Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

Les évolutions de la recherche. Nouveaux outils, nouveaux concepts

Vieillissement et dépenses de santé

Brigitte Dormont

Texte intégral

1Cette contribution s’intéresse aux controverses en économie sur le rôle du vieillissement dans l’explication de la croissance des dépenses de santé. Elle se positionne en contrepoint plutôt qu’en discussion de celle d’Hervé Le Bras.

2En France, comme dans tous les pays développés, les dépenses de santé progressent plus vite que d’autres postes de consommation. Il en résulte une continuelle augmentation de la part du produit intérieur brut (PIB) qui leur est dévolue. Ainsi, nous consacrons au fil du temps une part toujours plus importante de notre revenu aux dépenses de santé : leur part dans le PIB est passée de 3,8 % en 1960 à 11,2 % en 2008, un quasi triplement !

3En France, ces dépenses sont prises en charge dans d’importantes proportions (plus de 75 %) par la Sécurité sociale, laquelle est financée sur prélèvements obligatoires. On prévoit que les dépenses de santé vont continuer à croître à un rythme soutenu dans les années à venir. Dans cette perspective, la couverture par la Sécurité sociale ne peut être maintenue au niveau actuel sans une augmentation des prélèvements obligatoires qui lui sont dévolus.

4Cet horizon n’est pas sans soulever un certain nombre de débats et de tensions politiques. Surtout, il soulève de nombreuses interrogations sur les sources de la croissance des dépenses de santé, et notamment sur le rôle du vieillissement de la population dans l’explication de cette croissance continue. L’idée a envahi la réflexion et l’espace public, que le vieillissement de la population menace gravement notre système de protection sociale, car il risque de faire exploser les dépenses de santé. On retrouve même dans certains écrits des accents qui rappellent le catastrophisme en démographie, qui a été justement critiqué par Hervé Le Bras, avec l’idée d’un déclin qui serait associé au spectre du vieillissement.

5Or la puissance des outils offerts maintenant par l’informatique – la possibilité de disposer de bases de données individuelles de grande taille et de mettre en œuvre des microsimulations – permettent maintenant d’examiner sereinement ces questions et de remettre à sa juste place le rôle du vieillissement.

6Je vais illustrer ce point à propos de trois questions :

  • le vieillissement de la population peut-il faire exploser les dépenses de santé ?

  • Les progrès médicaux peuvent-ils contribuer à freiner les dépenses de santé ?

  • La croissance des dépenses de santé est-elle souhaitable ?

Le vieillissement de la population peut-il faire exploser les dépenses de santé ?

7Cette idée fort répandue doit être combattue. Certes, les dépenses de santé d’un individu augmentent avec son âge. Le vieillissement de la population influence donc positivement les dépenses de santé. Mais ce raisonnement est trop partiel : il néglige d’autres déterminants beaucoup plus massifs. En réalité, le vieillissement ne joue qu’un rôle mineur dans l’explication de la croissance des dépenses de santé.

8Deux graphiques permettent de comprendre les mécanismes à l’œuvre. Le premier représente la moyenne, calculée par tranche d’âge, des dépenses individuelles de santé observées en 2000 sur un échantillon représentatif des Français. Sans surprise, les dépenses augmentent avec l’âge des individus, avec une pente qui s’accentue à partir de 50 ans. Imputer toute la croissance des dépenses de santé au vieillissement revient à croiser cette courbe avec les évolutions prévues de la structure par âge de la population : pour la France, on prévoit par exemple que la part des individus de 65 ans et plus, égale à 16,1 % en 2000, atteindra 27,1 % en 2050.

Graphique 1 : Dépense de santé annuelle par tranche d’âge pour l’année 2000

Graphique 1 : Dépense de santé annuelle par tranche d’âge pour l’année 2000

9Raisonner de la sorte fait fi du mécanisme principal qui est à l’origine de la croissance des dépenses de santé : le changement dans le temps du profil des dépenses par âge. Le second graphique montre que ce profil se déplace vers le haut entre 1992 et 2000. À tout âge, la dépense individuelle de santé est plus élevée en 2000 qu’en 1992. Ce mécanisme est sans rapport avec le vieillissement de la population : il n’est pas de nature démographique, puisque que l’on examine ici les dépenses individuelles par âge. Or c’est cette évolution qui explique l’essentiel de la croissance des dépenses de santé. En effet, son ampleur dépasse largement le glissement modéré dû au vieillissement de la population. L’augmentation des dépenses individuelles entre 1992 et 2000 dépasse les 50 % pour tous les âges (graphique 2), alors que les changements observés pour la structure par âge de la population sont beaucoup plus lents : par exemple, la proportion des 65 ans et plus passe de 14,5 % à 16,1 % dans la même période, soit 1,6 point d’augmentation seulement. Les ordres de grandeurs sont sans commune mesure.

Graphique 2 : Dépense de santé annuelle par tranche d’âge pour les années 1992 et 2000

Graphique 2 : Dépense de santé annuelle par tranche d’âge pour les années 1992 et 2000

10La translation vers le haut du profil des dépenses par âge peut s’expliquer par deux phénomènes : à âge donné, les individus pourraient être plus souvent affectés par les maladies et invalidités en 2000 qu’en 1992. Dans la terminologie consacrée, on qualifierait cette détérioration de l’état de santé d’augmentation de la « morbidité ». Mais une autre explication est possible : à âge et morbidité donnée, les pratiques médicales auraient changé, conduisant à des dépenses plus importantes. Par exemple, un homme atteint d’une crise cardiaque subirait plus d’examens et des procédures plus coûteuses en 2000 qu’en 1992. Comme nous allons le voir, c’est ce deuxième mécanisme qui explique le déplacement du profil des dépenses par âge. Loin de se détériorer, l’état de santé des individus s’est au contraire amélioré entre 1992 et 2000.

11Une approche économétrique permet d’analyser les composantes du déplacement vers le haut du profil des dépenses par âge1. On a utilisé pour cela des échantillons représentatifs des assurés sociaux français comportant respectivement 3 441 et 5 003 individus pour les années 1992 et 2000. Le profil des dépenses par âge et son déplacement au cours du temps, tel qu’il est représenté dans le graphique 2, ont été calculés sur ces échantillons. Des estimations permettent d’évaluer l’influence de la morbidité et des pratiques médicales sur les dépenses de santé. La morbidité est mesurée par le niveau d’invalidité de l’individu et par des indicateurs signalant s’il est affecté d’un diabète, d’une hypertension artérielle, d’une cardiopathie ischémique, etc. Au total, une liste détaillée de dix maladies chroniques est considérée.

12L’occurrence d’une maladie ou d’une invalidité influence les dépenses de santé de l’individu via ce que nous appelons les « pratiques de soins ». Ce terme englobe les comportements du patient, lequel décide de consulter ou non, et les décisions du médecin concernant les examens et les traitements à mettre en œuvre. Il englobe aussi, et surtout, l’ensemble des procédures et les traitements disponibles, ensemble qui évolue avec le progrès technique médical. Les estimations permettent de repérer les changements de pratiques intervenus au cours du temps : on utilise pour cela les changements observés entre 1992 et 2000 dans les coefficients décrivant le lien entre les différents indicateurs de morbidité et les dépenses de soins d’un individu. On observe par exemple qu’un individu atteint d’une cardiopathie ischémique a une dépense de soins beaucoup plus importante en 2000 qu’en 1992, toutes choses égales par ailleurs. Ces évaluations sont faites en contrôlant l’âge et le genre de la personne ainsi que les autres pathologies et invalidités dont il peut être affligé.

13Pourquoi les individus consomment-ils plus de soins en 2000 qu’en 1992 ? Pourquoi ce changement s’observe-t-il à tout âge ? Leur santé s’est-elle détériorée ? Assiste-t-on à une augmentation des dépenses à morbidité donnée ? Ou bien santé et pratiques connaissent-elles des mouvements aux incidences opposées sur les dépenses ? Compte tenu des nombreux indicateurs de morbidité et d’invalidité utilisés, il n’est possible de connaître la résultante des différents changements estimés qu’avec des microsimulations. Nous avons simulé les dépenses des individus observés en 1992, avec leurs pathologies, mais en appliquant les coefficients estimés en 2000 pour prédire leurs dépenses de santé. Ceci permet de construire le profil hypothétique des dépenses qu’auraient eu les individus observés en 1992 s’ils avaient été soignés avec les pratiques de l’année 2000. La différence entre ce profil hypothétique et le profil des dépenses observé en 1992 permet d’isoler l’effet sur les dépenses des changements de pratiques intervenus entre 1992 et 2000. À partir de ce premier profil hypothétique, nous procédons à une seconde simulation consistant à remplacer les valeurs prises par les indicateurs de morbidité en 1992 par leurs valeurs observées en 2000. Ceci permet de repérer, dans l’évolution des dépenses de santé, ce qui est dû aux changements de morbidité, à pratiques médicales fixées (au niveau de l’an 2000 dans ce cas). Les résultats des microsimulations montrent que le déplacement vers le haut du profil de dépenses par âge est entièrement dû aux changements de pratiques intervenus entre 1992 et 2000. En revanche, les améliorations dans l’état de santé des individus intervenues entre 1992 et 2000 ont conduit à une diminution des dépenses de santé, à âge donné. Ce mouvement contribue à freiner la croissance des dépenses de santé impulsée par les changements de pratiques.

14Au niveau global, la croissance des dépenses de santé s’explique par les mouvements du profil des dépenses individuelles, mais aussi par l’évolution de la taille et de la structure par âge de la population. En appliquant la décomposition du profil de dépenses à la structure par âge de la population française, on peut mesurer l’impact des différents déterminants de la croissance des dépenses de santé sur la période. On observe entre 1992 et 2000 une augmentation de 54 % des dépenses, qui se partage de la façon suivante : + 58 % sont dus aux changements de pratiques et – 10 % aux changements de morbidité. Les changements démographiques jouent à la hausse : 3 % sont attribuables à l’augmentation de la taille de la population et 3 % au vieillissement proprement dit (c’est-à-dire à l’augmentation de la proportion de personnes âgées). L’impact du vieillissement est donc faible (+ 3 %), d’un ordre de grandeur sans commune mesure avec l’influence des changements de pratiques (+ 58 %). En outre, il est largement compensé par l’amélioration de l’état de santé à âge donné, qui contribue à freiner la progression des dépenses (– 10 %). Tout se passe comme s’il y avait plutôt rajeunissement que vieillissement.

15Les changements de pratiques expliquent toute la croissance des dépenses de santé, laquelle est légèrement freinée par l’effet, négatif au total, des mouvements démographiques et de l’amélioration de la santé. Quel est le contenu de ces changements de pratiques ? Ils peuvent se rapporter à des modifications dans le comportement des patients ou des médecins comme à l’évolution du progrès technique médical. Les données disponibles permettent une identification fine grâce à l’observation séparée des dépenses d’hospitalisation et, en ambulatoire, des dépenses de consultations et de médicaments. Par ailleurs, il est possible d’isoler les comportements de « participation », c’est-à-dire les décisions de consulter émanant des individus. Or les estimations montrent qu’il n’y a pas de changements significatifs dans les comportements de participation en ambulatoire. Autrement dit, les assurés sociaux, quel que soit leur âge, n’ont pas tendance à aller consulter plus fréquemment en 2000 qu’en 1992. Le gros du changement est dû, non à une augmentation de la propension à consulter, mais à une augmentation de la dépense associée à la consultation. Et ce surcoût n’est pas dû à une augmentation du volume d’actes délivrés par le médecin, mais à une hausse de la dépense de médicaments. Ces résultats suggèrent que les changements de pratiques comportent une large composante liée aux innovations médicales.

16En définitive, les changements de pratiques influencent massivement la croissance des dépenses de santé. Leur impact est presque vingt fois plus élevé que celui du vieillissement. Des analyses rétrospectives menées pour les États-Unis sur la période 1965-2002 aboutissent au même constat : les changements technologiques expliquent la majeure partie de la croissance. Le principal enjeu d’un tel résultat est qu’il montre que la croissance des dépenses de santé ne résulte pas d’un processus exogène incontrôlé, mû par le vieillissement de la population. Elle est le fruit de nos décisions d’adoption et de mise en œuvre des innovations médicales. Nous sommes les acteurs de cette croissance. Et des acteurs plutôt heureux, puisque nous vivons plus longtemps et en meilleure santé.

17De façon générale, le progrès technique permet des gains de productivité. Pourquoi serait-il responsable de la hausse des coûts de la santé ? En fait, deux mécanismes sont à l’œuvre : la substitution de traitement, qui permet un gain d’efficacité ; la diffusion du traitement, qui correspond à une utilisation croissante de l’innovation. L’augmentation du coût des traitements résulte exclusivement de la diffusion des innovations. La substitution conduit bien à des gains de productivité : le coût de traitement par personne peut augmenter ou décroître, mais la performance du soin s’améliore. C’est le mécanisme de diffusion qui conduit à une hausse des coûts de la santé : de nouveaux traitements apparaissent continuellement, dont l’usage s’étend plus ou moins rapidement. Pour l’exprimer en termes économiques, de nouveaux biens et services sont offerts et consommés.

18L’exemple de la cataracte est éloquent. La substitution des nouvelles technologies aux anciennes a permis d’importants gains de productivité : on observe une stabilité du coût de l’opération de la cataracte entre la fin des années 1960 et la fin des années 1990, alors qu’elle a gagné en efficacité et en sûreté, conduisant à de meilleurs résultats en termes d’acuité visuelle et de réduction des taux de complication. Les dépenses associées au traitement de la cataracte n’ont augmenté qu’à cause de l’extension de l’opération à une plus grande proportion de patients. Moins risquée et plus efficace, elle peut être réalisée sur des patients plus âgés ou éprouvant une gêne moins sévère.

19Pareillement, une innovation majeure comme l’angioplastie a permis de résoudre certaines crises cardiaques sans recours à une opération à cœur ouvert. Moins coûteuse et plus performante en termes de qualité de vie postopératoire, cette innovation a rendu possible l’extension du traitement à des patients plus nombreux. Elle peut remplacer le pontage dans certains cas, mais son utilisation se répand bien au-delà de ce mécanisme de substitution. Observée dans la plupart des pays développés, cette évolution a permis de grands progrès dans les taux de survie et la qualité de vie des personnes atteintes.

20On pourrait considérer quantité d’autres innovations médicales, comme la prothèse de la hanche ou la chirurgie du genou par exemple, qui améliorent les performances sanitaires et réduisent les incapacités, tout en conduisant à une augmentation de la dépense de soins par personne, à âge et pathologie donnés.

Les progrès médicaux peuvent-ils contribuer à freiner les dépenses de santé ?

21Les innovations médicales sont certes coûteuses, mais elles permettent d’améliorer la santé et la qualité de vie des personnes concernées. Les gains en santé obtenus grâce à ces progrès pourraient-ils, en retour, réduire les besoins de soins et contribuer ainsi à freiner les dépenses de santé ? Cette hypothèse est souvent évoquée. Sa pertinence est très difficile à étudier, car il faut pour cela évaluer correctement l’impact des progrès médicaux sur la taille de la population grâce à la survie des malades. Il faut aussi connaître l’impact de ces progrès sur les dépenses futures et, notamment, le coût de traitement des maladies que les individus sauvés peuvent contracter, à plus long terme, grâce à leur survie (par exemple le cancer qu’ils peuvent contracter du fait qu’ils ont survécu à une crise cardiaque).

22Actuellement, les modèles macroéconomiques de prévisions considèrent différentes variantes concernant l’état de santé pour une même hypothèse de longévité. Par exemple, pour une hypothèse d’allongement de l’espérance de vie de 5 ans, plusieurs scénarios sont envisagés quant au niveau de la santé et des besoins de soins correspondants. Avec cette approche, l’hypothèse de bonne santé conduit mécaniquement à une prévision de freinage des dépenses. Cette conception des modèles est critiquable puisqu’elle revient à supposer que la longévité est indépendante de l’état de santé. Une approche pertinente doit endogénéiser la longévité et la taille de la population, c’est-à-dire formaliser la relation existant entre le niveau de santé des individus, leur survie et la taille de la population qui peut en résulter.

23Une telle approche nécessite la construction d’un modèle de microsimulation. Il s’agit d’une modélisation microéconomique appliquée à un échantillon représentatif d’assurés sociaux, où sont représentés les liens entre dépenses de santé, âge, incidence des maladies chroniques et survenue du décès ou de diverses complications et invalidités. Aux États-Unis, des économistes de la Rand Corporation ont construit un modèle de ce type pour estimer et simuler les trajectoires de vie, de pathologies chroniques et de handicaps des assurés de Medicare (personnes de 65 ans et plus). Les probabilités de transitions sont estimées sur un échantillon de 100 000 bénéficiaires de Medicare observés entre 1992 et 1999. Elles permettent de prédire, pour chaque individu, ses probabilités annuelles de décéder, de contracter une nouvelle maladie chronique ou de connaître un certain niveau d’invalidité. Ces probabilités peuvent être modifiées pour simuler l’effet d’une amélioration de la santé qui découlerait de progrès médicaux hypothétiques.

24L’utilisation de ce modèle conduit à des conclusions sans appel sur l’impact du progrès technique sur les dépenses2 : toute innovation a un coût qui dépasse les économies dues à une meilleure santé. Tout gain en moindre morbidité est compensé par une vie plus longue et des dépenses sur une plus longue période. Le surcroît de dépenses entraîné par l’introduction d’un nouveau traitement est même d’autant plus élevé que les gains en espérance de vie sont importants. Il n’y a donc pas d’économies à espérer du côté des progrès médicaux. Ces conclusions sur l’impact du progrès technologique en santé peuvent sembler exagérément pessimistes. Elles sont surtout paradoxales, car particulièrement défavorables aux découvertes les plus efficaces. De fait, les calculs réalisés ne considèrent que les coûts associés aux services de santé sans prendre en considération la valeur créée grâce aux gains en longévité et en qualité de vie. Quelle est la valeur obtenue, ou créée, grâce aux dépenses de santé ? C’est la question abordée dans ce qui suit.

La croissance des dépenses de santé est-elle souhaitable ?

25Certains d’entre nous pourraient préférer consacrer des ressources additionnelles à des dépenses personnelles plutôt que de les verser dans un pot commun pour financer des soins médicaux plus performants. Prendre maintenant des vacances à la neige, faire une randonnée dans le désert, toutes choses excellentes pour le physique et le moral, plutôt que de financer un scanner de plus. Certains d’entre nous pourraient aussi accepter que les ressources additionnelles aillent à des dépenses décidées collectivement, mais préférer qu’elles portent sur la protection de l’environnement ou l’éducation plutôt que la santé.

26En France, le financement de la dépense de santé est en grande partie socialisé : les arbitrages sont rendus par des instances publiques ou paritaires, censées agir au nom des assurés sociaux et représenter leurs préférences. Se demander si la croissance des dépenses de santé est souhaitable, c’est se demander si les décisions actuellement prises sont conformes à nos préférences. Une telle question ne se pose pas pour un bien marchand dont l’achat relève d’une décision privée. Dans ce cas, les individus effectuent leurs propres arbitrages : leur demande exprime sur le marché la somme qu’ils sont disposés à payer pour acquérir ce bien. L’augmentation actuelle de la part prise dans le budget des ménages par les médias et les loisirs numériques doit s’interpréter selon cette grille : cette évolution résulte de choix privés qui peuvent exprimer le bien-être retiré par les individus de la consommation de ces biens.

27Le financement par prélèvements obligatoires de l’assurance maladie ne permet pas aux préférences individuelles de s’exprimer, ce qui rend nécessaire une vigilance accrue concernant les services rendus par les soins ainsi financés. Dépensons-nous trop pour la santé ? Ou pas assez ? Pour répondre à de telles interrogations, il faut pouvoir évaluer en unités monétaires la valeur obtenue en contrepartie de ces dépenses.

L’impact des dépenses de soins sur la santé

28Au préalable il faut évaluer l’impact des dépenses de soins sur la santé. Il peut sembler choquant de questionner l’existence d’un impact positif, tant les découvertes médicales apportent la preuve continue des victoires remportées contre la maladie. Mais quel est le lien, au niveau global, entre les moyens déployés et les résultats ? Est-il vrai que dépenser plus apporte plus de santé ? Et dans quelles proportions ? Ces questions, qui portent sur la production de santé, sont loin d’être simples.

29La mise en évidence d’une causalité dépenses/résultats est un exercice difficile. En pratique, des ressources plus importantes sont mobilisées lorsque les patients sont en mauvais état de santé. Les dépenses étant fonction croissante des besoins, on aboutit sur données brutes à l’inverse du résultat escompté : des dépenses plus élevées sont corrélées avec un taux de mortalité plus élevé. Il faut une mesure assez précise et fiable des besoins pour pouvoir procéder à l’identification recherchée. Pendant de nombreuses années, les résultats étaient décevants, conduisant nombre d’économistes à penser que le niveau de la dépense n’avait qu’un impact marginal sur la santé. Ce n’est que très récemment que des bases de données suffisamment fines ont permis de montrer, en contrôlant par les besoins, que le taux de décès est bien une fonction décroissante des dépenses engagées. Un autre problème tient au fait que d’autres facteurs contribuent à réduire la mortalité, tels que l’amélioration de l’hygiène, l’approvisionnement en eau potable, la généralisation de l’enlèvement des ordures et le développement de l’éducation.

30Dans les pays développés, cependant, la plupart des décès résultent d’un cancer ou d’une maladie cardiovasculaire, ce qui ouvre aux soins médicaux de grandes potentialités d’impact sur la longévité. On a pu calculer3 que l’augmentation entre 1950 et 2000 de l’espérance de vie des hommes aux États-Unis, égale à 9 ans, était principalement due à la réduction de mortalité par crise cardiaque (+ 3,7 ans) et par accident vasculaire cérébral (+ 1 an). Ce n’est pas seulement la longévité, mais aussi la qualité de la vie qui est améliorée par les soins : les progrès réalisés dans les prothèses de la hanche ou du genou ont réduit les handicaps associés aux troubles musculo-squelettiques.

La valeur des gains en santé

31Comme d’autres biens et services pour lesquels n’existe ni marché ni prix, la santé n’est pas intégrée à la mesure du PIB. Le seul élément incorporé dans le PIB est le coût des soins, qui ne représente qu’une faible part de la valeur de la santé. Pourtant celle-ci a évidemment une valeur. Lorsqu’ils sont interrogés, la plupart des individus sont prêts à consacrer des sommes importantes pour vivre longtemps et en bonne santé.

32Le concept utilisé pour mesurer la valeur des gains en santé et en longévité est appelé « valeur statistique de la vie ». Il est utilisé dans d’autres domaines de la décision publique : pour des arbitrages concernant des infrastructures pouvant réduire le nombre d’accidents de la route ou, sur des questions environnementales, pour évaluer des investissements visant à améliorer la qualité de l’air.

  • 4 Dans ce concept, la vie a une valeur indépendamment des capacités productives de l’individu. La val (...)

33Conférer une valeur monétaire à la vie peut sembler choquant sur un plan éthique4. Mais c’est la seule voie pour mesurer l’apport des dépenses de santé et le comparer avec d’autres productions bien visibles dans le PIB. C’est aussi le seul moyen de rendre explicites les critères utilisés pour la décision publique. En l’absence de cet outil de mesure, les arbitrages sont quand même rendus avec des critères souvent improvisés et généralement opaques.

34La valeur statistique de la vie permet d’évaluer l’apport des innovations médicales5. On calcule ainsi que les nouveaux traitements de la crise cardiaque, qui ont permis entre 1984 et 1998 un gain d’un an sur l’espérance de vie des personnes ayant connu un infarctus, offrent un « bénéfice » de 70 000 $. Cette valeur créée est sept fois plus élevée que l’augmentation du coût de traitement observée dans le même temps, à savoir 10 000 $. Pareillement, l’extension de l’opération de la cataracte à des patients plus nombreux apporte un surcroît de valeur mesuré par l’évaluation monétaire du bien-être apporté par la restauration de la vue à de nombreuses personnes âgées. Il dépasse largement les coûts : le bénéfice moyen est évalué à 95 000 $, à comparer avec un coût de 3 000 $ pour l’opération. Du point de vue de la décision publique, celle que devrait prendre la Sécurité sociale pour définir le panier de soins couverts par l’assurance maladie, de tels résultats justifient le remboursement de ces soins. En effet, les bénéfices ici calculés, très supérieurs aux coûts, mesurent la valeur attribuée à ces traitements par les assurés sociaux.

  • 6 Kevin M. Murphy et Robert H. Topel, « The Value of Health and Longevity », op. cit.

35La valeur statistique de la vie peut aussi être utilisée, de manière plus globale, pour mesurer en unités monétaires la valeur créée par les gains en santé et en longévité. Les économistes Kevin Murphy et Robert Topel ont réalisé cette évaluation pour les États-Unis6. Ils obtiennent un résultat spectaculaire : entre 1970 et 2000, les gains en espérance de vie auraient ajouté chaque année à la richesse du pays une valeur équivalente à environ 32 % du PIB ! L’apport annuel des dépenses de santé serait ainsi très supérieur à leur coût, qui est de 15 % du PIB aux États-Unis en 2000. Cet écart suggère que l’effort consenti pour les dépenses de santé dans ce pays serait inférieur à sa valeur optimale du point de vue de la société.

36Murphy et Topel aboutissent à une conclusion contraire au sempiternel constat de dépenses de santé excessives. Ce résultat très différent du sens commun est obtenu car, au lieu de concevoir les dépenses de santé comme un seul coût, ils ont cherché à mesurer la valeur des gains en santé obtenus en contrepartie. Un tel résultat est obtenu aussi grâce à des méthodes nouvelles de recueil et d’agrégation des préférences des individus. La conclusion est impressionnante mais il faut la prendre avec précaution. En effet, les études sur la question de la part optimale des dépenses de santé restent encore rares. Jusqu’à présent elles n’ont été réalisées que pour les États-Unis. Bien qu’une modélisation complexe soit mobilisée, elles ne formalisent pas certains éléments importants des mécanismes économiques. Compte tenu de ses implications pour la définition des priorités à venir, il faut examiner la question pour la France. L’idée qu’il serait souhaitable de faire croître encore la part de nos dépenses consacrée à la santé doit être étudiée.

Bibliographie

http://www.brigitte-dormont.fr

Cutler David M. et McClellan Mark, « Is Technological Change in Medicine Worth It ? », Health Affairs, vol. 20, no 5, 2001, p. 11-29 [doi:10.1377/hlthaff.20.5.11]

Dormont Brigitte, « Les dépenses de santé. Une augmentation salutaire ? », Opuscule du CEPREMAP, éditions Rue d’Ulm, 2009 : http://www.cepremap.ens.fr/depot/opus/OPUS15.pdf

Dormont Brigitte, Grignon Michel et Huber Hélène (2006), « Health Expenditure Growth : Reassessing the Threat of Ageing », Health Economics, vol. 15, no 9, 2006, p. 947-963 [doi:10.1002/hec.1165] et http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/18/16/05/PDF/Dormont-Grignon-Huber-HE.pdf

Lubitz James B., « Health, Technology and Medical Care Spending », Health Affairs, vol. 24, no 5, 2005, p. 81-85 [doi:10.1377/hlthaff.w5.r81]

Murphy Kevin M. et Topel Robert H., « The Value of Health and Longevity », Journal of Political Economy, vol. 114, no 5, 2006, p. 871-904 [doi:10.1086/508033] ; http://www.econ.yale.edu/seminars/labor/lap05/topel-050325.pdf (2005).

Annexes

Notes

1 Brigitte Dormont, Michel Grignon et Hélène Huber (2006), « Health Expenditure Growth: Reassessing the Threat of Ageing », Health Economics, vol. 15, no 9, p. 947-963 [doi:10.1002/hec.1165].

2 James B. Lubitz, « Health, Technology and Medical Care Spending », Health Affairs, vol. 24, no 5, 2005, p. 81-85 [doi:10.1377/hlthaff.w5.r81].

3 Kevin M. Murphy et Robert H. Topel, « The Value of Health and Longevity », Journal of Political Economy, vol. 114, no 5, 2006, p. 871-904 [doi:10.1086/508033].

4 Dans ce concept, la vie a une valeur indépendamment des capacités productives de l’individu. La valeur statistique de la vie est introduite et discutée, ainsi que les autres indicateurs utilisés en économie de la santé, dans Brigitte Dormont, « Les dépenses de santé. Une augmentation salutaire ? », Opuscule du CEPREMAP, éditions Rue d’Ulm, 2009.

5 David M. Cutler et Mark McClellan, « Is Technological Change in Medicine Worth It ? », Health Affairs, vol. 20, no 5, 2001, p. 11-29 [doi:10.1377/hlthaff.20.5.11].

6 Kevin M. Murphy et Robert H. Topel, « The Value of Health and Longevity », op. cit.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Dépense de santé annuelle par tranche d’âge pour l’année 2000
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1551/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Titre Graphique 2 : Dépense de santé annuelle par tranche d’âge pour les années 1992 et 2000
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/1551/img-2.png
Fichier image/png, 69k

Auteur

Professeur à l’université Paris Dauphine, http://www.brigitte-dormont.fr

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable