Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Synthèse du colloque

Bertrand Calenge

Texte intégral

1Certains d’entre vous auront remarqué que c’est le responsable de l’évaluation de la bibliothèque municipale de Lyon qui vient faire une synthèse à l’oplpp. C’est un peu étrange, mais je ne suis à Lyon que depuis deux mois et, auparavant, il se trouve que j’étais coordinateur du groupe sur les politiques documentaires dont a parlé Joëlle Muller. J’ai donc eu l’occasion de travailler dans ces domaines.

2Il est tout à fait intéressant que l’oplpp ait posé ce problème de politique documentaire à Paris cette année. Cela montre une nette progression de la préoccupation liée aux politiques documentaires. Par curiosité, j’ai regardé la bibliographie sélective qui a été établie par la BnF sur ce sujet, distribuée dans vos pochettes. Tout en sachant que cette bibliographie est sélective, j’ai quand même remarqué que l’année 1993 ne comptait que 4 articles en français alors que l’année 2000 en comptait 19. C’est intéressant de voir l’évolution.

3Je pense que cela n’est pas étonnant pour les membres de l’oplpp, et il est frappant que le travail sur les politiques documentaires ait été d’abord-conduit en France par des institutions membres de l’oplpp. La Bpi depuis 1987 et la Bibliothèque nationale de France, à la suite de l’epbf (Établissement Public de la Bibliothèque de France), au tout début des années 1990, ont élaboré leur charte documentaire. On peut aussi se souvenir du remarquable travail qui avait été accompli par Francis Agostini à la bibliothèque de la Cité des sciences et de l’industrie, il y a une quinzaine d’années, sans parler de Sainte-Geneviève où le travail avait été construit en 1996, alors que le Conseil supérieur des bibliothèques lançait de nombreux rappels à l’ordre ou signaux d’alarme concernant la nécessité de s’impliquer dans les politiques documentaires.

4Tout cela bouge, se développe, aussi bien en France, avec le groupe Poldoc par exemple, qu’à l’étranger. Le compte rendu international d’Aline Girard-Billon nous a permis d’avoir une vision transversale et je crois qu’il serait effectivement utile que la trop rapide présentation qu’elle a faite puisse être développée, analysée, complétée et publiée de façon à ce que tous puissent en prendre connaissance, qu’ils soient Parisiens, Lyonnais ou bien originaires d’autres grandes villes.

5La journée d’aujourd’hui présente un intérêt particulier par rapport aux politiques documentaires en général. Le fait qu’elle inscrive cette problématique dans le cadre de Paris soulève un certain nombre d’interrogations. Je ne vais pas m’attacher proprement aux politiques documentaires stricto sensu, mais à cette rencontre tout à fait particulière entre le thème « politique documentaire » et ce cadre particulier qu’est Paris.

6Trois types de questions évoquées aujourd’hui sont liées à la diversité, difficile à saisir, du paysage parisien, qui rassemble les 20 millions de volumes rappelés par Dominique Arot ce matin. Tout d’abord, il est clair qu’à Paris, les bibliothèques ont des statuts, des missions et des histoires différents qui, en même temps, se recouvrent partiellement.

7Le fait d’être sur le même territoire fait que, même si on a l’impression que ce sont des entités relativement indépendantes et isolées les unes des autres suite à une diversité de tutelles, de missions et d’objectifs, il existe des liens qui se sont tissés entre les unes et les autres. Je pense par exemple à la Bibliothèque publique d’information dont l’origine est directement liée à une volonté d’ouvrir la Bibliothèque nationale à un large public. Mais, on peut aussi voir l’histoire à partir des publics. Je me rappelle, pour avoir lu quelques études sur le sujet, le partage documentaire des étudiants entre Sainte-Geneviève et la Bpi : il y avait les fanatiques de Sainte-Genevière et les fanatiques de la Bpi... D’autres liens, se tissant à l’occasion de la fermeture d’une bibliothque, renvoient des lecteurs vers une autre. Cela concerne l’ensemble du paysage parisien.

8Bien entendu, en regard de cette multiplicité, on note qu’il existe aussi des objectifs extrêmement différents en termes de public. Ce qui est intéressant, quand on entend successivement différents intervenants qui ont tous comme thématique la politique documentaire, c’est de voir à quel point les priorités respectives s’inscrivent de façons différentes. Priorités différentes en termes de contenus, en termes de types de public, mais aussi en termes de relations à l’extérieur. Même si la Ville de Paris a pour préoccupation tout à fait légitime les Parisiens, elle commence à se préoccuper de l’extérieur proche, mais également plus lointain. L’ambition de la Bibliothèque nationale de France s’étend au niveau national et international. Etc.

9Bien entendu, face à cela, nul ne songerait à unifier les statuts des différents établissements. Ce serait un rêve de technocrate fou. Je serais tenté d’inverser la problématique en disant que c’est une chance, à Paris, d’avoir une offre aussi démultipliée, aussi nombreuse, qui lui permette de toucher autant de monde, même si cela n’est pas toujours de façon aussi rationalisée qu’on pourrait le souhaiter.

10J’ajouterai un autre constat qui a surgi petit à petit dans la journée : celui de la diversité des publics. Ce qu’on appelle le grand public est quelque chose qui n’existe pas. Il existe de multiples publics différents : des étudiants qui, selon qu’ils sont en science ou en médecine, n’ont pas les mêmes pratiques, des chercheurs, mais qui n’ont pas toujours les mêmes besoins, qui ont des niveaux de pratiques différents, des soi-disant « grands publics », dont on découvre – on le voit à la Cité des sciences et de l’industrie comme à la Bpi – qu’ils sont en fait tous des spécialistes en quelque chose, même si ce ne sont pas des spécialistes au sens universitaire du terme. Pensez à la réflexion qu’avait faite Gilles Pierret sur ces non-musicologues qui sont des spécialistes de musique parce que ce sont des passionnés d’un genre.

11En fin de compte, l’avantage de la multiplicité de cette offre, c’est qu’elle permet, d’une certaine façon, d’offrir de multiples pistes à ces multiples spécialistes.

12C’est une première réflexion sur cette diversité parisienne. On peut se poser une seconde question : quel peut être un réseau documentaire dans une grande ville, et même dans une capitale, compte tenu de cette multiplicité de l’offre ?

13Ce qu’on a pu apprendre aujourd’hui, grâce notamment aux expériences étrangères relatées par Aline Girard-Billon, c’est qu’il n’y a pas de modèle de réseau. Dominique Arot l’a souligné quand il a tenté d’établir des comparaisons internationales : les grandes villes entre elles sont extrêmement difficilement comparables, compte tenu, justement, de la multiplicité de ce qu’elles peuvent offrir, de leur taille et de leurs moyens respectifs. Donc, aucune capitale ou grande ville ne peut servir de modèle.

14Cela nous incite à réaborder, au moins pour chacune des bibliothèques qui composent un réseau possible, la question de sa politique documentaire par rapport à ses propres objectifs. C’est une opération de logique qui fait qu’on ne peut pas réfléchir à la politique documentaire dans un réseau aussi disparate et hétérogène, si chacune des unités ne s’est pas déjà posé la question pour elle-même.

15Comme on l’a vu, un bon nombre de ces entités parisiennes s’est posé cette question. On n’attend plus que la Ville de Paris, si j’ai bien compris, pour compléter un peu le paysage. Déjà, chacun des établissements devrait commencer à élucider la question de sa politique particulière.

16Cela suppose, dans un deuxième temps, la prise en compte de la fonction de capitale de Paris, de Paris comme capitale. D’où une définition souhaitable, peut-être issue d’une réflexion collective, sur ce qui relève d’une vocation nationale, voire internationale, et parallèlement ce qui relève d’une vocation locale ou de proximité, c’est-à-dire qui soit un peu poreuse vis-à-vis du périphérique. C’est certainement une réflexion à conduire dans les domaines de la lecture publique – apparemment, l’élan est donné. C’est quelque chose qui, grâce à ce que nous a présenté Daniel Renoult, est déjà étudié au niveau universitaire dans le domaine de la recherche qui, en fait, se décline dans un réseau assez peu localisé, à la différence de bibliothèques de proximité qui se rééquilibrent les unes par rapport aux autres.

17Je crois que ce phénomène est propre à toutes les grandes villes, même au niveau d’un réseau de stricte lecture publique. Pour donner l’exemple lyonnais, on a été, jusqu’à il y a peu, dans une configuration assez traditionnelle de la lecture publique : une grande centrale, avec une vocation patrimoniale d’étude et de référence, et des bibliothèques annexes qui jouaient le rôle de petites bibliothèques de proximité. Le fait d’être dans une communauté urbaine, le Grand Lyon, qui regroupe des villes allant jusqu’à 50 000 ou 100 000 habitants, poreuses toutes les unes par rapport aux autres, fait que, aujourd’hui, on se rend compte qu’il manque un niveau structurant pour cette communauté urbaine. D’où l’idée qu’à l’intérieur même de la ville de Lyon, en plus de ces services de proximité et de cette bibliothèque de référence (dont on pourrait d’ailleurs penser qu’elle relèverait plus de la communauté urbaine que de la ville de Lyon – ce qui pose des problèmes de changement de statut) il faut des médiathèques fortes, structurantes à deux, trois, quatre ou cinq endroits. Celles-ci feraient pendant à ces autres médiathèques structurantes que sont la Maison du livre, de l’image et du son à Villeurbanne, ou la médiathèque de Vénissieux, pour citer un lieu dont l’architecte est le même que celui du bâtiment dans lequel nous sommes.

18On est obligé de repenser le paysage en dehors des strictes limites administratives, de prendre en compte un bassin de vie et de réfléchir, à partir de là, à ce qui relève de tel niveau institutionnel ou de tel autre. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti aujourd’hui.

19Mais cela signifie qu’il faut évidemment avoir non seulement des lieux multiples, et des lieux qui ont des priorités documentaires différentes et réellement affirmées. Je crois que, notamment ce qu’a présenté Daniel Renoult sur le schéma U3M pour l’Île-de-France, est particulièrement significatif dans cette direction.

20Il va de soi que ce type de travail peut être plus facilement fait dans la mesure où il existe une tutelle unique, même si Daniel Renoult a remarqué à quel point ce n’était pas toujours facile à réaliser. À défaut, cela ne peut se faire, me semble-t-il, qu’à condition que chacune des tutelles se dote d’un projet fort qui est cette dimension locale, régionale, voire nationale.

21Troisième question qui peut se poser, et j’en reviens aux politiques documentaires : comment les différentes politiques documentaires, nécessairement multiples, nécessairement différenciées, peuvent-elles se coordonner à l’intérieur de ce cadre urbain ?

22Aujourd’hui, nous avons eu un certain nombre de pistes tout à fait intéressantes. Une des réponses qui semble, une fois qu’elle est formulée, tellement évidente est celle des itinéraires thématiques. C’est, à l’évidence, une idée remarquablement intelligente, dans la mesure où d’une part elle prend en compte des publics en regardant lesquels peuvent se déplacer, et d’autre part elle donne un contenu aux collections. On n’est plus simplement dans l’exposition d’un certain nombre de millions de volumes, d’heures d’ouverture, de personnel disponible, etc., on est dans un contenu thématique, donc, nécessairement, dans quelque chose qui a réellement du sens, en particulier pour le public.

23De ce point de vue-là, il semble tout à fait nécessaire de développer des itinéraires thématiques de ce type. On pourrait même aller un peu plus loin. J’imagine qu’au-delà de ces parcours thématiques qui orientent vers des bibliothèques, on pourrait offrir des parcours thématiques de type bibliographique qui soient construits collectivement. Par exemple, pour la musique, avoir des itinéraires en fonction du domaine d’intérêt, plus exactement du degré d’intérêt ou du sens de l’intérêt des publics en question. Est-ce que je cherche de l’initiation, est-ce que je suis plus intéressé par la pratique musicale ? Etc. Ça ne se prête peut-être pas à tous les thèmes, mais je pense que la fonction bibliographique peut être une fonction partagée.

24Un autre point, évoqué par Suzanne Jouguelet, Françoise Lyon-Costat et Isabelle Sabatier, est la question de la veille partagée. Une fois qu’on a fait quelque chose en interne, établi la réalité des lieux, on peut aller un peu plus loin. Mais également faire de la veille aussi vis-à-vis de l’environnement, vis-à-vis de ce qui bouge. C’était ce que disait Isabelle Sabatier sur les modifications de l’environnement documentaire, de l’environnement du public, etc.

25Un autre élément qui permet peut-être de regrouper, de coordonner, est de construire un portail collectif. C’est une idée qui est en émergence à l’étranger. Peut-être Daniel Renoult a-t-il offert une piste qui n’est pas inintéressante et qui consiste à intégrer l’ensemble des bibliothèques membres de l’oplpp au sein de la réflexion sur les réseaux techniques. Il est vrai que si l’ensemble des établissements est sur le même type de réseau technique, les échanges sont facilités.

26Autre piste encore, cela a été peu évoqué aujourd’hui et pourtant c’est important : la conservation partagée. Je souscris au propos de Daniel Renoult quand il disait que la conservation partagée est un élément fort d’une politique documentaire. C’est d’autant plus important que vous vous souviendrez de Gilles Pierret soulignant à quel point, sur les phonogrammes par exemple, il y a un déficit terrible de conservation et notamment de conservation partagée.

27Il va de soi que, dans le cas d’une ville comme Paris, la notion même de conservation partagée doit être manipulée avec précaution puisqu’il existe déjà des institutions qui ont vocation à faire de la conservation – et nous sommes dans la plus prestigieuse d’entre elles. Il ne s’agit évidemment pas de remettre en cause et de « redispatcher » les missions de conservation de la Bibliothèque nationale de France, mais plus exactement de repérer à quels endroits et pour quels publics une conservation partagée pourrait être mise en place, en complément de la conservation existante, bien entendu. Là-dessus, on rejoint sans doute le niveau d’intervention qui, d’après ce que j’ai compris, toucherait davantage l’Île-de-France que Paris strictosensu.

28Ces approches ne peuvent passer sous silence l’exigence de la qualité et de la compétence. C’est une réponse indispensable par rapport à cette multiplicité, cette diversité d’offres par rapport à une multiplicité de publics.

29Là-dessus, je parle en spectateur extérieur. Parfois, on a l’impression d’avoir des bibliothèques extrêmement pointues, avec des collections d’une qualité incroyable, un personnel qui a développé des compétences extraordinaires, etc. Cependant, dès que les bibliothèques se veulent généralistes (je pense par exemple aux bibliothèques de la Ville de Paris), on ne sait plus ce qu’elles proposent, à cause justement de la profusion de l’offre globale. Il y a donc une définition de public à faire pour toutes les bibliothèques, y compris les bibliothèques de proximité. Elles ne sont pas là pour du large public ou du grand public, vu de façon absolument indifférenciée. Il faut qu’elles déterminent précisément leur public et qu’elles aient une exigence et une qualité d’acquisition extrêmement forte. Je suis un peu désolé de voir qu’il y a, en fin de compte, dans le réseau parisien de prêt, comme nous le disait Yves Alix, aussi peu de titres différents par rapport au nombre d’exemplaires répandus. Je sais qu’il y a beaucoup d’habitants, je sais qu’il y a beaucoup de bibliothèques, mais ce serait intéressant de faire le point sur la réalité des titres qui sont présentés, sur leur réelle variété.

30Enfin, toujours dans la même perspective, j’ai trouvé très intéressantes les discussions, notamment au cours de la table ronde finale, autour de la tension entre offre, demande et usage. Cela peut amener à réfléchir sur le rôle des bibliothèques à l’intérieur de l’oplpp plus particulièrement, c’est-à-dire des bibliothèques qui se veulent de service public et de lecture publique.

31Qu’est-ce qui les unit ? Le fait d’avoir des collections ? Non, je ne pense pas, toutes les bibliothèques ont des collections, c’est même ce qui constitue leur fondement. Pourquoi sont-elles des bibliothèques dites de lecture publique alors que, comme on l’a dit, il y a énormément de centres de documentation qui sont très largement ouverts au public, mais qu’on ne qualifiera pas de bibliothèques publiques ?

32Ce qu’il y a d’intéressant dans ces bibliothèques, c’est que, non seulement on accumule des collections, mais on les met en perspective, on questionne leur contenu, on provoque le choc entre les préoccupations de la population d’aujourd’hui et les savoirs que l’on organise en collection. En fait, le problème n’est pas de répartir autoritairement une carte documentaire dans une ville ou une agglomération aussi complexe que Paris, mais le fait que, – et la question des tensions entre offre, demande et usage montre bien le chemin – les bibliothèques doivent assumer cette tension, la mettre en avant et dire : « Oui, on fait des choix, oui, on vise certaines directions, non, on ne suivra pas certains axes, mais ce qu’on propose, c’est de discuter autour de ce qu’on vous montre sur les rayons. » Là-dessus, les itinéraires thématiques sont déjà une première piste possible pour cette mise en débat.

33On pourrait peut-être même aller beaucoup plus loin et élaborer un cycle oplpp de débats conférences qui auraient un label unique sur le questionnement des collections qui sont dans les bibliothèques à tous les niveaux et pour tous les publics.

34Pour conclure, je voudrais m’attarder sur un dernier paradoxe qui s’est révélé au cours de cette journée ou du moins qui a été mis en lumière ; le conflit entre délocalisation et territorialisation. On a bien vu aujourd’hui que l’évolution actuelle des collections connaît des mutations profondes qui se jouent du support documentaire, ou plus exactement qui se jouent de l’espace du support documentaire. Il peut s’agir de la question du réseau des contenus, quand Daniel Renoult a évoqué, par exemple, le réseau des mathématiques : ce dernier n’est pas parisien, il unit les mathématiciens ; c’est un réseau atopique du savoir. Il existe bien d’autres réseaux thématiques de ce genre qui se rient assez des territoires, et qui sont plutôt des réseaux de recherche.

35Le réseau de la disponibilité d’accès est également « déterritorialisé ». Les ressources électroniques sont accessibles de différents endroits. Depuis le laboratoire ou depuis chez soi, on peut avoir accès à de la documentation électronique, et toutes les bibliothèques, qu’elles soient publiques ou universitaires, connaissent cette difficile question de la bibliothèque hors les murs, via l’électronique, par rapport à la bibliothèque dans les murs. Qu’est-ce que cette bibliothèque qui n’est plus matérialisée, sans contrainte qui n’est pas maîtrisée par le bibliothécaire ou du moins dont la consultation n’est pas maîtrisée par le bibliothécaire ?

36Sans doute, le territoire a tendance à s’émietter. Mais, d’un autre côté, on voit se créer ou être créés des organismes comme l’oplpp, Observatoire de la lecture publique à Paris. Et là on est absolument dans le territoire. Est-ce que ce n’est pas un combat d’arrière-garde ?

37En fait, il semble bien que la population, les publics, les usagers vivent sur des territoires, qui ne sont pas encore virtuels. Cela apparaît bien dans les pratiques des publics, dans les choix et dans les constructions qui sont faites et nous rappelle une évidence absolument fondamentale, au-delà des délires technologiques ou intellectuels. Il existe des logiques de réseaux ; ils sont nécessaires, ils sont indispensables. Mais il y a aussi des logiques de sites. Je reprends là la distinction faite par Daniel Renoult.

38Il faut réfléchir en terme de territoire, et même des bibliothèques technologiquement très avancées raisonnent nécessairement en territoire.

39Il faut se souvenir tout le temps que « la force du territoire », pour reprendre l’expression de l’anthropologue Maurice Godelier : la culture, c’est l’appropriation du territoire. On ne peut pas oublier cette force et croire que les réseaux virtuels suppriment la réalité de ce terrain parisien. Encore faut-il accepter que ce territoire, notamment dans des villes centres comme Paris, ne soit pas un territoire purement administratif, mais le territoire tel qu’il est vécu par les populations qui vivent à Paris. Là-dessus, il y a dans le journal Libération d’aujourd’hui, un article que je vous recommande sur la réalité de Paris sortant au-delà du périphérique, avec quelques éléments statistiques sur les mobilités entre Paris et sa banlieue. On ne peut pas décréter Paris dans les murs dans un cadre de politique documentaire, alors que ce concept de politique documentaire s’interroge sur les publics, eux-mêmes extrêmement mobiles.

40C’est sur cette autre forme de tension, disons de complément à la charge qu’ont déjà les bibliothèques de gérer des collections, que je voudrais conclure, en signalant que, d’une part, il va falloir créer des réseaux, inventer des synergies au niveau de Paris et de l’Île-de-France, mais également continuer à développer des sites physiques avec des politiques documentaires locales bien affirmées, dans des locaux bien développés, au service de publics bien ciblés.

Auteur

Bertrand Calenge est conservateur général, responsable de l’évaluation à la Bibliothèque municipale de Lyon.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable