Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Évaluer et formaliser

Les politiques documentaires des bibliothèques publiques des grandes villes étrangères1

Aline Girard-Billon

Texte intégral

L’INTAMEL en quelques mots

  • 1 Les résultats d’une enquête menée parmi les membres de l’INTAMEL.

1Avant d’aborder précisément le thème de l’intervention « Les politiques documentaires des bibliothèques publiques des grandes villes étrangères », il paraît nécessaire de dire quelques mots de l’intamel, cette association professionnelle internationale très particulière, par le biais de laquelle l’enquête dont les résultats sont ici présentés a pu être menée.

2L’intamel (INTernational Association of Metropolitan Librairies) a été fondée en 1968 : elle constitue un réseau d’information et de communication professionnelles ouvert aux bibliothèques publiques des villes de plus de 400 000 habitants. En 1976, l’intamel est devenue une table ronde de l’ifla (International Federation of Library Associations and Institutions).

3L’association compte aujourd’hui plus de quatre-vingts membres, répartis dans vingt-huit pays et sur les cinq continents. Les villes françaises de Paris, Lyon et Toulouse en sont membres - Paris depuis la création de l’association. Jusqu’à il y a peu, les bibliothèques adhérentes étaient situées majoritairement dans des villes d’Amérique du Nord et d’Europe occidentale. Récemment les adhésions des bibliothèques d’Europe de l’Est et des républiques de l’ex-Union soviétique se sont multipliées, ainsi que celles des pays d’Asie.

4De nouveaux statuts ont été votés lors de la conférence de Saint-Louis en 2000 : l’association, jusque-là réservée aux bibliothèques des villes de plus de 400 000 habitants, s’est ouverte aux bibliothèques régionales desservant une population de même importance, sans pour autant modifier son appellation.

5Les membres de l’intamel échangent en permanence idées et informations sur des sujets variés, tels que fonctionnement des réseaux de bibliothèques, bâtiments, informatisation, nouveaux supports, services aux publics spécifiques, appréhendés d’un point de vue particulier : la lecture publique dans les grandes villes.

6L’intamel a par ailleurs développé une activité statistique unique en son genre. Chaque année sont collectées et publiées, par les soins de la bibliothèque municipale de Hanovre (Stadtbibliothek Hannover), des données statistiques relatives aux bibliothèques adhérentes : collections, acquisitions, prêts, budget, effectifs, durée d’ouverture, etc. Les documents publiés annuellement permettent la comparaison des moyens et des performances d’une certain nombre de grandes bibliothèques publiques à travers le monde.

  • 2 L’actuel président est Dan Wilson, le directeur de la Saint-Louis County Library. Son mandat échoi (...)

7Le bureau de l’intamel est composé d’un président2 et d’un secrétaire-trésorier élus pour trois ans.

8L’association publie une brochure semestrielle Metro. Des pages d’accueil intamel sont proposées sur le site de l’ifla3. On accède également par iflanet à la liste de discussion de l’intamel, intlib.

9Le congrès de l’association permet aux membres de se rencontrer une fois par an dans un pays hôte.

10Deux villes françaises ont accueilli un congrès de l’intamel : Paris en 1976 et 1987, Toulouse en 1991. Paris a fait acte de candidature pour 2001, avant de se désister. Amman en Jordanie a pris le relais à l’improviste. Malheureusement, le congrès 2001, programmé pour la troisième semaine de septembre, a dû être annulé, compte tenu du contexte politique.

11La conférence 2002 de l’association sera accueillie par Stockholm, celle de 2003 par Singapour, celle de 2004 par Bucarest et Brasov en Roumanie. Paris et Lyon ont posé les premières bases d’une candidature pour 2005, sur deux sites.

12Je représente les bibliothèques de la Ville de Paris au sein de l’intamel depuis 1995. L’idée de passer par cette association pour recueillir des informations sur Les politiques documentaires des bibliothèques publiques des grandes villes étrangères m’a donc paru parfaitement logique. Comme vous le verrez, les membres de l’intamel ont répondu volontiers au questionnaire qui leur a été envoyé. Sollicités chaque année pour transmettre leurs données statistiques, ils ont l’habitude de faire circuler au sein de l’intamel un certain nombre d’informations les concernant ; c’est pourtant la première fois qu’une enquête formelle est réalisée par le biais de l’association.

Les objectifs de l’enquête

13Lorsque l’oplpp a choisi pour son troisième colloque professionnel le thème de la politique documentaire, il est apparu souhaitable aux membres de l’Observatoire d’apporter un éclairage sur des pratiques étrangères. Cette option avait déjà été retenue lors du colloque de 1998 qui s’est tenu à la Bibliothèque nationale de France sur le thème : « Publics et usages des bibliothèques à Paris aujourd’hui : un défi pour la coopération ». À cette occasion avaient été invités des collègues de Montréal et de Berlin, qui nous avaient présenté leurs expériences dans le domaine de la coopération inter-institutionnelle.

14En l’absence aujourd’hui d’un intervenant étranger, les pratiques étrangères liées au thème du colloque sont donc portées à la connaissance des participants de la présente journée d’étude via les résultats d’une enquête internationale.

15Quels étaient donc les objectifs de l’oplpp en menant cette enquête ?

  • Tout d’abord, connaître le degré de formalisation et le niveau d’application atteints par les bibliothèques étrangères dans un domaine qui préoccupe largement les professionnels français depuis quelques années, celui de la politique documentaire et de la gestion des collections.
  • Donner également la possibilité d’une mise en perspective des réflexions et travaux français. Cet aspect n’est pas abordé aujourd’hui, mais sera ultérieurement approfondi.

16La Ville de Paris avait par ailleurs un objectif propre : celui de comparer les prestations qu’elle propose dans son réseau de bibliothèques municipales avec celles fournies par les plus grandes villes du monde. Une manière d’étalonnage en quelque sorte. Les comparaisons sont souvent pleines d’enseignement, même si elles ne sont pas toujours « confortables ».

  • 4 Une comparaison de la situation des bibliothèques de la capitale avec celle des bibliothèques des (...)

17Sont donc communiquées aujourd’hui, par le biais de l’enquête intamel, des informations peu répandues et d’une nature un peu particulière : celles qui concernent les grands réseaux de bibliothèques publiques, ceux des grandes métropoles, en tout cas ceux des villes d’une population supérieure à 400 000 habitants. C’est une problématique tout à fait spécifique, peu traitée dans la sphère professionnelle nationale. il est vrai que seules cinq villes françaises ont une population de plus de 300 000 habitants et des réseaux dont la structure approche ceux des villes membres de l’intamel (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice)4. La profession évoque plus volontiers, en effet, des questions communes à tous (BnF, BM, BU) que des aspects particuliers peu modélisants.

La structure et la diffusion du questionnaire

18En quoi précisément a consisté l’enquête intamel ?

Un questionnaire d’enquête a été adressé, en version anglaise, à quatre-vingt-trois villes membres de l’intamel, par courrier postal, avec information parallèle sur intlib, la liste de discussion réservée aux membres de l’intamel, gérée par iflanet.

19Le questionnaire, envoyé en août 2001, avec un retour attendu pour la fin du mois d’octobre, était divisé en sept chapitres, qui peuvent se regrouper en deux grandes rubriques :

  • Éléments d’information permettant d’identifier et évaluer les réseaux de bibliothèques des villes qui ont répondu à l’enquête : informations générales et données statistiques sur la ville et le réseau, législation en vigueur dans le pays, mission, statut et niveau d’activité du réseau, état de l’offre électronique.
  • Éléments de politique documentaire : mission documentaire des bibliothèques du réseau, chartes documentaires et plans de développement des collections, objectifs en terme d’acquisition et d’éliminations, procédures de sélection et d’acquisition.

20Il était demandé aux destinataires de bien vouloir joindre à leur questionnaire rempli tous les documents susceptibles de compléter l’information. Sept villes ont envoyé des documents d’accompagnement (mission, chartes, plans de développement, procédures, etc.) : Saint Louis, Houston, Lexington, Turin, Copenhague, Rotterdam, Helsinki. Une recherche complémentaire a été effectuée sur les sites Web de certaines bibliothèques.

21En complément des réponses à l’enquête, il a été possible de s’appuyer sur les dernières statistiques de l’intamel, celles de l’année 1999. Elles ont permis de compléter les informations sur l’offre et le niveau d’activité.

22Les informations recueillies par le biais de l’enquête ont été trop nombreuses pour être présentées dans leur intégralité au cours de l’intervention du 6 décembre.

23Plusieurs chapitres de l’enquête ne seront donc pas évoqués ici, notamment :

  • la législation en vigueur dans les pays concernés ;
  • la définition de la mission des bibliothèques ;
  • tout ce qui concerne les principes et procédures de désherbage.

24Il n’y aura pas non plus d’analyse de documents d’accompagnement.

25L’ensemble des informations figureront dans un article qui paraîtra dans le Bulletin des bibliothèques de France à l’été 2002.

Les résultats

26La présentation des résultats est effectuée conformément à la structure de l’enquête.

27Dans une première partie sont donc présentés les éléments permettant d’identifier et évaluer les réseaux de bibliothèques des villes qui ont répondu à l’enquête. La deuxième partie est centrée sur les éléments de politique documentaire.

Eléments permettant d’identifier et évaluer les réseaux de bibliothèques des villes qui ont répondu à l’enquête

  • 5 La bibliothèque de Cleveland (Ohio) a répondu par un courrier, en indiquant pourquoi elle ne renvo (...)
  • 6 Queens est un des cinq borroughs de New York, les autres étant Manhattan, Brooklyn, Bronx et State (...)

Sur les quatre-vingt-trois villes destinataires du questionnaire d’enquête, vingt-cinq ont répondu et vingt-quatre ont retourné un questionnaire rempli5, soit un taux de réponse de 30 %.
L’origine géographique des répondants fait apparaître que sept villes sont nord-américaines, quinze européennes, une africaine et deux asiatiques (annexe i : Villes ayant répondu à l’enquête). Trois villes ont une population de plus de trois millions d’habitants (Los Angeles, Singapour, HongKong), trois villes de plus de deux millions d’habitants (Queens [New York]6, Paris, Bucarest) et quatre villes plus d’un million d’habitants (Houston, Vienne, Prague, Le Cap).

  • 7 Saint Louis et Toledo sont des « County Public Libraries » qui, à la différence des bibliothèques (...)

28La plupart des bibliothèques qui ont répondu à l’enquête sont des bibliothèques municipales (18/25), deux sont des bibliothèques régionales, équivalentes lointaines de nos BDP7 (Saint Louis et Toledo), trois ont un statut mixte, municipal et régional (Lexington, Helsinki et Singapour). L’une a un statut privé, la bibliothèque de Queens, qui est une organisation sans but lucratif (annexe II : Statut des réseaux des bibliothèques et financement du réseau de lecture publique).

29Les modes de financement sont également variés, bien que logiquement majoritairement municipaux.

30En appoint des financements institutionnels, beaucoup de bibliothèques déclarent compléter leur budget par :

  • le mécénat ;
  • les recettes propres (inscriptions, ventes de produits et de publications) ;
  • des subventions exceptionnelles d’une autre tutelle, liés à des missions particulières ou des projets spécifiques.
  • 8 Dix-sept bibliothèques d’hôpitaux font également partie du réseau d’Helsinki. Elles n’ont pas été (...)

31L’analyse de la structure des réseaux (annexe III : Structure des réseaux) montre que deux réseaux n’ont pas de bibliothèque centrale (Paris et HongKong), qu’a contrario une ville a deux bibliothèques centrales (Le Cap) et que cette ville a par ailleurs le plus important réseau d’annexes (100). Le nombre moyen d’annexes pour les vingt-cinq villes concernées par l’enquête est de quarante8.

32Les réseaux les plus étendus sont ceux de Houston (190 600 m2), de Glasgow (173 300 m2) et de Los Angeles (106 500 m2). Quatre réseaux ont entre 80 000 et 60 000 m2 de superficie (Singapour, Queens, HongKong, Paris). Dix-sept villes complètent leur offre par des bibliobus, le parc le plus important étant celui de Saint Louis (Missouri) - dix véhicules.

33Ces premiers éléments d’information laissent supposer à quel point l’organisation et le fonctionnement de réseaux de cette importance peut être complexe. Des dizaines de milliers de mètres carrés de bibliothèques à gérer sur des territoires souvent très étendus, une multiplicité de sites et d’équipes, autant de points qui rendent difficiles une réflexion et une action cohérentes. Plus loin, il sera possible de juger s’il s’agit là d’un handicap au développement d’une politique documentaire raisonnée et formalisée.

34L’offre documentaire et le niveau d’activité de ces vingt-cinq réseaux métropolitains de bibliothèques sont également variés (annexe IV : Eléments d’appréciation de l’offre documentaire et du niveau d’activité et annexe V : Quelques ratios significatifs).

35Trois villes réalisent plus de vingt-cinq millions de prêts par an (Hong Kong, Queens, Singapour), trois plus de dix millions (Los Angeles, Paris, Le Cap). Douze ont un taux de fréquentation supérieur à 30 %.

36Il ne semble pas possible d’établir un lien entre l’étendue du réseau (en mètres carrés et en nombre de sites) et l’ampleur de l’offre documentaire d’une part, le niveau d’activité d’autre part. Le cas le plus exceptionnel est celui de la bibliothèque de Queens (NY) qui, avec moins de 80 000 m2 et 63 sites, sert 871 000 usagers inscrits et réalise près de 34 millions de prêts par an à partir d’une collection de 11,6 millions de documents. Les cas de HongKong et Singapour sont également remarquables (respectivement 34 et 25 millions de prêts, 36,4 % et 56,2 % de taux de fréquentation pour des réseaux de superficie « moyenne »). À l’extrême inverse, les bibliothèques de Vienne et de Bucarest sont peu performantes et peu attractives. On peut facilement supposer que c’est l’existence d’une politique volontariste et dynamique dans le domaine de la lecture publique (horaires d’ouverture, variété et pertinence des services, collections, offre électronique) qui fait la différence.

37Pour le sujet qui nous intéresse, la politique documentaire, l’observation des dépenses d’acquisition par habitant (de 175 francs à Queens à 0,40 francs à Bucarest, avec une moyenne de 26,60 francs sur l’ensemble des villes) permet cette fois d’établir une relation entre l’investissement financier consenti par la tutelle pour la bibliothèque et l’existence d’une politique documentaire.

38Sur les dix villes qui dépensent plus de 20 francs par an et par habitant pour les acquisitions, sept villes ont des chartes documentaires (complétées ou non par des plans de développement des collections) : Queens, Houston, Lexington, Glasgow, Copenhague, Rotterdam et Helsinki.

39La place qu’occupent les bibliothèques dans le paysage social et culturel et le rôle qu’elles jouent au sein de la communauté locale ou nationale ne sont de toute évidence pas les mêmes partout... Sans que cela mette en cause, de quelque manière que ce soit, la qualité du travail fait par les professionnels dans chacune des villes de l’enquête : beaucoup ont été convaincus de la nécessité de préciser la mission documentaire de leur bibliothèque et l’ont fait (bibliothèques allemandes, Prague, Turin). Avec un soutien politique et/ou financier de leur tutelle, bon nombre de situations seraient plus satisfaisantes.

40Quelle est l’ampleur et la variété de l’offre électronique des bibliothèques touchées par l’enquête ?

41Tous les bibliothèques interrogées, sauf une - Bucarest -, ont dans leurs collections des documents électroniques (cédéroms/DVDroms). Il s’agit pour certaines de plusieurs milliers de documents (+ de 4 000 documents électroniques à Queens, Toledo, Lexington, Dresde, Brême, Glasgow, Copenhague, Rotterdam, Helsinki). Hong Kong et Singapour proposent, quant à elles, respectivement 32 000 et 72 000 documents électroniques.

42Toutes les bibliothèques ayant répondu donnent accès à internet dans leurs locaux, sur un nombre de postes très varié (de 3 à Zurich jusqu’à 790 à Queens).

43La quasi totalité des bibliothèques dispose d’un site Web. Seules Paris et Bucarest ne proposent pas ce service à leurs usagers. Sur ces sites Web, cohabitent des services aux usagers et des services documentaires.

44Parmi les services aux usagers, trois services sont traditionnels : • les informations pratiques sur la bibliothèque - adresses et horaires des sites, conditions d’inscription, règles de prêt, etc. - (100 % des bibliothèques) ;

  • le consultation du compte de l’usager (62,5 %) ;
  • les réservations de documents (50 %).

45Des services complémentaires variés sont proposés par les uns ou les autres :

  • inscription en ligne à la bibliothèque ;
  • service de renseignements en ligne (Ask your librarian) ;
  • demandes de prêt inter à l’intérieur ou à l’extérieur du réseau ;
  • informations sur les animations ;
  • lettre d’information de la bibliothèque ;
  • commandes de reproduction de document ;
  • commandes des publications de la bibliothèque ;
  • informations pratiques communautaires ;
  • annuaires des services aux immigrants.
  • 9 Les services également mentionnés sont les suggestions de lecture, d’écoute, etc., et l’accès à de (...)

46Parmi les services documentaires, le plus courant est l’accès au catalogue (95 % des bibliothèques). Les liens avec d’autres sites Web (signets ou bookmarks), sélectionnés par la bibliothèque et souvent intégrés au catalogue, sont très largement pratiqués. Viennent ensuite la mise à disposition d’images, de documents en texte intégral, de périodiques électroniques et de documents numérisés. Les bibliographies et les listes de nouvelles acquisitions, prestations couramment proposées en version imprimée par les bibliothèques, sont relativement peu présentes sur les sites Web9.

47Parmi les services Web plus exceptionnels, attirons une nouvelle fois l’attention sur le cas de la bibliothèque de Queens. La bibliothèque est, via son site Web, un portail e-book, c’est-à-dire que les usagers peuvent télécharger chez eux les textes de leur choix et constituer, au sein de l’offre de la bibliothèque, leur bibliothèque virtuelle, sur le nombre de titres et pour la durée qui leur convient.

  • 10 La Bibliothèque Espace Landowski de Boulogne-Billancourt met en place à partir du mois de janvier (...)

48À l’heure où les e-books ont fait leur apparition dans les bibliothèques françaises (Issy-les Moulineaux, Boulogne-Billancourt10), la recherche d’information sur le service de Queens serait sans doute intéressante.

49Toutes les bibliothèques sauf une (Zurich) proposent à leurs usagers une médiation pour l’utilisation des ressources électroniques.

50La prestation offerte par la bibliothèque varie : elle va de l’assistance individuelle à la recherche (dans l’OPAC, dans les cédéroms et les bases de données en ligne, sur internet), jusqu’aux classes ou ateliers de formation organisés sur une base régulière. Dans le cadre de ces séances destinées à des petits groupes, aux recherches précédemment citées s’ajoutent selon les cas des formations aux logiciels bureautiques, à l’utilisation d’une messagerie électronique, à la conception des sites Web.

51Ces quelques éléments d’information donnent la possibilité d’inscrire les éléments de politique documentaire qui vont suivre dans le cadre le plus clair possible. Par ailleurs, ils permettent, d’une part de mettre à jour certaines données connues sur les bibliothèques étrangères, d’autre part de faire découvrir la situation des bibliothèques de certains pays qui font très rarement l’objet d’étude : c’est le cas de la République tchèque, l’Autriche, la Croatie, la Roumanie, l’Afrique du Sud, Singapour et HongKong.

Eléments de politique documentaire

52À la question : « Existe-t-il une définition de la mission de votre bibliothèque en termes de collections et de services d’information ? », dix-neuf bibliothèques ont répondu oui, six ont répondu non. Parmi ces dernières (Saint Louis, Turin, Glasgow, Zurich, Vienne, Paris), la ville écossaise se distingue, puisque la charte documentaire est en cours de définition.

  • 11 Toledo, Los Angeles, Lexington, Rotterdam, Bucarest, Le Cap.
  • 12 Queens, Houston, Dresde, Leipzig, Brême, Copenhague, Rotterdam, Helsinki, Zagreb, Singapour, Hong (...)

53Pour les bibliothèques ayant répondu oui, dans six cas la mission documentaire concerne l’ensemble du réseau11 ; pour les autres la définition précise également la mission de la bibliothèque centrale, des annexes et, quand ce service existe, celle des bibliobus12.

54il était également important de savoir :

  • qui avait défini la mission documentaire ;
  • si elle avait été spécifiée dans un document, et si oui, si ce document était interne ou public.

55Dans la grande majorité des cas, la mission documentaire a été définie par l’équipe de direction de la bibliothèque ou le conseil d’administration (board of trustees), sur la base d’un travail préalable mené par des professionnels spécialistes (responsable du développement des collections, de la politique documentaire, acquéreurs, etc.).

  • 13 Trois villes ne possèdent pas de document de politique documentaire (Los Angeles, Leipzig, Zagreb) (...)

56Dans 80 % des cas13, cette mission a été spécifiée dans un document écrit. il peut s’agir de :

  • une charte de politique documentaire (Queens, Houston, Lexington, Brême, Copenhague, Rotterdam, Helsinki, Hong Kong) ;
  • un plan pluriannuel de développement de la bibliothèque (Dresde, Prague, Singapour) ;
  • un rapport d’activité (Lyon).

57Ce document est, dans tous les cas sauf un (Brême), un document public, validé par la tutelle.

58La première édition peut en être ancienne : les chartes documentaires de Cleveland et de Houston datent respectivement de 1985 et de 1987. Cependant, la plus grande partie des documents de politique documentaire a été conçue et publiée au cours des années 1990.

59Après leur publication, les chartes documentaires sont mises à jour, soit sur un rythme régulier (tous les deux ans, trois ans, cinq ans), soit ponctuellement quand le document existant n’est plus adapté (évolution du public, de l’offre éditoriale, des technologies de l’information, etc.).

60Le document existe dans une version imprimée, mais est fréquemment disponible aussi sur le site Web de la bibliothèque, en version intégrale ou abrégée.

61Les chartes documentaires sont également utilisées en interne, comme document de cadrage de l’action des professionnels.

  • 14 Les trois réponses négatives sont celles de Houston, Los Angeles et Le Cap.

62En préalable à la définition de la mission documentaire de la bibliothèque, des données statistiques avaient-elles été réunies ? Quatorze bibliothèques sur dix-sept ont répondu positivement14.

63Quelles données statistiques ont paru utiles aux bibliothèques concernées ? Des données sur les collections, les publics et les usages.

Collections

64Données de base :

  • nombre total de documents
  • répartition des collections par type de documents
  • répartition des collections par site
  • répartition des collections par genre (fiction/documentaires, puis pour les documentaires par sujets)

65Données annexes :

  • collections pour la consultation sur place/collections pour le prêt
  • proportion titres/exemplaires

66Données exceptionnelles :

  • proportion collections nationales/collections en langues étrangères

67Autres données statistiques :

68répartition des collections par dates d’édition, taux de renouvellement des collections

Usagers

69Données de base :

  • nombre total d’usagers
  • nombre d’usagers par site
  • répartition des usagers par âge, sexe et catégories socioprofessionnelles

70Autres données statistiques :

71Répartition par lieu de résidence, par langue maternelle, dépenses d’acquisition par usager.

Utilisation des collections

72Données de base :

  • nombre total de prêts
  • nombre de prêts par site
  • nombre de prêts par type de document
  • nombre de prêts par genre (fiction/documentaires, puis pour les documentaires par sujets)

73Données annexes :

  • volume de la consultation sur place

74Autres données statistiques :

75Taux de rotation, prêts par usager, nombre et nature des informations fournies par les bibliothécaires au bureau de référence

  • 15 Les Politiques d’acquisition, éditions du Cercle de la librairie, 1994 et Conduire une politique d (...)

76il est évident que les éléments pris en compte dépendent de la variété des données statistiques fournies par les logiciels de gestion de bibliothèques. Par ailleurs, apprécier l’ampleur et la nature de la consultation sur place repose souvent sur des comptages manuels ou des enquêtes de public, ce qui n’est pas toujours compatibles avec les moyens humains ou financiers dont disposent les bibliothèques. Cependant, on peut dire que l’analyse des collections existantes et l’évaluation des usages, désignées par Bertrand Calenge dans ses ouvrages15 comme des préalables indispensables, sont considérées comme tels également par les professionnels étrangers.

77Au cours de la définition de la mission documentaire de la bibliothèque, les collections et services d’informations d’autres bibliothèques situées sur le même territoire ont-elles été prises en compte ? Cela a été effectivement le cas de toutes les bibliothèques qui possèdent une charte documentaire, sauf une (Copenhague).

78Selon la variété de l’offre en bibliothèques de la ville concernée, ont été considérées les collections :

  • de la bibliothèque nationale16 (BN) ;
  • des bibliothèques universitaires (BU) ;
  • des bibliothèques scolaires ;
  • des bibliothèques spécialisées (BS).

79Le plus fréquemment, c’est l’offre documentaire des bibliothèques universitaires et scolaires qui est concrètement prise en compte.

80Peu de partenariats formels existent cependant :

  • à Prague, pour le partage des collections de techniques, de médecine et d’art (BM, BU et BS) ;
  • à Houston, avec quelques bibliothèques universitaires pour des domaines particuliers ;
  • à Brême, dans le cadre d’un partenariat spécifique avec les bibliothèques universitaires, allant jusqu’à un accord sur le partage des acquisitions ;
  • à Dresde, pour le partage des collections de périodiques (BM, BU et BS) ;
  • à Queens et Lyon, pour le partage des fonds d’intérêt régional ;
  • à Singapour, par la fourniture d’un kit documentaire de base aux bibliothèques scolaires, assortie d’une aide au suivi des collections.

81On constate en complément, selon les cas, que :

  • le prêt inter-bibliothèques est couramment pratiqué entre les bibliothèques situées sur le même territoire ;
  • des publications communes sont produites (Dresde) ;
  • les résidents de la collectivité territoriale peuvent empruntés conjointement dans les bibliothèques municipales et universitaires (Lexington) ;
  • des liens privilégiés apparaissent sur les sites Web.

82Deux cas de coopération inter-institutionnelle méritent d’être brièvement développés ici : celui de Queens et du réseau METRO ; celui de Rotterdam et du réseau Rotterdamnet.

83La bibliothèque de Queens est membre de la Metropolitan Library Association METRO, réseau dont les membres sont les bibliothèques universitaires, publiques et spécialisées de New York. L’adhésion n’inclut pas d’autres partenariats formels que le partage des ressources d’origine régionale. Des multiples ententes informelles existent cependant en complément. La bibliothèque de Queens participe également au Conseil des bibliothèques scolaires (School Library System Advisory Board), dont la mission est de porter attention aux besoins documentaires des élèves de tous niveaux et de définir les ressources qui doivent être mises à leur disposition.

84À Rotterdam, par le biais de Rotterdamnet, un partenariat entre les bibliothèques publiques, universitaires, scolaires et spécialisées a été établi. L’intention de partager les ressources documentaires est clairement affirmée, mais pour l’instant, aucun accord spécifique n’a été défini.

85Des plans de développement des collections complètent-ils les chartes documentaires ?

86À l’examen des réponses, il apparaît que plusieurs bibliothèques ne disposent que d’un seul et unique document de référence pour la définition de leur politique documentaire et la gestion de leurs collections (Queens, Houston, Dresde, Helsinki, Prague). Ces documents mixtes sont plus ou moins élaborés et précis.

87Pour Queens, la Collection Development Policy est conçue comme un document de politique documentaire et un recueil de procédures. Il contient les principes de la liberté intellectuelle et précise les services à fournir à la communauté. il définit les niveaux de la collection, les collections spécialisées, les types de documents et conclut sur les principes du désherbage.

88Sept bibliothèques cependant possèdent de réels plans de développement des collections : Lexington, Brême, Copenhague, Rotterdam, Zagreb, Singapour Hong Kong.

89Les plans de développement des collections ont été rédigés en coopération par des professionnels du réseau spécialistes des collections (coordinateur du développement des collections, directeur du département [du développement] des collections, responsables de départements spécialisés) et par les responsables des annexes. La direction de la bibliothèque est évidemment impliquée.

90Dans cinq cas sur sept, les plans de développement des collections sont des documents exclusivement internes. À Lexington et à HongKong seulement, ces documents sont à la fois internes et publics. ils précisent d’une manière détaillée le profil des collections, ainsi que les options et les objectifs documentaires.

91Ces documents de travail pour le personnel sont, d’une manière générale, légèrement plus récents que les chartes documentaires. Ils sont régulièrement mis à jour, souvent sur une base annuelle. L’évaluation des collections et les statistiques aident à la révision des plans de développement des collections.

92De quelle manière les plans de développement des collections sont-ils structurés ?

  • 17 De façon à garder la cohérence nécessaire à l’analyse des résultats de l’enquête, les indications (...)

93Les objectifs en terme d’acquisitions17 sont définis :

  • soit pour l’ensemble du réseau : Lexington, Hong Kong ;
  • soit à la fois pour l’ensemble du réseau et pour les différents types de bibliothèques (centrale, annexes, bibliothèques mobiles) : Brême, Rotterdam, Copenhague, Zagreb, Singapour.

94Les objectifs documentaires concernent, par ordre décroissant, principalement :

  • la répartition des acquisitions par type de documents ;
  • la répartition des acquisitions par site ;
  • le nombre total de documents à acquérir ;
  • la répartition des acquisitions par genre (fiction/documentaires, puis pour les documentaires par sujet) ;

95ainsi que, plus accessoirement :

  • la répartition des collections entre la consultation sur place et le prêt ;
  • la proportion titres/exemplaires ;
  • la proportion des collections nationales et des collections en langue étrangères ;
  • la profondeur de la collection de chaque site.

96Les ressources électroniques sont partout intégrées dans les plans de développement des collections. L’élargissement progressif de l’offre a obligé à la définition de principes d’acquisitions clairs, mais sans cesse réévalués.

97Quelques indications sur les procédures de sélection et d’acquisition appliquées dans les grands réseaux étrangers de bibliothèques, ainsi que sur la répartition des crédits entre les différents sites.

98Plusieurs questions ont été posés à ce sujet :

  • la sélection et les acquisitions du réseau sont-elles centralisées ou décentralisées ?
  • selon quels critères sont répartis les crédits entre les bibliothèques du réseau ?
  • l’attribution des crédits à chaque site est-elle globale ou ciblée, par support ou sujet ?

99Sur vingt-trois réseaux de bibliothèques :

100• sept réseaux pratiquent une sélection documentaire centralisée et des acquisitions centralisées (Saint Louis, Brême, Turin, Copenhague, Bucarest, Prague, Singapour). il s’agit donc d’un système équivalent à celui d’un « office » pour les bibliothèques, sans possibilité de choix de leur part.

101Généralement, des comités de bibliothécaires sélectionnent les documents pour l’ensemble des sites dans le cadre de réunions régulières (hebdomadaires ou bimensuelles). Ces groupes, investis d’une responsabilité « réseau » sont, soit des comités chargés d’une sélection par support, soit des groupes de bibliothécaires composés de responsables d’annexes et de membres du département [du développement] des collections. À Saint Louis et à Turin, les comités de sélection examinent également les demandes des usagers et de prononcent sur la pertinence de l’acquisition des titres souhaités.

102• six réseaux sont organisés sur la base d’un système mixte sélection centralisée/décision d’achat déconcentrée/acquisitions centralisées (Houston, Dresde, Leipzig, Vienne, Lyon, Paris).

103Des listes de sélection sont établies, soit par des groupes de bibliothécaire s représentatifs (bibliothèque centrale, annexes, département du développement des collections), soit par le seul département des collections. Les bibliothèques du réseau effectuent un choix documentaire au sein de ces listes régulières. Des listes spécifiques sont parfois éditées en complément : par supports ou après identification de lacunes des collections, par exemple. À Houston, les commandes individuelles des bibliothèques sont reconsidérées dans l’optique d’un système global et cohérent.

104C’est sur cette base qu’est organisée la sélection documentaire dans les bibliothèques municipales de Paris. La décision d’achat est déconcentrée, mais depuis quelques années, on essaie de veiller à la variété et à l’équilibre des collections de l’ensemble du réseau, en multipliant les niveaux d’intervention documentaire : offre de proximité dans les bibliothèques de quartier, offre sectorielle de deuxième niveau (six secteurs de concertation, regroupant chacun six à dix bibliothèques, sont chargés d’achats plus pointus ou plus onéreux) et offre de troisième niveau à la Réserve centrale (175 000 documents en prêt indirect dans n’importe quelle bibliothèque du réseau, souvent en exemplaire unique dans le catalogue).

105À Lyon, une nuance : pas de liste de pré-sélection, mais les responsables des annexes et des départements thématiques de la bibliothèques centrale procèdent à une sélection au sein de l’« office » de la librairie Decître, laissé en dépôt chaque semaine. Le responsable du service Acquisitions facilite le travail de choix, en mettant à disposition des informations complémentaires sur les ouvrages proposés.

106• dix réseaux pratiquent sélection et décisions d’achat décentralisées : Queens, Toledo, Los Angeles, Lexington, Zurich, Copenhague, Helsinki, Zagreb, Hong Kong.

107Un travail préalable de conseil peut être fourni par le département de développement des collections.

108Deux bibliothèques signalent que, en dépit d’une sélection déconcentrée, les acquisitions sont centralisées, sous la responsabilité du département des acquisitions (HongKong, Helsinki). Malheureusement, cette information n’a pas été donnée par les autres réseaux.

109Dans l’ensemble des bibliothèques de l’enquête, les demandes des usagers sont systématiquement prises en compte, mais n’aboutissent pas obligatoirement à une décision d’achat.

110Une grande unité s’observe dans les critères de décision. Les demandes sont approuvées quand elles sont en cohérence avec la politique d’acquisition de la bibliothèque. Elles sont rejetées quand le sujet ou le niveau de spécialisation ne correspondent pas à ceux retenus par la bibliothèque, quand le format n’est pas adapté, quand le coût est trop élevé, quand de mauvaises critiques ont été relevées.

111Plusieurs bibliothèques vérifient préalablement la présence du document dans le catalogue collectif et préfèrent parfois le prêt inter-bibliothèques à l’achat.

112La ventilation du budget annuel d’acquisitions entre les bibliothèques du réseau suit la plupart du temps une répartition bibliothèque centrale/annexes/bibliobus (quand ceux-ci existent) : c’est la cas de vingt réseaux sur vingt-trois.

113Saint Louis, Turin et Bucarest, trois villes qui pratiquent sélection et acquisitions centralisées, ne répartissent pas les crédits par site, mais attribuent aux bibliothèques du réseau un nombre annuel de documents neufs, en fonction de la taille de la collection, des statistiques d’utilisation du fonds, du nombre et type de services, de l’espace disponible. Saint Louis attribue depuis peu à chaque annexe un petit crédit délégué pour des achats individuels.

114L’affectation des crédits aux différents sites peut-être (20 réponses) :

  • globale, sans instruction particulière concernant l’utilisation des crédits (12 réseaux) ;
  • ciblée par type de documents (6 réseaux) ;
  • ciblée par type de documents et par domaine documentaire (2 réseaux).

115Entre les annexes, la ventilation des crédits s’effectue en fonction d’un certain nombre de critères (20 réponses) :

  • nombre de prêts réalisés par chaque annexe (20) ;
  • taille de la collection de chaque annexe (13) ;
  • nombre et type de services (services d’informations, besoins des populations ou groupes spécifiques, services hors les murs) (10) ;
  • nombre d’usagers inscrits dans chaque annexe (9) ;

116puis, de manière plus accessoire,

  • population à desservir (Los Angeles, Copenhague, Zagreb) ;
  • volume de la consultation sur place (Houston) ;
  • importance des services de référence (Houston) ;
  • missions documentaires ou projets spécifiques (Lexington, Lyon, Paris) ;
  • subventions pour les plus petites et les plus grosses bibliothèques (Helsinki).

117La ventilation se fait également en lien logique avec un historique budgétaire, mais également, quand ils existent, en fonction des objectifs d’acquisitions formulés par la site.

118Le critère principal est donc le nombre de prêts réalisé par chaque annexe. On sait à quel point il est courant de ne considérer que le nombre de prêts pour évaluer l’activité d’une bibliothèque, attribuer les crédits et les effectifs, et combien cela est contesté, et contestable. Les professionnels français souhaitent faire reconnaître l’importance des services aux usagers ou du travail avec les enfants et adolescents, et avec les structures scolaires ou parascolaires qui les accueillent. Nos collègues étrangers mènent-ils le même combat ?

Quelques pistes de réflexion

119Beaucoup d’informations très intéressantes ont été recueillies par le biais de l’enquête intamel. Les principaux résultats viennent d’être brièvement synthétisés. De multiples questions surgissent immédiatement. Or, il serait très imprudent d’aller au delà de ce que dit l’enquête.

120Un travail complémentaire s’impose donc.

121Pour tirer véritablement profit des renseignements réunis, il conviendra de :

  • faire un lien entre les procédures de sélection et d’acquisition décrites et les principes documentaires annoncés. Quelques interrogations se présentent en effet à l’esprit, notamment : comment concilie-t-on politique documentaire commune et éclatement des lieux de décision pour les acquisitions ?
  • analyser en détail les chartes documentaires et les plans de développement des collections qui accompagnaient les questionnaires ;
  • recueillir plus d’informations, en prenant contact avec les villes qui n’ont pas d’emblée joint leurs textes de politique documentaire.

122C’est alors seulement qu’une mise en perspective des travaux étrangers et français pourra être effectuée.

123Il ressort de cette enquête qu’il n’y a pas de modèle, mais plusieurs cas très intéressants, ceux notamment des bibliothèques de Queens, Houston, Copenhague, Helsinki, Singapour. L’exemple le plus remarquable me paraît être aujourd’hui celui de la bibliothèque de Rotterdam.

124Dans ces villes, la bibliothèque est un des services fondamentaux fournis à la population et la lecture publique y est un enjeu d’importance. Les fondements du système sont solides ; le développement en est réfléchi et cohérent ; les missions, objectifs, procédures sont clairement formalisés et validés ; les moyens sont mis à disposition. La mise en place d’une politique documentaire raisonnée est la conséquence logique et facile de l’ensemble.

125Les résultats de l’enquête intamel alimenteront sans aucun doute la réflexion des institutions membres de l’oplpp : de véritables partenariats documentaires entre les bibliothèques de la capitale réussiront-ils à voir le jour ? des partenariats de service peuvent-ils être imaginés ?

  • 18 Rappelons que l’OPLLP a fait réaliser en 1999 une étude de faisabilité d’une carte unique d’usager (...)

126La recherche d’un meilleur service aux usagers l’imposerait, mais le chemin risque d’être long... Tout comme celui vers une carte unique d’usager des bibliothèques parisiennes18...

127Les résultats de l’enquête intamel nourriront également la réflexion de la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris : le niveau de développement de certains réseaux étrangers (collections, offre électronique, services, horaires d’ouverture, etc.) n’est-il pas une incitation à un examen approfondi, et peut-être critique, de la situation des bibliothèques municipales parisiennes ?

Notes

1 Les résultats d’une enquête menée parmi les membres de l’INTAMEL.

2 L’actuel président est Dan Wilson, le directeur de la Saint-Louis County Library. Son mandat échoit en 2002.

3 http://www.ifla.org/VII/rt3/rtiamcl.htm

4 Une comparaison de la situation des bibliothèques de la capitale avec celle des bibliothèques des quatre villes françaises de plus de 300 000 habitants et celle de quelques grandes villes étrangères membres de l’INTAMEL a été réalisée par le groupe Statistiques de l’OPLPP. Deux rapports ont été établis : le « Rapport statistique 1996-1997 », qui a été synthétisé dans un article du Bulletin des bibliothèques de France (« Les bibliothèques à Paris : une nouvelle approche des statistiques », par Aline Girard-Billon, BBF, 1, 2000, p. 11-15) et le « Rapport statistique 1997-2000 », rendu public à l’occasion du colloque OPLPP du 6 décembre 2001.

5 La bibliothèque de Cleveland (Ohio) a répondu par un courrier, en indiquant pourquoi elle ne renvoyait pas le questionnaire rempli. Elle a fourni dans son courrier quelques informations concernant sa politique documentaire, qui permettent de considérer que Cleveland a répondu à l’enquête INTAMEL. Un des questionnaires n’a pu être exploité que partiellement, car incomplet : celui de la bibliothèque du Cap en Afrique du Sud. Les bibliothèques municipales de cette ville, du fait d’une réorganisation administrative de la province, sont en cours de changement de statut (de municipal à régional). Il n’a pas paru utile au directeur du réseau de dresser aujourd’hui un état des lieux complet, puisque soumis à changement très prochainement. Trois questionnaires sont arrivés trop tardivement pour être traités en prévision de l’intervention au colloque OPLPP, ceux des bibliothèques de Milan, de Philadelphie, et de Toronto. Les réponses seront analysées ultérieurement et incluses dans le texte adressé au BBF à fins de publication.

6 Queens est un des cinq borroughs de New York, les autres étant Manhattan, Brooklyn, Bronx et Staten Island.

7 Saint Louis et Toledo sont des « County Public Libraries » qui, à la différence des bibliothèques départementales de prêt, ont une centrale, des annexes (dix-huit à Saint Louis, quatre à Lexington) et des bibliobus (dix à Saint Louis, un à Lexington). Elles fonctionnent comme des réseaux urbains, même si elles desservent des territoires plus étendus. L’organisation des bibliothèques de Saint Louis a été décrite dans le compte rendu du congrès 2000 de l’INTAMEL qui s’est tenu dans la capitale du Missouri (« Meet me in Saint Louis », par Aline Girard-Billon, Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2001, p. 115-117).

8 Dix-sept bibliothèques d’hôpitaux font également partie du réseau d’Helsinki. Elles n’ont pas été prises en compte lors du calcul de la moyenne.

9 Les services également mentionnés sont les suggestions de lecture, d’écoute, etc., et l’accès à des réseaux coopératifs de bibliothèques. Trois bibliothèques font partie de réseaux inter-institutionnels de coopération : Queens, Rotterdam, Helsinki. Voir infra page 14.

10 La Bibliothèque Espace Landowski de Boulogne-Billancourt met en place à partir du mois de janvier 2002 le prêt et la consultation de livres électroniques (e-books). Ce projet consiste dans un premier temps, à mettre à la disposition du public six tablettes « Cybook » de la société boulonnaise Cytale. Ces tablettes présentées dans des mallettes adaptées offriront chacune une sélection d’une vingtaine de titres numériques, et seront empruntables gratuitement pour une durée de quinze jours. Néanmoins, pour permettre au public de télécharger librement et à distance les contenus numériques acquis par la bibliothèque, le projet s’enrichira dès leur commercialisation, de machines Gemstar (REB 1 100 et 1 200) permettant notamment la lecture d’hyper-romans (Collection 2003 de chez 00h00.com). Cette offre sera complétée par la consultation sur place de certains titres de presse.

11 Toledo, Los Angeles, Lexington, Rotterdam, Bucarest, Le Cap.

12 Queens, Houston, Dresde, Leipzig, Brême, Copenhague, Rotterdam, Helsinki, Zagreb, Singapour, Hong Kong.

13 Trois villes ne possèdent pas de document de politique documentaire (Los Angeles, Leipzig, Zagreb), en dépit de l’existence d’une politique de politique documentaire apparemment formalisée.

14 Les trois réponses négatives sont celles de Houston, Los Angeles et Le Cap.

15 Les Politiques d’acquisition, éditions du Cercle de la librairie, 1994 et Conduire une politique documentaire, éditions du Cercle de la librairie, 1999.

16 C’est le cas d’Helsinki, de Zagreb et du Cap.

17 De façon à garder la cohérence nécessaire à l’analyse des résultats de l’enquête, les indications données sur ces différents points par les bibliothèques qui ne possèdent qu’un seul document de politique documentaire (Queens, Houston, Dresde, Helsinki, Prague) n’ont pas été prises en compte.

18 Rappelons que l’OPLLP a fait réaliser en 1999 une étude de faisabilité d’une carte unique d’usager, dont les principaux résultats sont résumés dans le Bilan 1995-2001 de l’OPLLP.

Auteur

Aline Girard-Billon est responsable du Service technique des bibliothèques de la Ville de Paris.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter