournai
Université Catholique de Louvain (UCL), Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (LOCI), Site de Tournai

© Collège de France, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable