Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des pauvres à la bibliothèque

 | 
Serge Paugam
, 
Camila Giorgetti

Présentation

Texte intégral

« Le paradis, à rien douter, n’est qu’une immense bibliothèque. »
Gaston Bachelard.

  • 1 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut citer, par exemple, l’ouvrage de Leslie Edmond et Glen E. (...)

1L’image de l’analphabétisme ou de l’inculture est souvent associée à la pauvreté, si bien que le titre de cet ouvrage peut surprendre : il peut sembler aller de soi que les pauvres sont peu habilités à fréquenter les bibliothèques. Il leur manquerait les ressources élémentaires pour se fondre dans un espace destiné au savoir et à la culture. Après avoir connu des difficultés d’apprentissage à l’école, ils seraient voués à se tenir à distance de ces lieux qui, alors même qu’ils sont souvent ouverts à tous, les prédisposeraient à s’y sentir étrangers, un peu comme si leur place n’y était pas entièrement légitime. Les travaux sociologiques sur l’accès à la culture ont si souvent démontré le poids des inégalités sociales que la question même des pauvres en bibliothèque pourrait paraître quelque peu étrange. Ne sait-on pas déjà que les pauvres sont victimes d’une domination de classe et qu’ils ont intériorisé le stigmate de leur condition ? Pourtant, même si cela peut paraître paradoxal, les pauvres sont présents dans les bibliothèques publiques et souvent beaucoup plus qu’on ne l’imagine. C’est alors que la question elle-même prend la forme d’une énigme. Comment se fait-il que les pauvres fréquentent ces lieux alors que tout paraît les condamner d’avance à y tenir une place marginale, à y être dévalorisés socialement ? Cette question se pose en France comme dans de nombreux autres pays, comme en témoignent de nombreuses publications récentes, notamment en anglais, sur le sujet1.

  • 2 Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri (1re éd. en anglais, 1923), Paris, Armand Colin, 2 (...)

2La question des usagers en situation de pauvreté économique ou relationnelle dans les bibliothèques publiques n’est toutefois pas récente. Déjà dans les années 1920 aux États-Unis, dans sa célèbre enquête sur Le Hobo, Nels Anderson avait constaté que si les vagabonds, sans doute quelque peu intimidés et gênés par leur accoutrement ordinaire, hésitaient à entrer dans les bibliothèques publiques, certains d’entre eux perdaient peu à peu ces premiers scrupules. Il avait remarqué que plusieurs, sans doute les plus zélés, s’étaient initiés à ce lieu pendant la période hivernale, lorsqu’ils étaient contraints de venir s’y réfugier. La salle de lecture de presse de la Bibliothèque municipale de Chicago était devenue leur retraite favorite pendant les journées les plus froides, et elle était aussi, pour eux, un lieu de repos agréable pendant les chaleurs des mois d’été2.

  • 3 Richard Hoggart, La Culture du pauvre (1re éd. en anglais sous le titre The Uses of Literacy, 1957 (...)

3Richard Hoggart abordait également cette question en Angleterre dans les années 19503. Il remarquait que des vieillards erraient dans les bibliothèques en quête d’un peu de compagnie, mais aussi tout simplement parce qu’ils y trouvaient des sièges et un peu de chaleur. Il rapportait même des observations faites dans une bibliothèque de Belfast où certains des vieux lecteurs tentaient de faire subrepticement sécher leurs chaussettes sur les tuyaux du chauffage central, au risque de se retrouver à la rue si le bibliothécaire les surprenait. Les bibliothèques municipales de cette époque étaient déprimantes, ces lieux étaient sombres et, surtout, de nombreuses affiches noires sur fond blanc, rédigées sur un mode impératif, énuméraient les points du règlement, notamment ceux destinés à prohiber certains comportements jugés indésirables.

  • 4 Christophe Evans, Agnès Camus, Jean-Michel Cretin, Les Habitués. Le microcosme d’une grande biblio (...)

4La situation actuelle n’est plus comparable. La Bibliothèque publique d’information (Bpi) du Centre Pompidou est un espace démocratique conçu comme tel par ses fondateurs, y compris dans sa conception architecturale. L’accès au savoir et à la culture au sein de cet espace public est pour tous, sans restriction, sans distinction de classes ou de catégories4. Les savants, ceux dont le savoir et la culture peuvent être jugés légitimement comme supérieurs, ne sont pas traités en privilégiés. C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison que les personnes les moins dotées en capital culturel peuvent s’y sentir à l’aise et faire l’expérience d’une appartenance à une communauté ouverte qui les protège et les valorise. Dans les faits, cette bibliothèque située dans l’un des lieux culturels les plus prestigieux de la capitale se rapproche des bibliothèques universitaires par sa taille (plus de 10 000 m2 d’espaces publics sur trois niveaux), l’abondance et la diversité du fonds disponible et par son public majoritaire : les étudiants représentent à eux seuls environ les deux tiers des effectifs. Mais elle est aussi fréquentée, depuis sa création en 1977, par des personnes en situation de pauvreté, voire d’extrême pauvreté. Certaines d’entre elles y ont pris leurs habitudes profitant des facilités d’accès et de l’esprit d’ouverture qui y règne. Par ailleurs, si le règlement stipule, par exemple, que « les personnes en état d’ébriété ou celles dont l’hygiène ou le comportement sont susceptibles d’être une gêne pour les usagers ou pour le personnel ne sont pas autorisées à accéder à la bibliothèque », il est d’usage de l’appliquer de façon assez souple, ne fût-ce que pour rester fidèle aux principes fondateurs. La présence de ces publics ne passe évidemment pas inaperçue. Il suffit de se connecter aux forums spontanés créés sur Facebook par des étudiants pour s’en rendre compte. Ces derniers y commentent souvent avec ironie l’attitude des usagers les plus marginalisés qu’ils rencontrent quotidiennement et qui deviennent par la force des choses des personnages emblématiques de la Bpi. Au-delà de cette minorité qui n’échappe à personne, les bibliothécaires, de leur côté, découvrent chaque jour, par des contacts discrets et une fois la confiance établie, que certains usagers sont en grande difficulté alors que rien, dans leur apparence, ne pouvait le laisser deviner. Enfin, les enquêtes menées par le Service des études et de la recherche de la Bpi auprès des usagers de l’espace Autoformation ou auprès des jeunes migrants afghans qui fréquentent la bibliothèque ont permis de vérifier l’importance et la diversité des besoins et des attentes d’usagers en situation de précarité parmi les publics de la bibliothèque. Mais ces études restaient partielles et un état des lieux s’imposait. C’est dans cet esprit que l’enquête à l’origine de ce livre nous a été confiée.

LES PAUVRES DANS L’ESPACE PUBLIC

  • 5 Serge Paugam, Les Formes élémentaires de la pauvreté, Paris, Puf, coll. « Le Lien social », 2005 ; (...)

5Chaque société définit et donne un statut social distinct aux populations qu’elles jugent vulnérables en choisissant de leur venir en aide, tel est le postulat de départ de l’analyse sociologique de la pauvreté5. Ce qui intéresse avant tout le sociologue, ce n’est donc pas la pauvreté, ni les pauvres ou les précaires entant que tels, comme réalité sociale substantialisée, mais la relation d’assistance – et donc d’interdépendance – entre eux et la société dont ils font partie. Certes, la bibliothèque du Centre Pompidou n’est pas un service social, mais en appliquant à la lettre le principe fondateur d’ouverture à tous publics, elle assume, au moins indirectement et sans en avoir formellement la mission, un rôle d’accueil des pauvres, si bien que ces derniers peuvent fréquenter cette structure au même titre que les accueils de jour, mis en place par des associations ou institutions d’action sociale dans la plupart des arrondissements parisiens.

6La catégorie des pauvres la plus visible dans l’espace public, celle dont on parle le plus, est incontestablement la catégorie des sans-abri ou sans-domicile. Il existe aujourd’hui une abondante documentation sur cette population. Les grands instituts de statistique publique réalisent même régulièrement des enquêtes pour en estimer l’effectif et mieux connaître ses caractéristiques sociodémographiques. À la bibliothèque du Centre Pompidou, elle ne passe pas non plus inaperçue. On serait même tenté de lui accorder une priorité tant il paraît surprenant de pouvoir y rencontrer régulièrement des personnes mal vêtues, sales, transportant plusieurs sacs de plastique et dégageant fréquemment sur leur passage une odeur repoussante. Leur seule présence intrigue. Notre intérêt dans cette enquête ne se limite pas toutefois à cette catégorie. Il nous a semblé préférable de prendre en considération l’ensemble des personnes pouvant être confrontées au processus de disqualification sociale, tel que celui-ci a pu être étudié à partir des années 1980 et qui comporte plusieurs phases – la fragilité, la dépendance et la rupture –, comme nous le rappellerons un peu plus avant.

7Avant de délimiter les hypothèses explicatives de la présence des pauvres dans la bibliothèque du Centre Pompidou, il convient de s’interroger, d’une part, sur la place qu’ils occupent dans l’espace public de façon plus générale et, d’autre part, sur les spécificités parisiennes de la pauvreté.

Une mise à distance

  • 6 Guillaume le Blanc, L’Invisibilité sociale, Paris, Puf, coll. « Pratiques théoriques », 2009.
  • 7 Ces cinq facteurs ont également été retenus comme hypothèses de travail dans une enquête internati (...)

8Participer à la vie publique implique d’être visible socialement. Or non seulement les pauvres ne comptent pas, tant ils sont victimes d’un processus de disqualification sociale, mais ils sont aussi le plus souvent repoussés le plus loin possible des lieux où s’exerce le pouvoir, où se prennent les décisions collectives, où se développent les relations sociales et la culture, où l’on accède à la consommation (dans les galeries commerciales et les shoppings raffinés des centres-ville par exemple). Tout se passe comme si l’espace urbain refoulait d’emblée les populations indésirables en s’efforçant, par un processus efficace de mise à distance, de les rendre invisibles6. Cinq facteurs généraux peuvent expliquer ce phénomène7.

  • 8 Robert Castel, L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ? Paris, Seuil, coll. « La Républiq (...)

9L’effet de l’insécurité et du sentiment d’insécurité. Cette mise à distance des plus pauvres peut s’expliquer tout d’abord par la peur que cette population, aux contours mal définis, suscite dans l’espace social. Peur d’être victime de vol, peur d’être agressé physiquement ou verbalement, peur d’être manipulé par les experts en escroquerie, les raisons de se protéger ne manquent pas. Jamais autant qu’au cours des dernières années, la sécurité des magasins, mais aussi des immeubles privés n’a été aussi renforcée. Les vigiles se multiplient et la recherche de protection dans un entre-soi affinitaire et entièrement sécurisé ne cesse de s’imposer comme une norme, non seulement dans les franges de l’élite, mais aussi parmi les classes moyennes. Se protéger des catégories que l’on appelle désormais couramment les « nouvelles classes laborieuses » est devenu si banal que s’en émouvoir et y résister font figure de la plus totale insouciance. Poser la question de l’insécurité sociale peut paraître toutefois paradoxal tant nous vivons dans des sociétés parmi les plus sûres qui aient jamais existé. Les protections sont civiles au sens où elles garantissent plus ou moins les libertés fondamentales et la sécurité des biens et des personnes dans le cadre d’un État de droit. Elles sont aussi sociales au sens où elles couvrent contre les principaux risques susceptibles d’entraîner une dégradation de la situation des individus, notamment la maladie, l’accident, la vieillesse, le chômage… Selon Robert Castel, « l’insécurité moderne ne serait pas l’absence de protections, mais plutôt leur envers, leur ombre portée dans un univers social qui s’est organisé autour d’une quête sans fin de protections ou d’une recherche éperdue de sécurité8 » : la recherche de protections est infinie et suscite inévitablement de perpétuelles frustrations. Si les sociétés modernes sont ainsi construites sur le terreau de l’insécurité, c’est parce que les individus qui les habitent ne trouvent, ni en eux-mêmes, ni dans leur entourage immédiat, la capacité d’assurer leur protection. On pourrait alors comprendre la recherche de l’entre soi comme l’angoisse – sans doute en partie disproportionnée, notamment en France – que suscite l’image médiatique de ces nouvelles classes dangereuses au sein et à la périphérie des villes.

  • 9 Camila Giorgetti, Moradores de rua : uma questão social ?, São Paulo, Educ-Fapesp, 2006, et Poder (...)
  • 10 Marie Loison-Leruste, Habiter à côté des SDF. Représentations sociales et attitudes à l’égard des (...)
  • 11 La frontière entre le pur et l’impur dans les représentations des personnes précaires peut sans do (...)

10La question de l’hygiénisme. Les historiens ont montré, aussi bien en France que dans d’autres pays, que l’élite bourgeoise a souvent cherché à s’affranchir de la présence des pauvres en se réservant des espaces privilégiés dans la ville. Les quartiers où s’entassent les pauvres ont été décrits comme des espaces sales, puants et mal tenus, susceptibles de transmettre des infections et des maladies contre lesquelles il faut se prémunir. Se préserver est une attitude moins fréquente qu’au xixe siècle au moment où se posait dans les pays industrialisés la question du paupérisme. Néanmoins, l’espace public des métropoles reste toujours traversé par des pauvres très mal logés ou sans domicile. Cette question se pose, bien entendu, dans les grandes métropoles des pays en voie de développement où les problèmes sanitaires révèlent de profondes inégalités et où la mise à distance des sans-domicile relève d’une attitude hygiéniste tenace9. Mais on retrouve aussi cette préoccupation dans les villes françaises. Marie Loison-Leruste a réalisé une enquête ethnographique et statistique auprès de personnes vivant à proximité de centres d’accueil et d’hébergement d’urgence en Île-de-France10. Sa thèse interroge les représentations sociales « ordinaires » et les attitudes à l’égard des « SDF ». Sources tout à la fois de fascination, de dégoût, de peur, de sentiment de compassion ou de pitié, les personnes sans domicile se trouvent parfois confrontées à l’hostilité des habitants d’un quartier quand elles deviennent une menace pour la tranquillité de ces derniers. Elles sont alors stigmatisées et font l’objet de discriminations, dont les fondements reposent sur des représentations sociales partagées, définissant ces individus comme « indésirables ». Le regard porté sur cette population, les comportements éventuels de rejet et les stratégies de distinction sociale trouvent une légitimité dans des formes de « compassion sélective » : tous les sans-domicile ne « méritent » pas d’être aidés et une hiérarchie des stigmates s’établit pour distinguer le « bon » SDF du « mauvais »11.

  • 12 Serge Paugam, Marion Selz, « La perception de la pauvreté en Europe depuis le milieu des années 19 (...)
  • 13 Claudia Maria Girola, De l’homme liminaire à la personne sociale. La lutte quotidienne des sans-ab (...)

11La naturalisation de la pauvreté. Une autre façon de justifier la mise à distance des pauvres dans l’espace public est de considérer cette population comme distincte du corps social par ses caractéristiques propres. Il s’agit d’une croyance diffuse selon laquelle les pauvres ne seraient pas aptes à occuper certaines fonctions sociales en raison notamment de leurs faibles capacités intellectuelles. Autrement dit, ils ne seraient que le produit d’ « inégalités biologiques » dont il n’y aurait aucune raison de s’émouvoir. Dans son expression la plus radicale, la naturalisation de la pauvreté conduit à l’ostracisme à l’égard de catégories jugées naturellement inférieures et dont la fréquentation est peu recommandable, voire nuisible. La représentation des pauvres comme des paresseux ou des perpétuels assistés pourrait être aussi l’expression de cette tendance à rechercher la cause de la pauvreté dans la nature des êtres. Ainsi cette perception de la pauvreté s’oppose à l’idée selon laquelle les pauvres seraient les victimes d’un système injuste12. La naturalisation de la différence n’est pas seulement une représentation des plus riches à l’égard des plus pauvres. Elle peut s’exprimer dans toutes les couches de la société et d’ailleurs peut-être de façon encore plus directe parmi les milieux culturellement proches des pauvres jugés indésirables. Dans son enquête ethnographique, Claudia Girola a examiné avec attention comment la Maison de Nanterre, structure d’accueil et d’hébergement des SDF, a été considérée comme un obstacle à la réhabilitation du quartier populaire « Le Petit Nanterre » où elle est située13. Les habitants de ce quartier fortement stigmatisé à partir des années 1980 ont cherché à se distinguer de cette population hébergée en soulignant en termes parfois violents son altérité irréductible, ce que les responsables du projet de ville et les élus en charge de la réhabilitation du quartier ont abondamment relayé dans l’espace public.

  • 14 Léon Bourgeois, Solidarité, 1re éd., 1896, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 1998.
  • 15 Serge Paugam, Nicolas Duvoux, La Régulation des pauvres, Paris, Puf, coll. « Quadrige », 2008.

12Affaiblissement de la conscience de la solidarité et hypervalorisation du mérite. Au-delà de la naturalisation de la pauvreté, on peut penser que la place des populations précaires dans l’espace public dépend de la conscience non seulement des inégalités, mais de l’urgence de les atténuer au nom de la solidarité. En France, à la suite de Léon Bourgeois, la doctrine du solidarisme repose sur l’idée que la justice ne peut exister entre les hommes que s’ils deviennent des associés solidaires en neutralisant entre eux les risques auxquels ils sont confrontés14. Cette socialisation du risque a pris ainsi le pas sur la notion de responsabilité individuelle. Pour les solidaristes de la fin du xixe siècle, la responsabilité est donc avant tout collective ou sociale. Elle passe à la fois par la reconnaissance de l’ensemble des facteurs sociaux des inégalités et la recherche de moyens pour les réduire. Le progrès social est jugé à ce prix. Cette doctrine du solidarisme rencontre aujourd’hui de nombreuses oppositions. La mise en avant de la notion de mérite et la stigmatisation des assistés contribuent progressivement à en saper les fondements. La banalisation du discours sur les « profiteurs » de l’assistance conduit à créer un climat de suspicion à l’égard des populations qui sollicitent les services d’action sociale, lesquels sont appelés à renforcer les contrôles et à responsabiliser, voire à moraliser, ces « clientèles » jugées peu légitimes15.

  • 16 Émile Durkheim, L’Éducation morale, Paris, Puf, 1963 ; nouv. éd., coll. « Quadrige. Grands textes  (...)

13La préservation de l’ordre moral. Enfin, les représentations de la pauvreté qui conditionnent la place des précaires dans l’espace public sont sans doute aussi en partie déterminées par la volonté de certaines couches sociales de s’accorder sur les fondements d’un ordre moral conforme à l’idée qu’elles ont de la cohésion sociale au sein de leur quartier de résidence. Elles sont attachées à un esprit de discipline, au sens d’une éducation morale, qu’elles ne peuvent imaginer trouver qu’au sein de leur territoire protégé et en partie retranché des autres zones de la ville. Selon Durkheim, deux éléments apparaissent dans le maintien d’un ordre moral : « D’abord, puisque la morale détermine, fixe, régularise les actions des hommes, elle suppose chez l’individu une certaine disposition à vivre, une existence régulière, un certain goût de la régularité […]. En second lieu, puisque les règles morales ne sont pas simplement un autre nom donné à des habitudes intérieures, puisqu’elles déterminent la conduite du dehors, et impérativement, il faut pour leur obéir, et, par conséquent, pour être en état d’agir moralement, avoir le sens de cette autorité sui generis qui leur est immanente. Il faut, en d’autres termes, que l’individu soit constitué de manière à sentir la supériorité des forces morales dont la valeur est plus forte que la sienne, et à s’incliner devant elles16. » En suivant cette analyse, on pourrait faire l’hypothèse que les catégories sociales supérieures, mais aussi les classes moyennes, loin de pouvoir imposer aux catégories populaires et a fortiori aux pauvres l’ordre moral auquel elles sont attachées, chercheraient alors à le préserver de toutes les forces subversives susceptibles de se répandre à proximité de leur quartier ou dans les espaces urbains qu’elles fréquentent. Au chaos de la ville, aux violences qui la traversent et au délitement normatif des quartiers pauvres s’opposerait ainsi le sens de l’ordre, de l’autorité et de la régularité. La barrière sociale aurait alors comme fonction de préserver, non seulement le statut social, mais aussi l’ordre moral.

14Tout porte à penser que ces cinq facteurs se conjuguent pour rendre la place des pauvres dans l’espace public sinon illégitime, du moins inopportune. Ce processus de mise à distance sociale ne peut que renforcer la précarité de celles et ceux qui en sont déjà profondément affectés.

Les spécificités des formes de la pauvreté à Paris

15Les formes de la pauvreté sont-elles différentes à Paris et dans les autres villes ? Puisque la France est un pays centralisé, on serait tenté de répondre spontanément par la négative. À Paris, on applique les mêmes lois sociales qu’en province. Le montant du RSA (Revenu de solidarité active), par exemple, est défini de façon homogène sur l’ensemble du territoire métropolitain. Autant les mécanismes de désignation des pauvres que les logiques globales d’intervention auprès de ces derniers sont par conséquent semblables d’un lieu à l’autre. Il est également probable que le processus de disqualification et de mise à distance sociale des pauvres recouvre des formes similaires dans les grandes villes et dans les petites. Cela dit, il apparaît assez clairement que les institutions d’action sociale parisiennes sont confrontées à des problèmes spécifiques et qu’elles doivent souvent envisager des réponses adaptées, lesquelles finissent par donner à la relation d’assistance et à la pauvreté une forme particulière.

16Le problème du logement est plus criant encore dans la capitale que dans les autres villes françaises. Il est donc assez logique de constater que parmi les allocataires du RSA la proportion de ceux qui ont des enfants à charge y est nettement plus faible. Les familles pauvres sont refoulées de la capitale car elles ne peuvent y trouver un logement adapté. Faute de mieux, on les accepte de plus en plus régulièrement dans des centres d’hébergement d’urgence pourtant le plus souvent conçus pour des personnes seules. Le nombre de logements sociaux y est insuffisant et la gestion financière de ce parc incite les bailleurs à y installer les personnes qui leur paraissent les plus solvables.

17Plus de 75 % des allocataires du RSA à Paris sont des personnes seules contre moins de 60 % sur l’ensemble de la métropole. Parmi eux, une très forte majorité d’hommes, souvent logés dans des conditions extrêmement précaires : hébergements d’urgence, squats, logements insalubres, etc. Parmi cette population, il faut noter une frange importante de personnes ayant perdu les liens avec leur famille. Venus à Paris pour échapper au chômage de longue durée, elles n’y ont trouvé que des emplois de courte durée et n’ont pu éviter la spirale de la précarité. Les travailleurs sociaux accueillent aussi dans leurs services des artistes en attente de contrat, des intermittents du spectacle désormais, et malgré eux, engagés dans une carrière d’assistés. Enfin, la capitale attire aussi désormais de nombreuses personnes issues des pays de l’Est, souvent sans abri et sans protection sociale.

18La forte présence de personnes seules parmi les plus pauvres est un effet direct de la politique du logement. Mais elle fait surgir aussi des problèmes nouveaux. Puisque cette population est hébergée dans des centres d’urgence et que cette demande ne cesse de croître, les pouvoirs publics et les associations cherchent à accroître les capacités d’accueil dans ce type de structures, mais ils se heurtent souvent à l’attitude hostile des habitants des quartiers où elles sont installées. Ces derniers, on l’a vu, se sentent en insécurité par la présence continue de ces pauvres près de chez eux et font régulièrement pression auprès des élus pour que ces centres soient déplacés hors de leur environnement immédiat.

19Il est très probable que les populations en difficulté qui fréquentent la bibliothèque du Centre Pompidou soient, au moins en partie, le reflet de ces spécificités parisiennes des formes de pauvreté. L’enquête réalisée nous a en effet permis de vérifier l’importance de personnes seules, souvent des hommes, mais aussi, on y reviendra, de personnes à la fois cultivées et marginalisées, artistes ou intellectuels en situation de précarité, à la recherche d’une hypothétique reconnaissance dans le monde des lettres et des arts, et, aussi, des personnes sans abri et dépendant des services d’action sociale.

LA BIBLIOTHÈQUE DU CENTRE POMPIDOU : UN ESPACE PUBLIC D’EXCEPTION ?

20Cette analyse globale, si elle n’est pas fausse, présente toutefois l’inconvénient de présenter l’espace public comme un tout homogène. Tous les lieux publics n’adoptent pas forcément le même règlement et sont plus ou moins accueillants aux populations pauvres. Les parcs publics, par exemple, se méfient toujours des sans-abri et des vagabonds qui seraient tentés de s’y installer longuement, voire d’y passer la nuit, mais ceux qui sont situés dans les quartiers bourgeois pratiquent un contrôle plus strict et manifestent une attitude significativement plus hostile à l’égard de cette population. Tout se passe comme si les intérêts des habitants de ces quartiers riches seraient menacés par la seule présence de ces gens indésirables, par le risque de contamination et de souillure qu’ils seraient susceptibles de transmettre à l’ensemble des résidents. À l’opposé de ces parcs hyper-contrôlés, ceux qui sont situés dans des lieux jugés moins nobles, comme par exemple ceux qui, à Paris, jouxtent le périphérique, peuvent plus facilement devenir des lieux-ressources pour des sans-abri dont certains parviennent même, comme nous avons pu le vérifier, à y dormir la nuit avec le consentement implicite des gardiens. Il en va de même pour les bibliothèques publiques. Certaines d’entre elles sont plus sélectives que d’autres. Les étudiants savent la différence qui existe entre la BNF ou la Bibliothèque Sainte-Geneviève, lieux exprimant une conception relativement élitiste de la culture et de la recherche, et la Bibliothèque du Centre Pompidou qui incarne, au contraire, depuis sa création, une politique d’ouverture sans condition. La Bpi est-elle un espace public particulier permettant aux populations précaires de s’y sentir bien accueillies ? Pour vérifier si ces dernières sont ou ne sont pas mises à distance à la Bpi comme elles le sont dans l’espace public en général, essayons de cerner avant tout leurs attentes à l’égard de cette structure.

Les différents types d’attentes

21L’objectif le plus ordinaire d’une bibliothèque est de permettre à ses usagers d’accéder au savoir et à la culture, mais on peut penser que les usagers en difficulté viennent y trouver des moyens de satisfaire de façon prioritaire des besoins primaires, notamment physiologiques. Alors qu’il peut faire froid à l’extérieur, la Bpi offre la garantie d’être au chaud, de se sécher ou de faire sécher ses vêtements, de pouvoir s’asseoir sur des sièges confortables, d’accéder facilement aux toilettes, etc.

  • 17 P. Lazarsfeld, M. Jahoda, H. Zeisel (1981), Les Chômeurs de Marienthal (1re éd. en anglais, 1933), (...)

22La Bpi peut aussi constituer pour les personnes en difficulté un espace organisateur du temps, notamment pour des personnes en retrait du marché de l’emploi. On sait depuis l’enquête de Lazarfeld et de son équipe dans les années 1930 que le chômage a un effet sur la vie sociale. Il peut se traduire par une restriction considérable de l’espace-temps. Les chômeurs de Marienthal (petite commune d’Autriche où l’enquête a été réalisée) « se sont habitués à posséder moins, à entreprendre moins et à espérer moins que ce qui est considéré comme nécessaire à une existence ordinaire17 ». Alors que cette bourgade industrielle était autrefois particulièrement animée avec sa vie culturelle, son théâtre, ses clubs de sports, son Carnaval, etc., elle est devenue monotone et immobile. Le travail à l’usine était le centre de la vie sociale au sens où il apportait aux travailleurs non seulement une activité et une rémunération, mais aussi une raison d’être, un sentiment d’utilité et une reconnaissance sociale. D’une façon générale, c’est la communauté dans son ensemble qui est devenue lasse. Le rétrécissement du champ d’activité a transformé le fonctionnement de certaines institutions (la bibliothèque municipale, les clubs de loisirs, le théâtre, etc.) et a atteint progressivement la vie privée des chômeurs. Même si le chômage entraîne toujours aujourd’hui une dégradation du niveau de vie, un affaiblissement de la vie sociale, une marginalisation vis-à-vis des autres travailleurs – autant d’effets qui peuvent se cumuler et aboutir à une situation d’extrême pauvreté à la limite de la rupture sociale –, il est devenu une expérience plus ordinaire à laquelle il est possible de résister. Vivre au chômage dans une grande ville comme Paris n’est pas non plus comparable à l’expérience de ces chômeurs de Marienthal vivant repliés dans une bourgade isolé en milieu rural. On peut donc faire l’hypothèse que la Bpi peut offrir aux pauvres une possibilité de reconquête de l’espace-temps et leur assurer ainsi un cadre protecteur.

23La Bpi peut être un lieu de résistance au stigmate. Pour des personnes en difficulté, entrer et être acceptées dans une bibliothèque publique sont les signes qu’elles ne sont pas identifiées comme appartenant à une catégorie spécifique. Alors que nombre d’entre elles font l’expérience de l’infériorité de leur statut lorsqu’elles s’adressent à des services sociaux où elles sont d’emblée catégorisées comme « pauvres » – ce qui leur fait prendre conscience qu’elles appartiennent peu ou prou au monde des assistés et qu’elles portent inévitablement le poids d’un stigmate social –, elles peuvent librement entrer et s’installer à la Bpi et se fondre progressivement dans l’anonymat des lecteurs. À la Bpi, il n’existe pas de dispositifs catégoriels ou de filières spécifiques pour les pauvres ou les exclus, ce qui peut déjà constituer pour elles un mode de résistance à la stigmatisation.

  • 18 Serge Paugam, Le Lien social, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? », 2009. La fonction de lien socia (...)

24La Bpi offre la possibilité d’une quasi-appartenance à une communauté. Richard Hoggart insistait sur le fait que les vieillards pauvres et isolés étaient en quête de compagnie lorsqu’ils erraient dans les bibliothèques publiques. Certes, la sociabilité dans ces lieux est assez limitée puisqu’il y est recommandé de ne pas parler, seulement de chuchoter, avec les autres lecteurs. Mais, on peut faire l’hypothèse que l’anonymat n’y est pas total, en particulier pour les habitués qui finissent par être connus des bibliothécaires et qui peuvent aussi retrouver chaque jour des visages familiers. Pour certains, cette interconnaissance progressive peut se traduire quotidiennement par des échanges de sourires et de salutations cordiales. Le lien social ne se mesure pas exclusivement par des relations interpersonnelles intenses. Il se traduit aussi par des appartenances à des groupes plus ou moins indéfinis et des participations symboliques à des fonctionnements sociaux jugés légitimes et ordinaires. On pourrait donc faire l’hypothèse que la Bpi peut permettre aux personnes en difficulté de renforcer le lien de participation élective18. Ils choisissent de venir dans cet endroit et d’être en interaction avec des lecteurs qu’ils ne connaissent probablement pas, mais avec qui ils peuvent partager une commune identification au lieu et sans doute une commune appréciation des services qu’il offre. Parler d’une appartenance complète à une communauté serait trop fort, mais force est de constater que la fréquentation régulière de la bibliothèque peut s’en rapprocher et offrir aux usagers précaires aussi bien une forme de protection et de reconnaissance que l’on retrouve dans le lien communautaire.

25Pour des usagers en difficulté, la Bpi peut aussi être le lieu unique où ils peuvent accéder à l’actualité, soit par la presse, soit par Internet. Ils peuvent y rechercher aussi bien les informations locales que nationales ou internationales. Les chômeurs, d’après Hoggart, venaient dans les bibliothèques publiques pour y lire dans la presse les offres d’emploi. On peut penser que cette fonction instrumentale n’a pas disparu aujourd’hui. Pour la population d’origine étrangère, la Bpi peut être le lien qui les attache via Internet à leur pays d’origine.

  • 19 Ce constat a été fait dans le travail ethnographique effectué par Camila Giorgetti dans une struct (...)

26Enfin, la bibliothèque peut aussi offrir, ne fût-ce que de façon temporaire, un moyen d’appropriation de l’espace. Rester à la même table plusieurs heures dans une journée laisse au lecteur la possibilité de disposer autour de lui des objets familiers : livres, journaux, cahiers, trousses, crayons, etc. Cet espace temporairement approprié peut procurer un certain bien-être pour des personnes qui n’ont pas la possibilité de trouver habituellement leur place dans l’espace public. Installés à leur table de travail, les usagers en difficulté peuvent d’ailleurs se livrer à d’autres activités que la lecture. Certains SDF écrivent des lettres, des histoires ou même des poèmes19.

27Au-delà de l’énumération des ces différents types d’attente, il convient, pour pouvoir les analyser en profondeur, ancrer cette recherche sur les pauvres de la bibliothèque dans la problématique de la fragilité des liens sociaux.

La bibliothèque sous l’angle des liens sociaux

28Les pauvres qui fréquentent la Bpi viennent dans ce lieu public ouvert à tous pour y trouver les deux sources fondamentales de chaque type de lien social que sont la protection et la reconnaissance. Les liens sont multiples et de nature différente, mais ils apportent tous aux individus à la fois la protection et la reconnaissance nécessaires à leur existence sociale. La protection renvoie à l’ensemble des supports que l’individu peut mobiliser face aux aléas de la vie (ressources familiales, communautaires, professionnelles, sociales…), la reconnaissance renvoie à l’interaction sociale qui stimule l’individu en lui fournissant la preuve de son existence et de sa valorisation par le regard de l’autre ou des autres. L’expression « compter sur » résume assez bien ce que l’individu peut espérer de sa relation aux autres et aux institutions en termes de protection, tandis que l’expression « compter pour » exprime l’attente, tout aussi vitale, de reconnaissance. Quatre grands types de liens sociaux peuvent être distingués : le lien de filiation, le lien de participation élective, le lien de participation organique et le lien de citoyenneté.

29Au-delà des questions juridiques qui entourent la définition du lien de filiation, les sociologues, mais aussi les psychologues, les psychologues sociaux et les psychanalystes, insistent sur la fonction socialisatrice et identitaire de ce lien. Il contribue à l’équilibre de l’individu dès sa naissance puisqu’il lui assure à la fois protection – soins physiques – et reconnaissance – sécurité affective. Le lien de participation élective relève de la socialisation extra-familiale au cours de laquelle l’individu entre en contact avec d’autres individus qu’il apprend à connaître dans le cadre de groupes divers et d’institutions. Les lieux de cette socialisation sont nombreux : le voisinage, les bandes, les groupes d’amis, les communautés locales, les institutions religieuses, sportives, culturelles, etc. Au cours de ses apprentissages sociaux, l’individu est à la fois contraint par la nécessité de s’intégrer, mais en même temps autonome dans la mesure où il peut construire lui-même son réseau d’appartenances à partir duquel il pourra affirmer sa personnalité sous le regard des autres. Le lien de participation organique se distingue du précédent en ce qu’il se caractérise par l’apprentissage et l’exercice d’une fonction déterminée dans l’organisation du travail. Selon Durkheim, ce qui fait le lien social dans les sociétés modernes – la solidarité organique –, c’est avant tout la complémentarité des fonctions, laquelle confère à tous les individus, aussi différents soient-ils les uns des autres, une position sociale susceptible d’apporter à chacun à la fois la protection élémentaire et le sentiment d’être utile. L’expression « avoir un travail » signifie pour les salariés la possibilité de l’épanouissement dans une activité productive et, en même temps, l’assurance de garanties face à l’avenir. On peut donc définir le type idéal de l’intégration professionnelle comme la double assurance de la reconnaissance matérielle et symbolique du travail et de la protection sociale qui découle de l’emploi. Enfin, le lien de citoyenneté repose sur le principe de l’appartenance à une nation. Dans son principe, la nation reconnaît à ses membres des droits et des devoirs et en fait des citoyens à part entière. Dans les sociétés démocratiques, les citoyens sont égaux en droit, ce qui implique, non pas que les inégalités économiques et sociales disparaissent, mais que des efforts soient accomplis dans la nation pour que tous les citoyens soient traités de façon équivalente et forment ensemble un corps ayant une identité et des valeurs communes. Le lien de citoyenneté est fondé aussi sur la reconnaissance de la souveraineté du citoyen. On trouve donc à nouveau dans le lien de citoyenneté les deux fondements de protection et de reconnaissance que nous avons déjà identifiés dans les trois types de liens précédents. Le lien de citoyenneté repose sur une conception exigeante des droits et des devoirs de l’individu.

30La fragilité des liens sociaux tient essentiellement dans le risque aujourd’hui non négligeable qu’ils se rompent. Étudier le lien social implique donc d’analyser non seulement la multiplicité et l’intensité des liens sociaux, mais aussi leurs fragilités, au sens de leurs éventuelles ruptures. La protection et la reconnaissance sont aujourd’hui fragilisées pour des franges nombreuses de la population. Le système de protection généralisée mis en place au cours du xxe siècle apparaît en recul, et de plus en plus de personnes, actives ou non, se sentent précaires ou menacées de le devenir. La reconnaissance qui découlait de la participation régulière à des groupes sociaux restreints passe aujourd’hui de plus en plus par une plus grande autonomie, voire émancipation, de l’individu par rapport à ses attaches traditionnelles, ce qui lui confère une marge plus grande d’interprétation des normes collectives, mais fragilise en même temps son identité tant celle-ci est soumise au regard d’autrui et par conséquent aux menaces de déni ou de mépris. Le pauvre est en quelque sorte condamné, au moins de façon temporaire, à l’expérience de la souffrance sociale. L’homme socialement disqualifié est à la fois vulnérable face à l’avenir et accablé par le poids du regard négatif qu’autrui porte sur lui. C’est en fonction de cette perspective sociologique que nous entendons, par l’observation participante et l’analyse d’entretiens approfondis, mieux comprendre les usages de la bibliothèque par les pauvres.

TRAJECTOIRES BIOGRAPHIQUES ET TYPES D’USAGE DE LA BIBLIOTHÈQUE

  • 20 Serge Paugam, La Disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Puf, 8e éd., col (...)

31Existe-t-il une correspondance entre les différents types d’usages sociaux de la bibliothèque et les trajectoires biographiques des personnes en difficulté ? Pour répondre à cette question tout en évitant le piège de la catégorisation substantialiste des publics, nous proposons de partir des résultats issus des travaux sur le processus de disqualification sociale20. Ce processus comporte trois phases : la fragilité, la dépendance et la rupture des liens sociaux.

32La fragilité correspond à l’apprentissage de la disqualification sociale. Les personnes déclassées à la suite d’un échec professionnel ou qui ne parviennent pas à accéder à un emploi prennent progressivement conscience de la distance qui les sépare de la grande majorité de la population. Elles ont le sentiment que l’échec qui les accable est visible par tout le monde. Elles supposent que leurs comportements quotidiens sont interprétés comme des signes d’infériorité de leur statut, voire d’un handicap social. Lorsque les chômeurs doivent expliquer en public les raisons de leurs problèmes, ils ont l’impression qu’on les regarde comme des « pestiférés ». Quand ils habitent dans des cités de mauvaise réputation, ils préfèrent dissimuler le nom de leur quartier car ils éprouvent une profonde humiliation à être assimilés à des gens dont ils connaissent le discrédit. Quand ils sont contraints de demander un secours à l’assistante sociale, l’infériorité que confère cette situation leur est insupportable. Ils préfèrent conserver une distance vis-à-vis des travailleurs sociaux. L’entrée dans les réseaux de l’assistance est perçue par eux comme un renoncement à un « vrai » statut social et la perte progressive de la dignité. Ces personnes considèrent qu’elles n’ont pas perdu toutes leurs chances de retrouver un emploi. Elles fréquentent régulièrement le Pôle emploi et lisent les offres d’emploi dans les petites annonces.

33La fragilité peut conduire à la phase de dépendance vis-à-vis des travailleurs sociaux parce que la précarité professionnelle, en particulier lorsqu’elle est durable, entraîne une diminution du revenu et une dégradation des conditions de vie qui peuvent être en partie compensées par les aides de l’assistance. La dépendance est en effet la phase de prise en charge régulière des difficultés par les services d’action sociale. La plupart des personnes qu’elle concerne ont renoncé à exercer un emploi. Si l’on écarte les cas où l’assistance est justifiée par le handicap physique ou mental ou l’invalidité, c’est toujours après une phase plus ou moins longue de découragement et de lassitude que les personnes qui ont connu un déclassement se tournent vers les assistantes sociales. Elles acceptent l’idée d’être dépendantes et d’entretenir des relations régulières avec les services d’action sociale pour obtenir une garantie de revenu et des aides diverses parce qu’il leur est impossible de faire autrement. Tant qu’elles envisageaient de retrouver un emploi, elles adoptaient une attitude de distanciation vis-à-vis des agents chargés de les aider. Mais après beaucoup de démarches qui se sont révélées vaines, après avoir suivi plusieurs stages de formation sans succès, elles constatent que leur espoir de s’insérer véritablement dans le monde du travail est presque nul. Il ne leur reste plus qu’à accepter les contraintes du statut d’assisté. Commence alors pour elles une autre carrière au cours de laquelle leur personnalité se transforme rapidement. Elles font l’apprentissage de rôles sociaux correspondant aux attentes spécifiques des travailleurs sociaux. C’est à partir de ce moment qu’elles commencent à justifier et à rationaliser l’assistance dont elles bénéficient. Ce mode d’intégration permet de conserver des liens sociaux. Ceux qui font l’expérience de la dépendance recherchent des compensations à leurs échecs en essayant de faire valoir leur identité parentale, leur capacité à entretenir leur foyer, à exercer diverses activités dans leur voisinage (entraide, petits travaux de solidarité, etc.).

34À cette phase de dépendance peut aussi en succéder une autre, caractérisée par la rupture du lien social, en particulier lorsque les aides cessent et que les personnes qui en font l’expérience sont confrontées à un cumul de handicaps. Elles peuvent sortir du filet ultime de la protection sociale et connaître ensuite des situations de plus en plus marginales où la misère est synonyme de désocialisation. Ceux qui font l’expérience de la rupture connaissent, en effet, de multiples problèmes : éloignement du marché de l’emploi, problèmes de santé, absence de logement, perte des contacts avec la famille, etc. Il s’agit de la phase ultime du processus, le produit d’une accumulation d’échecs qui a conduit à une forte marginalisation. N’ayant plus aucun espoir de s’en sortir, ces personnes ont le sentiment qu’elles sont inutiles à la société. Elles ont perdu le sens de leur vie. Elles recherchent alors souvent dans l’ivresse la compensation à leurs malheurs ou à leurs échecs. Les travailleurs sociaux qui tentent de les réinsérer soulignent que le problème majeur qu’ils rencontrent est celui de l’alcool ou de la drogue. Parmi cette population, on trouve des personnes frappées par des ruptures sociales graves au cœur de leur vie professionnelle et pour lesquelles la « chute » a été brutale et sévère, mais aussi des jeunes en situation de détresse physique et morale. Certains d’entre eux sont passés très rapidement de la phase de fragilité à la phase ultime du processus de disqualification sociale sans parfois même avoir connu la dépendance à l’égard des services d’action sociale. La raison principale de cette marginalisation précoce est l’absence de relations stables avec leur famille. Pour ceux en effet qui rencontrent de grosses difficultés à s’insérer dans la vie professionnelle, ne pas pouvoir être aidés par des membres de leur famille les prive d’une des formes élémentaires de la solidarité.

  • 21 D’après l’enquête de 2009, réalisée auprès d’un échantillon de 1 811 individus, les retraités repr (...)

35Nous partons ici de l’hypothèse générale que la population concernée par le processus de disqualification sociale constitue, dans toutes ses composantes, les pauvres qui fréquentent la Bpi. Une attention particulière mérite d’être accordée à la population des retraités, même si ces derniers constituent une part minime des usagers21. Même si cette dernière n’est pas a priori touchée par la rupture du lien de participation organique que constitue l’épreuve du chômage et la contrainte de la recherche d’un emploi, elle peut aussi être concernée, au moins indirectement, par le processus de disqualification sociale. Ce processus affecte en effet l’ensemble des liens sociaux et notamment le lien de filiation et le lien de participation élective. Or les retraités peuvent très bien être isolées de leur famille et n’avoir que très peu d’amis ou de proches à qui parler et se sentir en même temps à l’écart des groupes et des associations où se déroule la vie sociale. La population des retraités est, on le sait, hétérogène. Le critère de la sociabilité n’est pas le seul qui la différencie. Certains disposent d’un revenu conséquent, alors que d’autres doivent encore compter sur les aides sociales pour survivre, notamment l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) que l’on appelait auparavant en France le « minimum vieillesse ». Dès lors, il est possible de considérer que certains retraités sont proches de la phase de fragilité, au sens de l’isolement dont ils souffrent dans la vie quotidienne, alors que d’autres, aussi isolés, mais plus démunis matériellement, sont proches de la phase de dépendance et que, d’autres encore, en raison de trajectoires biographiques marquées par de nombreux échecs, sont confrontés à la rupture cumulative des liens sociaux.

36De façon plus générale, puisque, comme nous le voyons, les pauvres ne constituent pas un tout homogène et que leurs comportements sont variables selon la phase de la disqualification sociale dans laquelle ils se trouvent, il est donc très probable que leurs usages sociaux de la Bpi varient également selon la logique de ce processus. L’expression « usages sociaux » englobe en réalité trois dimensions qu’il convient de distinguer. Lorsque l’on entre dans un lieu public comme la bibliothèque du Centre Pompidou, c’est en raison d’un type d’attente spécifique, lequel peut être différent d’un individu à l’autre, d’autant qu’une assez grande variété caractérise l’offre culturelle de cet espace. Ce type d’attente spécifique implique ensuite un type d’attitude vis-à-vis des autres usagers, notamment lorsque ces derniers n’ont ni le même statut social, ni le même rapport à la culture et qu’ils sont conduits presque inévitablement à se distinguer les uns des autres pour souligner leurs différences de condition et de position. Enfin, la grande diversité des usagers de la Bpi et la présence en son sein de franges relativement nombreuses de pauvres entraînent un type de rapport aux normes d’usage lui aussi variable. Le tableau ci-dessous résume, au moins à titre d’hypothèse, la correspondance entre les trois phases du processus de disqualification sociale et les types d’usages sociaux selon les trois dimensions que nous avons distinguées.

Typologie des usages sociaux de la Bpi par les pauvres selon les phases du processus de disqualification sociale

Typologie des usages sociaux de la Bpi par les pauvres selon les phases du processus de disqualification sociale

37Les personnes proches de la phase de fragilité sont, on l’a vu, profondément touchées par la situation précaire à laquelle elles sont confrontées et, par conséquent, soucieuses de dissimuler les signes qui pourraient la rendre visible en public. Comme elles se tiennent généralement à distance des travailleurs sociaux de peur d’apparaître comme des assistés à la charge de la société, il est possible de penser qu’elles vont se sentir plus soulagées dans un lieu public comme la Bpi. En effet, on n’entre pas dans ce dernier sur critères sociaux. Le risque de stigmatisation y est donc nul, du moins tant que les signes de leur précarité sont invisibles. Cet endroit peut même être gratifiant au sens où il permet de conserver le lien avec le monde de la culture. L’attente à l’égard de la Bpi, pour les personnes en situation de fragilité, sera donc de se fondre dans une communauté large non stigmatisée à la recherche d’une ressource intellectuelle. Il est même possible de penser que ces personnes viennent y chercher un support pour réaliser leur projet d’insertion et ceci en toute indépendance vis-à-vis des professionnels du social. Dans la même logique, leur attitude vis-à-vis des autres usagers sera d’une part de se rapprocher le plus de ceux dont rien ne peut laisser supposer qu’ils connaissent des difficultés, c’est-à-dire du public majoritaire, celui qui se destine au sein de la bibliothèque à la lecture et aux travaux intellectuels, et, d’autre part, de prendre des distances vis-à-vis des franges de la population que l’allure et le comportement rendent marginales, voire indésirables. On l’aura compris, les personnes proches de la fragilité se veulent le plus conformes possible aux normes d’usage les plus élémentaires de la bibliothèque.

38Les personnes proches de la phase de dépendance ont une attente différente vis-à-vis de la bibliothèque. Elles ont, on l’a vu, perdu l’illusion d’un changement profond et rapide de leur statut et se savent précaires, ce qui les conduit à accepter progressivement et par la force des choses les aides que les services sociaux peuvent leur allouer. Elles viennent alors chercher à la bibliothèque ce qu’elles ne trouvent pas ailleurs. Or ce qui leur manque, ce n’est pas forcément l’accès aux livres et à la culture. Elles ont d’autres besoins à satisfaire, notamment celui de trouver une occupation pour meubler ces journées vides depuis qu’elles ne travaillent plus. La bibliothèque, par la diversité des services gratuits qu’elle propose, s’avère pour elles une véritable opportunité. Il est possible d’y organiser son temps de façon à le rendre plus agréable. Le divertissement y est autorisé tant les ordinateurs en accès libre à Internet regorgent de possibilités de se détendre, tant les télévisions du monde laissent défiler des programmes variés et accessibles à tout public. La bibliothèque peut devenir aussi pour elles un espace de rencontres et de sociabilité quotidienne un peu équivalent à celui du café, à la réserve près que les échanges trop bruyants y sont proscrits. Il s’agit donc d’une attente qui dépasse, par sa diversité, celle des personnes en situation de fragilité. Elle correspond à un besoin d’organisation totale de la vie quotidienne impliquant la possibilité de faire de la bibliothèque un second refuge, un lieu qu’il sera possible de fréquenter de très longues heures chaque jour, à l’exception de la fermeture hebdomadaire du mardi. Parce que cette attente est immense, elle se traduit par une attitude spécifique à l’égard des autres usagers. Nul besoin de se cacher à l’instar des personnes proches de la phase précédente. Au contraire même, il s’agit de faire admettre aux usagers majoritaires qu’un usage différent de la bibliothèque est possible et même légitime. Les personnes proches de la dépendance savent ce qu’elles peuvent tirer de meilleur de ce lieu public et ont compris qu’en se regroupant régulièrement dans certains espaces, elles peuvent même, par l’effet du petit collectif qu’elles constituent ainsi, sinon s’imposer aux autres usagers, du moins rendre acceptables leur présence et parfois même quelques petits écarts par rapport aux normes d’usage ordinaire. De cette manière, les personnes proches de la dépendance cherchent non pas à remettre en question ces dernières, mais à les négocier de façon à les rendre plus souples et en recherchant en permanence le consentement implicite des autres usagers, des bibliothécaires et des gardiens.

39Les personnes proches de la phase de rupture sont nombreuses à vivre dans la rue et parfois depuis de nombreuses années. Le cumul de leurs difficultés est si lourd qu’elles ont perdu l’espoir de voir leur situation se transformer. Elles refusent parfois d’être conduites dans des foyers d’hébergement car elles n’y trouvent pas la tranquillité à laquelle elles aspirent et ne supportent ni les préconisations socio-médicales sur leur état, ni le jugement moral sur leur façon marginale de conduire leur existence délabrée. Lorsqu’elles viennent à la bibliothèque, ce n’est ni pour lire, ni pour occuper le temps, mais pour survivre. Cet espace leur apporte en effet, ne fût-ce que quelques heures de la journée, la chaleur dont elles ont besoin, notamment en hiver, mais aussi un endroit pour dormir sans être dérangées et un lieu pratique pour accéder aux toilettes, c’est-à-dire un ensemble de ressources pour satisfaire des besoins vitaux. Cette attente spécifique, fortement différente de celle des personnes proches des deux types précédents, entraîne toutefois un risque de rejet social par les autres usagers, en particulier lorsque ces derniers ne supportent pas facilement le spectacle de cette misère qui se déploie sans retenue et sans dissimulation sous leurs yeux ou encore lorsqu’elles sont fortement incommodées par les odeurs nauséabondes que cette population dégage malgré elle. Les personnes proches de la phase de rupture savent qu’elles sont souvent jugées repoussantes et indésirables au sein de la bibliothèque, mais elles savent aussi que tant qu’elles ne seront pas expulsées, elles pourront en tirer profit. Il s’agit alors pour elles de chercher à résister à la réprobation sociale qu’elles suscitent. Le rapport aux normes d’usage est dans ce cas proche de la déviance. Il s’agit alors de faire de cette déviance, tant que les conditions le permettront, un moyen au moins partiel d’intégration.

L’ENQUÊTE

40Disons-le tout de suite, enquêter auprès des pauvres dans une bibliothèque aussi vaste que celle du Centre Pompidou où circulent chaque jour quatre à cinq mille personnes constitue un véritable défi. Il n’est pas certain que nous l’ayons entièrement relevé. En général, la présentation d’une enquête est destinée à mettre en avant, le plus modestement possible, son intérêt et ses qualités afin de susciter l’envie du lecteur de s’y plonger assidûment. Il serait dans bien des cas plus honnête de lui signaler d’emblée tous les défauts pour qu’il soit plus disposé à l’indulgence. Conscients des limites de ce travail, nous sommes tentés par cette dernière méthode.

41Nous avons misé sur les méthodes de l’enquête qualitative en accordant une grande importance à l’observation ethnographique et aux entretiens semi-directifs. Cette approche présente des limites. Elle ne permet pas de s’assurer de la représentativité statistique des cas observés et des personnes interviewées. Le regard de l’observateur, aussi affûté soit-il, est attiré d’emblée par les signes les plus manifestes de la pauvreté, tels qu’ils apparaissent dans l’espace public indifférencié, ceux qui n’échappent finalement à personne. Il peut aussi suivre ses propres intuitions qui le conduisent, jour après jour, sur telle ou telle piste, et constituer ainsi un faisceau de preuves convaincantes sur la détresse plus ou moins cachée de tel ou tel type d’usager. Au bout du compte, cette approche peut laisser dans l’ombre de nombreuses personnes pauvres qui cherchent à passer inaperçues et pour lesquelles l’enquête révèle finalement peu de chose. Comment être certains dans ces conditions d’avoir épuisé la réalité ? Les résultats obtenus, qu’ils soient complets ou non, dépendent des choix méthodologiques que nous avons faits et qu’il convient de préciser.

42Nous sommes partis de l’hypothèse que les publics pauvres de la bibliothèque du Centre Pompidou ne sont pas forcément exactement les mêmes tout au long de l’année. De nombreuses personnes sans domicile y viennent en hiver pour se protéger du froid. En été, pendant la période de fermeture de plusieurs hôpitaux de jour ou de réduction des services d’accueil aux sans-abri, on y rencontre davantage de personnes déséquilibrées, visiblement confrontées à des troubles d’ordre psychologique. Pour pouvoir rendre compte de leur comportement vis-à-vis de la bibliothèque au cours des deux saisons (l’hiver et l’été), nous avons mené l’enquête de la fin décembre 2010 au début mars 2011 dans un premier temps et, après une interruption, du début août 2011 à la mi-octobre 2011.

43Pour réaliser le travail d’observation participante, trois enquêteurs (deux enquêtrices pour la période hivernale, un enquêteur pour la période estivale) se sont installés des journées entières dans la bibliothèque sans signaler aux usagers leur fonction, ce que l’on appelle dans le jargon méthodologique des sciences sociales l’observation incognito ou masquée. Si ces enquêteurs ont travaillé séparément, ils ont régulièrement confronté leurs résultats. Chacun a rédigé son propre journal dont nous reproduirons dans le corps du rapport plusieurs extraits. La réalisation des entretiens approfondis a permis à l’enquêteur d’approfondir tous les thèmes relatifs aux usages sociaux de la bibliothèque, mais aussi d’analyser les trajectoires des personnes en difficulté qui la fréquentent régulièrement. Vingt-neuf entretiens approfondis ont été réalisés. La réalisation de ces derniers n’a pas été facile. Beaucoup de personnes sollicitées ont délibérément refusé, préférant sans doute rester dans l’anonymat protecteur de la bibliothèque.

44Nous pensions que l’observation participante préalable donnerait plus facilement accès aux usagers, que ces derniers s’habitueraient petit à petit à la présence de l’enquêteur et seraient plus ouverts à lui parler. En réalité, certaines personnes viennent à la bibliothèque en essayant de dissimuler leurs difficultés ou leur situation précaire, voire marginale. Accepter un entretien risque alors pour elles de faire tomber un masque, d’être contraintes de se livrer à un exercice de révélation d’un secret soigneusement préservé. Par ailleurs, nous n’avions probablement pas bien évalué la difficulté d’être à la fois en position d’observation participante et d’intervieweur des personnes préalablement observées incognito. Cette double casquette est d’autant plus difficile à assumer que l’observateur masqué a pu entretenir, avant le passage à l’entretien enregistré, des échanges cordiaux, voire amicaux, avec certaines personnes. Le moment le plus délicat est alors de dire la vérité : « Je suis un sociologue qui mène une enquête sur les usagers de la bibliothèque. » Cette difficulté explique la décision que nous avons prise de continuer l’enquête au cours de la période estivale en séparant nettement les deux fonctions. Deux autres enquêtrices ont pris le relais et ont réalisé, dans de meilleures conditions, et avec une grande sérénité, les autres entretiens.

45Soulignons que l’enquête a été menée également hors des murs de la Bpi pendant la période hivernale et estivale. Les trois enquêteurs ont enquêté dans les espaces que fréquentent les usagers en difficulté lorsqu’ils sortent de la bibliothèque et ont pu ainsi vérifier les itinéraires de certains d’entre eux. Les itinéraires urbains quotidiens des personnes sans abri suivent en quelque sorte l’ensemble des opportunités institutionnelles qui leur sont offertes, de leur place dans un centre d’hébergement aux lieux publics où ils peuvent se sentir protégés à certains moments de la journée en passant par les livraisons de repas gratuits. Nous avons essayé également de comprendre les raisons pour lesquelles certaines personnes en grande difficulté n’osent et ne veulent pas entrer dans la bibliothèque en se contentant d’errer aux alentours.

***

46Nous tenterons de vérifier le cadre analytique exposé dans cette introduction dans les trois chapitres suivants. Le chapitre 1 sera consacré aux personnes proches de la fragilité, le chapitre 2 aux personnes proches de la dépendance et le chapitre 3 aux personnes proches de la rupture.

Notes

1 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut citer, par exemple, l’ouvrage de Leslie Edmond et Glen E. Holt, Public Library Services for the Poor. Doing all we can, Chicago, American Library Association, 2010, et Darrin Hodgetts et al., « A trip to the library : Homelessness and social exclusion », Social & Cultural Geography, vol. 9, n° 8, December 2008, p. 933-953, ou encore Thomas H. Muggleton et Ian Ruthven, « Homelessness and access to the information mainstream », Journal of Documentation, vol. 68, 2, p. 218-237.

2 Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri (1re éd. en anglais, 1923), Paris, Armand Colin, 2011, voir en particulier p. 245-246.

3 Richard Hoggart, La Culture du pauvre (1re éd. en anglais sous le titre The Uses of Literacy, 1957), Paris, Éd. de Minuit, 1970, p. 111 et s.

4 Christophe Evans, Agnès Camus, Jean-Michel Cretin, Les Habitués. Le microcosme d’une grande bibliothèque, Paris, Bpi/Centre Pompidou, 2000.

5 Serge Paugam, Les Formes élémentaires de la pauvreté, Paris, Puf, coll. « Le Lien social », 2005 ; 3e éd. revue et complétée, 2013.

6 Guillaume le Blanc, L’Invisibilité sociale, Paris, Puf, coll. « Pratiques théoriques », 2009.

7 Ces cinq facteurs ont également été retenus comme hypothèses de travail dans une enquête internationale en cours, menée par les auteurs de cet ouvrage en collaboration avec Bruno Cousin et Jules Naudet, sur la recherche de l’entre-soi et les représentations de la pauvreté dans les quartiers de catégories sociales supérieures de trois grandes métropoles : Paris, São Paulo et Delhi.

8 Robert Castel, L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ? Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 2003, p. 6.

9 Camila Giorgetti, Moradores de rua : uma questão social ?, São Paulo, Educ-Fapesp, 2006, et Poder e Contrapoder : Imprensa e morador de rua em São Paulo e Paris, Educ-Fapesp, 2007.

10 Marie Loison-Leruste, Habiter à côté des SDF. Représentations sociales et attitudes à l’égard des personnes sans domicile, thèse de doctorat de sociologie, EHESS, 2009.

11 La frontière entre le pur et l’impur dans les représentations des personnes précaires peut sans doute être interprétée à la lumière des analyses de Mary Douglas. Voir sur ce point Mary Douglas, De la souillure. Essais sur les notions de pollution et de tabou [1re éd. en anglais, 1966, sous le titre Purity and Danger : An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo], Paris, La Découverte, 2005.

12 Serge Paugam, Marion Selz, « La perception de la pauvreté en Europe depuis le milieu des années 1970. Analyse des variations structurelles et conjoncturelles », Économie et statistique, n° 383-384-385, 2005, p. 283-305.

13 Claudia Maria Girola, De l’homme liminaire à la personne sociale. La lutte quotidienne des sans-abri, Paris, thèse en anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, 2007.

14 Léon Bourgeois, Solidarité, 1re éd., 1896, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 1998.

15 Serge Paugam, Nicolas Duvoux, La Régulation des pauvres, Paris, Puf, coll. « Quadrige », 2008.

16 Émile Durkheim, L’Éducation morale, Paris, Puf, 1963 ; nouv. éd., coll. « Quadrige. Grands textes », 2012, p. 30.

17 P. Lazarsfeld, M. Jahoda, H. Zeisel (1981), Les Chômeurs de Marienthal (1re éd. en anglais, 1933), Paris, Éd. de Minuit, p. 67.

18 Serge Paugam, Le Lien social, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? », 2009. La fonction de lien social de la bibliothèque fait actuellement l’objet de débats, comme le montre Christine Rico, « La bibliothèque, outil du lien social », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, n° 3, p. 80-85, http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-03-0080-006

19 Ce constat a été fait dans le travail ethnographique effectué par Camila Giorgetti dans une structure d’accueil spécifique « La Moquette » dont l’objectif est de favoriser les échanges entre SDF à Paris. Voir C. Giorgetti, La Dignité des SDF. Une étude sur les formes de compensation du stigmate social, mémoire de DEA de l’IEP de Paris, 1997.

20 Serge Paugam, La Disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Puf, 8e éd., coll. « Quadrige », 2009.

21 D’après l’enquête de 2009, réalisée auprès d’un échantillon de 1 811 individus, les retraités représentaient 3,9 %, les collégiens et lycéens 4,6 %, les étudiants 63,6 %, les actifs occupés 19,1 %, les chômeurs 7 % et les inactifs non retraités 1,9 %. Les collégiens, lycéens et étudiants constituent à eux seuls un groupe de près de 70 %. Une étude réalisée en 2007 soulignait l’augmentation de la fréquentation des bibliothèques municipales par les personnes âgées de 45 et 54 ans et expliquait ce phénomène par une rupture générationnelle (individus nés après 1950). Les auteurs en tiraient la conclusion que l’on pouvait « anticiper un accroissement significatif de la présence des retraités dans les bibliothèques municipales dans les vingt années à venir ». Voir Bruno Maresca avec la collaboration de Christophe Evans et Françoise Gaudet, Les Bibliothèques municipales en France après le tournant de l’Internet. Activité, fréquentation et devenir, Bibliothèque publique d’information / Centre Georges-Pompidou, 2007, p. 46.

Table des illustrations

Titre Typologie des usages sociaux de la Bpi par les pauvres selon les phases du processus de disqualification sociale
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540