Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origine et histoire des hominidés. Nouveaux paradigmes

 | 
Michel Brunet

Origine et histoire des hominidés. Nouveaux paradigmes

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 27 mars 2008. Chaire de Paléontologie humaine

Michel Brunet

Résumé

En 2002, Michel Brunet et son équipe mettaient au jour le plus ancien hominidé aujourd’hui connu : « Toumaï ». Cette découverte a bouleversé l’histoire de nos origines. Jusqu’alors on situait l’apparition des premiers hommes en Afrique de l’Est, il y a trois ou quatre millions d’années, en relation avec un changement de climat : le remplacement de la forêt par la savane aurait favorisé la bipédie. Ce scénario séduisant doit être abandonné : Toumaï a sept millions d’années ; il vivait au Tchad, alors recouvert de lacs et de forêts, et il marchait sans doute sur ses deux pieds. C’est l’histoire de cette découverte et de ce bouleversement de nos schémas théoriques que raconte ici Michel Brunet.

Note de l’auteur

Tous les dessins de cet ouvrage sont dus au talent de Sabine Riffaut, dessinatrice à l’IPHEP, UMR CNRS 6046 de l’université de Poitiers.

Texte intégral

1Monsieur l’Administrateur,
Mes chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

2Bien évidemment, vous savez tous combien il est particulièrement émouvant pour moi d’être à cette tribune, et je tiens à exprimer ma profonde gratitude à tous les professeurs du Collège de France pour le très grand honneur qu’ils me font en m’accueillant au sein de leur assemblée dans ce prestigieux établissement, où ont exercé dans ma thématique de recherche et d’enseignement, la paléontologie humaine, mais aussi en préhistoire, de si illustres savants.

3Après quarante cinq années de recherches, toujours d’abord conduites sur le terrain, je me sens pourtant aujourd’hui non seulement un tout jeune collégien mais aussi l’un des héritiers de cette tradition de l’histoire naturelle, perpétuée au Collège par de si célèbres naturalistes. Cette leçon n’a naturellement pas pour objectif d’en faire une liste exhaustive. Néanmoins, permettez moi de citer notamment : Joseph Tournefort, le botaniste (chaire de Médecine et botanique, 1706-1708) ; Louis Jean-Marie Daubenton, cet ami de Buffon qui montra que l’orang-outan est un quadrupède et non un homme sauvage bipède (chaire d’Histoire naturelle, 1778-1800) ; Georges Cuvier, le père de la paléontologie, pourtant toujours resté résolument en dehors des idées transformistes pour devenir le promoteur du fixisme catastrophisme (chaire d’Histoire naturelle, 1800-1832). Je voudrais aussi citer de grands préhistoriens : l’abbé Henri Breuil et son célèbre berceau à roulettes de l’humanité (chaire de Préhistoire, 1929-1947) ; André Leroi-Gourhan, paléo-ethnologue « à la recherche de l’Homme dans sa totalité » (chaire de Préhistoire, 1969-1982) ; et Jean Guilaine (chaire des Civilisations de l’Europe au néolithique et à l’âge du bronze, 1995-2007), le spécialiste reconnu de cette période de notre histoire.

4Le temps me manque pour tous les nommer. Néanmoins, je ne saurais oublier, dans cette illustre filiation, celui qui m’a précédé au Collège de France : Yves Coppens, titulaire de la chaire de Paléoanthropologie et préhistoire de 1983 à 2005, paléontologue de terrain et directeur ou co-directeur de plusieurs programmes internationaux de recherches transdisciplinaires ; sur le terrain, il a mis au jour, d’abord au Tchad, un hominidé du quaternaire récent (Tchadanthropus uxoris) ; puis, avec son équipe en Afrique orientale (Omo, Afar, …), d’abondantes et riches faunes de vertébrés fossiles, incluant de nombreux mammifères et plusieurs centaines de restes de préhumains et humains dont plusieurs espèces nouvelles. Parmi ces dernières, en 1974, Lucy, la plus illustre des jeunes femmes (3,2 Ma), pourtant alors considérée comme la grand-mère de l’humanité ! Enseignant, chercheur, mais aussi conteur et homme de communication d’excellence, avec beaucoup de talent, de compétence et de disponibilité, il a su donner de nouvelles lettres de noblesse à la paléoanthropologie, et ceci tant au niveau des institutions et de leurs chercheurs que des élèves des écoles, des collèges, des lycées, des étudiants et du grand public.

5Chers collègues, en vous exprimant toute ma gratitude, je ne saurais oublier de mettre en exergue la tribune prestigieuse que vous avez accordée à la discipline elle-même, la Paléontologie humaine, et ceci surtout à un moment où ressurgit avec vigueur, y compris en France, la tentation des errements de certains courants de pensée créationnistes ou néo-créationnistes sensu lato.

6Enfin, si je suis ici devant vous, je le dois bien sûr à tous ceux qui m’ont fait confiance, soutenu et aidé. Ils me pardonneront : la liste serait bien trop longue pour pouvoir ici tous les citer. Certains nous ont déjà prématurément quittés ; mais, pour tous, je souhaite dans cette leçon avoir une pensée particulière, en témoignage de toute ma reconnaissance.

7Je pense bien sûr d’abord à mes deux rapporteurs du Collège de France, les professeurs Édouard Bard et Armand de Ricqlès, acteurs privilégiés qui ont permis le départ de ce long et très enrichissant parcours initiatique qui s’achève aujourd’hui par cette leçon inaugurale de mon futur enseignement. Mais aussi à mes collègues et amis de l’université de Poitiers, plus particulièrement à ceux de la faculté des sciences, aux doyens (le pénultième et l’actuel) et à leur équipe qui m’ont accordé leur indéfectible soutien et m’ont supporté, vraiment dans tous les sens du terme, durant toutes les épreuves des moments difficiles – et il y en eût – pendant les deux premières décennies de cette quête, restée désespérément sans hominidés anciens : une longue, très longue traversée du « désert ». Grâce à eux, la confiance, la sérénité et l’humour ne m’ont jamais fait défaut, ce qui m’a souvent permis de relativiser des situations tout à fait imprévues et, parfois même, pour le moins inhabituelles !

8Au CNRS, d’abord au département des Sciences du vivant (SDV), maintenant au département Environnement et développement durable (EDD), à leurs directeurs scientifiques et à leurs directeurs adjoints, dont l’aide et le soutien à notre UMR ont toujours été une force vive et déterminante, mais aussi l’assurance d’une évaluation scientifique résolument tournée vers l’avenir. Aux collectivités territoriales de Poitou-Charentes et plus particulièrement à la région Poitou-Charentes, dont le soutien a toujours été un partenariat en parfaite adéquation avec le développement de nos recherches, que ce soit sur le terrain ou au laboratoire. À tous mes collègues de l’Institut international de paléo-primatologie et paléontologie humaine : évolution et environnements (IPHEP et UMR 6046 de l’université de Poitiers), deux structures que j’ai eu la chance d’initier, puis de diriger, en bénéficiant, durant le contrat qui vient de s’achever, de l’efficacité quotidienne – résultante toujours stimulante d’un judicieux dosage mêlant réalisme et démocratie participative – de celui qui était mon directeur adjoint. Mais, pendant ces trois dernières décennies, rien n’aurait pleinement abouti sans le concours précieux de celle qui était officiellement ma secrétaire, mais en réalité mon assistante de tous les moments, pour toutes les demandes, qu’elles soient locales, nationales ou internationales, administratives ou scientifiques, qu’il s’agisse de relations humaines ou avec les médias : permettez moi de saisir la solennité du moment pour lui dire toute ma gratitude et combien je lui dois, et la remercier de m’avoir fait bénéficier de toute sa compétence et de sa loyauté.

9C’est un agréable devoir de dire aujourd’hui à cette tribune toute ma reconnaissance à tous mes amis tchadiens, plus particulièrement à ceux, de l’université de N’Djamena et du Centre national d’appui à la recherche (CNAR), après les moments difficiles et douloureux qu’ils viennent de subir : permettez moi de leur souhaiter de retrouver rapidement la quiétude qui sied aux travaux de recherches que nous conduisons en étroite collaboration ; au ministère français des Affaires étrangères, et à tous mes amis français du Service de coopération et d’action culturelle (SCAC), de l’ambassade de France à N’Djamena, ainsi qu’à ceux du dispositif Épervier et de la Mission d’assistance militaire (MAM) au Tchad. C’est un agréable devoir de dire ma profonde gratitude à tous nos mécènes, et plus particulièrement à la fondation Dan David. Sans eux, sans vous tous, cette aventure scientifique et humaine n’aurait jamais connu des résultats aussi riches et aussi nombreux. Les mots me manquent pour témoigner de ma reconnaissance à tous mes amis, compagnons et guides du désert : Tchadiens, Français, Américains, Anglais, Canadiens, Espagnols, Hollandais, Africains du Sud, de la Mission paléoanthropologique franco-tchadienne (MPFT), Libyens de la MPFL et Égyptiens de la MPFE. Avec eux, j’ai appris à connaître et vécu au quotidien ce que sont, au sein des milieux extrêmes, les déserts brûlants, et plus particulièrement l’Erg dunaire du Djourab au Nord Tchad : une immensité de beauté à l’horizon toujours fuyant, mais aussi une grande école d’humilité et de fraternité face à la violence de ses tempêtes de sable et à la rudesse qu’elles peuvent prodiguer – et ceci même en dépit du fait qu’il recèle des trésors paléontologiques, en l’occurrence les plus anciens restes actuellement connus de l’humanité naissante. En effet, dans ce désert est écrit l’un des tous premiers chapitres de notre histoire ; les tempêtes de vent de sable en tournent les pages et les érodent ; pour les lire, avec mon équipe, nous devons faire en sorte d’être là, au bon endroit, au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard.

En guise d’introduction

  • 1 C.J. Fuhlrott, 1859, « Menschliche Ueberreste aus einer Felsengrotte des Düsselthals. Ein Beitrag z (...)
  • 2 P.C. Schmerling, 1833, « Sur les cavernes à ossements de la province de Liège ». Bulletin de la Soc (...)

10L’histoire de notre histoire est particulièrement riche en informations. Les sciences de l’Antiquité confondaient l’origine de l’univers, l’origine de la Terre et l’origine de l’homme. Avec l’étude de la lumière, l’étude des pierres et celle des fossiles, les sciences modernes ont montré que ces trois évènements étaient en réalité séparés par des milliards d’années. La notion d’homme fossile n’a été reconnue que très tardivement, en 1856, au moment de la mise au jour, en Prusse rhénane, dans le ravin de Neander, des premiers restes de l’homme de Neandertal1. De fait les premiers hommes fossiles (deux calottes crâniennes d’enfants), mais non reconnus comme tels,avaient déjà été mis au jour plus de deux décennies plus tôt (en 1830) à Engis, en Belgique, par un médecin liégeois, Philippe Charles Schmerling2. L’homme de Neandertal aurait donc dû s’appeler l’homme d’Engis !

  • 3 François Marie Arouet, dit Voltaire, 1746, Dissertation « Sur les changements arrivés dans notre gl (...)
  • 4 Georges Cuvier, 1822, Discours sur les révolutions de la surface du globe et sur les changements qu (...)

11Pendant la plus grande partie de son histoire, l’homme a ainsi vécu dans la croyance créationniste, prônant l’absence de toute histoire ancienne et donc, de fait, l’absence de l’existence de restes fossiles humains. Ainsi Voltaire n’écrivait-il pas, en 1746, que les poissons (fossiles) du Mont-Cenis représentaient des restes jetés par des pèlerins ou des croisés sur le chemin du retour de la Terre sainte3 ? Plus tard, au Jardin du Roi, l’actuel Muséum National d’Histoire Naturelle, le baron Georges Cuvier, pourtant le véritable père de l’anatomie comparée et de la paléontologie, insensible à toute la richesse du transformisme-évolutionnisme déjà prôné par certains de ses contemporains, dont le chevalier de Lamarck (1744-1829) et Étienne Geoffroy Saint Hilaire (1772-1844), utilisa toute son influence pour se faire le défenseur du fixisme catastrophisme4.

  • 5 Charles Darwin, 1859, On the Origin of Species by Means of Natural Selection, London, John Murray ; (...)
  • 6 Charles Darwin, 1871, The Descent of Man and Selection in Relation to Sex; réédition : Princeton, P (...)
  • 7 Thomas Henry Huxley, 1863, Evidence as to Man’s Place in Nature, Londres, Williams and Norgate.

12Enfin il faut souligner que c’est seulement trois ans après la reconnaissance de l’existence de l’homme de Neandertal, en 1859, que fut publié par Charles Darwin Sur l’origine des espèces par la sélection naturelle5, la théorie de l’évolution, puis, en 1871, L’Ascendance de l’homme6. Dans ce dernier ouvrage, Charles Darwin proposait déjà des relations de parenté entre l’homme et les grands singes africains : « Il est par conséquent probable que l’Afrique était antérieurement habitée par des singes aujourd’hui éteints, étroitement voisins du gorille et du chimpanzé ; et comme ces deux espèces sont à présent les plus proches voisines de l’homme, il est, en quelque mesure, plus probable que nos premiers ancêtres aient vécu sur le continent africain qu’ailleurs. » D’ailleurs, Thomas Henry Huxley, un biologiste et philosophe ami de Charles Darwin, convaincu par la théorie de l’évolution, n’avait-il pas publié, en 1863, La Place de l’homme dans la nature7, où il écrivait déjà que, dans la nature actuelle, les grands singes sont nos plus proches parents ?

  • 8 V.M. Sarich & A.C. Wilson, 1967, « Immunological time scale for hominid evolution », Science, 158, (...)
  • 9 R. Dart, 1925, « Australopithecus africanus, the man ape of South Africa », Nature, 115, 195-199.
  • 10 M. Brunet & al., 2002, « A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa »,Nature, 418 (...)

13Cette « prédiction » de Huxley et celle de Darwin seront vérifiées à la fois par la phylogénie moléculaire et par la paléontologie. Dès 1967, Allan Wilson et Vincent Sarich montrent notre très grande proximité génétique avec les chimpanzés : moins de 2 % de différence. Cette similitude implique que nous partageons un ancêtre commun ; les chimpanzés ( = panidés) deviennent le groupe frère des humains ( = hominidés)8. Tandis que la paléontologie humaine révèlera notre très grande ancienneté africaine ; d’abord, par la découverte du premier australopithèque, dès 1925, par Raymond Dart en Afrique du Sud9 ; puis, à partir de 1959, par les découvertes successives de préhumains en Afrique de l’Est, et notamment, dans les années 1970, de Lucy et ses compagnons, et enfin, au début du troisième millénaire, au Tchad, de Toumaï et ses frères10.

Figure 1. Continent Africain : principaux sites à hominidés anciens.

14Tous ces préhumains possèdent déjà de nombreux caractères anatomiques dérivés partagés avec tous les humains plus récents. Il s’agit notamment pour la denture : de dents jugales recouvertes d’une couche d’émail plus épaisse que chez les grands singes africains (gorilles, chimpanzés et bonobos), marque d’un régime alimentaire différent, composé d’une partie de nourriture plus coriace ; de la présence de canines à couronne petite, plus ou moins asymétriques, dont la supérieure, sans crête aiguisoir distale, est associée à une première prémolaire inférieure (la P3), sans facette aiguisoir vestibulaire, en formant ainsi un complexe C/P3 de type broyeur (caractère apomorphe = dérivé). Tandis que chez les singes, les couronnes des canines sont grandes et coniques ; la supérieure, avec une crête aiguisoir distale, est associée à une première prémolaire inférieure, la P3, à facette aiguisoir vestibulaire, l’ensemble formant ainsi un complexe C/P3 de type tranchant (caractère plésiomorphe = ancestral). Au niveau de la locomotion, toutes les espèces fossiles de préhumains et humains décrites à ce jour sont connues par des restes crâniens et/ou de squelette appendiculaire (bassin et os des membres postérieurs : fémurs, tibias, …) dont l’anatomie très particulière traduit une démarche de type bipède, bien différente de celle des grands singes qui sont quadrupèdes.

15Comme l’avait prédit Charles Darwin, dès 1871, les plus anciens préhumains fossiles, à ce jour datés de 7 Ma, sont donc bien connus en Afrique, et témoignent d’une origine africaine et ancienne (au moins 8 Ma) de l’humanité.

  • 11 Harun Yahya, L’Atlas de la création, Istanbul, Éditions global, 2006.

16Pourtant le courant créationniste, ou plutôt maintenant néocréationniste, habilement grimé en « pseudoscience » sous le nom de dessein intelligent (intelligent design des Anglo-saxons), fait preuve d’une vigueur persistante, non seulement par sa solide implantation sur le continent nord-américain, mais aussi dans l’ancien monde ainsi qu’en témoigne l’édition de luxe du « Livre de la création »11 qui, en 2007, vient d’être l’objet d’un envoi en nombre en France, à l’ensemble des établissements d’enseignement et de recherche.

17Chers collègues, l’existence d’une chaire de Paléontologie humaine, à côté des nombreux enseignements évolutionnistes qui sont déjà dispensés au Collège de France, est une tribune prestigieuse qui permettra de mettre en exergue et sans équivoque que ces courants de pensée moyenâgeux font fi des découvertes et des connaissances scientifiques acquises depuis le xixe siècle.

À la recherche de notre ancêtre : historique des découvertes et supercheries

  • 12 L. Lartet, 1868, « Une sépulture des troglodytes du Périgord », Bulletins de la Société d’Anthropol (...)
  • 13 E. Dubois, 1894, Pithecanthropus erectus : eine Menschenaehnliche Uebergangsform aus Java, Batavia, (...)
  • 14 C. Dawson & A.S. Woodward, 1913, « On the discovery of a Paleolithic Skull and Mandible in a Flint- (...)
  • 15 Stephen Jay Gould, « L'affaire de l'homme de Piltdown », dans Le Pouce du panda. Les grandes énigme (...)

18De la fin du xixe au début du xxe siècle, dans cette quête à la recherche de notre ancêtre, les découvertes de restes humains fossiles vont se sont succéder, d’abord en Europe : néandertaliens, Cro-Magnon12, etc., puis en Asie avec l’Homo erectus : pithécanthropes de Java et Sinanthropes de Chine13. Mais cette quête de notre ancêtre se devait d’aboutir et, en 1912, Eoanthropus dawsoni, l’homme de Piltdown, du pléistocène ancien, du Sussex (Angleterre méridionale)14, va représenter, dans le contexte des idées de l’époque, l’ancêtre idéal : un européen d’Angleterre, avec un crâne vraiment très semblable au nôtre, qui se révélera être, grâce à la spectrométrie de masse, mais seulement quatre décennies plus tard, une supercherie résultant de l’association d’un crâne d’homme moderne à une mâchoire d’orang-outan actuel15 !

  • 16 R. Dart, 1925, op. cit.
  • 17 L.S.B. Leakey, 1959, « A new fossil skull from Olduvai », Nature, 184, 491-493.
  • 18 A. Arambourg & Y Coppens, 1968, « Sur la découverte dans le Pléistocène inférieur de la vallée de l (...)
  • 19 D.Johanson, T.D. White & Coppens, 1978, « A new species of the genus Australopithecus (Primates : H (...)

19Ensuite, sur le continent africain, dès 1924 en Afrique du Sud, avec l’extraordinaire découverte de l’enfant de Taung, Australopithecus africanus (ca. 2,5 Ma)16 et, dès 1959, en Afrique orientale, en Tanzanie, de Paranthropus ( =Zinjanthropus) boisei17. Puis les nouvelles découvertes s’enchaînent entre 2-3,6 Ma : d’abord, à 2,5 Ma, celle de Paranthropus aethiopicus18; puis, bien sûr, de Lucy (Australopithecus afarensis,3,2 Ma, Afar, Éthiopie) par la Mission Franco-américaine co-dirigée par Yves Coppens, Maurice Taïeb et Donald Johanson19. Peu à peu, on va alors prendre conscience que notre histoire s’enracine non seulement en Afrique, mais aussi profondément dans le temps.

  • 20 Yves Coppens, Le Singe, l’Afrique et l’homme, Paris, Fayard, 1983.
  • 21 .D. Pilbeam, 1982, « New hominoid skull material from the Miocene of Pakistan », Nature, 295, 232-2 (...)

20D’ailleurs, cette distribution géographique pour le moins singulière des préhumains (Afrique australe et orientale), associée au fait que les plus anciens d’entre eux étaient est-africains (3,6 Ma à Laetoli en Tanzanie), a conduit Yves Coppens, en 1982, à proposer le paléoscénario « East Side Story »20 : l’hypothèse de la savane est-africaine originelle du préhumain bipède. Ce paléo-scénario va alors définitivement se substituer à l’hypothèse d’une origine asiatique quand, en 1982-83, David Pilbeam, directeur du département d’anthroplogie de l’université de Harvard, montre que Ramapithecus, connu entre 7-12 Ma dans les Siwaliks du Pakistan, l’ancêtre supposé du rameau humain, est en réalité la femelle du Sivapithecus, genre apparenté à l’actuel Pongo, l’orang outang21.

  • 22 M. Leakey, G. Feibel, C.S. McDougall & A.C. Walker, 1995, « New four-million-year-old hominid speci (...)
  • 23 T.D. White, G. Suwa & B. Asfaw, 1994, « Australopithecus ramidus, a new species of hominid from Ara (...)
  • 24 B. Senut & al., 2001, « First hominid from the Miocene (Lukeino formation, Kenya) »,C R Acad Sci Pa (...)
  • 25 Y. Haile Selassie, 2001, « Late Miocene hominids from the Middle Awash, Ethiopia »,Nature, 412, 178 (...)
  • 26 R.J. Clark & P.V. Tobias, 1995, « Sterkfontein member 2 foot bones of the oldest South African homi (...)
  • 27 R.J. Clark, 1998, « First ever discovery of a well-preserved skull and associated skeleton of Austr (...)
  • 28 R. Broom & J.T. Robinson, 1947, « Further remains of the Sterkfontein ape-man, Plesianthropus », Na (...)

21Depuis 1994, les découvertes sur le continent africain se sont succédé à un rythme accéléré. En Afrique orientale, avec des préhumains de plus en plus anciens : Australopithecus anamensis (3,9-4,1 Ma, Kenya)22, Ardipithecus ramidus (4,4 Ma, Éthiopie)23, Orrorin tugenensis (6 Ma, Kenya)24, Ardipithecus kadabba (5,2-5,8 Ma, Éthiopie)25. En Afrique Australe, avec l’annonce par Ronald Clark et Philip Tobias, en 1995, de la découverte, dans la grotte de Sterkfontein en Afrique du sud, de Little Foot (3-4 Ma, Afrique du Sud )26, devenu depuis le premier squelette sub-complet connu d’australopithèque27 ; il est actuellement toujours en cours de dégagement par Ronald Clark, dans cette célèbre grotte qui a livré de si nombreux fossiles dont, entre autres, le 18 avril 1947, le crâne de la très célèbre Mrs. Ples, mis au jour par le Dr. Robert Broom, alors directeur du Transvaal Museum de Pretoria28.

À l’Ouest enfin du nouveau

  • 29 La Mission paléoanthropologique franco-tchadienne (MPFT), dirigée par Michel Brunet, est une collab (...)
  • 30 M. Brunet & al., 1995, « The first australopithecine 2 500 kilometres west of the Rift Valley (Chad (...)
  • 31 M. Brunet & al., 2002, op. cit. ; P. Vignaud, & al., 2002, « Geology and palaeontology of the Upper (...)

22Depuis 1994, j’ai initié et dirigé la Mission paléoanthropologique franco-tchadienne (MPFT), qui regroupe une soixantaine de chercheurs de dix nationalités29 et conduit un programme de recherches transdisciplinaires autour de l’origine et de l’évolution des hominidés anciens et de leurs environnements successifs. La MPFT prospecte et fouille dans le désert du Djourab, au Nord Tchad, donc à l’ouest du grand Rift africain, où successivement elle a mis au jour, en 1995, un nouvel australopithèque,Australopithecus bahrelghazali, surnommé Abel (3.58 Ma), le premier trouvé à l’ouest de la vallée du grand Rift africain30, et, plus tard, en 2002, un nouvel hominidé (surnommé Toumaï) Sahelanthropus tchadensis du miocène supérieur (7 Ma)31.

  • 32 L. Gabounia, A. Vekua, D. Lordkipanidze et al., «  Earliest Pleistocene Hominid Cranial Remains fro (...)

Figure 2. Australopithecus bahrelghazali (dit « Abel ») : mandibule holotype de l’espèce (Brunet et al. 1996)32.

Figure 3. Sahelanthropus tchadensis (dit « Toumaï ») : crâne holotype de l’espèce (Brunet & al. 2002).

Figure 4. Sahelanthropus tchadensis : hémi mandibule droite paratype de l’espèce (Brunet & al. 2002).

  • 33 DAC=LCA : last common Ancestor des anglo-saxons. Brunet & al., 2002, op. cit. ; Brunet & al., 2005, (...)
  • 34 Vignaud & al., 2002, op. cit.
  • 35 Brunet & al., 2005, op. cit.

23Ce plus ancien hominidé connu est une découverte majeure qui montre définitivement que les hypothèses d’une origine australe ou orientale du clade humain doivent être reconsidérées. Sahelanthropus tchadensis possède une combinaison unique de caractères primitifs et dérivés, qui montre clairement qu’il ne peut être rapproché ni des gorilles ni des chimpanzés, mais indique au contraire son appartenance au rameau humain et, par l’âge, sa proximité temporelle avec le dernier ancêtre commun aux chimpanzés et aux humains33. Dans le miocène supérieur du Tchad, les données sédimentologiques et paléobiologiques témoignent d’une mosaïque de paysages34. Actuellement dans le Kalahari central, au Bostwana, le delta de l’Okavango m’apparaît être un bon analogue avec un paysage mosaïque similaire de rivières, de lacs, de marécages, de zones boisées, d’îlots forestiers, de savane arborée, de prairies herbeuses et de zones désertiques35. Dans cette mosaïque, les préférences écologiques de Toumaï sont encore en cours d’étude ; notamment, l’étude des isotopes stables du carbone (13C) de l’émail dentaire devrait permettre de mieux préciser son régime alimentaire. Mais, probablement, comme les autres hominidés du miocène supérieur, Toumaï devait fréquenter des espaces boisés. De plus, compte tenu de ce que l’on sait de leur crâne ou de leurs membres, les trois hominidés du miocène supérieur (Ardipithecus, Orrorin et Sahelanthropus) sont sûrement bipèdes. Aussi l’hypothèse qui invoquait le rôle déterminant de la savane herbeuse dans l’origine de la bipédie et du rameau humain fait dorénavant partie de l’histoire de notre histoire. Maintenant, il est de plus en plus clair que ces premiers hominidés fréquentaient des environnements boisés et n’étaient pas restreints à l’Afrique australe et orientale, mais vivaient, au contraire, dans une zone géographique plus vaste incluant une partie de l’Afrique saharienne : au moins l’Afrique centrale (Tchad) et probablement la Libye, mais aussi l’Égypte et le Soudan.

Ce que l’on croit savoir

24Depuis 1994, les plus anciens hominidés connus sont passés de 3,6 Ma à 7 Ma aujourd’hui, avec trois nouvelles espèces du miocène supérieur : Ardipithecus kadabba, l’Éthiopien, et Orrorin tugenensis, le Kenyan, tandis que le plus ancien (7 Ma) est l’hominidé tchadien. Durant la même période, le nombre de genres d’hominidés décrits est passé de trois (Homo, Paranthropus, Australopithecus) à sept (Kenyanthropus, Ardipithecus, Orrorin, Sahelanthropus), tandis que la longueur de nos racines dans le temps a pratiquement doublé, en passant de 3,6 Ma (Australopithecus afarensis de Laetoli, en Tanzanie) à 7 Ma (Sahelanthropus tchadensis de Toros Ménalla au Tchad). Dans de telles conditions, il n’est pas surprenant que des hypothèses anciennes aient dû être abandonnées, tandis que les relations de parenté entre tous ces nouveaux taxons restent encore souvent l’objet de débats, parfois vifs, entre spécialistes. D’ailleurs il est très probable que cette diversité taxonomique ne traduise que très imparfaitement la réalité biologique.

  • 36 L. Gabounia & al., 2000, « Earliest Pleistocene hominid cranial remains from Dmanisi, Republic of G (...)

25Dans l’état actuel de nos connaissances on peut penser que vers 4 Ma ces hominidés anciens du miocène supérieur ont probablement donné naissance aux australopithèques : Australopithecus anamensis pour le moment le plus ancien mais aussi le plus primitif, puis Australopithecus afarensis (Lucy), Australopithecus bahrelghazali (Abel), Australopithecus garhi, etc. ; eux-mêmes furent sûrement à l’origine, entre 2 et 3 Ma, des premiers représentants, Homo habilis et Homo rudolfensis, du genre Homo qui va partir (Homo erectus) à la conquête du reste de l’ancien monde, où les plus anciens sont actuellement connus à un peu moins de 2 Ma en Géorgie au Caucase et peut-être en Chine méridionale36. Tout ceci permet déjà de prédire la découverte en Europe, et pourquoi pas en France, par exemple dans le Massif Central, de représentants du genre Homo dans des niveaux plus anciens que 2 Ma.

26En Europe, vers 800 000ans, on connaît Homo heidelbergensis, qui donnera naissance aux Néanderthaliens, Homo neanderthalensis, lequels, après une courte cohabitation, vont être remplacés en Europe, vers 28-30 000 ans, par les hommes modernes.

  • 37 T.D. White & al., 2003, « Pleistocene Homo sapiens from Middle Awash, Ethiopia », Nature, 423, 742- (...)

27Herto, le plus ancien représentant actuellement décrit de notre espèce (165 000 ans), Homo sapiens idaltu, est également africain (Éthiopie)37. C’est lui ou l’un de ses frères qui partira à la conquête du reste du monde avec le succès que nous connaissons.

  • 38 S. Semaw & al., 1997, « 2.5million-year-old stone tools from Gona, Ethiopia », Nature, 385, 333-336 (...)

28Parallèlement on va voir apparaître une pensée conceptuelle avec des outils taillés au voisinage de 3 Ma. Les plus anciens d’entre eux (industrie préoldowayenne) sont décrits autour de 2,5 Ma, en Afrique orientale, dans les sites de Gona en Éthiopie38 et ceux de Lokalelei au Kenya. Une industrie lithique plus spécifique et standardisée, nommée oldowayen va ensuite se développer sur le continent africain mais aussi en Europe entre 1,9 et 1,6 Ma.

  • 39 C. Perlès, 1987, « La naissance du feu », L’Histoire, 105, 28-33 ; S. Weiner & al., 1998, « Evidenc (...)

29Un progrès essentiel dans notre histoire, la maîtrise du feu, beaucoup plus récente, semble n’avoir été acquise que vers 500 000 ans39. Parmi les plus anciens foyers, il faut citer notamment : Menez Dregan en Bretagne, Terra Amata près de Nice, Vertesszöllos en Hongrie et Choukoutien en Chine.

  • 40 E. Carbonell & al., 2003, « Les premiers comportements funéraires auraient-ils pris place à Atapuer (...)

30Il y a 350 000 ans, l’un des tous premiers témoignages de la pensée symbolique a peut-être été mis au jour en Espagne, dans la Sierra d’Atapuerca, où l’aven sépulcral de la Sima de los Huescos, a livré les restes de 28 individus associés à ce qui pourrait être une offrande funéraire : un magnifique biface de quartzite40.

  • 41 C.S. Henshilwood & al., 2002, « Emergence of Modern Human Behaviour : Middle Stone Age engravings f (...)

31Enfin, symbolisme et créativité artistique il y a 75 000 ans à Blombos, près du Cap en Afrique du Sud, où 41 coquilles perforées, perles d’un collier, semblent bien témoigner des plus anciennes traces de joaillerie actuellement connues41.

Conclusions provisoires et perspectives

  • 42 S. Moya-Sola S. & al., 2004, « Pierolapithecus catalaunicus, a new Middle Miocene Great Ape from Sp (...)
  • 43 E.L. Simons & al., 2007, « A remarkable female cranium of the early Oligocene anthropoid Aegyptopit (...)

32En Eurasie, dans le miocène moyen supérieur, en dépit du foisonnement des formes d’hominoïdes décrites (Dryopithecus, Rudapithecus, Ouranopithecus, Ankarapithecus, Sivapithecus, Lufengpithecus, Korathpithecus)42, l’origine du rameau humain semble, au moins dans l’état actuel de nos connaissances, s’ancrer solidement en Afrique, tandis que celle des premiers singes anthropoïdes vacille. Ainsi les singes du Fayoum (éocène sup.-oligocène inf., Égypte) sont en train de perdre la primauté de leur antériorité au profit de ceux d’Asie (Eocène moyen supérieur, Myanmar et Chine)43.

33Dans un cas (l’origine des hominidés) comme dans l’autre (l’origine des anthropoïdes), il m’est particulièrement agréable de souligner que ce sont des équipes transdisciplinaires, d’universitaires et de chercheurs français, liées au CNRS – dont l’UMR 6046 de Jean-Jacques Jaeger et Patrick Vignaud, mes collègues de l’Université de Poitiers, une équipe de recherche qui est aussi la mienne – qui sont impliquées tant sur le terrain que dans l’étude et la publication des nouveaux fossiles mis au jour.

34Avant Homo et Australopithecus, les hominidés du miocène supérieur (Ardipithecus, Orrorin & Sahelanthropus) constituent probablement un nouveau grade évolutif, pour le moment le plus ancien et donc le premier connu de notre histoire : l’impact scientifique de leur description est tout à fait comparable à celui de la description du premier préhumain, Australopithecus africanus, par Dart en 1925. De plus, ce que l’on en sait montre qu’ils étaient probablement bipèdes et que leurs préférences écologiques les conduisaient à fréquenter plutôt des environnements boisés. Après un quart de siècle d’existence, une belle longévité pour une hypothèse paléontologique, le paléoscénario de la savane originelle fait donc maintenant partie de l’histoire de notre histoire.

  • 44 M. Schuster & al., 2006, « The age of the Sahara Desert », Science, 311, 421 ; J.R. Boisserie & al. (...)

35Si l’origine du rameau humain semble donc bien être africaine, nous avons montré, en revanche, avec mon équipe, la MPFT, que les hominidés anciens n’ont pas vécu uniquement en Afrique australe et orientale mais dans un territoire beaucoup plus vaste, comprenant au moins l’Afrique centrale, avec le Tchad, mais probablement aussi le Soudan et, au nord, la Libye et l’Égypte. Dans ce vaste territoire sahélien, nous avons mis en évidence au Tchad la succession de périodes sèches (voire arides) et humides depuis au moins la fin du miocène, et qu’à cette époque (7 Ma) Tchad et Libye appartenaient à la même province biogéographique44. Ce vaste territoire a dû jouer un rôle jusque-là complètement méconnu dans l’histoire des hominidés : c’est là maintenant le cœur de mon projet de recherche.

  • 45 P. Sepulchre et al., 2006, « Tectonic Uplift and Eastern Africa aridification », Science, 313, 1419 (...)

36Il convient aussi de souligner toute l’importance des climats et de leur approche par modélisation pour essayer de mieux mettre en évidence toute l’importance de leur rôle dans l’évolution des hominidés45.

37À mon avis il est de plus en plus prédictible que l’un des enjeux majeurs, pour mieux comprendre notre histoire, reste de préciser les relations biogéographiques non seulement au sein de cette Afrique sahélienne, mais aussi avec l’Eurasie, l’Afrique orientale et australe. Pour le moment, ce vaste territoire saharien est comme une immense place vide où seul le Tchad vient de commencer à nous livrer les premières données. Si l’on y ajoute d’abord l’Eurasie, puis le reste du monde, c’est dire l’ampleur de l’immense chantier de terrain pour le futur. Mais c’est dire aussi que l’enthousiasme de la quête pour savoir est à la hauteur de tout ce que l’on ne sait pas, tant est grand ce qui reste à défricher !

  • 46 P. Brown et al., 2004, « A new small-bodied hominin from the Late Pleistocene of Flores, Indonesia  (...)

38Pour cela, je rappellerai la découverte récente à Java (Indonésie) de Homo floresiensis, premier exemple chez les humains de nanisme résultant d’un isolement insulaire46, découverte encore très controversée (parce que nous sommes en présence d’un représentant du genre humain) alors qu’il s’agit d’unphénomène par ailleurs pourtant bien connu chez notamment les mammifères par exemple les éléphants nains des îles méditerranéennes (Sardaigne, Sicile, Malte, Crête). Et pourtant, là encore, on peut prédire un jour prochain une découverte similaire dans ces îles de la Méditerranée ; compte tenu de ce que je crois savoir, ma favorite serait plutôt la Sardaigne.

  • 47 Michel Brunet, D’Abel à Toumaï. Nomade chercheur d’os, Paris, Odile Jacob, 2006.

39Par contre l’extraordinaire contribution de cette formidable machine à remonter le temps vers notre origine, constituée par seulement quelques grandes équipes internationales, n’a malheureusement pas suscité de nombreuses vocations de terrain mais bien au contraire une cohorte impatiente de « volontaires » prêts à étudier les nouveaux fossiles déjà mis au jour, voire plus simplement encore quelques individualités pour vulgariser les nouvelles découvertes ! Ce contexte très stimulant de compétitions nationale et internationale particulièrement vives est à l’origine d’un buissonnement d’idées, dont quelques unes sont parfois si contradictoires avec ce qui a été publié dans les meilleures revues scientifiques spécialisées qu’elles ne pourront être que très éphémères ; à ce jour, d’ailleurs, elles n’ont trouvé que l’écho qu’elles méritaient au sein de la communauté scientifique internationale47.

40Dans cette compétition scientifique internationale pour découvrir les plus anciens restes de singes anthropoïdes et/ou d’hominidés, et essayer de mieux comprendre notre histoire, ce sont des nouveaux fossiles, mais aussi des artefacts et la formidable explosion des activités humaines qui seront, à leur tour, de nouvelles pierres angulaires apportées par les paléontologues, préhistoriens, paléoethnologues à la reconstruction des premières phases de notre histoire, puis du peuplement de l’ensemble de la planète Terre.

41En fonction de la diversité et de la multiplicité de ces nouvelles données, l’histoire et l’évolution des hominidés anciens, de leur origine africaine au peuplement du reste du monde doivent être reconsidérées dans le cadre de nouveaux paradigmes. Ces nouvelles approches vont induire immanquablement des changements drastiques pour l’ensemble de notre histoire. De telle sorte que les interrogations anciennes – d’où venons nous ? qui sommes nous ? qui est l’ancêtre ? où et quand est-il apparu ? –, bien qu’elles soient de mieux en mieux contraintes, demeurent toujours des questions d’actualité ! En science, l’absence de preuve n’est jamais la preuve d’une absence et, en paléontologie, la validité d’une hypothèse a souvent une durée de vie qui s’arrête avec la découverte du prochain fossile mis au jour.

42Mais telle est la science. Avec bonheur elle sait en même temps nous faire rêver et nous rendre humbles.

Figure 5. Toumaï : moulage stéréolithographique de la reconstruction 3D du crâne.

Figure 6. Sculpture du buste de Toumaï.

43Toumaï a tenu à partager avec nous tous cet instant unique. Il y a là les moulages de son crâne original et de sa reconstruction virtuelle, ainsi que son buste réalisé en collaboration scientifique avec Elisabeth Daynes, une artiste sculpteur parisienne. Toumaï avec ses 7 Ma, parce qu’il est le plus ancien d’entre nous, peut vous dire que ce que nous savons aujourd’hui de notre histoire permet de manière spectaculaire de confirmer la prédiction faite par Darwin en 1871 : notre origine est bien africaine et unique. Lui et nous, tous ensemble, nous partageons la même population ancestrale. Nous sommes donc tous sœurs et frères, et nos différences majeures sont essentiellement marquées par la diversité de nos cultures, une richesse liée à notre histoire.

44Monsieur l’Administrateur, mes chers collègues, Mesdames et Messieurs, je vous remercie de toute votre attention.

Bibliographie

Pour en savoir plus.

La Recherche : dossier Toumaï, Juin 2005.

L’Actualité Poitou-Charentes, n° 70, 2005.

Science et vie Junior : Supplément +DVD , Mars 2006.

M. Brunet, D’Abel à Toumaï, Nomade, chercheur d’os, Paris, Odile Jacob, 2006.

DVD Toumaï le Nouvel Ancêtre (film de 80’, plus le making of de 26’ & Sur la piste d’Abel, film de 52’) Production Gédéon Programmes, Paris, Mars 2006.

Notes

1 C.J. Fuhlrott, 1859, « Menschliche Ueberreste aus einer Felsengrotte des Düsselthals. Ein Beitrag zur Frage über die Existenz fossiler Menschen », Verhandl. Naturhist. Ver. Preuss. Rheinlande Westphalen, 16, p. 131-153. Id., 1865, Der fossile Mensch aus dem Neanderthal und sein Verhältniß zum Alter des Menschengeschlechts, Duisburg, 78 S. 2 Abb.

2 P.C. Schmerling, 1833, « Sur les cavernes à ossements de la province de Liège ». Bulletin de la Société Géologique de France, Tome III, p. 217-222.

3 François Marie Arouet, dit Voltaire, 1746, Dissertation « Sur les changements arrivés dans notre globe et sur les pétrifications qu’on prétend en être encore les témoignages », imprimée dans le Mercure de juillet 1746 (insérée dans l’édition de ses Œuvres donnée à Dresde en 1748).

4 Georges Cuvier, 1822, Discours sur les révolutions de la surface du globe et sur les changements qu'elles ont produits dans le règne animal ; réédition, Paris, Christian Bourgeois, 1985.

5 Charles Darwin, 1859, On the Origin of Species by Means of Natural Selection, London, John Murray ; réédition : Everyman edition, New York, Dutton, 1928.

6 Charles Darwin, 1871, The Descent of Man and Selection in Relation to Sex; réédition : Princeton, Princeton University Press 1981.

7 Thomas Henry Huxley, 1863, Evidence as to Man’s Place in Nature, Londres, Williams and Norgate.

8 V.M. Sarich & A.C. Wilson, 1967, « Immunological time scale for hominid evolution », Science, 158, 1200-1203.

9 R. Dart, 1925, « Australopithecus africanus, the man ape of South Africa », Nature, 115, 195-199.

10 M. Brunet & al., 2002, « A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa »,Nature, 418, 145-151.

11 Harun Yahya, L’Atlas de la création, Istanbul, Éditions global, 2006.

12 L. Lartet, 1868, « Une sépulture des troglodytes du Périgord », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, tome III, 335-349.

13 E. Dubois, 1894, Pithecanthropus erectus : eine Menschenaehnliche Uebergangsform aus Java, Batavia, Landesdruckerei ; F. Weidenreich, 1938, « Discovery of the femur and the humerus of Sinanthropus pekinensis », Nature, 141, 614–617.

14 C. Dawson & A.S. Woodward, 1913, « On the discovery of a Paleolithic Skull and Mandible in a Flint-bearing Gravel overlying the Wealden (Hastings Beds) at Piltdown, Fletching (Sussex) », Quaterly Journal of the Geological Society, vol.lxix.

15 Stephen Jay Gould, « L'affaire de l'homme de Piltdown », dans Le Pouce du panda. Les grandes énigmes de l'évolution, Paris, Grasset, 1982.

16 R. Dart, 1925, op. cit.

17 L.S.B. Leakey, 1959, « A new fossil skull from Olduvai », Nature, 184, 491-493.

18 A. Arambourg & Y Coppens, 1968, « Sur la découverte dans le Pléistocène inférieur de la vallée de l’Omo (Éthiopie) d’une mandibule d’Australopithéciné », C.R. Acad. Sci. Paris, t. 265, 589-590.

19 D.Johanson, T.D. White & Coppens, 1978, « A new species of the genus Australopithecus (Primates : Hominidae) from the Pliocene of Eastern Africa », Kirtlandia, 28, 1-14.

20 Yves Coppens, Le Singe, l’Afrique et l’homme, Paris, Fayard, 1983.

21 .D. Pilbeam, 1982, « New hominoid skull material from the Miocene of Pakistan », Nature, 295, 232-234.

22 M. Leakey, G. Feibel, C.S. McDougall & A.C. Walker, 1995, « New four-million-year-old hominid species from Kanapoi and Allia Bay, Kenya », Nature, 376, 565-571.

23 T.D. White, G. Suwa & B. Asfaw, 1994, « Australopithecus ramidus, a new species of hominid from Aramis, Ethiopia », Nature, 371, 306-312.

24 B. Senut & al., 2001, « First hominid from the Miocene (Lukeino formation, Kenya) »,C R Acad Sci Paris, 332, 137-144.

25 Y. Haile Selassie, 2001, « Late Miocene hominids from the Middle Awash, Ethiopia »,Nature, 412, 178-181.

26 R.J. Clark & P.V. Tobias, 1995, « Sterkfontein member 2 foot bones of the oldest South African hominid », Science, 269, 521-524.

27 R.J. Clark, 1998, « First ever discovery of a well-preserved skull and associated skeleton of Australopithecus », South African Journal of Science, 94, 460-464.

28 R. Broom & J.T. Robinson, 1947, « Further remains of the Sterkfontein ape-man, Plesianthropus », Nature, 160, 430-431.

29 La Mission paléoanthropologique franco-tchadienne (MPFT), dirigée par Michel Brunet, est une collaboration scientifique internationale entre l’université de Poitiers, l’université de N’Djamena et le CNAR (N’Djamena). La MPFT regroupe maintenant plus de 60 chercheurs de 10 nationalités. Ce programme de recherches pluridisciplinaires est financé par le ministère de la Recherche : CNRS (EDD & ECLIPSE) & ANR, le ministère des Affaires étrangères (DGCID Paris, SCAC N’Djamena) et la NSF (RHOI).

30 M. Brunet & al., 1995, « The first australopithecine 2 500 kilometres west of the Rift Valley (Chad) », Nature, 378, 273-274.

31 M. Brunet & al., 2002, op. cit. ; P. Vignaud, & al., 2002, « Geology and palaeontology of the Upper Miocene Toros-Menalla hominid locality, Chad », Nature, 418, 152-155 ; M. Brunet & al., 2005, « New material of the Earliest Hominid from the Upper Miocene of Chad », Nature, 434, 753-755 ; A.E. Lebatard & al., 2008, « Cosmogenic nuclide dating of Sahelanthropus tchadensis and Australopithecus bahrelghazali Mio-Pliocene early Hominids from Chad », PNAS, 105(9), 3226-3231.

32 L. Gabounia, A. Vekua, D. Lordkipanidze et al., «  Earliest Pleistocene Hominid Cranial Remains from Dmanisi, Republic of Georgia: Taxonomy, Geological Setting, and Age”, Science, n° 288, 2000, p. 1019-1025 ; H. Wanpo, R. Ciochon, G. Yumin et al., “Early Homo and associated artefacts from Asia”, Nature, n° 378, 1995, p. 275-278.

33 DAC=LCA : last common Ancestor des anglo-saxons. Brunet & al., 2002, op. cit. ; Brunet & al., 2005, op. cit. ; C.P.E. Zollikofer & al., 2005, « Virtual Cranial Reconstruction of Sahelanthropus tchadensis »,Nature 434, 755-759 ; F. Guy & al., 2005, « Morphological affinities of the Sahelanthropus tchadensis (Late Miocene hominid from Chad) cranium », PNAS, 102(52), 18836-18841.

34 Vignaud & al., 2002, op. cit.

35 Brunet & al., 2005, op. cit.

36 L. Gabounia & al., 2000, « Earliest Pleistocene hominid cranial remains from Dmanisi, Republic of Georgia : Taxonomy, geological setting, and age », Science, 288, 1019-1025 ; H. Wanpo & al., 1995, « Early Homo and associated artefacts from Asia », Nature, 378, 275-278.

37 T.D. White & al., 2003, « Pleistocene Homo sapiens from Middle Awash, Ethiopia », Nature, 423, 742-747.

38 S. Semaw & al., 1997, « 2.5million-year-old stone tools from Gona, Ethiopia », Nature, 385, 333-336 ; H. Roche & al., 1999, « Early hominid stone tool production and technical skill 2.34 Myr ago in West Turkana, Kenya »,Nature 399, 57-60.

39 C. Perlès, 1987, « La naissance du feu », L’Histoire, 105, 28-33 ; S. Weiner & al., 1998, « Evidence for the use of Fire at Zhoukoudian, China », Science, 281, 251-253.

40 E. Carbonell & al., 2003, « Les premiers comportements funéraires auraient-ils pris place à Atapuerca, il y a 350 000 ans ? Did the earliest mortuary practices take place more than 350 000 years ago at Atapuerca ? »,L’Anthropologie, 107, 1-14.

41 C.S. Henshilwood & al., 2002, « Emergence of Modern Human Behaviour : Middle Stone Age engravings from South Africa », Science 295, 1278-1280.

42 S. Moya-Sola S. & al., 2004, « Pierolapithecus catalaunicus, a new Middle Miocene Great Ape from Spain », Science, 306(5700), 1339-1344 ; Y. Chaimanee & al., 2004, « A new orang-utan relative from the Late Miocene of Thailand », Nature, 427, 439-441.

43 E.L. Simons & al., 2007, « A remarkable female cranium of the early Oligocene anthropoid Aegyptopithecus zeuxis (Catarrhini, Propliopithecidae) », PNAS, 104(21), 8731-8736 ; J.-J. Jaeger & L. Marivaux, 2005, « Shaking the Earliest Branches of Anthropoid Primate Evolution »,Science, 310, 244-245.

44 M. Schuster & al., 2006, « The age of the Sahara Desert », Science, 311, 421 ; J.R. Boisserie & al., 2005, « The position of Hippopotamidae within the Cetartiodactyla », PNAS, 102, 1537-1541 ; F. Lihoreau & al., 2006, « Evidence for Late Miocene Chado-Libyan bioprovince : a new possible dispersal ability for early Chadian Hominids »,PNAS, 23, 8763-8767.

45 P. Sepulchre et al., 2006, « Tectonic Uplift and Eastern Africa aridification », Science, 313, 1419-1423.

46 P. Brown et al., 2004, « A new small-bodied hominin from the Late Pleistocene of Flores, Indonesia », Nature, 431, 1055-1061.

47 Michel Brunet, D’Abel à Toumaï. Nomade chercheur d’os, Paris, Odile Jacob, 2006.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Continent Africain : principaux sites à hominidés anciens.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Figure 2. Australopithecus bahrelghazali (dit « Abel ») : mandibule holotype de l’espèce (Brunet et al. 1996)32.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 3. Sahelanthropus tchadensis (dit « Toumaï ») : crâne holotype de l’espèce (Brunet & al. 2002).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/167/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 4. Sahelanthropus tchadensis : hémi mandibule droite paratype de l’espèce (Brunet & al. 2002).
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/167/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Figure 5. Toumaï : moulage stéréolithographique de la reconstruction 3D du crâne.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/167/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 6. Sculpture du buste de Toumaï.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/167/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

Auteur

Michel Brunet

Professeur au Collège de France

© Collège de France, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable