Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Évaluer et formaliser

Paris : quel paysage documentaire ?

Dominique Arot

Texte intégral

« Ô bienheureux Dieu des Dieux dans Sion !
Quel torrent de volupté a réjoui notre cœur toutes les fois que nous avons eu le loisir de visiter Paris, ce paradis de l’Univers.
Là, par l’ardeur de notre passion, les jours s’écoulaient trop vite ;
là, existent des bibliothèques, bien plus agréables que des vases remplis de parfums ;
là, des vergers abondants en toutes sortes de livres [...]. »
Richard de Bury1, Philobiblion, Paris, Parangon, 2001 (Mots et merveilles).

Oppositions et paradoxes

1Le paysage documentaire parisien, dont on peut penser qu’il ne susciterait pas aujourd’hui le même enthousiasme qu’au début du xive siècle, peut se caractériser par une suite d’oppositions et de paradoxes : entre l’abondance de documents disponibles et l’insatisfaction du public, entre la diversité des institutions mal perçue par le public et leur difficile coopération, entre la richesse et l’éclectisme documentaires et l’émiettement des ressources.

2Les difficultés se trouvent accrues par la faible visibilité de cette richesse documentaire : nombreux catalogues encore non informatisés, peu de catalogues disponibles en ligne et aisément consultables.

3L’analyse de la pertinence de la documentation proposée et des missions des différents établissements est complexe : pour être situées à Paris, de nombreuses institutions n’en poursuivent pas moins, d’abord, des objectifs nationaux.

4Autre dilemme : peut-on réellement examiner les collections parisiennes sans se préoccuper de l’ensemble des ressources documentaires d’Île-de-France ?

5On retrouvera aussi les oppositions traditionnelles entre collections encyclopédiques et collections spécialisées, entre consultation et prêt, entre fonds en libre accès et fonds en magasins, entre fonds patrimoniaux et fonds courants. La distinction entre accès à tous les publics et accès réservés, qui certes existe, ne revêt pas l’importance qu’on lui prête parfois : un très grand nombre d’institutions spécialisées sont plus largement ouvertes qu’on ne le suppose. Un simple appel préalable ouvre bien des portes...

6Mais un contraste typiquement parisien apparaît cependant, entre des institutions surchargées, sur-sollicitées voire asphyxiées (Bpi, Sainte-Geneviève, BU, par exemple) et des espaces plus tranquilles, parce que moins connus.

L’abondance documentaire : quels chiffres ?

  • Des zones et des périmètres bien délimités : BnF, Bpi, Ville de Paris, BU intra-muros, Sainte-Geneviève, La Villette, etc.
  • Des territoires moins connus : documentation universitaire dispersée, centres de documentation spécialisés.

7Si l’on s’en tient aux données concernant les imprimés à Paris intra-muros, voici quelques chiffres clés :

  • Le périmètre OPLPP : 6 millions de volumes.
  • SICD et SCD : 6 millions de volumes.
  • Près de 200 bibliothèques et centres de documentation facilement accessibles : 8 millions de volumes.

8Au total : 20 millions de volumes facilement accessibles pour un très large public.

Les collections et leurs conditions d’usage

  • Une accumulation de ressources rendue stérile par sa faible visibilité et la médiocrité de nombreux bâtiments.
  • Difficultés renforcées par l’exiguïté des unités du réseau de la Ville de Paris.
  • 1 place de lecture pour 19 étudiants (premier et second cycle).

9Trop peu de collections en libre accès. Une offre abondante mais malaisément exploitable.

Des collections pour quels publics ?

10Paris intra-muros : 2 125 000 habitants.

  • « Migrants alternants » : 970 000 (dont 820 000 venant de banlieue)...
  • 571 000 inscrits.
  • 19 millions d’entrées pour 2000...
  • 13 millions de prêts.

De Paris à Berlin

11Difficulté des comparaisons internationales entre grandes villes capitales. Exemple de Berlin (850 km2 contre 105 km2 pour Paris, 3 331 000 habitants contre 2 125 000) :

  • trois grandes universités : Humboldt-Universität, Freie Universität, Technische Universität, qui proposent 15 millions de volumes et 30 000 périodiques ;
  • réseau de lecture publique : 10 millions de volumes ;
  • pas de Bibliothèque nationale (seulement les Archives musicales) ;
  • tous établissements confondus : plus de 40 millions de volumes.

12Ce qui est le plus important : l’existence d’une dynamique de coopération, d’un catalogue collectif et de plusieurs « portails ».

Les enjeux des ressources électroniques

  • Esquisse de partages documentaires plus ou moins formalisés.
  • Frontières institutionnelles transcendées.
  • Collections spécialisées proposées à un large public.
  • Documents patrimoniaux donnés à voir au plus grand nombre.

Quelques orientations

  • Baliser les parcours : guides thématiques (premiers exemples des guides Musique et Gestion de l’entreprise).
  • Faire connaître les ressources : numériser les catalogues et construire un ou plusieurs « portails » parisiens.
  • Développer des politiques de coopération documentaire locales.
  • Stratégie de services centrée sur les usagers, leurs besoins et leurs parcours.

13« Développer, rationaliser et moderniser des bibliothèques à beaucoup d’égards exceptionnelles, mais aujourd’hui gravement sous valorisées... » (Rapport d’étape du Comité stratégique pour les bibliothèques en Île-de-France).

Auteur

Dominique Arot est secrétaire général du Conseil supérieur des bibliothèques.
Mél : -

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter