Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses imaginaires

 | 
Henrique Barreto Nunes
, 
Olivier Bourgois
, 
François Dupuigrenet Desroussilles
, 
et al.

Allocutions d’ouverture

Introduction générale

Jean-Sébastien Dupuit

Texte intégral

1Je voudrais vous dire quelques mots d’ouverture qui ne sont pas à proprement parler une introduction parce que je risquerais d’empiéter sur la conférence qu’Anne-Marie Bertrand va faire dans quelques instants. Ces mots, je les énonce du point de vue du ministère français chargé de la Culture et, plus particulièrement, d’une direction chargée des questions touchant au livre sous ses différents aspects, depuis la création jusqu’aux aspects économiques, marchands et aux différentes formes de diffusion — dont cette forme de diffusion privilégiée que constituent les bibliothèques. Et je voudrais remercier la Bibliothèque publique d’information d’avoir pris l’initiative de cette rencontre qui s’inscrit dans un ensemble plus général. C’est cet aspect plus général que je voudrais commenter ici et donc, d’une certaine manière, je n’aborderai pas directement le sujet d’aujourd’hui.

2La France occupe pour six mois la présidence de l’Union européenne, aussi un certain nombre de rencontres se sont-elles multipliées dans chaque secteur sur ce thème. Il faut profiter de l’occasion pour confronter les points de vue européens sur chaque sujet. C’est intéressant et utile en soi, mais cela peut avoir aussi un petit côté artificiel et si j’étais polémiste je dirais qu’il ne faudrait pas que cela fasse penser aux obligations qu’on nous impose désormais à l’occasion d’Halloween de rajouter chacun nos citrouilles... Dans le cas du livre, je voudrais vous dire combien il est opportun et même nécessaire d’avoir ce type de réflexions et ce type de confrontations, parce que la confrontation et la convergence ne sont pas si évidentes que cela. Je voudrais souligner une sorte de paradoxe. D’un côté, si l’on prend les choses sur la très longue distance il est clair que le livre est un élément tout à fait fondateur de ce que l’on peut considérer comme une identité européenne, que le livre a passé les frontières, qu’il s’est joué des censures, des frontières politiques, des frontières idéologiques, des frontières évidemment religieuses qui ont pu marquer notre continent et que, donc les idées ont circulé. Et puis de l’autre, si on se rapporte plutôt aux réalités quotidiennes, la circulation du livre, les échanges ne semblent pas si évidents que cela. Il y a bien sûr la barrière de la langue et dans les réflexions qui sous-tendent les politiques menées à l’échelon communautaire, la dimension de la traduction est depuis longtemps mise en avant par les institutions européennes. D’un certain point de vue — et là je donne celui d’un pays qui utilise une langue que l’on appelle de grande diffusion — je regretterai un peu, tout en comprenant parfaitement les raisons qui ont motivé ce choix, le fait que les politiques européennes privilégient les relations entre les langues de petite diffusion et les langues de grande diffusion. Dans cette logique les priorités des politiques européennes et les financements européens intéressent en premier lieu la traduction dans les langues de plus petite diffusion des œuvres de littérature de plus grande diffusion et, dans l’autre sens, la traduction dans les langues de grande diffusion — l’anglais, l’allemand, l’italien ou l’espagnol ou le français — qui correspondent à des populations beaucoup plus restreintes. Je comprends naturellement cette orientation, et elle se justifie par des raisons économiques de taille — les « marchés » que représentent ces pays de population plus faible. En même temps, le problème subsiste : y a-t-il réellement une circulation importante des œuvres — qu’il s’agisse de littérature de fiction ou d’essais — y compris entre les pays de grande diffusion, compte tenu du fait que seule une partie des ouvrages est traduite en raison des délais nécessaires à la réalisation des traductions et que le multilinguisme n’est quand même pas aussi répandu qu’il le devrait ? Il y a en vérité un bilinguisme entre une certaine langue et les autres langues qui est en train de s’installer de manière quasi officielle et, de ce fait, nous ne savons pas réellement — et je dirais en temps réel — ce qui se produit et ce qui est livré au public dans chaque pays. J’ai le sentiment qu’il existe des barrières très fortes et qu’il faut souvent quelques années pour qu’une partie seulement de la production d’un pays — qui n’est pas forcément la partie la plus importante, nous manquons de recul pour le savoir — soit réellement mise à la disposition des autres pays, à l’exception bien sûr du nombre de personnes très restreint qui connaît la langue de ce pays.

3Au-delà de cette barrière de la langue, l’une des raisons est probablement la très grande diversité culturelle entre les pays et je pense que dans le premier débat de cet après-midi on s’interrogera sur cette diversité et peut-être sur la profondeur de ses racines. Mais cette difficulté de circulation et cette diversité correspondent aussi à quelque chose — et là j’aborde les rencontres que la Bpi a organisées pendant dix-huit mois — qui tient aussi à la diversité des régimes économiques, juridiques qui touchent le livre. Les conditions concrètes de la production, donc de l’édition, de la diffusion du livre dans chacun des pays et cette diversité des différents régimes sont au cœur d’un des grands débats actuels au niveau européen qui concerne justement les politiques du livre dans leur dimension la plus juridique, la plus économique. Le débat s’est principalement focalisé sur la question du prix du livre mais, au-delà des aspects techniques de ce débat, celui-ci a fait apparaître précisément la très grande diversité d’approches des pays. Et je dirais que la rencontre qui a eu lieu à la fin du mois de septembre et que nous avons voulu organiser au niveau des professionnels, des administrations spécialisées à Strasbourg — donc toujours dans le cadre de cette présidence française de l’Union européenne —, a d’une certaine manière fait progresser l’idée de la légitimité de cette diversité de régimes. Elle a donc bien fait apparaître que le problème ne se situait pas uniquement dans le cadre de l’unification européenne — la France a depuis vingt ans une loi sur le prix unique du livre qui est l’un des éléments fondateurs ; certains pays, sous des formes différentes, ont le même type de système et d’autres ont un système tout à fait opposé —, que le débat n’était pas de choisir et d’étendre au niveau de l’ensemble de l’Europe un régime ou un autre, mais bien de reconnaître la diversité d’approche de chaque pays. Nous espérons, dans le prolongement de la rencontre que nous avions organisée au niveau des professionnels et des administrations spécialisées, qu’au niveau des États, l’ensemble des pays reconnaîtra de manière solennelle cette diversité des différents types de régime, des différentes façons de gérer l’économie du livre. Le respect de la diversité culturelle, le respect de la diversité des différents acteurs de l’économie face à la concentration nous semblent fondamental pour chaque pays.

4Nous espérons que l’Europe reconnaîtra non seulement cette liberté de maintenir les régimes que chacun a choisi de suivre mais aussi la nécessité de faire en sorte que ces régimes ne soient pas contournés, notamment par le biais des nouvelles technologies, du développement du commerce électronique et d’une sorte d’impunité que ces modalités de contournement pourraient avoir par l’application du droit européen, c’est-à-dire d’une conception de l’unification européenne à la stricte liberté de circulation des marchandises. Et là, nous sommes évidemment au cœur d’une question tout à fait essentielle, qui est de bien faire comprendre que le livre n’est pas uniquement une marchandise. Il répond bien sûr à des règles économiques, mais il est aussi autre chose et c’est là pour nous l’une des clés de la diversité. Je suis donc frappé de constater que la diversité des politiques, des approches objectives, extérieures en quelque sorte au contenu même du livre, rejoint très probablement la diversité plus profonde, plus intellectuelle liée à l’image du livre, à la place du livre dans les cultures, dans les représentations qui, elle, est au cœur de la rencontre d’aujourd’hui.

Auteur

Jean-Sébastien Dupuit a été Directeur du Livre et de la Lecture, ministère de la Culture et de la Communication.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access