Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Techniques et économies de la Méditerranée antique

 | 
Jean-Pierre Brun

Présentation de Jean-Pierre Brun

Pierre Corvol

Texte intégral

1Cher Collègue,
Cher Jean-Pierre Brun,

2Qui ne se souvient des images de Fellini Roma, le film de Federico Fellini, où le percement du métro met à jour dans le sous-sol de Rome de superbes fresques qui s’effacent aussitôt sous l’action de l’air. Notre collègue Christian Goudineau, qui fut récemment le titulaire de la chaire d’Antiquités nationales au Collège de France, exprimait l’émotion qu’il ressentit en 1977 devant la destruction par les bulldozers d’une huilerie gallo-romaine qu’il avait fouillée juste auparavant. Or c’était la première huilerie découverte avec ses installations techniques, ses moulins, ses pressoirs et ses cuves de décantation. Et tout cela, pour construire des pavillons aujourd’hui délabrés…

3Une prise de conscience a abouti, enfin, à la signature en France d’une loi sur l’archéologie préventive en 2001. Maintenant, le patrimoine archéologique doit être préservé matériellement ou sauvegardé par une étude scientifique.

4L’intérêt que suscite l’exploration de notre passé est immense : plus de 4 500 archéologues travaillent aujourd’hui en France, quelque 15 000 dans l’ensemble du Bassin méditerranéen. Rien ne saurait remplacer cette archéologie de terrain car nous manquons de textes et de documents écrits sur ces sujets. L’économie, l’innovation technologique ne sont pas rapportées par les auteurs anciens. Ignorance, négligence, absence de considération, qui sait ?

5Nous compensons aujourd’hui ce manque d’informations par les fouilles terrestres et l’archéologie sous-marine, qui ouvrent des champs d’étude nouveaux sur les techniques et l’économie du monde antique ; sur l’évolution de la population telle qu’on peut l’appréhender par l’habitat, les lieux et les formes de travail, l’alimentation et l’état sanitaire.

6Cette recherche vous habite, cher Jean-Pierre Brun. Archéologue de terrain, directeur de recherche au CNRS, médaille d’argent du CNRS, vous avez dirigé le Centre Jean-Bérard de Naples, qui est une base française pour l’exploration historique et archéologique de l’Italie méridionale antique, en même temps qu’un lieu de rencontre de chercheurs de différentes provenances géographiques.

7L’archéologie est par essence une science empirique. L’exploration et le sauvetage de villas romaines vous ont porté vers l’étude de la production d’huile, de vin et de parfums en France, en Italie et en Grèce. Vous avez retracé l’activité artisanale et la circulation des biens de consommation dans le Bassin méditerranéen. Parallèlement à ces recherches de terrain, vous avez voulu reconstituer vos découvertes par l’expérimentation, ce qui vous a conduit à construire des pressoirs, des chais, et à produire, vous et vos collaborateurs, vins et parfums à l’antique…

8Votre travail s’effectue en étroite liaison avec des chercheurs d’autres disciplines, historiens bien sûr, et aussi chimistes, géographes, anthropologues et médecins. Avec ces derniers, vous avez identifié l’existence de lésions osseuses d’origine syphilitique chez un fœtus dans un cimetière gallo-romain, ce qui remet en cause la théorie encore en vigueur de l’importation bien plus tardive de la syphilis en Europe.

9Le temps est venu de réunir les données issues de l’archéologie, d’étudier à large échelle les techniques de production agricole, minière et artisanale, la production d’énergie ; bref, la circulation des biens et l’économie des peuples qui bordent la Méditerranée antique.

10Je ne doute pas que vos recherches et votre enseignement dans le cadre de votre chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique captiveront un auditoire avide d’un passé qui remonte à la surface et qui nous interpelle.

Auteur

Administrateur du Collège de France

© Collège de France, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable