Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes adultes et la presse magazine

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Paola Spaventa
, 
Amandine Pellizzari

La lecture de la presse magazine par les jeunes adultes : état des lieux quantitatif

Introduction. Méthodologie

Jean-François Barbier-Bouvet

Texte intégral

Définition de l’univers

1Il se publie aujourd’hui en France plus de 70 000 « périodiques ». La plupart n’ont qu’un public limité et un rythme de parution aléatoire (on pourrait les appeler des « irrégulomadaires »).

  • 1 Source : Tableaux statistiques de la presse, édition 2008. Direction du développement des médias, (...)
  • 2 Et 105 quotidiens, qui n’entrent pas dans le champ de cette recherche.

2En réalité, si on se réfère au dénombrement officiel établi par la Direction du développement des médias1, on ne compte en 2008 que 4 754 journaux qui peuvent prétendre à une certaine stabilité et à une certaine diffusion. D’où il faut encore retrancher environ 1 500 journaux professionnels qui ne concernent pas le grand public, et plus de 600 journaux d’annonces qui ne proposent pas réellement de contenu rédactionnel2. Restent donc environ 2 500 magazines.

3Même ainsi recadrée, la définition de la presse reste trop large pour être pertinente dans le cadre d’une analyse de la réception et de la lecture : beaucoup de titres n’ont pas une diffusion et une visibilité suffisantes pour être accessibles dans la majorité des kiosques ou des maisons de la presse. Nous nous calerons donc sur l’offre qui est potentiellement accessible à tous. Soit moins de 200 titres de toutes périodicités (hebdomadaires, bimensuels, mensuels, bimestriels et trimestriels).

Définition de la génération

4Qu’appelle-t-on « jeune adulte » ? Toute construction de catégorie est par nature arbitraire, car elle fixe des seuils et introduit des classes discontinues dans un continuum. Faut-il commencer à 15 ans, à 18 ans ou à 20 ans ? En sort-on à 30 ans, à 35 ans ? Sans compter que même s’il existe des points d’inflexion évidents ou des changements de statut à certains moments de la vie, ils ne surviennent pas au même moment pour tous selon les milieux sociaux, les contextes urbains, les hommes et les femmes, etc. Reste que, pour être opérationnel, il faut bien en passer par là. Et introduire des coupures qui permettent épistologiquement à l’analyse de conduire d’un raisonnement individuel par âge à un raisonnement collectif par génération.

  • 3 Cf. Olivier Galland : Sociologie de la jeunesse, Armand Colin, 2004.
  • 4 Pour être plus précis nous subdiviserons cette période, chaque fois que faire se peut, en trois so (...)

5Nous avons donc retenu la tranche des 15-30 ans. Cette coupure n’est pas tout à fait arbitraire, on s’en doute : 15 ans est le moment où on commence à lire les journaux des adultes (à commencer par ceux de ses parents) et pas seulement la presse pour les jeunes. Et se succèdent entre 15 et 30 ans les phases de présence dépendante, puis de présence indépendante au foyer parental, et enfin d’indépendance. Soit un changement de statut sur trois registres essentiels : l’habitat (départ du foyer), la sexualité (mise en couple) et l’activité (entrée dans la vie professionnelle). Longtemps, ces trois phases ont coïncidé : on quittait le foyer des parents pour se marier quand on avait trouvé du boulot. Cette simultanéité a volé en éclats depuis longtemps déjà3. Et la désynchronisation tend à s’accentuer : on reste chez ses parents alors qu’on a trouvé du travail ou qu’on est déjà en couple, on se met en couple plusieurs fois avant de trouver le bon, on démarre par un travail durablement instable, des stages et des cdd… Bref, entre 15 et 30 ans il se passe beaucoup de choses, et souvent en ordre dispersé4. Au-delà de 30 ans, dans la majorité des cas, les situations commencent à se stabiliser sur les trois fronts (logement, couple et arrivée des enfants, travail). L’interrogation centrale de l’étude devient donc : comment, au cours de cette période, la lecture de la presse et en particulier la lecture de la presse magazine – parce qu’elle est le plus souvent une presse de mode de vie et de centres d’intérêt –, accompagne ou n’accompagne pas ces changements. Et comment les pratiques successives, qu’il s’agisse d’acquisition ou de perte, préparent les stabilisations ultérieures.

Définition de la lecture

6En matière de presse, on confond souvent plusieurs notions :

  • Le tirage, qui correspond au nombre d’exemplaires imprimés.
  • La diffusion, qui correspond au nombre d’exemplaires vendus (au numéro ou par abonnement). La diffusion réelle est toujours inférieure au tirage de départ, parfois de beaucoup, car la mise en place est nécessairement supérieure aux ventes, ne serait-ce que pour assurer une présence et une visibilité minimum en kiosque. Cet indicateur de diffusion est pertinent pour rendre compte du poids économique réel de chaque titre. Mais il ne nous dit rien, ou très indirectement, sur la lecture. Car chaque exemplaire acheté circule entre plusieurs personnes au sein du foyer et dans les cercles de sociabilité, pour ne rien dire des exemplaires mis à disposition (salles d’attente, bibliothèques, etc.). Le nombre de lecteurs par numéro varie généralement de 3 à 10, selon les titres et les familles de presse, mais il peut être encore supérieur pour certains magazines. Bref, les lecteurs sont toujours beaucoup plus nombreux que les exemplaires.
  • La lecture. La notion peut paraître a priori évidente : c’est l’acte qui consiste à se plonger dans un journal. À y regarder de près, ce n’est pas si simple : compte-t-on les personnes qui ont vraiment lu tout le magazine, ou bien au moins un minimum d’articles, ou bien prend-on aussi celles qui n’en ont lu qu’un seul ? Et que fait-on de ceux qui n’ont que feuilleté, mais en regardant toutes les photos et en lisant leurs légendes ? Et s’il ne s’agit pas du numéro en cours mais d’un vieux numéro qui traînait ? Et quelle période retenir : la lecture d’un seul numéro d’un magazine au cours de l’année suffit-elle à définir quelqu’un comme lecteur ?
  • 5 Même s’il ne s’agit pas toujours du dernier numéro paru.

7L’étude sur laquelle nous avons travaillé permet de rendre un certain nombre d’arbitrages. Nous nous appuierons sur la notion centrale de Lecture Dernière Période (l.d.p) : il s’agit de la lecture d’un numéro d’un magazine au cours de la dernière semaine écoulée pour un hebdomadaire, de la dernière quinzaine pour un bimensuel, du dernier mois pour un mensuel, etc5.

8Par « lecture » nous retiendrons une définition extensive, qui correspond à la question : « Avez-vous personnellement lu, parcouru ou consulté un numéro de [telle revue], que ce soit chez vous ou ailleurs ? »

L’enquête AEPM

9Il s’agit d’une enquête barométrique annuelle commandée par les éditeurs et par les annonceurs, par l’intermédiaire d’une structure professionnelle collégiale nommée Audipresse. Le terrain est réalisé conjointement par trois instituts de sondage : la sofres, isl et ipsos, au domicile des personnes interrogées.

10L’échantillon est de 24 000 personnes, représentatives de la population française âgée de 15 ans et plus, sélectionnées selon la méthode des quotas. Ce corpus considérable permet de disposer d’un nombre suffisant de jeunes adultes de 15 à 29 ans (5 450) pour les analyser séparément. L’enquête porte sur les 175 principaux titres de la presse magazine.

11Nous avons eu accès à la banque de données-source, ce qui a permis de faire des analyses fines par titre et par sous-population, ainsi que d’effectuer les croisements qui nous paraissaient pertinents. Que les responsables d’Audipresse, et en particulier son directeur des études, en soient ici remerciés.

Notes

1 Source : Tableaux statistiques de la presse, édition 2008. Direction du développement des médias, Premier ministre.

2 Et 105 quotidiens, qui n’entrent pas dans le champ de cette recherche.

3 Cf. Olivier Galland : Sociologie de la jeunesse, Armand Colin, 2004.

4 Pour être plus précis nous subdiviserons cette période, chaque fois que faire se peut, en trois sous-ensembles : les 15-19 ans, les 20-24 ans et les 25-29 ans.

5 Même s’il ne s’agit pas toujours du dernier numéro paru.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter