Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Évaluer et formaliser

Élaborer un document de politique documentaire : le travail en cours à la Bpi

Isabelle Dussert-Carbone

Texte intégral

Missions définies par décret

  • 1 Seguin, Jean-Pierre. Comment est née la BPI. Paris, 1987

1La nécessité de préciser les orientations de politique documentaire de la Bpi est présente dès sa conception. Jean-Pierre Seguin1 cite Eugène Morel et définit, pour la future bibliothèque des Halles, la volonté de créer une « bibliothèque d’information générale répondant notamment aux besoins de la vie courante », largement pourvue en journaux techniques, revues, annuaires, textes concernant le commerce et l’industrie, les uns et les autres étant mis à la disposition des usagers, dès leur parution, afin que l’on puisse les lire pendant qu’il est temps de les lire » ; bibliothèque qui devient très vite médiathèque, donc qui doit présenter des collections de toutes sortes : images, films, enregistrements sonores. Cette toute première définition des missions est confirmée par le décret de création de la Bpi qui précise qu’elle est une bibliothèque publique encyclopédique à vocation nationale, qu’elle a pour mission « d’offrir à tous, et dans toute la mesure du possible en libre accès, un choix constamment tenu à jour de collections françaises et étrangères de documents d’information générale et d’actualité » et « de constituer un centre de recherche documentaire en liaison avec les autres centres, bibliothèques et établissements culturels » (décret n° 76-82 du 27 janvier 1976 portant création de la Bibliothèque publique d’information).

2La démarche d’élaboration d’un document de politique documentaire s’appuie donc sur des missions définies par décret, qu’il reste à décliner en analysant leur signification dans un contexte évolutif, en ne se limitant pas à des intentions générales et en allant jusqu’à leur interprétation pour le choix des acquisitions, au jour le jour.

Une tradition de réflexion, d’analyse et d’évaluation

3La Bpi a une capacité d’environ 400 000 livres qu’elle propose en accès libre. On y ajoute la possibilité de stocker, toujours en accès libre, environ 3 000 périodiques, quelques dizaines de milliers d’enregistrements sonores et quelques milliers de documents audiovisuels. La totalité de ces documents est en principe laissée en accès libre pour le lecteur et, en tout état de cause, la capacité de stockage en magasins est quasi nulle.

4Les principes fondateurs ont permis de constituer, avant l’ouverture en 1977, un fonds multimédia particulièrement vaste et riche, comportant des collections de référence dans toutes les langues (y compris les langues rares), abordant un très grand nombre de domaines de la connaissance et constituant un corpus à partir d’achats d’antiquarias. Il fallait en effet remplir les kilomètres de rayonnages pour ne pas ouvrir une bibliothèque vide.

  • 2 Le désherbage. Paris : Ed. du Cercle de la librairie
  • 3 Bpi, 1987.

5Très vite, l’exigence de toujours devoir tenir cette collection à jour, mais aussi l’inflation des collections en libre accès, a conduit à une réflexion sur l’élimination et c’est par ce biais que la Bibliothèque publique d’information a, pour la première fois, exprimé sa politique documentaire autrement qu’en s’appuyant sur ses principes fondateurs. L’ancêtre de l’ouvrage bien connu de C. Lieber et F. Gaudet2 sur le désherbage a ainsi vu le jour, donnant des principes et une méthode pour éliminer les ouvrages obsolètes, détériorés ou remplacés par une édition donnant les mêmes informations, mais plus récente. Puis, en 1987, est publié le premier document de politique documentaire « la politique d’acquisition multimedia de la Bpi »3. Ce document présente, support par support, les politiques d’acquisition des différents types de documents.

6Parallèlement, se poursuivait une démarche d’évaluation sur l’achat de monographies, élaborée par F. Gaudet et O. Walrave. Grâce à un suivi statistique fin par domaine et par langue des acquisitions, elle permettait de calculer le prix moyen d’un ouvrage pour chaque domaine, mais aussi le taux de remplacements et de nouveautés au laboratoire de langues par un suivi de la consultation de méthodes et une évaluation des besoins, en particulier des lacunes, sur la consultation des périodiques et la révision de leur durée de conservation.

7En 1994, des travaux de redéfinition des objectifs généraux de politique documentaire ont été commencés, mais la perspective des travaux, puis les travaux eux-mêmes ont obligé à laisser de côté ce chantier pour s’occuper de réinformatisation et de déménagements. Toutefois, la période de fermeture a été l’occasion d’un récolement général et d’une remise à niveau des collections ; vaste opération de désherbage et d’analyse des lacunes.

Nécessité de confirmer les principes fondateurs et de formaliser les procédures de choix

8Après cette période de tourbillon et la réouverture, le besoin s’est fait sentir de préciser les orientations d’encyclopédisme, d’actualité et d’information générale auxquelles s’était adjointe la notion de « référence ». Le nouvel aménagement des espaces faisait aussi s’interroger sur la notion de multimédia. L’introduction d’Internet et des télévisions du monde posait la question de l’offre documentaire en flux et de son contrôle, ainsi que de la notion de collection et/ou d’offre documentaire.

9Au quotidien, une bibliothèque dont les rayonnages ne présentaient plus de possibilité d’extension reposait la question du désherbage dans les domaines où l’encyclopédisme ne peut s’offrir que par accumulation (sciences humaines, littérature).

10La pression du public, des demandes de justification de choix pluralistes et représentatifs de la variété des courants de pensées et d’opinion ont fait ressentir le besoin de pouvoir s’abriter derrière un texte.

11Enfin, le départ progressif des responsables d’acquisitions présents depuis près de 20 ans, parfois depuis les origines de la constitution du fonds, ont entraîné de tels trous de mémoire que la nécessité de constituer un référentiel évolutif pour assurer la continuité d’une politique d’acquisition, s’est avérée indispensable.

La démarche

12En septembre 2000, une démarche de réflexion globale, dans la perspective de mettre à jour le document de 1987, est lancée. Elle s’articule autour de trois axes :

  • Une réflexion générale à partir des missions menée par les chefs de services de collections (imprimés, son, langue logiciel, audiovisuel, documents électroniques, public-info (revue de presse) et du chef du service de l’accueil des publics.
  • Un travail d’écriture des pratiques de chaque acquéreur, accompagné d’une évaluation quantitative des fonds
  • Un affinement des méthodes d’évaluation.

13La réflexion générale s’est inscrite naturellement dans une démarche de projet d’établissement dont la politique documentaire constituait un pôle. L’enjeu était d’aboutir à un consensus, à partir de l’analyse des missions et des pratiques, pour éviter la juxtaposition de bibliothèques particulières développant des politiques propres, par supports ou par domaines. Un texte très général a ainsi été rédigé, fin avril 2001. Celui-ci doit être retravaillé en reprenant les orientations données par le nouveau directeur de la Bpi pour la préparation du projet d’établissement. Ce projet devant s’appuyer sur une réorganisation de la bibliothèque, la rédaction de la charte documentaire de la bibliothèque est pour l’instant retardée.

14Le travail des acquéreurs a été analysé en commençant par une évaluation quantitative des fonds et des acquisitions par domaine et en la comparant à l’offre éditoriale sur tous supports. Puis, un essai de description des pratiques de recherche et de choix des acquisitions a été entrepris. Cette patiente construction d’un référentiel devrait se poursuivre par la définition du domaine : zones de chevauchement, forces, lacunes, choix linguistiques, niveaux (vulgarisation, spécialisation, honnête homme), pratiques de désherbage et de conservation.

15Assez vite, est apparu le fait que nous avions des données précises sur les collections, grâce à notre SIGB sur les publics et grâce aux enquêtes régulières du service études et recherches, mais qu’une zone d’ombre importante restait sur la consultation et l’utilisation des collections par le public. Le système informatique permettait de connaître les temps de consultation des documents électroniques, sonores et d’autoformation, mais pas sur les livres et les périodiques. D’où l’idée d’évaluer cette consultation lors de la semaine choisie pour l’enquête sur le public. Le nombre d’ouvrages rangés, le nombre de questions posées aux bureaux d’informations, le nombre et le temps de consultation des documents électroniques ont ainsi été connus pour la deuxième semaine du mois de mars. Cette évaluation essentiellement quantitative de l’usage de l’offre documentaire de la bibliothèque a confirmé l’ampleur de la consultation de livres : plus de 10 000 par jour. Elle a également montré l’importance du renseignement documentaire aux bureaux d’information. Elle pointait les documents électroniques, musicaux et d’autoformation les plus consultés. Même si elle ne portait que sur une seule semaine, elle a permis de récolter des données confortant certaines intuitions, notamment en matière de consultation d’ouvrages, selon les secteurs de la bibliothèque et de coexistence avec les documents électroniques.

16Ces éléments ne sont pas tous finalisés, il reste à les affiner et à en faire la synthèse ; lourd travail d’élaboration d’une charte et d’un plan de développement des collections, d’un programme de désherbage régulier. Cependant, les orientations générales de cette politique peuvent dès maintenant être exposées.

Les grandes orientations d’une charte documentaire pour la Bpi

Libre accès

17Le libre accès à tous, en consultation sur place, de tous les documents, quel que soit leur support, est organisé par grands secteurs, selon les principes de la Classification décimale universelle, dans un souci d’interdisciplinarité. Il favorise l’élargissement de la curiosité.

18Le libre accès présente cependant des contraintes : certains documents, de par leur format ou leur mode de consultation, nécessitent l’organisation d’espaces spécifiques.

Multimédia

19La vocation multimédia de la Bpi s’entend au sens le plus large du terme. Elle consiste à offrir des collections sur tous supports, existants ou futurs, auxquels s’ajoutent des outils et services d’accès à une information distante.

20La Bpi acquiert des livres, livres en gros caractères, journaux, magazines et revues, microformes, documents numérisés, disques compacts de musique, cassettes d’enregistrements parlés, vidéocassettes, DVD, partitions, cartes, cédéroms, documents multimédias, sans que cette liste ne soit limitative.

21La Bpi offre également à ses usagers, l’accès à une sélection de chaînes de télévision.

22L’accès à Internet ou à d’autres ressources électroniques se fait selon deux modes : soit en laissant à l’usager le choix des sites qu’il veut consulter, soit en lui proposant des sites sélectionnés pour leur adéquation à la politique générale d’acquisition de la bibliothèque.

Encyclopédisme

23Les ressources de la Bpi ont un caractère encyclopédique : elles couvrent tous les domaines de la connaissance, toutes les formes d’expression et tous les domaines d’activité dans un souci d’équilibre.

  • 4 Seguin, Jean-Pierre. Comment est née la BPI ?

24L’encyclopédisme invite le lecteur à « se promener dans le jardin des connaissances » selon l’expression de Jean-Pierre Seguin4. Ainsi, l’approche d’un sujet doit être facilitée par une multiplicité de moyens d’accès thématiques et matériels ainsi que par la mise en valeur des relations interdisciplinaires entre les différents domaines de la connaissance.

Information générale et référence

25La Bpi doit permettre à son public d’effectuer une démarche complète de recherche d’information, en lui offrant des ressources documentaires variées, qui vont au-delà des seules publications françaises et des documents disponibles sur le marché.

26Elle offre de larges collections de documents de référence : annuaires, encyclopédies, bibliographies, chronologies, dictionnaires biographiques, catalogues de bibliothèques, traités, sans toutefois se substituer à une bibliothèque spécialisée.

27L’offre documentaire de la Bpi est complétée par des services de renseignement, de conseil documentaire et de réorientation vers d’autres établissements documentaires.

Intégration dans le Centre Pompidou

28Intégrée dans le Centre Pompidou, la Bpi se doit d’être en résonance avec ses activités. Elle peut offrir des prolongements aux manifestations du centre : acquisitions spécifiques, manifestations diverses, etc.

29Du fait de la proximité des centres de documentation du MNAM et de l’IRCAM, les fonds de culture, musique et art contemporains font l’objet d’une politique d’acquisition concertée tout en maintenant un équilibre encyclopédique.

Place dans le réseau documentaire et de bibliothèques publiques d’Île-de-France

30La Bpi est un des éléments du paysage documentaire d’Île-de-France, sa politique documentaire prend en compte, pour chaque domaine, l’existence et l’évolution des bibliothèques, centres de documentation et centres de ressources de la région.

31Néanmoins, sa vocation étant encyclopédique, elle ne saurait restreindre certains secteurs sous prétexte qu’ils sont bien représentés dans des bibliothèques largement ouvertes au public. Inversement, la Bpi ne peut pallier toutes les lacunes dans l’environnement documentaire d’Île-de-France.

32Dans le cas de demandes trop spécialisées, la Bpi met à la disposition de son public des services et des outils de localisation et de réorientation.

Les difficultés rencontrées

33L’énumération de ces grands principes montre comment, en voulant trouver un moyen terme, on peut enlever de la force à des missions très originales. Elle gomme les difficultés à conjuguer des missions parfois antagonistes : actualité et références, encyclopédisme et information générale.

34L’offre documentaire de la bibliothèque doit pouvoir répondre à des besoins d’information directe et de recherche bibliographique, de loisirs, de culture, de connaissance et de formation permanente. Elle n’est ni celle d’une bibliothèque scolaire, ni celle d’une bibliothèque universitaire et ne saurait répondre aux besoins de la recherche scientifique. Dans cette perspective, il lui faut trouver un niveau de vulgarisation capable de convenir à tout public, y compris néophyte. Comment, à l’inverse, renoncer à certains ouvrages spécialisés, lorsque le seul document sur un sujet est soit en langue étrangère, soit un document universitaire ?

35Comment évaluer les besoins du public, lorsqu’il n’est pas identifié ? Les enquêtes de public indiquent que la Bpi est fréquentée à 61 % par des étudiants. Doit-on pour autant constituer un fonds universitaire de premier cycle ? Pour ce qui concerne le public, sa permanente abondance conduit à une position défensive dès qu’on essaie d’aborder la question de l’adéquation de l’offre et de la demande. Comment imaginer qu’un public reste aussi nombreux s’il n’est pas satisfait ?

36Les cahiers des lecteurs pointent des demandes très précises, mais ne sont en rien des objets de connaissance des besoins de ces lecteurs.

37On n’évite pas, malgré l’encyclopédisme, la définition de certains domaines d’excellence, ou même de spécialité : le fonds de films documentaires et de films d’animation est une collection originale qui s’inscrit peu dans les principes généraux ; l’intégration dans le Centre Pompidou oblige à développer un fonds mémoire de l’art contemporain. Cette dernière orientation est un axe du projet d’établissement et aura des conséquences sur la politique documentaire.

En conclusion...

38La mise à disposition des documents électroniques, particulièrement la liste de signets proposés sur le site Internet de la Bpi et la mise à disposition d’accès à Internet constitue un autre axe du projet d’établissement de la bibliothèque à distance, hors les murs. Tant que des collections finies ne pouvaient être consultées qu’en se rendant à la bibliothèque, on pouvait définir des choix de politiques documentaires induisant des comportements de choix d’acquisition. Or, la mise à disposition de la consultation d’Internet place l’acquéreur dans une position où il ne peut, a priori, plus toujours contrôler l’information qu’il propose.

39Les exigences de pluralisme, mais également éthiques sont alors particulièrement difficiles à remplir. L’élaboration d’une charte documentaire, dans ces nouvelles conditions, devient un exercice où l’usager est convié à un comportement critique sur l’information à laquelle il a accès, et plus seulement à la contemplation de prescriptions élaborées par les bibliothécaires, maîtres des lieux.

Notes

1 Seguin, Jean-Pierre. Comment est née la BPI. Paris, 1987

2 Le désherbage. Paris : Ed. du Cercle de la librairie

3 Bpi, 1987.

4 Seguin, Jean-Pierre. Comment est née la BPI ?

Auteur

Isabelle Dussert-Carbone est directrice adjointe à la Bpi.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter