Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les collections des bibliothèques à Paris

 | 
Yves Alix
, 
Dominique Arot
, 
Bertrand Calenge
, 
et al.

Allocutions d’ouverture

Discours d’ouverture

Philippe Moras et Claude Jolly

Texte intégral

1Quelques mots tout d’abord, pour remercier Agnès Saal d’accueillir l’OPLPP et son colloque, aujourd’hui, à la BnF. Ce n’est pas une première, c’est une seconde, ou peut-être une deuxième, la nuance est importante.

2Je voudrais, et ma présence aujourd’hui parmi vous est assez justifiée, venir vous saluer au nom du maire de Paris, M. Bertrand Delanoë et de Mme Jocelyne de Clausade, la nouvelle directrice des Affaires culturelles de la Ville. Moi-même, au sein de cette direction, je suis chargé de la sous-direction de la diffusion culturelle et, à ce titre, du secteur vaste et très important des bibliothèques.

  • * Les actes de ce colloque sont disponibles sur le site de la Bpi

3Quelques mots pour rappeler et mettre en perspective votre journée de travail d’aujourd’hui. Il y a eu deux colloques : l’un à la Bibliothèque nationale de France intitulé « Publics, usages des bibliothèques à Paris, un défi pour la coopération », en mars 1998 et l’autre à la Bibliothèque publique d’information sur le thème « Bibliothèques et public handicapé »*, en mai 2000.

4Je ne vais pas vous rappeler la composition de l’Observatoire, ses membres, l’intérêt de ses actions, ni même vous redire tout ce qu’il a déjà fait. Simplement, je voudrais présenter les grands axes qui animent à la fois la politique culturelle de la Ville de Paris et son réseau de bibliothèques qui, comme vous le savez, avec ses bibliothèques patrimoniales et ses bibliothèques de prêt, est l’un des plus importants au monde.

5Plusieurs thèmes me paraissent devoir orienter cette politique dans les années à venir :

6• Le premier est celui de la décentralisation et de la proximité. Le réseau des bibliothèques comporte déjà un fort maillage sur notre capitale, mais nous souhaitons développer, en liaison avec quelques grands pôles, notamment dans le secteur du prêt structurant, un réseau de bibliothèques de proximité pour mieux se rapprocher des publics, car ce n’est pas à vous que j’apprendrai que le public des bibliothèques est multiple, varié, parfois difficile à servir, d’autres fois difficile à conquérir. Je crois que c’est un des premiers axes: décentraliser et aller vers les usagers de toutes les manières possibles.

7Cette politique de proximité ne doit pas nous faire oublier que les bibliothèques, et c’est aussi un axe très fort, ne sont pas que des bibliothèques. Elles sont aussi des médiathèques, mais également des pôles de connexion et de développement culturel. Je veux dire que la bibliothèque, par les moyens qu’elle met au service des usagers, est une chambre d’écho extraordinaire de la vie culturelle. Elle permet de toucher des publics qui n’auraient pas forcément accès à certaines grandes manifestations culturelles et nous nous efforçons, ce qui n’est pas toujours facile, de développer toutes les synergies qui peuvent exister entre d’autres institutions culturelles, théâtrales, cinématographiques, musicales et notre réseau de bibliothèques. Cette chambre d’écho permet de décliner, sur le mode du livre ou des autres supports, toute une politique culturelle qui est absolument essentielle.

8Cette proximité, qui permet de toucher culturellement le plus grand public, met aussi en relief le rôle social des bibliothèques. De plus en plus, tout le tissu associatif se met en liaison avec les bibliothèques. Les bibliothèques vont au-devant de ce tissu associatif, et c’est ainsi qu’une politique de proximité peut véritablement s’enraciner et donner tous ses fruits grâce aux professionnels des bibliothèques dont les métiers évoluent, se diversifient, s’affinent. En effet, l’informatique, les nouveaux moyens de communication et les nouveaux services demandés aux bibliothèques, vont, dans les années à venir, profondément modifier leur activité.

9• Le deuxième axe que je voudrais citer est celui de l’intercommunalité. Peut-être un peu trop longtemps, à Paris en particulier, un certain nombre de bibliothèques a fonctionné à l’intérieur des limites du périphérique. Le souhait de la nouvelle municipalité est de développer, autant que faire se peut, des liens fonctionnels ainsi que des collaborations scientifiques et techniques, avec la couronne parisienne. Dans un premier temps, seule la petite couronne sera concernée, mais dans un avenir un peu plus lointain, nous espérons étendre ces liaisons à une zone plus large.

10Cette notion d’intercommunalité répond aussi au souci d’amélioration du service public des bibliothèques. Quand deux bibliothèques, sur des communes différentes, sont à 400 ou 500 mètres l’une de l’autre, il est difficilement imaginable que cette coopération ne s’instaure pas, que les complémentarités ne se mettent pas en place et ce serait dommage de ne pas œuvrer de manière assez volontariste en ce sens. Je crois d’ailleurs que nos élus souhaitent mettre en place ces systèmes de coopération.

11• Et puis, il y a, et c’est un problème plus interne à la Ville de Paris, le grand chantier amorcé de la réinformatisation de notre réseau. Jusqu’à présent, les bibliothèques patrimoniales en étaient exclues puisqu’il avait été choisi de privilégier le prêt dans la première phase d’informatisation. Désormais, cette deuxième phase d’informatisation va inclure les bibliothèques patrimoniales, bien sûr, mais va sans doute également permettre un meilleur rayonnement, une meilleure connexion de l’ensemble des réseaux. Il est vrai que vos travaux sont tout à fait essentiels à notre connaissance des besoins des professionnels, du public et, bien évidemment, une politique de réinformatisation du réseau passe par l’éclairage tout à fait déterminant des travaux qu’un organisme comme l’OPLPP peut nous fournir.

12J’ai donc le sentiment que les travaux que vous allez mener sont un peu au cœur de tout ce que je viens de dire, comme en témoigne ce colloque intitulé « Les collections des bibliothèques à Paris, mieux les connaître et mieux les partager... ».

13D’autre part, je crois qu’il y a beaucoup de gens parmi vous qui ne sont pas de Paris, mais de banlieue ou de province. C’est très bien ainsi, parce que je pense que nous avons besoin de nous enrichir les uns et les autres d’expériences. D’ailleurs, les colloques précédents ont prouvé que cet échange était, comme le disait Agnès Saal, extrêmement fructueux.

14Je voulais simplement vous dessiner ces axes sur lesquels nous allons nous orienter avec décision et vigueur. Nous avons besoin de vos travaux, de votre science, de votre expérience et de votre imagination aussi. À tous, bon courage et merci surtout des services que vous rendez et de l’information que vous nous donnez.

15Je voudrais dire que, pour moi, cette journée d’étude vient tout à fait à son heure pour des raisons que je vais essayer de développer dans un instant. Avant de commencer, je prendrai, comme les deux orateurs précédents, la liberté de modifier un peu le périmètre de cette journée. En effet, son intitulé porte sur Paris. Or, il est clair que, dans le paysage documentaire, les choses ne s’arrêtent pas au périphérique.

16Comme l’a dit un jour un président d’université périphérique, il faut cesser, dans ce domaine, de parler de cette communauté qu’est l’Ile-de-France en termes de cercles concentriques, mais plutôt, disait-il, la concevoir en terme de parts de camembert. Je vais prendre un exemple tout à fait simple : L’université de Marne-la-Vallée est, comme l’université de Cergy-Pontoise, une université nouvelle de la grande couronne. En revanche, dans ses solidarités scientifiques, elle est proche de Paris XII, avec laquelle elle a des partenariats ; elle est également proche de Jussieu avec lequel elle entretient aussi des partenariats. Je crois qu’en matière documentaire, il faut vraiment avoir une vue globale, qui dépasse le cadre strictement parisien, même si Paris occupe la place que l’on connaît dans ce domaine.

17Je vais maintenant vous rappeler les principaux axes des caractéristiques de l’Ile-de-France en matière documentaire:

  • La première chose est une extraordinaire richesse de collections ainsi qu’une extraordinaire richesse des institutions elles-mêmes, en Ile-de-France : 17 bibliothèques universitaires, 9 bibliothèques interuniversitaires, des bibliothèques de grands établissements, des bibliothèques de grandes écoles, des bibliothèques d’écoles d’ingénieurs, des bibliothèques d’enseignement supérieur qui ne relèvent pas de l’Éducation nationale - Polytechnique, l’Institut agronomique, etc. -, des bibliothèques d’un autre domaine, à commencer par celle dans laquelle nous sommes et qu’il est inutile de présenter, des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris... j’en passe, et bien d’autres. On peut également noter une forte concentration de ces bibliothèques dans certains arrondissements.
  • En regard de cette richesse, on observe globalement, avec beaucoup d’exceptions néanmoins, une certaine médiocrité des services. Beaucoup de collections sont mal valorisées, de nombreux bâtiments ne sont pas fonctionnels. On voit aussi un déficit de places assises qui se traduit, par exemple, par des files d’attente dans un certain nombre de bibliothèques, un déficit de libre accès, etc.

18Cette situation est à resituer dans le contexte général des bibliothèques. Je parlerai de ce que je connais, l’enseignement supérieur, et je dégagerai très vite quatre traits principaux sur ce qu’ont vécu les bibliothèques de l’enseignement supérieur au cours des dernières années :

  • Tout d’abord, on peut noter que l’augmentation très forte du nombre des usagers (due en partie à la croissance étudiante) est un des phénomènes majeurs du dernier tiers du siècle dernier.
  • L’augmentation significative de leurs moyens, à un rythme plus élevé que la démographie étudiante en est un autre. En 2002, par exemple, l’État répartira pour les bibliothèques davantage d’euros que la direction des bibliothèques, avant le rapport Miquel, ne répartissait de francs. On voit bien qu’on est dans un domaine qui a connu une importante croissance de moyens.
  • Ensuite, il y a le développement des ressources électroniques, sur lequel je ne reviens pas étant donné que c’est le thème de pratiquement toutes les journées d’étude qui se tiennent aujourd’hui.
  • Enfin, un quatrième élément important est constitué par la forte intégration de la fonction documentaire dans les établissements. C’est un phénomène marquant de ces quinze ou vingt dernières années, qui est concomitant de l’affirmation de l’autonomie des établissements, de l’affirmation du pouvoir présidentiel dans ces établissements, et qui s’explique aussi par deux des phénomènes que je viens de citer: l’augmentation forte des moyens et, avec elle, les enjeux politiques et de pouvoir qui se sont révélés au sein des établissements, ainsi que le développement de ressources électroniques qui appelle des arbitrages, souvent au plus haut niveau de l’établissement. Cela me permet de rappeler une évidence qui me paraît essentielle quand on parle de politique documentaire et de coopération des politiques documentaires: tout part des établissements. C’est dans les établissements que la politique documentaire se fait et, s’il y a coopération, c’est parce que d’abord il y a une politique d’établissement.

19Dans ce contexte, je voudrais attirer l’attention sur ce qu’a été et ce qu’est l’action des pouvoirs publics dans le domaine de la documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche: action des pouvoirs publics, État et collectivités territoriales qui sont appelés de plus en plus à travailler ensemble, notamment à travers les contrats de plan, action qui n’a pas été sans cohérence, et qui n’est pas encore aujourd’hui sans cohérence, même si celle-ci n’est pas toujours perçue. En effet, souvent, quand on aborde ces sujets, c’est surtout en terme de déploration. On voit ce qui ne va pas, ce qui est normal, mais on voit peut-être moins bien la direction dans laquelle on va.

20Petit retour en arrière. Quand il a été décidé, à la fin des années 1980, de rénover l’enseignement supérieur qui avait pris un retard tout à fait considérable, on a mis en place le plan U2000, qui concernait la pédagogie, la recherche et aussi, bien entendu, les bibliothèques.

21L’analyse faite à l’époque était que la mise à niveau de l’enseignement supérieur passait par la mise à niveau de la province et de la grande couronne. Non pas qu’à Paris, les besoins ne fussent pas considérables - ils l’étaient -, mais il fallait faire cesser ce mouvement général qui consistait à dire : « met-tons-en de plus en plus à Paris », ce qui nous faisait entrer dans une spirale infernale et vouée d’avance à l’échec.

22Il est exact que U2000 a privilégié la province et la grande couronne. Il y avait bien quelques projets parisiens, mais ils n’ont pas vu le jour dans ce cadre-là. La priorité accordée aux équipements en régions constituait un préalable à une politique cohérente de développement.

23Ensuite, il y a eu U3M qui se décline sur deux contrats de plans : le contrat de plan 2000-2006 que nous vivons aujourd’hui et le contrat de plan suivant qui commencera à partir de 2007.

24Le contrat de plan aujourd’hui consiste à poursuivre le développement de la province – même si j’ai quelques inquiétudes parce que je constate que quelques projets ne démarrent pas, mais c’est un autre débat –, continuer à développer la couronne et s’attaquer au problème de Paris. S’attaquer au problème de Paris, c’est créer des places de travail, de la capacité d’accueil, c’est résoudre certains problèmes totalement criants à la limite du scandaleux, et poser le socle permettant d’aller plus loin dans la phase 2007 et années suivantes. Un objectif ultime étant justement de pouvoir, à partir de 2007, s’attaquer à un certain nombre de situations qui sont celles notamment des bibliothèques patrimoniales de l’enseignement supérieur à Paris. Il est clair que l’on ne pouvait pas s’attaquer à certaines situations dès lors qu’on n’avait pas, au préalable, créé des places de travail, des capacités d’accueil. Donc, ce que je voudrais souligner, c’est qu’il y a une logique forte dans la prise de position qui a été celle des pouvoirs publics de l’État et des collectivités territoriales dans cette affaire.

25La phase actuelle est constituée de nombreux projets concernant le secteur de l’enseignement supérieur. Daniel Renoult y reviendra dans son exposé de cet après-midi, mais je voudrais énumérer les principaux. Certains sont dans le CPER Ile-de-France (Contrat de Plan État-régions), d’autres sont financés par ailleurs, mais il est inutile, à ce stade, de s’arrêter sur ces points-là. On peut citer: l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art), fusion de trois bibliothèques, association d’une quatrième, le musée du quai Branly permettant la rénovation de la bibliothèque du musée de l’Homme, le projet Sainte-Barbe, le projet du pôle des langues et civilisations du monde, le projet de Paris II à Assas, le projet de Paris III à Poliveau, le projet de Paris IV à Clignancourt, le projet de Paris VI à Jussieu à travers la restructuration du campus de Jussieu et son désamiantage, le projet de Paris VII sur la ZAC de Paris-Rive gauche, le projet de Paris XII, le projet de Paris XIII, le projet d’Evry, le projet de Versailles-Saint-Quentin et le projet de Marne-la-Vallée.

26Parallèlement à cela, la question également à l’ordre du jour est celle de la connexion des plaques régionales pour donner un accès à un réseau à haut débit à l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur, dossier sur lequel le ministre de l’Éducation nationale a confié une mission au vice-chancelier des universités de Paris, le recteur Dubrolle.

27On voit bien l’ampleur des projets de la phase dans laquelle nous sommes. Les choses ne sont pas forcément simples, il y a des difficultés ici ou là, mais les choses se mettent en place.

28C’est aussi la raison pour laquelle a été mis en place un comité stratégique pour les bibliothèques en Ile-de-France, au sein de la mission U3M, placé auprès du recteur de Paris pour impulser, coordonner les opérations en cours.

29Il est clair que l’importance de ces investissements a des conséquences notables sur le deuxième point que je voulais évoquer et qui concerne la nécessité de revisiter les politiques documentaires, de les organiser et de les structurer.

30En effet, tous ces projets ne peuvent pas se traduire par des juxtapositions de collections : il est clair qu’il faut dégager des complémentarités, des partenariats, des coopérations, aboutir à quelque chose qui ressemble à une carte documentaire plus structurée qu’elle ne l’est aujourd’hui, à la constitution d’un réseau.

31Dans ce domaine, il s’agit de mettre en œuvre une fusée à plusieurs étages. Le premier niveau de la fusée est la mise en cohérence interne d’une politique documentaire dans les établissements. Pour l’heure, la tâche de beaucoup d’établissements d’enseignement supérieur est de refonder leur politique documentaire. Il y a plusieurs raisons à cela : j’ai évoqué l’augmentation des moyens ; j’ai évoqué l’augmentation des usagers et des pratiques. On observe par ailleurs beaucoup d’intégrations de bibliothèques dans les établissements, c’est-à-dire le rattachement des bibliothèques de composantes aux services communs de documentation. Il y a l’impact des nouvelles technologies dont je parlais qui appelle des arbitrages globaux au sein de l’établissement. Et il y a l’impact des nouveaux équipements. Je prendrai un exemple tout à fait simple. Quand on va mettre en œuvre la bibliothèque Sainte-Barbe avec 1 000 ou 1 200 places assises, il est clair que cela aura des conséquences importantes sur la politique documentaire des bibliothèques du quartier latin - Sainte-Geneviève, Cujas, la Sorbonne et quelques autres - ce qui redistribue les cartes. De même, le départ de Paris VII à la ZAC Paris Rive gauche oblige les universités Paris VI et Paris VII à repenser leur politique documentaire.

32Nous sommes par conséquent dans une phase de reformulation de la politique documentaire des établissements. J’insiste sur ce côté de formalisation des politiques, non pas pour la beauté du geste, mais parce que je pense qu’il ne peut pas y avoir de débat au sein de la communauté scientifique si elle ne s’appuie pas sur des documents, sur une formalisation de cette politique documentaire. De même, il ne peut pas y avoir de coopération entre les établissements, ni de dialogue entre les partenaires éventuels si, là aussi, ils ne s’appuient pas sur une explicitation de cette politique documentaire. Le premier étage de la fusée correspond à cette formalisation des politiques, et je note qu’elle est évoquée dans le programme de cette journée.

33La seconde dimension de cette mise en cohérence du paysage documentaire est constituée par l’apport d’un certain nombre de projets en cours qui se traduisent par des réunions de bibliothèques ou des réunions de collections. Le projet de l’INHA reflète ainsi une volonté de rationaliser, de structurer la documentation en histoire de l’art par le rapprochement et l’intégration de plusieurs bibliothèques. Le projet du pôle langues et civilisations vise à éviter un émiettement de multiples petites bibliothèques dans des langues dites rares, pour justement créer de la cohérence.

34Enfin, le troisième étage de la fusée est représenté par le développement de la coopération documentaire entre les bibliothèques elles-mêmes. J’observe que l’heure est venue, dans certains cas, d’engager des analyses de fond entre des bibliothèques qui sont rattachées à une même tutelle administrative. Un travail est engagé, par exemple, au sein de Paris 5, autour du S.C.D. de Paris 5, de la bibliothèque interuniversitaire de médecine - qui est la grande bibliothèque médicale française - la bibliothèque interuniversitaire de pharmacie. Il est prématuré de préjuger des travaux en cours.

35L’autre point, c’est bien sûr la coopération entre des établissements tout à fait différents qui ont vocation à constituer des réseaux thématiques. J’en vois les signes avant-coureurs dans un certain nombre d’initiatives qui ont été prises et qui me paraissent tout à fait intéressantes, comme les groupes de travail qui se constituent entre les bibliothèques de Paris 5, Paris VI, Paris VII et Paris XI, c’est-à-dire les grandes universités scientifiques et médicales d’Ile-de-France pour engager une démarche commune sur l’acquisition des ressources électroniques. J’évoquerai également le travail qui se fait entre Cujas, la Fondation nationale des Sciences politiques et Paris IX sur un certain nombre de questions relatives aux acquisitions dans les domaines du droit, de l’économie et de la gestion.

36Pour finir, j’évoquerai très rapidement la nécessité de revisiter les questions de politique documentaire aujourd’hui, pour structurer et organiser un paysage qui n’est pas toujours cohérent. Je note que le budget pour l’enseignement supérieur 2002 se traduit par des mesures nouvelles relativement importantes puisque s’élevant à plus de 6 millions d’euros, ce qui devrait permettre, notamment à travers les contrats d’établissements - et vous savez que Paris est dans la phase de renégociation de ces contrats d’établissements -, d’accompagner ce développement de la politique documentaire. À cet égard, je souhaite beaucoup que ces contrats d’établissement constituent une étape de cette refondation et de cette formalisation des politiques documentaires d’établissements.

37Je vous remercie.

Notes de fin

* Les actes de ce colloque sont disponibles sur le site de la Bpi

Auteurs

Philippe Moras est sous-directeur de la diffusion culturelle à la direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris.

Claude Jolly est sous-directeur des bibliothèques et de la documentation au ministère de l’Éducation nationale.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter