Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Terre et l’environnement observés depuis l’espace

 | 
Anny Cazenave

Présentation

Édouard Bard

Texte intégral

1Mesdames, Messieurs,
Chers collègues,

2Une constellation de satellites tournent en permanence au-dessus de nos têtes. C’est ainsi que des instruments variés mesurent des paramètres aussi différents que les températures de l’atmosphère et de l’océan, la couverture nuageuse et les pluies, la salinité et les courants marins, les teneurs atmosphériques en vapeur d’eau, en gaz carbonique et bien d’autres composés.

3Les satellites mesurent aussi l’écoulement des glaciers et des calottes polaires, ou bien encore l’extension des plantes terrestres et marines. Ces multiples observations de notre planète sont indispensables pour qui veut en comprendre et en prévoir l’évolution, qu’elle soit d’origine naturelle ou anthropique.

4Chère Anny Cazenave, après un troisième cycle en astronomie à l’université de Paris et un doctorat d’État en géophysique à l’université de Toulouse, vous êtes entrée au Centre national d’études spatiales (CNES), où vous avez effectué votre carrière, participant activement à la création et au pilotage du Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS), partenariat entre le CNES, le CNRS et l’université Paul Sabatier.

5Vos grandes spécialités sont la géodésie, la géophysique, l’océanographie et l’hydrologie spatiales. Pendant la première partie de votre carrière, vous avez étudié la structure interne du globe, les mouvements des plaques tectoniques ainsi que les mouvements verticaux de la surface terrestre.

6L’observation de la Terre depuis l’espace a subi une véritable révolution grâce à la diminution de l’incertitude sur l’orbite des satellites. En quelques décennies, cette erreur de positionnement est passée du mètre à moins d’un centimètre. Vous avez contribué à ces développements techniques qui vous ont conduite à aborder de nouveaux problèmes scientifiques comme l’étude de l’évolution du niveau marin et du cycle de l’eau en réponse au changement climatique. En effet, seuls les satellites permettent d’étudier ces aspects à l’échelle mondiale en se fondant sur des données cohérentes au niveau régional.

7Vous avez joué un rôle majeur dans la programmation et l’exploitation des missions de géodésie spatiale du CNES, incluant des partenariats avec l’Agence spatiale européenne (ESA), ou son équivalent américain, la NASA. Dans l’ordre chronologique, on peut citer les satellites célèbres comme Starlette, suivi de Geos-3, Seasat, Lageos-2, ERS-1, Topex-Poseidon, Jason et Envisat.

8La complémentarité des informations recueillies par les satellites altimétriques et gravimétriques vous ont permis de quantifier les transferts d’eau entre les océans, les continents et les glaces polaires, et de distinguer les apports en eau douce de la dilatation océanique par le réchauffement récent. L’étude du niveau marin vous a conduit à considérer sa variabilité de haute fréquence et à vous intéresser au phénomène El Niño­/La Niña. Vous avez compris l’importance des transferts d’eau de l’océan vers le continent à partir des données des satellites gravimétriques.

9Vous vous êtes aussi beaucoup investie dans le cadre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (le célèbre GIEC), notamment comme auteur principal des chapitres sur le niveau marin des rapports de 2007 et de 2013, en cours de finalisation.

10Pour vos découvertes scientifiques majeures, vous avez reçu les plus hautes distinctions des plus grandes sociétés savantes comme l’Union européenne des géosciences (EGU) et l’Union américaine de géophysique (AGU). Vous êtes membre de l’Académie des sciences, de l’Academia Europaea de l’Académie européenne de l’air et de l’espace, ainsi que membre étranger des Académies des sciences des États-Unis et de l’Inde.

11Je suis certain que votre leçon inaugurale et votre cycle d’enseignement nous aideront à mieux comprendre les relations complexes entre le niveau marin et le cycle de l’eau, qui présentent la caractéristique unique de mêler intimement les échelles d’espaces et de temps. Il faut donc regarder la Terre d’en haut et d’en bas, être à la fois astronome et géologue, pour mieux comprendre l’évolution de notre planète. Vous en êtes un brillant exemple.

Auteur

Professeur au Collège de France, chaire d’Évolution du climat et de l’océan

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable