Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Table ronde. À propos des collections et des publics : les tensions entre une offre documentaire cohérente et volontaire, une demande des usagers et un usage par les publics

Offre et demande à la Bpi

Gérald Grunberg

Texte intégral

1Mesurer la tension entre l’offre et la demande en lecture publique n’est jamais chose aisée. Trop de facteurs parasites faussent la mesure : d’un côté l’inconnue que constitue la représentation qu’ont les lecteurs de la bibliothèque et de ses collections, globalement surestimées mais en fait souvent mal connues, de l’autre la représentativité de la demande exprimée, souvent très précise, voire spécialisée, mais au bout du compte assez marginale. Que dire alors lorsqu’il s’agit de la Bpi où sept à huit mille lecteurs semblent chaque jour voter aussi massivement avec leurs pieds, quitte à faire la queue pendant une heure ou deux avant de rentrer à la bibliothèque, et où dix mille livres éparpillés quotidiennement dans un joyeux désordre sont à ranger chaque matin ?

2Cela ne signifie pas qu’il n’y ait rien à dire sur le sujet. Il n’est pour s’en convaincre que de relever certains écarts entre les principes et la réalité. Certes, la Bpi semble tout mettre en œuvre pour coller à sa définition d’origine de bibliothèque encyclopédique, d’information et d’actualité, ouverte à tous : encyclopédisme raisonné, limité dans l’espace et le temps, qui tente de préserver un fragile équilibre pour tenir à distance aussi bien le manuel scolaire que l’ouvrage destiné au spécialiste. Sauf que ce créneau est relativement intenable. Un document publié en 1991 par la Bpi, La politique d’acquisition multimédia de la Bpi, le confesse : ainsi les manuels ont tout de même droit de cité à la Bpi « dans les cas où ils peuvent servir également au public non scolaire ». Quant aux ouvrages universitaires, on en achètera « plutôt que de ne rien offrir sur un sujet ».

3En outre, il arrive que l’encyclopédisme soit malmené. Certains secteurs comme l’art, sont plus développés que d’autres tandis que des pans entiers de la production sont absents : la bande dessinée, le film de fiction.

4Il y a là une source essentielle de tension. D’abord pour le lecteur qui s’imagine qu’abondance rime avec exhaustivité. La déception risque d’être d’autant plus vive que la mythologie Internet développe et entretient l’illusion que tout est forcément disponible et à portée de main. Sans aller jusque-là, force est de reconnaître que l’Internet, en repoussant les frontières de la bibliothèque, oblige à repenser l’encyclopédisme. Quant aux genres que la bibliothèque maintient totalement absents, il faut s’attendre à ce que les lecteurs admettent de moins en moins ces exclusions.

5D’autres évolutions peuvent amener des incompréhensions entre les bibliothécaires et les lecteurs. Il s’agit, en particulier à la Bpi, du concept d’actualité. Sans développer ici ce thème très complexe, je dirais simplement que l’actualité n’est plus ce qu’elle était il y a vingt-cinq ans, lorsque la Bpi fut créée. C’est une évidence que chacun admettra : la bibliothèque la mieux armée est désormais condamnée à être toujours en retard d’une information. Il lui faudrait des moyens colossaux, de type industriel, pour modifier cette réalité, du moins pour diffuser l’information à haute valeur ajoutée, celle qui précisément n’a pas encore été divulguée. Est-ce son rôle ? Ne faut-il pas en revanche admettre une fois pour toutes que le cybercafé du coin de rue ou l’espace public multimédia installé à la mairie remplissent désormais tout aussi bien que la bibliothèque cette fonction qui consiste à délivrer l’information commune immédiate ? Il restera aux bibliothécaires toujours assez pour s’occuper : d’abord pour transférer le concept d’actualité vers celui bien plus riche d’actualité du savoir qui réintroduit les opérations de sélection et de validation, ensuite pour travailler à définir et à proposer ce que peut-être la mémoire de l’actualité. C’est par exemple, à la Bpi, le très riche gisement que constitue la collection des dossiers de presse thématiques ou biographiques que la Bpi a fabriqués depuis vingt ans au fil de l’actualité. C’est encore le projet de mémoire virtuelle de la seconde moitié du xxe siècle auquel nous commençons à réfléchir.

6On le voit, la politique documentaire de l’établissement est à nouveau en chantier. Dans le cadre du projet d’établissement en cours d’élaboration c’est même un aspect tout à fait essentiel pour réduire le décalage entre des définitions datées et des usages qui tendent à brouiller les frontières entre actualité, référence et mémoire.

7Mais il est une autre façon d’orienter l’offre qui peut conduire à contrarier la demande au point que les lecteurs finissent par rechigner : je veux parler de la spatialisation de l’offre et prendrai deux exemples. Les postes d’accès libre à l’Internet sont pour la moitié d’entre eux à la Bpi des postes debout. Les lecteurs s’en plaignent et ne comprennent pas ce traitement qu’ils estiment, non sans raison, traduire chez les bibliothécaires une forme de dévalorisation du média Internet. Par ailleurs, les cédéroms sont accessibles sur des postes multimédias de la Bpi mais uniquement selon leurs titres dans le secteur thématique auquel ils se rapportent. Là encore, la politique volontariste des bibliothécaires suscite plus d’incompréhension que d’adhésion. Ce qui est admis par nécessité pour les monographies (encore que le lecteur puisse déplacer un ouvrage d’un secteur vers un autre secteur) ne passe plus pour les ressources numériques dont le lecteur s’attend au contraire qu’elles facilitent la délocalisation. Il y a là une source de tension que l’écart grandissant entre les pratiques bibliothéconomiques et les usages peut rendre de plus en plus vive

8À la Bpi, comme ailleurs, on essaye de mesurer cet écart par des enquêtes. La dernière, menée avec l’appui de la Société KYNOS, s’est déroulée en deux vagues en novembre 2000 et en mai 2001. L’enquête révèle un indice de satisfaction très élevé. On s’en serait douté : qui ferait la queue durant deux heures, comme c’est souvent le cas, pour un service dont on serait mécontent ? En outre, cette satisfaction n’est pas le fait de l’ignorance puisque les trois quarts de nos usagers fréquentent d’autres bibliothèques. Il faut donc lire entre les lignes de l’enquête pour trouver l’expression de certaines tensions entre l’offre et la demande. Et on finit par trouver. On nous reproche principalement : de ne pas proposer assez de dictionnaires, surtout de langues, de ne pas suivre l’actualité d’assez près pour les ouvrages d’informatique, de ne pas consacrer assez de place à la jeune création (nous sommes au Centre Pompidou !), de ne pas proposer assez de titres de la presse étrangère. Cette demande est d’ailleurs celle qui s’exprime le plus massivement. Elle provient essentiellement du lectorat étranger (29 % du total) tandis que l’immense majorité des lecteurs bouderaient plutôt les monographies en langues étrangères, ce qui peu à peu a infléchi la politique d’acquisition vers plus de français.

9Il ne s’agit là bien sûr que des demandes exprimées, sans doute parce que considérées comme légitimes dans l’enceinte de la bibliothèque. Cela ne signifie nullement qu’il n’y ait d’autres demandes, plus sourdes, moins explicites, mais qu’il nous faudrait malgré tout pouvoir appréhender. Nos discours tout républicains sur la prescription masquent en fait de franches exclusions (j’ai cité pour la Bpi la bande dessinée, le film de fiction, etc.).

10Or ce n’est pas parce que les lecteurs ne s’en plaignent pas qu’il nous faut ignorer le phénomène. Car ce qui demeure limité aujourd’hui pourrait bien demain prendre une toute autre ampleur avec la concurrence de l’offre en ligne de plus en plus diversifiée. Si l’on ne veut pas en arriver à ce que nos collègues américains appellent déjà le symptôme de la « deserted library », il nous faut réfléchir à instituer de nouveaux rapports entre l’institution bibliothèque et ses usagers, non pour céder à l’audimat, mais pour mieux prendre en compte la demande En d’autres termes, le cahier de suggestions ne suffit plus. Le bibliothécaire doit se préparer à devoir de plus en plus rendre des comptes, à céder un peu de son pouvoir absolu sur l’offre, à mieux prendre en compte les demandes réelles.

11Un pas en avant serait déjà, à la Bpi, d’adopter la bonne vieille formule du comité d’usagers mais à condition de la renouveler. Ce n’est pas si simple pour une bibliothèque qui compte sept à huit mille lecteurs par jour mais aucun inscrit et où l’anonymat du visiteur demeure un gage de libre accès total. Il faudra bien pourtant que nous surmontions cette contradiction.

12Pour autant, je ne préconise évidemment pas de renoncer au rôle prescripteur de la bibliothèque ni au nécessaire travail qu’elle doit en permanence mener pour élargir la demande et les usages. Ce travail est au cœur des missions culturelles et sociales de la bibliothèque, particulièrement s’agissant des bibliothèques de lecture publique. À cet égard, l’élargissement de l’offre à la Bpi opéré par la précédente direction (tant dans les collections que par l’extension de certains services comme l’autoformation) constitue un exemple intéressant de ce qui peut être fait puisqu’on observe comme résultat un léger tassement de la proportion d’étudiants dans le lectorat au profit d’autres catégories plus diversifiées. Sans croire aux sirènes de la toute puissance de l’offre, il y a donc lieu de ne pas désespérer totalement de la fonction de bibliothécaire. Qu’on se le dise !

Auteur

Gérald Grunberg est directeur de la Bibliothèque publique d’information, au Centre Georges Pompidou. Cette intervention a été préparée avec l’aide de Françoise Gaudet et de Bruno Béguet. Juin 2002.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter