Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Maîtriser les choix et les évolutions

Offre numérique et politique d’acquisition en bibliothèque universitaire. L’expérience de la bibliothèque de l’université Paris-Dauphine

Isabelle Sabatier

Texte intégral

Quelques éléments du contexte

1• L’enseignement et la recherche à Dauphine sont centrés sur l’Économie et la Gestion, dans un environnement pluridisciplinaire : (Mathématiques appliquées, Informatique de gestion, Droit, Sciences sociales et humaines).

2• La Bibliothèque est cadist et Pôle associé de la BnF pour l’Économie et la Gestion.

3Elle acquiert de la documentation électronique depuis douze ans.

4• Sur cette période le développement de l’Internet a fait exploser l’usage de la documentation électronique et parallèlement le marché de l’information :

  • l’offre commerciale s’est considérablement élargie et diversifiée ;
  • les supports ont évolué : du cédérom au dvd et aux bases en ligne sur Internet.

5La question du maintien de la documentation sur papier est posée.

6• En économie/gestion, l’offre électronique porte sur :

  • des produits à caractère documentaire (bibliographies, texte intégral de revues) ;
  • des produits élaborés pour les entreprises et les banques ;
  • des produits d’organismes officiels nationaux et internationaux.

7Actuellement, Dauphine acquiert près d’une trentaine de bases dont le choix est réactualisé chaque année.

8La documentation électronique prend une place centrale et même stratégique dans la politique documentaire au sein de l’université.

9Son poids budgétaire est en constante augmentation : près de 20 % du budget documentaire en 2001.

L’offre numérique pour répondre à quels besoins du public

10On peut distinguer clairement les besoins des étudiants des deux premiers cycles de ceux des chercheurs et des étudiants du 3e cycle.

Besoins des étudiants des 1er et 2e cycles

11Ils sont satisfaits majoritairement par une offre d’origine française :

12• Journaux et revues de base en texte intégral

13Un petit nombre de titres à fort taux de rotation est nécessaire : Le Monde, Les Echos, Financial Times, La Tribune... L’avantage de l’électronique est de multiplier les possibilités d’accès et d’assurer la complétude de titres très consultés.

14• Bibliographie dépouillant des revues françaises

15delphes analyse plus de 900 revues françaises sur l’activité économique et les entreprises françaises.

16• Données factuelles et numériques

17– Statistiques : issues des grands organismes nationaux et internationaux, insee, ocde, banque mondiale chelem concernant le commerce international.

18– Financières : cdpro sur les Sociétés cotées à la Bourse de Paris.

19– Sur les entreprises :

20kompass : informations sur 130 000 entreprises françaises et leur production ;

  • 1 Les trois réponses négatives sont celles de Houston, Los Angeles et Le Cap.

21Note 141

22diane : comptes financiers de 600 000 entreprises françaises sur dix ans ; piranhaweb : comptes financiers des entreprises cotées dans les bourses du monde.

23– Études de secteurs :

24secteurs 700 : Etudes synthétiques sur 700 secteurs d’activité français.

25Quel support électronique : actuellement, le cédérom ou dvd est encore le plus courant.

26De plus, les étudiants vont de plus en plus volontiers sur l’Internet pour trouver :

  • de l’information récente ;
  • des rapports d’entreprises ;
  • des données officielles.

Besoins des enseignants-chercheurs, des étudiants de 3e cycle recherche, et filières à finalité professionnelle

27• Données bibliographiques et texte intégral pour : Suivre l’actualité de la production documentaire, en consultant :

  • des bibliographies : les chercheurs souhaitent de l’information évaluée ;
  • des sommaires ;
  • du texte intégral : articles et cahiers de recherche.

28Accéder rapidement à une référence précise (éventuellement ancienne) et en obtenir le texte intégral.

29« Butiner » (browse), pour élargir le champ d’investigation documentaire.

30L’offre numérique permet de répondre à ces besoins et au delà, puisqu’elle apporte des améliorations sensibles :

  • de nouvelles possibilités de recherche performantes ;
  • l’accès à distance ;
  • et un élargissement documentaire important.

31C’est la bibliothèque électronique sur le bureau qui devient une réalité très appréciée.

32Quelques bases documentaires importantes en Économie/Gestion :

33– Bibliographies :

34ECONLIT : bibliographie de l’American Économic Association analyse de 700 revues, ouvrages collectifs, et working papers d’économie.

35PROQUEST : base fondamentale en gestion et économie.

36Bibliographie ABI de 1 500 revues de langue anglaise.

37Texte intégral de 800 revues.

38Texte intégral : Offres d’éditeurs

39SCIENCE Direct : les 1 200 revues d’Elsevier en toutes disciplines.

40KLUWER ONLINE : les 750 revues de Kluwer en toutes disciplines.

41– Base d’archive de revues : JSTOR, ABI Archiv.

42– Base de working papers : WoPEC et NBER en économie.

43Toutefois : actuellement encore, la plupart des chercheurs en Économie/Gestion souhaitent trouver les revues fondamentales sur papier, en libre accès.

44L’accès en ligne n’est pas encore un substitut au papier, mais un « facilitateur », et un outil d’élargissement documentaire.

45• Données factuelles, numériques et d’information.

46En plus des grandes bases utilisées par les étudiants, les chercheurs ont besoin de produits plus professionnels, parfois complexes d’utilisation :

  • statistiques (macroéconomiques, séries longues) ;
  • financières (boursières, bancaires) ;
  • sur les entreprises. (Un produit-phare : DATASTREAM, base de données en ligne d’informations boursières, statistiques et sur les entreprises internationales.)
  • Presse, dépêches d’agence... (EUROPRESS, REUTERS...) ;
  • Données juridiques (JURIFRANCE).

47Offre électronique la plus adaptée pour les chercheurs : l’information en ligne.

  • caractère plus professionnel ;
  • fraîcheur de l’information essentielle à ce niveau de recherche ;
  • possibilités de traitement informatique des données obtenues ;
  • accès à distance (bureau, domicile).

Politique d’acquisition de la documentation numérique : spécificités et enjeux

Acquérir un ensemble de produits numériques requiert une démarche spécifique

48À partir d’une bonne connaissance du marché de l’information :

  • des différents types de fournisseurs ;
  • du jeu de la concurrence entre ces fournisseurs.

49Il convient de procéder à un certain nombre d’opérations

50• L’évaluation suivie des produits.

51Il est nécessaire de faire des tests préalables à l’acquisition (3 à 6 mois) :

  • d’un point de vue technique : modes d’accès, de tarification, interface de consultation, compatibilité avec la configuration informatique ;
  • d’un point de vue scientifique : qualité des données (expertise de spécialistes du domaine parfois nécessaire), qualité de l’indexation, résumés ;
  • la négociation avec les fournisseurs portant sur différents éléments : licence d’utilisation, mode de facturation, prix. ;
  • l’évaluation des éventuelles conséquences sur les acquisitions, en particulier sur les abonnements de périodiques ;
  • le suivi statistique de l’utilisation des produits sur lequel on s’appuie pour faire évoluer la collection, l’adapter aux besoins.

52• La mutualisation des compétences et des expériences

53Dans cette démarche, les acquéreurs peuvent trouver une aide importante dans la mutualisation des compétences et des expériences qui se développe. Elle concerne :

  • la veille documentaire : mise en place par la SDBD de groupes thématiques (un en Économie/Gestion, Droit, Sciences, Politique qui a évalué une trentaine de produits), site Web : http://acquereurs.enssib.fr (mot de passe) ;
  • la négociation : mise en place de consortiums d’achat (Couperin le plus important, Cujas et Dauphine dans leur spécialités...) épaulés par la SDBD qui participe au financement des achats groupés ; en Économie, Dauphine a négocié quelques produits importants : Econlit, Proquest et les produits Van Dijk ;
  • l’intervention de l’abes comme opérateur national, pour gérer des licences nationales (ChemAbs, PCI).

Cas particulier : l’acquisition de revues électroniques

54Elle se fait principalement auprès de trois types de fournisseurs :

55• Les agrégateurs : base bibliographique, résumés d’articles et texte intégral d’un ensemble de revues ;

56Intérêt :

  • produit indépendant des abonnements ;
  • antériorité importante et stable.
  • Inconvénients :
  • changements fréquents des titres proposés en texte intégral (selon accord s avec éditeurs) ;
  • clauses d’embargo avant mise à disposition, parfois entre 6 et 18 mois.

57• Les éditeurs de revues scientifiques : intégralité des titres de leur catalogue proposé aux consortiums ;

58Intérêt :

  • augmentation considérable du nombre de titres, pour un surcoût calculé sur le montant des abonnements papier (10/15 %). C’est d’autant + intéressant qu’on a peu d’abonnements ;
  • accès en ligne illimité pour l’université.
  • Inconvénients :
  • obligation de maintenir le chiffre d’affaire de l’éditeur interdit, de fait, les désabonnements ;
  • antériorité inégale et éventuellement glissante selon éditeurs.

59• Les agences d’abonnement : version électronique couplée avec l’abonnement papier.

60Intérêt :

  • gratuité ou très faible surcoût.
  • Inconvénients :
  • dépendance vis-à-vis de l’agence d’abonnement, de la date de passation du marché et des abonnements pris.

Enjeux liés à cette situation

61• Les acquéreurs n’ont pas une maîtrise du choix des abonnements numériques équivalente à celle des abonnements sur papier :

62La couverture documentaire est élargie non plus selon le choix de l’acquéreur mais selon l’offre des fournisseurs (agrégateurs ou éditeurs) :

  • d’un grand intérêt dans un contexte (pluri) disciplinaire identifié ;
  • d’intérêt plus marginal au delà, même si elle représente une ouverture utile pour des travaux pluridisciplinaires étendus (ex : économie de la santé) ;
  • dans le cas d’une offre globale d’éditeur, les marges de manœuvre dans l’évolution ;
  • de la collection sur papier sont limitées par la clause de maintien du chiffre d’affaire ;
  • le contenu des offres présente parfois des recoupements : les mêmes titres fondamentaux peuvent s’y retrouver mais selon des conditions pas toujours équivalentes :
  • fraîcheur de l’information différente (plus grande chez les éditeurs) ;
  • services associés (meilleurs chez agrégateurs) ;
  • antériorité des années accessibles en ligne. L’acquéreur peut difficilement éviter cette situation.

63• Les offres électroniques doivent être bien évaluées en prenant particulièrement en compte :

  • les différents types de coût (directs ou induits) ;
  • le nombre de titres nouveaux intéressant la communauté des chercheurs ;
  • la complémentarité des offres entre elles et avec les abonnements.

Exemple des choix faits par Dauphine

Exemple des choix faits par Dauphine
  • * Surcoût.

Note **

64Pour une collection de 2 000 titres papier en cours.

65Le gain, grâce à l’électronique, est important : la collection de périodiques a globalement plus que doublé en titres (2,2) et a été multipliée par 1,5 dans ses champs disciplinaires.

66Le gain est d’autant plus grand que la collection sur papier est moins importante au départ.

67Autre choix possible : le tout électronique

68– Coût : 90 % du montant de l’abonnement papier

69– Problème : la tva à 19,6 % annule pratiquement le gain. Ce choix doit être pris en concertation avec les chercheurs.

70• La « virtualité » des offres numériques pose principalement les problèmes :

  • de la pérennité de l’accès aux revues en ligne qu’on a souscrit : en cas de désabonnement, de changements affectant le fournisseur... ;
  • de l’accès aux collections rétrospectives sur la durée ;
  • de l’archivage de l’électronique ;

71Propositions type JSTOR, PCI, ABI-Archiv. Solutions nationales à rechercher.

72Cela concerne également les titres qui ne sont plus publiés qu’en ligne.

73• La politique commerciale des grands éditeurs est actuellement fondée sur une rente de situation :

  • nécessité pour les chercheurs de publier dans les grandes revues ;
  • augmentation suivie des abonnements papier depuis dix ans (15 % par an en Économie/Gestion, ramenée à 6,5 % dans le cadre de l’accord Couperin), qui a accompagné la mise en ligne de leur catalogue.

74Des réactions apparaissent : projet SPARC de bibliothécaires et chercheurs américains.

75Les éditeurs vont devoir faire évoluer leurs positions.

76• Enfin, la documentation électronique constitue un enjeu essentiel de la politique documentaire de l’université.

77– la « bibliothèque sur le bureau » transforme le rapport des chercheurs à la documentation et leur approche des services que la bibliothèque peut apporter ;

78– la concertation se renforce avec eux pour l’évaluation et le choix des produits, la question du financement.

79En effet, l’ampleur même des budgets mis en jeu amène à poser le problème du financement en termes de mutualisation au sein de l’université : participation des centres de recherche, des UFR, du conseil scientifique.

80Enfin la documentation électronique devient un des axes de la politique documentaire dans le projet d’établissement de l’université.

81Il est indispensable de veiller à :

  • maintenir la part croissante du budget documentaire consacrée à l’électronique dans des limites compatibles avec le développement des autres acquisitions essentielles (revues sur papier, manuels...) ;
  • plus particulièrement, à ne pas supprimer, pour des raisons budgétaires, des titres sur papier dans le champ documentaire au profit de titres électroniques en plus grand nombre mais moins directement pertinents.

82C’est important à la fois pour la cohérence des collections du SCD, pour la richesse de la couverture documentaire nationale.

Notes

1 Les trois réponses négatives sont celles de Houston, Los Angeles et Le Cap.

Notes de fin

* Surcoût.

Table des illustrations

Titre Exemple des choix faits par Dauphine
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter