Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la santé mondiale

 | 
Dominique Kerouedan

Géopolitique de la santé mondiale

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 14 février 2013

Dominique Kerouedan

Texte intégral

À mes fils, Théo, Johann et Gaëtan.

« Produis ce que la connaissance veut garder secret,
la connaissance aux cent passages. »
René Char

1Monsieur l’Administrateur,
Mesdames, Messieurs les Professeurs,
Honorables invités,

2Nous voici ensemble en voyage : « Je marche avec ma sœur sur la piste en latérite, la lumière brûle et nous aveugle, il est midi. Nous sortons de l’école maternelle en croquant le jus d’une tige de canne à sucre fraîchement cueillie. C’est mon tout premier souvenir. Nous sommes à Bouaké au début des années 1960. Bouaké est alors un gros village au cœur de la Côte d’Ivoire. Le paludisme est la maladie qui tue le plus alentours, les enfants et les femmes enceintes surtout, petits êtres fragiles où la vie bourgeonne. La mouche tsé-tsé bourdonne autour de la maison, se niche dans les haies sèches, son trypanosome tue le bétail. Quatre ans plus tôt à Dakar, la rougeole nous avait privées de voir notre petit frère à sa naissance. Les États d’Afrique de l’Ouest viennent de gagner leur indépendance. Le très joli nom de Léopold Sédar Senghor berce le Sénégal. Félix Houphouët-Boigny devient le président de la Côte d’Ivoire. Il le restera jusqu’à sa mort en 1993. J’étais alors médecin conseiller au programme national de lutte contre le sida à Abidjan. Le président était sorti major de l’École de médecine de Dakar en 1925, nous étions confrères. »

3Ainsi pourrait commencer le récit de mon profond attachement à l’Afrique et aux Suds. Que ce soit dans les domaines de la recherche, des combats contre le sida, de l’aide humanitaire et au développement — de Rwaza à Quetta et Peshawar, puis Chiang Mai, Mopti et Tuléar, en passant par Brazzaville, Port-au-Prince et Asmara —, tenter d’améliorer la santé des populations n’est qu’une bataille face à l’injustice.

4Me voici en escale, entourée de savants au Collège de France ! Non moins qu’un honneur, c’est une chance immense d’être parmi vous, chers Professeurs. Toute ma vie je serai reconnaissante à Philippe Kourilsky et à Pierre Corvol de m’avoir invitée à savourer sans satiété la connaissance partagée. Animé par les mêmes valeurs, chacun explore ce que l’homme et le monde portent en eux de plus mystérieux. Humilité, courage intellectuel, ardeur et joie au travail, comme cet univers est stimulant ! Loin de considérer cette expérience comme un aboutissement, j’ai plutôt le sentiment d’une initiation, d’un commencement.

  • 1 J.-C. Sournia, Histoire de la médecine et des médecins, Paris, Larousse, 1991.
  • 2 Field Actions Science Reports : http://factsreports.revues.org.

5Dans le sillage du grand Harris Mémel-Fotê, anthropologue à Abidjan — élu professeur au Collège de France, titulaire de la chaire internationale en 1995, présenté par Françoise Héritier —, la chaire Savoirs contre pauvreté s’apprête à accueillir la pensée de figures scientifiques, humanitaires et politiques d’Afrique, d’Europe, du Brésil, de l’Inde et d’autres continents. Leur expérience sur le terrain est inestimable. Réfléchissant à la vocation du Collège de France à enseigner toutes choses, conformément à sa devise docet omnia, je me demande quelles sont les bases scientifiques de la santé mondiale. Il n’est pas simple d’y répondre tant le domaine est mouvant, issu de la santé publique, devenue internationale, puis transnationale en pleine mondialisation. Henri Bergson, nommé professeur au Collège de France en 1900, reconnaissait que « l’invention doit être partout, jusque dans les plus humbles recherches de faits, jusque dans l’expérience la plus simple. Là où il n’y a pas un effort personnel et même original, ajoutait-il, il n’y a même pas un commencement de science1 ». C’était bien l’idée de Philippe Kourilsky lorsqu’il créa l’initiative FACTS de valorisation et de partage d’expériences et de questionnements entre acteurs de terrain de divers secteurs, autant de préliminaires à l’éclosion d’une science2, nous l’espérons.

  • 3 Institute of Medicine, America’s Vital Interest in Global Health : Protecting our people, enhancing (...)

6« Santé mondiale » nous vient de la traduction de global health. Selon nos recherches, l’expression apparaît pour la première fois dans le rapport publié en 1997 par l’Institute of Medicine, instance scientifique de référence pour la politique américaine. Ce rapport, intitulé America’s Vital Interest in Global Health, se propose de mettre en évidence l’intérêt, pour la sécurité des États-Unis, des questions de santé telles qu’elles se manifestent même à l’autre bout de la planète3. Le chapitre 2, « La mondialisation de la santé », commence ainsi : « les nations du monde — les États-Unis inclus — ont désormais trop en commun pour considérer la santé comme relevant strictement d’une question nationale. En lieu et place, un nouveau concept de “santé mondiale” (global health) est nécessaire pour s’occuper de problèmes de santé qui transcendent les frontières, qui pourraient être influencés par des circonstances ou des événements se produisant dans d’autres pays, et qui seraient mieux pris en charge par des actions et des solutions envisagées collectivement ».

  • 4 D. Kerouedan, G. Gonzalez-Canali, H. Balique et B. Floury, « Santé et développement : cinquante ans (...)

7Le fait que le concept qui s’intéresse à la sécurité nationale émerge ailleurs que dans le monde francophone pourrait d’emblée insinuer une force géopolitique, si nous ne savions pas en clarifier le contenu à la lumière de nos pratiques cinquantenaires de santé et développement4. Cette question sémantique n’est pas anodine. Il se pourrait que notre culture elle-même soit confisquée, et notre pensée bridée, au profit de la pensée dominante sur la global health, et le global South, insuffisamment attentive de notre point de vue aux préoccupations locales, en particulier à l’Afrique pauvre du Sahel et du centre.

  • 5 « Santé internationale » caractérise le champ de International Health de la santé publique dans les (...)
  • 6 J. Koplan, T.C. Bond, M. Merson et al. for the Consortium of Universities for Global Health Executi (...)

8Jeffrey Koplan et le Consortium of Universities for Global Health nous invitent à une compréhension commune de la notion de global health, qui part non pas des effets et des dynamiques de la mondialisation de la santé, mais d’une généalogie de la notion à partir de la santé publique, devenue internationale5, ciblant la géographie des pays en développement, puis mondiale, s’intéressant davantage à l’ampleur des problèmes qu’à leur localisation6.

  • 7 Ibid.

9La santé internationale et la santé mondiale partagent les mêmes valeurs, méthodes, instruments et outils que la santé publique : « la quête de l’équité est une valeur philosophique fondamentale de la santé publique, de la santé internationale et de la santé mondiale. La promotion d’une équité sociale et économique est un thème clé de la santé mondiale7. »

  • 8 J.-P. Dozon et L. Vidal (dir.), Les sciences sociales face au sida. Cas africains autour de l’exemp (...)

10La connaissance dans le domaine de la santé mondiale nous invite à combiner de manière subtile les apports de la géographie, de l’anthropologie, de la science politique et du droit, et bien sûr de la médecine et de la santé publique, « toutes disciplines où la recherche du sens fait comme oublier la mort », disait Mémel-Fotê. Avons-nous atteint les contours de ce que l’anthropologue appelle « la fécondité heuristique des sciences sociales dans leur, et par leur omnidisciplinarité », et du « concept de science sociale […] synonyme de science utile8 » ?

11À moins que ce ne soit le concept de science lui-même qui soit à refonder, tant l’appréhension de réalités enchevêtrées semble irréductible aux méthodes reconnues pour accéder à la connaissance.

  • 9 www.monique-castillo.net.
  • 10 E. Njoh-Mouellé (dir.), La philosophie et les interprétations de la mondialisation en Afrique, acte (...)
  • 11 G. Devin, Sociologie des relations internationales, Paris, La Découverte, 2002.
  • 12 I. Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découve (...)

12Pour tenter d’éclairer autrement les limites des stratégies internationales en faveur de la santé des pays pauvres, recourir à la philosophie de la mondialisation telle que l’enseignent Monique Castillo9 à Paris et Ebénézer Njoh-Mouellé au Cameroun10, ou à la sociologie des relations internationales telle que la conçoit Guillaume Devin11, fut réconfortant. Explorer les géopolitiques en toile de fond de nos problématiques, ou lire, même quelques pages, de Frédéric Gros, Immanuel Wallerstein12, Michel Serres ou Edgar Morin, nous aide à nous rapprocher, pas à pas, de la vérité. Parfaire notre compréhension des phénomènes de santé mondiale passe par ces détours, ces analyses plus vastes du monde contemporain.

13Le vocabulaire de la géopolitique — puissance, pouvoir, souveraineté, sécurité, territoires, velléités et rivalités, cartes et positionnement — caractérise avec plus de justesse les relations internationales contemporaines dans le champ de la santé que celui de la seule gouvernance de l’architecture de l’aide au développement.

  • 13 V. Berridge, « Thinking in time : does health policy need history as evidence? », The Lancet, mars  (...)
  • 14 C. Clift, The Role of the World Health Organisation in the International Health System, Londres, Ce (...)

14Apprendre de l’histoire me paraît une nécessité éthique de l’exercice politique de nos métiers. Pour l’historienne Virginia Berridge, les savoirs historiques devraient même faire partie de l’information, « la preuve » (the evidence) à partir de laquelle les responsables politiques pourraient mieux fonder les décisions13. Les apprenants dans nos domaines pourraient être invités à prendre connaissance des travaux des historiens et des think tanks dans ce domaine, tels ceux présentés dans la publication récente de Chatham House sur le rôle de l’OMS dans la gouvernance mondiale de la santé14.

15L’histoire de la santé publique en Europe s’intéresse aussi à la médecine coloniale au sein des empires français et britannique. C’est l’époque des innovations pharmacologiques anti-infectieuses et des découvertes biologiques en France et, sur leurs terrains, d’Alphonse Laveran, Charles Nicolle, Louis Pasteur et Eugène Jamot. En Allemagne, Robert Virchow se distingue en médecine sociale et Robert Koch découvre le bacille de la tuberculose. Filippo Pacini découvre le vibrion du choléra. Sir Ronald Ross et Sir Patrick Manson sont honorés à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

  • 15 A. Carayon, « L’hôpital principal de Dakar : plus d’un siècle d’histoire (1800-2000) », Médecine tr (...)
  • 16 M. Merlin, « Santé publique et tropiques : le Pharo, une école de pensée et d’action », Médecine tr (...)
  • 17 M. Gentilini, E. Caumes, M. Danis, D. Richard-Lenoble, P. Bégué, J-E. Touze et D. Kerouedan (dir.), (...)
  • 18 M. Gentilini, Tempérer la douleur du monde. Entretiens avec Jean-Philippe Caudron, Paris, Bayard, 1 (...)
  • 19 CMIT, E-Pilly TROP 2012. Maladies infectieuses et tropicales, Éditions Alinéa Plus, 2012, 975 p. (w (...)

16De Bombay à Londres, de l’île de Gorée à l’Amérique, épidémies et guerres ont accéléré le développement des hôpitaux15. La vocation des services de santé militaires est de préserver la santé des combattants ; les populations autochtones sont servies à leur tour : « Le commandement, puis le pouvoir politique, prirent très vite conscience de l’intérêt de ce type d’action en matière de pacification » note le médecin général Merlin16. Nous devons nos savoirs sur la médecine tropicale aux médecins militaires, à Marc Gentilini17 — qui nous honore de sa présence ce soir, et dont nous envions l’inlassable énergie à « Tempérer la douleur du monde18 » — et, plus récemment, au Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales19.

  • 20 J.-M. Milleliri, « La médecine tropicale en images. Une mémoire pour l’histoire des sciences », Bul (...)

17Alexandre Yersin, disciple de Louis Pasteur, installe son laboratoire de biologie à Nha-Trang, dans une paillotte qui deviendra le premier Institut Pasteur d’Indochine. Lors de l’épidémie qui sévit à Hong-Kong en 1892, Yersin isole le bacille causal de la peste. Dans une lettre qu’il envoie à sa mère, raconte le médecin militaire Jean-Marie Milleliri, Yersin écrit : « “[…] c’est un petit bâtonnet un peu plus long que large et qui se colore difficilement”, prudent, il termine : “Chère maman lave-toi les mains après avoir lu ma lettre pour ne pas gagner la peste20”. »

18Cent ans avant la création de l’Organisation mondiale de la santé21, la gouvernance sanitaire prend sa source au confluent des compétitions des empires coloniaux. La Première Conférence sanitaire internationale réunit à Paris en 1851 médecins et diplomates de onze États européens22, auxquels se joint la Turquie. Ensemble, ils s’évertuent à « établir une entente entre les pays en vue d’uniformiser les règlements » de la quarantaine23. Un projet de Règlement sanitaire international (RSI) est adopté « que seuls la France et le Royaume de Sardaigne » auront ratifié deux ans plus tard24.

  • 25 G. Devin, « Que reste-t-il du fonctionnalisme international ? Relire David Mitrany (1888-1975) », C (...)
  • 26 En 1855, cet homme reconnu plus tard comme le fondateur de l’épidémiologie, pense à une contaminati (...)
  • 27 S. Watts, « World Trade and World Disease. History and Policy. Connecting historians, policy-makers (...)

19Il s’agit moins pour les États de maîtriser les épidémies de choléra, de peste ou de fièvre jaune, que de s’entendre pour réduire au minimum les mesures de quarantaine qui s’avèrent coûteuses pour le commerce. Voici une belle illustration de ce que Guillaume Devin commente de la réflexion de David Mitrany, auteur du célèbre ouvrage A Working Peace System, paru en 1943 : « les progrès laborieux de la coopération internationale sont moins dus à la sagesse politique des États qu’au rapprochement de leurs intérêts matériels25 ». Dans un essai remarquable, Sheldon Watts met en évidence que dans les mois précédant l’ouverture du Canal de Suez en 1869, l’Empire britannique fait fi des découvertes épidémiologiques de John Snow26 sur la transmission du choléra à Londres, et va jusqu’à nier la propagation en Europe de cette épidémie à partir de Bombay en Inde27. Filippo Pacini avait pourtant, un peu dans l’ombre il est vrai, découvert dès 1854 le très contagieux vibrion du choléra.

20Cette tension entre la science et le pouvoir politique, subordonné aux intérêts commerciaux, constitue, dès sa naissance, le paradoxe inhérent à la santé mondiale.

  • 28 J.-P. Jardel, « La naissance de l’OMS », op. cit.
  • 29 V. Berridge, K. Loughlin et R. Herring, « Historical dimensions of global health governance », in K (...)
  • 30 L. Murard et P. Zylberman, « Mi-ignoré, mi-méprisé : Le ministère de la santé publique, 1920-1945 » (...)
  • 31 Ibid.

21C’est lors de la Conférence sanitaire internationale de 1897 consacrée à la peste, que le père de Marcel Proust, Adrien Proust, propose la création d’un Office permanent de santé. L’Office international d’hygiène publique (OIHP) sera créé par l’Arrangement de Rome en 190728. La Fondation Rockefeller, dont la coopération internationale commence en 1913, il y a tout juste cent ans, finance l’Organisation d’hygiène de la Société des nations de l’entre-deux-guerres29. La fondation américaine finance même en France dès 1917 le Comité national de défense contre la tuberculose, puis notre Office national d’hygiène social30 ! La France est reconnue comme étant une « nation scientifiquement avancée, souffrant de profondes faiblesses organisationnelles31 ».

  • 32 American Public Health Association, Growth of International Health. An Analysis and History, 2003, (...)
  • 33 Ibid. En France, la Société française de santé publique crée une commission internationale en 2012. (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 J. F. Kennedy, « Special Message to the Congress on Foreign Aid », 22 mars 1961, en ligne sur The A (...)

22Incontestablement, la Fondation Rockefeller a facilité la création d’un réseau mondial d’experts de santé. La présidente de l’Association américaine de santé publique, Leona Baumgartner, reçoit de la fondation en 1959 les financements lui permettant d’inviter, à son Assemblée générale aux États-Unis, d’illustres professeurs du Ghana, de l’Inde, du Japon et de l’Union soviétique. La dimension International Health de l’Association est lancée32. Dès 1955, l’Association américaine de santé publique établit une Résolution sur la santé internationale33. La même Leona Baumgartner devient, quatre ans plus tard, administratrice de l’Agence de coopération au développement du gouvernement des États-Unis, USAID. Forte de son passé associatif, elle s’attèle à orienter l’aide américaine à prendre une envergure décisive en matière de santé34, ce qui témoigne du rôle moteur de la société civile américaine dans la genèse de la dimension internationale de la coopération sanitaire du gouvernement des États-Unis. En pleine guerre froide, le président John Fitzgerald Kennedy, fondateur politique de USAID, brandissait devant le Congrès, traditionnellement isolationniste, la coopération au développement comme une stratégie puissante pour contrer la progression du communisme. En inscrivant sa vision dans le long terme au début des années 1960, qu’il baptise la « décennie du développement » (decade of development), le président des États-Unis appelle à refonder l’aide américaine en proposant des objectifs à long terme, une agence unique, et la séparation des aides militaires et de développement, même si l’ensemble est regroupé sous la tutelle d’un « d’un seul Chef de mission dans chaque pays, rendant compte à l’Ambassadeur ». Kennedy a la conviction que les jeunes États indépendants des continents pauvres sont sur le point d’accomplir suffisamment de développement économique et social pour obtenir leur autonomie, ce que les aides combinées des États de l’OCDE contribueront à promouvoir35. Le président invite les autres pays riches du monde à se responsabiliser et à se réunir pour former un grand partenariat Nord-Sud en faveur du développement, que l’OCDE, dont les États-Unis deviennent membre en 1961, peut précisément faciliter. John Kennedy conclut son discours en faisant référence aux Américains « parfaitement conscients de leurs obligations envers les malades, les pauvres et les affamés, où qu’ils vivent », et en appelant à transcender les partis pour se positionner en « dirigeants du monde libre » (« leaders of the Free World »). L’expression lui venait de Winston Churchill lors du discours de Fulton (Missouri) aux États-Unis en 1946.

  • 36 Ibid.

23Pour stimuler le Congrès sur le tournant qu’il propose au début des années 1960, il dira : « Nous n’échapperons pas à nos obligations : nos obligations morales en tant que dirigeant sage et bon voisin dans la communauté indépendante des nations libres, nos obligations économiques en tant que peuple le plus riche dans un monde où les pauvres sont nombreux, en tant que nation ne dépendant plus de prêts étrangers qui nous aidèrent un jour à développer notre économie, et nos obligations politiques en tant que le plus grand opposant aux adversaires de la liberté36 ».

  • 37 Cité par M. Merlin, « Santé publique et tropiques : le Pharo, une école de pensée et d’action », op (...)
  • 38 OMS, OMPI et OMC, Promoting Access to Medical Technologies and Innovation, 21 janvier 2013.

24La Charte de l’OMS sur la promotion de la santé, publiée à Ottawa en 1986, reconnue alors comme portant une vision innovante de santé publique, souligne qu’en « matière de santé, […] les conditions et ressources préalables, sont : la paix, un abri, de la nourriture et un revenu37 », autant de sujets de santé mondiale ; au même titre que les violences envers les femmes, la mort de femmes enceintes et d’enfants, la santé des adolescents et des prisonniers, ne les oublions pas. Envisager ensemble les problèmes et trouver des solutions communes fait aussi partie de la santé mondiale, que ce soit sur le tabac, l’alcool, la pénurie de soignants, la recherche pour le développement, les migrations, les effets du changement climatique sur la santé, ou la santé en situation de conflits armés, par exemple. Les risques pandémiques et les enjeux de propriété intellectuelle et d’accès au médicament, tels qu’ils se jouent entre les patients, la société civile, les États et l’Organisation mondiale du commerce, sont bien l’une des expressions contemporaines de la géopolitique économico-sanitaire38.

  • 39 D. Kerouedan, « De plus en plus de malades et de moins en moins de soignants : la crise des ressour (...)

25Cinquante ans après mon souvenir d’enfance, Bouaké est devenue une plaque tournante cosmopolite gigantesque en Afrique de l’Ouest. Les transitions démographique et épidémiologique sont en marche en Afrique, où nous observons de plus en plus de malades et de moins en moins de soignants39. L’Afrique compte un quart de la pénurie mondiale de soignants, confrontés sur ce seul continent à un quart de la charge mondiale de maladies. En toile de fond sévissent les instabilités politiques et cinq crises : alimentaire, énergétique et climatique, économique et financière, dont nous pourrions explorer les effets sanitaires et géopolitiques réciproques.

26Le vieillissement des populations, qui sera plus rapide au Sud nous prévient Gilles Pison40, et les maladies chroniques, dont les cancers, prennent le temps et l’énergie de personnels et de systèmes de santé submergés. En l’absence de protection sociale dans la plupart des pays les plus pauvres d’Afrique, comment les sociétés feront-elles face à ces fléaux de l’urbanisation, tout en maîtrisant les pandémies résistantes et les maladies tropicales de toujours ? La population du continent africain va doubler d’ici à 2050. Sur notre planète, une personne sur cinq sera alors africaine. Le modèle bismarckien de couverture du risque maladie, protégeant la productivité du travailleur, reposant sur un paradigme curatif de la santé, déficitaire de surcroît, peut-il être une référence à la couverture universelle ?

  • 41 « Vaccin ou prison ! L'Angleterre et la vaccination variolique au xixe siècle », Prescrire, déc. 20 (...)

27Face aux transformations du monde contemporain, le paysage institutionnel en faveur de la santé des pays pauvres accueille, aux côtés de l’OMS, de nouveaux acteurs, économiques et financiers, publics et privés. Bien que la première réunion mondiale sur la santé ne soit suivie d’aucun plan opérationnel, rétablir un équilibre d’attention politique entre d’un côté les maladies infectieuses, et de l’autre les systèmes de santé dans leur ensemble, est déjà l’une des motivations de la Conférence d’Alma-Ata en 1978. Il s’agit de renforcer les soins de santé primaire pour mieux prévenir et soigner les maladies. L’éradication du paludisme s’avère en effet plus compliquée que celle de la variole, que l’humanité vaincra deux cents ans après que le médecin anglais, Edward Jenner, eut affiné la méthode d’inoculation importée de Chine et de l’Empire ottoman en Occident41.

  • 42 D. Kerouedan (dir.), Santé internationale. Les enjeux de santé au Sud, Paris, Presses de Sciences P (...)
  • 43 V. Ridde, L’Initiative de Bamako 15 ans après. Un agenda inachevé, Health Nutrition and Population (...)

28Dans les années 1990, la Banque mondiale et la Commission européenne sont particulièrement présentes sur la scène sanitaire des pays en développement, se proposant de financer la réforme des systèmes de santé42. En prenant des positions politiques dans ce domaine, la Banque mondiale, dont les volumes de financements, en dons ou en prêts, sont très importants, rivalise même avec le leadership de l’OMS. L’Initiative de Bamako domine la réforme des systèmes de santé, en introduisant le financement privé, par les usagers, des services publics de soins. En pratique, cette stratégie exclut les indigents, des hôpitaux notamment. Qui sont les indigents, s’insurge le directeur régional de la santé de Tuléar, la région la plus pauvre de Madagascar, dans un pays où plus de 70 % de la population survit en dessous du seuil de pauvreté ? Comme le dit Marc Gentilini : « Plus que la maladie, la souffrance et la mort, c’est l’inaccessibilité aux soins qui constitue un scandale permanent de la fin de ce siècle. » Du fait des dépenses de santé, une centaine de millions de personnes chaque année sont exclus des services de soins et basculent dans la pauvreté. Depuis le rapport de Valéry Ridde pour la Banque mondiale en 200443, jusqu’à ses travaux récents en collaboration avec Bruno Meessen à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers, le retentissement de ces politiques a été analysé.

  • 44 OMS, Les soins de santé primaire. Maintenant plus que jamais, rapport annuel sur la santé dans le m (...)
  • 45 Exemple inspiré de la 3e étude d’évaluation à 5 ans du Fonds mondial : Macro International Inc., Gl (...)
  • 46 The European Court of Auditors. European Commission Development Assistance to Health Services in Su (...)
  • 47 D. Sridhar et R. Batniji, « Misfinancing global health : a case for transparency in disbursements a (...)
  • 48 IHME, Financing Global Health 2012. Has the “Golden Age” of Global Health Funding come to an End ?, (...)

29Trente ans plus tard, la directrice générale de l’OMS Margaret Chan tente de réhabiliter Alma-Ata44 dans un contexte où la pandémie de sida cette fois, concentre l’attention politique et les financements mondiaux. En effet, la verticalité des interventions n’a jamais été aussi marquée : le test de dépistage sérologique de l’infection à VIH est disponible là où les examens biologiques élémentaires ne sont pas pratiqués. Les médicaments antirétroviraux sont dispensés là où l’essentiel est en rupture de stock et la boîte d’accouchement incomplète. Les évaluateurs du Fonds mondial constatent que « les services de santé de base manquent de tout : d’eau, de soignants, de protocoles, de directives, de médicaments, de réactifs de laboratoire, de moyens matériels et logistiques45 ». L’impact est considérable en termes éthiques. Pourtant, il passe inaperçu : dans le même hôpital, le patient atteint de sida est parfois traité alors que les patients souffrant de méningite, d’hépatite ou de fièvre typhoïde, ou de toute autre maladie, meurent dans l’indifférence. Dans des pays où les profils épidémiologiques ne sont pas dominés par le sida, la Cour européenne des comptes déplore ces déséquilibres46, que certains auteurs qualifient « d’erreurs de financement de la santé mondiale47 ». Depuis Seattle, l’Institute for Health Metrics and Evaluation montre dans l’ensemble des régions et depuis plusieurs années, la déconnexion entre les décaissements de l’aide en faveur de la santé et l’ampleur des maladies48. L’histoire, la demande des pays, les intérêts géopolitiques et commerciaux, orientent l’allocation de l’aide.

30Dans le même esprit, nous pourrions nous interroger sur l’indépendance politique et scientifique du choix des priorités de recherche, entre ce que nous souhaitons connaître et ce que nous choisissons d’ignorer de la condition humaine.

  • 49 G.-H. Soutou, « Le nouveau système international », communication présentée devant l’Académie des S (...)
  • 50 Cet engagement est classiquement ramené à la Conférence de Monterrey en 2002. Il remonte en fait be (...)

31Selon l’historien Georges-Henri Soutou, les États ont ressenti dès les débuts de la mondialisation « la nécessité d’un contact plus informel, et extérieur aux organisations internationales, pour régler plus rapidement les problèmes nouveaux qui se posaient et qui paraissaient dépasser les organisations existantes. Ce fut l’origine du G7 en 1975. Ce fut aussi la raison de la création du G20 en 200849 ». Au tournant du millénaire, en pleine mondialisation, les enjeux sont tels qu’ils ne peuvent être envisagés que collectivement, d’autant que les États de l’OCDE ne respectent pas leur engagement de consacrer 0,7 % de leur PIB à l’aide publique au développement50.

  • 51 L’agence ONUSIDA est créée en 1996 (www.unaids.org). Avant cela, la lutte contre le sida relève de (...)

32La santé figure à l’ordre du jour des Sommets du G8, du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies. À leur aide sanitaire bilatérale, la France et la Commission européenne privilégient le financement d’initiatives mondiales pilotées à distance. L’Inde et le Brésil fabriquent des médicaments génériques. La Chine bâtit des infrastructures et devient un bailleur de fonds. De ces concertations émanent des partenariats mondiaux, aux instances dirigeantes desquelles s’invitent le secteur privé industriel, et les mécènes philanthropes, dont les volumes financiers et les politiques imposent, de fait, leurs priorités, selon une gouvernance qui fait trembler l’indépendance et l’autorité de l’OMS, dont le leadership est partagé avec la Banque mondiale depuis les années 1980. La crédibilité de l’agence de référence mondiale pour la santé n’avait-elle pas en outre été fragilisée par l’explosion de la pandémie de sida en Afrique australe, au point que l’organisation des Nations unies avait créé en interne en 1996, un programme conjoint contre le sida51 alliant une dizaine d’agences de l’institution, dont la Banque mondiale.

  • 52 L. Murard et P. Zylberman, « Mi-ignoré, mi-méprisé : Le ministère de la santé publique, 1920-1945 » (...)
  • 53 A. Dejammet, L’Archipel de la gouvernance mondiale : ONU, G7, G8, G20, Paris, Dalloz, 2012.
  • 54 P. Manent, La Raison des nations : réflexions sur la démocratie en Europe, Paris, Gallimard, 2006.

33De ces alliances émergent des tensions, non résolues à ce jour, entre partnership et leadership. À l’échelle nationale, les autorités du pays sont censées diriger. Les ministères de la Santé, « mi-ignorés, mi-méprisés », selon l’expression reprise par Lion Murard et Patrick Zylberman52, vous confieront leurs difficultés à cet égard. À l’échelle européenne, l’art politique oscille entre souverainetés, subsidiarité et compétence. Les « aéropages restreints » de l’« Archipel de la gouvernance mondiale53 », G8 ou G20, ne sont-ils pas tentés de « prendre en main la conduite de notre globe », se demande le diplomate Alain Dejammet ? Quel rôle l’Union européenne entend-elle prendre de son côté, à l’échelle locale et mondiale ? Comment réconcilier diversité et universalité, sans basculer dans le totalitarisme de l’uniformisation que suscite, si l’on n’y prend garde, la tentation idéologique de globalisation inhérente au mouvement de mondialisation ? « Rien d’étonnant alors, nous dit le philosophe Pierre Manent, si nous nous réfugions dans une idée confuse de l’unité humaine, unité imminente qui résoudrait par une sorte de nécessité interne le problème de l’ordre humain que nous ne savons plus comment poser54 » ?

  • 55 J. S. Akin, N. Birdsall et D. M. De Ferranti, Financing Health Services in Developing Countries : A (...)
  • 56 UNITAID, IFFM de GAVI, etc. Voir : D. Porcher et D. Kerouedan, Health Financing : Evolving Context, (...)
  • 57 D. Kerouedan (dir.), Santé internationale. Les enjeux de santé au Sud, op. cit.

34Des financements innovants sont créés pour sécuriser et inciter l’industrie à produire médicaments et vaccins en grande quantité, à plus bas prix, au bénéfice d’un marché de pauvres. Du premier rapport de la Banque mondiale, en 1987, sur le financement des services de santé55, au prélèvement de taxes, vingt ans plus tard, sur l’achat de billets d’avion, puis sur les transactions financières, les dirigeants de nos pays sont créatifs pour innover dans la finance56. L’argent est présenté comme la solution aux défis contemporains57. Cette réponse n’est-elle pas plutôt un alibi à notre incapacité à reconnaître les limites des remèdes palliatifs que nous proposons ?

  • 58 B. Floury, « Le discours de la Coopération française en matière de santé depuis les indépendances » (...)
  • 59 Le HCCI a été créé par le premier ministre Jospin afin d’assurer un lieu de débat entre différents (...)
  • 60 M. Gentilini, La Coopération sanitaire française dans les pays en développement, coll. « Journal of (...)
  • 61 P. Morange (avec la participation de Dominique Kerouedan), Évaluation de l’action de la France en f (...)
  • 62 P. Kourilsky (avec la participation de C. Perrey. M. Brossard et D. Kerouedan), Optimiser l’action (...)
  • 63 The European Court of Auditors, European Commission Development Assistance to Health Services in Su (...)
  • 64 Voir note précédente.
  • 65 P. Morange, op. cit.
    D. Kerouedan, « Enjeux politiques de l’évaluation à cinq ans du Fonds Mondial d (...)

35Les inégalités d’accès aux soins masquent l’asymétrie de l’aide et les inégalités d’accès à l’expertise. La connaissance n’est-elle pas la condition même de l’appropriation, de la pérennité et de l’émancipation, autant de fenêtres ouvertes sur un avenir plus serein ? La réciprocité des flux d’expériences et de savoirs, entre les différentes parties du monde, est menacée par la non-représentation au Sud des partenariats mondiaux, des instances innovantes de financement, dont les sièges sont à Genève ou à Londres. Le retrait du terrain de l’expertise bilatérale à long terme signe, de fait, la fin de ce qui fut le plus satisfaisant — et l’exception française, belge, allemande, européenne —, dans l’exercice de la coopération : réfléchir et travailler ensemble, in situ, à des réponses renouvelées58. S’en inquiètent successivement les Avis du Haut Conseil de la coopération internationale59 et du Conseil économique et social60, les rapports des députés Pierre Morange et Henriette Martinez61, de Philippe Kourilsky62, ainsi que des Cours des comptes française et européenne63. La Cour européenne des comptes va plus loin en interpellant la Commission européenne sur sa politique de renforcement des capacités des pays bénéficiaires de ses financements64. Les auteurs de ces rapports s’accordent pour conclure à l’absence de synergie, sur le terrain, entre les aides techniques bilatérales et les initiatives financières de partenariats mondiaux désormais privilégiés65.

  • 66 Coordination Sud et Radio France Internationale, Regards du monde sur l’Europe. Pour un dialogue so (...)

36Rares sont devenues les opportunités d’être à l’écoute des attentes et préoccupations des populations du Sud. Saluons l’initiative du réseau Coordination Sud, qui avait organisé une belle manifestation sous la présidence française de l’Union européenne en 2008, réunissant à Paris des représentants de la société civile de plusieurs continents, et dont les débats furent synthétisés dans un ouvrage intitulé Regards du monde sur l’Europe66.

  • 67 Interview de Harris Mémel-Fotê par Idriss Diabaté in I. Diabaté, O. Dembélé et F. Akindès, Intellec (...)
  • 68 Cité par F. Gros, Foucault, le courage de la vérité, Paris, PUF, coll. « Débats philosophiques », 2 (...)

37Que pensent les intellectuels de ce qui se passe dans leurs sociétés ? « Tant qu’on ne montrera pas clairement, dit Mémel-Fotê, que les formations techniques et politiques sont différentes dans leur conception de l’intellectuel et de son rôle, on n’avancera pas. » Contemporains, Michel Foucault à Paris et Harris Mémel-Fotê à Abidjan partagent sans le savoir une vision commune du rôle de l’intellectuel : « Ceux qui sont promus dans les villes à ces tâches de réflexion, dit l’anthropologue, doivent assumer cette part de médiation à l’universel, de veiller sur les peuples, d’éclairer des sentiers incertains, bref cette tâche d’être une conscience […]. Le sacrifice de notre conscience, du cesser de penser et du cesser de parler du point de vue politique, a été des plus désastreux […]. Et quand je parle de conscience, c’est aussi le rôle que vous avez à jouer, vous autres étudiants et enseignants, qui représentez l’intelligentsia, l’avenir67 […]. » En s’intéressant de son côté au « courage de la vérité » de Michel Foucault, Frédéric Gros met en lumière « l’éthique de l’intellectuel engagé » plutôt que la « morale du philosophe » et le cite : « je dirais que le travail de l’intellectuel, c’est bien en un sens de dire ce qui est, en le faisant apparaître comme pouvant ne pas être, ou pouvant ne pas être comme il est68 ».

  • 69 OCDE, Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide et l’harmonisation, 2005.
  • 70 D. Kerouedan, contribution à Action for Global Health, rapport no 2 : Une aide en bonne santé ?, ju (...)

38En réponse à la situation, comment la communauté internationale en arrive-t-elle à innover mieux dans le financement que dans la stratégie, attitude qui risque de compromettre longtemps l’impact d’une aide, même accrue ? Laissons de côté ce que nous savons de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide et l’harmonisation69, dont le principe le moins appliqué fut précisément le quatrième, relatif à la gestion axée sur les résultats70. Ne nous satisfaisons pas d’incriminer des institutions ou des États corrompus. Reconnaissons pour une fois le courage et le dévouement de nos trop solitaires confrères et de leurs équipes, qui persévèrent sur des terrains hostiles à bien des égards, où nous-mêmes aurions cédé. Ce soir, je vous propose une interprétation alternative. Je crois à la puissance déterministe, sur le long terme, de décisions prises à la hâte à un moment de l’histoire.

39Comment ces décisions ont-elles été prises ?

***

  • 71 Créée le 16 avril 1948, l’OECE deviendra l’OCDE.
  • 72 R. McNamara, Increased development aid would increase world security, 22 mai 1979.

40Lors de la création de l’Organisation européenne de coopération économique71 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le développement est pensé comme une application immédiate et un résultat obligatoire de la croissance économique ; ce que l’Europe semble avoir réussi avec l’appui du Plan Marshall. Presque vingt ans plus tard, en 1968, comme John Kennedy dont il a été le secrétaire à la Défense, le président de la Banque mondiale Robert McNamara croit à la croissance économique comme levier d’autonomisation des pays en développement. Comme Kennedy, il met l’accent sur la question de la sécurité internationale en proposant aux États impliqués dans la course à l’armement des alternatives meilleures, dont l’accélération du progrès économique et social dans les pays pauvres. Il fait remarquer que les nations les plus riches telles que le Japon, l’Allemagne et les États-Unis, sont sérieusement déficientes quant à leur niveau d’aide au développement, et il insiste sur le fait que « l’augmentation de l’aide au développement irait de pair avec un accroissement de la sécurité mondiale72 ». La rapidité de la croissance démographique est une des préoccupations que McNamara soumettra à l’appréciation de son audience au MIT, le 28 avril 1976, sur le thème World Change and World Security : « Il ne s’agit pas d’attendre des gouvernements qu’ils décident en la matière, il s’agit d’une question qui serait décidée par des centaines de millions de parents, qui en détermineraient les effets ». À la fin du siècle, on ne parle du développement qu’en termes de réduction de la pauvreté. Cette connotation palliative des politiques atteint son paroxysme dans la Déclaration du millénaire, dont sont issus les huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

  • 73 OMS, Macroéconomie et santé : investir dans la santé pour le développement économique, rapport de l (...)
  • 74 OMD 4, 5 et 6, respectivement : réduction de la mortalité infantile, réduction de la mortalité mate (...)
  • 75 Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde. Investir dans la santé. Indicateurs du (...)
  • 76 Cf. Banque mondiale, Pour une meilleure santé en Afrique. Les leçons de l’expérience, Washington, D (...)
  • 77 A. Sen, « Santé et développement », Bulletin de l’OMS. Recueil d’articles, no 2, 2000, p. 18-23.
  • 78 Cf. S.J. Babones, « Income inequality and population health : correlation and causality », Social S (...)
  • 79 É. Breton, « L’innovation au service de l’action publique : agir comme au xixe siècle », in : L’act (...)
  • 80 G. Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au xixe siècle, Paris, (...)
  • 81 M. Marmot, « Social determinants of health inequalities », The Lancet, mars 2005, vol. 365, no 9464 (...)
  • 82 M. Marmot, « Closing the gap in a generation : health equity through action on the social determina (...)

41En confiant à Jeffrey Sachs la commission Macroéconomie et santé73, le souci de la directrice générale de l’OMS, à l’époque Gro Harlem Brundtland, est de mobiliser en urgence des financements pour réaliser les OMD de la santé74. La plaidoirie de Jeffrey Sachs était-elle indispensable ? La Banque mondiale nous avait convaincus depuis près de dix ans qu’il était pertinent d’« investir dans la santé75 » pour accélérer le développement, en particulier en Afrique, « parce qu’un individu bien portant est économiquement plus productif et que le taux de croissance économique du pays y gagne76 ». À la veille du millénaire, le prix Nobel d’économie Amartya Sen nous dit qu’« il n’est pas nécessaire d’instrumentaliser la santé pour établir sa valeur, c’est-à-dire d’essayer de montrer qu’une bonne santé peut également contribuer à stimuler la croissance économique77 ». Selon Sen, en augmentant le degré de liberté, la santé est en soi développement économique. Plus souvent que le niveau de richesses, ce sont en fait les inégalités économiques qui sont associées à un faible état de santé78. Éric Breton, titulaire de la chaire Promotion de la santé à l’École des hautes études en santé publique ajoute que « les sociétés les plus égalitaires sont celles où l’espérance de vie est la plus élevée, et celles où les inégalités de santé sont les plus faibles79 ». Sans oublier les médecins hygiénistes français — qui vont jusqu’à se lancer dans « la carrière politique », nous dit Gérard Jorland, « pour faire voter une législation sanitaire couronnée par la loi de santé publique de 190280 » —, saluons la fidélité et l’excellence britanniques à décrire les effets de la violence structurelle sur la santé, des travaux de Sir Edwin Chadwick au xixe siècle, les Whitehall studies à la fin des années 1960, jusqu’aux recommandations récentes de Sir Michael Marmot81. « La combinaison toxique de mauvaises politiques (au sens de policies), des politiques économiques et de la politique en général, est en grande partie responsable du fait qu’une majorité de peuples dans le monde ne bénéficient pas d’une bonne santé, pourtant possible du point de vue biologique. L’injustice sociale tue à grande échelle82 » nous assène le président de la commission de l’OMS sur les déterminants sociaux de la santé.

  • 83 P. N. Stearns, American Fear : the Causes and Consequences of High Anxiety, New York, Routledge, 20 (...)
  • 84 La Conférence de Vancouver annonçant l’efficacité des médicaments antirétroviraux sur la réduction (...)
  • 85 Institute of Medicine, America’s Vital Interest in Global Health : Protecting our People, enhancing (...)

42En relisant par ailleurs l’historique de la réponse américaine à la pandémie de sida, il me semble avoir trouvé l’une des clés de ce que je cherchais : la disproportion et la précipitation de financements alloués au contrôle de maladies infectieuses trouvent des éléments d’explication dans la peur qui habite l’Amérique, au point que Peter Stearns y a consacré un ouvrage83. Lorsque Bill Clinton est résident à la Maison-Blanche, il publie en 1996 une directive présidentielle appelant à une stratégie des États-Unis davantage centrée sur les maladies infectieuses. Leur ampleur dans le monde, tout ce qui concourt à leur propagation, leurs retentissements économiques, le retard de développement de nouvelles molécules84 et la résistance des agents infectieux aux antibiotiques, la mobilité des populations et la croissance de mégapoles, la faiblesse des systèmes de santé des pays pauvres, sont autant de sujets de préoccupation du président soucieux de sécurité nationale. C’est l’année suivante que l’Institute of Medicine publie le rapport dans lequel la préoccupation pour la santé mondiale est présentée comme « l’intérêt vital des États-Unis85 ».

  • 86 Le NIC est un centre de réflexion stratégique au sein du gouvernement américain, dont la mission, e (...)
  • 87 Global Humanitarian Emergencies : Trends and Projections, 1999-2000, 1999 ; Global Humanitarian Eme (...)
  • 88 NIC, Global Water Security, Intelligence Community Assessment, 2012.
  • 89 NIC, The Impact of Climate Change to 2030, 2009.
  • 90 NIC, Non-State Actors : Impact on International Relations and Implications for the United States, 2 (...)

43Ce n’est pas tout. N’est-il pas surprenant que, sur la période 1999-2008, les services secrets eux-mêmes s’emparent du sujet ? En dix ans, le National Intelligence Council86, le Comité national de réflexion stratégique du gouvernement américain qui coiffe les agences de renseignement, publie six rapports sur des sujets exclusivement de santé mondiale87. Les réflexions stratégiques portent plus récemment sur les questions de sécurité mondiale autour de l’eau88 et du changement climatique89. Notons que le NIC s’était soucié en 2007 d’étudier de plus près les acteurs non étatiques généralement « survolés dans les analyses géopolitiques » (dit le rapport de 2007), car « tout en ne constituant pas une menace explicite pour la sécurité américaine », ils sont de précieux « propagateurs des valeurs occidentales, telles que le marché, la protection environnementale ou les droits de l’homme90 ». Ainsi, le gouvernement américain ne se contente pas de l’information et des réflexions stratégiques qui pourraient émaner des universités ou des think tanks américains, mais se met en situation de produire ses propres études. Le NIC craint que les maladies infectieuses, dont « il [serait] probable que beaucoup émergent à l’étranger », soient à l’origine de déstabilisation politique lorsque leur ampleur menace les conditions socio-économiques du développement, tout en ralentissant les processus de démocratisation et de transition, entraînant l’émergence de situations de conflit et d’urgences humanitaires.

  • 91 M. Merlin, « Santé publique et tropiques : le Pharo, une école de pensée et d’action », op. cit.

44Pour la première fois, la maladie est présentée comme « un agent non traditionnel de menace » pour la sécurité américaine, d’autant que l’armée en divers points du monde est exposée. Marcel Merlin ne nous avait-il pas prévenus qu’« à la guerre, les maladies tuent plus que les armes91 » ? Les désastres sanitaires conduisant à des échecs militaires ne sont pas exceptionnels. Gérard Jorland se souvient que la variole avait tué plus de 22 000 soldats de l’armée française pendant la guerre de 1870. Les troupes sont décimées lors de l’expédition du général Leclerc à Saint-Domingue en 1802, ou de la conquête de Madagascar en 1895. Nous avions été frappés à notre tour par les données de 1998 : en cette même année, 200 000 personnes tombaient au combat pendant que le sida tuait plus de 2 millions de personnes dans le monde.

  • 92 South African Defence Intelligence Assessment, HIV/AIDS prevalence among the Armed Forces in Sub Sa (...)
  • 93 Taux qui s’avèrent être 2 à 5 fois plus élevés que ceux de la population générale dans plusieurs pa (...)
  • 94 International Crisis Group, HIV/AIDS as a Security Issue, 19 juin 2001.
  • 95 F. Ramel, L’Attraction mondiale, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

45La publication l’année suivante, en 1999, par le ministère de la Défense en Afrique du Sud92, de taux élevés de prévalence de l’infection à VIH chez les militaires de nombreux États d’Afrique93, alarme les autorités sud-africaines et les services secrets américains. Les capacités de défense nationale seraient vulnérables à des conflits internes ou externes, et l’International Crisis Group renchérit que de nombreux pays « ne seront bientôt plus en mesure de contribuer aux opérations de maintien de la paix94 ». Dans ce contexte, les relations géopolitiques entre les États-Unis et l’Afrique du Sud, entre leurs ministères de la défense et entre leurs services secrets, vont conduire la communauté internationale jusqu’à New York. Ce mouvement pourrait bien être une illustration de ce que Frédéric Ramel nomme « l’attraction mondiale95 ».

  • 96 Argentine, Bangladesh, Canada, Chine, France, Jamaïque, Malaisie, Mali, Namibie, Pays-Bas, Russie, (...)
  • 97 Article 90 de la Résolution de l’AG des Nations unies le 27 juin 2001.
  • 98 Plus connue sous le sigle de sa dénomination en anglais UNGASS : United Nations General Assembly Sp (...)

46Le 10 janvier 2000, le Conseil de sécurité, pour la première fois de son histoire, inscrit à l’ordre du jour de ses réunions un thème « non traditionnel » de paix et de sécurité : « La situation en Afrique : l’impact du sida sur la paix et la sécurité en Afrique ». Le vice-président Al Gore préside la matinée ; l’ambassadeur des États-Unis à l’ONU, Richard Holbrooke, l’après-midi. On notera la forte présence américaine devant les quinze États membres du Conseil de sécurité96. La Déclaration d’engagement sur le VIH/sida, par laquelle l’Assemblée générale des Nations unies encourage la création, « en urgence », d’un « fonds mondial pour le VIH/sida et la santé97 », est adoptée en juin 200198. Soulignons que cette résolution appelait bien à la création d’un fonds santé et sida. En pratique, grâce aux États du G8 mobilisés par le secrétaire général Kofi Annan, ce fonds mondial verra le jour mais se limitera à cibler trois maladies : le sida, la tuberculose et le paludisme.

  • 99 J. H. Bradol, « Soigner la santé », in C. Magone, M. Neuman et F. Weissman (dir.), Agir à tout prix (...)
  • 100 A. Mead Over, Prevention Failure : The Ballooning Entitlement Burden of U.S. Global AIDS Treatment (...)
  • 101 D. Kerouedan, Douze ans d’échec des stratégies internationales de lutte contre le sida en Afrique. (...)

47Héritant de la dynamique qui précède, le président George W. Bush obtiendra du Congrès un financement sans précédent en faveur de la lutte contre le sida au travers du programme PEPFAR (US President Emergency Programme for AIDS Relief). La visibilité du sida en tant que menace sanitaire donne le pouvoir au président de mobiliser les prérogatives budgétaires de sa fonction et de passer outre un Congrès plutôt indifférent. Les termes mêmes utilisés, emergency et relief, empruntent au vocabulaire de l’assistance et annoncent la nature verticale de l’intervention. Ainsi, actions humanitaires et en faveur du développement ne se distinguent-elles plus aussi clairement, ce que l’ancien président de Médecins sans frontières, Jean-Hervé Bradol, inscrit dans la perspective des grandes étapes géopolitiques du xxe siècle99. Mead Over nous fait remarquer de son côté100 qu’aucun des leaders internationaux n’a relevé la double contradiction entre, d’un côté, le caractère temporaire de l’aide humanitaire et l’engagement permanent qu’implique le financement du traitement à vie de patients atteints de sida et, de l’autre, le fait que la pérennité étant un critère d’allocation de l’aide, les gouvernements avaient jusque-là privilégié la prévention des maladies plutôt que les traitements. Mead Over est l’un des rares chercheurs à alerter les politiques sur l’échec de la prévention du sida, position que Jean-Pierre Deschamps a eu le courage de soutenir avec moi dès les années 1990101, et qui ne sera reconnue et discutée que dix ans plus tard dans les revues scientifiques. Le véritable défi aujourd’hui est de maîtriser les nouvelles infections chez les jeunes, en particulier chez les jeunes filles.

48N’est-il pas ironique de se rendre compte que, pendant que les États-Unis mettaient tout en œuvre, en 2000 et 2001, pour se protéger des menaces sanitaires, c’est le terrorisme qui a frappé, comme jamais, le peuple et le sol américains — une menace classique pour les services de renseignement : l’attentat contre le World Trade Center perpétré le 11 septembre 2001 ?

49L’Amérique a peur : du communisme, des maladies, des terroristes. Lorsqu’en juillet dernier un journaliste demande au directeur du NIC ce qui le maintient éveillé la nuit, James Clapper répond : « Ce qui me tient effectivement éveillé la nuit, ce sont les choses dont je ne sais rien102 ». Le directeur du NIC insiste aussi sur la notion de temps : ce qui l’inquiète beaucoup est la rapidité avec laquelle les événements se produisent dans un monde où tout est désormais interconnecté. Restreindre le champ de l’inconnu est bien au cœur des missions de renseignement. Dans ce paysage, les risques sanitaires véhiculent des incertitudes à l’origine de décisions peu rationnelles. Nous l’avons vu lors de l’émergence des épidémies de SARS, H5N1, H1N1103.

  • 104 Z. Laïdi, Le Sacre du présent. Pourquoi vivons-nous dans l’urgence ?, Paris, Flammarion, 2000.

50La peur a un coût. Les responsables politiques se servent peu des savoirs historiques et évaluatifs à leur portée, pas toujours de la science. En réfléchissant à l’instantanéité engendrée par les effets combinés des technologies de l’informatique et de la communication, le politologue Zaki Laïdi nous explique que « l’acteur public n’agit plus, il réagit104 ». D’où cette accélération souhaitée par Jeffrey Sachs, et la « rapidité », l’« urgence » (emergency) qui dictent la décision de créer un G7, le Fonds mondial, le PEPFAR.

  • 105 D. Stuckler et M. McKee, « Five Metaphors about Global Health-Policy », The Lancet, juillet 2008, v (...)

51L’examen de ce qui a pu façonner les politiques sanitaires au cours du temps nous permet de dégager trois « métaphores » de la santé mondiale : économique, diplomatique et sécuritaire. Nous n’avons pas encore parlé de charité, ou même de santé publique, deux dimensions, qui, d’après David Stuckler et Martin McKee, complètent les cinq « métaphores » des politiques de santé mondiale105. Admettons que le souci de solidarité motive aussi les pays riches. Si Kofi Annan emporte l’adhésion des États du G8 à Okinawa, puis à Gênes, pour financer le Fonds mondial, c’est aussi parce que l’homme originaire du Ghana est profondément ému par le retentissement humanitaire du sida en Afrique, comme il l’exprimera lui-même. Richard Holbrooke est un homme sensible aux questions humanitaires, nous assure l’Ambassadeur de France à l’ONU Alain Dejammet, représentant la France à cette réunion du Conseil de sécurité de janvier 2000 — et qui nous fait l’honneur d’être parmi nous ce soir. La santé publique semble occuper le dernier rang sur l’échelle hiérarchique des « métaphores », ce qui explique peut-être que les systèmes de santé fassent si peu partie des priorités des pays et des bailleurs de fonds. La notion de sécurité en politique va de pair avec l’urgence et le contrôle de maladies transmissibles, plutôt qu’avec une approche holistique de long terme, qu’exige le renforcement d’institutions techniques ou managériales.

  • 106 H. Feldbaum, K. Lee et P. Patel, « The National Security Implications of HIV/AIDS », PLoS Medicine, (...)
  • 107 The White House, The National Security Strategy of the United States, cité par Feldbaum et al.

52L’Afrique intéresse-t-elle les pays occidentaux ? Selon Harley Feldbaum106, l’Afrique subsaharienne ne représentait pas un enjeu géopolitique pour les États-Unis avant les attentats du 11 septembre, qui ont souligné la menace que font peser les « États faillis » (failed states) sur la nation américaine. La stratégie de la Maison-Blanche en 2002 relève que : « L’Amérique est donc maintenant moins menacée par des États conquérants que nous ne le sommes par des États faillis107. » Les attentats terroristes qui touchent le cœur de Londres en 2005 obligent Tony Blair à rentrer du G8 de Gleneagles, qui s’apprête justement à promettre le doublement de l’aide à l’Afrique… Sommes-nous étonnés d’observer que cette promesse ne fut pas tenue ?

  • 108 J. Sachs, « From millennium development goals to sustainable development goals », The Lancet, juin  (...)
  • 109 J. Sachs, « From millennium development goals to sustainable development goals », op. cit.

53La compréhension de ces phénomènes est d’autant plus opportune que de nouveaux objectifs pour le monde après 2015 sont en préparation108, que notre regard pourrait s’appliquer à d’autres thématiques globales. Le développement économique est présenté comme l’un des trois piliers du développement durable109. Un des risques de cette assimilation est de perdre de vue, une nouvelle fois, les spécificités d’approche que requiert le renforcement des capacités institutionnelles des pays pauvres, qui ne relève pas de sujets communs environnementaux ou même mondiaux.

***

54Mesdames, Messieurs, nous sommes presque au bout de ce petit tour d’horizon historique et géographique, qui nous rappelle en passant la position centrale occupée par la France et l’Europe en santé internationale à plusieurs moments : c’est « le gouvernement français », dit Jardel, qui organise la concertation à l’origine de la Première Conférence sanitaire invitée à se réunir à Paris. Les contributions de nos confrères français, britanniques, italiens et allemands aux grandes découvertes biologiques tropicales du xixe siècle sont couronnées de plusieurs prix Nobel. Certes l’installation en 1902 du Bureau sanitaire international des États américains précède de cinq ans celle de l’Office international d’hygiène publique à Paris.

  • 110 NIC, Strategic Implications of Global Health, 2008.
  • 111 G. Devin, « Que reste-t-il du fonctionnalisme international ? Relire David Mitrany (1888-1975) », o (...)

55En réduisant depuis dix ou quinze ans l’aide bilatérale, sanitaire et sociale en faveur de l’Afrique francophone, la France et l’Union européenne n’ont-elles pas pris le risque d’ajouter à la précarité un facteur de déstabilisation politique de la région ? Le rapport du NIC sur les implications stratégiques de la santé mondiale110 prévenait dès 2008 que les acteurs non étatiques, comme les terroristes ou les seigneurs de guerre, gagnent en légitimité, en pouvoir et en envergure, locale et internationale, en fournissant des services que des gouvernements ne proposent pas. L’incapacité du gouvernement à fournir à la population des services de base, de santé ou autres, a nui à la crédibilité du gouvernement en Afghanistan, tout en alimentant le soutien aux Talibans. En Chine, la crédibilité du gouvernement est menacée par la très grande participation financière des ménages aux dépenses de santé, ce que les autorités s’empressent de redresser au début des années 2010 en instaurant progressivement un système de protection sociale largement demandé par les classes moyennes et dont la croissance économique dépend, ainsi que la paix sociale. « Les peuples peuvent bien applaudir aux déclarations de droits, ce qu’ils veulent, disait David Mitrany, c’est la satisfaction de leurs besoins111 ». Le NIC note qu’indépendamment des tensions qui peuvent opposer les États-Unis à d’autres États, la coopération sanitaire reste possible. La santé prend ici la forme d’un instrument diplomatique d’ouverture et de dialogue entre États adversaires. De même, dans le but de servir des intérêts communs, le NIC propose que des collaborations internationales puissent rapprocher la Chine, l’Inde et la Russie par exemple, dans le domaine de l’environnement, ou dans le domaine des maladies infectieuses lorsqu’il s’agit de leurs relations avec l’Afrique.

56Servir les intérêts américains, contribuer à un nouvel ordre mondial, sont les maîtres-mots de la stratégie de Barack Obama en 2010. À l’issue d’une décennie marquée par la guerre sur les théâtres de l’Afghanistan et de l’Irak, il s’agit, je cite, de « restaurer le leadership américain à l’étranger112 », y compris pour relever les défis liés au contrôle des épidémies, expressément mentionnées dans la stratégie. Lorsque le gouvernement américain annonce en juillet dernier la création de l’Office of the Global Health Diplomacy du Département d’État113, il affirme prendre le leadership : « à l’organisation d’un leadership en interne au gouvernement américain, nous avons recommandé de privilégier un leadership mondial par le gouvernement américain114 ». Du partnership relevant de la gouvernance surgit le leadership géopolitique. Les États-Unis ont bien compris, poursuit Georges Soutou « qu’au fond, la véritable puissance aujourd’hui, c’est de pouvoir jouer dans les deux sphères, l’interétatique et la transnationale ». Le rapport le plus récent du NIC, publié en décembre 2012, traite des défis du monde d’ici à 2030. Global trends 2030, Alternative Worlds : le document anticipe une répartition multipolaire de pouvoirs, tout en se souciant du rôle central que devraient jouer les États-Unis dans le nouveau système international115. Le monde semble bel et bien gouverné, voire dirigé par les intérêts politiques, diplomatiques, sécuritaires et économiques, américains. Il ne tient qu’à la France de se réconcilier avec son histoire, européenne et africaine, et à l’Union européenne de prendre la place qui est la sienne dans le monde, en faveur de la paix et du développement.

***

57Avant de nous séparer, Mesdames et Messieurs, permettez-moi de partager avec vous quelques propos. Tout d’abord, sur la maternité.
La communauté internationale admet volontiers que la santé des femmes enceintes a reçu peu d’attention de la part des milieux politiques et financiers, même si le Secrétaire général Ban Ki Moon, cette fois, en fait une priorité au Sommet du G8 à Muskoka116. De nos expériences sur le terrain, nous savons que les parturientes sont parmi les patients les plus maltraités, ce que les anthropologues Jean-Pierre Olivier de Sardan117 et Yannick Jaffré qualifient de « médecine inhospitalière118 », puis Yannick Jaffré de « Bataille des femmes119 ». À la maternité, ne sommes-nous pas pourtant au cœur de problématiques philosophiques qui inscrivent l’homme dans la vie et dans le monde ? Ce mépris, parfois jusqu’à la mort de la mère, et de l’enfant, n’est-il pas le reflet de la tolérance des sociétés à la condition des femmes ? J’ai une pensée ce soir pour les femmes afghanes pashtounes que j’ai soignées au Pakistan, réfugiées dans la région de Quetta du temps de l’invasion soviétique en Afghanistan. Prétextant parfois une demande de soins, c’est une écoute et un réconfort moral que ces femmes venaient chercher sous la tente d’Action contre la faim installée dans le désert du Baloutchistan, près de la frontière afghane.

  • 120 J.-P. Derriennic, Les Guerres civiles, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.
  • 121 D. Fassin, La Raison humanitaire. Une histoire de la morale du temps présent, Paris, Éditions de l’ (...)
  • 122 M. Crépon, Le Consentement meurtrier, Paris, Cerf, coll. « Passages », 2012.

58Il semble que nous n’accordions pas la même valeur à tous les humains. À la lecture de l’ouvrage de Jean-Pierre Derriennic sur les guerres civiles, Pierre Hassner est stupéfait de discerner, je cite « la valeur différente attachée par les grandes puissances à la vie de leurs nationaux et à celles des autres humains, en particulier ceux du Tiers-Monde120 ». Ce que Didier Fassin examine à son tour en s’appuyant sur cette phrase d’Emmanuel Lévinas : « On conviendra aisément qu’il importe au plus haut point de savoir si l’on n’est pas dupe de la morale121 ». Nous y avions réfléchi avec la Commission médicale d’Amnesty International qui organisa en 1989 à Paris un colloque sur la participation des médecins à la torture et à la peine de mort : « Médecine à risques, servir ou subir la répression ». Il nous est apparu que des actes contrevenant à ce point à toute éthique professionnelle pouvaient être d’autant plus facilement commis par des soignants exerçant en situation de dictature, que dans l’exercice quotidien de nos métiers, quand nous cédons à toute une série de petites violations de la déontologie médicale que nous impose discrètement l’autorité institutionnelle. Je tiens à renouveler ma reconnaissance envers Jacques Chaperon et Bernard Pissaro, qui avaient accepté de diriger ma thèse de médecine sur ces sujets, peu classiques à la Faculté de médecine ! Dans le même esprit, à partir de l’idée de « consentement meurtrier », selon l’expression d’Albert Camus, Marc Crépon attire notre attention sur le fait que « la violence a pour origine ce qui en chacun de nous déjà commence à pervertir le lien nécessaire entre l’éthique et les intérêts qui commandent toute action, personnelle ou plus généralement politique122 ».

59Mon deuxième point concerne la question de savoir ou penser.
Que ce soit sur le terrain ou à l’échelle politique internationale, garder une certaine indépendance d’esprit, d’analyse et de parole, nous est difficile. L’immunité diplomatique semble induire une immunité intellectuelle qui anesthésie la condition d’un esprit curieux et scientifique, le dialogue à partir de l’expérience. Henri Bergson fut le premier président d’une Commission internationale de coopération entre les universités, les intellectuels, les chercheurs et les scientifiques, fondée sur l’idée que l’éducation permet aux personnes de développer un esprit critique propice à inspirer des comportements responsables. Vous avez reconnu le mandat de l’UNESCO.

  • 123 U. Beck, La Société du risque, Paris, Aubier, 2001.

60Tout en reconnaissant que les modalités de réalisation pratique de l’autocritique salvatrice ne sont pas clairement établies, ou même pensées, Ulrich Beck nous dit : « On aurait déjà fait beaucoup si l’on avait supprimé les prescriptions qui font des hommes les esclaves de l’opinion de ceux pour qui ils travaillent123. »

  • 124 Les Anormaux, cours du 19 mars 1975 dans lequel Michel Foucault analyse la place de l’expertise psy (...)
  • 125 A. Prochiantz, Géométries du vivant, Paris, Fayard, coll. « Leçons inaugurales du Collège de France (...)

61L’impunité côtoie souvent l’immunité. Elle traverse le champ du développement. Se tromper dans ce domaine pourtant, a des conséquences humaines incalculables. De temps en temps, je pense à cette phrase de Michel Foucault prononcée au Collège de France à propos des « Anormaux » : « Ce sont des discours de vérité qui font rire et qui ont le pouvoir institutionnel de tuer124. » Décideurs de vie ou de mort, nous devrions être autorisés à être scientifiques, au sens d’Alain Prochiantz qui y voit une « activité laissant sa place au doute et à la critique, à l’autocritique aussi125 ». Autorisés à penser autrement, ici et là-bas, nous gagnerions des décennies.

  • 126 Ainsi que je l’explique en introduction à notre ouvrage collectif : D. Kerouedan (dir.), Santé inte (...)
  • 127 Membres fondateurs avec moi et enseignants de la Concentration Global Health de la Paris School of (...)
  • 128 E. Morin, « En 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts », Le Monde, (...)

62Quels que soient les enjeux globaux, l’avenir de l’humanité dépend des idées des femmes et des hommes, et de l’avènement d’esprits stratèges. De là vient ma volonté d’intéresser aux politiques sanitaires mondiales les futurs diplomates et journalistes, hommes d’affaires ou dirigeants formés à Sciences Po126. Ma gratitude est infinie envers Francis Vérillaud et Ambrosio Nsingui Barros, Ghassan Salamé et Melissa Mundell, qui ont soutenu avec conviction cette initiative que nous avons réalisée en équipe entre collègues en France, en Belgique et aux États-Unis127. « L’occasion d’une réforme de la connaissance et de la pensée par l’éducation publique est aujourd’hui présente, assure Edgar Morin, permettant la formation de professeurs d’un type nouveau, aptes à traiter les problèmes fondamentaux et globaux ignorés de notre enseignement : les problèmes de la connaissance, l’identité et la condition humaines, l’ère planétaire, la compréhension humaine, l’affrontement des incertitudes, l’éthique128. »

  • 129 H. Arendt, Les Origines du totalitarisme, tome III : Le Système totalitaire, trad. française de J.- (...)
  • 130 Esprit. Refaire les humanités, décembre 2012.
  • 131 Cité par F. Gros, Foucault, le courage de la vérité, op. cit.

63La troisième pensée que je vous livre a trait à la vérité des savoirs.
Pour toute intervention de santé, la population dite « cible » est censée figurer en bas des fractions qui nous sont présentées. La fiabilité des données démographiques est d’autant plus incertaine en Afrique que la croissance démographique est rapide et que les services d’état civil peinent à suivre. En outre, les taux ne tiennent souvent pas compte — c’est hélas le cas de le dire — des personnes qui, sans préjuger leurs raisons, ne viennent pas en consultation, parfois la majeure partie de la population-cible, souvent la plus exposée au risque de maladie. Les populations-cibles disparaissent derrière celles qui utilisent les services de santé, souvent seules à figurer au dénominateur. À ne pas les comptabiliser, ces hommes, ces femmes et ces enfants qui ne viennent pas, on confirme qu’ils ne comptent décidément pas. Nous guette alors la dérive totalitaire de la santé mondiale, au sens d’Hannah Arendt : « Le totalitarisme ne tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont de trop. Le sujet idéal du règne totalitaire est l’homme pour qui la distinction entre fait et fiction et la distinction entre vrai et faux n’existent plus129. » Si, selon la science épidémiologique, l’ensemble de la population-cible figurait au dénominateur, le taux le plus proche de la situation réelle, ou vraie, serait diminué d’autant. Nous avons ici une emprise de la communication qui a envahi jusqu’à la sphère scientifique épidémiologique : c’est l’illusion que la situation progresse, plutôt que la réalité de ceux qui bénéficient, ou non, précisément, des interventions, qui se trouve valorisée. En termes de politique publique pourtant, la nuance est capitale, dont va dépendre l’étendue de la volonté politique et des ressources humaines et financières mobilisées. La crédibilité et la valeur scientifiques des revues internationales sont discutables lorsque celles-ci offrent aux institutions une tribune de communication, tandis qu’elles auraient « vocation à faire descendre les idées du monde spéculatif vers une pensée en situation », telle que se définit la revue Esprit130. Nous ne pouvons que regretter avec Edgar Morin que notre éducation « n’enseigne en rien sur les problèmes fondamentaux de la connaissance qui sont les risques d’erreur et d’illusion, et [qu’elle] n’enseigne nullement les conditions d’une connaissance pertinente, qui est de pouvoir affronter la complexité des réalités. Paradoxalement, l’amoncellement sans lien des connaissances produit une nouvelle et très docte ignorance chez les experts et les spécialistes, prétendant éclairer les responsables politiques et sociaux ». Or nous dit Michel Foucault, « l’équipement dont nous avons besoin pour faire face à l’avenir, c’est un équipement de discours vrais, ce sont eux qui nous permettent d’affronter le réel […]. Le problème n’est pas de changer la conscience des gens ou ce qu’ils ont dans la tête, mais le régime politique, économique et institutionnel de production de vérité […] ». Et Frédéric Gros précise que : « Ce n’est pas une morale de philosophe, c’est une éthique de l’intellectuel engagé », un « intellectuel destructeur des évidences et des universalités131 ».

  • 132 M. Castillo, conférence des « Mardis de la Philosophie », cycle 5 : « Mondialisation et monde commu (...)

64Enfin, mon dernier point s’intéresse à un paradoxe plus inquiétant.
Nous avons vu que les modalités innovantes de financement du développement, dématérialisées, se passent de la relation humaine. Les réalités des personnes pauvres, reconnaissons-le, sont devenues des abstractions depuis les capitales occidentales. Ainsi, la mondialisation s’accompagne d’un mouvement paradoxal d’expansion du monde qui éloigne et dilue les hommes dans l’espace de la connaissance, au fur et à mesure que les technologies les rapprochent dans le temps au travers des écrans numériques. Nous échangeons des représentations plutôt que de l’être, s’inquiète la philosophe Monique Castillo132. Derrière les anonymes conjugués au pluriel, distinguons-nous des visages, des parcours individuels, des personnes comme nous ?

***

Si près, si loin, qu’avons-nous en commun ?
Notre vulnérabilité, notre faiblesse,
notre liberté, notre force.

  • 133 I. Illich, Némésis médicale. L’Expropriation de la santé, trad. française de J.-P. Dupuy, Paris, Se (...)
  • 134 M. Foucault, Résumé des cours : 1970-1982, Paris, Julliard, coll. « Conférences essais et leçons du (...)
  • 135 Ibid.

65Liberté et souveraineté sont nos armes les plus puissantes à opposer aux lobbies industriels alcooliers et alimentaires, et aux narcotrafiquants, dont nous sommes autrement les jouets. Ce qui précisément constitue la santé de chaque individu, nous dit Ivan Illich, c’est « son autonomie personnelle133 », proposition assez éloignée de l’omertà qui assujettit encore souvent le « colloque singulier » du patient avec son médecin. Nous pourrions rapprocher la « Némésis médicale » de la prescription « d’une attitude herméneutique à l’égard de soi-même134 » et du « souci de soi » des philosophes de l’Antiquité. Selon Michel Foucault, au Collège de France en 1981, Socrate « interpelle les passants et leur dit : vous vous occupez de vos richesses, de votre réputation et des honneurs ; mais de votre vertu, et de votre âme, vous ne vous préoccupez pas135 ». « Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour prendre soin de son âme. On doit donc philosopher quand on est jeune et quand on est vieux », nous rassure Épicure dans la Lettre à Ménécée. Plutarque et Sénèque croient en l’appropriation et en l’assimilation d’une « vérité donnée par un enseignement, une lecture, un conseil ». « Considère ce que tu es » dit Épictète.

  • 136 M. Foucault, L’Herméneutique du sujet. Cours au Collège de France, 1981-1982, éd. établie par F. Ew (...)

66Confrontés parfois à l’impuissance que nous infligent les hommes et femmes insensibles à ce qu’ils savent des risques, de contracter un virus mortel ou de sombrer dans une addiction, il nous faut du temps pour comprendre grâce aux propos de Foucault sur la spiritualité, que « la vérité n’est pas donnée au sujet par un simple acte de connaissance », mais « qu’il faut que le sujet devienne autre que lui-même pour avoir droit à avoir accès à la vérité ». Ainsi, l’idée d’accompagner dès l’enfance une démarche personnelle, « un mouvement de réminiscence » permettant de retrouver, je cite le philosophe, « une vérité cachée au fond de soi », nous paraît propice à l’émancipation d’une attitude que je dirais vivante, « à l’égard de soi, à l’égard des autres, à l’égard du monde136 ».

67Les lois de santé publique en France s’intéressent aux « usagers » des services de soins. C’est un progrès indéniable. Néanmoins, n’est-ce pas restrictif ? Des territoires plus vastes se dessinent entre la personne, le citoyen, l’État et les soignants, suivant une micro-géopolitique parfois redoutable. « Le problème de l’affectation sociale des ressources économiques, nous dit Amartya Sen, ne peut être dissocié du rôle que peuvent jouer une politique de participation et un débat public éclairé […], et de l’action de tout un chacun pour faire changer les choses dans le sens d’une protection de notre existence et de nos libertés. Le public ne doit pas se considérer comme un simple patient, mais bien comme un acteur du changement. Le prix à payer pour l’inaction et l’apathie, ce peut-être la maladie et la mort137. »

68Mesdames, Messieurs, je n’ai fait qu’effleurer l’écume des choses. Tout reste à explorer des liens entre la géopolitique mondiale et la santé des pays pauvres, entre la vérité du sujet et ce qui pourrait le libérer des fers de l’addiction.

  • 138 G. Devin, « Que reste-t-il du fonctionnalisme international ? Relire David Mitrany (1888-1975) », o (...)

69Selon Norbert Elias, « découvrir les liens là où l’on ignorait qu’il y en eût, voilà la tâche centrale des recherches scientifiques138 ». Je discerne un peu mieux maintenant ce que pourraient être les hypothèses de recherche sur la santé mondiale ; serions-nous à l’aube d’une nouvelle science ? Ainsi restons-nous fidèles à Merleau-Ponty, pour qui le Collège de France, depuis sa fondation, est « chargé de donner à ses auditeurs, non pas des vérités acquises, mais l’idée d’une recherche libre ».

70Géopolitique, politique étrangère et diplomatie de la santé mondiale, sont les thèmes au programme cette année. L’objectif de la chaire est de donner la parole à nos collègues de toutes disciplines au Sud. C’est d’apporter un éclairage sur : (i) la situation sanitaire des pays en développement, (ii) les réponses et les systèmes de santé nationaux, (iii) l’aide internationale en réfléchissant toujours aux conditions d’une meilleure efficacité de l’aide, (iv) la recherche pour le développement, ainsi que les questions relatives à l’accès au médicament et à la propriété intellectuelle.

  • 139 Voir le très bel ouvrage sous la direction d’André Tuilier, Histoire du Collège de France, tome I : (...)

71Avant de nous séparer, saluons la mémoire de Jacqueline de Romilly, première femme élue Professeur au Collège de France ; c’était en 1973, il y a quarante ans exactement, soit 443 ans après les lecteurs royaux139 de François 1er. L’année 1973 fut aussi celle de l’inauguration des tours du World Trade Center à New York.

72J’ai l’honneur et le privilège de partager pour un an la maison de Françoise Héritier, Anne Fagot-Largeault, et des grandes dames qui ont suivi. Très sincèrement je crois que rien ne m’avait préparée à être invitée à rejoindre l’Assemblée des Professeurs du Collège de France, présidée par Serge Haroche, prix Nobel de physique en 2012, mais cela me fait tout de même très plaisir ! Et quelle chance de pouvoir offrir aux auditeurs du Collège de France ce partage de savoirs et d’expériences d’une vie consacrée à la santé des peuples du Sud.

Notes

1 J.-C. Sournia, Histoire de la médecine et des médecins, Paris, Larousse, 1991.

2 Field Actions Science Reports : http://factsreports.revues.org.

3 Institute of Medicine, America’s Vital Interest in Global Health : Protecting our people, enhancing our economy, and advancing our international interests, Washington, D.C., Institute of Medicine, 1997, 72 p.

4 D. Kerouedan, G. Gonzalez-Canali, H. Balique et B. Floury, « Santé et développement : cinquante ans de coopération française en Afrique », Mondes. Les Cahiers du Quai d’Orsay, ministère des Affaires étrangères et européennes, juin 2011, no 7, en français : p. 81-93 ; en anglais : p. 187-199.

5 « Santé internationale » caractérise le champ de International Health de la santé publique dans les pays en développement, ce que nous avons nommé dans le champ francophone « santé et développement » plutôt que « santé internationale ».

6 J. Koplan, T.C. Bond, M. Merson et al. for the Consortium of Universities for Global Health Executive Board, « Towards a common definition of global health », The Lancet, juin 2009, vol. 373, no 9679, p. 1993-1995, doi : 10.1016/S0140-6736(09)60332-9.

7 Ibid.

8 J.-P. Dozon et L. Vidal (dir.), Les sciences sociales face au sida. Cas africains autour de l’exemple ivoirien, actes de l’atelier GIDIS-CI ORSTOM tenu à Bingerville (Côte d’Ivoire) du 15 au 17 mars 1993, Bondy, ORSTOM, 1995.

9 www.monique-castillo.net.

10 E. Njoh-Mouellé (dir.), La philosophie et les interprétations de la mondialisation en Afrique, actes des premières rencontres internationales francophones de Yaoundé, 13-16 novembre 2007, Paris, L’Harmattan, coll. « Cameroun », 2009.

11 G. Devin, Sociologie des relations internationales, Paris, La Découverte, 2002.

12 I. Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte, 2006, 173 p.

13 V. Berridge, « Thinking in time : does health policy need history as evidence? », The Lancet, mars 2010, vol. 375, no 9717, p. 798-799, doi : 10.1016/S0140-6736(10)60334-0.

14 C. Clift, The Role of the World Health Organisation in the International Health System, Londres, Centre on Global Health Security Working group Papers/Chatham House, février 2013, 54 p.

15 A. Carayon, « L’hôpital principal de Dakar : plus d’un siècle d’histoire (1800-2000) », Médecine tropicale, 2000, vol. 60, no 1, p. 11-17 : www.revuemedecinetropicale.com/html/2000_60-1.htm.

16 M. Merlin, « Santé publique et tropiques : le Pharo, une école de pensée et d’action », Médecine tropicale, 2005, no 65, p. 225-230.

17 M. Gentilini, E. Caumes, M. Danis, D. Richard-Lenoble, P. Bégué, J-E. Touze et D. Kerouedan (dir.), Médecine tropicale, Lavoisier, coll. « Traités », 2012, 1320 p.

18 M. Gentilini, Tempérer la douleur du monde. Entretiens avec Jean-Philippe Caudron, Paris, Bayard, 1996, 238 p.

19 CMIT, E-Pilly TROP 2012. Maladies infectieuses et tropicales, Éditions Alinéa Plus, 2012, 975 p. (www.infectiologie.com/site/livres.php).

20 J.-M. Milleliri, « La médecine tropicale en images. Une mémoire pour l’histoire des sciences », Bulletin Images et mémoire, hiver 2010-2011, no 27, p. 11.

21 L’institution a été créée en 1946. La Constitution est entrée en vigueur le 7 avril 1948.

22 Autriche, Grande-Bretagne, Grèce, France, Portugal, Russie, Espagne, États du Pape, Sardaigne, Toscane et Royaume des Deux-Siciles

23 OIHP, Vingt cinq ans d’activités de l’Office international d’hygiène publique. 1909-1933, Paris, 1933, 146 p.

24 J.-P. Jardel, « La naissance de l’OMS » (colloque, cinquantenaire de l’Organisation mondiale de la santé, Paris, 27 novembre 1998), Revue générale de droit médical, no 1, 1999, p. 77-85.

25 G. Devin, « Que reste-t-il du fonctionnalisme international ? Relire David Mitrany (1888-1975) », Critique internationale, 2008, no 38, p. 137-152, doi : 10.3917/crii.038.0137.

26 En 1855, cet homme reconnu plus tard comme le fondateur de l’épidémiologie, pense à une contamination par ingestion d’eau et à la possibilité de maîtriser la propagation du choléra en contrôlant le mouvement des populations. Notons que l’isolement du bacille par Filippo Pacini dès 1854 est passée inaperçue auprès de la communauté scientifique au bénéfice de Robert Koch, qui redécouvre le Vibrio cholerae, lors d’une expédition à Alexandrie en 1883, après avoir découvert en 1882 le bacille responsable de la tuberculose, qui porte son nom.

27 S. Watts, « World Trade and World Disease. History and Policy. Connecting historians, policy-makers and the media », 2002 : www.historyandpolicy.org/papers/policy-paper-07.html.

28 J.-P. Jardel, « La naissance de l’OMS », op. cit.

29 V. Berridge, K. Loughlin et R. Herring, « Historical dimensions of global health governance », in K. Buse, W. Hein et N. Drager (éd.), Making Sense of Global Health Governance : A Policy Perspective, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2009, p. 28-46.

30 L. Murard et P. Zylberman, « Mi-ignoré, mi-méprisé : Le ministère de la santé publique, 1920-1945 », Les Tribunes de la santé, 2003, no 1, p. 19-33, doi : 10.3917/seve.001.33.

31 Ibid.

32 American Public Health Association, Growth of International Health. An Analysis and History, 2003, 23 p. (www.apha.org/programs/globalhealth).

33 Ibid. En France, la Société française de santé publique crée une commission internationale en 2012. À l’inverse de l’expérience américaine, ce sont les anciens coopérants français ou les experts ayant exercé dans les institutions internationales, qui contribuent avec ses autres membres au développement de la dimension internationale de l’association de la SFSP.

34 Ibid.

35 J. F. Kennedy, « Special Message to the Congress on Foreign Aid », 22 mars 1961, en ligne sur The American Presidency Project : http://www.presidency.ucsb.edu/ws/ ?pid =8545.

36 Ibid.

37 Cité par M. Merlin, « Santé publique et tropiques : le Pharo, une école de pensée et d’action », op. cit., p. 229.

38 OMS, OMPI et OMC, Promoting Access to Medical Technologies and Innovation, 21 janvier 2013.

39 D. Kerouedan, « De plus en plus de malades et de moins en moins de soignants : la crise des ressources humaines du secteur de la santé en Afrique », Journal africain du cancer, mai 2009, vol. 1, no 2, p. 115-122, doi : 10.1007/s12558-009-0022-3.

40 G. Pison, « Le vieillissement démographique sera plus rapide au Sud qu’au Nord », Populations et sociétés, juin 2009, no 457, 4 p.

41 « Vaccin ou prison ! L'Angleterre et la vaccination variolique au xixe siècle », Prescrire, déc. 2012, vol. 32, no 350, p. 949.

42 D. Kerouedan (dir.), Santé internationale. Les enjeux de santé au Sud, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

43 V. Ridde, L’Initiative de Bamako 15 ans après. Un agenda inachevé, Health Nutrition and Population Discussion Paper, Banque mondiale, octobre 2004, 54 p.

44 OMS, Les soins de santé primaire. Maintenant plus que jamais, rapport annuel sur la santé dans le monde, 2008, 149 p.

45 Exemple inspiré de la 3e étude d’évaluation à 5 ans du Fonds mondial : Macro International Inc., Global Fund 5-Year Evaluation, Study Area 3. The Impact of Collective Efforts on the Reduction in Disease Burden, Genève, mars 2009.

46 The European Court of Auditors. European Commission Development Assistance to Health Services in Sub-Saharan Africa together with the Commission’s replies, rapport special no 10/2008, Luxembourg, publié en ligne le 14 janvier 2009.

47 D. Sridhar et R. Batniji, « Misfinancing global health : a case for transparency in disbursements and decision making », The Lancet, septembre 2008, vol. 372, no 9644, p. 1185-1191, doi : 10.1016/S0140-6736(08)61485-3.

48 IHME, Financing Global Health 2012. Has the “Golden Age” of Global Health Funding come to an End ?, Seattle, février 2013.

49 G.-H. Soutou, « Le nouveau système international », communication présentée devant l’Académie des Sciences morales et politiques le 6 juin 2011 ; Aquilon, juillet 2011, no 5, p. 17-25.

50 Cet engagement est classiquement ramené à la Conférence de Monterrey en 2002. Il remonte en fait beaucoup plus loin dans le cadre de la Commission Lester Pearson, du nom du prix Nobel de la Paix qui a présidé cette commission mise en place par Robert McNamara en 1968, et dont le titre du rapport est Partners in Development.

51 L’agence ONUSIDA est créée en 1996 (www.unaids.org). Avant cela, la lutte contre le sida relève de la tutelle du Programme mondial sida de l’OMS (Global AIDS Programme, 1987-1995).

52 L. Murard et P. Zylberman, « Mi-ignoré, mi-méprisé : Le ministère de la santé publique, 1920-1945 », op. cit.

53 A. Dejammet, L’Archipel de la gouvernance mondiale : ONU, G7, G8, G20, Paris, Dalloz, 2012.

54 P. Manent, La Raison des nations : réflexions sur la démocratie en Europe, Paris, Gallimard, 2006.

55 J. S. Akin, N. Birdsall et D. M. De Ferranti, Financing Health Services in Developing Countries : An Agenda for Reforms, Washington, D.C., World Bank, 1987.

56 UNITAID, IFFM de GAVI, etc. Voir : D. Porcher et D. Kerouedan, Health Financing : Evolving Context, Evolving Methods. A Review on Innovative Financing for Health, rapport au ministère des Affaires étrangères et européennes, Paris, 10 novembre 2011, 65 p.

57 D. Kerouedan (dir.), Santé internationale. Les enjeux de santé au Sud, op. cit.

58 B. Floury, « Le discours de la Coopération française en matière de santé depuis les indépendances », Santé publique, 1994, vol. 6, no 4, p. 367-380.

59 Le HCCI a été créé par le premier ministre Jospin afin d’assurer un lieu de débat entre différents acteurs gouvernementaux, d’ONG, d’entreprises, etc. et ouvrir ainsi la politique de coopération à la société civile.
HCCI, La Coopération dans le secteur de la santé des pays en développement, Paris, juillet 2002, 64 p.

60 M. Gentilini, La Coopération sanitaire française dans les pays en développement, coll. « Journal officiel de la République française, avis et rapports du Conseil économique et social », Paris, mai 2006.

61 P. Morange (avec la participation de Dominique Kerouedan), Évaluation de l’action de la France en faveur de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement dans le secteur de la Santé ; articulation des aides bilatérales et coordination avec la participation de la France aux programmes multilatéraux du secteur de la santé, rapport au Premier Ministre, 7 juin 2005, 253 p. (www.ladocumentationfrancaise.fr).
H. Martinez, L’aide publique au développement français : analyses des contributions multilatérales, réflexions et propositions pour une plus grande efficacité, ministère des Affaires étrangères et européennes, juillet 2009.

62 P. Kourilsky (avec la participation de C. Perrey. M. Brossard et D. Kerouedan), Optimiser l’action de la France pour la santé mondiale. Le cas de la surveillance et de la recherche sur les maladies infectieuses, La Documentation française, Paris, avril 2006.

63 The European Court of Auditors, European Commission Development Assistance to Health Services in Sub-Saharan Africa together with the Commission’s replies, rapport special no 10/2008, Luxembourg, publié en ligne le 14 janvier 2009.
Cour européenne des comptes, rapport spécial no 6/2007 relatif à l’efficacité de l’assistance technique dans le cadre du renforcement des capacités, accompagné des réponses de la Commission, Journal officiel de l’Union européenne, 21 décembre 2007.

64 Voir note précédente.

65 P. Morange, op. cit.
D. Kerouedan, « Enjeux politiques de l’évaluation à cinq ans du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme », Médecine tropicale, 2010, vol. 70, no 1, p. 19-27.

66 Coordination Sud et Radio France Internationale, Regards du monde sur l’Europe. Pour un dialogue solidaire et responsable avec le Sud, Paris, Karthala, 2009.

67 Interview de Harris Mémel-Fotê par Idriss Diabaté in I. Diabaté, O. Dembélé et F. Akindès, Intellectuels ivoiriens face à la crise, Paris, Karthala, 2005, p. 135-159.

68 Cité par F. Gros, Foucault, le courage de la vérité, Paris, PUF, coll. « Débats philosophiques », 2012.

69 OCDE, Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide et l’harmonisation, 2005.

70 D. Kerouedan, contribution à Action for Global Health, rapport no 2 : Une aide en bonne santé ?, juin 2008 : réalisation de l’étude de cas relative à l’évaluation de l’efficacité de l’aide française en appui au secteur de la santé du Niger.

71 Créée le 16 avril 1948, l’OECE deviendra l’OCDE.

72 R. McNamara, Increased development aid would increase world security, 22 mai 1979.

73 OMS, Macroéconomie et santé : investir dans la santé pour le développement économique, rapport de la commission Macroéconomie et santé, présenté par Jeffrey Sachs à la directrice générale de l’OMS, Genève, le 20 décembre 2001.

74 OMD 4, 5 et 6, respectivement : réduction de la mortalité infantile, réduction de la mortalité maternelle et combat contre le sida, le paludisme et les autres maladies.

75 Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde. Investir dans la santé. Indicateurs du développement dans le monde, 1993, 339 p.

76 Cf. Banque mondiale, Pour une meilleure santé en Afrique. Les leçons de l’expérience, Washington, D.C., 1994, 288 p.

77 A. Sen, « Santé et développement », Bulletin de l’OMS. Recueil d’articles, no 2, 2000, p. 18-23.

78 Cf. S.J. Babones, « Income inequality and population health : correlation and causality », Social Sciences & Medicine, 2008, vol. 66, no 7, p. 1614-1626.
A. Deaton,
« Health, inequality and economic development », Journal of Economic Literature, mars 2003, vol. 41, p. 113-158.
A. Deaton et R. Fogel, « The Great Escape : A Review of Robert Fogel’s
The Escape from Hunger to Premature Death, 1700-2100 », Journal of Economic Literature, mars 2006, vol. 44, p. 106-114.

79 É. Breton, « L’innovation au service de l’action publique : agir comme au xixe siècle », in : L’action sur les déterminants sociaux de la santé, réflexions européennes et stratégies pour la France, actes du séminaire des 4 et 5 juin 2012, École des hautes études en santé publique, Paris, 2012.

80 G. Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au xixe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 2010.

81 M. Marmot, « Social determinants of health inequalities », The Lancet, mars 2005, vol. 365, no 9464, p 1099-1104, doi : 10.1016/S0140-6736(05)71146-6.

82 M. Marmot, « Closing the gap in a generation : health equity through action on the social determinants of health », communiqué de presse du 28 août 2008 (www.who.int).

83 P. N. Stearns, American Fear : the Causes and Consequences of High Anxiety, New York, Routledge, 2006 ; cité par D. Moïsi, La Géopolitique de l’émotion. Comment les cultures de peur, d’espoir et d’humiliation façonnent le monde, Flammarion, coll. « Champs/Actuel », 2011.

84 La Conférence de Vancouver annonçant l’efficacité des médicaments antirétroviraux sur la réduction de la charge virale se tiendra un mois plus tard, en juillet 1996, et les médicaments ne seront disponibles que très progressivement et au bénéfice de très peu de malades les dix premières années en raison du coût très élevé des protocoles et des dysfonctionnements des systèmes de santé des pays pauvres.

85 Institute of Medicine, America’s Vital Interest in Global Health : Protecting our People, enhancing our Economy, and advancing our International Interests, Washington, D.C., 1997, 72 p.

86 Le NIC est un centre de réflexion stratégique au sein du gouvernement américain, dont la mission, en associant des experts américains ou internationaux, est de produire à l’attention du directeur du conseil de coordination des services de renseignement américains les analyses sur certaines questions mondiales et leurs implications en termes stratégiques pour le gouvernement des États-Unis, la meilleure information disponible permettant d’anticiper dans la mesure du possible les risques et les menaces pour la sécurité nationale américaine (www.dni.gov/nic/NIC_home.html).

87 Global Humanitarian Emergencies : Trends and Projections, 1999-2000, 1999 ; Global Humanitarian Emergencies : Trends and Projections 2001-2002, 2001 ; The Global Infectious Diseases Threats and its Implications for the United States, 2000 ; The Next Wave of HIV/AIDS : Nigeria, Ethiopia, Russia, India, and China, 2002 ; SARS : Down But Still a Threat, 2003 ; NIC, Strategic Implications of Global Health, 2008.

88 NIC, Global Water Security, Intelligence Community Assessment, 2012.

89 NIC, The Impact of Climate Change to 2030, 2009.

90 NIC, Non-State Actors : Impact on International Relations and Implications for the United States, 23 août 2007.

91 M. Merlin, « Santé publique et tropiques : le Pharo, une école de pensée et d’action », op. cit.

92 South African Defence Intelligence Assessment, HIV/AIDS prevalence among the Armed Forces in Sub Saharan African Countries, no 28, Department of Defence, Pretoria, 2000. Note 12 du rapport UNAIDS, Engaging Uniformed Services in the fight against HIV/AIDS, août 2003, 25 p.

93 Taux qui s’avèrent être 2 à 5 fois plus élevés que ceux de la population générale dans plusieurs pays d’Afrique australe.

94 International Crisis Group, HIV/AIDS as a Security Issue, 19 juin 2001.

95 F. Ramel, L’Attraction mondiale, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

96 Argentine, Bangladesh, Canada, Chine, France, Jamaïque, Malaisie, Mali, Namibie, Pays-Bas, Russie, Tunisie, Ukraine, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord. La France est représentée par son ambassadeur à l’ONU, Alain Dejammet.

97 Article 90 de la Résolution de l’AG des Nations unies le 27 juin 2001.

98 Plus connue sous le sigle de sa dénomination en anglais UNGASS : United Nations General Assembly Special Session on HIV/AIDS.

99 J. H. Bradol, « Soigner la santé », in C. Magone, M. Neuman et F. Weissman (dir.), Agir à tout prix ? Négociations humanitaires : l’expérience de Médecins sans frontières, Paris, La Découverte, 2011, p. 263-290.

100 A. Mead Over, Prevention Failure : The Ballooning Entitlement Burden of U.S. Global AIDS Treatment Spending and What to Do About It, Centre for Global Development, Working Paper, no 144, avril 2008.

101 D. Kerouedan, Douze ans d’échec des stratégies internationales de lutte contre le sida en Afrique. A partir du cas de la Côte d’Ivoire 1985-1997, thèse de doctorat en épidémiologie et santé publique, École de santé publique, Faculté de Médecine de l’université de Nancy, 1998.

102 « What threats worry Clapper », 11 juillet 2012 (www.dni.gov).

103 Selon les dernières estimations présentées au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, l’impact économique de ces pandémies se chiffre entre 30 et 55 milliards de dollars. Presentation to the ECDC Management Board. Possible Future Actions, 14 novembre 2012, slide 11.

104 Z. Laïdi, Le Sacre du présent. Pourquoi vivons-nous dans l’urgence ?, Paris, Flammarion, 2000.

105 D. Stuckler et M. McKee, « Five Metaphors about Global Health-Policy », The Lancet, juillet 2008, vol. 372, no 9633, p. 95-97, doi : 10.1016/S0140-6736(08)61013-2.

106 H. Feldbaum, K. Lee et P. Patel, « The National Security Implications of HIV/AIDS », PLoS Medicine, juin 2006, vol. 3, no 6, e 171, doi : 10.1371/journal.pmed.0030171.

107 The White House, The National Security Strategy of the United States, cité par Feldbaum et al.

108 J. Sachs, « From millennium development goals to sustainable development goals », The Lancet, juin 2012, vol. 379, no 9832, p. 2206-2211, doi : 10.1016/S0140-6736(12)60685-0.
A. Haines, G. Alleyne, I. Kickbusch et C. Dora, « From the Earth Summit to Rio + 20 : integration of health and sustainable development »,
The Lancet, juin 2012, vol. 379, p. 2189-2197 ; cf. également : www.beyond2015.org.

109 J. Sachs, « From millennium development goals to sustainable development goals », op. cit.

110 NIC, Strategic Implications of Global Health, 2008.

111 G. Devin, « Que reste-t-il du fonctionnalisme international ? Relire David Mitrany (1888-1975) », op. cit., note 22.

112 The White House, National Security Strategy, mai 2010, 60 p.

113 L’Office est effectivement créé en 2013 par Hilary Clinton juste avant son départ du gouvernement. Sa mission est de s’assurer de la pérennité des interventions américaines dans les pays récipiendaires de leur aide.

114 Rajiv Shah, Eric Goosby, Thomas Frieden et Lois Quam, Global health initiative next steps-a Joint Message, juillet 2012 (www.ghi.gov), 1 p.

115 NIC, Global Trends 2030 : Alternative Worlds, décembre 2012, 141 p.

116 United Nations Secretary General, Global Strategy for Women’s and Children’s Health, septembre 2010.

117 J.-P. Olivier de Sardan, « La sage-femme et le douanier. Cultures professionnelles locales et culture bureaucratique privatisée en Afrique de l’Ouest », in : M. Raffinot et F. Roubaud (dir.), Les Fonctionnaires du Sud entre deux eaux : sacrifiés ou protégés ?, revue Autrepart, 2001, no 20, p. 61-73.

118 Y. Jaffré et J.-P. Olivier de Sardan, Une médecine inhospitalière. Les difficiles relations entre soignants et soignés dans cinq capitales d’Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, 2003.

119 Y. Jaffré, avec la collaboration de Y. Diallo, P. Vasseur et C. Grenier-Torrès, La Bataille des femmes. Analyse anthropologique de la mortalité maternelle dans quelques services d’obstétrique d’Afrique de l’Ouest, Paris, Éditions Faustroll, 2009.

120 J.-P. Derriennic, Les Guerres civiles, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

121 D. Fassin, La Raison humanitaire. Une histoire de la morale du temps présent, Paris, Éditions de l’EHESS, avec Le Seuil/Gallimard, coll. « Hautes Études », 2010.

122 M. Crépon, Le Consentement meurtrier, Paris, Cerf, coll. « Passages », 2012.

123 U. Beck, La Société du risque, Paris, Aubier, 2001.

124 Les Anormaux, cours du 19 mars 1975 dans lequel Michel Foucault analyse la place de l’expertise psychiatrique dans l’institution judiciaire, cité par Yves-Charles Zarka dans « L’évaluation : un pouvoir supposé savoir », Cités, 2009, no 39, p. 121.

125 A. Prochiantz, Géométries du vivant, Paris, Fayard, coll. « Leçons inaugurales du Collège de France » (no 194), 2008.

126 Ainsi que je l’explique en introduction à notre ouvrage collectif : D. Kerouedan (dir.), Santé internationale. Les enjeux de santé au Sud, op. cit.

127 Membres fondateurs avec moi et enseignants de la Concentration Global Health de la Paris School of International Affairs : Jean-Hervé Bradol, Pierre Chirac et Claire Magone, Marc Gastellu-Etchegorry et Arnaud Fontanet, Louis Pizarro et Fred Eboko, Joseph Brunet-Jailly, Mead Over, André Cicocella et Wim Van Damme (www.psia.sciences-po.fr). Michel Pletschette et Stéphane Devaux étaient aussi membres fondateurs de ce programme en 2010.

128 E. Morin, « En 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts », Le Monde, 1er janvier 2013.

129 H. Arendt, Les Origines du totalitarisme, tome III : Le Système totalitaire, trad. française de J.-L. Bourget, R. Davreu, et P. Lévy, révisé par H. Frappat, Seuil, 1972 ; nouvelle édition : Paris, Gallimard, 2002.

130 Esprit. Refaire les humanités, décembre 2012.

131 Cité par F. Gros, Foucault, le courage de la vérité, op. cit.

132 M. Castillo, conférence des « Mardis de la Philosophie », cycle 5 : « Mondialisation et monde commun », 21 septembre 2010.

133 I. Illich, Némésis médicale. L’Expropriation de la santé, trad. française de J.-P. Dupuy, Paris, Seuil, 1975, repris in : Œuvres complètes, vol. I, Paris, Fayard, 2004.

134 M. Foucault, Résumé des cours : 1970-1982, Paris, Julliard, coll. « Conférences essais et leçons du Collège de France », 1988.

135 Ibid.

136 M. Foucault, L’Herméneutique du sujet. Cours au Collège de France, 1981-1982, éd. établie par F. Ewald, A. Fontana et F. Gros, Paris, Gallimard/Seuil, 2001 (extrait de la première leçon, communiqué par A. de Libera).

137 A. Sen, « Santé et développement », op. cit.

138 G. Devin, « Que reste-t-il du fonctionnalisme international ? Relire David Mitrany (1888-1975) », op. cit.

139 Voir le très bel ouvrage sous la direction d’André Tuilier, Histoire du Collège de France, tome I : La création 1530-1560, Paris, Fayard, 2006.

Auteur

Dominique Kerouedan

Professeur invité, chaire annuelle Savoirs contre pauvreté (2012-2013)

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable