Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Maîtriser les choix et les évolutions

La future offre documentaire des bibliothèques universitaires dans le cadre de U3M

Daniel Renoult

Texte intégral

Le bilan

1Trois grandes tendances caractérisent l’offre documentaire des bibliothèques universitaires d’Ile de France :

  1. L’offre francilienne est considérable mais déséquilibrée. L’Île-de-France rassemble en effet 33 % des collections françaises mais celles-ci sont concentrées à Paris dans des bibliothèques dont les locaux, souvent anciens, sont devenus inadaptés. À l’inverse, les universités de la petite et de la grande couronne parisienne (académies de Créteil et de Versailles) bénéficient pour la plupart de bâtiments de bibliothèque récents et fonctionnels, dont l’architecture fait une large place au libre accès, mais disposent de collections de livres et de périodiques sous-dimensionnées par rapport à leurs publics et leurs domaines disciplinaires. À Paris, persiste donc un contraste entre l’ampleur des collections et la qualité des services rendus. Certes l’informatique et la numérisation ont fait massivement leur entrée dans les services documentaires. Toutefois, selon les disciplines, on constate un décalage entre le discours sur le travail en réseau et la réalité effective de ces réseaux. Ainsi le réseau du droit procède surtout de relations interpersonnelles entre les acteurs de la documentation, plutôt que d’une organisation fonctionnelle et informatique qui en garantirait la bonne qualité de service. À l’inverse le réseau documentaire des mathématiciens, bien implanté en région parisienne, est organisé au plan fonctionnel et informatique, sans cependant disposer d’une assise juridique.
  2. On doit souligner aussi la faible lisibilité de cet ensemble pour le public. Qu’il s’agisse des nouveaux étudiants, d’étudiants plus avancés, beaucoup ignorent en grande partie les caractéristiques documentaires des bibliothèques qu’ils fréquentent.
  3. Dans l’académie de Paris, cette méconnaissance conjuguée à un important déficit de places de lecture entraîne une confusion des rôles et des missions des établissements. Ainsi, quelles que soient la vocation des bibliothèques et leur spécialité, les étudiants utilisent souvent les salles de lecture comme de simples salles de travail.

2Des bibliothèques de recherche comme la Sorbonne ou Cujas sont saturées. Sainte-Geneviève, où l’on doit fréquemment faire la queue pour a voir une place, accueille des étudiants en lettres et en sciences humaines mais aussi en... médecine ! La Bpi ou la BnF comptent en majorité des étudiants dans leur public. Cette saturation des salles de lecture et cette confusion caractérisent le dysfonctionnement des bibliothèques parisiennes depuis les années 1960, date d’une première grande vague démographique étudiante.

D’universités 2000 à U3M

3Face au sous-équipement des établissements d’enseignement supérieur, le ministère de l’Éducation nationale a développé depuis 1989 une politique d’investissement, visant à moderniser les bâtiments des universités, dont les bibliothèques universitaires ont largement bénéficié. Avec le concours des collectivités territoriales, un premier plan intitulé Université 2000 a réhabilité et transformé ces bâtiments dans toutes les régions. En ce qui concerne l’Île-de-France, ce plan a bénéficié aux académies de Créteil et de Versailles. À cette occasion, la grande couronne a vu la création de quatre universités et de nouvelles bibliothèques. De cette époque datent par exemple la construction de la bibliothèque universitaire de Paris 8 ou le Centre technique du livre, installé à Bussy-Saint-Georges, près de Marne-la-Vallée.

4Paris est resté à l’écart du plan Université 2000, pour des raisons essentiellement politiques, décentralisation oblige. L’idée dominante est alors de limiter la croissance démographique parisienne en développant la capacité d’accueil dans les universités de la couronne. À peu d’exceptions près (modernisation de l’université de Paris 9-Dauphine), l’offre des bibliothèques universitaires de Paris est donc celle des années 1970.

5Aujourd’hui, un nouveau schéma de développement de l’enseignement supérieur et de la recherche, baptisé U3M (pour Universités du troisième millénaire), se traduit par un second plan d’investissement. Il définit une stratégie pour une quinzaine d’années (2000-2015), et de grands objectifs de structuration des sites dans une logique d’aménagement du territoire. Lancé à la fin de 1998 par Claude Allègre, il a donné lieu à une concertation avec les universités, les établissements d’enseignement supérieur, et les collectivités territoriales. Les moyens financiers du schéma U3M sont définis dans le contrat de plan État/Région (cper) : pour la période 2000-2006, ceux-ci précisent les budgets d’investissement programmés pour sept ans. Contrairement au plan précédent, ce schéma fait du rattrapage des investissements à Paris une des grandes priorités.

6En Île-de-France, le Conseil régional, mais aussi la Ville de Paris se sont impliqués aux côtés de l’État dans la réalisation de plusieurs projets de bibliothèques : la part prévue pour les bibliothèques universitaires dépasse, hors foncier, 152 millions d’euros. Pour l’académie de Paris, une convention signée entre l’État et la Ville de Paris en octobre 2000 complète le dispositif et prévoit notamment la mise à disposition des terrains de plusieurs grands projets (zac Paris-Rive-Gauche, Clignancourt, etc.).

Quelle stratégie pour la documentation universitaire francilienne ?

7De plus, les recteurs ont décidé de mettre en place une structure de concertation et de coordination pour favoriser l’émergence d’un schéma de la documentation universitaire francilien. Un comité stratégique des bibliothèques de l’Île-de-France a été créé. Il a eu pour mission, depuis l’automne 2000, de proposer des directives concrètes à partir des grandes orientations qui avaient été données dans U3M.

8Le comité est composé de présidents d’universités, de professeurs des universités, de la sous-direction des bibliothèques, du ministère de la Recherche, de l’inspection des bibliothèques, de membres du rectorat, de deux représentants de la Ville de Paris et d’un représentant de la région Île-de-France. Le comité invite régulièrement des universitaires et des bibliothécaires aux séances de travail.

9Dès la première année de travail, les lignes de stratégie suivantes ont été définies et approuvées :

  1. Combler le déficit en places de lecture en Île-de-France, notamment à Paris. On se propose d’accroître la capacité d’accueil de 33 %, c’est-à-dire de créer, d’ici la fin 2006, environ 7 000 places de lecture au bénéfice principal des étudiants, mais aussi des chercheurs.
  2. Centrer la stratégie sur le développement de services pour des usagers. La propriété des collections est désormais secondaire : l’essentiel est la prestation de services, la fourniture de collections (prêt, communication) étant considérée comme faisant partie de cette notion de service.
  3. Associer la qualité architecturale et la qualité de service. L’accent est mis sur les contraintes fonctionnelles et économiques d’une bibliothèque moderne.
  4. Associer à la logique de site qui est celle des établissements, une logique d’aménagement urbain et une logique de réseau.
  5. Enfin, nous avons attiré l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité d’une vision économique globale de la documentation universitaire, d’où, par exemple, l’accent mis sur les réseaux à hauts débits. La croissance de la documentation électronique implique, à l’évidence, une forte évolution des fonctions des bibliothèques.

Évolutions de la carte documentaire parisienne

10Ces investissements et ces orientations nouvelles vont aboutir d’ici quelques années à une transformation de la carte documentaire francilienne. Je m’en tiendrai à quelques exemples pris à Paris, sujet précis de notre colloque.

11Sur la carte universitaire de Paris, les nouvelles bu se situent principalement le long de la rive gauche de la Seine. Les investissements financés sur le plan U3M, visent à renforcer cet axe universités/recherche en le prolongeant jusqu’à la ZAC Paris-Rive-Gauche. Depuis le Quartier latin avec la création d’une bibliothèque universitaire entièrement en libre accès dans l’ancien collège Sainte-Barbe, en passant par le quartier Buffon/Poliveau, à proximité du Jardin des Plantes, où vont être rassemblées l’ensemble des collections documentaires de l’université Paris iii et la bibliothèque littéraire Jacques Doucet ; en continuant par le campus de Jussieu, en cours de rénovation et de restructuration, jusqu’au nouveau quartier de Tolbiac où vont se créer deux bibliothèques importantes : celle de l’université Paris vii, et la nouvelle bibliothèque universitaire des Langues et Civilisations.

12En dehors de cet axe central d’aménagement universitaire, d’autres opérations de réhabilitation et d’extension sont prévues : dans le xviiie arrondissement, le site de Clignancourt va être entièrement reconstruit et sera créé une nouvelle bu de plus de 500 places. Dans le même esprit la reconstruction du site d’Assas va être l’occasion de rénover complètement la bu de Paris ii.

13Sur le plan de la capacité d’accueil, l’ensemble de ces opérations devrait permettre de combler le déficit en places de lecture, d’autant plus que cet effort d’investissement coïncide avec une stabilisation, voire une légère baisse, de la démographie étudiante.

14Sur le plan des contenus et des niveaux, l’offre documentaire universitaire devrait, à terme, évoluer profondément. En lettres et sciences humaines, la création de la bibliothèque Sainte-Barbe, en offrant en libre accès des collections et 1 200 places de lecture, contribuera à un rééquilibrage des rôles et des missions des bibliothèques de la Sorbonne, de Cujas et de Sainte-Geneviève. La mise en place d’une politique documentaire harmonisée entre ces différentes bibliothèques y participera. La création des 1 800 places de la nouvelle bu de Paris vii sur le site ZAC Rive-Gauche aussi bien dans le domaine des lettres et sciences humaines (du 1e au 3e cycle) que dans les secteurs scientifiques (1e et 2e cycles) devrait offrir l’occasion à la BnF de s’ouvrir plus largement à de nouveaux publics. Sur le plan de la recherche, n’oublions pas d’ailleurs que le transfert des laboratoires de recherche de l’université Paris vii s’accompagnera également de bibliothèques spécialisées de premier plan (Institut Jacques Monod, par exemple). Le rassemblement au sein de la bibliothèque universitaire des Langues et Civilisations de collections aujourd’hui dispersées entre neuf établissements, modifiera en profondeur la visibilité européenne des richesses documentaires dans les domaines de l’orientalisme au sens le plus large, mais aussi dans les domaines amérindianistes, africanistes et slaves.

15Dans les autres disciplines scientifiques, signalons aussi la construction d’un nouveau bâtiment pour l’Institut de physique du globe qui s’accompagne d’un déménagement du cadist sciences de la Terre dans de nouveaux locaux.

16Enfin, la question de la conservation, élément-clé de la politique documentaire à Paris, ne doit pas être oubliée. Avec le concours de la sous-direction des bibliothèques, est lancée une réflexion sur la conservation partagée dans une ville, où le mètre carré est de plus en plus cher et où il est de plus en plus difficile d’envisager de conserver dans le cœur historique de la ville des dizaines de kilomètres de documents peu consultés.

Les infrastructures réseaux

17Si nous souhaitons que les bibliothèques puissent s’alimenter en informations numériques, que ce soit des banques de données de textes, d’images, qu’il s’agisse des secteurs de la recherche, de la pédagogie ou de la culture, il est indispensable aujourd’hui d’avoir recours aux réseaux à hauts débits.

18Sous le nom de « Boucle des contenus », le ministère de la Culture a soutenu l’intégration dans un réseau à hauts débits de la Bibliothèque nationale de France, de la Bpi, de l’Institut national de l’audiovisuel, de la Cité des sciences. Les universités de Paris, de leur côté, se sont associées au sein du Réseau académique parisien (rap). Ce réseau à haut débit est relié à Renater, réseau de la recherche et de l’Enseignement en France, point d’accès au réseau européen Géant.

19À l’heure où je vous parle, il existe neuf plaques à haut débit en Île-de-France qui ne sont pas encore interconnectées. Un objectif commun de l’État et de la région Île-de-France est de créer un espace régional numérique qui facilite l’enseignement, la recherche et la documentation, notamment l’usage de la documentation électronique de façon fluide et capillaire, c’est-à-dire que soit rendu possible l’accès à l’information scientifique quelles que soient la situation géographique ou la taille d’un centre de documentation ou d’une bibliothèque.

20La question de la connexion des bibliothèques universitaires à ces réseaux est une condition essentielle de l’accès étendu à l’information électronique. Cette question touche la carte documentaire à un double titre : celui des acquisitions de publications électroniques et du partage des données du domaine public, mais aussi celle de la conservation des documents. Quand vous expliquez à un bibliothécaire universitaire qu’il serait préférable de ne pas conserver tel ou tel exemplaire papier d’un périodique, il exprime des réticences : « Certes, mais quand je pourrai accéder à ce périodique qui, par exemple, est sur Gallica, de manière extrêmement rapide, je répondrai différemment à la suggestion que vous me faites. » Une autre implication de ces questions est celle de la formation aux usages de l’information.

Quel calendrier ?

21Un mot sur le calendrier pour conclure.

22Tandis que l’accès des bibliothèques aux réseaux à hauts débits devrait s’effectuer rapidement (moins de deux ans), l’évolution des bâtiments va exiger de nombreuses années. Au sein d’un espace urbain très dense, des opérations de construction, souvent de réhabilitation de bâtiments anciens, demandent au moins cinq ans pour être réalisées. Aux délais techniques s’ajoute en effet la complexité des procédures de financement et de marchés publics. Pour toutes ces raisons, les premiers résultats du CPER ne seront pas visibles avant 2005, et il faudra sans doute quelques années de plus pour que les effets de ces bibliothèques nouvelles soient mesurables sur les comportements des publics français et étrangers.

Auteur

Inspecteur général des bibliothèques, Daniel Renoult est chef de la mission U3M et président du comité stratégique des bibliothèques d’Île-de-France.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter