Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes adultes et la presse magazine

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Paola Spaventa
, 
Amandine Pellizzari

La lecture de la presse magazine par les jeunes adultes : état des lieux quantitatif

Pour aller plus loin…

Jean-François Barbier-Bouvet

Texte intégral

1L’analyse secondaire de l’enquête aepm a permis le passage en revue de toutes ces revues, si on peut dire, et de faire un certain nombre de constats : quels sont les magazines les plus lus dans la génération des 15-29 ans, quels sont les titres qui sont le plus en affinité avec elle, lesquels progressent et lesquels perdent du terrain, quelles segmentations apparaissent au sein de chaque famille de presse, etc.

2Cet état des lieux était indispensable. Il reflète des évolutions de la lecture qui ne se traduisent pas forcément par un délaissement de l’imprimé, mais par un déplacement des fonctions et des positions qui lui sont attribuées. Mais il ne saurait tenir lieu d’analyse. Reste à se poser la question du pourquoi, c’est-à-dire des causalités, et la question du comment, c’est-à-dire des modalités.

3Ce sera l’objet de la phase suivante de la recherche. Elle passe par une double approche – par les contenus et par les comportements :

Les contenus : pour une approche sémiologique

4Nous avons vu que, selon les magazines et indépendamment du volume global de leur diffusion, certains présentent un profil particulièrement typé jeunes adultes, d’autres sont démographiquement neutres et d’autres enfin sont nettement déportés vers les publics âgés. Évidemment, la première idée est de se demander de quoi parlent ces journaux. Selon les sujets traités, le destinataire implicite n’est évidemment pas le même : on ne s’adresse pas au même public selon que l’on fait sa couverture sur la politique agricole commune ou sur les problèmes lycéens, sur Isabelle Adjani ou sur Britney Spears, sur la sexualité ou sur les régimes alimentaires, sur la répression en Chine ou sur la cote de l’immobilier…

5Au-delà de cette évidence, reste que la thématique n’explique pas tout, loin de là. Beaucoup de magazines traitent des mêmes sujets, souvent au même moment (qu’il s’agisse d’événements d’actualité ou de « marronniers » liés au calendrier) et ne touchent pourtant absolument pas les mêmes publics. On l’a vu au sein de la famille des hebdomadaires d’actualité par exemple, comme de celle des people ou de celle des féminins : il y a des titres « jeunes adultes » et d’autres qui le sont moins ; ce qui produit cette différence de public n’est pas seulement l’objet de l’article mais bien son mode de traitement éditorial. Selon qu’il rencontre ou non les modèles de familiarité linguistiques et graphiques de cette génération, ou leurs « horizons d’attente » dans la représentation du monde, le contact s’établit ou se perd. D’où la nécessité d’une approche sémiologique des registres discursifs à l’œuvre dans ces journaux. Elle ne peut évidemment balayer exhaustivement tous les magazines, ni pour chaque magazine tous les numéros. Il faudra donc sélectionner un nombre restreint de journaux au sein de chaque famille, en privilégiant ceux que les résultats de l’enquête aepm permettent de considérer comme emblématiques d’un type de lectorat. En les choisissant les plus contrastés possibles entre eux afin de pouvoir raisonner par différence.

6Mais d’ores et déjà il est possible de risquer ici quelques hypothèses. Certains modes de traitement de l’information que nous avons rencontrés au sein des magazines présentant les meilleures affinités avec la génération des 15-29 ans font système. Ils relèvent de formes d’écriture, et donc produisent des effets de lecture qui possèdent des caractères propres ou exacerbent des caractères déjà présents dans d’autres journaux mais à un degré moindre. Ces pratiques de lecture des magazines font sans doute le pont entre la lecture en continuité, propre au livre, et la lecture de prélèvement, propre à Internet.

7Quelques attributs repérés dans les magazines les plus en affinité avec la génération des jeunes adultes :

Une mise en parole

  • 1 Et pas simplement pour rendre compte de propos rapportés.

8Le texte, en particulier les accroches et les légendes, emprunte de plus en plus ses formulations à la langue parlée et non à la seule langue écrite, avec interpellations, injonctions, questions, abréviations, expression familières orales, etc.1 La frontière entre les deux est de moins en moins étanche.

Une mise en exergue

9Face à l’excès de connaissances et de nouvelles qui nous submerge tous, le rôle des journaux n’est pas seulement de savoir trouver l’information mais de savoir en perdre à bon escient, pour en présenter au lecteur une réduction absorbable. Dans l’espace réduit de la pagination d’un magazine, cette sélection peut prendre deux formes : celle qui consiste à donner l’essentiel, en faisant la synthèse, en reconstituant les grandes articulations, en commentant les implications. Et celle qui consiste à prélever le meilleur sous sa forme originelle, que ce soit la meilleure photo, la meilleure citation, le meilleur extrait, le meilleur moment, le temps fort sans les temps morts. Bref, une logique typique de la modernité : celle du best of, démarche métonymique où la partie est censée rendre compte du tout, que l’on trouve aussi à l’œuvre à la télévision (les « meilleurs moments », le bêtisier, etc.), dans l’industrie du disque (la compil), en passant par l’édition (retour en force des livres d’extraits ou de citations). Et qui culmine sur Internet à la fois dans la démarche même de consultation des moteurs de recherche grâce aux mots clés qui font tomber directement sur le « pitch » de ce qu’on recherche, et sur des sites tels que DailyMotion ou YouTube qui ne sont constitués que d’extraits.

Une mise en séquence de l’image

10L’image, que ce soit la photo, l’illustration ou l’infographie, est de plus en plus souvent décomposée en série : par exemple avant/après, ou la fragmentation d’une scène. Et le texte est de plus en plus souvent incrusté dans l’image, avec des phrases dans des bulles, des flèches pour focaliser l’attention sur un détail, des cartouches qui pénètrent le cadre, au lieu de la séparation des registres classique entre image et commentaire ou légende, chacun ayant son espace propre.

Une mise en récit

  • 2 Dans un autre domaine certains politiques l’ont bien compris, qui pratiquent le « storytelling » s (...)

11Elle vaut pour l’image, on vient de le voir, mais elle vaut aussi pour le texte. De manière générale les magazines recourent de plus en plus à la narration plutôt qu’à la description ou à l’explication. Plus exactement, la narration est le procédé qui permet de produire, comme bénéfice secondaire, de la description ou de l’explication2. Cette manière d’écrire passe souvent par une entrée par les personnes (que ce soient des gens connus ou non) plutôt que par une entrée par les institutions, les circonstances, les lieux, etc. La mise en récit est d’une certaine manière une réponse à la montée des valeurs d’émotion par rapport aux valeurs de démonstration dans le discours des autres médias, radio et surtout télévision, en ce qu’elle permet plus directement de faire jouer l’empathie avec le lecteur.

Une mise en action

12La presse magazine se situe sur un registre de plus en plus pratique. Et pas seulement la presse spécialisée ou les rubriques explicitement servicielles de la presse généraliste. Cela va plus loin : plutôt que d’écriture pratique, il faudrait ici parler d’écriture pragmatique, où les questions sont posées dans les termes mêmes où les gens se les posent (même si ce ne sont pas les bons), et où les réponses se décomposent comme des modes d’emploi (le pour, le contre, où, quand, pourquoi, comment, etc.). Bref, où les problèmes complexes, parfois même insolubles ou qui méritent au minimum d’être resitués dans un contexte plus large, sont décomposés en une série de petits problèmes apparemment solubles. On peut parler de « fragmentation utilitariste » ou pour dire les choses de manière plus simple, on est passé d’une culture des problèmes à une culture des solutions.

13La presse magazine, beaucoup plus souple que le livre, beaucoup plus réflexive sur elle-même que la presse quotidienne (où l’urgence du bouclage l’emporte sur la recherche d’une « mise en scène » du texte) est aujourd’hui un véritable laboratoire des nouvelles manières d’écrire. Et de lire.

Les comportements de lecture : pour une approche sociologique

14L’analyse des contenus éditoriaux reste purement théorique (ou rhétorique) si elle ne s’accompagne pas d’une restitution de ce que les gens en font, c’est-à-dire d’une analyse en réception. L’approche ne peut être ici que qualitative, afin de rendre compte au plus près des manières dont les jeunes adultes s’approprient – ou ne s’approprient pas – les objets de lecture qui leur sont proposés, des compétences qu’ils mettent en œuvre pour les lire, et des affects qu’ils y investissent.

Trois pistes de recherche

La séquence des âges de la vie

15Nous l’avons dit en introduction, cette période de 15 à 30 ans – pourtant brève – est celle de tous les changements et de tous les ajustements : changement de cadre avec le départ du domicile parental ; changement de sociabilité avec la mise en couple, après essais et erreurs ; changement de statut avec l’entrée dans la vie active, après stages et cdd. Et possibles désajustements entre ces trois registres. Il est donc particulièrement intéressant de voir comment la lecture de presse magazine, qui est à la fois une presse d’identification et une presse de mode de vie, accompagne ces mutations, voire les nourrit. Et comment le rapport à l’écrit traverse cette période de tous les dangers, à la fois en termes de pertes et d’acquisitions.

La nature du « contrat de lecture »

16Le « contrat de lecture » est ce qui se construit entre le lecteur et son journal, au fil des numéros. Au-delà des simples catégories classiques d’émission et de réception, c’est bien de lien qu’il s’agit et dont il faut rendre compte. Tout journal construit une communauté, celle des autres qui le lisent, dans laquelle chacun se projette ou non. Et tout journal est un mélange d’imprévisibilité (l’événement qui survient) et de prévisibilité (la rubrique qui l’accueille, les formes récurrentes de son traitement) qui fait qu’on s’attend à ce qui vous surprend. Nous avons vu que souvent les jeunes adultes empruntent les journaux plus qu’ils ne les achètent, saisissant des occasions de les lire (parce qu’ils « tombent dessus ») plus qu’ils ne les provoquent. Derrière les pratiques de lecture dont le seul dénombrement quantitatif postule implicitement l’équivalence, l’enquête qualitative permet de retrouver une distinction qui est centrale dans le champ des comportements culturels, entre l’intérêt et le désir. L’intérêt est ce qui fonde l’usage, lecture ou consultation. C’est une pratique circonstancielle qui tient principalement aux sujets traités. Le désir est ce qui fonde l’appropriation, c’est-à-dire la répétition ou l’achat. C’est une pratique investie, qui tient d’abord à la relation qui s’établit entre le magazine et le lecteur et au registre qui fonde cette relation. Au fond, pour dire les choses autrement, le contrat de lecture ce n’est pas simplement quand, en refermant mon magazine, je suis content de l’avoir lu, mais quand, en le refermant, je suis en manque du suivant.

La mise en contexte

  • 3 Bernard Lahire, La Culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La (...)

17L’étude des comportements de lecture de la presse magazine ne peut être séparée de la pratique des deux autres formes d’écrit et d’information : l’écrit imprimé sous sa forme livre, et l’écrit volatil de l’écran d’Internet. Car contrairement à ce qu’on croit parfois, ce sont les mêmes publics qui passent de l’un à l’autre : au sein de la presse, des titres « nobles » à ceux qui le sont moins ; au sein de la sphère de l’information, de la presse à Internet. Et c’est dans ces générations des jeunes adultes que se manifeste le plus couramment ce que Bernard Lahire appelle la « dissonance culturelle3 », la pratique simultanée d’objets culturels de niveau de légitimité très différents, voire dont les publics sont censés s’exclure.

18L’arrivée à maturité des jeunes adultes coïncide historiquement avec l’arrivée à maturité d’un nouveau médium, Internet, qui n’existait pas il y a quinze ans. Ce n’est pas simplement un nouveau support, le dernier d’une lignée qui a vu successivement émerger la presse écrite, puis la photographie, puis le cinéma, puis la radio et enfin la télévision, sans qu’aucun ne se substitue aux autres, mais seulement redéfinisse leur territoire. C’est un médium intégrateur, qui inclut et peut diffuser tous les autres, écrit, son, image. Il est donc absolument essentiel de bien comprendre comment sont rendus aujourd’hui par cette génération les arbitrages entre l’écrit imprimé et Internet, les magazines constituant sans doute, par leur diversité et par leur capacité d’adaptation, une passerelle entre l’un et l’autre particulièrement pertinente à étudier.

Notes

1 Et pas simplement pour rendre compte de propos rapportés.

2 Dans un autre domaine certains politiques l’ont bien compris, qui pratiquent le « storytelling » sur le mode de leurs homologues américains, pour favoriser justement leur reprise par les médias.

3 Bernard Lahire, La Culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte 2004.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable