Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La prévention du risque en médecine

 | 
Pierre Corvol

Réflexions sur la valeur (économique) de la vie humaine

Roger Guesnerie

Texte intégral

1Peut-on parler de valeur économique de la vie humaine ? Faut-il donner une valeur à la vie humaine dans le calcul économique ? Ces questions connaissent plusieurs variantes. Avant de les traiter ici, précisons dès l’abord que nous donnons l’analyse d’un économiste qui n’est pas spécialiste de la santé, ce qui implique une certaine distance au sujet, avec les inconvénients mais aussi peut-être les avantages que cette distanciation peut avoir. Le point de départ est clair : pour évaluer la rentabilité d’un certain nombre d’investissements, les praticiens du calcul économique ont coutume d’attribuer une « valeur » à la vie humaine, ou plutôt aux vies humaines statistiques que ces investissements permettent – statistiquement – de sauver.

  • 1 C’est-à-dire en faisant abstraction des accidents non mortels.

2La procédure est ancienne, par exemple en matière de choix routiers lorsque l’aménagement « d’un point noir » contribue à améliorer la sécurité de la route. Cette amélioration de la sécurité se traduit par une diminution estimée du nombre d’accidents et, en particulier, d’accidents mortels. Une valeur monétaire est attribuée à chaque vie humaine sauvée. Le bilan coût-avantage met en regard des coûts monétaires, c’est-à-dire le coût de l’investissement (l’aménagement dudit « point noir »), et les bénéfices ou avantages, qui eux sont aussi monétarisés. De manière simplifiée1, disons que le gain sécurité s’exprime comme le produit : nombre de vies humaines sauvées multiplié par la valeur attribuée à la vie humaine.

  • 2 Sa systématisation doit être plus récente.

3Dans le secteur routier donc, et dans le secteur des transports plus généralement, le recours à une procédure analogue à celle esquissée ci-dessus doit dater de l’après-guerre2. La direction des Routes consigne les principes du calcul économique du secteur routier dans une circulaire régulièrement remise à jour, la « valeur » attribuée dans le calcul à la vie humaine étant elle aussi actualisée. Ainsi, l’instruction cadre relative « aux méthodes d’évaluation économique des grandes infrastructures de transport », qui doit dater de mai 2005, fait état de valeurs, disons tutélaires (c’est-à-dire fixées par la puissance publique), non seulement de la vie humaine mais aussi du temps gagné ou de l’économie d’émissions de carbone, tous indicateurs pertinents pour la comparaison des investissements de transports. La directive fixe ainsi la valeur de la vie humaine à retenir dans le calcul socio-économique des projets de transport de 1,5 million d’euros (valeur qui peut être retenue à 66 % ou 100 % selon le type de trajet).

4Ce calcul économique a été exporté depuis longtemps dans le secteur de la santé. La rentabilité d’un investissement – par exemple un grand équipement – s’évalue en regard d’une « performance » qui fait intervenir, entre autres, le nombre de vies sauvées multiplié par la valeur attribuée à la « vie sauvée », ou peut-être, j’y reviendrai, en nombre d’années-vie sauvées. Ces principes de calcul se sont particulièrement développés dans un certain nombre de pays. En particulier, le Royaume-Uni se réfère à un indicateur plus raffiné, que l’on appelle le QALY : non pas la vie humaine indéterminée, ni l’année-vie, mais l’année-vie ajustée par la qualité de vie.

5L’indice QALY (acronyme de « Quality Adjusted Life Year », proposé par Weinstein et Stason en 1977) est un indicateur de la santé qui ajoute au concept de l’espérance de vie un indicateur de la qualité de vie chez les survivants. Cet indice, utilisé comme unité dans le cadre d’études médico-économiques, aide à déterminer si la prolongation de l’espérance de vie obtenue par une intervention (par exemple, l’instauration d’un nouveau traitement) augmente aussi le nombre de personnes atteintes d’incapacité dans la population considérée versus un groupe de comparaison. Ainsi, au lieu de compter les années de vie gagnées dans une population comme si elles étaient toutes équivalentes, ce mode de calcul attribue un crédit partiel pour les années vécues en état d’incapacité (chaque année avec handicap est comptabilisée comme inférieure à une année vécue en pleine santé).

On calcule les QALY comme le nombre moyen d’années de vie additionnelles obtenues grâce à une intervention, multiplié par un jugement utilitaire de la qualité de vie de chacune de ces années. Le recours au QALY peut aussi s’appliquer aux années de vie perdues en raison de la maladie, d’une blessure ou d’une incapacité. Par exemple, on peut juger qu’une année vécue après un accident vasculaire cérébral invalidant (AVC) vaut 0,8 année normale. Soit le cas d’un homme de 55 ans qui vit dix ans après avoir subi un AVC et décède à l’âge de 65 ans ; en l’absence de l’AVC, il aurait eu une espérance de vie de 72 ans ; ainsi, il a perdu 7 années potentielles. Étant donné qu’il a vécu ses 10 dernières années en mauvaise santé, on a réduit ces années en fonction de la qualité de sa vie à 8 années, de sorte que les QALY perdues seraient de 7 + (10 - 8), ou 9. L’utilisation de cet indicateur ne va pas sans débat puisqu’elle attribue des pondérations sur des notions de qualité de vie dont on peut toujours discuter la portée éthique.

6De quelle logique ces pratiques – des pratiques de choix de projets – participe-t-elle ? Cette logique est-elle irréfutable ou au contraire choquante ? La pratique est-elle inévitable ou doit-elle au contraire être bannie ?

7Avant de répondre à ces questions, je vais essayer d’élargir le problème. Dans de nombreux domaines, les choix de nos sociétés mettent en regard des coûts et des avantages, dont certains ont des prix de marché – c’est le cas de l’investissement routier ou hospitalier – quand d’autres n’en ont pas : la vie humaine dans les cas évoqués, mais aussi d’ailleurs le climat ou la biodiversité. Dans les catégories des économistes, nos décisions concernent à la fois des biens marchands – pour lesquels le marché fournit des signaux éventuellement imparfaits de « valeur » ou de « coût » – et des biens non marchands, dont l’utilité n’est pas douteuse mais qui ne sont pas échangés sur des marchés, et donc pour lesquels on ne peut se référer à aucun prix de marché.

De la marchandisation de la vie humaine

8Faut-il, pour choisir, « marchandiser » les biens non marchands ? Première question qui précède une seconde, inextricablement liée à la première : comment le faire ? Voilà le problème plus général que je voudrais garder à l’esprit.

9La « marchandisation » de la vie humaine a donc une contrepartie dans la « marchandisation » de la nature. Par exemple, le protocole de Kyoto avait prévu la mise en place d’un marché mondial de permis d’émissions où les pays échangeraient les quotas d’émissions qui leur sont attribués : un pays vertueux, réduisant au delà de son quota, vend des permis à un autre dont les émissions dépasseraient le quota qui lui a été accordé. Un prix mondial du carbone, ou du dioxyde de carbone, était censé émerger de ce marché. Aujourd’hui, en Europe, un marché de permis d’émissions a été mis en place après une période d’expérimentation : les participants sont les entreprises d’une partie de l’industrie européenne, (1 000 installations responsables d’environ 50 % des émissions sur le continent) à qui ont été attribués des quotas d’émissions. Le prix du carbone sur ce marché, qui a oscillé entre plus de 100 euros et quelques euros la tonne (de carbone), reste pour le moment très volatil.

10« Marchandisation inacceptable de la nature », ont dit, et souvent continuent de dire, les écologistes, même si leurs positions sont variées. « Rationalité économique », plaident les autres. Je suis plutôt du côté des seconds ; je vais essayer de présenter l’argumentaire de la rationalité économique, mais aussi ses limites.

11Je comprends les craintes qu’inspire la marchandisation. Elles sont l’avatar actuel de la crainte quasi religieuse qu’inspire à l’homme le processus de désenchantement du monde qui marque l’époque moderne depuis la Renaissance : désenchantement du monde physique avec le formidable développement des sciences de la nature, désenchantement du monde social avec la montée des sciences sociales depuis le milieu du xixe siècle. La marchandisation de la nature, et plus encore de la vie humaine, ne nous ferait-elle pas passer du désenchantement du monde social à celui du monde moral ?

Est-il légitime, dans le calcul économique, d’accorder une valeur à la vie humaine ?

12Est-il légitime, dans le calcul économique, d’accorder une valeur à la vie humaine ? Pour envisager cette question plus terre-à-terre, j’écarterai d’abord une objection courante, mais cependant mal fondée, qui accorde à la vie humaine une valeur infinie. Ce faisant, je ne récuse pas l’impératif catégorique de l’infini respect que nous devons à la vie humaine. Mais la question est celle de la valeur économique de la vie humaine, que l’on peut décliner ainsi : combien la société est-elle prête à payer pour sauver une vie humaine ? Répondre : « l’infini », n’a strictement aucun sens. D’abord pour la simple raison que nous n’avons pas une infinité de ressources à notre disposition. Et même si l’on engageait toute la richesse du monde pour sauver une vie humaine donnée, le reste du monde périrait, solution peu efficace en regard de l’objectif. Il y a forcément une borne inférieure à la valeur économique pertinente de la vie humaine, et elle est nécessairement très inférieure au produit brut ou net mondial ! Qui plus est, même si le seul objectif de nos sociétés était d’accroître la longévité (c’est-à-dire, pour le dire autrement, de « maximiser » la durée de vie, en oubliant tout le reste), il faudrait quand même nourrir les gens et donc rationner les soins de santé, sauf à considérer la nourriture et le reste comme relevant des soins de santé. Donc la valeur économique de la vie humaine, au sens de la valeur que nos sociétés peuvent accorder pour sauver une vie humaine, est certainement limitée.

  • 3 Mais je peux me tromper quelque peu, faute d’avoir consulté les statistiques pertinentes.

13Cette remarque, triviale au niveau de la société toute entière, l’est tout autant au niveau individuel. Les calculs économiques, souvent implicites certes, que nous faisons quotidiennement dans nos choix ou investissements de sécurité nous conduisent à attribuer une valeur finie non à la vie humaine en général, mais à notre propre vie. Pour le démontrer, je m’appuierai sur l’introspection (mais une introspection que chacun d’entre nous peut répliquer). Si j’accordais une valeur infinie à ma vie, je ne serais pas là aujourd’hui. La probabilité que j’aie un accident en venant de mon domicile jusqu’au lieu où nous sommes, est faible, je serais tenté de dire3 de l’ordre de 10-5 ; mais elle est beaucoup plus grande que celle que j’aie un accident en restant à mon domicile (je pense à une collision d’avion, un effondrement de l’immeuble, une explosion due au gaz). Les risques sont sans doute de deux ou trois ordres de grandeur différents, soit cent ou mille fois plus élevés. Le risque supplémentaire que j’ai pris en venant ici s’explique seulement par le fait que je n’accorde pas une valeur infinie à ma vie. Sauf à supposer que j’accorde une valeur infinie au fait d’être avec vous aujourd’hui, ce qui malgré tout est improbable nonobstant la grande valeur que j’accorde au fait d’avoir été invité. Le raisonnement s’applique à vous aussi, auditeurs du séminaire, ce soir.

14Arrêtons ici les plaisanteries et les réfutations trop faciles de philosophie de bazar. Ce que je viens de dire n’a rien de nouveau : on sait même depuis longtemps que la valeur que les agents accordent à leur survie varie selon les individus. Selon Homère, Achille préférait une vie aventureuse et courte à une vie calme et longue. En tout état de cause, la valeur que l’homme peut accorder à sa propre survie ne peut-être, compte tenu de la finitude de la vie, que finie.

Des choix et de leurs conséquences intrinsèques

15Ce premier sophisme écarté, la question de la valeur attribuée à la vie humaine dans le calcul économique reste entière. Pourquoi attribuer une valeur à la vie humaine sauvée pour comparer, par exemple, deux projets routiers ?

16On pourrait évidemment retourner la question : les choix effectués ne conduisent-ils pas, implicitement, à accorder une valeur à la vie humaine ? Le fait de choisir le projet A contre le projet B (des projets qui diffèrent par leurs coûts respectifs, d’une part, et par le nombre de vies humaines sauvées, d’autre part), ne définit-il pas implicitement la valeur que nous attribuons à la vie humaine ? Accorderions-nous ainsi une valeur à la vie humaine comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir ? La réponse à la question est « oui », puisque, pour chaque type d’investissement de sécurité dont l’objet est l’élimination de risques, dès lors que ceux-ci sont pour l’essentiel des risques de mortalité, vous pouvez mettre en regard son coût et ses bénéfices en termes d’accroissement de la sécurité, en particulier en termes de diminution de mortalité, donc mettre en évidence quelque chose qui s’apparente à un coût implicite de la vie humaine sauvée. L’exercice est non seulement faisable mais, j’y reviendrai, il a souvent été fait. Faudrait-il se masquer ces informations ?

17Cette première réponse « rationaliste » n’est pas sans intérêt, mais elle est incomplète du point de vue de la rationalité que je sollicite. Étant donné un certain nombre de projets de « sécurité pure » (dont l’effet se réduirait à sauver des vies humaines), la valeur de la vie humaine retenue va déterminer le budget. Plus elle sera élevée, plus la dépense de sécurité jugée « rentable » sera élevée. Mais aussi, à budget donné, c’est en prenant une valeur de la vie humaine uniforme (dans le calcul économique qui compare les projets) que l’on rendra maximum le nombre de vies humaines sauvées. En d’autres termes, l’hétérogénéité des valeurs implicites, dont j’ai parlé plus haut, est source d’inefficacité, de gaspillage des ressources. Par exemple, si je peux sauver une vie humaine en dépensant 1 000 euros dans un secteur A et une autre vie humaine en dépensant 100 000 euros dans le secteur B, alors, en transférant 100 000 euros du secteur B vers le secteur A, je sauverai 99 vies humaines supplémentaires. Bien entendu, je peux vouloir augmenter le budget pour intervenir dans le secteur B, mais in fine le budget sera fixé et le raisonnement conduisant à l’unicité est incontournable, à la fois dans ce monde très simple que je viens d’esquisser ou de façon plus générale. La meilleure performance de sécurité, mesurée par le nombre de vies humaines sauvées, à budget donné (et, à un moment, le budget doit être donné) s’obtient en attribuant dans le calcul une valeur de la vie uniforme entre les secteurs. Notons ici, sans en discuter plus longtemps, que la dispersion des valeurs implicites suggère que les actions de sécurité que nous mettons en œuvre sont inefficaces, voire extrêmement inefficaces. Mais ceci mériterait une autre discussion, laquelle devrait prendre en compte la critique des indicateurs à laquelle je vais procéder plus loin.

  • 4 Par exemple pour des raisons liées à la redistribution des revenus (voir Roger Guesnerie, « L’État (...)

18Le même raisonnement s’applique mutatis mutandis au secteur de l’environnement. Une hétérogénéité des prix du carbone entre les pays entrave l’efficacité de l’action, au sens où les investissements ne sont pas réalisés là où ils sont le moins coûteux. Il s’agit aussi, dans un cadre très particulier, d’un message très général de la théorie économique : celui de ce que l’on appelle le « second théorème de l’économie du bien-être » et qui souligne que la décentralisation d’une allocation optimale requiert des calculs économiques coordonnés sur le même système de signaux (prix réels ou fictifs, « valeurs sociales »). Bien entendu, cette unicité peut être remise en cause, pour des raisons liées à l’équilibre économique global sur lesquelles je ne vais pas m’appesantir ici4.

19Cette rapide discussion montre les logiques du raisonnement et en souligne la force, même si, naturellement, ledit raisonnement laisse ouverte la valeur à choisir. Vaste problème, bien sûr. Il me faut maintenant souligner les limites de ce raisonnement. Le point de vue que je prends est celui de la « critique interne », comme on disait dans les années 1970. J’irai dans trois directions.

20En premier lieu, il faut revenir sur le caractère grossier de l’indicateur choisi, et sur les directions de sophistication légitimes. Ainsi, l’indicateur de la directive transports évoqué ci-dessus se réfère à une vie humaine, qui est à la fois indifférenciée et, j’y reviendrai, « statistique ». Indifférenciée, puisque sauver la vie d’un jeune homme de 15 ans, dont l’espérance de vie sera après coup 70 ans, est jugé équivalent à sauver la vie d’un vieillard de 80 ans dont la vie sera prolongée de quelques années. Il est facile et naturel de construire un indicateur plus sophistiqué et, au lieu de comptabiliser les vies sauvées, de comptabiliser les années-vie. La sophistication ne semble pas utile pour le secteur des transports : une mort statistique dans ce secteur n’est que l’agrégation de morts eux-mêmes statistiques et dont l’espérance de vie statistique est celle des utilisateurs de la route. Sauf à avoir des informations sur la fréquentation de tel ou tel point noir (par exemple) selon l’âge, il n’y a sans doute pas matière à raisonner en termes d’années-vie. Par contre, il en va différemment pour des investissements dans le secteur hospitalier, puisqu’il existe entre un équipement donné et l’accroissement de longévité qu’il permet une relation qui peut être très spécifique. L’un va traiter d’une affection qui relève de la fin de la vie, tel autre va être destiné à traiter des maladies qui frappent une autre classe d’âge, etc. Et donc le choix de l’indicateur, vie ou année-vie, va conduire à un calcul économique relativement différent et, le cas échéant, à des choix différents.

21Si l’on va plus loin, il fait a priori sens de mettre en avant la qualité de l’année-vie, comme on le fait au Royaume-Uni avec l’indicateur QALY. Cette introduction de la dimension qualité, qui a l’air d’une innovation de la fin du xxe siècle, a en fait déjà été discutée il y bien longtemps, avant 1798, lorsqu’on a inventé la vaccination de la variole (appelée encore petite vérole et qui, à l’époque, était à l’origine d’un taux de mortalité extrêmement important). La vaccination a succédé à la scarification (un genre de vaccination rudimentaire), une opération qui comportait un risque : une chance sur 200 de mourir, estimait-on. C’est l’origine d’une fameuse controverse entre Daniel Bernoulli et d’Alembert, qui date de 1760. Bernoulli était favorable à la généralisation de l’opération : d’un côté une chance sur 200 de mourir, mais in fine une augmentation de l’espérance de vie calculée à 4 ans. D’Alembert contestait le raisonnement ainsi : « Je suppose avec monsieur Bernoulli que le risque de mourir de l’inoculation soit de 1 sur 200. Cela posé, il me semble que, pour apprécier l’avantage de l’inoculation, il faut comparer, non la vie moyenne de 34 ans à la vie moyenne de 30, mais le risque de 1 sur 200 auquel on s’expose de mourir en un mois par l’inoculation (et cela à l’âge de 30 ans, dans la force de la santé et de la jeunesse) à l’avantage éloigné de vivre quatre ans de plus au bout de 60 ans lorsqu’on sera beaucoup moins en état de jouir de la vie. Voilà, il n’en faut point douter, ce qui rend tant de personnes, et surtout tant de mères, peu favorables parmi nous à l’inoculation. » Notons que la question ici n’est pas celle du coût ; l’inoculation coûtait peu et ce coût n’est pas dans le débat. Le choix en termes d’années-vie, celui que met en avant Bernoulli, est clair. Si vous prenez 200 personnes, 199 ont gagné 4 ans de longévité espérée supplémentaire, soit 796 années vie. Une est morte à un âge où son espérance de vie était disons 40 ans. Le choix est évident. Mais, dit d’Alembert, les années-vie mises sur le plateau ne sont pas les mêmes : l’année-vie en pleine santé et l’année-vie quand vous êtes moins en forme ne doivent pas peser du même poids. Tant la logique du calcul économique que ses difficultés, et les préoccupations qui sont derrière l’indicateur QALY, étaient donc déjà comprises en 1760.

22En deuxième lieu, il faut souligner que nos sociétés dépensent beaucoup plus, et je crois à juste raison, pour sauver une vie humaine que je pourrais appeler « personnalisée » que pour sauver une vie humaine « dépersonnalisée » (que j’ai appelée « statistique »). Par exemple, on dépense beaucoup plus pour sauver un alpiniste en perdition dans les Grandes Jorasses que pour sauver la vie « statistique » des alpinistes qui se rendent en voiture à Chamonix. Et la logique qui consiste à traiter différemment l’assistance à personne – désignée – en danger et l’assistance aux personnes « statistiques » en danger n’est pas mystérieuse. Nous savons que nous courons des risques statistiques, et nous comprenons les arbitrages qui justifient l’existence de risques résiduels. Cependant, la situation de l’alpiniste que l’on pourrait sauver ou tenter de sauver en mettant en branle des secours exceptionnellement coûteux, et qu’on abandonnerait parce que c’est trop coûteux, est particulièrement traumatisante. Nous ne souhaiterions pas vivre dans une société où l’on abandonne les alpinistes parce que le coût du secours excède la valeur de la vie humaine statistique sur laquelle il serait raisonnable de s’accorder. Ce qui ne veut pas dire que, même en la circonstance, toute question de coût soit exclue, de coût en vie humaine par exemple : quels risques prendre par exemple pour la cordée de secours ? J’arrêterai là : aller plus loin dans l’analyse de la forme spécifique de solidarité en jeu dépasserait le cadre de cet exposé, à bien des égards « introductif ».

23Prenons un exemple assez fascinant qui s’est produit en Oregon et qui illustre d’une autre façon mon propos sur le risque statistique et le risque en situation. Dans cet État nord-américain, on avait décidé, pour donner gratuitement des soins à une partie de la population, de le faire de façon drastique, en classant les soins par leur efficacité mesurée par des indices de type QALY, et de conditionner la gratuité des soins à un niveau suffisamment élevé d’un indice du type nombre d’années-vie gagnées ajusté par la qualité de la vie. Il s’est trouvé un jour qu’une jeune fille atteinte d’une maladie grave et difficile à soigner (coût des soins très élevés avec probabilité de succès faible) s’est trouvée sur la sellette. L’application du critère objectif conduisait à l’abandonner à son sort. Il s’en est suivi une campagne médiatique (l’effet du risque en situation par rapport au risque statistique) pour que l’on revienne sur la législation qui était en préparation. Cette campagne a connu le succès, et on a prodigué les soins à la jeune fille. Le fait que, dans l’Oregon, l’affaire ait tué un programme d’inspiration généreuse mériterait discussion, mais cela irait au delà de mon propos.

24La troisième et dernière critique, visant des indicateurs trop grossiers type vie humaine – et je me place ici toujours sur le plan de ce que j’ai appelé la critique interne –, est qu’ils font fi de distinctions dont nous connaissons individuellement l’importance, par exemple la différence entre le risque subi et le risque choisi : risque choisi lorsque je décide d’une course en montagne, ou partiellement choisi lorsque je conduis ma voiture et choisis l’itinéraire, la vitesse, le style de conduite ; risque subi lorsque je prends l’avion et que mon sort n’est clairement plus entre mes mains. Nous réclamons de la société plus de protection pour le risque subi que pour le risque choisi ; et, légitimement, la société tend à répondre à une demande dont, en conséquence, un calcul économique bien conçu devrait tenir compte. Dans cette logique, l’année-vie, ou l’année-vie corrigée de la qualité, devrait être plus valorisée si elle concerne un risque subi que si elle concerne un risque choisi. Les attitudes individuelles face au risque sont très différentes. Achille choisit volontairement une vie risquée. Quelles conséquences pour ceux qui l’entourent ? Replacée dans la problématique de la valeur de la vie humaine, la question devient : la société doit-elle consentir le même effort pour sauver la vie d’Achille, qui l’expose à tout-va, que pour sauver la vie d’un citoyen moyen ? Je ne crois pas que cette question admette une réponse simple.

25Ajoutons deux points. Premièrement, l’exemple de l’alpiniste des Grandes Jorasses reflète l’intrication des dimensions du risque que je mets en avant et l’ambiguïté éventuelle des recommandations qui s’en déduisent : dépenser moins, puisqu’il s’agit d’un risque choisi, ou dépenser plus, puisqu’il s’agit d’un risque en situation ? Deuxièmement, l’attitude individuelle vis-à-vis du risque relève parfois d’une certaine forme d’irrationalité des agents, qui peut elle-même refléter une information « inférieure » et justifier des décisions relevant d’un point de vue que l’on appelle « tutélaire » – autre sujet que je ne fais qu’évoquer.

26Notons qu’en suggérant une distinction entre risque subi et risque choisi, entre risque en situation et risque statistique, je suis resté sur le terrain de la critique interne. En discutant plus avant des attitudes vis-à-vis des risques et en prenant un point de vue « tutélaire » – qui suggère de mettre en question les attitudes individuelles spontanées, attribuées à une conscience insuffisante des situations –, je m’écarte sans doute plus de cette dimension critique interne. La critique « externe » partirait du refus du point de vue que j’ai adopté. Point de vue que l’on peut l’affubler de différents qualificatifs : « économiste », je l’accepte ; « rationnel », « rationaliste », « positiviste » ? Ces appréciations mériteraient discussion. Ce point de vue me paraît malgré tout incontournable, même si, bien entendu, il appelle discussion.

Notes

1 C’est-à-dire en faisant abstraction des accidents non mortels.

2 Sa systématisation doit être plus récente.

3 Mais je peux me tromper quelque peu, faute d’avoir consulté les statistiques pertinentes.

4 Par exemple pour des raisons liées à la redistribution des revenus (voir Roger Guesnerie, « L’État et le marché », Cours et Travaux du Collège de France. Résumés 2010-2011, Collège de France, 2012, p. 701-706).

Auteur

Professeur au Collège de France, chaire de Théorie économique et organisation sociale

© Collège de France, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable