Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 25 ans de la Bpi

 | 
Dominique Arot
, 
Chris Batt
, 
Patrick Bazin
, 
et al.

Libre accès et bibliothèque à distance

Gérald Grunberg, Martine Blanc-Montmayeur, Chris Batt, Danielle Resche et Caroline Wiegandt

Texte intégral

Gérald Grunberg, directeur de la Bpi

1Pour l’ouverture de la réflexion sur le libre accès et la bibliothèque à distance, je vais remplacer Martine Blanc-Montmayeur qui n’est pas encore arrivée. C’est la seconde fois puisque j’ai eu l’honneur de le faire, il y a un peu plus d’un an et demi maintenant, quand j’ai pris mes fonctions à la tête de la Bpi. La différence, c’est qu’à cette occasion, je m’étais un peu préparé alors que ce matin, je vais largement improviser.

2Les trois concepts fondateurs de la Bpi sont l’encyclopédie, l’actualité et le libre accès ; le libre accès ayant probablement été le choc le plus visible pour l’ensemble des bibliothécaires français quand la Bpi a ouvert ses portes. Le libre accès et son succès immédiat, on peut même dire le plébiscite qu’il a connu de la part du public, est assez profondément bouleversé, en tout cas questionné, par l’importance de plus en plus grande de la documentation électronique dans nos bibliothèques. Nous nous trouvons confrontés à un étrange et paradoxal retour en arrière dans la mesure où ce que nous avions, avec le succès que l’on sait, mis à la disposition des lecteurs sur les rayons pour un « butinage » immédiat, se retrouve à nouveau caché, invisible, derrière des écrans.

3Le problème est sans doute moins de visibilité, que de lisibilité. À l’intérieur de la bibliothèque, il y a des solutions à ces problèmes et je ne doute pas que nous les trouverons, vous et nous. Mais la difficulté est infiniment plus aiguë dès que l’on parle de bibliothèque à distance. Pourtant, c’est là une des clés majeures du développement ou de la poursuite du développement des bibliothèques, et des bibliothèques publiques en particulier, dans les années qui viennent.

4D’abord parce que les usages se développent. Un nombre de plus en plus important de nos concitoyens ou de visiteurs potentiels, en dehors de nos frontières, ont pris l’habitude de pianoter sur leur ordinateur, que ce soit chez eux, selon le taux d’équipement des ménages dont on sait bien qu’il est encore inégal mais se développe de manière constante, ou de leur bureau. Ils ont donc pris l’habitude de rendre visite aux institutions qui les intéressent en fonction des besoins ponctuels qui sont les leurs à un moment donné.

5Il y a, si la bibliothèque veut continuer à remplir son rôle de service public d’information, une obligation, une ardente obligation de présence sur le Web, ce qui n’est pas si simple compte tenu de la concurrence assez féroce qui s’y développe.

6La deuxième raison de cette ardente obligation, c’est que ce public à distance que l’on connaît mal, ou plutôt cette possibilité de public à distance est une chance extraordinaire pour nos bibliothèques, en ce sens que, pour la première fois, il y a la possibilité de sortir du dilemme dans lequel un certain nombre d’établissements sont enfermés, à savoir la contradiction entre l’étendue de leur mission et la réalité géographique du public qui est le leur. C’est typiquement le cas si on prend la Bpi pour exemple. La Bpi est un établissement public national du ministère de la Culture qui a vocation à desservir un public qui va bien au-delà du périphérique et même au-delà de l’Île-de-France. Or, c’est quand même l’essentiel de ses visiteurs aujourd’hui.

7Mais, quand on regarde aujourd’hui la réalité des visiteurs du Web, ceux qui s’adressent à la Bpi de loin pour poser des questions, on s’aperçoit que l’image est inverse. L’essentiel de ce public est hors Île-de-France, les catégories sociales n’y sont pas les mêmes que pour le public qui fréquente sur place la bibliothèque, la fameuse majorité d’étudiants se trouve très largement atténuée et, bien sûr, le nombre de visiteurs étrangers est tout à fait significatif. Il y a donc là une chance extraordinaire, une chance historique dont la bibliothèque doit s’emparer pour remplir au mieux ses missions. Il n’en reste pas moins que c’est facile à dire, c’est beaucoup plus difficile à faire parce qu’il ne me semble pas que quiconque ait réellement aujourd’hui offert une définition satisfaisante de la notion de libre accès à distance.

8La seule chose dont nous sommes sûrs, c’est que la bibliothèque à distance n’est pas le clone de la bibliothèque dans ses murs, qu’il y a, de ce point de vue-là, un certain nombre de fausses pistes qui ont été empruntées et qui mènent à des impasses. Sachant ce que cela n’est pas, reste à essayer de définir ce que cela pourrait être.

Martine Blanc-Montmayeur, conseiller pour le livre et la lecture, DRAC PACA, directeur de la Bpi de 1993 à 2000

9Pardonnez-moi d’être en retard alors que je devais animer cette table ronde. Je voulais quand même juste dire quelques mots en introduction – comme je n’ai malheureusement pas écouté le début de l’intervention de Gérald Grunberg, peut-être cela se recoupera-t-il – pour faire le lien avec la journée d’hier.

10Depuis hier matin, nous surfons en permanence entre quelques questions récurrentes. J’en note quelques-unes, issues de la journée d’hier : Qu’est-ce aujourd’hui que le savoir ? Les collections ont-elles encore un sens ? Quelle place peut encore avoir la bibliothèque dans l’offre en ligne d’information ? Où est le nouveau contrat social ?

11Autant de questions souvent sans réponses qui traduisent effectivement le profond changement et la révolution dans l’organisation de l’offre documentaire, produit par l’irruption quotidienne, en tout lieu, à toute heure, d’un univers en ligne immédiatement accessible, appropriable, modulable selon les besoins particuliers de chacun d’entre nous.

12On aurait donc, d’un côté, une offre prescriptive, ordonnée, maîtrisable, maîtrisée, pédagogique, égalitaire, voire en France républicaine, le libre accès dans une bibliothèque localisée et, de l’autre, une offre foisonnante, mouvante, mondiale, informelle, créatrice, renouvelable, individuelle. Pour reprendre l’expression de Claudia Lux, d’un côté le cerveau gauche, de l’autre côté, le cerveau droit.

13On est entré, sans doute pour la première fois dans l’histoire des bibliothèques de lecture publique, dans une véritable situation de concurrence entre une offre collective et une offre individuelle. Il ne s’agit pas ici d’une concurrence en termes de qualité de service, je reste persuadée qu’un lieu collectif, qu’une offre ordonnée de collections, mêlant intimement toutes les sources d’information, n’ont rien à envier en termes de qualité de service à la recherche individuelle d’un internaute, si brillant soit-il.

14Le problème n’est pas véritablement là, encore qu’il y est un peu. Il réside en tout cas dans la représentation collective et individuelle du Web auquel s’attachent des idées positives de liberté, de réponse adéquate et peut-être, surtout, de prise en compte particulière de recherche individuelle. Je pense que nous reviendrons là-dessus dans le débat.

15Hier encore, nous avons parlé d’offre, de concept, de savoir, d’organisation. En fait, l’accès à distance, en permettant la prise en compte, par les individus eux-mêmes, de leur propre recherche, de leur propre histoire, de leur propre désir, interroge les bibliothèques une fois de plus sur leur capacité à enfin offrir des services personnalisés, mais cette fois-ci la réponse devient urgente. En définitive, une bibliothèque à distance et des services à distance, sont le défi auquel se trouvent confrontées, de toute urgence, les bibliothèques de lecture publique : à s avoir, passer d’une offre collective à une offre personnalisée individuelle où dans ces services à distance, l’initiative individuelle pourrait entrer dans le collectif où la bibliothèque à souvent été considérée comme le lien et le lieu de transit entre la vie publique et la vie privée. Je pense que les services à distance nous interrogent sur notre capacité à faire une offre non pas à des publics, mais à des individus, et à les accompagner jusqu’au bout dans cette offre.

16Cette matinée va être pratique, dans la mesure où nos intervenants vont essayer de répondre concrètement aux questions de types de services à distance, en distinguant la bibliothèque à distance dans la bibliothèque, de celle que l’on consulte depuis l’extérieur.

17Ce qui me semble donc au cœur de cette table ronde c’est l’irruption des publics en tant qu’organisateurs et, à leur tour prescripteurs, de l’offre que font les bibliothèques, et leur demande légitime est faite, non plus par rapport à une offre de collections, mais par rapport à leur propre recherche.

18C’est bien là l’enjeu des bibliothèques et des services à distance, et ce serait bien que chacun des intervenants essaie de répondre à ces questions, entre autres en disant de quelle manière ils ont organisé concrètement cette offre de service à distance. Puisque nous abordons ce matin un peu les problèmes concrets, quelles difficultés rencontrent-ils réellement dans cette offre de services à distance qui est, à mon sens, et pour donner une définition extrêmement rapide et caricaturale, une offre de service à l’individu ?

Chris Batt, directeur, Library and Information Commission, Resource, Londres

19Dans mon intervention j’aimerais examiner l’évolution de la relation qui existe entre la bibliothèque publique traditionnelle et les services d’information fournis par le biais de réseaux électroniques, services qui sont actuellement en plein développement et dont on parle beaucoup.

20Quel besoin y a-t-il d’une bibliothèque publique quand toutes les informations et le savoir sont accessibles sur l’Internet ? Quel besoin pour les bibliothèques d’avoir des ordinateurs intelligents ? Avant de vous démontrer que ce ne sont pas les bonnes questions à poser, je voudrais vous expliquer mon propre engagement dans le domaine.

21Je travaille pour un organisme de conseil en stratégie du gouvernement du Royaume-Uni qui s’appelle Resource et qui travaille avec les musées, archives et bibliothèques. Nous sommes financés par le ministère de la Culture mais offrons nos conseils à tous les ministères, en fait à quiconque veut bien nous écouter. Mes responsabilités, en tant que directeur de l’équipe Learning and Information Society de Resource, comprennent des conseils aux ministres et aux responsables des bibliothèques sur la politique des bibliothèques publiques et leur planification, sur l’utilisation et le développement des technologies de l’information et de la communication (tic) au sein des musées, archives et bibliothèques et plus largement des conseils au gouvernement sur la fourniture de services électroniques aux citoyens.

22Au moment où nous entrons dans le xxie siècle, aucun de nous ne peut se permettre d’ignorer l’impact des technologies de l’information et de la communication sur le monde développé et leur potentiel sur les autres technologies pour changer la vie de chaque citoyen sur la planète. Je suis convaincu que nous sommes au début d’une période de transformation que les historiens du futur pourront décrire comme un « nouveau siècle des Lumières », une époque où chaque individu a les mêmes chances d’apprendre toute sa vie durant, où le libre accès au savoir et aux idées est un droit de l’homme élémentaire.

23Naturellement, malgré la vitesse à laquelle les changements technologiques se propagent dans nos sociétés, il serait vain de croire que ces « Lumières » vont arriver sous peu. Le chemin des transformations sociales fait des détours et des déviations et peut produire des changements inattendus. Comme l’a écrit William Gibson, un auteur, « l’homme de la rue saura utiliser les objets à ses fins ». Regardez ce qui se passe avec les téléphones portables et l’explosion des textos.

24Le titre de mon intervention vient d’une déclaration faite par le premier ministre, Tony Blair, peu après son élection en 1997, que je cite souvent. Il a déclaré : « L’information est la clé des temps modernes ; le potentiel des nouveaux réseaux électroniques est stupéfiant, il apporte la perspective de changements aussi généralisés et fondamentaux que la révolution agricole et la révolution industrielle dans le passé. » Au cours des cinq dernières années le gouvernement du Royaume-Uni a investi de façon substantielle dans les réseaux et les contenus numériques et il s’est engagé à fournir un accès universel à l’Internet à chaque citoyen d’ici 2005 et à avoir tous les services gouvernementaux disponibles sur l’Internet d’ici là. Pour l’instant ces engagements l’ont conduit à investir environ dix milliard s d’euros et font du gouvernement du Royaume-Uni le premier investisseur du pays dans le domaine de l’information.

25Si l’on examine brièvement la variété des projets au Royaume-Uni, une de mes tâches est d’organiser pour les ministères de la Culture et de l’Éducation une réunion, qui a lieu régulièrement, de tous les représentants des projets « Réseaux et contenu numérique » au Royaume-Uni. Nous avons connaissance de plus de cent projets et plus de cinquante personnes assistent aux réunions pour parler de leurs progrès et de leurs problèmes. J’ai souligné l’échelle des activités pour montrer combien ce travail est important pour la politique gouvernementale et comment il a été possible, pour une petite organisation représentant les musées, les archives et les bibliothèques, de devenir l’un des principaux acteurs sur la scène de la politique nationale.

26Quelques exemples de projets incluent, pour l’éducation, des réseaux à haut débit entre établissements scolaires, collèges et universités, des plans visant à numériser la totalité du programme des écoles ; une université en ligne proposera des cours pour que les travailleurs puissent acquérir de nouvelles compétences et, à l’intérieur des universités, un ensemble important et riche de contenus numériques pour soutenir tous les aspects des études. Dans le secteur de la santé, il existe maintenant une National Electronic Library for Health (Bibliothèque nationale électronique pour la santé), qui contient des ressources pour les médecins, les infirmières et autres professionnels de la santé, tant pour soutenir leur formation que pour les aider à agir et prendre des décisions dans leur environnement de travail normal. Il y a aussi un service en ligne d’autodiagnostic pour le public qui aide à comprendre les maladies.

27Le gouvernement est aussi en train de faire des investissements importants pour transférer ses propres services et conseils sur l’environnement en réseau et nous avons maintenant des directives politiques fermes, qui bénéficient du soutien du Premier ministre lui-même, et selon lesquelles ces informations doivent être fournies sur un seul portail facile à utiliser. Il s’appelle UKonline (http://www.ukonli-ne.gov.uk/​Home/​Homepage/​fs/​en).

28Bien sûr, le Royaume-Uni n’est pas seul dans sa démarche. Beaucoup de pays ont investi dans la création de réseaux pour connecter les écoles, les collèges, les universités. Beaucoup ont commencé à investir dans la création de contenus pour mieux tirer profit des fonds culturels et fournir aux citoyens de nouvelles possibilités de communiquer avec le gouvernement. Une chose est tout particulièrement pertinente pour ce colloque ; c’est une politique établie en 1998 visant à connecter toutes les bibliothèques publiques du Royaume-Uni à l’Internet, dans le cadre d’un projet appelé The People’s Network. Il est né de la constatation que le service public le plus estimé et le plus utilisé est la bibliothèque publique. Chaque municipalité du Royaume-Uni a l’obligation de fournir aux citoyens un service de bibliothèque complet ; cela signifie qu’il y a un réseau de 4 300 bibliothèques publiques dans des communautés allant des grandes villes aux petits villages. Plus de 60 % de la population utilise régulièrement une bibliothèque publique et, depuis 1995, les bibliothèques les plus innovatrices ont fourni un accès gratuit à l’Internet, avec beaucoup de succès.

29The People’s Network est un projet en trois tranches et mon équipe et moi sommes responsables du bon achèvement des trois tranches. Ces tranches sont :

  • Un important investissement de cent cinquante millions d’euros pour créer un centre public « Technologies de l’information et de la communication » dans chacune des 4 300 bibliothèques avec autant de postes de travail que l’on peut en faire tenir ; pour une petite bibliothèque, trois ou quatre postes, dans des bibliothèques plus grandes, il peut y avoir jusqu’à soixante postes de travail. Au moins 95 % des bibliothèques auront une connexion à haut débit et offriront aux usagers une formation de base à ces services. Ce réseau de centres d’études devrait être en place d’ici la fin de l’année, dans dix semaines. Dans la plupart des cas, l’accès à l’Internet sera fourni gratuitement.
  • La deuxième tranche représente un investissement de trente millions d’euros pour former les 40 000 employés des bibliothèques et leur donner le niveau du « passeport européen de compétences informatiques » afin qu’ils soient à l’aise pour travailler avec leurs usagers. Ceci a eu pour effet d’améliorer le moral et la motivation du personnel de façon significative.
  • Enfin : soixante-quinze millions d’euros sont prévus pour créer des contenus culturels nouveaux dont je reparlerai plus tard.

30Je ne saurais trop insister sur l’importance du projet The People’s Network pour le présent et pour le futur des services de bibliothèque publique du Royaume-Uni.

31C’est la première fois, dans les cent cinquante ans de leur histoire, que le gouvernement investit directement dans ces services. C’est la première fois que des hauts fonctionnaires ont montré un intérêt pour les bibliothèques publiques ; et ils admettent que c’est la première fois qu’ils voient un projet du gouvernement dans le domaine des technologies de l’information et de la communication finir dans les délais prévus et sans dépassement de budget.

Les bibliothèques publiques et le futur

32J’ai déjà dit qu’au Royaume-Uni les services des bibliothèques publiques ont une longue histoire et qu’elles demeurent les plus appréciés des services publics, mais de tels arguments ne peuvent pas garantir des financements à une époque où beaucoup pensent que l’Internet est tout ce dont nous avons besoin dans les domaines de l’information, de la culture et de la connaissance. Nous devons prendre en compte ce contexte historique pour définir une philosophie pour les bibliothèques publiques, une philosophie qui va au-delà d’un moment précis dans le temps. À titre d’exemple, je fais trois propositions :

33Les bibliothèques publiques en tant que mécanisme pour améliorer les connaissances et la compréhension : À mon avis le rôle le plus important des bibliothèques a toujours été le soutien aux études, dans un cadre formel ou non, du berceau à la tombe. Si nous définissons les études comme le moyen d’élargir notre connaissance de nous-mêmes et des autres, alors, lire une œuvre de fiction pour le plaisir devient aussi important que des ressources pour se préparer à un examen. En outre, quand les bibliothèques publiques ont agi directement pour encourager la lecture chez les enfants et chez les adultes, il en a résulté une amélioration du bien être social. Si les enfants apprennent à lire avant de commencer l’école, ils s’adaptent plus vite à l’instruction formelle. Si les adultes ont confiance pour explorer le monde de la lecture créative, pour prendre des risques dans leurs lectures, ils seront plus à même de comprendre et d’accepter la vie et la culture d’autres personnes.

34La bibliothèque comme mécanisme d’engagement citoyen : Au Royaume-Uni, la bibliothèque publique a toujours été l’institution sociale la plus importante pour l’accès à l’information pour les communautés et sur les communautés, et sur le gouvernement local et national. Les bibliothèques sont perçues par les faiseurs de politique comme des lieux neutre s, impartiaux dans lesquels travaille un personnel formé pour comprendre les besoins et proposer l’information et les ressources les plus adaptées. Les bibliothèques ne cherchent pas à se faire parrainer par des maisons d’éditions pour ensuite promouvoir leurs livres, quelle que soit leur valeur ; elles ne proposent pas non plus un environnement qui serait tendancieux en faveur de certains programmes politiques. Cela en fait un lieu idéal pour donner accès à la plus grande gamme d’informations sociales pour soutenir les droits des citoyens et l’engagement des citoyens dans leurs communautés.

35La bibliothèque publique symbole de communauté, lieu de savoir et de débat : Permettez-moi de citer un chercheur en sciences sociales à une conférence sur les bibliothèques publiques, la semaine dernière : « À l’ère post-moderniste, la bibliothèque publique sera une institution essentielle pour la recréation d’un espace public. Malgré leur importance pour ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter des livres et d’autres services, les bibliothèques ne seront pas simplement des boulangeries pour les pauvres, pas seulement une compensation pour une vie malheureuse. Les bibliothèques publiques ont une valeur plus profonde pour la communauté. Souvent, chez soi n’est plus un lieu privé et la bibliothèque peut fournir un espace public pour une activité privée comme la lecture d’un livre. À présent, les formes électroniques, plutôt qu’offrir une menace aux formes concrètes, sont en train de créer de nouvelles relations dans lesquelles espace et place s’entrecroisent. »

36Ce sont là des messages importants pour le futur. Je dois justifier mon point de vue ; mon opinion seule n’est pas suffisante. Il y a deux aspects de notre travail qui sont en rapport spécifiquement avec les plans pour le futur des bibliothèques publiques.

37Premièrement, l’an dernier, après une grande campagne de consultation, mon organisation Resource a publié un plan d’action stratégique pour les bibliothèques publiques. Il proposait plusieurs rôles importants :

  • Fournir directement au public des accès aux services des technologies de l’information et de la communication. Or, l’intention première du projet The People’s Network – et sans doute pour quelques années – est de fournir l’accès à la technologie.
  • La gestion et la création de nouveaux services numériques qui rempliront le rôle fondamental du bibliothécaire et de la bibliothèque : trouver des mécanismes pour rendre effectives les connexions entre les gens, les informations et le savoir.
  • Le soutien à l’identité des communautés et la mise à disposition d’espace physique pour que les communautés puissent s’exprimer. Dans de nombreuses communautés, comme je l’ai dit, la bibliothèque est le seul endroit où l’on peut se rencontrer, s’exprimer ensemble et comprendre ce qu’être une communauté veut dire.
  • L’accès aux livres : nous devons tous nous souvenir que les livres demeurent la ressource principale et que cela continuera encore de nombreuses années. Les livres ne vont pas devenir « hors sujet ». Pourquoi le deviendraient-ils ? Le livre est une invention du génie humain d’une élégance inégalée et qui fonctionne. Notre tâche n’est pas de remplacer le livre, mais de comprendre quand il reste le meilleur support et quand une base de données informatique ou un site Web est la meilleure solution.

38Deuxièmement, avec notre ministère de la Culture, nous travaillons au développement d’une vision stratégique pour les dix années à venir pour les bibliothèques publiques. Trois activités importantes sont proposées pour le futur des bibliothèques publiques comme agents de développement social :

39Soutien, études, lecture : Actions positives pour encourager les bibliothèques publiques à étendre leur travail pour faire la liaison avec l’instruction formelle et pour donner à tous l’amour de la lecture. Nous ne devons pas oublier que lire est aussi important à l’âge numérique qu’auparavant. Toutes les bibliothèques publiques ont actuellement des programmes consistant à fournir aux bébés et à leurs parents un livre et une invitation à se rendre à la bibliothèque ; celle-ci leur est remise par une infirmière des services sociaux à huit mois. Beaucoup de bibliothèques favorisent le développement de groupes de lecture parmi leurs usagers pour les encourager à être plus audacieux dans leurs lectures, plus critiques des auteurs.

40Citoyenneté numérique : À partir du projet The People’s Network et de la politique gouvernementale visant à augmenter la fourniture de services par l’Internet en utilisant tant les services des bibliothèques publiques comme réseau de points d’accès tic, que les compétences des bibliothécaires pour gérer l’information sous toutes ses formes. En outre les « entrepôts de savoir et de culture » que sont les bibliothèques et le savoir-faire des bibliothécaires vont favoriser l’apparition de nouvelles synergies entre les bibliothèques, les archives et les musées.

41Identité communautaire et accès aux services : Continuer de développer le rôle symbolique des bibliothèques publiques en tant que mécanisme servant à re-créer un espace public à une époque où les institutions comme les banques cherchent à réduire leur nombre de succursales et où les écoles, pour des raisons de sécurité, rendent plus difficile leur accès à la communauté. Ce rôle met également l’accent sur l’importance du travail des bibliothèques publiques pour réduire les inégalités d’accès qui s’appliquent à toutes les sections de la communauté, pas seulement à ceux qui ont utilisé leurs services de façon régulière. C’est une orientation politique fondamentale qui donne aux bibliothèques publiques une direction claire pour les dix années à venir et elle sera publiée début 2003.

42Quelles sont les implications pour l’avenir ? Une bonne philosophie est essentielle pour coordonner le progrès mais pour qu’un réel développement ait lieu nous devons définir des programmes d’action qui seront mis en œuvre dans les bibliothèques. La conférence traite de l’accès aux services et de l’utilisation des tic et je m’attarderai donc à ce domaine d’activité mais nous ne devons pas oublier qu’avec les tic notre gouvernement et les responsables des services ont des engagements envers les bibliothèques en tant que lieu de rencontre et d’activité, un lieu pour apprendre et un lieu pour découvrir. En même temps, il serait fou d’ignorer la position très forte dans laquelle se trouvent maintenant les bibliothèques dans le cadre de la politique gouvernementale sur les tic. Je vais vous parler de quatre actions importantes :

43La bibliothèque publique en tant que point d’accès aux services gouvernementaux électroniques par le biais des tic, formation complémentaire et apprentissage : Nous savons qu’environ la moitié de la population ne peut pas facilement avoir accès à un ordinateur ou à l’Internet et qu’il faudra du temps pour que ce chiffre baisse. En outre, comme je l’ai déjà mentionné, les gens choisissent souvent d’utiliser les ressources tic dans les bibliothèques publiques parce qu’ils préfèrent travailler individuellement ou à plusieurs, faire des choses privées dans des espaces publics ou bien pour des raisons économiques. La demande est élevée et en croissance. Si vous en doutez, regardez le nombre d’heures d’accès aux postes de travail disponibles dans les bibliothèques publiques anglaises sur une année.

44Le chiffre date d’avant la fin de la mise en place du réseau : tous les ans, il y a environ 6 000 ans d’accès disponible pour les citoyens de ce pays ; soit une heure pour chaque individu, homme, femme, enfant, de ce pays. Et si vous pensez que c’est beaucoup, sachez que nous pensons que, dans l’année en cours, dans nos bibliothèques publiques, nous aurons trente-cinq millions d’heures d’utilisation de ces nouveaux postes de travail. Utilisation qui n’existait pas auparavant. Ne serait-ce que pour cette raison, les bibliothèques publiques sont très populaires auprès des hommes politiques.

45Intégration de services : Si les bibliothèques publiques sont une fenêtre ouverte sur le monde de la connaissance, c’est en grande partie grâce au savoir-faire et à l’engagement des bibliothécaires, à leur travail de collecte d’informations et de connaissance et leur présentation sous une forme adaptée aux besoins de leurs usagers. Les bibliothécaires ont toujours joué le rôle de passerelles entre d’autres organisations et leurs usagers, en établissant des liens grâce à leurs capacité à présenter les informations et à comprendre les besoins individuels. Ces compétences sont aussi importantes dans le cyberespace que dans le monde physique traditionnel. Aujourd’hui, nous dépendons de sites Web et de moteurs de recherches comme Google et les résultats peuvent être impressionnants, mais le futur dépassera ces technologies de transition pour les remplacer par des interfaces mieux conçues et centrées sur les usagers. L’usager n’a pas besoin de savoir qu’il peut trouver une information à 50 000 endroits. Ce qu’il veut, c’est une réponse à une question précise à un moment donné.

46Coordination du travail des autres : L’orientation vers l’usager est bien sûr aussi pertinente pour les projets au-delà des bibliothèques, et notamment en ce qui concerne l’ajout de services commerciaux aux bibliothèques numériques. Nous travaillons déjà avec des universités, avec les services nationaux de santé et avec la British Library sur le développement d’un environnement informationnel commun qui permettra un accès facile à tous les services sans que l’usager ait besoin de se préoccuper de connaître l’origine de l’information qu’il recherche. Pour la première fois, les écoliers peuvent voir la Magna Carta (Grande Charte) en ligne, la base de notre gouvernement ; ils peuvent voir cela sur le site Web de la British Library (http://portico.bl.uk) ; ils pourront aussi rechercher des auteurs peu connus du xviiie siècle en accédant à des informations qui, traditionnellement, n’étaient disponibles que pour les universités. Ce ne sont que des exemples, des petits miracles que nous pouvons faire grâce à la technologie. Mais ils auront besoin d’aide pour explorer ce paysage et trouver leur chemin vers l’information qu’ils recherchent et nous devons rendre l’accès à l’information plus facile ce qui signifie de nouveaux partenariats avec de nouveaux organismes.

47De nouveaux services numériques : Ceci m’amène à la quatrième action, partie la plus intéressante sans doute de ce que nous sommes en train de créer. De nouveaux services pour les usagers des bibliothèques publiques. Le programme de numérisation associé au projet The People’s Network pour lequel nous disposons de soixante-quinze millions d’euros nous a permis d’aider cent cinquante projets qui vont créer un million de nouveaux objets numériques. Nous avons prévu ceux-ci dans une série de domaines de façon à pouvoir maintenir et exploiter ces ressources dans le futur. Par exemple, de nombreux projets utilisent l’histoire locale en tant que moyen de sensibiliser et faire participer les communautés locales. Ils sont rassemblés sous le titre A Sense of Place. Je peux vous en montrer quelques exemples, comme la création d’une base de données d’images sur l’histoire du Devon, dans l’ouest de l’Angleterre ou une partie de Birmingham où archives, cartes et images ont été rassemblées avec l’histoire des gens de ce quartier. L’histoire locale se transforme en patrimoine national.

48Pour vous donner juste un dernier exemple qui ne traite pas d’histoire locale : Book.net est un service qui à été conçu et qui vient juste d’être lancé ; il est en ligne sur la toile et il permettra aux gens de choisir les nouvelles œuvres de fiction en sélectionnant les catégories qui les intéressent. En ligne, vous pouvez décider que le livre soit gai ou triste, drôle ou sérieux, qu’il y ait du sexe ou pas du tout. Si vous le souhaitez, vous pouvez choisir la partie du monde dans laquelle l’histoire se déroule, le type de personnages du livre et, quand vous cliquez sur Go, il vous donne une critique du livre comme sur amazon.com mais, en plus, vous pourrez accéder directement de la base de données, qui est gratuite et sur le Web, au catalogue de votre bibliothèque locale pour voir si le livre est disponible et, dans beaucoup de cas, pour envoyer un message à la bibliothèque pour réserver le livre. De cette façon, il n’y a plus de coupure entre votre visite des collections de la bibliothèque, visite intelligente, mais aussi de chez vous, de votre bureau, de votre école. Pour prendre des décisions confortablement, pour prendre des risques dans vos lectures, vous pouvez faire ces recherches sur un site qui s’appelle www.whichbook.net et qui est vraiment très bien.

49Il n’est pas inhabituel aujourd’hui, pour une bibliothèque publique du Royaume-Uni, d’avoir un service d’information très complet sur le Web et de permettre à ses usagers d’aller dans les catalogues, de demander des livres et de les renouveler à distance. Ce sont des développements pratiques qui créent peu de barrières techniques. Qui pourrait affirmer qu’en fournissant des services à distance les bibliothèques publiques font autre chose qu’améliorer l’accès ? En proposant des services de bibliothèque en ligne vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, les gens peuvent se promener dans les catalogues et vérifier des informations concernant la vie locale quand ils le veulent, d’où ils veulent. Les services sont disponibles pour les citoyens, là où ils veulent les utiliser.

50Cependant, en tant que coordinateurs nationaux de la stratégie des bibliothèques publiques, nous avons le devoir d’étudier la manière dont nous pouvons améliorer les services électroniques et leur niveau dans tout le pays et de façon cohérente. Resource a commencé à concevoir un environnement de bibliothèque virtuelle utilisable par toutes les bibliothèques et par quiconque le souhaite ; il permet d’intégrer des services nationaux et il sert de laboratoire pour les nouveaux projets et les nouveaux services en ligne.

51Je vous montre ici une copie d’écran d’un site que nous avons lancé la semaine dernière dans une forme très simple pour encourager les bibliothécaires publics du Royaume-Uni à participer à une discussion sur la conception d’un espace Web pour la fourniture de services de bibliothèque. J’aurais besoin d’y consacrer une intervention entière et je me limiterai donc à cette simple page. Au centre, vous voyez l’espace de travail de l’usager, dans ce cas une carte du Royaume-Uni qui lui permet de cliquer pour ensuite passer à l’histoire locale dans la région qui l’intéresse, mais toujours avec une carte géographique. Les usagers ont aussi une salle de lecture où ils peuvent consulter en ligne les journaux et autres services qu’ils souhaitent. Ils peuvent avoir un service d’information. Ils peuvent utiliser les services de la bibliothèque. Il s’agit d’une expérience et nous voulons que tous les bibliothécaires participent à la discussion sur la façon de développer cet espace de bibliothèque virtuelle pour le plus grand bénéfice de leurs usagers. Elle n’a été mise en place que la semaine dernière nous avons donc encore du chemin à faire.

Conclusion

52La nature des changements auxquels nous sommes confrontés est telle que nous ne pouvons pas être sûrs de ce qui fonctionnera ou ne fonctionnera pas à long terme. Si nous voulons continuer à promouvoir le libre accès aux services des bibliothèques, là où sont les usagers, dans le cyberespace, il va falloir concevoir des systèmes nouveaux pour le paiement des droits. Si nous créons et gérons de nouveaux services sur l’Internet, nous devons faire en sorte de ne pas perdre les compétences que les bibliothécaires ont toujours eues, à savoir analyser, synthétiser et communiquer. Par dessus tout, si nous élargissons le champ et l’accès à nos services et profitons des avantages des tic, il faut que cela se fasse autour d’une philosophie acceptée par tous. Certes, nous dépendons d’un choix politique, mais si les bibliothécaires ont de l’énergie et font la promotion de leur travail avec passion, ce qui pourrait être une menace pour les bibliothèques publiques créera de nouvelles possibilités illimitées. Nous sommes à l’aube d’un futur passionnant.

53Martine Blanc-Montmayeur : Merci Chris Batt. Compte tenu du niveau théorique de la discussion d’hier, nous avions parfois peur de notre propre existence et nous étions, en fin de journée, enfermés dans un débat de concurrence effrénée. Merci donc à Chris Batt de balayer cette concurrence, non pas d’un trait de plume, mais avec beaucoup d’efforts et beaucoup de projets, et de partir sur une assurance indestructible du rôle absolument nécessaire de la bibliothèque publique, y compris de son attrait infini.

Danielle Resche, conservateur, Bpi

54Changeons d’échelle... Je voudrais parler d’une expérience de services qui existent à la Bpi. Je commencerai cette introduction en rappelant qu’à la Bpi le libre accès aux collections s’accompagne d’une offre de médiation qui a toujours pris en compte les lecteurs sur place et à distance, ceci en fonction des technologies disponibles.

55À titre d’exemple, le catalogue a d’abord été consultable sous forme papier, puis sous forme de Minitel en 1986, ensuite sous forme de cédérom en 1987 – avec le cédérom Lise, premier cédérom français – et, un peu plus tard, en ligne sur le Web à partir de 1995. À côté du catalogue, dès l’ouverture, en 1977, a été créé un service de questions/réponses par téléphone puis, à partir de 1986, il a évolué vers le Minitel et en 1997 vers la messagerie électronique.

56Cette introduction pour rappeler, en fait, que le service sur place et à distance a toujours été une préoccupation de la bibliothèque en fonction des différentes technologies qui étaient disponibles à un moment donné.

57Je commencerai avec la description des services qui sont proposés, des problèmes qui sont rencontrés et des interrogations qu’ils suscitent. Je présenterai les objectifs de la Bpi à distance, puis j’aborderai l’offre avec le site Web et le service des réponses à distance, et je terminerai par les interrogations actuelles.

58Tout d’abord, un essai de définition de la Bpi à distance : la bibliothèque à distance est une extension de la bibliothèque physique en tant que service public, via les différents moyens de communication disponibles comme le téléphone, l’Internet et, peut-être dans l’avenir, le téléphone mobile ou toute autre innovation technologique. Elle s’inscrit aussi au cœur du projet Bpi, c’est-à-dire libre accès à des collections toujours renouvelées pour tous les publics, et réponses à des demandes ponctuelles d’informations.

59Ses objectifs sont multiples :

  • Faire connaître la Bpi et ses activités.
  • Répondre à la demande des utilisateurs.
  • Mieux utiliser les ressources de la bibliothèque.
  • Et surtout élargir les publics : si l’on connaît bien le public sur place grâce à des enquêtes régulières et précises, tel n’est pas le cas pour le public à distance. Malgré cet anonymat de fait, l’objectif est de s’adresser à un public plus diversifié que le public sur place, surtout dans un contexte d’hyperfréquentation avec une file d’attente aux effets dissuasifs. Les publics ciblés sont :
    • Les publics empêchés : les personnes malvoyantes, les personnes qui ne peuvent pas se déplacer.
    • Les publics distants géographiquement : en région, à l’étranger.
    • Ainsi que les professionnels des bibliothèques.

60L’offre à distance se compose actuellement :

  • D’une permanence téléphonique assurée aux heures d’ouverture de la bibliothèque par des bibliothécaires au Bureau des références et le matin, par le personnel du service de l’Accueil également. Les questions posées par téléphone sont des questions rapides concernant les horaires, les activités de la bibliothèque et l’interrogation du catalogue, ce qui représente à peu près un millier d’appels par mois.
  • D’un site Web qui représente 45 000 visites mensuelles en moyenne.
  • D’un service de réponse à distance destiné à tout public, qui traite une centaine de questions par mois.
  • Il y a aussi un service de questions-réponses réservé aux bibliothécaires des centres culturels français à l’étranger, qui traite une trentaine de questions par mois.

61J’aborderai tour à tour le site Web de la Bpi et le service des réponses à distance.

62Aujourd’hui, l’Internet s’impose comme l’outil de communication à distance par excellence car il autorise à la fois la consultation d’information et l’utilisation de services, cela sans contrainte de temps et d’espace.

63C’est en 1995 que la Bpi a créé son site Web dont l’offre s’articule autour de deux grandes idées :

  • Mieux utiliser la Bpi : dans ce cas la consultation du site est préparatoire à un déplacement.
  • Et constituer un site d’information à part entière, n’impliquant pas spécialement de visites, où l’on trouve :
    • Des informations et des textes électroniques : il s’agit principalement de textes conçus par la bibliothèque, comme par exemple des informations sur les activités, les animations, des guides pratiques, des bibliographies ; ainsi que des textes édités par la bibliothèque dans le cadre de colloques, débats et animations comme par exemple, toutes les communications du colloque virtuel Text-e.
    • À côté de ces informations sur les différentes activités, on trouve aussi des catalogues et outils : en premier lieu, le catalogue de la bibliothèque ; les bases de données développées dans les services, comme par exemple l’Oriente Express qui est un répertoire de bibliothèques et de centres de documentation en région parisienne ; ou aussi Langues Info dans le domaine de l’apprentissage des langues. Par ailleurs, la rénovation du Centre Pompidou a été l’occasion pour la Bpi de se réinformatiser et de proposer un nouveau système d’information consultable dans les espaces de la bibliothèque.

64Depuis mars 2002, l’interface au public de ce système d’information est accessible à distance. Il s’agit d’une fédération d’applications – ce n’est pas uniquement l’accès seul au catalogue – qui sont réunies sous une interface commune ave c le catalogue, ensuite différentes bases comme les documents son et vidéo, des documents d’autoformation, les ressources cédéroms et les ressources Internet ainsi que la base Bpi-Doc références. Cette base Bpi-Doc propose à distance des références d’articles de presse. Cette base est interrogeable à distance par thème, par sujet et fournit les références des articles, mais elle ne donne pas accès au contenu des articles, pour des raisons juridiques : il faut venir sur place pour y accéder.

65On constate que l’accès au catalogue à distance via l’Internet entraîne une plus grande exigence de la part des usagers : les références aux documents et Bpi Doc, par exemple, ne sont plus suffisantes. La demande des utilisateurs porte aussi sur l’accès aux documents primaires, mais cette demande est difficile à satisfaire pour des raisons tant juridiques que budgétaires.

66– Après les catalogues et outils, sont disponibles sur le site de la Bpi, des sélections de sites Web : d’une part, l’annuaire des sites Web : un annuaire à caractère encyclopédique qui réunit près de 2 000 ressources commentées – par exemple la presse d’information générale. Ce sont des informations qui sont ordonnées et commentées. D’autre part, les signets sur la France contemporaine à destination des centres culturels français à l’étranger qui réunissent près de 600 ressources commentées.

67Réaliser des sélections de sites, c’est en fait proposer le meilleur du Web et c’est une réponse des bibliothèques à l’hyper-choix de ressources sur le Web qui peut mener à une asphyxie d’informations inutiles, à une « infopollution », selon l’expression de Joël de Rosnay. Cette démarche des bibliothécaires, une démarche en quelque sorte écologique, consiste à fermer l’espace, à créer des sous-ensembles de ressources de qualité et ainsi à baliser les chemins d’accès pour les utilisateurs. Une façon de proposer des équipages pour arriver à bon port selon la formule de Robert Damien que nous avons écouté hier.

68Ce type d’annuaire, surtout à caractère encyclopédique, représente un travail considérable et gagnerait à se développer sur une base coopérative en associant plusieurs bibliothèques. La Bpi participe déjà à un répertoire qui s’appelle Rime et qui est un répertoire spécialisé en ressources Web en gestion et économie, et qui fonctionne sur la base d’un travail coopératif.

69– Le dernier service proposé sur le site se trouve dans la rubrique Vos questions qui permet l’accès au service des réponses à distance.

70Ce service de réponses à distance porte différents noms : en externe on l’appelle Bpi Info et en interne on le nomme « Radis » pour réponse à distance. Il a été créé en 1997 pendant la rénovation du Centre Pompidou. Il répond à toutes les questions par courrier électronique, par courrier postal et par fax. Il est à noter que le courrier électronique représente sept fois plus de demandes que les courriers postaux et les fax.

71Ce service comprend une équipe de permanents, l’équivalent de deux postes à temps plein, et d’un renfort de bibliothécaires qui travaillent sur la base du service public.

72La page de présentation disponible sur le site permet d’expliquer le service proposé et de répondre aux questions posées sous la forme d’une foire aux questions. Les questions les plus courantes sont relatives aux horaires et aux jours d’ouverture. Au travers des questions posées, nous pouvons un peu mieux esquisser le portrait et les besoins du public à distance qui utilise ce service.

  • Tout d’abord, qui écrit ?
    • C’est un public plus diversifié que celui qui fréquente la bibliothèque physique. Il s’agit de professionnels de la culture, institutions culturelles, bibliothécaires, documentalistes.
    • Des entreprises, mairies, universités.
    • Des particuliers, des lycéens, des étudiants.
  • D’où viennent les questions ?
    • De France pour les deux tiers en ce qui concerne la messagerie électronique, mais il n’est pas facile, à partir de la messagerie électronique, de localiser les demandes en France. C’est plus facile pour le courrier postal, nous savons que la moitié des lettres qui viennent de France proviennent de province, des régions.
    • L’autre tiers provient des méls du monde entier, de certains pays plus que d’autres, du monde anglo-saxon, y compris d’Australie et de Nouvelle-Zélande, de Belgique, d’Italie et du Brésil.
  • Pour demander quoi ? Grosso modo, il y a trois grandes catégories de demandes :
    • Le premier tiers des méls concerne des demandes d’informations sur la bibliothèque, les horaires, la présence de tel ou tel document, etc.
    • L’autre tiers porte sur des demandes d’informations bibliographiques, de consultation d’un périodique ou de visionnage d’un film. Ce sont des questions qui sont assez fréquentes sur les différents supports. L’envie de consulter une méthode d’apprentissage de langue ou de voir un film revient très souvent, ainsi que les demandes de bibliographies, etc.
    • Dans le dernier tiers, on trouve des questions diverses : cela va des renseignements biographiques aux renseignements administratifs, à l’orientation sur le Web, aux informations sur les bibliothèques, au programme du Centre Pompidou, aux activités du Centre, aux renseignements sur la France, sur la langue française, l’art contemporain, les entreprises, les secteurs d’activités et bien d’autres. Donc, une très grande diversité de questions.
  • Pour répondre à ces questions, quels sont les outils utilisés ?
    • Nous disposons d’un fonds d’ouvrages de référence, principalement sous forme papier de 600 titres.
    • Nous avons aussi à disposition les collections et les ressources électroniques de la bibliothèque ; et, pour répondre plus facilement aux questions, nous avons également développé en interne un outil que l’on appelle l’« aide Radis ». Il s’agit d’un référentiel qui réunit les informations utiles pour répondre aux questions posées. Cet outil, développé sur des pages Web, n’est pour l’instant qu’à destination du personnel de la bibliothèque car il est dans une phase expérimentale, mais, comme il est sur le serveur de la Bpi, il est techniquement consultable sur le Web. Nous avons réuni les informations utiles, une sorte de mini-base de connaissances pragmatiques pour pouvoir répondre aux questions et faire aussi des guides méthodologiques. Comme les questions qui sont posées sont à caractère encyclopédique, et que le personnel qui répond aux questions n’a pas toujours une compétence encyclopédique, développer des outils sur les sources utiles est indispensable et permet de répondre plus rapidement aux questions. C’est aussi une façon de faire de la bibliographie appliquée.

73On constate que les questions posées sont relativement complexes et font appel au bibliothécaire en tant qu’expert, ce qui laisse penser que les besoins d’information de base – comme par exemple les demandes sur les démarches administratives ou les recherches à caractère généalogique pour lesquelles de nombreuses informations sont disponibles sur le Web – sont satisfaits sur l’Internet, et cela sans intermédiaire.

74• Quelles sont les perspectives de développement pour le service des réponses à distance ?

75Une piste de réflexion s’ouvre avec l’offre de service de questions-réponses en direct : chat ou « causette » chez nos amis québécois. Cette technologie permet d’établir un dialogue en direct avec le demandeur et ainsi de conduire un véritable entretien comme dans les bureaux d’informations de la bibliothèque physique. Ce service, ou bureau de référence virtuel, existe depuis quelques années en Amérique du Nord et dans les pays scandinaves. Ce sont des pays où le taux d’équipement des ménages en accès Internet dépasse les 60 % ; en France il représente environ 29 %. De plus, dans ces pays, il existe sur le Web des services commerciaux de questions-réponses, soit gratuits soit payants, largement utilisés par les internautes. Dans ce contexte concurrentiel, les bibliothèques mettent en avant la qualité des réponses qu’elles fournissent et la garantie de confidentialité qu’elles offrent à leurs usagers. Certaines bibliothèques proposent aussi ce service vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept.

76Et du point de vue technique, les logiciels de chat utilisés sont plus ou moins sophistiqués : de l’envoi simple d’adresses Web à la possibilité de pousser des pages Web vers l’ordinateur du demandeur et même de prendre la main en guidant, en escortant le demandeur dans sa recherche. Cette technologie nous semble intéressante car elle permet de renforcer la médiation humaine sur le Web et c’est un sujet que nous souhaiterions approfondir.

77Troisième partie de cette présentation sur les interrogations actuelles. Proposer des services à distance sur le Web, c’est aussi, de la part de la bibliothèque, manifester sa volonté d’être activement présente dans un paysage nouveau et instable. L’usage de l’Internet à domicile ou sur le lieu de travail représente une révolution considérable dans l’accès à l’information et suscite de nombreuses questions sur le devenir des bibliothèques publiques. Le sujet est difficile et je me propose de vous faire part de ma perception en tant que bibliothécaire à la Bpi, perception toute chargée de subjectivité.

78Tout d’abord, la concurrence du Web. Il est vrai que les bibliothèques ne sont plus les seuls réservoirs d’informations. nous sommes passés du puits, lieu d’approvisionnement, au robinet, l’information à tous les étages, pour reprendre le titre d’un article prémonitoire de Denis Warlot publié en 1983.

79Cependant, les missions et les contenus ne sont pas les mêmes. Les bibliothèques publiques sont des services publics au service du public, ce qui implique de constituer et proposer gratuitement un accès pour tous à un savoir et des connaissances structurées, hiérarchisées et validées. Cette mission n’est pas du tout assurée par l’Internet. Pour la mener à bien, les bibliothèques consacrent des budgets importants tant pour les acquisitions de documents papier qu’électroniques. Avec l’Internet, pour avoir accès aux mêmes informations, qui va payer ? Est-ce que c’est l’utilisateur final ? On peut se poser la question.

80Nous sommes dans une situation paradoxale. L’information paraît plus facilement accessible, mais la réalité est tout autre. En effet, si les technologies de l’information ont permis une diversité des sources d’information et un considérable enrichissement des collections de la bibliothèque, cette offre élargie s’est aussi accompagnée d’un accès plus complexe à l’information, aussi bien pour les lecteurs que pour les bibliothécaires. Le grand risque est la sous-utilisation des ressources pertinentes et fiables au détriment d’informations non validées et incontrôlables.

81Comment les bibliothèques peuvent-elles endiguer ces effets qui risquent de réduire l’égalité de l’accès à l’information et aux connaissances et de creuser le fossé entre ceux qui ont la maîtrise de l’information et ceux qui ne l’ont pas. De deux manières, me semble-t-il :

  • Tout d’abord, en continuant à bâtir des collections avec rigueur ; et aussi ave c passion.
  • Et ensuite en renforçant leur rôle de médiateurs du savoir.

82De quelle façon ? Principalement en améliorant les outils d’accès aux collections. Aujourd’hui, si l’on veut faire une recherche « sérieuse », il faut souvent utiliser plusieurs sources, comme le catalogue de la bibliothèque, une ou deux bibliographies d’articles, puis revenir au catalogue pour vérifier la disponibilité des références trouvées. Il est donc nécessaire de connaître les outils utiles puis de savoir les interroger car ils ont souvent chacun leur propre interface d’interrogation. Pour un lecteur familier des moteurs de recherche de type Google, cette démarche complexe relève du parcours du combattant. Il y a ici un travail de réflexion à mener pour repenser l’ergonomie des outils d’accès aux collections, et l’exemple qui a été présenté par Chris Batt pour la recherche locale est très intéressant à ce titre, pour de nouvelles formes de médiation et d’accès à l’information.

83La seconde façon consiste à constituer des annuaires de ressources Web évaluées, validées et commentées, si possible sur une base de travail de coopération avec d’autres bibliothèques car la tâche est gigantesque.

84Ce travail est nécessaire mais n’est pas suffisant. En effet, nombreux sont nos lecteurs qui imaginent que toute l’information est disponible gratuitement sur l’Internet. Les bibliothèques ont ici un rôle majeur à jouer car personne ne le fera à leur place : celui d’offrir un cadre de référence et de signaler les meilleures sources d’information disponibles quel que soit le support ; en quelque sorte, constituer des bases de sources multisupport.

85Les bibliothèques sont riches de collections patiemment construites, mais elles sont aussi riches des compétences et savoir-faire de leur personnel et aussi de leurs lecteurs. L’heure semble maintenant venue de développer, collecter, formaliser et diffuser cette valeur ajoutée dans l’intérêt de tous. Dans cette perspective, bibliothèque physique et bibliothèque à distance ne sont pas antinomiques. Au contraire, développer la bibliothèque à distance dans un contexte de portail d’information, c’est aussi créer les conditions propices pour imaginer, inventer, expérimenter de nouveaux modes de médiation nécessaires, tant sur place qu’à distance.

86Martine Blanc-Montmayeur : Merci Danielle, pour cette expérience concrète de la bibliothèque à distance à l’intérieur de la Bpi, ou à l’extérieur, d’ailleurs. Je passe la parole à Caroline Wiegandt, directrice des Services et des réseaux à la Bibliothèque nationale de France.

Caroline Wiegandt, directrice des Services et des réseaux, BnF

87Dans un premier temps, il est utile de faire un certain nombre de rappels, donner des chiffres significatifs, à la fois concernant le libre accès, le nombre de documents et le public qui l’utilise, et mettre en regard des informations concernant la bibliothèque numérique et le site Gallica, partie du site disponible sur l’Internet, en essayant de mettre en évidence tout ce que peut avoir de particulier notre public sur l’Internet que nous essayons de connaître le mieux possible à travers de très nombreuses enquêtes et études sur les usages et les publics – sur lesquelles je vais revenir un peu plus longuement.

88Il est important de rappeler que dès l’origine du projet Bibliothèque nationale de France, il a été prévu de renforcer très considérablement le libre accès par rapport à ce qu’il était à Richelieu puisque cinq fois plus de livres sont disponibles en libre accès et que, par ailleurs, dès le départ également, il a été prévu d’intégrer une bibliothèque numérique, d’abord consultable sur place, puis dont il a été décidé qu’elle serait consultable à distance.

89Le libre accès, partie intégrante du projet BnF, continue à se renforcer depuis l’ouverture du site de Tolbiac. En terme de volumes disponibles, l’effort est important puisque la bibliothèque de recherche – celle du rez-de-jardin – proposait, en 2001, 310 000 volumes, contre 250 000 en 1998, et 4 200 titres de périodiques, qu’il faut ajouter aux 270 000 volumes et aux 2 700 titres de périodiques en libre accès à la bibliothèque du haut-de-jardin.

90Très vite, la nécessité est apparue de compléter ce libre accès par des collections de ressources électroniques, qui ont d’abord été disponibles sur des postes différents, mais sont maintenant réunies sur un poste unique, Renet. Depuis le printemps 2002, Renet offre l’accès à 200 cédéroms, 2 000 périodiques électroniques et 3 000 signets ; et nous continuons à travailler sur le poste qui donne accès à l’ensemble de ces ressources électroniques. En parallèle, le catalogue rétroconverti (informatisé) s’enrichit et rassemble des catalogues différents, là aussi, dans une volonté de simplification. Le but est de réunir dans le même catalogue, au fur et à mesure de l’évolution de l’informatisation, tous les fonds d’imprimés, audiovisuels et ceux des collections spécialisées.

91Un des compléments très important de Renet est la bibliothèque numérique constituée des collections numérisées par la BnF qui, jusque-là, n’était accessible que sur des postes dédiés et qui, maintenant, est accessible sur le même poste que l’ensemble des ressources électroniques qui sont acquises par la bibliothèque.

92Gallica est un sous-ensemble de cette bibliothèque numérique puisque ne sont mis à disposition sur le Web que les documents libres de droit, et qui sont moins nombreux que l’ensemble des documents qui ont été numérisés, en mode image pour la majorité d’entre eux, avec des tables de matières et des légendes d’images en mode texte, de façon à faciliter la recherche dans les documents.

93Au-delà de cette bibliothèque numérique sur le Web, les informations sur la bibliothèque ou pour les professionnels ont été réorganisées et renforcées pour être une véritable source d’information permanente et régulièrement mise à jour. Le site Web a été enrichi petit à petit d’autres types de prestations : des expositions virtuelles, des explorations de documents à des fins pédagogiques, mises à disposition et créées pour le Web.

94Là aussi, la BnF a évolué en mettant l’Internet à disposition au-delà de ses propres ressources achetées ou produites en interne. Des bornes Internet sont consultables debout – ce qui a un effet un peu dissuasif, pour que les salles de lecture ne tendent pas à devenir des cybercafés, mais qu’il y ait un usage équilibré des ressources propres à la bibliothèque et de celles qui sont disponibles sur l’ensemble du Net.

95Les services à distance, complémentaires de ce qui est mis à disposition à travers le site, se sont développés. Certains services s’adressent aux lecteurs qui viennent à la bibliothèque, comme les réservations de places et de documents, d’autres sont des services spécifiques comme les commandes de reproduction ou des demandes de renseignements bibliographiques qui arrivent par le site.

96Lecteur sur place, lecteur distant, il est intéressant de comparer les chiffres qui sont à notre disposition. Les chiffres qui sont indiqués ici sont ceux de 2001 qui figurent dans le rapport d’activité. Cette année-là, 260 000 lecteurs ont fréquenté les salles de lecture et 862 000 documents ont été communiqués, soit environ 1 000 lecteurs par jour qui demandent en moyenne 3,5 documents. La fréquentation du site Gallica, c’est-à-dire de la bibliothèque à distance au sens strict du terme, est en augmentation absolument considérable ; en un an le nombre de visiteurs par jour a augmenté de 50 %, les chiffres de 2001 attribuent 5 000 visiteurs quotidiens au site Gallica, et précisent qu’en un mois, entre 500 000 et 600 000 documents sont consultés. Depuis que l’accès au site se fait par le réseau haut débit Renater2, les déchargements de données connaissent une accélération qui pose un véritable problème puisqu’il y a des pointes de charges qui rendent très difficile l’accès au service. Cela nous conduit à devoir faire évoluer l’architecture informatique pour pouvoir faire face à ces demandes considérables.

97Grâce au marquage de pages, on peut constater qu’outre la consultation de documents, il y a aussi une part non négligeable de recherche de documents pour les décharger.

98Qui sont les lecteurs distants ? Ce sont des usagers tout à fait habitués à l’Internet puisque plus de 70 % d’entre eux en ont un usage quotidien et relativement ancien, puisque plus de 35 % sont utilisateurs depuis 1997, voire avant 1997, majoritairement depuis leur domicile et/ou leur lieu de travail avec une connexion à haut débit pour 40 % d’entre eux, soit à travers des lignes adsl, soit à travers le câble ; ils se mettent en situation de pouvoir consulter rapidement et de pouvoir décharger des données également très rapidement.

99Il est intéressant aussi de voir que beaucoup d’entre eux utilisent d’autres sites de bibliothèques que celui de la Bibliothèque nationale de France, et que beaucoup également sont des consommateurs importants de sites de journaux, de revues et d’établissements culturels.

10070 % d’entre eux sont des hommes, mais ce qui est tout à fait frappant, c’est la répartition homogène par âge avec environ 10 % de moins de vingt-cinq ans et puis une progression de 10 % au fur et à mesure que les âges progressent, avec une pointe pour les cinquante-soixante ans. Ce qui marque une différence importante avec le public sur place, puisqu’il est majoritairement âgé de moins de vingt-quatre ans. Si l’on regarde les professions, les deux types d’usagers sont assez semblables.

101Beaucoup ont une activité rémunérée, sont donc déjà dans la vie active, avec un pourcentage absolument écrasant de cadres, professions libérales. 35,5 % sont des quadragénaires travaillant pour la fonction publique, avant tout des enseignants du secondaire, mais aussi une part très importante à l’université ou dans le monde de la recherche. 17,5 % sont titulaires d’un diplôme universitaire de troisième cycle, auxquels s’ajoutent 10 % de titulaires d’un diplôme de grande école. On est très loin d’une bibliothèque complètement démocratique, ouverte à tous. 11,8 % des chefs de famille d’utilisateurs distants sont dans les activités de commerce et de distribution et 13,2 % dans des industries mécaniques, électroniques, chimiques, énergie, imprimerie, etc.

102Ainsi, même si on peut mettre un accent très fort sur ces lecteurs issus de la fonction publique ou ces enseignants chercheurs, il y a aussi des familles avec des professions très différentes, qui utilisent Gallica.

103Sur le plan géographique, on compte 25 % d’usagers hors du territoire français et, curieusement, alors qu’on pourrait imaginer que l’Internet amène beaucoup plus de non-Parisiens, 41 % des utilisateurs de Gallica résident en Île-de-France. Ils ont une offre très importante à travers les bibliothèques parisiennes, universitaires, publiques, ou dans les départements périphériques et, malgré cela, restent de gros consommateurs du Web.

104Pour aller plus loin, pour mieux comprendre la façon dont les utilisateurs de Gallica travaillent, utilisent le Web, la BnF a participé à un projet de recherche dans le cadre d’un appel d’offre rnrt, avec France Telecom, qui s’appelait les « BibUsages », dont on peut présenter les principales conclusions.

105Un panel a été constitué à partir des chiffres d’une enquête réalisée en mars 2002. Un panel que l’on souhaitait d’une centaine d’utilisateurs avait été défini, mais qui s’est retrouvé réduit, pour des raisons techniques ainsi qu’une espèce de méfiance de dernière minute des panélistes qui avaient été retenus. Ils devaient accepter qu’on installe sur leur poste de travail un mouchard qui permettait de suivre complètement leur trafic sur l’Internet, leurs stratégies de recherche y compris sur le site de la BnF. Des interviews limitées à des Franciliens, pour des raisons de coût ont complété les données recueillies.

106Parmi les données qui apparaissent, on peut retenir celles sur les sessions longues. Si la majorité des sessions sont longues, plus d’une demi-heure, même plus de trente-huit minutes en moyenne, d’autres utilisateurs passent rapidement, entre cinq et dix minutes. Les internautes recherchent – et cela a été l’une des surprises, même si un certain nombre d’entre nous en étions déjà convaincus – directement dans la collection de documents, à travers les moteurs de recherche, et, secondairement, à partir du catalogue quand ils n’arrivent pas à trouver. Pour les gros usagers de Gallica, le catalogue n’est pas du tout un passage obligé.

107Ces gros consommateurs de sites ont également des stratégies très précises en ce qui concerne la mise en place de collections de book marks qu’ils organisent avec un professionnalisme que pourraient envier les bibliothécaires. Ils font une réelle classification. Une des caractéristiques de leurs book marks, c’est le nombre important de sites d’achats de livres en ligne ou de produits culturels qu’ils utilisent très abondamment.

108Leur usage de Gallica consiste tout d’abord à identifier des sources ; ils ne vont pas forcément utiliser et décharger tout de suite, mais regarder ce qui existe sur un sujet particulier, et dans un deuxième temps, ils vont télécharger et « ranger ». Ces gros utilisateurs de Gallica impriment très peu mais déchargent des données pour constituer des cédéroms dans le but de ne pas saturer leurs disques durs. Ils créent, de cette façon, des collections de cédéroms personnelles qu’ils organisent en fonction de leurs besoins. Certains d’entre eux utilisent des logiciels d’ocr (reconnaissance optique de caractères) pour retravailler leurs documents, les structurer et permettre un certain nombre de travaux sur les sources qu’ils ont ainsi récupérées.

109Un des points qui est extrêmement intéressant, c’est que ces Franciliens utilisateurs de Gallica sont peu consommateurs de bibliothèques : deux d’entre eux seulement ont une carte à la BnF, et moins de la moitié sont inscrits dans une bibliothèque de recherche ou une bibliothèque publique. Cela veut dire que, pour eux, la pratique sur des sites est vraiment un usage très majoritaire. La bibliothèque à distance est alors conçue comme une solution à la recherche d’information.

110Ce qui reste intéressant, c’est qu’ils ressentent cet isolement, qui est un des problèmes posés par Web, et souhaiteraient créer des clubs d’utilisateurs de Gallica avec un espace qui leur serait réservé pour échanger des bonnes pratiques, se demander entre eux des informations...

111Si l’on regarde la différence de pratique sur place et à distance, il y a – et c’est un des soucis permanents des responsables de la Bibliothèque nationale de France – une sorte de sous-consommation des ressources offertes en libre accès, y compris des ressources électroniques, même si, très souvent, les postes Renet sont tous utilisés.

112Si l’on compare avec cette consommation intensive pour un usage différé – ce qui me semble un des points à retenir – des ressources qui sont offertes sur Gallica, on s’aperçoit que les pratiques de « butinage » sont plutôt réservées soit aux dossiers thématiques que l’on crée sur Gallica, soit aux expositions virtuelles, aux explorations de documents, à la consultation des autres aspects du site ; les visites sur le cœur de Gallica sont plutôt des visites longues.

113Un certain nombre de services aident à préparer une visite, à réserver une place, des documents, à consulter le catalogue, à constituer des bibliographies, etc. Certes, ces pratiques complémentaires existent pour préparer une visite sur place, mais elles ne sont pas aussi importantes qu’on l’imaginait puisque, dans les enquêtes que l’on a faites durant l’année 2002, moins de 50 % des gens interviewés prévoyaient de se rendre à la bibliothèque dans les mois qui venaient. Il y a donc une pratique tout à fait spécifique de la bibliothèque numérique à distance.

114Quelles sont les pistes de travail qui sont actuellement à l’étude ? Pour la bibliothèque en accès totalement libre, celle du haut-de-jardin, il y a une volonté de diversifier les sujets traités en renforçant la part de documents disponibles en français et de documents peut-être moins difficiles d’accès, plus immédiatement utilisables pour le public étudiant qui fréquente majoritairement les salles de lecture. La BnF a la volonté d’accélérer la mise à disposition de périodiques numérisés, donc de collections anciennes et en plus des collections natives ou achetées sous forme numérique ; puis d’essayer d’acquérir ces ressources électroniques en cohérence avec des bibliothèques parisiennes pour tenter de définir une offre qui pourrait être spécifique.

115Une des préoccupations est de réduire le temps de mise à disposition pour les utilisateurs dans les salles de lecture par un certain nombre de moyens, comme peut-être d’avoir des traitements de reliure moins sophistiqués. En outre, un certain nombre de réflexions sur la lisibilité des parcours dans la bibliothèque, la localisation des collections sont menées. Enfin, l’un des points très importants est de repenser les postes publics sachant qu’on est parti de postes très différenciés par média pour aboutir à un poste unique de ressource, Renet, mais qu’il faut encore simplifier les choses et aller vers une ergonomie similaire, par exemple pour l’interrogation du catalogue, sur place ou à distance.

116Sur Gallica, on a le souhait de maintenir une diversité de l’offre documentaire libre de droits. Donc, cet ensemble de ressources doit à la fois continuer d’enrichir le fonds de référence à caractère encyclopédique et francophone en renforçant les périodiques ; même s’il y a déjà 650 titres de périodiques, les prochaines livraisons concerneront particulièrement la presse du xixe siècle, ainsi que des usuels du type dictionnaires et, là aussi, en traitant de nouveaux domaines. L’exemple du sport – même si nous n’avons pas encore commencé – fait partie des sujets pour lesquels nous savons qu’il y a une demande et une richesse très importantes de documents à mettre à disposition.

117Nous avons des projets coopératifs, qui consistent à reconstituer des fonds dispersés – comme le projet concernant des documents trouvés à Dunhuang qui sont répartis dans les bibliothèques du monde entier –, des fonds musicaux, des opérations beaucoup plus modestes, le fonds Gaignières – dispersé entre la Bodleian Library d’Oxford et la BnF.

118D’autres projets concernent la publication de grands corpus tels que les sociétés savantes en régions – les publications de Lorraine et Aquitaine sont déjà en ligne et d’autres régions sont programmées –, mais aussi des corpus de départements spécialisés de la Bibliothèque nationale qui sont plus difficiles d’accès et qui traduisent une volonté de faire connaître ce qui existe dans la bibliothèque pour faire venir éventuellement l’utilisateur et mettre à disposition des ressources difficiles à trouver ailleurs.

119Dans cette diversité de l’offre documentaire, il faut aussi maintenir des sélections accompagnées de pages éditoriales. Ce sont des corpus thématiques, il y a la série des voyages, Voyages en France, Voyages en Afrique, bientôt Voyages en Italie. Un ensemble appelé Anthologie sera disponible à partir de mars, pour le salon du Livre 2003 ; il s’agit d’une sélection de mille documents illustrant des étapes majeures dans l’histoire du livre et des collections de la Bibliothèque nationale de France, là aussi avec tous les commentaires sur ces documents. Des ensembles accompagnent également les événements qui se déroulent à la Bibliothèque nationale de France, des expositions, par exemple les sites créés à l’occasion de l’année Victor Hugo ou au moment du transfert des cendres d’Alexandre Dumas, etc.

120Les ressources d’informations pour les professionnels du livre, bibliothécaires en particulier, constituent un des points sur lequel un effort particulier a été fait durant les dernièrs mois. C’est la raison pour laquelle cette partie-là du site a été restructurée et a remplacé des documents imprimés.

121D’une façon générale, notre souci est de répondre à des communautés spécifiques qui se tournent vers la BnF pour demander la création de ressources ou de services. Par exemple, répondre à certains besoins des enseignants en créant un sous-site en ayant réglé le problème des droits d’accès de façon globale, et en limitant l’accès à des gens autorisés – ou des communautés de chercheurs, en particulier les physiciens et les mathématiciens qui ne sont pas forcément très présents parmi les utilisateurs du niveau recherche de la bibliothèque, mais qui en attendent énormément pour réaliser ce qu’eux-mêmes considèrent ne pas savoir faire, c’est-à-dire le traitement de leurs archives, la conservation, etc.

122Au-delà des services proposés autour de Gallica, qu’il nous faut encore développer, nous devons mettre à disposition des outils permettant de restructurer, de transformer les images en texte. C’est la raison de notre participation au projet http://meta-e.uibk.ac.at. Et encore : proposer la constitution de paniers, mémoriser les recherches, mémoriser le panier constitué par un utilisateur, y compris à distance, pendant un certain temps, permettre des annotations sur un document et créer ces fameux lieux d’échange pour des groupes d’utilisateurs qui souhaitent sortir de l’isolement du Web pour pouvoir échanger entre utilisateurs de la même ressource.

123Pour tout cela, des évolutions techniques importantes seront nécessaire s pour pouvoir travailler en partenariat, en particulier. Et surtout, il faut nous préoccuper bien davantage que nous ne l’avons fait jusqu’à maintenant de l’archivage de ces données numériques qui sont très éparpillées et qui ne sont pas toutes de même qualité. C’est là vraiment l’enjeu des années qui viennent, et les expérimentations sur le dépôt légal du Web nous incitent à agir très rapidement pour progresser dans le domaine de l’archivage.

124Pour terminer, y a-t-il complémentarité ou concurrence ? Ce qui est certain, c’est qu’il y a une tension permanente, ne serait-ce qu’en termes de moyens, entre ces deux types de services au sein de la bibliothèque, en termes de ressources humaines, mises à disposition de l’un ou l’autre de ces types de services, sur place ou à distance, disponibilité des collections puisqu’une part non négligeable de ce qui est mis sur le Web est numérisée à partir des collections de la bibliothèque, d’où concurrence parfois dans leur disponibilité. Et puis des travaux informatiques sont également à entreprendre, donc, concurrence entre ce qui est fait pour améliorer le service sur place par rapport à ce qui est fait pour le site et la bibliothèque numérique.

125Un équilibre est à trouver entre une politique de l’offre destinée en partie à valoriser des collections sur place et une politique de réponse à la demande qui se crée indépendamment des sites physiques de la Bibliothèque nationale et qui doit non pas être totalement autonome, puisqu’il faut qu’il y ait une certaine unité dans l’offre, mais qui doit pouvoir se développer sans concurrence trop violente entre ces deux possibilités d’utiliser des ressources de la Bibliothèque nationale de France.

126Martine Blanc-Montmayeur : Merci. Je propose que nous prenions quelques questions.

127Public : Vous parlez de téléchargement d’ouvrage. Y a-t-il une étude des ouvrages qui ont été lus ? A-t-on une idée du taux de lecture effectif de tout ce qui a été téléchargé ?

128Caroline Wiegandt : Ce que je sais, c’est que très peu de grands utilisateurs lisent à l’écran. C’est déjà, pour moi, une information très intéressante et qui n’allait pas de soi. En revanche, lorsque l’on regarde la façon dont les gens consultent les « Sociétés savantes », on s’aperçoit qu’ils feuillettent le document. Dans les dossiers thématiques, c’est la même chose. Assez peu de gens suivent les parcours proposés quand ils existent, y compris sur la bibliothèque de recherche, sauf dans les démarches de découverte. Mais les utilisateurs réguliers, venant plusieurs fois par mois sur le site, ne fonctionnent pas comme cela. Je réponds partiellement, mais c’est tout ce que je peux vous dire.

129Richard Roy (Reims) : Parmi mille choses intéressantes qui ont été dites ce matin, j’ai été vivement intéressé par l’intervention de M. Batt et je remercie à travers lui tous les bibliothécaires britanniques qui restent pour nous une source permanente d’inspiration, aujourd’hui où nous entrons dans le cybermonde, comme il y a quinze ans quand nous sommes allés y chercher des idées pour le classement par centre d’intérêt. Pour notre part, à Reims, nous avons entrepris un développement pour remédier à un inconvénient de l’accès à distance aux collections ; nous voulons ajouter une fonction à l’actuelle possibilité unique des catalogues de bibliothèques en France, et ce, par requête ; nous ajoutons une fonction par accès thématique qui, simplement, rétablit l’ancienne possibilité des catalogues de bibliothèques avec le catalogue systématique, bizarrement oublié au moment de la création des catalogues informatisés.

130Nous sommes en train de développer cela. Un fournisseur, en plus du nôtre, propose, dès octobre, cette fonction. J’espère que ce n’est pas ce que Gérald Grunberg a annoncé comme des fausses pistes sur ce que l’on veut faire pour l’accès à distance. J’essaie de réaliser la possibilité de déambuler dans les collections à distance comme dans une bibliothèque en pierre, où les utilisateurs peuvent se passer de catalogue pour se laisser offrir des choses par les bibliothèques.

131Ekaterina Genieva (bibliothèque de littérature étrangère de Moscou) : Une question et mes remerciements à M. Batt.

132J’ai été en retard pour notre rencontre aujourd’hui parce que mon portable n’a pas arrêté de sonner. Il me semble que quatre bibliothécaires de ma bibliothèque sont parmi les otages du théâtre de Doubrovka à Moscou [cette information a été démentie par la suite] et je ne peux pas les aider, et personne ne peut les aider. La seule chose que l’on puisse espérer est qu’il n’y ait pas d’attaque contre le théâtre. J’ai été très impressionnée par ce que vous avez dit au sujet des bibliothèques qui devraient favoriser la construction des communautés. Je suis d’accord avec vous à 100 %, c’est l’une de nos missions. On a parlé des usages de sites incitant à la haine. Or, l’un des preneurs d’otages a été interviewé – je ne sais pas comment cela s’est produit –, mais il a dit qu’il s’était éduqué sur ces sites d’incitation à la haine en visitant une bibliothèque publique en Russie. Quelle est votre opinion ?

133Chris Batt : Ce n’est pas une question facile en raison des circonstances particulières que vous évoquez. Les bibliothèques publiques ne peuvent pas proposer une solution toute faite aux problèmes sociaux et politiques, elles font partie d’un ensemble tourné vers l’intégration et la compréhension mais elles doivent agir en partenariat avec d’autres institutions. Les bibliothèques publiques sont un mécanisme puissant qui peut encourager les gens à partager leurs opinions avec d’autres, mais s’il y a des relations de haine, les bibliothèques publiques ne peuvent pas changer la situation en un jour, une semaine ou une année. La question spécifique concerne les limites jusqu’auxquelles les bibliothèques publiques devraient aller pour favoriser l’accès à l’information ; nous disons que peut-être il faudrait filtrer ; nous établissons une politique nationale, mais nous laissons les municipalités décider parce que ce sont elles qui doivent justifier leurs choix devant leurs communautés. Mais selon moi, les bibliothèques devraient utiliser des filtres aujourd’hui pour que les hommes politiques puissent promouvoir les bibliothèques en tant que moteurs de changement. Au bout du compte nous devrions encourager l’accès à toute l’information, mais nous devons voir les bibliothèques comme un élément dans un milieu plus large de politique sociale et publique, quels que soient nos sentiments sur les événements qui se déroulent à Moscou en ce moment.

134Alain Caraco : Je reviens sur des sujets fort heureusement moins graves. On nous a fait une présentation intéressante de la base encyclopédique de signets de la Bpi. Nous parlions hier d’encyclopédisme... C’est un sujet controversé. Faut-il faire des bases encyclopédiques ou pas ? Les annuaires et moteurs de recherche en tous genres font-ils mieux que nous ou pas ? Le sujet est complexe. Il me semble qu’il y a, sans aucun doute, une place pour des bases encyclopédiques de signets, à condition qu’ils soient validés, classés, tenus à jour. J’ai fait un petit tour, hier, à la Bpi : il y a quelques mises à jour qui gagneraient à être rafraîchies. Ce ne sont pas seulement les liens aux sites qui doivent être actualisés, mais également les commentaires sur leur contenu. A-t-il évolué ? Il est évident que ça représente un boulot monstre ; nous avons donc tout intérêt à le faire à plusieurs et à coopérer. Les Finlandais font cela depuis quelques années, je ne suis pas sûr que leur exemple soit à suivre exactement dans ce qu’ils font, mais ils coopèrent, ils se partagent ce travail.

135Je crois également que Google, dont tout le monde parle, parce que c’est un outil formidable, fait du bruit. Nous, bibliothécaires, avons spontanément peur du bruit. Le public a moins peur du bruit que nous, et il arrive finalement à se repérer relativement bien dedans. Ce que je veux simplement dire, c’est que si nous faisons des listes encyclopédiques de signets, il faut que nous apportions de la pertinence et je crois que les listes encyclopédiques de signets que nous ferons et que nous réaliserons devront être très courtes, quelques centaines d’unités, mille, deux mille. Ne cherchons surtout pas à faire de grosses bases : on recréerait le bruit pour lequel des outils exhaustifs sont bien plus performants que nous.

136Je crois également que, dans notre métier de bibliothécaires, nous avons appris à l’école ce qu’on appelait les bibliographies de bibliographies et que ces bases encyclopédiques de signets ont largement intérêt à être conçues selon cet esprit-là, c’est-à-dire repérer peu de sites qui eux-mêmes font référence et repèrent beaucoup de sites dans un domaine pointu.

137Encore un autre point dont a parlé Richard Roy : l’interface. L’interface naturelle « bibliothécaire » cherche à éviter le bruit et, pour cela, passe par quelque chose de relativement compliqué, beaucoup d’étapes, beaucoup de questions pour arriver finalement à la pertinence moyennant un chemin long. L’Internet a, au contraire, habitué les gens à des interfaces beaucoup plus simples et, si la question est bien posée, il n’y a pas de bruit et il ne faut pas se compliquer la vie plus que nécessaire. Si la question est mal posée, il y a du bruit et il faut alors faire connaître nos options, aider à décortiquer la question pour arriver à une liste limitée plutôt que de traiter tous les cas, même les plus simples, comme s’ils étaient compliqués pour pouvoir traiter les cas compliqués.

138Je termine là-dessus. Le modèle de l’annuaire que Yahoo ! a inventé propose une recherche par mot, très simple, et il propose une recherche arborescente, c’est-à-dire qu’il utilise le bon vieux concept de la classification que nous sous-utilisons.

139Gérald Mazeau (Banque numérique du savoir d’Aquitaine) : Ma question porte également sur les ensembles de signets ; elle s’adresse donc à la fois à Caroline Wiegandt et à Danielle Resche. 2 000 signets à la Bpi, 3 000 à la BnF, avec en commun les caractéristiques d’encyclopédisme, en tout cas dans la visée, de thématisation et de commentaire pour ces signets. Pouvez-vous donner des éléments concrets, sinon budgétaires, au moins d’équivalents en temps plein par exemple ? C’est le premier aspect de ma question.

140Second aspect : toutes les deux, vous avez parlé et proposé un mode de production coopératif. Avez-vous quelques pistes de réflexion là-dessus ?

141Danielle Resche : L’annuaire des sites Web qui se trouve sur le site Bpi est l’émanation du service des documents électroniques qui comprend, sauf erreur de ma part, neuf personnes. Ces neuf personnes ont, entre autres, parmi leurs tâches, celle de faire de la veille sur le Web, de sélectionner des sites et de les intégrer à l’annuaire de sites Web. Ce n’est qu’une partie de leur activité.

142L’annuaire des sites Web prend d’abord en compte la sélection des sites, le repérage de sites sur le Web gratuit et, à partir de cette sélection de sites Web gratuits, il y a une intégration de certains sites intéressants dans la collection, mais l’ensemble des sites n’est pas intégré à la collection. Vous donner un chiffre sur le nombre de personnes qui y travaillent, est assez difficile parce que la bibliothèque a rouvert en 2000, il y a donc eu un gros travail de montée en charge, et l’on arrive maintenant à peu près à 2 000 signets. La question qui va se poser maintenant est de savoir combien de nouveaux sites vont être intégrés. Quel sera l’objectif ? Va-t-on vers les 2 500, reste-t-on à 2 000 en les réorganisant de façon différente ? Il est assez difficile de répondre à votre question sur la charge de travail puisqu’il y a une montée en charge très importante pour constituer ces signets.

143Par ailleurs, c’est un travail important et qui demande une mise à jour constante et c’est vrai que c’est un travail très lourd qu’il serait bien de mener sur une base de coopération. Dans ce domaine, la bibliothèque, comme l’a annoncé hier Gérald Grunberg, travaille sur un projet de coopération au niveau national, mais c’est au stade de l’étude.

144Gérald Grunberg : Je veux juste ajouter que la montée en charge dont parle Danielle Resche se déterminera effectivement en fonction des décisions qui pourront être prises conjointement avec la Bibliothèque nationale de France, avec laquelle un premier contact a été pris pour une prochaine réunion de travail qui permettrait d’aller vers une sorte de catalogue collectif des signets.

145Caroline Wiegandt : Concernant la Bibliothèque nationale, j’aurais les mêmes difficultés à indiquer le nombre d’équivalents en temps plein. Simplement, la répartition en départements thématiques de la bibliothèque se reproduit dans l’acquisition de ces signets, dans la sélection qui est faite par des acquéreurs spécialistes de ces différents sujets, qui veillent non seulement à la sélection mais aux mises à jour et il y a toujours un chef de projet sur les signets, c’est-à-dire quelqu’un qui veille à la cohérence qualitative.

© Martine Franck-Magnum/Bpi, 1985 sauf :
© Marc Tulane-Rapho/Bpi, 1993 : 1, 5, 11.
© Jacques Hoepffner/Bpi, 1993 : 7, 15.

Ci-contre : entrée de la Bpi.

Ci-contre : entrée de la Bpi.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

146« La bibliothèque du futur sera ce lieu où actualité en temps réel et archives en temps différé se réfléchiront par et pour le lecteur. »

147Bernard Stiegler, présentation de l’exposition Mémoires du futur, 1987.

Ci-dessous : salle de lecture niveau 3.

Ci-dessous : salle de lecture niveau 3.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

Ci-dessus : espace son-vidéos, niveau 3.

Ci-dessus : espace son-vidéos, niveau 3.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

Ci-contre : secteur géographie, niveau 3.

Ci-contre : secteur géographie, niveau 3.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

Ci-contre : salle de travail, espace sciences et techniques niveau 2.

Ci-contre : salle de travail, espace sciences et techniques niveau 2.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

148« Les temps semblent mûrs pour le renouvellement des publics et le partage des savoirs. »

149Roger Establet, Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques, Bpi/Centre Pompidou, 2001.

Ci-dessous : catalogues informatisés.

Ci-dessous : catalogues informatisés.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

Ci-contre : salle de travail niveau 3.

Ci-contre : salle de travail niveau 3.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

Ci-dessous : espace autoformation, secteur langues, niveau 2.

Ci-dessous : espace autoformation, secteur langues, niveau 2.

© Didier Loire/Bpi, 2002.

150« Ici, on apprend aussi bien le malgache que le breton, le peul ou l’estonien. »

151Les habitués, Bpi/Centre Pompidou, 2000.

Inauguration de la Bibliothèque publique d’information rénovée, janvier 2000

Inauguration de la Bibliothèque publique d’information rénovée, janvier 2000

De gauche à droite :
Jean-François Bodin, architecte de la rénovation ; Jacques Chirac, président de la République ; Martine Blanc-Montmayeur, directeur de la Bpi ; Jean-Jacques Aillagon, président du Centre Pompidou.
© Nathalie Darbellay/Bpi, 2000.

Colloque anniversaire des 25 ans de la Bpi, octobre 2002

Colloque anniversaire des 25 ans de la Bpi, octobre 2002

1. À la tribune, Gérald Grunberg, directeur de la Bpi ; Jean-Pierre Seguin, fondateur et ancien directeur de la Bpi ; Bruno Racine, président du Centre Pompidou ; Jean-Sébastien Dupuit, directeur du Livre et de la Lecture.
2. Directeurs de la Bpi... De gauche à droite : Michel Melot (1983-1989), Jean-Pierre Seguin (1976-1977), Martine Blanc-Montmayeur (1993-2000), Gérald Grunberg (2001-).
3. Gary Strong, directeur de la Queens Borough Public Library à New York.
4. Caroline Wiegandt, directrice des Services et des réseaux à la BnF.
Chris Batt, directeur de la Library and Information Commission, Resource, à Londres.
1, 2, 3, 4 : © Philippe Migeat/Bpi, 2002.

Table des illustrations

Légende © Martine Franck-Magnum/Bpi, 1985 sauf :© Marc Tulane-Rapho/Bpi, 1993 : 1, 5, 11.© Jacques Hoepffner/Bpi, 1993 : 7, 15.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Ci-contre : entrée de la Bpi.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Ci-dessous : salle de lecture niveau 3.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Ci-dessus : espace son-vidéos, niveau 3.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Ci-contre : secteur géographie, niveau 3.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Ci-contre : salle de travail, espace sciences et techniques niveau 2.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Ci-dessous : catalogues informatisés.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Ci-contre : salle de travail niveau 3.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Ci-dessous : espace autoformation, secteur langues, niveau 2.
Légende © Didier Loire/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Inauguration de la Bibliothèque publique d’information rénovée, janvier 2000
Légende De gauche à droite :Jean-François Bodin, architecte de la rénovation ; Jacques Chirac, président de la République ; Martine Blanc-Montmayeur, directeur de la Bpi ; Jean-Jacques Aillagon, président du Centre Pompidou.© Nathalie Darbellay/Bpi, 2000.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Colloque anniversaire des 25 ans de la Bpi, octobre 2002
Légende 1. À la tribune, Gérald Grunberg, directeur de la Bpi ; Jean-Pierre Seguin, fondateur et ancien directeur de la Bpi ; Bruno Racine, président du Centre Pompidou ; Jean-Sébastien Dupuit, directeur du Livre et de la Lecture.2. Directeurs de la Bpi... De gauche à droite : Michel Melot (1983-1989), Jean-Pierre Seguin (1976-1977), Martine Blanc-Montmayeur (1993-2000), Gérald Grunberg (2001-).3. Gary Strong, directeur de la Queens Borough Public Library à New York.4. Caroline Wiegandt, directrice des Services et des réseaux à la BnF.Chris Batt, directeur de la Library and Information Commission, Resource, à Londres.1, 2, 3, 4 : © Philippe Migeat/Bpi, 2002.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/890/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 537k

Auteurs

Directeur de la Bpi

Conseiller pour le livre et la lecture, drac paca, directeur de la Bpi de 1993 à 2000

Directeur, Library and Information Commission, Resource, Londres

Conservateur, Bpi

Directrice des Services et des réseaux, BnF

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable