Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chimie des processus biologiques : une introduction

 | 
Marc Fontecave

Présentation de Marc Fontecave

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher collègue,
Cher Marc Fontecave,

2La cellule est une usine chimique capable de produire en permanence des molécules complexes à partir de réactifs élémentaires présents dans son environnement. On ne peut qu’être émerveillé devant sa performance, sa sélectivité et ses rendements. Émerveillé, certes, mais aussi désireux de comprendre et, si possible, de reproduire les mécanismes mis en jeu.

3Chimiste de formation, vous vous êtes particulièrement intéressé au rôle essentiel que jouent les métaux dans les processus de la vie cellulaire. La structure ou le fonctionnement de nombreuses protéines dépendent de la présence de métaux – le fer, le cobalt, le soufre, le cuivre, le zinc – qui leur confèrent des propriétés uniques. C’est la partie minérale de la vie.

4Vous êtes un chimiste que l’on retrouve, fait rare, dans des laboratoires de biologie. À l’université René-Descartes, chez Daniel Mansuy, vous travaillez sur les métalloporphyrines ; au Karolinska Institute, vous découvrez une nouvelle ribonucléotide réductase, une enzyme à fer, responsable de la synthèse de l’ADN chez les microorganismes anaérobies. La même chimie est à l’œuvre dans de multiples organismes et a probablement joué un rôle capital dans le passage du monde à ARN (à l’origine de la vie) au monde à ADN (qui est le nôtre aujourd’hui).

5À Grenoble, où vous êtes professeur à l’université Joseph-Fourier depuis 1989 et directeur de l’institut de recherche en technologie et sciences pour le vivant du CEA, vous développez avec succès plusieurs lignes de recherche. Je n’en citerai qu’une, en continuité avec vos découvertes sur la ribonucléotide réductase : vous découvrez que de très nombreuses autres enzymes agissent de façon similaire dans de multiples organismes. Nécessitant la présence de soufre et de fer, elles sont impliquées dans des réactions essentielles pour la vie cellulaire, telles que la réparation de l’ADN endommagé, la synthèse d’antibiotiques et le métabolisme énergétique.

6Vos travaux débouchent sur l’invention de nouveaux catalyseurs sélectifs qui miment les protéines naturelles. Ils sont inspirés de la biologie et leurs applications concernent des domaines aussi variés que la santé (réparation/coupure de l’ADN), l’énergie (photo-production d’hydrogène), la biodégradation de produits toxiques dans l’environnement.

7Cette interpénétration de la chimie avec la biologie nécessite de maîtriser deux savoirs et de parler plusieurs langages : celui du chimiste avec les chimistes, celui du biologiste avec les biologistes, et celui du bio-informaticien. Vous avez choisi d’intituler votre chaire Chimie des processus biologiques. C’est cela l’interdisciplinarité, un tour de force et un tour de main !

8Nous sommes heureux de vous accueillir au Collège de France et de bénéficier aujourd’hui de votre enseignement et demain des interactions qui s’établiront entre votre laboratoire au Collège et ceux des équipes de biologie avoisinantes.

Auteur

Administrateur du Collège de France, président de l’assemblée des professeurs

© Collège de France, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable