Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Table ronde. À propos des collections et des publics : les tensions entre une offre documentaire cohérente et volontaire, une demande des usagers et un usage par les publics

Nathalie Jullian

Texte intégral

1Depuis leur origine en 1624, les fonds de la Bibliothèque Sainte-Geneviève ont une vocation encyclopédique. De plus, dès le xviiie siècle, ils deviennent publics, ce que confirmera, en 1828, l’attribution à la Bibliothèque d’un exemplaire du dépôt légal. À la fin du xxe siècle, un nouveau dispositif réglementaire (réorientation de cet exemplaire vers d’autres établissements, notamment toutes les sciences et le droit) nous a amenés à produire en 1996 une brochure présentant notre politique documentaire.

2De façon paradoxale, à peine formalisée, elle était déjà dépassée du fait même de la nouvelle ventilation des titres issus du dépôt légal. Quelques chiffres soulignent les effets de la nouvelle réglementation : si en 1996, 68 % des entrées provenaient du dépôt légal, aujourd’hui elles ne représentent plus que 31,2 % ; dans le même temps, les achats augmentaient globalement de 115 %. Est-il besoin de souligner que, dans ces conditions, l’aspect encyclopédique des fonds traditionnellement raisonnée, est devenue franchement volontariste ?

3Quoiqu’il en soit, la formalisation de notre politique documentaire nous sert aujourd’hui de base fondamentale de travail qui s’enrichit au fur et à mesure « d’outils d’évaluation » dont les résultats sont portés régulièrement dans le Rapport annuel de la Bibliothèque.

4Un tout autre aspect est venu alimenter la refléxion en cours : c’est bien entendu le projet (lancé en octobre 2000) portant sur la création d’une bibliothèque de 1e et 2e cycles sur le site de l’ancien collège Sainte-Barbe, voisin immédiat de Sainte-Geneviève.

5Je n’y reviendrai pas puisque Daniel Renoult, chargé du Plan U3M, vient de nous en faire un point précis. Je me contenterai de souligner que la réalisation de cette vaste opération modifiera sans aucun doute la structure du lectorat des bibliothèques de la Montagne et demandera donc une analyse plus fine des politiques documentaires. Ces éléments sont d’ores et déjà pris en compte par les conservateurs de Sainte-Geneviève.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter