Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Techniques et économies de la Méditerranée antique

 | 
Jean-Pierre Brun

Techniques et économies de la Méditerranée antique

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 5 avril 2012

Jean-Pierre Brun

Texte intégral

1Monsieur l’Administrateur,
Mes chers Collègues,
Mesdames, Messieurs,

  • 1 Piganiol A., L’Empire chrétien, Paris, PUF, 1972 (2e éd.), p. 466. Dans la conclusion de cet ouvrag (...)

2Pourquoi l’Empire romain s’est-il effondré ? Comment un empire aussi puissant et organisé que celui de Rome a-t-il pu disparaître ? A-t-il été assassiné, selon la saisissante formule d’André Piganiol, ou s’est-il décomposé1 ?

3Voilà une civilisation qui avait apparemment atteint un certain degré de modernité, dont les villes étaient admirablement urbanisées, parfois mieux que les nôtres, dont les monuments, d’une frappante beauté et d’une solidité étonnante, sont encore debout après 2000 ans, dont les routes et les cités structurent toujours nos territoires.

  • 2 Étudiant les avatars du thème de la décadence et de la chute de Rome de l’Antiquité à nos jours, Sa (...)

4Comment une telle civilisation a-t-elle pu s’écrouler aussi complètement que ses villes aient péri, que ses techniques se soient perdues ? Cette question fascine l’Occident depuis la Renaissance, acquérant une vigueur accrue depuis la découverte de Pompéi et la mise au jour de tant de villes « mortes » d’Afrique du Nord et du Proche-Orient2. Sa force est d’autant plus puissante que lui fait écho une autre interrogation qui nous hante : un tel désastre pourrait-il se produire pour notre propre civilisation ?

  • 3 Ferdinand Lot (La Fin du monde antique et le début du Moyen Âge, Paris, 1927, p. 275) parlait de «  (...)

5Nous connaissons tous les grands classiques consacrés à ces questions : les célèbres Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence publiées par Montesquieu en 1734 ou le non moins fameux History of the Decline and Fall of the Roman Empire du Britannique Edward Gibbon paru de 1776 à 1788. Mais nombre d’autres historiens ont apporté des réponses, au moins partielles3.

6Ces réponses, il s’agit de les évaluer tout en les récapitulant. Sont-elles, au moins partiellement, satisfaisantes ? Coïncident-elles avec les données que fournissent les recherches archéologiques qui connaissent depuis un quart de siècle un développement qu’on n’avait ni imaginé ni prévu ?

7Tels sont les points à aborder avant de dessiner les grandes lignes d’un enseignement qui ne soit indigne ni de ces problématiques, ni de l’honneur que m’ont fait Christian Goudineau et John Scheid en présentant mon nom à vos suffrages.

  • 4 Orrieux C., Les Papyrus de Zénon, Paris, Macula, 1983.
  • 5 Rathbone D., Economic Rationalism and Rural Society in Third-Century A.D. Egypt. The Heroninos Arch (...)
  • 6 L’apport de la papyrologie documentaire est considérable dans tous les domaines de la vie économiqu (...)

8De quelles données disposons-nous ? À peu près toutes les sources écrites de l’Antiquité ont disparu au cours du Moyen Âge. Pour écrire une histoire totale, nous ne disposons, et encore seulement partiellement, que de l’exposé événementiel. Il manque la presque totalité des documents comptables (qui étaient fort abondants) ; il manque la littérature technique ; il manque presque toujours les archives. C’est à peine si, grâce à son exceptionnel climat et à sa longue dépression démographique, l’Égypte nous a conservé quelques dossiers, comme les archives de Zénon au IIIe s. avant J.-C.4 ou celles de Hèroninos au IIIe s. après J.-C.5, dossiers dont l’interprétation fait d’ailleurs l’objet de débats. Ne négligeons pas l’apport de la papyrologie documentaire, qui a fourni des documents éclairants, notamment pour l’histoire du commerce, avec le papyrus Bingen 77, donnant la liste et le tonnage de bateaux dans un port de l’Égypte romaine, ou avec le verso du papyrus de Vienne G 40822, qui présente la liste des marchandises transportées depuis l’Inde par le navire Hermapollon ; mais reconnaissons que ces éclairs sont bien rares6. Pour le reste du monde méditerranéen, ne nous sont parvenus que des commentaires littéraires, écrits par des aristocrates, et des masses d’inscriptions, reflétant elles aussi la vie des classes supérieures, dont nous essayons d’appliquer, avec des filtres divers, les enseignements à l’ensemble de la société.

  • 7 Veyne P., Histoire de Rome, leçon inaugurale du 5 mars 1976, Paris, Collège de France, 1976, p. 10.

9On ne peut écrire l’histoire antique dans ses composantes démographiques, économiques et environnementales à partir de si peu. Dira-t-on que ces lacunes stimulent les historiens et les poussent à la conceptualisation ? Paul Veyne, dans sa leçon inaugurale, disait : « l’histoire romaine incite plus vivement que d’autres à l’explicitation du non-pensé, à la conceptualisation : cette histoire est pauvrement documentée […]. Or la pauvreté suscite l’ingéniosité, qui engendre à son tour une nouvelle richesse. Toute historiographie dépend, d’une part, de la problématique qu’elle se donne, de l’autre, des documents dont elle dispose. […] L’expérience prouve que la sclérose de la problématique survient toujours beaucoup plus tôt que l’épuisement des documents : même quand la documentation est pauvre, il y a toujours des problèmes qu’on ne pense pas à se poser7. »

  • 8 Finley M. I., « L’histoire ancienne et ses sources », in : Sur l’histoire ancienne. La matière, la (...)

10En revanche Moses Finley déclarait : « Les auteurs anciens, comme tous les historiens depuis lors, ont horreur du vide. Ils le remplissent comme ils peuvent et en dernier recours, ils inventent8. »

1. Les modèles économiques

  • 9 Édouard Will en 1954 avait souligné l’impuissance de l’antiquisant devant l’inconsistance des sourc (...)

11Pour schématiser à grands traits, je dirais que cette documentation disparate et indigente a suscité des modèles économiques contradictoires répondant à quatre grandes catégories d’approches9.

  • 10 Meyer E., Geschichte des Altertums, Stuttgart / Berlin, 1884-1928 ; trad. française : Histoire de l (...)
  • 11 Frank T. (dir.), An Economic Survey of Ancient Rome, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 193 (...)
  • 12 Sur l’œuvre de Rostovtzeff, la littérature est immense. On se reportera aux deux excellentes introd (...)

12D’abord l’approche inductive, qui a longtemps dominé, jusqu’au milieu du xxe siècle, avec Eduard Meyer10, Tenney Frank11 et surtout Mikhail Rostovtzeff dans ses deux ouvrages fondamentaux sur l’histoire économique et sociale du monde hellénistique et de l’Empire romain12. Ce dernier a maîtrisé la totalité de la documentation disponible à son époque et l’a mise au service d’une conception explicative de l’histoire fondée d’une part sur les conflits entre élites urbaines et masses rurales, et d’autre part sur une conception de l’histoire économique qui répéterait des cycles de croissance et de déclin. Les motivations humaines étant considérées comme constantes, la soif de pouvoir et l’appât du gain produisant les mêmes effets à l’époque antique qu’à l’époque moderne, il aboutissait à la conclusion qu’il n’y avait pas de différence de nature entre les économies antiques les plus avancées et les économies modernes, mais uniquement une différence de degré.

  • 13 Nicolet C., « Les classes dirigeantes romaines sous la République : ordre sénatorial et ordre éques (...)

13La deuxième approche, marxisante, influente dans l’après-guerre, consistait à déceler les infrastructures économiques à l’arrière-plan des événements historiques. Ainsi, les motivations profondes des conquêtes étaient cherchées dans les intérêts économiques de telle ou telle catégorie sociale (commerçants, hommes d’affaires), l’impérialisme étant considéré comme sous-tendu par des intérêts marchands. Les limites de ce type d’explication sont vite apparues. Non, les chevaliers romains ne formaient pas une classe sociale de capitalistes, mais un ordre, comme l’a montré Claude Nicolet13 ; non, il n’y avait pas de véritable bourgeoisie au sens des xviiie et xixe siècles.

  • 14 Bücher K., Die Enstehung der Volkswirtschaft, Leipzig, 1893 ; trad. française : Études d’histoire e (...)
  • 15 Polanyi K., The Great Transformation, Boston, 1944.

14L’approche substantiviste a eu quant à elle une profonde influence jusqu’à nos jours. Elle prend ses racines dans les théories de Karl Bücher qui schématisait l’évolution de l’économie mondiale en trois stades : celui de la maisonnée, caractérisé par une prédominance absolue de l’agriculture et un commerce marginal (l’Antiquité) ; celui de l’économie de production et d’échange au niveau des villes au Moyen Âge et celui de l’émergence du marché national à l’époque moderne14. Pour Karl Polanyi, avant la société capitaliste du xixe siècle, il n’y a pas de vrai marché, l’économie n’avait aucune autonomie, étant imbriquée dans les institutions sociales et politiques, c’est-à-dire dans les relations personnelles de dons, de dépendance et de clientélisme15.

  • 16 Finley M. I., The Ancient Economy, Londres, 1973 ; trad. française : L’Économie antique, Paris, éd. (...)
  • 17 Finley M. I., « Le document », in : Sur l’histoire ancienne. La matière, la forme, la méthode, op.  (...)
  • 18 Le débat est toujours en cours sur ce point : voir les positions opposées de Walter Scheidel (« In (...)

15Ces idées furent appliquées à l’Antiquité par Moses Finley dans plusieurs articles et dans un ouvrage fondamental paru en 1973, The Ancient Economy, qui ne se présente pas comme une histoire économique mais comme un essai sur la nature de l’économie antique16. Pour lui, on ne peut pas aborder ces questions autrement que par le biais des mentalités et ses analyses l’amènent à conclure que la satisfaction des besoins matériels ressortant d’institutions religieuses, politiques ou sociales, il n’y avait pas lieu de chercher à organiser les faits selon une logique économique qui serait seulement applicable au monde contemporain. Selon lui, il n’y avait pas dans l’Antiquité de volonté consciente de développer la croissance. Les Anciens tendaient vers un idéal autarcique dans lequel dominait l’agriculture. Le commerce, même s’il se développa à certaines époques, restait marginal et aux mains de personnages de basse extraction17. Les villes antiques n’étaient que des parasites vivant des surplus produits par les ruraux et dilapidés par les élites en dépenses somptuaires non productives. Finley voyait l’économie antique comme stagnante, incapable de créer une véritable croissance et donc immobile, sans évolution, ce qui avait pour conséquence que, n’ayant connu aucune croissance, elle ne pouvait chuter à la fin de l’Antiquité : la vie économique se serait écoulée dans une sorte de continuum avec quelques agitations de surface mais sans que rien ne change fondamentalement18.

  • 19 Nicolet C., Rendre à César, Paris, Fayard, 1988.
    Id., L’Inventaire du monde : géographie et politiq (...)
  • 20 Lo Cascio E., « Crescita e declino : l’economia romana in prospettiva storica », in : Crescita e de (...)

16Que l’on suive ses théories, qu’on les combatte ou qu’on les nuance, reconnaissons que Finley a entraîné les historiens et les archéologues de l’Antiquité sur son terrain, c’est-à-dire sur les questions qu’il a posées. Il nous a contraints à sortir de l’empirisme et de l’accumulation des exemples pour travailler sur des problématiques, pour créer des modèles, pour les tester, et à imaginer les méthodes pour répondre à ces questions. Il a désenchanté notre approche de l’Antiquité, qu’il présentait comme un monde sous-administré et sans outils de connaissance globale, telle que la statistique, mais il a été à raison critiqué sur ces points par Claude Nicolet dans plusieurs ouvrages19 et par Elio Lo Cascio plus récemment20.

17Une dernière approche, plus récente, peut être appelée « quantitative ». Elle part du principe que les besoins biologiques humains restant constants, il est légitime d’élaborer des ordres de grandeurs à partir de données connues et de vraisemblances.

  • 21 Tchernia A., Les Romains et le commerce, Naples, Centre Jean-Bérard, 2011.

18Ainsi l’absence de statistiques antiques n’empêche pas d’étudier la diffusion des amphores et d’en tirer des vues générales sur la nature et l’évolution de la production et des échanges, comme l’a fait André Tchernia dans son ouvrage Les Romains et le commerce21.

  • 22 Temin P., « A market economy in the early Roman Empire », Journal of Roman Studies, 2001, no 9, p.  (...)
  • 23 Hopkins K., « Taxes and trade in the Roman Empire (200 BC-AD 400) », Journal of Roman Archaeology, (...)
  • 24 Jongman W., The Economy and Society of Pompeii, Amsterdam, 1991.
    Id., « The early Roman Empire : co (...)
  • 25 Braudel F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècles, t. i : Les Struct (...)

19Certaines données invitent à des estimations de la population, du coût de l’armée romaine, de sa structure bureaucratique, des flux financiers générés par les dépenses militaires ou civiles, voire du produit intérieur brut de l’Empire22. Plusieurs chercheurs ont récemment suivi ces voies, de Keith Hopkins23 à Willem Jongman24. Ils obtiennent des constructions élaborées mais fort hypothétiques car trop générales ou insuffisamment fondées faute de documents. Elles ont toutefois le mérite d’offrir un cadre à ce que Fernand Braudel appelait « les limites du possible25 ».

2. L’histoire des techniques

  • 26 « La conquête du passé » est inscrite dans la préoccupation humaine depuis aussi longtemps que nous (...)
  • 27 Leroi-Gourhan A., L’homme et la matière, 2e éd., Paris, Albin Michel, coll. « Sciences d’aujourd’hu (...)

20Les limites du possible concernent aussi les techniques disponibles. La conception d’une histoire humaine fondée sur les techniques est une conquête intellectuelle assez récente qui a dû s’affranchir du dogme de la création du monde révélée par la Bible26. Lorsque ce dogme régnait, comment imaginer une évolution fondée sur la création d’outils, d’abord de pierre, de bois ou d’os, puis de métal ? C’est avec le comte de Caylus au milieu du xviiie siècle, et surtout avec les archéologues du nord de l’Europe au xixe siècle, que s’est mise en place cette conception de l’évolution de l’homme à travers ses outils, qui nous est devenue familière grâce aux travaux des préhistoriens et aux synthèses d’André Leroi-Gourhan, qui écrivait : « la technologie constitue une branche singulièrement importante car c’est la seule qui montre une totale continuité dans le temps, la seule qui permette de saisir les premiers actes proprement humains et de les suivre de millénaires en millénaires jusqu’à leur aboutissement au seuil des temps actuels27 ».

  • 28 Marc Bloch illustre cette prise de conscience : « Les générations qui nous ont précédées et la nôtr (...)
  • 29 Febvre L., « Réflexions sur l’histoire des techniques », Annales d’histoire économique et sociale, (...)

21Par delà la préhistoire et la protohistoire, la place des techniques durant l’Antiquité et le Moyen Âge a fait l’objet d’études surtout à partir de l’entre-deux-guerres. Rappelons le contexte : fascinés par les applications techniques de leur époque – de l’électricité aux automobiles –, les historiens prennent conscience de l’importance de ce domaine28. Ainsi naît l’un des projets phares de l’école des Annales, lancé en 1935 par Lucien Febvre : instaurer une coopération entre historiens et techniciens pour écrire une histoire des techniques29.

  • 30 Vernant J.-P., « Remarques sur les formes et les limites de la pensée technique chez les Grecs », R (...)

22Les membres de cette école ont apporté d’importantes contributions au débat, dont on remarque qu’elles réhabilitent la technologie médiévale mais sous-estiment celle de l’Antiquité, utilisant plusieurs arguments : l’abondance de la main-d’œuvre servile, l’absence de marché de consommation, la conception « noble » de la vie oisive consacrée à la politique, mais également le défaut d’articulation entre la science antique et la pensée technique. Ainsi en 1957, Jean-Pierre Vernant constatait l’absence de raisonnement et de pratiques fondées sur l’expérimentation : faute d’une physique expérimentale, la réflexion technique n’a pas forgé son propre appareil conceptuel, interdisant toute progression et bloquant toute application pratique30.

  • 31 Les énormes lacunes de la documentation écrite induisent les historiens à passer sous silence des p (...)

23L’analyse de Vernant, qui s’appuyait sur la pensée des philosophes, rejoint la vision de Finley sur la stagnation des techniques dans l’Antiquité. Rien d’étonnant : l’un et l’autre se heurtaient à la pauvreté des sources écrites, épluchées, pressurées dans tous les sens. Xénophon, Aristote, les agronomes latins, quelques passages de Cicéron, de Tacite ou de Sénèque ont été passés au crible, suscitant des trésors d’érudition et d’imagination, mais ils sont bien insuffisants pour recréer un discours continu31. Va-t-on gloser à l’infini sur un corpus aussi fini ?

24Cette question en amène une autre. Avons-nous quelque espoir que les sources écrites augmentent significativement ? Pouvons-nous rêver de papyrus enfouis dans les sables du Fayoum qui intéresseraient nos problématiques ?

  • 32 Cuvigny H. (éd.), Brun J.-P., Bülow-Jacobsen A., Cardon D., Leguilloux M., Matelly M.-A., Reddé M., (...)

25Hélas, la réponse est non. En plus d’un siècle, les fouilles d’Égypte ont, pour l’essentiel, trouvé des œuvres littéraires et des documents d’archives. Ces derniers, s’ils sont précieux par les précisions qu’ils apportent, limitent leur horizon à des villages ou au mieux à une métropole de nome. Même les nombreux textes que nous avons trouvés récemment dans les postes militaires du désert oriental fouillés avec Hélène Cuvigny, Adam Bülow-Jacobsen et Michel Reddé ne nous éclairent que très peu sur le grand commerce vers l’Inde qui passait sur les pistes qu’ils surveillaient32. Aucun enseignement n’est extrapolable à l’ensemble de l’Égypte, encore moins à la Méditerranée tout entière. Or, à moins d’un miracle, les documents seront du même ordre que ceux trouvés jusqu’ici.

26Nous venons d’exprimer notre pessimisme quant à l’accroissement des sources écrites. Faut-il donc désespérer de l’histoire ancienne ? Non, à la condition de ne pas accorder aux écrits plus de considération qu’ils n’en méritent. Je prendrai deux exemples.

  • 33 Bloch 1935 (cité note 28). La postérité de l’article de Marc Bloch a été étudiée par Lohrmann D., « (...)
  • 34 Wilson A., « Machines, power and the ancient economy », The Journal of Roman Studies, 2002, no 92, (...)

27Le premier est celui de l’utilisation de l’énergie hydraulique considérée comme la pierre de touche du prétendu blocage des techniques dans l’Antiquité. Dans un article qui fit date, en 1935, Marc Bloch énonçait que l’Empire romain avait volontairement renoncé à l’usage des machines33. Pourquoi ? En raison de l’abondance des esclaves et de la mentalité aristocratique des élites. En revanche, pour les raisons inverses, c’est le Moyen Âge qui aurait promu cette révolution technique. Cette explication a été longtemps acceptée unanimement mais nous savons aujourd’hui que cela est faux et que la technologie du moulin à eau a été adaptée partout dans le monde romain dès qu’elle a été disponible, par exemple en Gaule à partir de l’époque d’Auguste34.

28Autre exemple. En 1959, Roger Dion, professeur au Collège de France, publie un livre admirable intitulé Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle. Utilisant toutes les sources disponibles, Dion estimait que l’expansion du vignoble, commencée autour de Marseille grecque, avait connu un rapide développement au Ier siècle de notre ère puis que la vigne avait été arrêtée durant près de deux siècles par des mesures prises par l’empereur Domitien ; ensuite il voyait la viticulture renaître au ive siècle. Nous savons aujourd’hui que cela est faux : la viticulture connaît son plus large développement au iie siècle de notre ère et régresse au moment où Roger Dion la voyait repartir.

29Dans les deux cas, d’où provient cette révision ? Du fait que nous disposons d’une documentation qu’ignoraient Marc Bloch et Roger Dion : celle que nous ont livrée et que continuent d’accroître les fouilles archéologiques.

30« Monsieur l’Administrateur, Mes chers collègues, Mesdames, Messieurs. Si je vous annonçais qu’à cet instant trente de nos principaux dépôts d’archives sont en train de brûler ? »

31C’est avec ces mots que le 14 décembre 1984, Christian Goudineau commençait sa leçon inaugurale. Par ce cri, il voulait conduire l’auditoire à prendre conscience de la destruction de nos archives, non pas écrites mais matérielles, celles enfouies dans le sol, c’est-à-dire le patrimoine archéologique. Évoquant les travaux et restructurations qui bouleversaient la France entière, il ajoutait : « en l’espace d’une génération nous avons plus détruit que toutes les générations qui nous ont précédés depuis les invasions de la fin de l’Antiquité ».

32Nous n’en sommes plus là. Grâce à l’action d’une génération de chercheurs, l’opinion publique et le pouvoir politique ont réalisé qu’il était nécessaire de prendre des mesures pour connaître et éventuellement valoriser nos archives du sol. Cette inflexion s’est traduite de plusieurs façons. D’abord, à partir de 1981, l’État a renforcé ses structures administratives et scientifiques, notamment au ministère de la Culture. Surtout, il s’est progressivement doté d’un arsenal législatif et réglementaire adapté. Le point d’orgue en fut la loi du 27 janvier 2001, qui reconnaît le patrimoine archéologique comme devant être soit préservé matériellement, soit sauvegardé par une étude scientifique. La France ne faisait d’ailleurs que se mettre en conformité avec la Convention européenne pour la protection du patrimoine archéologique, qu’elle avait signée à Malte en 1992.

33Pour mettre en œuvre cette politique de recherches préalables à tous travaux, la loi créa en 2002 un établissement public, l’Institut national des recherches archéologiques préventives (INRAP), financé par des subventions d’État et par des redevances versées par les aménageurs. Parallèlement, des collectivités territoriales, municipalités, départements, ont mis en place leurs propres services archéologiques. Le CNRS et l’Université ne sont pas restés inactifs, le premier développant des méthodes de recherche nouvelles et la seconde créant des filières de formation d’archéologues nécessitées par l’explosion des effectifs.

  • 35 Entre 2002, date de fondation de l’INRAP, et 2011 : 16878 diagnostics sur 112 241 hectares et 2237 (...)
  • 36 La Carte archéologique de la Gaule, publiée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres sous (...)

34Donc, en termes de moyens humains, financiers et intellectuels, tout a changé. Non sans soubresauts, conflits, retours en arrière. Mais l’essentiel est acquis. Le travail d’inventaire des sites archéologiques a énormément progressé35 ; la grande entreprise de l’édition de la Carte archéologique de la Gaule est quasiment terminée36 ; les interventions deviennent systématiques sur tout le territoire et couvrent non seulement les vestiges bien visibles, consacrés par la tradition que sont les murs et les poteries par exemple, mais aussi des indices invisibles allant des pollens aux éléments-traces qui permettent de reconstituer l’évolution de l’environnement et de la pollution.

  • 37 En 2011, 2 320 agents ont travaillé pour l’INRAP (source : dossier de presse fourni par l’INRAP à l (...)

35Si l’on fait un point aujourd’hui, près de 2500 agents travaillent en France sur les fouilles de l’INRAP37. En leur ajoutant ceux du ministère de la Culture et des collectivités territoriales, les archéologues recrutés par des entreprises privées ou des associations et ceux rattachés au CNRS et aux universités, on aboutirait à un total plus de 4500 chercheurs.

  • 38 L’état de l’emploi archéologique en Italie est inférieur. En 2011, 510 archéologues travaillaient d (...)
  • 39 Franck Braemer a rendu le 11 avril 2011 un rapport qui a le mérite d’offrir un tableau à jour de l’ (...)

36Il est plus difficile d’estimer le nombre des archéologues dans l’ensemble du pourtour méditerranéen car de grandes disparités existent entre les pays de la Communauté européenne, relativement bien armés pour répondre aux nécessités de l’archéologie préventive, et les autres pays, qui connaissent des situations politiques et économiques défavorables38. Une estimation globale de l’ordre de 15 000 chercheurs semble raisonnable39.

37Même s’ils sont inégalement répartis, ces moyens permettent la collecte d’une impressionnante masse de données.

38Une telle révolution comporte deux dangers.

  • 40 C’est la raison pour laquelle il faut cesser de dégager des sites uniques comme Pompéi ou Herculanu (...)

39Le premier danger est de croire qu’il suffit d’effectuer une fouille correcte pour lire complètement les archives du sol. C’est une illusion. Nous fouillons mieux qu’hier mais moins bien que demain. Demain, nos successeurs développeront de nouvelles problématiques suscitées par les défis de leur temps et ils inventeront des méthodes pour y répondre. Il faut donc, à côté des fouilles préventives indispensables, tout faire pour conserver des terrains archéologiques vierges pour les interrogations du futur40.

  • 41 Braudel F., Histoire de la civilisation moderne, leçon inaugurale du 1er décembre 1950, Paris, Coll (...)

40L’autre danger de l’accumulation des données est de nous inspirer une sorte d’euphorie qui nous détournerait de la conduite que prônait ici même Fernand Braudel il y a 60 ans : à des matériaux neufs doivent être appliquées de nouvelles méthodes41. Il faut commencer par établir, voire inventer ces nouvelles méthodes et ces nouveaux outils.

  • 42 L’intuition de la nécessité d’un langage commun au monde savant par le dessin est déjà présente che (...)
  • 43 Sur cette entreprise, voir la série Lattara publiée par l’Association pour la recherche archéologiq (...)

41Pour que l’archéologie se constitue en corps de source indépendant, en science qui établisse des faits, il convient que les acteurs s’entendent sur des protocoles d’observation identiques, et sur des corpus de données formatées. En pratique, cela signifie utiliser les mêmes méthodes de fouilles stratigraphiques, échantillonner de la même façon les sédiments, les soumettre à des analyses similaires, compter les artefacts de la même manière, représenter monuments, stratigraphies et objets selon des normes communes, notamment de dessin42 afin de créer un langage universel. On s’inspirera de la démarche que depuis 40 ans, les protohistoriens sous l’impulsion de Michel Py, ont appliquée sur le site de Lattes près de Montpellier, y créant une véritable « université aux champs43 ». Cette école de fouille accueille des étudiants de toute l’Europe et développe un système d’enregistrement intégré qui permet de recueillir et de formater l’ensemble de la documentation.

42Mais l’uniformisation des méthodes d’acquisition des données de terrain ne suffit pas. Pour poursuivre la métaphore de Christian Goudineau, les archives ne brûlent plus, sauf de façon accidentelle et sur une surface limitée, mais la question s’est déplacée : comment pouvons-nous exploiter ces archives afin de les rendre disponibles pour écrire l’histoire, pour écrire une autre histoire ?

43On ne peut plus se contenter de publications traditionnelles, trop longues, redondantes, difficiles d’accès et qui noient l’information importante dans des énumérations prétendument exhaustives, toujours plus pesantes parce que l’inflation de la documentation et les pratiques cumulatives de notre discipline imposent de faire montre d’érudition, de citer tous les parallèles possibles, ce qui est devenu une tâche surhumaine et stérilisante.

44Il convient de changer radicalement de mode de fonctionnement, d’effectuer une révolution de la même nature que celle promue par l’Académie de Berlin lorsqu’elle lança au xixe siècle le corpus des inscriptions latines selon des normes communes de présentation. Il faut que les archéologues fassent l’effort d’organiser les données en séries normalisées aisément accessibles.

  • 44 Voir notamment Bowman A. K., Wilson A., Quantifying the Roman Economy : Methods and Problems, Oxfor (...)

45Des avancées ont d’ores et déjà été réalisées44. Prenons trois exemples.

  • 45 Sur cette question, voir : Tchernia A., Le Vin de l’Italie romaine, Rome, École française de Rome, (...)
  • 46 L’inventaire des épaves a été récemment actualisé par J. Strauss dans le cadre du programme de rech (...)

46Le premier concerne le dénombrement des épaves en Méditerranée. Celui-ci a révélé non seulement qu’elles étaient plus nombreuses durant l’Antiquité qu’aux époques postérieures mais aussi que leur périodisation témoignait de phases d’essors et de déclins. André Tchernia a pu estimer à 60 millions d’amphores de 25 litres l’extraordinaire mouvement d’exportation de vin italien vers la Gaule indépendante aux iie et ier siècles avant J.-C., une période que Matthieu Poux a appelée « l’Âge du vin » et durant laquelle les aristocrates celtes se servent du vin et des banquets pour asseoir leur domination politique45. La courbe, qui prend en compte désormais 1646 épaves antérieures au xve siècle, montre un pic au Ier siècle de notre ère puis une nette chute au iie siècle, qui ne peut témoigner d’un ralentissement dramatique de l’économie, mais probablement d’une amélioration des conditions de navigation qui entraînerait une diminution du nombre de naufrages46.

47Deuxième exemple : dans son étude des villes mortes de Syrie du Nord, Georges Tate a retracé l’évolution démographique de cette région qui n’est exceptionnelle que du point de vue de son état de conservation. Par une sériation minutieuse de 4700 unités d’habitations dans 46 villages, il a décelé une lente hausse démographique au ier siècle, très forte entre 110 et 250, suivie d’une baisse brutale. Une reprise apparaît entre 270 et 480, puis se réduit pour s’arrêter définitivement au début du viie siècle. Voilà, certes pour une région limitée, des chiffres qui nous manquaient pour tracer une courbe de population.

  • 47 Jongman W., « Gibbon was right. The decline and fall of the Roman economy », in : Crises and the Ro (...)

48Troisième exemple : les comptages des os d’animaux consommés prouvent que les habitants de l’Empire romain avaient un régime alimentaire plus riche que celui des périodes antérieures et postérieures. Cette amélioration de leur alimentation est aussi décelable dans l’augmentation de la stature humaine mesurée à partir des longueurs des fémurs des squelettes retrouvés dans les tombes. Les chiffres tracent une augmentation de la taille aux ier siècles avant et après J.-C., un palier au iie siècle et une décroissance à partir du ive siècle47. Les deux courbes seraient indicatrices d’une hausse moyenne du niveau de vie per capita, suivie d’une dégradation à la fin de l’Antiquité.

49Ce ne sont que trois exemples mais qui démontrent à quel point cette documentation nouvelle permet d’affiner la perception des périodes d’essor et de déclin. Nous devons multiplier les mises en séries pour toutes les activités économiques, en quantifiant par exemple le nombre et la capacité des pressoirs à huile ou à vin, ceux des jarres de fermentation, le nombre d’ateliers de chaque type d’artisanat, le nombre de graines dans les sédiments, etc. Ce sont ces mises en série qui rendront les vestiges archéologiques utilisables par les historiens.

50La tâche à accomplir est ample et complexe. Mettre en commun les connaissances dispersées dans divers pays suppose de les faire confluer dans une banque de données cogérée par plusieurs institutions de recherche en Europe et dans les pays qui bordent la Méditerranée.

51Ampleur donc mais aussi complexité, car la documentation demande à être équilibrée. Dans les pays où les vestiges et les objets livrés par le sous-sol sont pauvres, comme en Europe septentrionale, toute trouvaille est systématiquement prise en compte. En revanche, dans les contrées telles que l’Italie, la Grèce, l’Afrique du Nord, l’abondance et la qualité des découvertes introduisent des déséquilibres en faveur des villes, des sanctuaires, des nécropoles, des résidences aristocratiques et en défaveur des campagnes, des habitats des humbles et des infrastructures économiques.

52Le phénomène est aggravé par les différences de développement économique et la qualité de l’enseignement supérieur dans les régions concernées. Le déséquilibre est patent entre l’Europe du Nord et la Méditerranée, surtout l’Afrique du Nord et le Proche-Orient. Les destructions y sont aussi massives qu’ailleurs mais les rares moyens disponibles sont consacrés à explorer et à sauver si possible les ruines les plus spectaculaires, privilégiant par exemple les mosaïques au détriment des ateliers ou des logements d’esclaves.

53Soyons optimistes et admettons que nous parvenions à surmonter les obstacles que constituent l’ampleur et la complexité de la documentation archéologique, que nous disposions de séries de plus en plus nombreuses, plus riches et plus homogènes et que nous ayons conçu les moyens de les croiser, quelles seraient les principales conséquences ?

  • 48 Il faut toutefois mentionner que le corpus papyrologique offre une documentation riche et directe s (...)
  • 49 Les sources épigraphiques, notamment de l’épigraphie sur pierre, apportent une documentation essent (...)
  • 50 Un bel exemple porte sur une branche économique de première importance, le textile. Il s’agit du fo (...)
  • 51 L’épigraphie reste en effet irremplaçable pour approcher le statut social de certaines catégories d (...)

54La première est que nous allons changer d’univers ! Longtemps les recherches archéologiques ont porté sur les monuments publics et religieux, sur les palais et les riches demeures, sur les tombes aristocratiques. Le recrutement social et universitaire des archéologues influait d’ailleurs sur les intérêts portés à tel ou tel type de documentation. L’épigraphie, la sculpture, la peinture, l’architecture et l’urbanisme ont été prioritairement étudiés au détriment des instruments de production et des vecteurs du commerce, perpétuant une attitude mentale antique. Au contraire des textes littéraires qui présentent une vision externe et le plus souvent aristocratique du travail et des techniques48, mieux que l’épigraphie sur pierre qui donne surtout à voir ce que les hommes du temps voulaient qu’on retienne d’eux49, l’archéologie nous met en contact avec le travail lui-même, dans les exploitations agricoles, dans les ateliers, dans les lieux de production et de commerce50. Ce faisant l’archéologie ne saura se dispenser du secours de l’épigraphie lorsque des textes sont disponibles, c’est-à-dire principalement des inscriptions sur les objets susceptibles de nous informer sur leur appartenance, leur producteur, leur fonction ou leur mode de commercialisation51. Ainsi, combinant les approches et les séries, nous pouvons travailler sur le temps long, celui des sociétés, au sens où l’entendait l’école des Annales.

55Seconde conséquence. Si elle rend sensible les phénomènes de fond, les essors, les stabilités et les déclins, l’archéologie donne également des panoramas très détaillés, des zooms sur des régions d’autant plus précieux que les angles d’analyse sont croisés.

  • 52 Carter J. C., Discovering the Greek Countryside at Metaponto, Ann Arbor, The University of Michigan (...)

56Prenons l’exemple de Métaponte, en Italie du Sud, qui a fait l’objet de prospections, de fouilles et d’analyses depuis près de cinquante ans52. L’équipe de Joe Carter a minutieusement étudié le territoire de cette colonie grecque. Jusque vers 550 avant J.-C., les terres étaient surtout utilisées comme pâtures. Dans le demi-siècle qui suit, le territoire est divisé en lots égalitaires et s’ancre alors un semis de petites fermes. Que faut-il en déduire ? D’abord une augmentation de la population ; ensuite que les citoyens pauvres avaient acquis un poids suffisant pour imposer cette division. Et puis, à partir de 400 avant J.-C., le nombre des fermes et des tombes diminue. Pour quelles raisons ? Les analyses anthropologiques effectuées sur les défunts et les études géomorphologiques aboutissent à la même conclusion : les marais se sont étendus, la malaria a décimé la population. Aucun texte ne fait allusion à ces phénomènes. On voit la fécondité de la corrélation des analyses portant sur ces zooms et l’appel à un panel grandissant de techniques allant des analyses de pollens aux datations dendrochronologiques ou par 14C, aux dosages du 13C dans les os pour retracer les paléo-diètes, aux analyses de l’évolution des pollutions au plomb ou au cuivre, aux identifications des contenus tels que le vin ou les parfums grâce aux détecteurs utilisés en chimie organique. La liste s’allonge sans cesse en fonction de notre appétit de connaissance, et aussi, il faut le reconnaître, grâce à l’abaissement des coûts provoqué par l’automatisation des procédures qui les rend enfin abordables pour des laboratoires de sciences humaines.

57Concluons sur ce point en soulignant que la documentation archéologique a changé de nature. De pauvre, elle devient surabondante ; elle commence à être organisée en séries ; des croisements s’instaurent et nous pouvons désormais déplacer notre point d’observation du général au très pointu. Des collaborations internationales s’organisent. De nouveaux questionnements se présentent.

58C’est dans ce cadre que j’inaugure ce soir un enseignement dont je voudrais maintenant définir l’esprit, les thématiques et le sens.

  • 53 Cette politique s’est manifestée par l’envoi de missions archéologiques dans les pays de la Méditer (...)
  • 54 Duval P.-M., Archéologie et histoire de la Gaule, leçon inaugurale du 4 décembre 1964, Paris, Collè (...)

59L’étude de l’archéologie a longtemps été soutenue à l’étranger par des visées politiques expansionnistes53 et en France par l’intérêt des lettrés qui, durant un siècle, disons de 1850 à 1970, développèrent une archéologie de proximité. Ceux qu’ici même P. M. Duval appelait « les archéologues locaux » ont été les forces vives de l’archéologie54, puis, à partir de la décennie 1980, ils ont été progressivement marginalisés.

60Car l’archéologie d’aujourd’hui demande des moyens importants, une formation spécialisée, une disponibilité à temps plein que seuls les professionnels peuvent fournir. Mais écarter de la recherche les amateurs est une double erreur car on se prive de bonnes volontés, d’informateurs, de bras et de têtes dans un monde où la main-d’œuvre est chère et surtout parce qu’on coupe la recherche du citoyen. Or, toutes disciplines confondues, associer les citoyens à nos travaux est une nécessité vitale si nous ne voulons pas que la science divorce du corps social qui la finance. Les archéologues en particulier ont besoin de ces relais parmi les citoyens pour atteindre les hommes politiques. Ceux-ci ne prennent en compte le patrimoine que lorsque nous sommes en mesure de mobiliser une frange significative de la population pour le défendre.

61S’il faut rendre une place aux archéologues citoyens, il faut aussi prendre acte de la professionnalisation de la recherche et de ses effets bénéfiques. J’ai évoqué plus haut le bouleversement que produit l’arrivée massive de professionnels. Ils trouveront ici une tribune pour exposer leurs dernières découvertes.

62Au-delà du maillage entre professionnels et amateurs, il s’agit de lancer des passerelles entre les fouilleurs, qui fournissent la documentation nouvelle, et les historiens, qui utilisent leurs résultats dans des problématiques larges, et aussi entre les archéologues et les spécialistes des sciences analytiques, chimistes, biologistes, zoologues, physiciens. Leur expertise est aujourd’hui fondamentale pour tenter de reconstituer les activités économiques, l’environnement, la santé des populations passées, etc. Fédérer ces mondes qui, par tradition universitaire, sont encore trop cloisonnés, sera une tâche prioritaire.

  • 55 En 1973, Emmanuel Le Roy Ladurie (« L’histoire immobile », Annales. Économies, Sociétés, Civilisati (...)

63Enfin, je souhaite contribuer à créer un réseau de chercheurs qui, en Europe et en Méditerranée, s’intéressent à l’histoire des techniques et de l’économie antique afin de confronter les méthodes et les résultats et de créer les séries documentaires dont nous avons besoin pour reconstituer les pans d’une histoire disparue55.

3. Les problématiques

64Quelles thématiques de recherche aborderai-je dans les années qui viennent, à la fois par l’exploitation de fouilles archéologiques déjà effectuées ou en cours, et par la mise en place de bases de données ? Quelles questions voulons-nous poser à cette documentation nouvelle ?

  • 56 Paul Veyne écrit que « l’histoire n’existe que par rapport aux questions que nous lui posons », rés (...)

65Nous voulons poser au passé les questions qui intéressent notre présent. L’archéologue n’est pas neutre dans ses choix de terrains d’étude et dans ses observations. Il reconnaît ce qu’il connaît, ce qui l’intrigue en fonction de sa propre culture56. Au xviiie siècle, l’archéologie s’est intéressée à l’art et à son histoire, au xixe siècle marqué par les guerres, elle s’est penchée sur les forteresses et les champs des batailles, au xxe siècle, sur les monuments institutionnels et religieux, et plus récemment, sur les objets du commerce.

  • 57 Montfaucon B. de, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1719-1724 (15 vol.).
  • 58 Mazois F., Les ruines de Pompéi dessinées et mesurées par F. Mazois, Paris, F. Didot, 1824-1838.

66À chaque étape de l’évolution de la civilisation contemporaine, nous nous sommes donné les moyens de répondre à de nouvelles questions : nous avons d’abord interrogé les monuments figurés – rappelons à cette occasion le grand recueil de L’Antiquité expliquée de Bernard de Montfaucon achevé en 172457 –, puis nous avons ouvert des chantiers de fouilles dont les premières publications ont jeté un regard neuf sur l’urbanisme et sur la vie privée – rappelons les travaux de François Mazois sur Pompéi58. L’épigraphie à son tour a joué un grand rôle à partir du dernier tiers du xixe siècle avec la publication des grands recueils tels les corpus des inscriptions grecques et latines, qui ont changé la manière d’appréhender cette documentation et donc modifié la nature des interrogations.

67De nos jours, les questions se sont considérablement diversifiées. Elles portent sur la population, les maladies, l’alimentation, l’économie, les techniques, l’environnement, le climat. Pour ma part, je me concentrerai sur l’étude de l’archéologie de la production, secteur fondamental parce qu’il embrasse l’infrastructure de la société et restitue les vestiges laissés par les gens du peuple qui n’ont ni le pouvoir, ni la culture pour fournir des témoignages écrits. Il s’agit donc de compenser un biais permanent de l’histoire en faveur des dominants et des franges marginales de l’activité économique, tel le commerce de biens de luxe, éclatant et bruyant. Il faut donc s’efforcer de contrebalancer le poids des couches supérieures de la société par l’étude des masses rurales et urbaines dans leur fonction de production. La croissance, dans l’Antiquité comme aujourd’hui, est le fruit d’une évolution profonde de la population, de son bien-être et de son éducation qu’on peut entrevoir au travers de l’habitat, des lieux et des formes du travail, de l’alimentation et de l’état sanitaire.

68Dans les années qui viennent, je me propose de présenter l’état des recherches sur l’archéologie des innovations techniques, de l’énergie, de la main-d’œuvre, de l’agriculture, en particulier de l’agriculture spécialisée, des infrastructures du commerce et de l’évolution proto-industrielle de certains artisanats.

3.1. Démographie, main-d’œuvre et épidémies

69Qui veut étudier le monde de la production doit d’abord prendre la mesure du facteur clef : la main-d’œuvre, sous ses deux facettes, celle du nombre et celle de sa qualification.

70Pour le second millénaire de notre ère, celui où nous vécûmes, Emmanuel Le Roy Ladurie rappelait que « les fluctuations majeures de l’économie sont filles, dans le long terme, des grands soubresauts de la démographie ; c’est-à-dire, qu’en fin de compte, elles dérivent de la biologie, et du rythme de l’agression microbienne. Elles sont modelées par celle-ci. »

71Comment en aurait-il pu être autrement dans l’Antiquité ? Les épidémies, les guerres, les famines et leur impact conjugué sur les populations sont des acteurs majeurs de l’économie et de l’évolution des techniques. Il n’y a pas de croissances qui ne soient démographiques.

72Mais comment l’archéologie peut-elle apporter sa contribution à l’avancement des connaissances et au débat ? Les phases d’expansion et de régression se sont en fait inscrites sur le terrain à la fois par la multiplication ou la désertion des ateliers, des habitats et par celle, forcément parallèle, des nécropoles.

73Jusqu’à une époque récente, la fouille des tombes a eu pour principal objectif la collecte et l’étude des mobiliers funéraires, parfois de grand prix, qui ornent nos musées. Désormais, les archéologues s’intéressent aussi aux ossements humains, pour mesurer leur taille, pour tracer des courbes de mortalité, pour déceler des pathologies. Envisagée sous cet angle, la fouille des nécropoles, et en particulier des charniers, propose une masse documentaire irremplaçable.

  • 59 Borréani M. et Brun J.-P., « Une exploitation rurale antique à Costebelle (Hyères, Var) : huilerie (...)
  • 60 Dutour O., Pálfi G., Bérato J. et Brun J.-P. (éd.), L’origine de la syphilis en Europe, avant ou ap (...)

74Deux exemples de ces possibilités. En 1989, nous avons fouillé des tombes du ive siècle de notre ère près de Hyères dans le département du Var59. L’une d’elles contenait le squelette d’une femme et de son fœtus. Les paléopathologistes Jacques Bérato, Olivier Dutour et György Pálfi ont démontré qu’elle était atteinte de syphilis congénitale primaire. Cette découverte, désormais relayée par d’autres, a changé le paradigme de l’importation de la maladie jusqu’alors considérée comme ramenée d’Amérique lors du retour de Christophe Colomb60.

  • 61 Castex D. et Cartron I. (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Bordeaux, MSHA, coll. «  (...)

75Un autre cas est tout aussi passionnant par les perspectives qu’il ouvre. Depuis 2005, une équipe d’anthropologues dégage des amoncellements de squelettes dans la catacombe des saints Pierre et Marcellin à Rome : ce sont des corps ensevelis très rapidement lors d’épidémies récurrentes ayant frappé la ville de Rome au cours des iie et iiie siècles de notre ère61. Les analyses d’ADN permettront d’identifier les agents pathogènes causant ces épidémies et nous éclaireront sur la nature de la « peste » qui frappa l’Empire romain à partir du règne de Marc Aurèle.

76Au-delà de ces cas particuliers, l’étude en série des nécropoles permettra progressivement d’établir, région par région, un état sanitaire des populations, l’évolution de la courbe des âges au décès. Ces avancées ne combleront pas toutes nos interrogations, nous voudrons connaître aussi la qualification de la main-d’œuvre et ses formes d’exploitation traçables à partir de l’étude des pathologies osseuses et des carences.

77Le travail sous contrainte est en effet une caractéristique de l’Antiquité. Les spectaculaires réalisations, depuis les monuments publics jusqu’aux demeures privées des dominants n’ont été possibles que par une exploitation féroce permise par la guerre victorieuse, l’esclavage et la domination sur les pauvres. La première croissance des États antiques est consécutive à la guerre. La question est de savoir si la guerre était nécessaire à la croissance antique comme le pensait Finley, ou bien si une croissance indépendante a pu naître et se maintenir.

78Deux hypothèses s’affrontent. Soit la guerre est nécessaire à la croissance et, avec l’établissement de l’Empire mettant fin à l’état de guerre endémique, le vainqueur final, Rome, domine la Méditerranée et atteint les limites de ses possibilités d’expansion. Comme il ne trouve, à cause de sa structure sociale, aucun relai pour une croissance interne, le déclin commence.

  • 62 Carrié J.-M. et Rousselle A., L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin, 192-337, Paris, (...)

79Soit la croissance, certes causée par la conquête, trouve les conditions suffisantes pour son maintien grâce la paix interne à la Méditerranée à partir de la fin du ier siècle avant notre ère et malgré la structure sociale défavorable. Cette croissance, accompagnée d’une hausse démographique, aurait été stoppée vers la fin du iie siècle par une série d’épisodes épidémiques qui auraient eu sur l’économie et la destinée de l’Empire les mêmes funestes conséquences que celle de la peste noire de 1348 sur l’économie du Moyen Âge européen. Comme l’a démontré Jean-Michel Carrié, cette césure a été surmontée par une croissance démographique dont on perçoit les effets dans plusieurs zones comme l’Espagne, l’Afrique et l’Orient aux iiie et ive siècles, mais elle aurait durablement affaibli la partie occidentale de l’Empire62.

3.2. Énergie

80Une autre approche, contemporaine s’il en est, nous retiendra : l’archéologie de l’énergie. Comment les Anciens ont-ils mis en œuvre les sources d’énergie biologique et non-biologique ?

  • 63 L’étude des ossements animaux nous renseigne sur ces points et l’on évoquera par exemple les travau (...)

81La première question portera sur les hommes et les animaux63. Que l’abondance d’hommes à bon marché, esclaves et pauvres, ait rendu l’énergie humaine omniprésente n’est pas contestable, mais les fluctuations démographiques ont certainement eu une influence sur l’emploi d’autres énergies.

  • 64 Braudel F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècles, I, Paris, Armand (...)
  • 65 Domergue C. (dir.), Un centre sidérurgique romain de la Montagne noire : Le domaine des Forges (Les (...)

82L’énergie biologique, c’est aussi le bois et le charbon de bois, indispensables à la métallurgie, à la verrerie et à la briqueterie. La bordure nord de la Méditerranée était bien pourvue de forêts et il ne fait pas de doute que leur exploitation comme source de combustible a été une condition de l’essor des arts du feu, notamment la métallurgie du fer64. Claude Domergue, fouillant les bas-fourneaux de réduction du fer sur le domaine des Forges aux Martys, dans la Montagne Noire, a bien montré cette liaison entre gisements de fer et abondance du bois, qui sera une constante jusqu’à l’époque moderne65.

  • 66 Dans son discours « En l’honneur de Rome » prononcé en 144 ap. J.-C., Aelius Aristide souligne cet (...)

83L’énergie éolienne, propulsant les navires pour un coût très bas sur une mer intérieure progressivement pacifiée, a été un facteur décisif de la croissance à l’époque hellénistique et sous le Haut-Empire66.

  • 67 Brun J.-P., « Les moulins hydrauliques en Italie romaine », in Brun J.-P. et Fiches J.-L. (éd.), Én (...)

84Enfin, beaucoup plus répandu qu’on l’a dit, universel selon moi, était l’usage de l’énergie hydraulique dont nous avons vu plus haut à la fois l’importance historiographique et le changement de perspective provoqué par la multiplication des découvertes archéologiques. Je présenterai dès cette année les résultats des fouilles de moulins hydrauliques que j’ai effectuées en France et en Italie, et je ferai le point des découvertes qui se sont multipliées ces dernières années à l’occasion de fouilles préventives67.

3.3. L’innovation technique

85L’application de l’énergie hydraulique à toutes sortes de moulins nous conduit à examiner les mécanismes de l’innovation technique et de sa réception.

  • 68 Il faut rappeler ici que le naufrage de la littérature antique a été sélectif : les œuvres qui ont (...)

86Nos prédécesseurs ont analysé avec beaucoup de finesse la pensée d’Aristote, de Cicéron ou de Sénèque, montrant que leurs écrits, dépréciant les techniques et les professionnels, reflétaient les préjugés des classes supérieures de la société antique. Mais on a voulu étendre ces vues philosophiques à l’ensemble de la société68. Il est pour le moins douteux que les écrits des philosophes correspondent à la réalité technique et économique, et qu’ils aient eu quelque influence pratique sur celle-ci.

  • 69 La ville, surtout portuaire, lieu d’échanges d’idées et débouché des produits, joue un rôle central (...)

87Pour qu’une technique nouvelle soit développée et adoptée, plusieurs conditions sont nécessaires. Il faut un moyen de transmission, tel qu’une migration individuelle ou collective, une forme d’apprentissage ou une diffusion par des écrits. Il faut un clair avantage en matière de rapport entre investissement, travail et rendement. Une technique qui suppose un investissement trop important ou une technicité trop spécifique ne peut pas être adoptée, ni non plus si l’avantage en matière d’accroissement de la production est confisqué par un prélèvement supplémentaire sous forme d’impôts ou de rentes. Il faut aussi qu’il y ait une augmentation de la demande proportionnée à celle du rendement et donc un essor de la population notamment urbaine, une amélioration de l’organisation commerciale, des communications, des transports69. L’ensemble de ces facteurs explique la lenteur ou au contraire la rapidité de certains progrès techniques.

88Le cas de diffusion de la vis dans les instruments agricoles et artisanaux fournira un bon exemple de ces avancées et résistances.

  • 70 Tchernia A., « Le tonneau, de la bière au vin », in Garcia D. et Meeks D. (éd.), Techniques et écon (...)

89Il importe peu de savoir qui a inventé tel ou tel instrument ou machine qui a entraîné une amélioration des capacités productives ou des facilités de transport. Ce qui compte, c’est le moment de sa diffusion et l’ampleur de son impact sur l’économie. On a longtemps professé que les Romains n’avaient fait que répandre et adapter des inventions mises au point en Orient à l’époque hellénistique. Le débat doit être ouvert : toutes les inventions utiles au développement économique ne sont pas d’origine orientale. Pensons au tonneau de bois inventé dans les Alpes par des Celtes ou des Rhètes, et dont la généralisation, probablement par l’intendance de l’armée romaine70, changea le mode de transport des denrées solides et liquides pour des siècles.

  • 71 Les recherches récentes sur le parfum dans l’Antiquité ont fait l’objet d’un colloque : Frère D. et (...)
  • 72 Sur les amphores à alun, voir : Borgard P., « Les amphores à alun (Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle (...)

90Il faudra aussi mesurer l’incidence de tel ou tel progrès sur la perception archéologique de certains phénomènes. Gardons le cas du tonneau de bois. Sa diffusion, à partir du ier siècle avant notre ère, modifie notre perception de l’histoire de la viticulture. Jusqu’à cette époque, le comptage des amphores permet de cerner des zones de production, les destinations des vins commercialisés, l’essor et le déclin de tel ou tel cru. Avec le tonneau qui peut être réutilisé, qui n’est pas caractéristique d’une localité et dont le bois pourrit, cette documentation s’évanouit : des régions viticoles, des époques entières disparaissent de notre champ de vision. Autre invention : le verre soufflé. Sa généralisation au ier siècle de notre ère prive l’archéologue des traces que laissait le commerce des parfums depuis le viiie siècle avant notre ère : le verre, recyclable, refondu sur place, ne laisse pas deviner sa provenance comme le faisaient les vases en céramique71. L’alun offre un autre exemple : l’alun naturel, récolté dans les fumeroles des volcans, notamment à Lipari, fut commercialisé en amphores durant des siècles72. Au début du iie siècle de notre ère, les amphores à alun cessent d’être fabriquées : est-ce le signe d’une crise économique que rien d’autre ne signalerait ? Non, c’est probablement là encore l’effet d’une innovation technique, la généralisation de l’alun dit « artificiel », c’est-à-dire obtenu par calcination de l’alunite qui donne un produit poudreux transporté dans des sacs, réutilisables, périssables et donc invisibles pour l’archéologue.

3.4. Productions agricoles

91Certaines productions agricoles font partie des innovations à plusieurs titres : par leurs techniques de culture introduites dans une région donnée, par un changement des méthodes de gestion et par les instruments qu’elles nécessitent.

  • 73 Brun J.-P. et Laubenheimer F. (dir.), La viticulture en Gaule (dossier), Gallia, 2001, vol. 58, p.  (...)

92L’archéologie du vin, de l’huile, des céréales produites pour le marché nous occupera souvent. Nous tenterons de préciser les fluctuations de ces productions dans tout le Bassin méditerranéen comme cela a été réalisé récemment pour la Gaule73. Ces fluctuations traduisent non seulement la variation de la demande en termes de démographie et de besoins culturels, mais elles reflètent aussi la politique des États, notamment de l’Empire romain. Ce dernier a accentué la spécialisation de certaines provinces, telles que la Sicile et l’Égypte pour le blé, l’Espagne et l’Afrique pour l’huile, la Gaule pour le vin, afin d’organiser et de rationnaliser l’approvisionnement des armées et des grands centres urbains. Des régions comme la vallée du Baetis ou le Sahel tunisien n’avaient pas une vocation a priori pour l’oléiculture ; ce sont les exigences du pouvoir politique qui ont façonné leur économie, qui structure encore le paysage et dont témoignent les imposants vestiges d’huileries antiques.

93Au-delà de l’intérêt historique, l’étude du vin et de l’huile dans l’Antiquité prend, au xxie siècle, une importance économique particulière. Dans le concert mondial où les pays neufs ont tant d’atouts capitalistes pour produire des vins identiques aux nôtres par leurs cépages et leurs méthodes de vinification, les vins européens n’imposent leur valeur ajoutée que par leur histoire. Que serait le vin de Champagne sans l’image de luxe que les rois de France et l’engouement des Tsars ont construite ? Il en est de même pour les vins produits sur les terroirs antiques : le vin de Falerne en Italie se proclame l’héritier du grand vin mis à la mode par l’aristocratie romaine. Dans ce contexte, le dégagement et la présentation de restes d’installations vinicoles sont susceptibles de promouvoir une image d’ancrage dans une tradition relayée par les routes du vin, des musées, des expositions. La plus-value des vignobles de l’Ancien Monde réside aussi dans cet imaginaire. La même démarche est suivie pour des producteurs d’huile d’olive en Italie, en Grèce et en France qui affirment leur différence avec leurs concurrents espagnols ou tunisiens par une plus grande exigence de qualité et par une insistance sur l’ancienneté de leur tradition culturale.

3.5. Productions industrielles

  • 74 Morel J.-P., « La manufacture, moyen d’enrichissement dans l’Italie romaine ? », in Leveau P. (éd.) (...)

94Longtemps négligée, l’archéologie des activités artisanales et manufacturières au sens que lui donne Jean-Paul Morel74, a pris durant les vingt dernières années un nouvel essor, tant en proposant des modèles à partir des installations bien conservées comme celles de Délos ou de Pompéi qu’en s’interrogeant sur leur importance relative.

  • 75 Van Driel-Murray C., « Tanning and leather », in Oleson J. P., The Oxford Handbook of Engineering a (...)
  • 76 Leguilloux M., « Techniques et équipements de la tannerie romaine : l’exemple de l’officina coriari (...)

95Prenons un exemple, celui de l’industrie du cuir. En Allemagne et aux Pays-Bas où l’humidité conserve les matières organiques, les archéologues ne trouvent des objets en cuir que dans les gisements d’époque romaine car c’est seulement à cette période qu’ils sont d’une qualité suffisante pour se conserver75. Cela implique que, sous la pression de l’énorme demande suscitée par les armées stationnées sur le Rhin, les cuirs ont été fabriqués selon des procédés efficaces et standardisés par tannage végétal, c’est-à-dire en traitant les peaux dans des bains contenant des écorces de chênes broyées ou de la noix de galle. Or trop rares sont les tanneries antiques connues : Martine Leguilloux et moi-même avons repris, dans le cadre des recherches du Centre Jean-Bérard, la fouille d’une tannerie du ier siècle à Pompéi qui, avec ses quinze grandes cuves, n’a été égalée qu’au xviiie siècle76. Cette étude de cas nous aidera à déceler d’autres installations du même type ailleurs en Méditerranée et en Gaule.

  • 77 Brun J.-P., « The production of perfumes in Antiquity. The cases of Delos and Paestum », American J (...)

96Nous passerons ainsi en revue les différentes branches des industries extractives et de transformation allant des carrières de granit dans le désert oriental d’Égypte à la production des parfums dans les villes de Campanie, en prenant appui sur les fouilles que le Centre Jean-Bérard effectue à Pompéi en collaboration avec l’Instituto Valenciano de Conservacion y Restauracion de Bienes Culturales (Espagne) et en intégrant toutes les recherches nouvelles sur les vestiges attribuables aux activités artisanales77.

3.6. Infrastructures du commerce

97Enfin, il ne saurait y avoir croissance de la production sans organisation du commerce, dont le rôle est d’identifier les besoins dans tel ou tel lieu et « d’acheminer ce qui fait défaut » pour reprendre une formule d’André Tchernia. Par leurs réseaux familiaux, ethniques ou autres, les marchands se tenaient informés des besoins et organisaient les transports, bénéficiant dès l’époque classique, et sur une plus large échelle à l’époque impériale, des infrastructures mises en place par les États et de systèmes de transports publics ouvrant la voie aux échanges privés.

  • 78 Sur les archives des Sulpicii : Camodeca G., Tabulae Pompeianae Sulpiciorum. Edizione critica dell’ (...)
  • 79 Lefebvre des Noëttes C., La force animale à travers les âges, Paris, 1924 ; 2e éd. L’attelage et le (...)
  • 80 Pomey P. et Rieth E., L’Archéologie navale, Paris, Errance, 2005.
    Boetto G., Pomey P. et Tchernia A (...)

98Les mécanismes complexes du commerce antique ont fait l’objet d’études récentes utilisant les papyrus, les archives des Sulpicii trouvées dans un faubourg de Pompéi et les indices archéologiques que constituent les amphores ou les lingots78. Ces synthèses ont refondé notre connaissance mais il reste beaucoup à faire pour connaître les infrastructures : d’abord les ports, mieux aménagés, plus nombreux sous l’Empire romain, puis les routes et particulièrement les voies romaines avec leurs ouvrages d’art, ponts et tunnels, permettant un transport par terre beaucoup plus aisé qu’on l’a souvent estimé et bien meilleur que celui des époques médiévale et moderne. Les moyens de transports aussi font l’objet d’études novatrices. Georges Raepsaet a démonté le bel échafaudage édifié par Lefèbvre des Noëttes en montrant que les systèmes d’attelage antique n’étaient pas défectueux79. Les recherches d’archéologie navale dans lesquelles s’est illustré le Centre Camille-Jullian du CNRS, sous la direction de Patrice Pomey, ont retracé l’évolution de la construction des navires qui ont rendu possible l’accroissement des tonnages et l’accélération des échanges80.

99Monsieur l’Administrateur,
Mes chers Collègues,

100Votre Collège aime à prendre des risques et à rechercher l’originalité. Mon parcours professionnel a été atypique, passant des collectivités locales au ministère de la Culture puis au CNRS. Je suis parti du terrain et je ne l’ai jamais quitté. Je contribuerai à faire de l’étude des sites archéologiques une discipline capable de fournir des sources nouvelles à l’histoire des techniques et des économies du monde antique.

101J’entends donc rester un chercheur qui s’occupe de ses fouilles, c’est-à-dire de l’établissement des sources et de leur mise à disposition de la communauté scientifique par le biais de publications, d’expositions et de bases de données, mais je souhaite aussi devenir un passeur. Dans un domaine de recherche qui, comme tous les autres, devient de plus en plus spécialisé, nous avons besoin de chercheurs qui tentent de maîtriser l’évolution de leur domaine, tâche toujours plus ardue du fait de l’inflation de la documentation.

102Je ferai de ce Collège une maison commune des archéologues français, européens, méditerranéens qui s’intéressent à l’histoire des techniques et à l’archéologie des activités économiques. J’inviterai les archéologues de terrain à présenter les dernières découvertes en rapport avec ces domaines de recherche afin de créer avec eux une dynamique de mise en série des données nouvellement acquises.

103Le but est de répondre aux questions posées au départ. Pourquoi l’Empire romain s’est-il effondré ? Comment un empire aussi puissant et organisé que celui de Rome a-t-il pu disparaître ?

104Il n’y a pas de réponse univoque à ces questions, mais il se dessine des explications conjuguant des accidents historiques tels que l’impact de grandes épidémies, l’assaut des peuples barbares, l’aveuglement religieux et politique des élites. Il y a aussi des causes structurelles qui nous interpellent. Pour avoir assis sa prospérité sur une domination écrasante des classes supérieures sur les humiliores et sur les esclaves, pour avoir maintenu les pauvres au seuil de subsistance empêchant un décollage significatif de la consommation, pour avoir transformé le citoyen en sujet et avoir érigé la corruption en système de gouvernement, pour avoir laissé le plus grand nombre dans l’ignorance en n’organisant aucun système public d’instruction, pour avoir négligé la recherche scientifique et la technologie, la civilisation gréco-romaine ne nous montre-t-elle pas, malgré des succès éclatants, comment la ruine peut advenir ?

105L’archéologie, par la masse de données scientifiquement établies qu’elle apporte, peut nous aider à tirer quelques leçons d’une meilleure connaissance des systèmes économiques et techniques ainsi que des conditions de l’effondrement de la civilisation antique y compris pour nourrir nos interrogations les plus actuelles.

Notes

1 Piganiol A., L’Empire chrétien, Paris, PUF, 1972 (2e éd.), p. 466. Dans la conclusion de cet ouvrage, André Piganiol passe en revue les causes de l’effondrement de l’Empire romain d’Occident invoquées à son époque : crise climatique, démographique, financière, économique, intellectuelle, etc. ; il conclut que l’assaut des peuples germaniques joua le rôle déterminant.

2 Étudiant les avatars du thème de la décadence et de la chute de Rome de l’Antiquité à nos jours, Santo Mazzarino (La Fin du monde antique. Avatar d’un thème historiographique, Paris, Gallimard, 1973) a montré que c’est seulement à partir de la Renaissance qu’on commence à se détacher des explications morales et religieuses, notamment de la conception médiévale de la punition infligée par Dieu, pour poser le problème en termes rationnels.

3 Ferdinand Lot (La Fin du monde antique et le début du Moyen Âge, Paris, 1927, p. 275) parlait de « maladie interne ». Une approche combinant différents facteurs a été récemment proposée par Paul Veyne : l’effondrement de l’Empire romain d’Occident serait dû à une succession d’accidents. Cette disparition « n’a pas été une “chute” à la fin d’une “décadence” politique, militaire, administrative, économique, démographique ou morale […]. La chute de la moitié occidentale [de l’Empire romain] a été un accident imprévisible, dû à une concaténation fatale de causes multiples ; elle n’a pas une grande cause instructive, ne donne pas une grande leçon ; ce fut un processus accidentel, fait de causes innombrables. » (Veyne P., L’Empire gréco-romain, Paris, Fayard, 2005, p. 739-740).

4 Orrieux C., Les Papyrus de Zénon, Paris, Macula, 1983.

5 Rathbone D., Economic Rationalism and Rural Society in Third-Century A.D. Egypt. The Heroninos Archive and the Appianus Estate, Cambridge University Press, 1991.

6 L’apport de la papyrologie documentaire est considérable dans tous les domaines de la vie économique de l’Égypte. Pour l’agriculture, voir par exemple : Rowlandson J., Landowners and Tenants in Roman Egypt. The Social Relations of Agriculture in the Oxyrhynchite Nome, Oxford, Clarendon Press, 1996 ; Bagnall R. S., The Kellis Agricultural Account Book (P. Kell. IV gr.), Oxford monograph 92, 1997 ; Ruffing K., Weinbau im Römischen Ägypten, St. Katharinen, Scripta Mercaturae Verlag (Pharos XII), 1999. Pour le commerce, voir en particulier pour les deux papyrus cités : Heilporn P., « Registre de navires marchands », in Melaerts H. (éd.), Papyri in honorem Johannis Bingen octogenarii (P. Bingen), Louvain, 2000, p. 339-359. De Romanis F., « Commercio, metrologia, fiscalità, Su P. Vindob. G 40 822 verso », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 1998, vol. 110, no 1, p. 11-60 ; Rathbone D., « The “Muziris” papyrus (SB XVIII 13167) : financing Roman trade with India », in : Alexandrian Studies, II, in Honour of Mostafa Abbad (BSAA, no 46), 2000, p. 39-50.

7 Veyne P., Histoire de Rome, leçon inaugurale du 5 mars 1976, Paris, Collège de France, 1976, p. 10.

8 Finley M. I., « L’histoire ancienne et ses sources », in : Sur l’histoire ancienne. La matière, la forme, la méthode, Paris, 1987, p. 44. Le passage en italique est souligné par moi.

9 Édouard Will en 1954 avait souligné l’impuissance de l’antiquisant devant l’inconsistance des sources antiques qui donnent des chiffres isolés, le plus souvent des records atypiques et jamais des moyennes : Will É., « Trois quarts de siècle de recherches sur l’économie grecque antique », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 1954, vol. 9, no 1, p. 7-22.

10 Meyer E., Geschichte des Altertums, Stuttgart / Berlin, 1884-1928 ; trad. française : Histoire de l’Antiquité, Paris, Geuthner, 1912-1926.

11 Frank T. (dir.), An Economic Survey of Ancient Rome, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1933-1940 (6 vol.) ; rééd. Paterson, N. J., Pageant Books, 1959.

12 Sur l’œuvre de Rostovtzeff, la littérature est immense. On se reportera aux deux excellentes introductions écrites par Jean Andreau aux éditions de Rostovtzeff M., Histoire économique et sociale de l’Empire romain, Paris, Laffont, 1988 et de Histoire économique et sociale du monde hellénistique, Paris, Laffont, 1989.

13 Nicolet C., « Les classes dirigeantes romaines sous la République : ordre sénatorial et ordre équestre », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 1977, vol. 32, no 4, p. 726-755.

14 Bücher K., Die Enstehung der Volkswirtschaft, Leipzig, 1893 ; trad. française : Études d’histoire et d’économie politique, Bruxelles / Paris, 1901.

15 Polanyi K., The Great Transformation, Boston, 1944.

16 Finley M. I., The Ancient Economy, Londres, 1973 ; trad. française : L’Économie antique, Paris, éd. de Minuit, 1975.

17 Finley M. I., « Le document », in : Sur l’histoire ancienne. La matière, la forme, la méthode, op. cit., p. 68-96.

18 Le débat est toujours en cours sur ce point : voir les positions opposées de Walter Scheidel (« In search of Roman economic growth », Journal of Roman Archaeology, 2009, vol. 22, p. 46-70) et d’Andrew Wilson (« Indicators for Roman economic growth : a response to Walter Scheidel », Journal of Roman Archaeology, 2009, vol. 22, p. 71-82).

19 Nicolet C., Rendre à César, Paris, Fayard, 1988.
Id., L’Inventaire du monde : géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 1988.
Id., Censeurs et publicains. Économie et fiscalité dans la Rome antique, Paris, Fayard, 2000.

20 Lo Cascio E., « Crescita e declino : l’economia romana in prospettiva storica », in : Crescita e declino. Studi di storia dell’economia romana, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2009, p. 5-16.

21 Tchernia A., Les Romains et le commerce, Naples, Centre Jean-Bérard, 2011.

22 Temin P., « A market economy in the early Roman Empire », Journal of Roman Studies, 2001, no 9, p. 169-181.
Id., « Estimating GDP in the Early Roman Empire », in Lo Cascio E. (éd.), Innovazione tecnica e progresso economico nel mondo romano : atti degli incontri capresi di storia dell’economia antica (Capri, 13-16 aprile 2003), Bari, 2006, p.  31-54.

23 Hopkins K., « Taxes and trade in the Roman Empire (200 BC-AD 400) », Journal of Roman Archaeology, 1980, no 70, p. 101-125.
Id., « Rome, taxes, rents and trade », Kodai, 1995-1996, vol. 6/7, p. 41-75.
Id., « Rents, taxes, trade and the city of Rome », in Lo Cascio E. (éd.), Mercati permanenti e mercati periodici nel mondo romano. Atti degli incontri capresi di storia dell’economia antica (Capri 13-15 ottobre 1997), Bari, 2000, p.  253-267. Il n’est pas lieu ici de présenter en détail le modèle économique proposé par Hopkins. Rappelons seulement deux points essentiels. (1) Les impôts prélevés par l’État et le produit des rentes foncières provenant de provinces étaient surtout dépensés à Rome et dans les régions où les troupes étaient stationnées, créant des flux monétaires et économiques croissants, les producteurs étant contraints de produire plus et de vendre pour payer les prélèvements et en retour, l’État garantissant la paix et la stabilité. (2) L’État et les grands propriétaires fonciers (sénateurs, chevaliers, curiales) étaient en compétition pour accaparer le surplus disponible et, à terme, l’enrichissement inouï de l’aristocratie a miné les ressources de l’État, contribuant en Occident à la désintégration de l’Empire.

24 Jongman W., The Economy and Society of Pompeii, Amsterdam, 1991.
Id., « The early Roman Empire : consumption », in Scheidel W., Morris I. et Saller R. P. (éd.), The Cambridge Economic History of the Greco-Roman World, Cambridge, 2007, p. 592-618.

25 Braudel F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècles, t. i : Les Structures du quotidien, Paris, Armand Colin, 1979. Les recherches récentes soulignent l’irréductible spécificité des économies antiques. Il n’y avait pas une économie unifiée de la Méditerranée, même sous l’Empire romain, mais des économies plus au moins imbriquées : celle, la plus évidente, des grands réseaux maritimes fondés sur les ports, celles de l’approvisionnement de Rome et des armées, celles des campagnes et des chefs-lieux, celles des montagnes, celles orientées par le grand commerce et aussi les économies coloniales, celle des relations avec les populations périphériques. Leur imbrication n’est souvent que marginale. Chacune mérite une attention particulière pour mieux connaître les particularités de la production et du commerce, la diffusion parfois très rapide des techniques et des produits manufacturés, notamment durant l’Empire romain où des biens standardisés ont atteint de larges couches de la population, comme cela a été montré pour la Bretagne par Kevin Greene (« Technological innovation and economic progress in the ancient world : M. I. Finley re-considered », The Economic History Review, 2000, vol. 53, no 1, p. 29-59) ou pour les bergers de la plaine de La Crau près d’Arles grâce aux travaux conduits par Gaétan Congès (Badan O., Brun J.-P. et Congès G., « Les bergeries romaines de la Crau d’Arles. Les origines de la transhumance en Provence », Gallia, 1995, vol. 52, p. 263-310).

26 « La conquête du passé » est inscrite dans la préoccupation humaine depuis aussi longtemps que nous avons des écrits : Schnapp A., La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993.

27 Leroi-Gourhan A., L’homme et la matière, 2e éd., Paris, Albin Michel, coll. « Sciences d’aujourd’hui », 1971, p. 7.

28 Marc Bloch illustre cette prise de conscience : « Les générations qui nous ont précédées et la nôtre ont assisté, dans les transports, à ce prodigieux bouleversement de la traction animale cédant la place à des formes d’énergies purement inorganiques. Telle à peu près fut la révolution que produisit, dans un autre ordre d’activité, l’avènement du moulin à eau […]. » (Bloch M., « Avènement et conquête du moulin à eau », Annales d’histoire économique et sociale, 1935, vol. 7, no 36, p. 538-563 ; rééd. Mélanges historiques, Paris, EHESS, 1983, p. 804).

29 Febvre L., « Réflexions sur l’histoire des techniques », Annales d’histoire économique et sociale, 1935, vol. 7, no 36, p. 531-535.

30 Vernant J.-P., « Remarques sur les formes et les limites de la pensée technique chez les Grecs », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1957, vol. 10, no 3, p. 205-225 ; rééd. Travail et esclavage en Grèce ancienne, Paris, éd. Complexe, 1988, p. 35-57 et dans Œuvres, Paris, Seuil, 2007, t. i, p. 511-529.

31 Les énormes lacunes de la documentation écrite induisent les historiens à passer sous silence des pans entiers de l’économie ou des techniques. À propos du rôle économique considérable des villes grandes et moyennes à l’époque impériale, Keith Hopkins écrit de façon significative : « the production and entrepot functions of [the] larges second-order cities are usually ignored by economic historians, mostly I suspect because they are never mentionned in any surviving source. » Hopkins 2000 (cité note 23), p. 262, note 16.

32 Cuvigny H. (éd.), Brun J.-P., Bülow-Jacobsen A., Cardon D., Leguilloux M., Matelly M.-A., Reddé M., De Coptos à Myos Hormos, Recherches sur l’organisation et la protection de la piste caravanière de la mer Rouge à l’époque romaine, Le Caire, IFAO, 2003 (2 vol.).
Cuvigny H. (éd.), Brun J.-P., Bülow-Jacobsen A., Cardon D., Eristov H., Granger-Taylor H., Leguilloux M., Nowik W., Reddé M., Tengberg M., Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte, t. I : Les fouilles et le matériel, Le Caire, IFAO, 2011 ; t. ii : Les textes, Le Caire, IFAO, 2012.

33 Bloch 1935 (cité note 28). La postérité de l’article de Marc Bloch a été étudiée par Lohrmann D., « L’histoire du moulin à eau avant et après Marc Bloch », Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, Paris, EHESS, 1990, p. 339-347.

34 Wilson A., « Machines, power and the ancient economy », The Journal of Roman Studies, 2002, no 92, p. 1-31.
Brun J.-P., « L’énergie hydraulique durant l’Empire romain : quel impact sur l’économie agricole ? », in Lo Cascio E. (éd.), Innovazione tecnica e progresso economico. Atti del convegno internazionale di Capri, 2003, Bari, Edipuglia, 2006, p. 101-130.
Les moulins hydrauliques d’Art-sur-Meurthe et de Saint-Doulchard près de Bourges sont datés du début de notre ère : Brun J.-P., « Les moulins hydrauliques dans l’Antiquité », in : Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent, des origines à l’époque médiévale (Lons-le-Saunier, 2-5 novembre 2011), à paraître.

35 Entre 2002, date de fondation de l’INRAP, et 2011 : 16878 diagnostics sur 112 241 hectares et 2237 fouilles ont été réalisés (source : dossier de presse fourni par l’INRAP à l’occasion du 10e anniversaire de sa création).

36 La Carte archéologique de la Gaule, publiée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres sous la direction de Michel Provost, présente, département par département, l’état de la documentation disponible sur tous les sites archéologiques antiques connus.

37 En 2011, 2 320 agents ont travaillé pour l’INRAP (source : dossier de presse fourni par l’INRAP à l’occasion du 10e anniversaire de sa création).

38 L’état de l’emploi archéologique en Italie est inférieur. En 2011, 510 archéologues travaillaient dans les surintendances du ministère des Biens culturels ou dans des collectivités territoriales, 400 dans les universités et environ 2 000 dans des structures de droit privé qui réalisent les fouilles préventives.

39 Franck Braemer a rendu le 11 avril 2011 un rapport qui a le mérite d’offrir un tableau à jour de l’archéologie en Méditerranée en donnant le nombre de chercheurs par pays : 3650 en France (mais plutôt 4500 si l’on en croit les chiffres de l’INRAP et l’estimation des autres organismes) ; 2885 en Espagne ; 2900 en Italie ; 200 en Croatie ; 48 en Albanie ; 2195 en Grèce ; 495 en Turquie ; 140 en Syrie ; 410 en Israël ; 480 en Égypte ; 75 en Tunisie, 256 en Algérie ; 55 au Maroc (les chiffres de la Libye et de la Jordanie ne sont pas connus). Voir : Braemer F., avec la collaboration de Angevin R., L’archéologie en Méditerranée : situation internationale, évolution. Rapport de mission à l’attention des directions de l’École française de Rome et de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, Rome, 11 avril 2011 (www.ecole-francaise.it).

40 C’est la raison pour laquelle il faut cesser de dégager des sites uniques comme Pompéi ou Herculanum afin de les préserver pour les recherches futures. À partir de 1995, sous la direction de Pietro Giovanni Guzzo, la Surintendance de Pompéi a développé une sage politique d’étude des zones anciennement dégagées et un gel de tout nouveau dégagement. C’est dans le cadre de cette nouvelle politique, très ouverte aux équipes de toutes nationalités, que le Centre Jean-Bérard (CNRS / École française de Rome) a pu mener à bien un programme de recherche sur l’artisanat à Pompéi qui est constamment soutenu par le ministère des Affaires étrangères et européennes (Commission des fouilles) et par l’Agence nationale de la recherche (projet Artifex).

41 Braudel F., Histoire de la civilisation moderne, leçon inaugurale du 1er décembre 1950, Paris, Collège de France, 1951.

42 L’intuition de la nécessité d’un langage commun au monde savant par le dessin est déjà présente chez le comte de Caylus (A. C. de Tubières), Recueil d’antiquités égyptiennes, grecques, étrusques et romaines (7 vol.), Paris, 1752-1767.

43 Sur cette entreprise, voir la série Lattara publiée par l’Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, Caveirac et, en dernier lieu, Py M., Lattara : Lattes, Hérault : comptoir gaulois méditerranéen entre Étrusques, Grecs et Romains, Paris, Errance, 2009.

44 Voir notamment Bowman A. K., Wilson A., Quantifying the Roman Economy : Methods and Problems, Oxford, Oxford Studies on the Roman Economy, 2009.

45 Sur cette question, voir : Tchernia A., Le Vin de l’Italie romaine, Rome, École française de Rome, 1986, p. 85-87 et Tchernia A., Les Romains et le commerce, Naples, Centre Jean-Bérard, 2011, p. 160-163.
Sur les rituels de consommation de vin chez les Celtes : Poux M., L’Âge du vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, éd. Monique Mergoil, 2004.

46 L’inventaire des épaves a été récemment actualisé par J. Strauss dans le cadre du programme de recherche Oxford Roman Economy Project : Wilson A., « Developments in Mediterranean Shipping and Maritime Trade from the Hellenistic period to AD 1000 », in Robinson D. et Wilson A. (dir.), Maritime Archaeology and Ancient Trade in the Mediterranean, Oxford Centre for Maritime Archaeology, monographie no 6, 2011, p. 33-59. Selon A. Wilson, les investissements réalisés dans l’aménagement des ports et la construction de phares, les progrès de la construction navale et l’amélioration des connaissances maritimes ont permis qu’à tonnage égal ou supérieur le nombre d’accidents maritimes diminuât fortement. Ce sont ces progrès que reflèterait la baisse des naufrages aux IIe et IIIe siècles.

47 Jongman W., « Gibbon was right. The decline and fall of the Roman economy », in : Crises and the Roman Empire, Leyde, Brill, 2007, p. 183-200.
Robert W. Fogel (The Escape from Hunger and Premature Death, 1700-2100 : Europe, America and the Third World, Cambridge, 2004) a souligné le rapport direct entre le niveau socio-économique d’une population et la stature des individus. Geoffrey Kron (« The Augustan Census. Figures and the Population of Italy », Athenaeum, 2005, no 93, p. 441-495) a montré qu’il existe une différence de stature entre la moyenne des individus de l’époque romaine et ceux du xixe siècle. En 1854, la stature moyenne des Italiens était de 162,4 cm alors qu’un échantillon de 924 squelettes masculins d’époque romaine en Italie donne 168,3 cm. Voir aussi : Lo Cascio E., Malanima P., « Cycles and Stability. Italian Population before the Demographic Transition (225 B.C.-A.D. 1900) », Rivista di Storia Economica, 2005, no 21, p. 5-40.

48 Il faut toutefois mentionner que le corpus papyrologique offre une documentation riche et directe sur certaines activités économiques, mais elle se limite par essence à l’Égypte gréco-romaine et ne couvre pas tout le champ : Minnen P. van, « Urban Craftsmen in Roman Egypt », Münstersche Beiträge zur Antiken Handelsgeschichte, 1987, no 6, p. 31-88.

49 Les sources épigraphiques, notamment de l’épigraphie sur pierre, apportent une documentation essentielle mais quelque peu biaisée. Nous sommes toujours confrontés au risque de confondre visibilité épigraphique et réalité historique : l’épigraphie a des modes locales. Il peut arriver qu’elle reflète l’existence en un lieu donné d’activités économiques, mais elle les reflète partiellement, et l’absence d’inscription n’est jamais significative, ni géographiquement (absence dans les campagnes ou certaines régions), ni chronologiquement (à une certaine époque les inscriptions peuvent disparaître alors que l’activité continue). La documentation épigraphique est aussi biaisée par la disparition quasi totale des textes sur tablettes de bois et des inscriptions sur plaques de bronze qui étaient le support préféré par les Romains pour afficher leurs lois. Les quelques exemplaires conservés nous font mesurer l’ampleur de la perte.
L’épigraphie nous renseigne parfois sur la position sociale des acteurs économiques, sur leur religion, sur leur attitude devant la mort, sur leur sociabilité à travers les inscriptions des collèges, mais rarement sur leurs activités précises, sauf sous la forme d’épithètes d’interprétation délicate. Sur cette question voir : Tran N., Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire, Rome, École française de Rome, vol. 367, 2006. Quelques inscriptions toutefois nous font entrer dans le vif de certains phénomènes économiques, tels que le déplacement des troupeaux transhumants en Italie centro-méridionale ou de l’approvisionnement en blé de Rome, étudiés dans l’ouvrage de Mireille Corbier, Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne (Paris, CNRS, 2008).

50 Un bel exemple porte sur une branche économique de première importance, le textile. Il s’agit du foulage des tissus qui est demeuré longtemps l’étape finale de l’industrie textile. Une récente thèse soutenue par Miko Flohr a souligné qu’il n’y a aucune source écrite, pas même épigraphique, laissant soupçonner qu’il existait des fouleries industrielles telles que celles mises au jour à Ostie, à Florence et tout récemment à Rome (Casal Bertone) alors qu’on dispose de sources relativement nombreuses sur le métier de foulon (Flohr M., Work, Economy and Society. Fullones and Fullonicae in Roman Italy, Oxford University Press, à paraître). Ainsi le phénomène le plus important est passé sous silence par les sources écrites, faussant notre perception de la filière textile.

51 L’épigraphie reste en effet irremplaçable pour approcher le statut social de certaines catégories de travailleurs tels que les artisans et pour retracer certains mécanismes commerciaux grâce aux inscriptions peintes et aux marques d’amphores. La bibliographie est très vaste sur ce sujet ; par exemple le colloque Epigrafia della produzione et della distribuzione (Rome, École française de Rome, 1994) et le dossier L’Écriture dans la société gallo-romaine (paru dans Gallia, 2004, vol. 61).

52 Carter J. C., Discovering the Greek Countryside at Metaponto, Ann Arbor, The University of Michigan, 2005.

53 Cette politique s’est manifestée par l’envoi de missions archéologiques dans les pays de la Méditerranée et par la création d’instituts d’archéologie à Athènes, à Rome ou au Caire.

54 Duval P.-M., Archéologie et histoire de la Gaule, leçon inaugurale du 4 décembre 1964, Paris, Collège de France, p. 13-14.

55 En 1973, Emmanuel Le Roy Ladurie (« L’histoire immobile », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1974, vol. 29, no 3, p. 673-692) constatait que « l’impact des méthodes quantitatives révolutionnent la manière d’écrire l’histoire ». Il prenait comme exemple le changement conceptuel qu’avait introduit la mesure des performances du système esclavagiste dans le sud des États-Unis avant la guerre de Sécession, montrant qu’il était économiquement bien plus performant que ne le prétendaient les abolitionnistes. Par ricochet, cette révision a modifié notre vision de l’impact économique de l’esclavage antique.

56 Paul Veyne écrit que « l’histoire n’existe que par rapport aux questions que nous lui posons », résumant sa pensée dans la formule : « sans concepts, on ne voit rien ». L’archéologue est de ce point de vue dans la même situation que l’historien utilisant les sources écrites : sans problématique, il peine à interpréter les vestiges, à faire les bonnes observations et à comprendre ce qu’il dégage et, en revanche, une opinion préconçue peut conduire à la surinterprétation de certains vestiges provoquée par la nécessité de fournir un discours cohérent et d’adapter les découvertes à l’état des connaissances. Cette évidence implique que nous conservions des gisements intacts pour les interrogations du futur. Ces nouvelles problématiques trouveront des outils d’analyse et d’interprétation dont nous n’avons pas idée (Brun J.-P., Congès G., Jacob J.-P., « L’archéologie de sauvetage : valeur heuristique et évolution de la doctrine », Revue d’études ligures, LIX-LX, Hommage à Paul-Albert Février, 1993-1994, paru en 1996, p. 103-131).

57 Montfaucon B. de, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, Paris, 1719-1724 (15 vol.).

58 Mazois F., Les ruines de Pompéi dessinées et mesurées par F. Mazois, Paris, F. Didot, 1824-1838.

59 Borréani M. et Brun J.-P., « Une exploitation rurale antique à Costebelle (Hyères, Var) : huilerie et nécropole », Revue archéologique de Narbonnaise, 1990, no 23, p. 117-151.

60 Dutour O., Pálfi G., Bérato J. et Brun J.-P. (éd.), L’origine de la syphilis en Europe, avant ou après 1493 ?, Paris, Errance / Centre archéologique du Var, 1994.
Brun J.-P., Pálfi G. et Dutour O., « L’Antiquité des tréponématoses dans l’Ancien Monde : évidences historiques, archéologiques et paléopathologiques », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1998, vol. 10, nos 3-4, p. 375-409.

61 Castex D. et Cartron I. (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Bordeaux, MSHA, coll. « Études, Ausonius », vol. 15, 2009. Voir en dernier lieu : Castex D., Blanchard P. et al., « Le secteur central de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome) (Ier-IIIe siècles). Indices archéologiques d’une brutale crise de mortalité », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 2010, vol. 123, no 1, p. 274-280.

62 Carrié J.-M. et Rousselle A., L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin, 192-337, Paris, Seuil, coll. « Nouvelle histoire de l’Antiquité » , no 10, 1999.

63 L’étude des ossements animaux nous renseigne sur ces points et l’on évoquera par exemple les travaux des archéozoologues portant sur l’introduction, dans les contrées conquises, d’animaux reproducteurs et de techniques d’élevage entraînant une augmentation de la corpulence, des bovins notamment. Pour la Gaule, voir les travaux de Patrice Méniel sur l’hypothèse d’importations de grands bœufs (Brunaux J.-L. et Méniel P., « L’importation du bœuf à la période romaine : premières données, les fouilles de Gournay-sur-Aronde », Revue archéologique de Picardie, vol. 4, no 4, p. 15-20) et ceux de V. Forest et I. Rodet-Bélarbi qui insistent au contraire sur une amélioration des techniques d’élevage à partir du cheptel indigène : Forest V., Rodet-Belarbi I., « À propos de la corpulence des bovins en France durant les périodes historiques », Gallia, 2002, no 59, p. 273-306.

64 Braudel F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècles, I, Paris, Armand Colin, 1967, p. 276 (p. 317 de la 2e éd.) : « L’omniprésence du bois a pesé hier d’un poids énorme. L’Europe, si bien partagée d’un point de vue forestier en a tiré une des raisons de sa puissance. En face d’elle, l’Islam, à long terme, a été miné par la pénurie de ses ressources forestières et leur progressif épuisement. »

65 Domergue C. (dir.), Un centre sidérurgique romain de la Montagne noire : Le domaine des Forges (Les Martys, Aude), Paris, CNRS Éditions, 1993 (Revue archéologique de la Narbonnaise, supplément no 27), en particulier p. 34-35 et 359-364.
Decombeix P. M., Domergue C., Fabre J.-M., Gorgues A., Tollon F., Tournier B., « Réflexions sur l’organisation de la production du fer à l’époque romaine dans le bassin supérieur de la Dure, au voisinage des Martys (Aude) », Gallia, 2000, vol. 57, p. 23-36.

66 Dans son discours « En l’honneur de Rome » prononcé en 144 ap. J.-C., Aelius Aristide souligne cet aspect.

67 Brun J.-P., « Les moulins hydrauliques en Italie romaine », in Brun J.-P. et Fiches J.-L. (éd.), Énergie hydraulique et machines élévatrices d’eau dans l’Antiquité, Actes du colloque international du Pont du Gard, 20-22 septembre 2006, Naples, Centre Jean-Bérard, 2007, p. 201-214. Le colloque « Archéologie des moulins hydrauliques, à traction animale et à vent, des origines à l’époque médiévale » organisé à Lons-le-Saunier les 2-5 novembre 2011 a apporté beaucoup de données archéologiques récentes.

68 Il faut rappeler ici que le naufrage de la littérature antique a été sélectif : les œuvres qui ont subsisté étaient celles qui avaient été écrites pour un public aristocratique et qui sont passées de leurs bibliothèques dans celles des monastères. Selon Claude Nicolet, si nous avons conservé Frontin, Vitruve et Végèce par exemple « c’est sans doute parce que ces trois traités, diversement mais inégalement ambitieux, ont été écrits (je veux dire stylistiquement) pour leurs destinataires haut placés, que, dans le naufrage de l’Antiquité, le hasard les a conservés » (« Introduction. Les littératures techniques dans le monde romain », in : Les Littératures techniques dans l’Antiquité romaine. Statut, public et destination, tradition, Genève / Vandœuvres, 21-25 août 1995, Droz, coll. « Entretiens sur l’Antiquité classique », vol. 42, 1996, p. 1-17). Les traités plus techniques, les vrais manuels, ne sont jamais entrés dans ces bibliothèques.

69 La ville, surtout portuaire, lieu d’échanges d’idées et débouché des produits, joue un rôle central dans ce schéma, non seulement en tant que débouché des produits agricoles et artisanaux, mais aussi en tant que centre d’organisation et de production, comme l’ont montré Philippe Leveau pour Césarée de Maurétanie (Leveau P., Caesarea de Maurétanie, une ville romaine et ses campagnes, Rome, École française de Rome, 1984) et David Mattingly pour Leptiminus en Afrique (Mattingly D.J., Stone D., Stirling L. et Ben Lazreg N., « Leptiminus (Tunisia). A “producer” city? », in Mattingly D. J. et Salmon J., Economies beyond Agriculture in the Classical World, Londres / New York, Routledge, 2001, p. 66-89).

70 Tchernia A., « Le tonneau, de la bière au vin », in Garcia D. et Meeks D. (éd.), Techniques et économie antiques et médiévales. Le temps de l’innovation, Paris, Errance, 1997, p. 121-129.

71 Les recherches récentes sur le parfum dans l’Antiquité ont fait l’objet d’un colloque : Frère D. et Hugot L. (éd.), Les huiles parfumées en Méditerranée occidentale et en Gaule (VIIIe s. av. J.-C.-VIIIe s. ap. J.-C.), Naples / Rennes, Centre Jean-Bérard / Presses universitaires de Rennes, 2012.

72 Sur les amphores à alun, voir : Borgard P., « Les amphores à alun (Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J.-C.) », in Borgard P., Brun J.-P. et Picon M. (éd.), L’alun de Méditerranée : actes du colloque international (Naples-Lipari, 4-8 juin 2003), Naples, Centre Jean-Bérard (23), p. 157-169.

73 Brun J.-P. et Laubenheimer F. (dir.), La viticulture en Gaule (dossier), Gallia, 2001, vol. 58, p. 5-263.
Brun J.-P., Poux M. et Tchernia A. (dir.), Le vin. Nectar des dieux, génie des hommes, Lyon, Pôle archéologie du Rhône, 2004 ; Brun J.-P., Archéologie du vin et de l’huile en Gaule romaine, Paris, Errance, 2005.
Poux M., Brun J.-P. et Hervé M.-L. (dir.), La vigne et le vin dans les Trois Gaules (dossier), Gallia, 2011, vol. 68, no 1, p. 1-289.

74 Morel J.-P., « La manufacture, moyen d’enrichissement dans l’Italie romaine ? », in Leveau P. (éd.), L’origine des richesses dépensées dans la ville antique, actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’U.E.R. d’histoire, les 11 et 12 mai 1984, Aix-en-Provence, 1985, p. 87-111.
Morel J.-P., « Élites municipales et manufacture en Italie », in : Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, actes de la table ronde de Clermont-Ferrand, 28-30 novembre 1991, Naples, Centre Jean-Bérard, 1996, p. 181-198.

75 Van Driel-Murray C., « Tanning and leather », in Oleson J. P., The Oxford Handbook of Engineering and Technology in the Classical World, Oxford University Press, 2008, p. 483-495.

76 Leguilloux M., « Techniques et équipements de la tannerie romaine : l’exemple de l’officina coriaria de Pompéi », in Beyries A., Audoin-Rouzeau F., Le travail du cuir de la préhistoire à nos jours, actes des 22e rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, ADPCA, 2002, p. 268-282.
Id., Le cuir et la pelleterie à l’époque romaine, Paris, Errance, 2004.
Brun J.-P., Botte E., Chapelin G. et Leguilloux M., « Pompéi, programme de recherches sur l’artisanat antique. Tannerie », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 2011, vol. 123, no 1, p. 301-304.

77 Brun J.-P., « The production of perfumes in Antiquity. The cases of Delos and Paestum », American Journal of Archaeology, 2000, no 104, p. 277-308 ; Brun J.-P. et Monteix N., « Les parfumeries en Campanie antique », in : Brun J.-P. (éd.), Artisanats antiques d’Italie et de Gaule. Mélanges offerts à Maria-Francesca Buonaiuto, Naples, Centre Jean-Bérard, 2009, p. 115-133. Voir aussi le catalogue de l’exposition : Parfums de l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée, catalogue de l’exposition du Musée royal de Mariemont, 2008.

78 Sur les archives des Sulpicii : Camodeca G., Tabulae Pompeianae Sulpiciorum. Edizione critica dell’archivio puteolano dei Sulpicii, Rome, Quasar (Vetera 12), 1999.

79 Lefebvre des Noëttes C., La force animale à travers les âges, Paris, 1924 ; 2e éd. L’attelage et le cheval de selle à travers les âges. Contribution à l’histoire de l’esclavage, Paris, 1931 ; Contra : Raepsaet G., Attelages et techniques de transport dans le monde gréco-romain, Bruxelles, 2002.

80 Pomey P. et Rieth E., L’Archéologie navale, Paris, Errance, 2005.
Boetto G., Pomey P. et Tchernia A. (dir.), Batellerie gallo-romaine : pratiques régionales et influences maritimes méditerranéennes, Paris, Errance, 2011.

© Collège de France, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable