Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Maîtriser les choix et les évolutions

Richesse et complexité de l’offre et de la recherche documentaire : du signalement au partage

Gilles Pierret

Texte intégral

1Même s’il se réfère à un domaine apparemment bien identifié, l’inventaire des établissements possédants des ressources documentaires en musique n’est pas sans poser de problèmes spécifiques ressortant à la nature même d’une thématique, la musique, qui se décline sous les supports les plus divers et recouvre de multiples usages.

2Comme pour d’autres disciplines, on est confronté d’abord, classiquement, à des difficultés tenant au caractère disparate des établissements recensés, dont les missions, les collections, les publics, les politiques d’acquisition ne sont évidemment pas les mêmes : que peut-il y avoir de commun entre la phonothèque du musée des Arts et traditions populaires, la médiathèque pédagogique de la Cité de la musique, la BnF, la médiathèque de l’Ircam ou le réseau, très lecture publique, des bibliothèques discothèques parisiennes ? Regrouper tous ces services sous l’étiquette générique de bibliothèque musicale ne nous avance guère : l’expression est aussi commode qu’imprécise, et la plupart des professionnels du domaine seraient eux-mêmes bien en peine de définir précisément ce qu’elle recouvre... sauf à caractériser son propre établissement !

3Car derrière ce vocable, affleurent des pratiques multiples, reflets de comportements culturels différents : on pense évidemment d’abord, traditionnellement, au chercheur, à l’érudit qui travaille sur les manuscrits musicaux ou la correspondance de tel ou tel musicien, l’enseignant ou élève de conservatoire, l’interprète, le créateur aussi, compositeur, arrangeur, orchestrateur, parolier... : relevant d’une pratique savante, musicologique, ou musicienne au sens quasi professionnel du terme, nous sommes ici en présence d’usages bien identifiées, émanant d’un public dont les besoins sont assez faciles à appréhender, sinon à satisfaire - nonobstant les difficultés que l’on peut rencontrer à ce niveau (faiblesse des sections musicologiques des BU, insuffisance notoire des bibliothèques de conservatoire).

4Mais la musique, c’est bien autre chose aussi : on sait la place qu’elle a pris dans les loisirs des Français, qu’elle soit simple écoute ou pratique amateur (selon les enquêtes sur les pratiques culturelles des français, cela concerne aujourd’hui plus de cinq millions de personnes) : nébuleuse beaucoup plus difficile à définir, dont l’importance a crû avec les années, et dont les besoins ne sont pas toujours pris en compte par les institutions existantes. Ces pratiques en effet peuvent recouvrir des réalités bien différentes ; car qu’est-ce, par exemple, qu’un amateur ? : du simple usager d’une discothèque venu chercher, pour se distraire, les dernières nouveautés du disque, au collectionneur fanatique d’enregistrements historiques (qui n’est pas forcément musicien ni musicologue), du chanteur amateur ou à celui qui pratique un instrument, quelque soit son niveau technique, on a là tous les usages possibles : un public nombreux, donc de masse, mais dont l’une des caractéristiques est paradoxalement d’être assez souvent d’une exigence qui s’exerce sur des demandes particulièrement pointues.

Comment sont satisfaits ces besoins aujourd’hui ?

5• Pour le public des chercheurs, érudits, musicologues, situation en demi-teinte :

6Certes, les grands établissements prestigieux jouent leur rôle (BnF, Département de la Musique, bibliothèque de l’Opéra), valorisé par la récente installation du Département de l’audiovisuel sur le site François Mitterrand ; de nouvelles institutions apparaissent dans les domaines de la facture instrumentale (Musée de la musique), de la musique contemporaine (IRCAM), ou du répertoire baroque (CMBV). Ces avancées importantes ne peuvent hélas ! faire oublier la faiblesse des bibliothèques d’UFR de musicologie, dotées, quand elles existent, de moyens terriblement insuffisants, tant en locaux qu’en crédits d’acquisitions.

  • Pour les professionnels, musiciens interprètes ou compositeurs, là aussi, les grandes institutions existantes [Département de la Musique (BnF), médiathèques Berlioz et Nadia Boulanger (CNSMD Paris et Lyon), Cité de la musique encore] remplissent assez bien leur office, que ce soit en offre documentaire ou ce que j’appellerai en « matériel » (je range sous ce vocable la musique imprimée aussi bien que les machines de l’IRCAM). Au-delà, c’est hélas, le désert, ou presque, et il faut encore une fois pointer ici les insuffisances des bibliothèques d’établissement d’enseignement musical, lorsqu’elles existent, malgré quelques exceptions remarquables comme les bibliothèques de la Maison des conservatoires à Paris et du Conservatoire national de région de Boulogne-Billancourt.
  • Pour le « grand public », tel que nous avons essayé de le définir rapidement, la situation est encore plus contrastée, les besoins étant plus difficiles à cerner, et donc à satisfaire : sans doute la pratique de l’écoute, démocratisée par le développement de l’enregistrement sonore, et qui génère une demande exponentielle, est-elle assez bien satisfaite au niveau de l’offre de prêt, traditionnellement, et anciennement développée dans les discothèques (trente-deux à Paris), encore que la présence de collections de documents sonores ne soit pas toujours la règle. (1 300 BM seulement, soit moins de la moitié, possèdent des documents sonore s, rappelons-le.) Mais cette omniprésence, sans doute essentielle, du prêt s’est faite au détriment d’autres formes : pas ou peu d’écoute sur place, généralement négligée, pas de conservation surtout, et là, le bilan est dramatique : la MMP (Médiathèque musicale de Paris) est la seule institution, en dehors de la BnF et de Radio-France, à avoir, avec ses Archives sonores, une véritable politique de conservation du microsillon comme du disque compact.

7Quant aux collections de musique imprimés, de livres et de périodiques musicaux, elles sont le plus souvent, en lecture publique, d’une insuffisance criante, comme si ces types de supports relevaient d’un autre univers, celui de la bibliothèque spécialisée, ou des conservatoires.

8Or, s’il est un enjeu capital pour l’avenir de la musique en bibliothèque, c’est bien celui du rapprochement - on a envie de dire de la réconciliation - des publics « savants » et de ce que que l’on peut appeler le « grand public » même si, (et parce que) la frontière n’est plus tout à fait aussi étanche entre les deux. C’est la prise en compte de ce défi qui est à la base de l’idée de médiathèque musicale publique, tel qu’il a été défini par Michel Sineux et Dominique Hausfater, et appliqué à la Discothèque des Halles à partir de 1986.

9La mise en pratique de ce concept, ainsi que l’a très bien souligné Michel Melot, dans le rapport du CSB (Conseil supérieur des bibliothèques) de 1995, constitue en effet, selon lui, « un champ d’application privilégié d’une intégration réelle des publics et des médias » : il faut malheureusement reconnaître qu’il ne s’est guère développé et n’a pas et dans le paysage des bibliothèques la place des « music public libraries » anglaises ou des Mubis allemandes... Malgré quelques timides et partielles avancées ici ou là, il suscite même aujourd’hui des réticences avouées chez certains professionnels de la lecture publique (qui ne voient pas l’opportunité de faire un sort particulier à la musique, comme thématique en soi). C’est ainsi qu’on voit apparaître des sections Arts et Loisirs, Musique et Cinéma, au sein de laquelle la musique est diluée. ramenée au rang de divertissement plus que d’objet d’étude.

10La MMP, seule de son espèce à avoir décliné le concept de façon pure, est ainsi victime de son isolement qui se voit obligée de satisfaire tous les publics, et pallier toutes les insuffisances - allais-je dire - des autres bibliothèques musicales, en particulier en matière de musique imprimée : ainsi, par exemple, on me demandait encore il y a peu si nous disposions de la partition d’orchestre de Ramifications de Boulez, ou, le même jour - c’est un hasard, d’un opéra de Landowski.

11Son caractère emblématique sans doute, est totalement fragilisé par cet état de fait, et l’établissement manque de visibilité, tiraillé en permanence entre lecture publique et bibliothèque d’étude ; du coup, les départements spécialisés, malgré leur richesses documentaires, n’ont pas trouvé tout à fait leur public - je pense notamment au fonds de livres ou de périodiques : l’établissement a une image « lecture publique », qui n’est, on peut le déplorer, pas toujours perçue comme un gage de qualité ou de sérieux documentaire par les spécialistes.

12Ce n’est pas le concept lui-même qui est en cause, mais les difficultés croissantes que rencontre son application sur le site de la MMP, lieu unique d’expérimentation où se concentrent toutes les attentes, satisfaites sans doute pour une part, mais déçues aussi maintenant, en l’absence d’autres structures du même type vraiment efficaces.

Comment remédier à cet état de choses ?

13Quelques pistes, dont certaines déjà assez largement suivies, peuvent être explorées :

14• Mieux se connaître pour mieux coopérer : inciter les bibliothèques publiques à intégrer davantage les instances professionnelles telles l’AIBM (Association internationale des bibliothèques musicales), qui vient de publier un outil fondamental avec son annuaire ; sortir de son isolement en participant aux fructueux débats de la liste de diffusion « discothécaires.fr ».

  • Essayer de faire éclater les barrières entre les publics : c’est ce que cherche à faire, la Cité de la musique, l’Ircam, la médiathèque Berlioz au CNSM, la MMP avec les Archives sonores ou d’autres ; mais s’il est louable que ces institutions s’ouvrent sans restriction d’accès, il doit rester clair que leurs missions premières, l’étendue de leurs collections ou de leur champs documentaires ne peuvent en faire tout à fait des établissements de lecture publique au sens strict du terme.
  • Il faut donc développer, dans les bibliothèques de lecture publique, l’offre en partitions et méthodes, à côté des supports traditionnels de la discothèque, ce qui implique de sortir du carcan de la « section discothèque », dont le succès, a paradoxalement, constitué souvent un frein au développement de véritables sections musicales : les discothécaires en effet, qui ont toujours eu le plus grand mal à faire valoir leurs spécificités professionnelles, sont souvent les plus réticents à s’ouvrir sur la musique imprimée et la littérature musicale.

15[Cf. la réflexion menée actuellement dans le réseau parisien, sous l’égide du SSB, à partir de la définition de « pôles musicaux » (MMP, Picpus, Beaugrenelle)]

  • Prendre conscience d’une nécessaire conservation des documents sonores, en leur reconnaissant une véritable valeur patrimoniale au même titre que d’autres supports : microsillons d’abord - ou ce qu’il en reste, beaucoup de collections ayant malheureusement purement et simplement disparu -, compacts-disques maintenant - si l’on ne veut pas arriver à la même situation. La conclusion d’une convention de pôle associé entre la BnF et la MMP constitue un pas que l’on espère décisif dans cette direction.
  • Parallèllement, encourager les expériences de coopération BM/bibliothèques de conservatoire... lent et difficile travail, car les traditions ont la vie dure... et le rapprochement avec des tutelles différentes est souvent problématique. Même s’il risque d’être bientôt suivi par d’autres (Issy-les-Moulineaux), l’exemple de Boulogne-Billancourt, qui possède un catalogue commun avec la BM, reste exceptionnel.
  • Développer les formations spécifiques de bibliothécaire musical, en partant du postulat que la musique constitue un champ documentaire à part entière. C’est un point de départ essentiel si l’on veut remédier aux faiblesses existantes. Deux axes : développer la formation continue et favoriser l’accès aux métiers des bibliothèques des personnes qui auraient déjà des compétences musicales. C’est bien là, me semble-t-il, le défi auquel nous sommes aujourd’hui confrontés.

16Le partage des ressources ne sera possible que si on parvient à une complémentarité des missions et des politiques documentaires. Cela implique de dépasser les clivages entre musique populaire et musique savante qui, elles-mêmes, ne sont que le reflet du vieil antagonisme bibliothèques d’étude/bibliothèques de lecture publique.

17Pour reprendre les conclusions de Michel Melot, « la bibliothèque musicale ne pourra jouer son rôle que si on abolit les distances entre les publics, entre musique écrite et musique enregistrée, entre pratique musicale et culture musicale ».

Auteur

Gilles Pierret est conservateur général, directeur de la Médiathèque musicale de Paris.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter