Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Maîtriser les choix et les évolutions

Offre numérique et politique d’acquisitions en bibliothèques publiques et universitaires

Martine Camber-Koechlin

Texte intégral

Préambule

1Je suis présidente de Médiabib 91, association qui regroupe des bibliothécaires de l’Essonne.

2Depuis plusieurs mois, l’association participe à un groupe de pilotage mis en place par la Direction des affaires culturelles du Conseil général de l’Essonne. Celui-ci a réfléchi sur les missions et le rôle des bibliothèques publiques dans l’accès aux savoirs et donc sur la place des TIC dans les bibliothèques.

3Ce travail a abouti en septembre à la mise en place d’Assises de la lecture publique.

4À la suite de ces assises, le Conseil général de l’Essonne devrait entrer dans un dispositif « Département Lecture ».

5Mon intervention s’appuie sur cette expérience.

Lecture publique et technologie de l’information

6Aujourd’hui toute bibliothèque doit intégrer une dimension TIC dans son projet d’établissement. La consultation documentaire de l’Internet doit être en libre accès au même titre que devrait l’être toute collection dans les bibliothèques. Cela entraîne souvent des bouleversements culturels et des peurs de la part de certains professionnels (débat sur la mort ou non de l’imprimé - voir à ce propos la contribution de Roger Chartier au colloque virtuel Text-e de la Bpi : « Lecteurs et lectures : l’âge de la textualité électronique »).

7Il y a donc une dimension de formation, de connaissance technique et donc de nouvelles compétences qui impliquent :

  • Une formation des personnels : formation de technicien spécialisé et formation commune des personnels pour s’approprier l’outil.
  • Une gestion nouvelle de l’espace et donc une réflexion en termes de scénographie et d’ergonomie de l’espace de la bibliothèque. La consultation de l’Internet ou de cédéroms nécessite une attention particulière à l’intimité du lecteur et également une surveillance pour éviter la consultation de sites prohibés ou la dérive vers d’autres pratiques que celles qui sont voulues par l’établissement : savoir faire respecter la charte d’utilisation.
  • Une évolution constante des matériels informatiques.

Les acquisitions

8Tout d’abord, il faut :

9• Faire un état des lieux de l’existant (publics, privés) présents sur son territoire : EPN, cyberpoint, cybercafé, ECM... et donc des partenariats à mettre en place.

10Savoir ne pas prendre la place de l’autre, avoir une complémentarité des ressources et ne pas refaire les mêmes bases. Connaître le public potentiel.

11Nous sommes dans une phase où le public est souvent demandeur de formation. Pour une bonne appropriation de l’outil et lorsque qu’aucun autre lieu ne le propose, il est important que nous proposions cette phase de formation. Ceci implique de savoir où se fait ce temps de formation, car ce ne peut-être sur les postes de consultation : temps trop longs qui empêchent d’autres utilisateurs de consulter. C’est pourquoi la proximité d’un espace dédié à ce temps est fondamentale, soit dans la bibliothèque, soit sur le territoire.

12Dans quelques années, cette phase sera probablement dépassée, mais on doit actuellement en tenir compte, particulièrement dans les secteurs où les foyers sont peu équipés.tants et les acquisitions courantes.

13• Avoir une cellule de réflexion pour suivre les évolutions constantes des techniques et des contenus : grille d’évaluation des sites.

14• Conserver ce nouveau patrimoine (ressources locales par exemple).

15• Remettre en question les fonds exis

16Exemple : faut-il dans une bibliothèque poursuivre une politique d’acquisition d’usuels juridiques (souvent fort chers) ou chercher une information plus fraîche sur le Web ?

17Les petites bibliothèques l’ont bien compris puisqu’elles se sont souvent équipées de l’Internet pour pallier des acquisitions qu’elles ne pouvaient pas faire.

18• Avoir une politique d’acquisition partagée dans l’établissement et sur le territoire.

19Il est facile avec les moteurs de trouver le noyau dur de l’Internet (sites BnF, Bpi, ministère...), mais plus difficile de trouver l’information sur les deux bords du nœud papillon (in et out) : sites non référencés (beaucoup dans les domaines Sciences et techniques).

20Comment travailler ensemble sur le Net ?

  1. Recherche d’information
  2. Veille documentaire : système organisé
  3. Veille stratégique : domaine de décision

21Sur le plan du département de l’Essonne nous avons proposé qu’il y ait :

  • La création d’un parc d’outils numériques mutualisé.
  • Un appui pour la gestion technique courante particulièrement pour les petites bibliothèques.
  • La mutualisation des ressources et donc la constitution d’une architecture commune de signets (par exemple la ville des Ulis est pôle-ressource de la bande dessinée : elle peut être le lieu de veille pour les sites concernant ce domaine).

Les cédéroms

22Il est difficile de parler des acquisitions de cédéroms pour trois raisons :

  • Les fournisseurs ne permettent plus que l’achat d’un petit nombre de titres en prêt.
  • La législation sur les droits des auteurs reste encore très floue.
  • La consultation sur place des cédéroms est problématique sur le plan technique : désinstallation des outils mis en place très longue, tours de cédéroms souvent inappropriées.

Auteur

Martine Camber-Koechlin est présidente de Médiabib 91.
Mél :

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter