Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Maîtriser les choix et les évolutions

L’entreprise et la gestion dans les bibliothèques parisiennes

Richesse et complexité de l’offre et de la recherche documentaires : du signalement au partage

Françoise Yon-Cassat

Texte intégral

1La problématique se décline plutôt en signalement et partage, car les deux objectifs sont concomitants, simultanés plus que successifs.

2Il s’agit d’abord de mettre à disposition du public des informations à partir de documents, parfois difficilement accessibles par ailleurs, mais aussi d’offrir à ce même public la possibilité de trouver ces informations en d’autres lieux ou par d’autres moyens.

3Nous examinerons d’abord ce que recouvre ce thème « entreprise et gestion » : qu’est-ce que l’information d’entreprise, ou information économique et financière ? Quels types de documents en sont les supports ? Quel est le public concerné ? Pour rester dans la terminologie du domaine : quelle est l’offre ? quelle est la demande ?

4Puis nous verrons comment, et surtout où, cette recherche documentaire peut être satisfaite en région parisienne : quelles sont les caractéristiques des bibliothèques et centres de documentation présents sur ce créneau ? comment peuvent-ils s’articuler entre eux ?

5Même si cette problématique est relativement récente dans les bibliothèques françaises, les fonds en sont maintenant solidement établis.

L’information « entreprise et gestion » : ses caractéristiques

6Le secteur décrit par l’expression « entreprise et gestion » est constitué d’abord par les domaines du management et de la gestion de l’entreprise (gestion administrative et financière, ressources humaines, marketings...), soit ce qui est utile pour gérer toute entreprise. Puis par l’information financière et stratégique sur les entreprises elles-mêmes (fiches d’analyse financière, renseignements concurrentiels, renseignements marketing...), et enfin par les données sur les marchés et les produits.

7Pour mieux appréhender ce secteur, il convient de recenser l’origine de ces documents en en dégageant les principales caractéristiques.

8En matière de management et de gestion, l’offre documentaire est plus facile à cerner. Il s’agit de documents d’accès relativement aisé, que ce soit l’édition commerciale de tout niveau (Éditions d’Organisation, Economica ou Vuibert, Routledge...) ou l’édition universitaire (diverses presses universitaires, Oxford University Press...).

9Mais au-delà de cette édition commerciale, en ce qui concerne l’information dite « professionnelle » ou information économique et financière, la diffusion est beaucoup plus restreinte. Et c’est une première caractéristique : on s’éloigne très rapidement des circuits et réseaux de l’édition classique. Déjà on parle nettement moins de documents, et encore moins d’ouvrages, mais beaucoup plus de recherche d’information, en grande partie factuelle. Information qui se situe à différents niveaux.

10Au premier niveau d’information, existent divers documents que l’on peut qualifier de « primaires » (statistiques officielles, résultats financiers, résultats de branche, etc.). On est alors confronté à un dédale de producteurs d’information : sociétés elles-mêmes par leurs rapports d’activité, fédérations professionnelle par leurs bilans statistiques de l’année, organismes publics, etc. Ce sont des structures dont l’objectif n’est pas d’éditer ou de publier des résultats de recherche, mais seulement de rendre compte d’une activité.

11Au deuxième stade, ces mêmes données sont retravaillées, évoluant rapidement vers l’information financière comparative, les analyses sectorielles et les études de marché. C’est à ce stade qu’interviennent les cabinets d’étude et les consultants divers. Si leur matériel de base est constitué de toutes ces données primaires, ils les complètent aussi par leurs propres enquêtes et entretiens, permettant d’apporter des éléments de comparaison, des données stratégiques, voire certaines synthèses. Ces cabinets sont à l’origine de la plupart des données financières sur papier, comme sous forme électronique (Coface-SCRL, Thomson Financial, Mergent, etc.) ainsi que des analyses sectorielles et des études de marchés (Eurostaf, Xerfi, Euromonitor, Informa, etc.).

12Nous sommes alors confrontés à une autre caractéristique de cette édition : son coût, sachant que le prix moyen d’une étude de marché est d’environ 700 à 3000 euros, voire 5000 euros, du moins pour celles qui sont « diffusées ».

13Relève également de ces consultants une certaine forme de littérature grise, notamment dans le domaine de la gestion (KPMG, avec l’étude annuelle sur le Corporate Governance, ou PriceWaterhouseCoopers).

14Les caractéristiques que nous venons de dégager (coût élevé et diffusion relativement restreinte) définissent également en grande partie la presse professionnelle (Points de vente, Communication CB News, Business Middle East ou SCRIP Pharmaceutical News, etc.), source importante d’information, et qui fait l’objet d’un taux de consultation très élevé, comme la presse management et de gestion (Revue française de gestion, Banque magazine, etc.).

15Pour compléter cette description, il nous faut citer encore tout un ensemble de documents pointus et variés qui relèvent d’autres disciplines mais n’en sont pas moins souvent utiles à une recherche « entreprise et gestion » : textes réglementaires, statistiques et données de cadrage souvent tirés de publications officielles - gouvernementales ou émanant d’organisations intergouvernementales -, sans parler des documents à caractère purement scientifique et technique (qui touchent au domaine des normes, brevets...).

16Il faut enfin ajouter à ce tableau une mention sur l’information en ligne qui s’est fortement développée et qui tend à échapper à tous les circuits traditionnels. On assiste actuellement à une très forte concentration de cette information, notamment financière et boursière, qui constitue l’essentiel de l’information professionnelle en ligne.

17Or, si l’information publique, souvent très intéressante, est gratuite, de même que les sites des sociétés par exemple, cette information financière ou sectorielle, émanant des sociétés d’étude et des cabinets mentionnés plus haut est toujours payante. On est confronté, là, à un réel décalage, du moins ave c le « grand public » pour qui Internet est souvent significatif de gratuit.

18En résumé, certaines caractéristiques de cette information la rendent peu accessible au public, mais également sont une source de difficulté pour les bibliothèques qui doivent faire un effort important certes, mais nécessaire, en matière de budget et de circuits d’approvisionnement pour en assurer la diffusion.

L’information « entreprise et gestion » : son public

19On a parlé d’information professionnelle, c’est-à-dire utile dans l’exercice d’une profession. Dans ce sens, on s’éloigne de la notion classique d’enseignement ou de recherche. Néanmoins il est du plus grand intérêt pour les étudiants, futurs professionnels, que ces documents qui sont les outils quotidiens de la vie professionnelle, soient également exploités à des fins d’enseignement. Cette évidence, bien reconnue dans des disciplines comme le droit, est également valable dans ce domaine. Une fiche d’analyse financière sera utile pour évaluer la concurrence, pour postuler dans une entreprise comme pour apprendre à lire un bilan.

20Une large gamme de lecteurs est ainsi concernée.

21Les professionnels d’abord : PME, PMI, structures de conseil ou de formation, professionnels indépendants. En un mot des structures professionnelles qui n’ont pas une taille suffisante pour avoir un centre de documentation ou qui doivent consulter à l’extérieur sur des sujets à la marge de leur compétence première. En ce qui concerne les grandes entreprises, les cas et les demandes sont un peu différents : elles ont compris depuis longtemps toute l’importance de l’information et ont organisé, en leur sein, des réseaux de veille. Ce qui ne les empêchent pas de devoir faire appel, sur des points précis, aux réseaux documentaires externes, ces demandes exigeant alors souvent des services à distance.

22Les individuels ensuite, soit tout individu dans l’exercice d’une profession : exercice de sa profession elle-même, ou exercice de nouvelles responsabilités, bilan professionnel, changement de poste, création d’entreprise, recherche d’emploi, etc., voire intérêt personnel.

23Les étudiants et universitaires enfin. Sont concernées toutes les filières universitaires en sciences économiques, surtout en gestion et finances (filière actuellement en forte progression) ainsi que les grandes écoles de commerce, auxquelles il convient d’ajouter toutes les petites structures d’écoles commerciales et BTS, souvent sans centre de documentation.

24Dans ce cadre, il est fort intéressant de permettre à ces étudiants d’avoir accès, au cours de leur formation, à ces outils qu’ils manieront plus tard et de leur faire faire les mêmes recherches. C’est le moyen de les familiariser avec les sources et les lieux d’information.

25Sur le plan quantitatif, un constat s’impose, que ne contrediront sans doute pas les partenaires impliqués dans ce type de collections : la demande d’information en matière économique et financière est en forte progression depuis déjà de nombreuses années. Cela se ressent dans les bibliothèques comme dans la plupart des médias, reflet du tissu économique et de l’intérêt qui y est porté, reflet des préoccupations de la société.

L’information « entreprise et gestion » : ses lieux de ressources

26Quels sont les lieux où peuvent être confrontées offre et demande, où le public intéressé peut trouver une réponse à ses questions ?

27L’objectif de la brochure « Ressources documentaires à Paris : entreprise et gestion », présentée à l’occasion de ce colloque, est justement d’offrir au lecteur une sorte de carte documentaire qui, loin d’être exhaustive, lui donnera néanmoins de solides pistes de recherche.

28Il est superflu de revenir sur la problématique de l’intégration de tels fonds dans les grandes bibliothèques françaises qui est, je crois, à l’heure actuelle dépassée. Nous nous devons, en tant que bibliothèques, de participer ainsi à la diffusion de l’information économique et, d’une certaine façon aux différentes aides au développement économique. Selon le décret de 1994, l’une des missions de la Bibliothèque nationale de France est d’« assurer l’accès du plus grand nombre aux collections ». La communication et la valorisation de ces fonds concernant l’information économique et financière qui font partie, entres autres, des collections patrimoniales de la BnF relèvent bien de cette mission et, d’une façon plus générale, du champs d’action des bibliothèques, au même titre que le droit ou la littérature.

  • * fermée au public depuis ce colloque.

29Ainsi retrouve-t-on ce type de collections dans tous les grands pôles documentaires parisiens (la concentration de cette offre documentaire sur Paris est, là aussi, très nette) : grands établissement publics, bibliothèques universitaires ou liées à l’enseignement et à la recherche dans ce domaine, et organismes professionnels. On peut en citer quelques-uns, outre la Bibliothèque nationale de France : Bibliothèque publique d’information, Cité des Sciences et de l’Industrie, bibliothèque de l’université de Paris IX-Dauphine, Infothèque du Pôle universitaire Léonard de Vinci, Infomédiathèque de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris*, etc. À un niveau plus restreint, on peut noter l’ouverture des bibliothèques municipales parisiennes et de proche banlieue, comme de province, à ces questions. Même si les fonds ne sont pas très développés, elles peuvent déjà assurer un premier service de proximité.

30Il est certain que présenter de telles collections nécessite une assise financière assez importante. L’intérêt de l’unité de lieu pour consulter en même temps ces documents et ceux de domaines voisins comme les statistiques officielles ou des données juridiques milite aussi en faveur de ces grands établissements.

31On peut alors se poser la question de la mise en pratique de partages des collections entre ces divers établissements. Pour cela, il faut revenir sur la distinction faite initialement entre « gestion » et « entreprise ».

32Au niveau de la recherche pointue en économie et gestion, on se rapproche plus de la « science économique » et il peut être question de partage et de répartition des collections. La coopération établie entre la BnF et la bibliothèque de Paris IX-Dauphine dans le cadre des pôles associés en est un bon exemple. La bibliothèque de Paris-Dauphine renforce ses fonds en mathématiques économiques ou en comptabilité, tandis que la BnF développe plus spécialement les aspects historiques et l’histoire de la pensée économique. On assiste alors à la formation de pôles d’excellence au niveau d’une information spécialisée, comme l’indique le premier schéma (cf. infra).

33En matière d’information entreprise, il s’agirait plutôt de complémentarité voire de partage ou de répartition des publics, au-delà de la mise à disposition de ce que l’on pourrait appeler les incontournables, pour satisfaire une première strate de demandes (études d’Eurostaf, Secteurs 700 de Xerfi, bases de données Diane ou Kompass).

34La différenciation des divers grands établissements se fait alors, en terme de politique documentaire et de politique d’accueil des publics, à partir de critères multiples : insertion dans les collections de l’ensemble de l’établissement, interaction ou synergie avec les autres collections et les services offerts dans l’établissement, histoire même de l’établissement... Tout cela transparaîtra par des pratiques de consultation différentes, chaque bibliothèque répondant plus ou moins à l’ensemble des besoins de ses lecteurs, d’où une certaine différenciation en termes de publics. La structure même du public sera en effet différente entre la CCIP, la bibliothèque de Paris-Dauphine, la Bpi, la Villette ou la BnF. Certaines fois, il s’agit même d’un partage organisé des publics, comme c’est le cas ave c

35les relais INSEE.

36En revanche, pour de plus petites structures ou à un échelon local, on a tout à gagner d’une mise en commun des ressources car les premiers outils se recoupent souvent : chambres de commerce, bibliothèques ou médiathèques, agences ANPE ou institutions impliquées dans la création d’entreprises.

37Mais à un niveau de recherche plus pointu, et contrairement à ce qui se passe en matière d’économie et de gestion, si l’on veut préciser ou compléter ses informations dans le domaine des renseignements professionnels, on constate que plus on affine, plus l’information devient parcellisée, émiettée. Cela tient en grande partie à ce que l’on a dit précédemment sur les caractéristiques de l’offre éditoriale : il y a autant de lieux d’information sur les divers secteurs d’activité économique que de secteurs d’activité eux-mêmes, ou de codes NAF (nomenclature des activités françaises de l’INSEE).

38La différence des procédures de recherche ressort bien du schéma ci-dessous, allant des recherches plus générales aux recherches les plus pointues, même si les frontières ne sont pas aussi nettes dans la réalité.

39Pour renseigner le lecteur et aller au-delà de ces documents quasi-incontournables et des collections diverses de telle ou telle bibliothèque, il faut donc pouvoir le réorienter, le diriger vers le détenteur de l’information primaire.

40Il est en effet extrêmement important de pouvoir connaître les collections de centres tiers, de signaler ces autres lieux d’information. C’est ce qui ressort de la structure même de la brochure qui montre que, très rapidement, on passe à des centres de documentation relativement spécialisés.

41On repère alors deux catégories de lieux de réorientation : des centres de documentation spécialisés, avec des sources encore variées bien que centrées, initialement, sur un sujet déterminé comme le commerce extérieur, les statistiques ou la comptabilité (les centres de documentation des ministères, l’INSEE, Sources d’Europe, etc.), puis les organismes professionnels, à la source même de l’information (COB, Centre Inffo, fédérations professionnelles, etc.).

42À ce niveau le rôle de la bibliothèque est majeur. Il se renforce dans tous les secteurs et disciplines, et doit se doubler d’une appréciation qualitative sur ce que le lecteur va pouvoir trouver. Il y a cependant un écueil à éviter en matière de réorientation : le problème de l’accessibilité réelle du lieu, qui doit être bien vérifiée à cette occasion.

43En conclusion, on peut dire que ce que font les bibliothèques et divers centres de documentation n’est sans doute qu’une petite goutte d’eau dans cet immense océan de l’information économique et financière. Mais, sans vouloir se comparer aux cabinets et brokers spécialisés dans la veille économique - et ce n’est pas notre métier - nous répondons à une vraie demande de la société actuelle.

44Et notre mission est bien d’assurer, y compris dans ces domaines, un service public de qualité.

Notes de fin

* fermée au public depuis ce colloque.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Françoise Yon-Cassat est coordonnateur du Pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise (PRISME) à la Bibliothèque nationale de France, Département droit, économie, politique

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter