Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation de la recherche

 | 
Gérard Fussman

Les évolutions de la recherche. Nouveaux outils, nouveaux concepts

Recherche fondamentale et recherche appliquée

Pierre Joliot

Texte intégral

Les chercheurs de ma génération ont vécu une période où il existait une véritable barrière idéologique entre deux mondes : celui de la recherche fondamentale pratiquée dans le monde académique et donc financée sur des fonds publics, et la recherche appliquée pratiquée essentiellement dans le monde industriel. On constate donc une méfiance tant de la part des chercheurs académiques vis-à-vis du monde industriel, accusé d’être dominé par l’appât du gain, que de la part du monde industriel vis-à-vis des chercheurs du monde académique, souvent considérés comme de dangereux révolutionnaires. Bien des progrès ont été réalisés dans ce domaine mais il faut avoir conscience que le fossé idéologique qui sépare ces deux communautés n’est pas encore entièrement comblé. S’il est impératif que la recherche fondamentale et la recherche appliquée soient en mesure de coopérer efficacement, je n’en reste pas moins convaincu que ces deux formes d’activité diffèrent profondément aussi bien en ce qui concerne la pratique de la recherche que son mode d’organisation.

Loin de moi l’idée de vouloir opposer recherche fondamentale et recherche appliquée. Il est évident que la recherche appliquée se nourrit de la recherche fondamentale, et que la recherche fondamentale ne peut progresser sans s’appuyer sur les progrès de la recherche appliquée. Il s’agit cependant de deux formes d’activité différentes, même si elles peuvent et doivent, si possible, être pratiquées par les mêmes chercheurs. En ce qui me concerne, j’ai toujours eu la réputation d’un défenseur un peu sectaire de la recherche fondamentale, et cependant, si je fais un bilan de ma carrière scientifique, je constate que j’ai peut-être eu plus de succès dans le développement de technologies de pointes – un domaine qui, sur le plan de la démarche intellectuelle, relève de la recherche appliquée – que dans le cadre de la recherche fondamentale. J’ai, en tout cas, pris un égal plaisir dans ces deux formes d’activité.

Ce qui pour moi est caractéristique de la recherche fondamentale, c’est qu’il n’est pas possible de la programmer. Toute forme de programmation ne peut s’appuyer que sur ce qui est déjà connu, et ne représente donc qu’un témoignage du passé. On ne peut programmer ce que l’on ne connaît pas, et la prédiction de l’avenir reste toujours une activité vaine. J’insiste sur ce point, car le monde politique actuel prétend inscrire le financement de la recherche dans la cadre de programmes de plus en plus contraignants, qui risquent de conduire à une stérilisation progressive de toute forme de créativité. J’ajouterai que la pire des programmations est celle que s’imposent les chercheurs en décidant a priori ce qu’ils veulent trouver, dans le but avoué d’améliorer leur productivité.

La recherche appliquée, au contraire, s’appuie sur des concepts qui ont été établis au préalable par la recherche fondamentale, la notion de programmation étant alors recevable et même nécessaire. Il me paraît normal que la société fasse des choix quant au type de recherche appliquée qu’elle veut subventionner, attitude totalement inacceptable dans le cas de la recherche fondamentale. Ces deux formes de recherche doivent donc être gérées de manière totalement différente.

Je choisis ce moment pour critiquer avec vigueur une forme de recherche que je qualifierai de recherche fondamentale « orientée » et que je considère comme la plus inefficace. Certains acteurs politiques, et plus généralement les décideurs, prétendent être capables de prévoir les sujets de recherche fondamentale susceptibles de générer des connaissances utiles à la société à court et moyen terme. L’histoire de la science et des sociétés démontre pourtant que les percées les plus spectaculaires sur le plan technologique proviennent le plus souvent de découvertes dont personne ne pouvait supposer les possibilités d’application. La recherche fondamentale, dont la vocation est de faire progresser nos connaissances, doit être une recherche tous-azimuts, sans exclusive, et le piège le plus dangereux consiste à focaliser les efforts dans les domaines à la mode. Ceux-ci représentent le plus souvent, au même titre que la programmation, un reflet du passé. Quand une science est à la mode, il est déjà trop tard, les véritables domaines d’avenir étant ceux qui n’intéressent encore que peu de chercheurs. Notre priorité doit être de sortir des sentiers battus. Le mode d’évaluation de la recherche fondamentale utilise de plus en plus de critères quantitatifs, qui interdisent aux chercheurs de faire preuve d’audace et de créativité. Parmi ces critères, on peut citer le nombre d’articles publiés, l’indice d’impact des journaux dans lesquels ces articles sont publiés, ou la fréquence de citation des articles d’un auteur. Dans ce cas particulier, j’ai tenté d’évaluer quelles ont été les périodes les plus productives de ma carrière de chercheur et j’ai constaté que, dans un domaine de recherche donné, l’originalité de mes approches diminuait lorsque mon taux de citations augmentait. Cette conclusion paradoxale et volontairement provocatrice repose sur le fait qu’un chercheur qui travaille trop longtemps sur un sujet a tendance à s’enfermer dans des certitudes et devient victime de son propre dogmatisme. C’est pourtant après un délai considérable qu’un travail de qualité commence à être reconnu, ce qui implique un déphasage entre la période créative et la reconnaissance par nos pairs. La créativité dans l’exercice de la recherche fondamentale implique une certaine dose d’ignorance et de naïveté qu’un excès de compétence réprime le plus souvent. Jean Perrin, prix Nobel de physique, considérait que la bibliographie sur un sujet de recherche fondamentale doit être préparée après et non pas avant d’avoir abordé ses propres recherches. Il est en effet très difficile d’innover si vous savez tout sur un sujet particulier. Pour ma part, les possibilités offertes par l’informatique moderne représentent un handicap sévère pour les jeunes chercheurs à qui l’on recommande d’effectuer l’analyse bibliographique la plus complète possible avant d’aborder un nouveau sujet de recherche. Cet éloge de l’ignorance ne peut être transposé au cas de la recherche appliquée, où une analyse exhaustive de ce qui à été fait dans le domaine est alors indispensable.

Lorsque l’on conçoit la recherche fondamentale comme une activité créatrice, la difficulté majeure reste le mode d’évaluation. Tout le monde s’accorde sur le fait qu’il est difficile pour ne pas dire impossible d’évaluer des artistes tels que des compositeurs, des peintres ou des écrivains à travers des comités même compétents et honnêtes. Le coût considérable de la recherche fondamentale pour la société impose cependant de privilégier une recherche d’excellence et je n’ai malheureusement pas de solutions miracles à proposer. Mes discours de principe tendant à privilégier la créativité ne me mettent pas à l’abri, en tant qu’évaluateur, d’erreurs majeures. La plupart des découvertes entrent en contradiction avec les dogmes dominants, et elles sont souvent mal comprises ou rejetées par des évaluateurs, tout particulièrement s’ils sont consciencieux. L’évaluation est destinée à distinguer les meilleurs chercheurs afin de mettre à leur disposition un maximum de moyens humains et matériels. Elle s’inscrit donc dans une logique de compétition. Je voudrai, à cette occasion, donner mon interprétation personnelle de la phrase prononcée par Pierre Corvol, notre administrateur, au début de cette séance : « Le chercheur doit être le premier. » Dans le domaine de la recherche appliquée, être le premier, même d’une courte tête, est en effet indispensable. L’exemple le plus évident est le dépôt de brevet, qui couronne le succès d’une recherche appliquée. Je pense également qu’en recherche fondamentale, un bon chercheur doit être le premier mais certainement pas dans le sens où l’entendent beaucoup de mes collègues. S’il s’agit d’un domaine à la mode où s’affrontent de nombreux laboratoires puissants et bien dotés, l’intérêt pour la société me paraît très limité. La compétition dans de tels domaines implique une accumulation de moyens qui me paraît inefficace et inutilement coûteuse. Le succès permet essentiellement de satisfaire l’ego du gagnant et, éventuellement, l’orgueil national. Ces succès me paraissent bien dérisoires quant au progrès de la connaissance dans la mesure où plusieurs laboratoires sont en état, à court terme, de parvenir au même résultat. Pour moi, être le premier, c’est apporter des idées nouvelles dans un domaine inexploré ou encore négligé. De telles contributions, même si elles concernent des domaines considérés comme mineurs, apportent davantage au progrès de la connaissance que la compétition acharnée qui caractérise certains domaines au centre de l’actualité.

L’évaluation de la recherche fondamentale doit, si possible, être effectuée, a posteriori et certainement pas sur la base de programmes de recherche qui, le plus souvent, n’auront que peu de rapports avec le travail réellement effectué. J’ai bénéficié au cours de ma longue carrière d’un nombre important de contrats et je peux témoigner du peu d’adéquation qui existe entre les résultats que j’ai obtenus et le programme proposé. Ceci était d’ailleurs sans importance car je reste convaincu que personne n’a jamais évalué le rapport final que j’ai rédigé afin de vérifier si les subventions qui m’avaient été accordées avaient conduit à des résultats significatifs. Il me semble plus légitime de faire confiance à un chercheur ou à un laboratoire ayant produit des résultats originaux en le finançant pour des périodes de trois ou quatre ans. Il faut alors laisser à ces chercheurs un maximum de liberté dans le choix des sujets et la conduite de leur recherche.

Je conclurai donc en affirmant que la recherche fondamentale et la recherche appliquée représentent deux formes d’activité complémentaires, qui peuvent être pratiquées par les mêmes chercheurs mais dont les vocations sont profondément différentes. Dans la pratique de la recherche fondamentale, le chercheur doit être prêt à exploiter tout résultat inattendu en infléchissant à tout moment le programme qu’il s’était fixé. La pratique de la recherche appliquée impose au contraire de s’inscrire dans une finalité définie à l’avance tout en conservant un degré de liberté suffisant pour préserver une attitude créative.

Recherche académique et industrie biotechnologique

Jean-Paul Clozel, président d’Actelion Pharmaceuticals Ltd, professeur au Collège de France (2007-2008).

Discutant : Pierre Joliot, professeur honoraire au Collège de France.

Conférences prononcées le jeudi 14 octobre 2010.

Auteur

Pierre Joliot

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Bioénergétique cellulaire

© Collège de France, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable