Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes adultes et la presse magazine

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Paola Spaventa
, 
Amandine Pellizzari

La lecture de la presse magazine par les jeunes adultes : état des lieux quantitatif

Chapitre I. Cadrage général : la lecture de la presse magazine aujourd’hui

Jean-François Barbier-Bouvet

Texte intégral

1Avant de plonger dans l’analyse détaillée des 175 magazines pris en compte par l’enquête, situons d’abord de manière globale la familiarité que les jeunes adultes entretiennent avec la presse.

2Deux indicateurs permettent d’en rendre compte :

  • un indicateur quantitatif de volume : le nombre de titres lus par individu au cours de la dernière période ;
  • un indicateur plus qualitatif d’implication : le plus ou moins grand intérêt qu’ils déclarent accorder à la pratique de la lecture de la presse.

3Si les deux sont évidemment corrélés, ils ne sont pas substituables : on peut ne lire que peu de magazines mais avec avidité, ou en parcourir beaucoup mais avec nonchalance ou distance.

La presse magazine, un média tout terrain

4Il existe des magazines sur à peu près tous les sujets. Et dans tous les lieux : sur leurs points de vente bien sûr, mais aussi dans les familles, dans les lieux publics, les salles d’attente, les bibliothèques, soigneusement présentés ou abandonnés là en attendant le lecteur suivant. Difficile d’y échapper, même si on en n’en achète pas soi-même, ou si on a un rapport plutôt distant à la lecture.

Lecteurs et non-lecteurs

  • 1 Cf. plus haut la définition de la Lecture Dernière Période (l.d.p)

5Le cumul de l’audience des 175 titres grand public de l’enquête donne d’ailleurs des résultats impressionnants : 91,5 % des 15-29 ans ont lu (ou consulté, ou parcouru) au moins un magazine au cours de sa dernière période de parution1. Cette universalité du contact avec la presse ne leur est d’ailleurs pas propre : ce chiffre s’élève à 93 % chez les plus de 30 ans. Les jeunes sont donc légèrement en retrait, si on peut parler de retrait à ce niveau de dissémination d’un objet culturel…

6On est loin en tout cas des scores de l’autre forme d’imprimé, le livre : la même enquête dénombre 19 % de non-lecteurs absolus de livres parmi les jeunes adultes : ils n’ont tenu aucun ouvrage en main, quelle qu’en soit la nature, au cours de l’année. Près d’un sur cinq. Proportion qui s’élève à un peu plus de 40 % si on y adjoint ceux qui n’en ont ouvert qu’un ou deux (cf. tableau 5, p. 12).

Le nombre de titres lus

7Autre manière de rendre compte de la plus ou moins grande présence de la presse dans leur univers : le nombre moyen de magazines lus par les 15-29 ans, toujours au cours de leur période de parution. Il s’élève à 7,5 titres différents.

  • 2 La coupure est nettement plus importante avec l’univers de la presse quotidienne, du moins pour le (...)

8Certes ce chiffre cumule à la fois la lecture intensive (en continuité) et la lecture extensive (le feuilletage) mais il atteste clairement d’un double phénomène culturel essentiel pour comprendre le rapport au média : la familiarité de cette génération avec la presse. Et son éclectisme : quand ils lisent, les jeunes ne se limitent pas à un ou deux titres de prédilection seulement. Familiarité et éclectisme qu’ils partagent avec les autres générations, dont le nombre moyen de titres lus est très proche. Même si, on le verra plus loin, il ne s’agit pas des mêmes journaux. Il n’y a donc pas de coupure des jeunes adultes avec l’univers des magazines2, comme on le croit parfois. Les différences entre générations en matière de lecture de presse sont beaucoup plus qualitatives que quantitatives.

9Pour autant, la tranche d’âge 15-29 ans n’est pas homogène, on s’en doute. Malgré le caractère très massif de l’indicateur utilisé, on voit poindre des premières nuances, qui deviendront de véritables différences quand on examinera les résultats titre par titre :

  • Le nombre de titres lus s’élève avec l’âge :
    • 15-19 ans : 7,4
    • 20-24 ans : 7,6
    • 25-29 ans : 7,9
  • Il est plus important chez les femmes (8,2) que chez les hommes (7,0) ;
  • Il s’établit à un niveau plus élevé pour ceux qui ont fini leurs études, qu’ils aient trouvé du travail ou non (8) que chez ceux qui sont encore élèves ou étudiants (7,2).

Le goût pour la lecture

L’implication

  • 3 Posée chaque année jusqu’en 2005, elle a été abandonnée il y a trois ans. Audipresse envisage de l (...)

10Second indicateur global après la pratique « objective » : le goût pour la pratique. L’enquête de l’aepm posait à tous les interviewés une série de questions sur les centres d’intérêt, formulée ainsi : « De manière générale, êtes-vous personnellement intéressé(e) par les activités suivantes […,] ? Très intéressé, assez intéressé, peu intéressé, pas intéressé du tout3 ». Suivait une liste de thèmes où l’on retrouve, dans un inventaire hétérogène, aussi bien les visites culturelles, les fêtes de famille, la radio et la tv, Internet, les ballades en forêt, le bricolage, etc. Et la lecture de la presse.

Tableau 1. Sont intéressés par la lecture des journaux et des magazines

Tableau 1. Sont intéressés par la lecture des journaux et des magazines

11Nous l’avons vu, quasiment toute la génération est en contact avec les magazines. Pourtant 22 % (soit près d’un jeune sur quatre) manifestent un désintérêt explicite pour cette forme de lecture, même s’ils la pratiquent à l’occasion.

12Restent 78 % qui disent s’y intéresser. Ce devrait être rassurant. Mais ce bilan « globalement positif » cache en réalité une certaine fragilité du lien à la presse : parmi les jeunes adultes, seul un sur quatre (26 %) manifeste un fort attachement (« très »). Les autres, c’est-à-dire la majorité (52 %) font état d’un goût modéré (« assez ») pour cette forme de lecture. On pourrait parler ici de « familiarité bienveillante », mais certainement pas de passion.

13Ces chiffres prennent évidemment tout leur sens en valeur relative, comparés à ceux des autres générations. Paradoxalement, le goût pour la presse ne suit pas une fonction linéaire, croissante ou décroissante avec l’âge. En réalité, il est plus fort aux deux extrêmes de l’échelle des âges : chez les moins de 30 ans et chez les plus de 60 ans, et plus faible entre les deux.

Tableau 2. Intérêt pour la lecture des journaux et magazines selon l’âge (ensemble de la population)

Tableau 2. Intérêt pour la lecture des journaux et magazines selon l’âge (ensemble de la population)
  • 4 O. Donnat et F. Lévy, Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques, d.e.p/ Cu (...)

14On peut faire l’hypothèse que si les scores sont apparemment identiques chez les plus jeunes et chez les plus âgés, les raisons en sont radicalement différentes. Les enquêtes du ministère de la Culture4 ont montré que les pratiques de lecture de presse des plus âgés se situent dans le prolongement d’habitudes acquises lorsqu’ils avaient entre 20 et 30 ans, pratiques qui se sont maintenues au cours de l’existence. Il s’agit donc d’un effet de génération et non d’une répercussion du vieillissement. Chez les 15-29 ans, on est plutôt sur un effet d’âge : le chiffre de 26 % de forts amateurs de presse dans cette tranche d’âge est une moyenne. En réalité, il varie très sensiblement au fil des ans : maximum chez les 15-19 ans, il baisse ensuite chez les 20-24 ans, puis chez les 25-29 ans, signifiant là une déprise progressive qui atteindra son étiage après 30 ans. Ce qui n’est pas très rassurant pour l’avenir.

Tableau 3. Intérêt pour la lecture des journaux et magazines selon l’âge (jeunes adultes)

Tableau 3. Intérêt pour la lecture des journaux et magazines selon l’âge (jeunes adultes)

15La presse n’en est pas pour autant délaissée, mais elle perd des aficionados ou des lecteurs motivés au fur et à mesure de l’entrée dans la vie étudiante puis professionnelle, et de l’éloignement du domicile familial qui assurait pour beaucoup une mise à disposition des journaux des parents.

16Remettons maintenant ces chiffres dans un contexte plus large : comment le goût pour la presse se situe-t-il par rapport au goût pour quelques autres pratiques d’information et de lecture ?

17Nous comparerons ici le « cœur de cible » de chaque activité, c’est-à-dire les jeunes adultes qui se déclarent « très intéressés » par elle.

Tableau 4.Sont très intéressés par… %

Tableau 4.Sont très intéressés par… %

18Certes on compare ici des choses qui ne sont pas exactement comparables, et en tout cas pas substituables. Mais il n’est pas interdit de les hiérarchiser puisqu’il s’agit de préférence et non de fréquence de pratique, comme les hiérarchisent d’ailleurs les jeunes eux-mêmes quand ils en parlent.

19En tête, le goût pour la musique (68 %), pratique typiquement générationnelle et hautement identitaire. Ce n’est guère surprenant.

20Plus surprenante en revanche, au milieu du graphique (autour de 45 %), la similarité des scores de la radio et de la télévision. Cela ne signifie pas nécessairement que les jeunes adultes y passent un temps équivalent mais qu’ils sont aussi nombreux à beaucoup apprécier l’un et l’autre.

  • 5 Proportion de jeunes adultes disant s’intéresser beaucoup à la navigation sur Internet : 21 % en 1 (...)

21À peu près au même niveau (44 %) apparaît le goût pour la navigation sur Internet. Ces données datent malheureusement un peu puisque cette question n’a pas été posée depuis 2006. Mais on peut faire des hypothèses, à partir de la progression croissante des réponses positives au cours des années antérieures : en prolongeant la courbe5, elle serait aujourd’hui sensiblement plus haute, sans doute autour de 53 %.

  • 6 Rappelons encore une fois qu’il s’agit ici du goût prononcé pour ces pratiques, c’est-à-dire des j (...)

22L’imprimé arrive enfin en bas du classement des goûts. Aussi bien le livre que la presse6. Le livre (30 %) passe même devant la presse (26 %), qui arrive bonne dernière. Pourtant, la pratique des journaux est objectivement plus importante que la pratique des livres : alors qu’on ne compte que 8,5 % de non-lecteurs absolus de magazines dans cette génération, on trouve 19 % de non-lecteurs de livres (voire même 42 % si on y ajoute ceux qui ne lisent qu’un ou deux livres par an) :

Tableau 5. Lecture de livres par les 15-29 ans

Tableau 5. Lecture de livres par les 15-29 ans

23Ce décalage paradoxal fait apparaître simplement une chose : la lecture de livres, moins répandue, est plus investie par ceux qui la pratiquent que la lecture de presse, pourtant généralisée dans cette génération.

Pratiques associées : le livre et Internet

Lecture de presse et lecture de livres

24Poursuivons le rapprochement des deux formes d’appétence pour l’imprimé en construisant une petite typologie de l’intensité de l’intérêt accordé à l’un et/ou à l’autre.

Tableau 6. Typologie du goût pour la lecture

Tableau 6. Typologie du goût pour la lecture
  • Les « papivores », ceux qui cumulent un intérêt fort à la fois pour la lecture de presse et pour la lecture de livres, ou au moins un intérêt fort pour un des deux conjointement à un intérêt sensible pour l’autre, représentent le tiers de cette génération (34 %). Parmi lesquels le « cœur du cœur de cible », c’est-à-dire ceux qui déclarent être très intéressés par les deux à la fois, s’élève à 15 %.
  • Derrière viennent les « amateurs modérés », soit le quart des jeunes adultes (23 %). Ils expriment un intérêt mesuré pour les deux formes d’imprimé, n’en rejetant aucune mais ne marquant pas pour autant une attraction forte pour l’une ou l’autre.
  • Deux autres catégories méritent d’être isolées : les jeunes adultes qui jettent leur dévolu sur l’une des deux formes d’imprimé à l’exclusion de l’autre. Avec une dissymétrie intéressante à noter : ceux qui privilégient la presse et rejettent le livre (22 %) sont trois fois plus nombreux que ceux qui privilégient le livre et n’ont aucun goût pour la presse (8 %).
  • Quant aux « papiphobes » déclarés, la lecture est totalement sortie de leur champ d’intérêt, à supposer qu’elle y ait jamais figuré. Ils représentent 14 % de cette génération, soit un jeune adulte sur sept.

Lecture de presse et Internet

25Aujourd’hui plus de 50 % des jeunes adultes se déclarent « très intéressés » par la navigation sur Internet. Soit deux fois plus que ceux qui se déclarent très intéressés par la lecture de presse. En fait, ils pratiquent les deux mais ils n’investissent pas de la même manière l’une et l’autre. Nous avons vu plus haut que la très grande majorité des 15-29 ans est en contact avec la presse : 91,5 % lisent ou consultent des magazines, et le nombre moyen de titres lus est de 7,5. Il en va de même pour Internet : la très grande majorité l’utilise :

Tableau 7. Fréquence d’utilisation d’Internet par les 15-29 ans

Tableau 7. Fréquence d’utilisation d’Internet par les 15-29 ans

26On aimerait pouvoir analyser plus finement l’usage simultané de la presse et d’Internet dans les domaines d’information qui leur sont communs. Mais nous n’avons pas accès dans l’enquête aepm à des indicateurs sur la nature des activités effectuées (information, réseaux sociaux, recherche de renseignements, etc.). Les résultats de la prochaine enquête sur les pratiques culturelles des Français nous donneront sans doute des éléments plus précis. En attendant, faute de mesurer directement la nature de l’usage, on ne peut approcher que le niveau de l’implication. En comparant le goût pour la navigation sur Internet et le goût pour la lecture de presse. Comme nous l’avons fait pour le livre, il est possible d’esquisser le même genre de typologie. Les résultats sont évidemment très différents :

Tableau 8. Typologie du goût pour la presse et Internet

Tableau 8. Typologie du goût pour la presse et Internet
  • Les plus nombreux (44 %) pourraient être qualifiés de « bilingues » : ils apprécient simultanément la lecture de presse et la navigation sur Internet, et passent sans doute sans problème de l’un à l’autre.
  • Les deux groupes d’exclusifs sont cette fois à égalité : 16 % pour ceux 15 qui ont un goût prononcé pour la presse et peu pour Internet, et 14 % Cadrage général pour ceux qui aiment beaucoup Internet et n’ont pas d’atomes crochus avec la presse. On peut penser que la proportion de ces derniers va croître (ce sont ici les chiffres de 2005), car le taux de raccordement des foyers à Internet continue d’augmenter sensiblement alors que la diffusion des journaux stagne ou décroît.
  • Quant à ceux qui ne trouvent aucun goût ni à l’un ni à l’autre, ils sont franchement minoritaires (8 %).

Notes

1 Cf. plus haut la définition de la Lecture Dernière Période (l.d.p)

2 La coupure est nettement plus importante avec l’univers de la presse quotidienne, du moins pour les quotidiens payants, comme le montre l’enquête annuelle epiq également réalisée par Audipresse.

3 Posée chaque année jusqu’en 2005, elle a été abandonnée il y a trois ans. Audipresse envisage de la réintroduire dans ses prochaines enquêtes. Ces chiffres s’avérant relativement stables d’une année sur l’autre, nous considérerons donc que les dernières données disponibles sont encore pertinentes aujourd’hui.

4 O. Donnat et F. Lévy, Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques, d.e.p/ Culture et Prospectives, juin 2007.

5 Proportion de jeunes adultes disant s’intéresser beaucoup à la navigation sur Internet : 21 % en 1999, 27 % en 2000, 31 % en 2001, 33 % en 2002, 37 % en 2003, 40 % en 2004, 44 % en 2005.
Cette progression considérable est évidemment directement liée à la montée du taux d’équipement dans les foyers (cf. l’enquête annuelle de l’arcep).

6 Rappelons encore une fois qu’il s’agit ici du goût prononcé pour ces pratiques, c’est-à-dire des jeunes adultes qui se disent « très intéressés ». Si on y ajoute le goût modéré (« assez intéressés »), on atteint évidemment des scores beaucoup plus élevés. C’est la différence entre ce qu’on a appelé une « familiarité bienveillante » et une véritable appétence.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Sont intéressés par la lecture des journaux et des magazines
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau 2. Intérêt pour la lecture des journaux et magazines selon l’âge (ensemble de la population)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tableau 3. Intérêt pour la lecture des journaux et magazines selon l’âge (jeunes adultes)
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau 4.Sont très intéressés par… %
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau 5. Lecture de livres par les 15-29 ans
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau 6. Typologie du goût pour la lecture
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Tableau 7. Fréquence d’utilisation d’Internet par les 15-29 ans
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 8. Typologie du goût pour la presse et Internet
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/994/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable