Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Allocutions d’ouverture

Présentation de l’OPLPP, de ses objectifs, de ses actions

Agnès Saal

Texte intégral

1Je ne reprendrai pas ce qu’ont dit les directeurs à l’instant, au sujet des actions de l’OPLPP. Je voudrais simplement indiquer que, même si c’est bien le troisième colloque de l’OPLPP, d’une certaine manière, c’est le quatrième puisque, à l’automne 1994, la Direction des affaires culturelles, et en particulier Jean-Jacques Aillagon, avait organisé le premier colloque sur la problématique des bibliothèques parisiennes, qui avait fait apparaître, par le discours de Michel Melot en particulier, la complexité de l’offre et la nécessité d’une coopération. Cette coopération a vu le jour en 1995 avec la création de l’Observatoire qui a aujourd’hui sept ans. Il y avait neuf membres fondateurs à l’origine et un dixième membre (La Joie par les livres) a rejoint l’Observatoire en 2001.

2Quelques actions ont été énumérées dont deux axes principaux qui correspondent assez précisément aux deux missions principales de l’Observatoire :

  • La première mission est de favoriser la réflexion des institutions-membres sur l’évolution de la lecture publique à Paris et de fournir aux institutions toutes les informations nécessaires à la définition de leur mission particulière dans le contexte commun. Autour de ce premier axe, des colloques qui ont été évoqués, des enquêtes : une première enquête transversale de public a été menée dans la capitale en 1997 sur les pratiques des bibliothèques à Paris. Celle-ci a fait apparaître la complémentarité des pratiques et la multiplicité des parcours. Cette enquête sera renouvelée en 2003, avec un volet qualitatif plus développé et également une étude d’opportunité sur une carte unique d’usager des bibliothèques parisiennes. Le premier volet de cette réflexion avait été une étude de faisabilité d’une carte unique des bibliothèques parisiennes menée en 1999 par le cabinet Vendic.
  • Le deuxième axe correspond aux publications qui ont également été évoquées et sur lesquelles je passerai très rapidement. Je vous dirai simplement qu’à la suite des deux premières brochures publiées en 2001 sur la musique, l’entreprise et la gestion, d’autres brochures verront le jour en 2002 : une brochure sur les ressources documentaires sur la photographie à Paris et une sur la santé. La brochure sur la photographie sera coordonnée par la Bpi, celle sur la santé, par La Villette.

3Les thèmes évoqués pour les prochaines publications sont l’architecture (mais nous attendrons l’ouverture de la cité du patrimoine), l’environnement et le cinéma.

4Nous avons également un projet d’ouverture de pages Internet sur les sites des bibliothèques partenaires de l’OPLPP. Ce ne sera pas un site autonome, mais simplement une possibilité d’accès aux informations OPLPP sur le site de la BnF, de la Bpi, de La Villette et de la Ville de Paris. Dans ces sites, seront intégrés tous les actes des colloques, ainsi que les brochures qui vous ont été remises aujourd’hui et dont la mise à jour sera uniquement une mise à jour électronique. Il n’y aura pas de retirage.

5Dans les informations qui vous ont été remises, vous avez trouvé un bilan des six premières années d’activité de l’OPLPP, ce qui vous permet de mesurer l’ampleur de ce qui a été fait, mais aussi de ce qui reste à faire.

6Pour ce qui concerne le programme de ce colloque, il y a deux thèmes distincts. Le premier, intitulé « Evaluer et formaliser », a pour modérateur Jean-Luc Gautier-Gentès, inspecteur général et doyen de l’inspection. La modération du second, « Maîtriser les choix et les évolutions », est effectuée par Joëlle Muller, la directrice des ressources documentaires de Sciences Po. Nous avons souhaité faire appel à des modérateurs qui avaient fait la preuve de leur compétence dans le domaine de la politique documentaire : Jean-Luc Gautier-Gentès, par de nombreuses interventions et des articles sur les collections, le pluralisme des collections, etc. ; Joëlle Muller, par son implication dans les travaux du site du groupe de recherche Poldoc, qui est coordonné par l’Ensib, puisqu’elle est chargée plus particulièrement des formations liées aux politiques documentaires.

7Je laisse aux modérateurs le soin de présenter les intervenants de la matinée et de l’après-midi, ultérieurement.

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable