Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes adultes et la presse magazine

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Paola Spaventa
, 
Amandine Pellizzari

La lecture de la presse magazine par les jeunes adultes : état des lieux quantitatif

Chapitre III. La lecture de presse des jeunes adultes depuis 10 ans : une évolution préoccupante

Jean-François Barbier-Bouvet

Texte intégral

1La presse connaît depuis un certain nombre d’années une évolution doublement préoccupante : baisse des revenus publicitaires (qui entraine une réduction des coûts, donc des effectifs, donc de la pagination et de la qualité de l’information) et baisse de l’audience. Le phénomène touche particulièrement les journaux dits d’« information générale » (quotidiens comme magazines), mais pas seulement. Et il n’est pas uniquement imputable à la montée de la concurrence d’Internet, du moins en France où la crise a commencé avant les années 2000. Même si le Web a de toute évidence accéléré la crise.

  • 1 L’enquête aepm existe depuis beaucoup plus longtemps, mais la méthodologie a changé de manière imp (...)

2Quelles formes particulières prend ce mouvement tendanciel pour la population qui nous intéresse ici ? Nous avons la chance de disposer dans l’aepm de séries longues sur l’audience des magazines. Il a été possible de remonter jusqu’à 19991 pour comparer l’évolution de la structure des lectorats sur ces dernières années.

3Intéressons-nous d’abord aux grandes masses. Les résultats sont impressionnants : on a assisté au cours de ces dix dernières années à un double mouvement de la lecture de la presse magazine :

  • Une baisse de l’audience en volume pour la moitié des titres qui existaient à l’époque. Pour ne rien dire de ceux qui ne figurent plus dans l’enquête parce qu’ils ont disparu entre temps. Sur les 100 titres déjà présents en 1999 :
    • 28 ont connu une croissance de leur audience globale (supérieure à 5 %) ;
    • 16 sont restés stables (entre -5 % et + 5 % d’évolution) ;
    • 56 ont vu leur audience baisser sensiblement (-5 % et au-delà), soit plus d’un sur deux.
  • Un vieillissement du lectorat de la majorité des titres, avec un déplacement du centre de gravité générationnel vers les plus âgés. En termes d’affinité, la génération des jeunes adultes connaît un tassement net :
    • 11 magazines ont vu la proportion des 15-29 ans au sein de leur lectorat augmenter en valeur relative2, soit seulement un sur dix ;
    • 19 gardent une pyramide des âges assez stable ;
    • 70 connaissent un recul (en valeur relative) de la fraction la plus jeune de leur lectorat, soit sept sur dix.

4Le second mouvement redouble donc le premier, en l’amplifiant : le non-renouvellement du public par les générations les plus jeunes, même pour des titres dont l’audience globale ne baisse pas, fait redouter l’amorce d’une spirale du déclin.

5Si un certain nombre de « vieux » journaux, ceux qui ont été créés il y a plus de dix ans, ont tendance à devenir des journaux de vieux, toute la presse ne se résume pas à cela. C’est un monde où des titres disparaissent mais où d’autres se créent en permanence.

  • 3 Closer, Public, addx, CineLive, fhm, Glamour, Jeux Video Magazine, Joystick, Maximal, Series Mag, (...)

6Un très grand nombre des magazines qui ont vu le jour depuis 2000 et ont atteint une taille suffisante pour entrer dans le champ de l’enquête figurent dans la liste de tête des deux premiers groupes en affinité positive avec les 15-29 ans (cf. chapitre précédent)3. Le public, en matière de presse magazine, ne se renouvelle donc pas tant par l’adaptation des contenus des journaux existants que par la création de nouveaux journaux. Il vient explicitement les nouvelles générations d’adultes qui arrivent sur le « marché » de la lecture. D’une certaine manière, la généalogie des titres est un facteur explicatif important de la démographie des lecteurs.

7Évidemment, les choses sont toujours plus complexes que ce qu’une analyse générale peut laisser penser. Et il existe aussi des phénomènes contre-tendanciels. D’où la nécessité d’un examen plus attentif des évolutions propres à chaque titre. Après s’être demandé dans la première partie de ce rapport, de manière synchronique, quels sont les journaux « jeunes » aujourd’hui, on peut reposer la question de manière diachronique : quels sont les journaux qui rajeunissent ?

  • 4 Nous n’avons pas fait figurer dans le tableau la totalité des titres pour ne pas hypothéquer la li (...)

8L’examen attentif, magazine par magazine, de leur évolution globale en volume (l’audience totale) et de leur évolution particulière en affinité (la part des 15-29 ans dans leur lectorat), sur l’ensemble de ces dix dernières années et pour l’ensemble des titres, produit des tableaux particulièrement volumineux. Pour pouvoir les interpréter et les présenter clairement nous les simplifierons en distinguant, sur chacun de nos deux critères (volume et affinité), les titres qui progressent, ceux qui sont stables et ceux qui régressent. Puis nous croiserons les deux échelles pour aboutir à une typologie, à l’intersection de laquelle on peut repérer neuf groupes de magazines (cf. tableau 17)4.

Tableau 17. Typologie des évolutions du lectorat

Tableau 17. Typologie des évolutions du lectorat
  • 5 Pour alléger le graphique, nous n’avons pas reporté les magazines de télévision sur le schéma : to (...)

9L’impression visuelle immédiate est que la colonne de droite, qui rassemble les titres dont l’affinité avec les 15-29 ans a reculé au fil des années, est particulièrement bien remplie. Plus précisément le groupe le plus nombreux se trouve en bas et à droite : il rassemble les journaux qui à la fois perdent des lecteurs et, parmi les lecteurs qui restent, voient reculer la proportion de jeunes adultes. Ce cercle vicieux augure mal de l’avenir, au moins à long terme, même si certains de ces titres restent des « poids lourds » de la presse, avec des diffusions très importantes. On y trouve pèle-mêle beaucoup de magazines de télévision5, des titres culturels (Télérama, Première, Lire, Pariscope et L’Officiel des Spectacles, Photo), un certain nombre de féminins (Prima, Modes & Travaux, Avantages, Femme Actuelle, Maxi, Nous Deux), mais aussi quelques titres qui gardent pourtant une forte affinité élective avec le public des jeunes adultes, mais avec un tassement de leur prévalence (Première, svm, Onze Mondial, Newlook, L’Auto-Journal).

10À l’opposé, du côté du cercle vertueux des magazines qui à la fois touchent plus de gens et voient augmenter en leur sein la proportion de 15-29 ans, il n’y a pas grand monde. Cinq magazines seulement : Cosmopolitan, Courrier International, Biba, Vogue et Glamour. Et un peu plus loin Vocable. Autant dire des exceptions au sein d’une évolution globale de la lecture de presse écrite en France dont cette typologie fait apparaître le caractère extrêmement préoccupant.

11Mais tous les magazines ne figurent pas dans la diagonale du tableau comme on aurait pu s’y attendre. Quelques groupes de titres sont particulièrement intéressants parce que les évolutions respectives des deux principaux critères de lecture – l’audience et l’affinité – sont contre-tendancielles :

  • des magazines qui, quoique reculant en audience globale, progressent en termes de rajeunissement du public : deux titres anciens – Marie France et Sport Auto – et trois titres de création récente dans l’univers du people/ trash – One, Choc et Fan 2 – qui, après un démarrage en fanfare, se tassent un peu mais simultanément voient leur profil de lectorat rajeunir ;
  • des magazines qui ont amélioré leur audience globale au cours de ces dix dernières années mais connaissent pourtant un recul relatif de la fraction la plus jeune de leur lectorat : ils conquièrent un nouveau public dans les classes d’âge déjà touchées, plutôt qu’ils ne le renouvellent dans les classes d’âge émergentes. Parmi eux on trouve le magazine qui a connu la plus forte croissance de ces dernières années (Psychologies), un news (Marianne), un people de la « maturité » (Gala) et un people plus agressif (Entrevue), et trois magazines scientifiques (Sciences & Vie, Sciences & Avenir, Ça m’intéresse).

12Nous n’allons pas passer en revue tous les magazines ni toutes les cases de la typologie. Nous renvoyons le lecteur au tableau. Son utilité principale est de faire apparaître les phénomènes de fond du déplacement du lectorat en général, et du lectorat des jeunes adultes en particulier. Elle est aussi de permettre de repérer quelques titres emblématiques de ces différents mouvements à l’œuvre aujourd’hui dans la lecture de la presse française et de les sélectionner pour alimenter la phase suivante de la recherche.

Notes

1 L’enquête aepm existe depuis beaucoup plus longtemps, mais la méthodologie a changé de manière importante en 1999. Pour pouvoir faire des comparaisons « toutes choses égales par ailleurs » nous ne remonterons donc pas en deçà.

2 Mode de calcul : sachant que sur la même période les 15-19 ans ont baissé de – 7,4 % en valeur relative au sein de la population française adulte âgée de 15 ans et plus, on a considéré comme un recul significatif toute évolution négative supérieure au double de l’évolution démographique (– 14,8 %) et comme positive toute évolution supérieure à 0 %.

3 Closer, Public, addx, CineLive, fhm, Glamour, Jeux Video Magazine, Joystick, Maximal, Series Mag, Sport, pc Jeux, Plus, Fan 2, Infocrèches, Infobébés, One.

4 Nous n’avons pas fait figurer dans le tableau la totalité des titres pour ne pas hypothéquer la lisibilité de l’ensemble. Les magazines les moins pertinents pour notre problématique « jeunes adultes » n’y figurent donc pas (par exemple : Notre Temps, Le Revenu Français, Rustica, Cuisine et Vins de France, La Vie, etc.). D’autre part nous avons ajouté dans la typologie les titres de création postérieure à 1999, en précisant entre parenthèses la date à partir de laquelle les données sont disponibles dans l’enquête. L’affectation de ces magazines récents aux zones de croissance, de stabilité ou de baisse a été faite en recalculant l’écart de leurs évolutions par rapport aux évolutions démographiques moyennes des 15-29 ans sur cette période plus restreinte, donc en ajustant les bornes statistiques.

5 Pour alléger le graphique, nous n’avons pas reporté les magazines de télévision sur le schéma : tous connaissent une baisse globale d’audience, ou au mieux une relative stabilité (tv Magazine et tv Hebdo, les deux suppléments des quotidiens). Et tous connaissent simultanément un vieillissement de leur lectorat, sauf Téléloisirs et Téléstar où la proportion de 15-29 ans se maintient en valeur relative même si la diffusion recule.

Table des illustrations

Titre Tableau 17. Typologie des évolutions du lectorat
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable