Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’épidémie du sida. Mondialisation des risques, transformations de la santé publique et développement

 | 
Peter Piot

Présentation de Peter Piot

par l’administrateur du Collège de France

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher collègue, cher Peter Piot,

2Le SIDA reste un défi majeur pour les décennies à venir en matière de santé publique et de politique globale de développement. L’épidémie sévit toujours, avec plus de 2 millions de nouvelles infections par an. Elle touche le plus durement les pays à faible revenu puisque, sur les 33 millions de personnes atteintes du SIDA, dont la moitié sont des femmes, les 2/3 vivent en Afrique subsaharienne. À l’heure de la mondialisation, elle est riche d’enseignements sur les nouvelles façons d’aborder les grandes épidémies.

3Votre nom s’est naturellement imposé pour traiter ce thème dans la chaire Savoirs contre pauvreté, créée en partenariat avec l’Agence Française de Développement. Vous en êtes le deuxième titulaire, succédant à Esther Duflo, économiste au MIT, spécialiste du développement et du microcrédit.

4Vous-même, êtes médecin et titulaire d’une thèse de sciences en microbiologie. Vous avez été professeur de microbiologie et de santé publique à l’Institut d’Anvers, à l’Université libre de Bruxelles ainsi qu’à l’Université de Nairobi. Vous avez participé à la découverte du virus Ebola au Zaïre en 1976 et vous avez conduit en Afrique des programmes de recherche sur l’infection à VIH (le virus de l’immunodéficience humaine), sur la santé des femmes et en santé publique.

5De 1995 à 2008, vous avez été le premier directeur exécutif du programme commun des Nations Unies sur le SIDA (appelé ONUSIDA, que vous avez contribué à fonder) et secrétaire général adjoint des Nations Unies. Cette organisation regroupe dix agences co-parrainantes et est présente dans plus de 85 pays. Sous votre direction, l’ONUSIDA est devenu le principal ambassadeur de la lutte mondiale contre le SIDA, avec déjà des résultats tangibles. Après avoir passé le relais de la direction de l’ONUSIDA à un Malien, Michel Sidibé, vous avez été nommé professeur de santé publique et directeur de l’Institute of Global Health de l’Imperial College à Londres.

6Dans un entretien récent avec Paul Benkimoun du journal Le Monde, vous disiez avoir tiré plusieurs leçons de ces quatorze années passées à la tête de l’ONUSIDA. On peut soulever des montagnes, dites vous, en permettant l’accès au traitement pour les malades des pays pauvres. Preuve en est qu’à présent, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, plus de 4 millions de malades du SIDA sont sous traitement. Vous insistez sur la nécessité d’utiliser une approche combinée pour lutter contre le SIDA, technique certes mais aussi économique et politique. Vous estimez que « c’est en général la convergence de l’engagement politique et de la science qui permet d’obtenir les meilleurs résultats ». Enfin, vous montrez qu’à l’époque de la globalisation, le SIDA ne peut être abordé que de manière globale : la santé est un bien public global, comme l’environnement. Avec le SIDA, de nombreuses institutions ont appris à travailler en commun.

7C‘est cette riche expérience que vous nous ferez partager au Collège de France, dans le cadre de votre enseignement intitulé L’épidémie du SIDA et la mondialisation des risques.

Auteur

Administrateur du Collège de France, président de l’assemblée des professeurs

© Collège de France, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540