Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique de la santé mondiale

 | 
Dominique Kerouedan

Présentation de Dominique Kerouedan

Serge Haroche

Texte intégral

1Le Collège de France consacre depuis cinq ans une chaire annuelle à la question de la pauvreté dans le monde, l’un des problèmes les plus graves et les plus urgents qui soient puisque deux milliards d’hommes, de femmes et d’enfants vivent actuellement dans la misère. La chaire Savoirs contre pauvreté s’est successivement intéressée aux aspects économiques de la lutte contre le sous-développement avec Esther Duflo, à la question du sida avec Peter Piot, à celle de l’agriculture et de la faim dans le monde avec Ismaïl Serageldin et au droit des minorités avec Manuela Carneiro da Cunha. Cette année, c’est sur la « Géopolitique de la santé mondiale » que vous allez, Dominique Kerouedan, porter analyse et témoignage.

2Vous avez accumulé en France et aux États-Unis une longue série de diplômes de médecine, de santé publique, d’épidémiologie, de droit européen et international, avec le souci constant de vous équiper toujours mieux pour lutter contre la misère sanitaire. Ce sont le terrain et la proximité des hommes et des femmes qui vous touchent et vous passionnent. Depuis vingt-cinq ans, vous avez sillonné les pays les plus pauvres. Vous avez commencé par coordonner des activités de santé publique et de formation de sages-femmes dans des camps de réfugiés au Pakistan et en Thaïlande. Vous avez ensuite travaillé dans plus de quinze pays d’Afrique, et une demi-douzaine d’autres dans les Amériques.

3Votre priorité est le sort des femmes, en particulier celui des femmes enceintes dans des pays où il existe, comme vous le soulignez souvent, une sorte d’indifférence dramatique à l’égard de leur mortalité. Ce problème, le sort des femmes, qui déborde largement celui de la seule santé, et qui se pose dans nombre de pays où la pauvreté et le manque d’éducation sont des fléaux, mériterait d’ailleurs d’être l’objet d’une prochaine chaire annuelle Savoirs contre pauvreté. Je suis sûr que vous approuveriez cette initiative.

4Je referme cette parenthèse et reviens à votre parcours, Dominique Kerouedan. Votre réputation croissante vous a valu d’être de plus en plus souvent sollicitée comme expert indépendant. Indépendante, vous en avez souvent administré la preuve, en émettant, par exemple, un avis sans complaisance sur la gestion du sida par de grands organismes internationaux. Vous avez ainsi effectué, toujours sur le terrain, une cinquantaine de missions pour le compte d’une vingtaine de grandes institutions, françaises, étrangères et internationales. Vous avez contribué à plusieurs rapports importants remis au gouvernement français. Vous avez créé récemment un enseignement de Santé globale à l’École des sciences politiques de Paris.

  • 1 Philippe Kourilsky, « Les sciences qui s’ignorent », in Dominique Kerouedan (dir.), Santé internati (...)

5Tout cela, vous l’accomplissez avec une obstination et une détermination sans faille, loin des bruits médiatiques et à l’écart de toute publicité personnelle. Vous pratiquez votre inlassable activité de terrain avec une méthode et une rigueur toutes scientifiques, comme l’a souligné votre présentateur au Collège de France, Philippe Kourilsky, qui a intitulé la préface de votre dernier ouvrage collectif « Les sciences qui s’ignorent1 ». Nous nous réjouissons de pouvoir bénéficier de votre vaste expérience en suivant votre enseignement et en assistant au colloque que vous organiserez pour le conclure au Collège de France.

Notes

1 Philippe Kourilsky, « Les sciences qui s’ignorent », in Dominique Kerouedan (dir.), Santé internationale. Les enjeux de santé au Sud, Presses de Sciences Po, 2011, p. 15-17 : http://www.cairn.info/sante-internationale--9782724611724-page-15.htm

Auteur

Administrateur du Collège de France

© Collège de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable