Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 25 ans de la Bpi

 | 
Dominique Arot
, 
Chris Batt
, 
Patrick Bazin
, 
et al.

Clôture

Gérald Grunberg et Jean-Sébastien Dupuit

Texte intégral

Gérald Grunberg, directeur de la Bpi

1Avant que M. Dupuit ne conclue cette conférence, je voudrais vous demander de vivre encore quelques mois avec la frustration qui vient d’être créée, puisque l’un des projets que nous avons avec Gary Strong est d’organiser l’année prochaine, dans le cadre des échanges entre la Queens Borough Library et la Bpi, un colloque franco-américain qui sera largement consacré à l’étude comparée des bibliothèques publiques américaines et françaises, ce qui donnera l’occasion de revenir sur tous les thèmes qui viennent d’être abordés.

2Ensuite, je voudrais vous remercier d’être venus et d’avoir joué le jeu que nous vous proposions, qui a consisté à mettre sur la place publique les questions que nous nous posons dans cette phase intense de réflexion suscitée par le projet d’établissement que nous souhaitons mettre au point pour les cinq années à venir. C’était, pour nous, particulièrement fructueux, cela va permettre de très nombreux prolongements en interne et je me réjouis que cette tentative un peu inhabituelle de déballer ses problèmes en public donne des résultats aussi riches. J’invite d’ailleurs d’autres bibliothèques à le faire, cela sera tout aussi intéressant pour nous.

3Pour conclure tout à fait, je voudrais, au-delà des remerciements que j’adresse à l’assistance et aux intervenants en particulier, remercier les interprètes qui n’ont pas toujours eu la tâche facile mais qui s’en sont acquittés merveilleusement et enfin, remercier toutes les équipes de la Bpi qui ont permis le déroulement de ce colloque. Un événement comme celui-ci, dans un établissement qui a un grand rayonnement, un grand prestige, mais qui n’en est pas moins assez modeste, la Bpi – dans les meilleures périodes, deux cents cinquante agents permanents –, un événement comme cela ne se fait pas sans la mobilisation de tout le monde et c’est ce qui s’est passé avec un grand enthousiasme, aussi bien de la part des bibliothécaires que des services de logistique et des services administratifs. Je tiens en votre nom à les remercier extrêmement chaleureusement.

Jean-Sébastien Dupuit, directeur du Livre et de la Lecture

4Cher Gérald Grunberg, vous me donnez un rôle un peu ingrat maintenant, d’abord parce que, en intervenant, j’empêche ce débat au moment peut-être où vous vouliez le nourrir, et, après le contenu très riche de cette dernière table ronde, ce que je vais dire traduira inévitablement une forme, pour rependre Péguy, de « dégradation de la mystique en politique » et en tout cas de la philosophie politique en des questions peut-être plus terre à terre d’organisation politique et de technique administrative.

5Dernier élément, je ne suis là que pour remplacer Jean-Jacques Aillagon, le ministre de la Culture et de la Communication, qui a été empêché de nous rejoindre aujourd’hui et je ne peux pas complètement me substituer à ce qu’il aurait dit, qui aurait été forcément plus fort et aurait eu plus de portée que les interrogations et les quelques réponses que je vais développer maintenant.

6L’actualité commande en effet – et pour une fois c’est une actualité dans le domaine du livre, ce qui arrive peu souvent. Je rebondis sur ce que Patrick Bazin disait, lorsqu’on s’interroge sur l’événementiel, nous en faisons peu dans le livre, que ce soit vous, dans les bibliothèques, ou nous au niveau national ; l’événementiel est très difficile à organiser pour le livre. Il se trouve que nous ne sommes pas allés le chercher, il nous a rattrapés vous l’avez vu depuis quelques jours ; et sans trahir beaucoup de secrets, le ministre est en ce moment même à Matignon auprès du Premier ministre qui rencontre un certain nombre d’éditeurs, et vous connaissez la vivacité des débats qui partagent en ce moment même la collectivité des éditeurs sur l’avenir d’un grand groupe et les questions posées par la concentration dans ce secteur.

7Cela dit, cette actualité reste bien moins dramatique que celle qu’évoquait tout à l’heure Mme Genieva et je voudrais lui dire combien nous partageons sa préoccupation : il y a, si j’ai bien compris, des bibliothécaires dans les otages du théâtre à Moscou, il y a des étrangers, des Français, des Anglais, etc. Il y a surtout toute une communauté qui est éprouvée. Le contraste est frappant avec tout ce que nous avons entendu pendant ces deux jours sur les possibilités merveilleuses qu’offrent les techniques de communication aujourd’hui et qui ne changent rien au fond des choses et aux interrogations fondamentales qui sont les nôtres. Ce qui est en cause là-bas, comme hélas, ailleurs, ici ou là, à Bali il y a quelques jours ou à New York l’année dernière, c’est bien la question de l’humanité.

8Pour reprendre Malraux, nous pouvons nous demander à quoi cela sert d’aller sur la lune si c’est pour s’y suicider. La lune, on n’y va peut-être pas beaucoup en fusée, mais on y va beaucoup par l’Internet et, en même temps, notre pauvre humanité est peut-être, hélas, en train de se suicider.

9Je reviens à des choses plus terre à terre, pour vous dire à quel point le ministre a regretté de ne pouvoir être ici, à la fois en tant que ministre de la Culture et de la Communication, mais aussi en tant qu’ancien président, pendant deux mandats successifs, du Centre Georges Pompidou. Vous savez à quel point il a veillé à ce que, dans la rénovation générale du Centre, la Bpi opère une mutation qui ne soit pas justement une dégradation mais qui soit bien fidèle à l’esprit même de ses principes fondateurs. Je crois qu’il aurait pu nous dire par lui-même toute l’importance qu’il a attachée à cet établissement et qu’il y attache maintenant en tant que ministre.

10C’est d’une conclusion que je suis chargé ; il ne s’agit pas pour moi de faire la synthèse de vos débats, je pense que tout le travail que va faire la Bpi maintenant est de mettre en forme les interventions et de nourrir les échanges qui permettront de rebondir en termes de contenu. Je ne vais pas résumer tout ce qui a pu se dire de votre point de vue à vous essentiellement. Bien sûr, il y avait d’autres intervenants, philosophes, historiens, mais ce qui a été dit du point de vue des bibliothécaires, par rapport à ce qu’est votre métier, par rapport aux grandes interrogations sur l’évolution de ce métier, ou encore à la fonction des bibliothèques dans notre pays, la Bpi l’a illustré et a pu servir d’entraînement pendant ces vingt-cinq ans vis-à-vis de l’ensemble du réseau des bibliothèques. Est-ce que, aujourd’hui, cela n’est pas un autre modèle ou d’autres formes qui doivent être mis en œuvre ?

11Je voudrais simplement dire que cette question qui se pose pour vous, professionnels, se pose évidemment dans notre pays, pour l’État, qui s’est donné des responsabilités en matière de politique culturelle. Comment, dans les années qui viennent, dans les prochains vingt-cinq ans, peut évoluer ce rôle de l’État et pas uniquement à partir de considérations de politique du livre, voire de considérations de politique culturelle, mais à partir de considérations sur l’ensemble de la place de l’État dans notre pays ?

12Ce n’est un secret pour personne que nous sommes aujourd’hui engagés dans un débat national sur le thème de la décentralisation. Nous vivons quelque chose qui est présenté comme une deuxième décentralisation. Nous sommes loin de savoir, en tout cas à notre modeste niveau, quelles vont être les orientations générales que la collectivité nationale, le gouvernement, le législateur, les différentes collectivités vont prendre.

13Mais ces orientations ne seront pas sans effet sur ce que la collectivité publique française, l’État et les collectivités locales, pourront faire et dans quelles conditions se fera le développement des bibliothèques, quelle que soit l’ampleur exacte des mutations que les bibliothèques connaîtront dans les métiers et dans les fonctions.

14La question est d’autant plus importante que, si vous me permettez de développer un paradoxe, dans le domaine des bibliothèques, à la différence de l’Angleterre, nous ne sommes pas un pays jacobin et centralisé, nous ne pouvons donc pas piloter directement des millions qui seraient décidés – je caricature volontairement – par l’État. Nous sommes d’ores et déjà dans une république qui, pour ce qui concerne le livre, est organisée d’une manière décentralisée, c’est-à-dire que, dans notre domaine particulier, nous vivons déjà la révision constitutionnelle qui va bientôt être proposée au Parlement.

15En tout état de cause, le modèle selon lequel a fonctionné une certaine politique du livre a eu des résultats non négligeables en termes de développement de la lecture, même si on peut toujours relever des formes de retard qui subsistent, pour des raisons de culture politique peut-être. Nous n’avons pas adopté, cher Michel Melot, le modèle finlandais parce que nous ne sommes pas dans un pays où on emprunte cinq ou six fois plus de livres qu’on en achète, parce qu’il y a aussi d’autres formes de circulation du livre que le prêt – je ne rouvre surtout pas des débats qui ont nourri ces dernières années.

16Nous sommes donc dans une organisation décentralisée avec un certain modèle de politique de soutien au développement des bibliothèques qui a été suivi depuis quinze ans maintenant. Ce modèle, d’une certaine manière, est issu, ou en tout cas très lié dans son développement, de l’expérience même de la Bpi. Il repose sur la création, parfois ex nihilo, d’un grand équipement moderne avec de larges pans du libre accès et avec ces fameuses collections encyclopédiques, avec, bien sûr, des variantes suivant les établissements, les contextes propres, les moyens qui ont pu être mis en œuvre.

17L’intervention de l’État dans ce cadre a consisté – je ne rentre surtout pas dans la description technique du mécanisme du concours particulier sur la dotation générale de décentralisation –, pour l’essentiel, à aider l’équipement. Même si elle ne se résume pas uniquement à cela, la question qui se pose aujourd’hui par rapport à la description même que vous avez faite de l’évolution de la fonction de la bibliothèque – dans ce qu’on pourrait appeler la société numérique, la société de l’Internet – c’est que cette intervention de l’équipement n’est peut-être plus primordiale.

18Aujourd’hui, nous pouvons imaginer un modèle où, d’un côté, l’effort de l’équipement serait moins nécessaire et où, en revanche, le développement de services, la mise en œuvre de ressources partagées seraient prioritaires. Aujourd’hui, il pourrait y avoir une tentation, qui serait sans doute fondamentalement rationnelle : on ferait disparaître les mécanismes qui ont permis à l’État de privilégier l’équipement du territoire et on transférerait cette enveloppe aux collectivités dans des conditions qui, techniquement et juridiquement, seraient à débattre ; et l’État concentrerait son intervention – ce qui rejoint d’autres préoccupations de la politique culturelle – par exemple sur les organismes centraux ou mutualistes qui, d’une manière ou d’une autre, peuvent être à la pointe d’une coopération et de la mise en œuvre de ressources à la disposition de la communauté des bibliothèques.

19Il y a quinze ans, la Bpi existait, mais le modèle qu’elle représentait tenait aux services qu’elle offrait à un public sur place, qui venait dans les murs du Centre Pompidou, et non pas à des services en ligne, comme ceux qu’aujourd’hui l’Internet permet de proposer.

20Dans cet esprit, la politique pourrait être désormais de ne s’appuyer essentiellement que sur les établissements publics et de privilégier leur rôle de coopération nationale. C’est une orientation qui est prise depuis un certain temps avec le développement, dans le cadre du projet de Bibliothèque nationale de France, de toutes les opérations de coopération nationale et de l’ensemble de ce que Caroline Wiegandt a exposé ce matin. C’est une orientation qui est désormais prise également par la Bpi.

21Je ne sais à quel degré de détail, au cours de ce colloque, vous êtes entrés dans la présentation des projets que la Bpi compte développer dans les mois qui viennent : les consortiums, le portail de services, les coopérations particulières avec tel ou tel établissement. C’est une orientation tout à fait possible et, de ce point de vue-là, pour répondre à une conversation avec M. Strong hier soir, la question qui se pose pour nous, l’État, est bien combien d’argent l’État est en mesure de donner aux grands établissements pour accomplir ce type de missions d’intérêt collectif.

22Bien sûr, il y a des précautions à prendre. Si cela devenait l’intervention essentielle de l’État en faveur du développement des bibliothèques, il serait important que cette intervention des établissements ne soit pas isolée, mais qu’elle soit concertée avec l’État entre ces grands pôles de ressources et les bibliothèques partenaires et bénéficiaires. Cela doit être quelque chose de réellement partagé. Cela n’est pas, pour reprendre les termes politiques du début du xixe siècle, une coopération octroyée, ça n’est pas un cadeau que les grands seigneurs de Paris viennent faire à leurs vassaux de province, mais cela doit être concerté entre les établissements eux-mêmes et nous en avons parlé tout à l’heure, quand vous évoquiez, par exemple, cette sorte de catalogue collectif des signets que la BnF et la Bpi pourraient faire ensemble. Je décris là quelque chose de très schématique, mais qui est une évolution possible du dispositif de soutien de l’État par rapport à cette évolution du paysage. Je pense que, comme toujours, il faut se méfier de ce qui est simplificateur et qu’il serait très dangereux de jeter le bébé avec l’eau du bain. Martine Poulain parlait tout à l’heure du modèle aristodémocratique, je pense, de la même manière, que nous n’avons pas fini ce qui a été engagé il y a vingt-cinq ans d’une manière ou d’une autre avec la Bpi, avec la création d’une direction du Livre au ministère de la Culture, avec ensuite l’effort massif consacré à l’investissement, avec, dans la période plus récente, le lancement du programme des douze bibliothèques municipales à vocation régionale. Il reste encore beaucoup de zones d’ombre dans la couverture même du territoire, et nous n’avons pas le droit de laisser des portions importantes du territoire non couvertes. C’est bien là tout le problème posé par la décentralisation.

23Même si des moyens importants existent, nous ne pouvons les utiliser que si, à la base, les élus sont volontaires, si les collectivités intègrent bien cela dans leurs priorités. Nous connaissons beaucoup de cas où, d’un point de vue technocratique, nous nous étions dit que telle ville serait l’une des villes qui devrait logiquement bénéficier du programme des bibliothèques à vocation régionale. Mais il y a d’autres priorités : ici, l’auditorium ; ici, telle ou telle autre chose. Et l’on nous a dit que c’était pour le mandat suivant. Et maintenant, c’est encore pour le prochain mandat.

24Il y a donc, ici, une vraie question au cœur de la démocratie. C’est une question que je pose, que je me permets de poser à mon ministre en la nourrissant des contributions des uns et des autres.

25Pour ce qui nous concerne, et je parle au niveau de la direction du Livre, pas au nom du ministre, je crois qu’il nous appartient d’essayer de proposer un modèle d’intervention qui combine la poursuite autant que possible de ce qu’a été le soutien à l’investissement – en effet, le soutien à l’investissement est aussi un soutien aux nouvelles technologies puisqu’il ne concerne pas seulement le bâtiment, mais aussi tous les équipements liés aux nouvelles technologies, les réinformatisations qui rendent possibles les nouvelles formes de fonctionnement de la bibliothèque –, et également l’appui aux deux grands établissements nationaux que sont la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque publique d’information, pour accompagner cette mutation du rôle de ces établissements qui, moins que jamais, seront des établissements « parisiens » et devront, au contraire, développer leurs programmes de coopération avec les autres bibliothèques du territoire.

26Je ne prolonge pas inutilement cette intervention et je voudrais simplement m’associer à tous les remerciements de Gérald Grunberg à l’instant et dire à quel point notre colloque a été riche, à quel point il faut que nous en tirions toutes les conséquences, sans attendre le prochain anniversaire, dans vingt-cinq ans, le cinquantième de la Bibliothèque publique d’information pour lequel Gérald Grunberg nous donne aujourd’hui même rendez-vous.

27Gérald Grunberg : Merci. Nous nous reverrons avant, je pense.

Auteurs

Directeur de la Bpi

Directeur du Livre et de la Lecture

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access