Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Table ronde. À propos des collections et des publics : les tensions entre une offre documentaire cohérente et volontaire, une demande des usagers et un usage par les publics

Jacqueline Sanson*

Texte intégral

  • * Jacqueline Sanson est directeur général adjoint de la BnF.

1Entre la politique documentaire d’un établissement et ses publics, il y a incontestablement des tensions si on veut reprendre l’intitulé de cette session. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose. C’est en tout cas un facteur de dynamisme.

2Nous connaissons bien cette situation à la Bibliothèque nationale de France, pour la bibliothèque d’étude, dite du Haut-de-jardin, où le public qui fréquente la bibliothèque n’est pas tout à fait celui qui était attendu : une fréquentation massivement étudiante, qui relève plutôt du premier cycle universitaire, alors que les collections, en simplifiant, visaient un public plus diversifié et relevaient plutôt du second cycle.

3Il faut effectivement tenir compte de l’avis du public sur les collections. La difficulté est de savoir comment, et jusqu’où.

4L’expression individuelle d’insatisfactions (par exemple par courrier ou feuille de suggestion) n’est pas très fiable, dans la mesure où ce sont souvent les mêmes profils de lecteurs qui s’expriment. Les études de publics vont difficilement au fond – du moins les instituts qui nous assistent ont-ils toujours recommandé des approches qualitatives plutôt que quantitatives sur ces questions. Enfin, les études statistiques – sur les documents en attente de rangement par exemple, dans le cas du libre accès – sont très certainement partielles. Nous tenons compte de toutes ces sources, si elles se recoupent.

5Il faut éviter par ailleurs de répondre intégralement, si l’on peut dire, à certaines demandes. Un bon exemple serait celui des manuels. Si on posait la question à notre public, sur la quantité de manuels à offrir, ceux-ci seraient plébiscités. Or, c’est une orientation que nous ne souhaitons pas prendre.

6Malgré toutes ces difficultés de méthode, nous procédons à des aménagements de la politique documentaire, sur de nombreux points : les disciplines par exemple, où nous développons des offres qui étaient à l’époque de l’ouverture très inférieures à ce qui est disponible, je peux mentionner le sport, la mode, l’art de vivre, la gastronomie, le design ; un autre point est la proportion de documents en langue étrangère, que nous baissons peu à peu, pour arriver à un taux d’environ 45 %. Les types de documents font également l’objet d’infléchissements, comme par exemple les manuels dont nous avons acquis un nombre significatif, mais pas excessif. Toutes ces évolutions correspondent à ce que nous savons être les souhaits et les usages de nos lecteurs.

7En conclusion, je dirais qu’il faut, selon nous, tenir compte de la demande des publics, mais toujours à l’intérieur d’un parti pris, d’une politique documentaire, d’une ambition en termes culturels. Il en va de l’identité des collections et de la bibliothèque.

Notes

* Jacqueline Sanson est directeur général adjoint de la BnF.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter