Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 25 ans de la Bpi

 | 
Dominique Arot
, 
Chris Batt
, 
Patrick Bazin
, 
et al.

Le libre accès à l’heure de l’information électronique

Christophe Evans, Françoise Gaudet, Claudia Lux et Gary Strong

Texte intégral

Christophe Evans, sociologue, Bpi

1Nous avons le redoutable privilège d’intervenir en fin de journée, après des séances et des débats déjà bien nourris. En ce qui me concerne, je serai bref.

2Je suis doublement honoré de participer à la célébration des vingt-cinq ans de la Bpi et d’animer cette séance consacrée au thème du « Libre accès à l’heure de l’information électronique ». D’une part, et je tiens à le rappeler, parce que je fais partie de ces cohortes d’étudiants qui ont « fait leur miel » dans les rayonnages de la Bpi, au début des années 1980 – ceux qu’évoquait Jean-Pierre Seguin ce matin en parlant de recueillement et de bonheur de travail ; d’autre part, parce que ce principe du libre accès, l’un des fondements de l’établissement – sinon le fondement principal –, a fait l’objet d’enquêtes pilotes réalisées par le service Études et recherche que j’ai intégré par la suite.

3La Bpi, bien sûr, n’a pas inventé l’accès libre aux collections en France, vous le savez tous. Elle l’a mis en œuvre, en revanche, sur un volume de documents – plus de 350 000 à l’ouverture –, sur une étendue – plus de 10 000 m2 d’espaces publics décloisonnés –, et dans un contexte tel – je pense notamment à la gratuité et l’absence de contrôle à l’entrée – qu’elle en a proposé une lecture tout à fait singulière. Jean-François Barbier-Bouvet disait à ce propos : « Il est des seuils quantitatifs qui entraînent de véritables sauts qualitatifs. » La formule est tout à fait explicite.

4Non contente de mettre en scène un tel dispositif, la Bpi, et à travers elle la direction du Livre et de la Lecture du ministère de la Culture, s’est également donné les moyens de l’étudier objectivement. Plusieurs enquêtes de référence ont ainsi permis de définir les contours d’une sociologie et d’une sémiologie du libre accès en bibliothèque. Sur le terrain même de la Bpi ou dans d’autres établissements en France, dans les bibliothèques municipales notamment, les travaux de Catherine Cot, de Martine Gaugain, Jean-Claude Passeron, Jean-François Barbier-Bouvet, Martine Poulain, Anne Dujol, Eliseo Veron ou Joëlle Le Marec, pour ne citer que ceux-là, ont dressé l’inventaire des profits et des impasses du libre accès en centrant leurs analyses sur les comportements et les représentations des usagers.

5Je cite Jean-François Barbier-Bouvet qui écrivait, en 1984 : « Le libre accès est beaucoup plus qu’une solution technique [...]. C’est aussi un dispositif social qui confère un statut symbolique différent aux documents de la bibliothèque. » Autre citation, de Jean-Claude Passeron, cette fois-ci : « Il est facile d’offrir mais difficile de faire prendre ce que l’on offre par le côté que l’on tendait. »

6Aujourd’hui, au début de ce nouveau millénaire, ou à la fin de l’ancien pour ceux qui pensent que le xxie siècle n’a toujours pas commencé, la donne semble encore bousculée et complexifiée, bien sûr, avec l’intégration massive de l’information et des documents électroniques dans les bibliothèques. De nouvelles questions apparaissent ou se font encore plus pressantes, nous l’avons déjà vu. Comment faciliter le libre accès à ce qui, par définition, manque de visibilité, voire de matérialité, ce que rappelait Gérald Grunberg ce matin ? Comment faciliter l’accès à l’information et aux documents électroniques quand les repères culturels traditionnels se montrent parfois inopérants pour une partie du public, voire totalement défaillant dans certains cas ? Et surtout, question qu’il faudrait placer en tête de nos réflexions : au nom de quoi peut-on justifier de tels choix d’acquisition et de mise en espace ?

7Ce sont, parmi de nombreuses autres, les questions auxquelles s’efforceront de répondre les intervenants qui ont été invités à participer à cette séance. Je vous présente, par ordre de passage, Françoise Gaudet, responsable du service Études et recherche de la Bpi ; Claudia Lux, directrice de la Zentral und Landesbibliothek de Berlin ; et enfin Gary Strong, directeur de la Queens Borough Public Library de New York.

8Comme vous pouvez le constater d’emblée, trois traditions culturelles et bibliothéconomiques, à la fois proches et sensiblement différentes, sont ici représentées. Encore une fois, il n’est pas inutile de rappeler que les concepteurs de la Bpi se sont considérablement inspirés des grandes bibliothèques du nord de l’Europe et de l’Amérique du Nord pour affûter leur projet. Jean-Pierre Seguin, à ce propos, parlait des « phares » qu’avaient représenté l’Amerik-Gedenkbibliothek, à Berlin, et la Queens Borough Public Library, à New York.

9Nous aurons peut-être ainsi l’occasion de vérifier ce qui nous rapproche encore et ce qui nous différencie vingt-cinq ans plus tard, soit, tout bien pesé, une génération, en matière de libre accès à l’heure de l’information électronique. Sans plus tarder, je passe la parole à Françoise Gaudet.

10Je vais donc vous présenter le libre accès à la Bibliothèque publique d’information, bibliothèque qui, comme le rappelait Christophe, n’a pas inventé le libre accès, certes, mais a très largement contribué au succès de ce dispositif. On peut même dire que le libre accès est devenu l’emblème de la bibliothèque, une des caractéristiques de l’établissement à laquelle les usagers sont le plus attachés. Cette notion de libre accès recouvre en fait un ensemble complexe. Ce que nos habitués apprécient par-dessus tout, en réalité, c’est l’accessibilité dans tous les sens du terme, c’est-à-dire à la fois la commodité de l’accès (la situation au cœur de Paris, les larges horaires d’ouverture), l’absence de formalités (l’ouverture à tous et l’anonymat qui découle de l’absence de carte), la gratuité et, bien sûr, les collections en accès libre. En bref, cette bibliothèque n’est réellement accessible que parce qu’elle est un espace de liberté. « Ici, on se sent comme de plain pied », dit l’une de nos habitués. Il semble, à les entendre, que les usagers aient parfaitement perçu le message démocratique qui sous-tend offre de la Bpi.

11Comme toute institution, la Bpi émet en effet un certain nombre de messages, plus ou moins explicites, en direction de son public qu’il soit réel ou potentiel. Elle produit divers documents de communication, des programmes, des brochures d’orientation, des guides, etc. Son architecture, ses grands plateaux décloisonnés, son aménagement intérieur parlent pour elle. Mais le plus intéressant, sans doute, c’est ce qu’elle communique au travers de l’organisation de ses collections. On sait, depuis Eliseo Veron (Espaces du livre : perceptions et usages de la classification et du classement en bibliothèque, Bpi/Centre Pompidou, 1990), que « l’exposition » des collections, qui est le principe même du libre accès, est un dispositif signifiant en soi, une véritable mise en scène. En s’appuyant sur l’exemple de plusieurs bibliothèques de lecture publique, Veron a démontré que, comme dans un supermarché, la disposition des rayons n’est pas neutre : il n’est pas indifférent, par exemple, de mettre en avant les magazines, les documentaires ou, à l’inverse, de proposer dès le seuil de la bibliothèque les ouvrages de fiction. Intégrer les romans contemporains au fonds de littérature classique avec les ouvrages de critique, ce n’est pas la même chose que de les classer à part en séparant éventuellement les romans policiers et la science-fiction.

12Certaines bibliothèques proposent des choix de lecture ; elles mettent en avant les nouveautés. D’autres bibliothèques se contentent de faciliter la tâche d’un usager qui est à la recherche d’un document précis. Veron montre que toutes ces variations du dispositif sont symptomatiques du discours que l’établissement tient sur lui-même, sur ses missions et sur le rapport qu’il souhaite voir s’instaurer entre le lecteur et la bibliothèque.

13La Bpi communique elle aussi, de cette manière, un certain nombre d’informations sur elle-même et sur les usages attendus de ses collections et de ses services. Se s visiteurs, de leur côté, font écho à ce discours implicite ; il suffit de leur laisser la parole. C’est ce que nous avons fait en 1997 en réalisant une enquête centrée sur les usagers assidus de la bibliothèque. S’il fallait résumer ce que ces personnes qui fréquentent très régulièrement la Bpi, perçoivent en priorité de ce discours implicite que tient l’institution, il me semble que les deux maîtres mots seraient : ouverture et liberté. Ces deux termes, souvent associés, reviennent comme un leitmotiv dans leurs propos. Ils n’ont pas tort : la Bpi est bien ouverte tous les jours sauf le mardi ; elle ouvre effectivement à tous, très largement et librement, l’accès à ses vastes espaces de consultation et à l’intégralité de ses collections. Mais l’exposition de toutes ces richesses est parfois source de quiproquos : ici, le message de l’institution semble moins net. Impressionnés par l’effet de masse que produisent 400 000 volumes en libre accès, beaucoup de nos visiteurs confondent allégrement encyclopédisme et exhaustivité. Ils sont persuadés, pour citer l’un d’entre eux, « que Beaubourg, c’est la bibliothèque où il y a tous les bouquins ».

14Les collections sont organisées de manière systématique suivant la classification décimale universelle. Par cette spatialisation du savoir, la Bpi s’affirme comme une bibliothèque encyclopédique. Comme à la Part-Dieu, le principe de classement est fondé sur le contenu plutôt que sur le support matériel. Il met l’accent sur la mission d’information de la bibliothèque. Ce qui prime, ce n’est pas la nature de l’objet, mais bien le contenu. Qu’il s’agisse d’un périodique, d’une monographie ou d’un cédérom, voire d’un site Web, ce qui compte, c’est l’information délivrée. On localise donc le document dans l’espace thématique correspondant. Ce schéma était particulièrement net et novateur en 1977. Le public découvrait alors avec étonnement une bibliothèque multimédia où l’on trouvait côte à côte des ressources documentaires de toutes sortes, de tous niveaux, sur tous supports, organisés selon un principe de classement unique, qui mêlait sur les rayons livres, périodiques, microfilms ou carrousels de diapositives. Il y avait là un refus délibéré d’introduire une hiérarchie entre les divers types de documents. Le message que proclamait la Bpi, et qu’elle maintient aujourd’hui, est que toutes les sources d’information sont également légitimes, qu’il n’y a pas de documents nobles – les livres par exemple – ou vulgaires – l’image, fixe ou animée, l’Internet. Tous les documents représentés à la bibliothèque bénéficient d’un statut identique. Par voie de conséquence, toutes les démarches d’appropriation du savoir qu’adoptent les usagers sont recevables, sans exclusivité ni jugement de valeur.

15Depuis la rénovation de la bibliothèque, ce principe a subi des aménagements mais il est toujours en vigueur. Il a même été étendu aux ressources électroniques que l’établissement met à la disposition des usagers. Celles-ci ont considérablement augmenté, bien sûr, de même que le nombre de postes de consultation. Le message que perçoit immédiatement le visiteur, dès qu’il entre dans la bibliothèque, est que la nouvelle Bpi est en phase avec son temps. La Bpi signale ostensiblement, nous pourrions presque dire qu’elle exhibe, son implication dans les ntic (nouvelles technologies de l’information et de la communication). Le visiteur ne peut manquer d’être impressionné par le nombre d’écrans plats, pas moins de 300 postes multimédias : des documents divers lui sont proposés, des cédéroms, des logiciels d’apprentissage, des dossiers de presse numérisés, sans oublier bien sûr le catalogue général de la bibliothèque. Il peut également accéder à l’Internet selon des modalités que je vais détailler par la suite. Il y a des collections virtuelles soigneusement construites pour son information.

16Peut-on encore parler de libre accès sans abus de langage s’agissant de documents distants qui n’appartiennent pas aux collections de l’établissement ? Sans doute, même si, par certains aspects, l’organisation de cette offre sonne un peu comme un retour au magasin. Je veux dire par là qu’elle implique un passage par le catalogue ou par la liste avant de consulter le document. Elle permet néanmoins d’enchaîner immédiatement, à la consultation du catalogue, la consultation du document proprement dit. De toute manière, peu importe, ce qui compte réellement pour l’usager, c’est de continuer à accéder à l’information de manière autonome. Et c’est bien ce que lui proposent les bibliothèques en mettant à sa libre disposition non plus seulement des documents mais des postes de consultation.

17À la Bpi, la mise à disposition de l’Internet est suffisamment complexe pour mériter une présentation. C’est donc la lourde tâche qui m’incombe, Gérald Grunberg ayant indiqué déjà qu’elle a un côté sarkozien. Je vais donc essayer de vous expliquer quelle est la logique de cette offre. L’offre de la bibliothèque se caractérise d’abord par un refus du chat, des forums, de la messagerie ; bref, de tout le versant communicationnel du réseau. La bibliothèque n’est pas un cybercafé ; ce qui justifie la présence de l’Internet dans l’établissement, c’est son potentiel documentaire. Derrière cette ferme décision politique se cachent, bien entendu, quelques considérations pratiques ; la crainte étant tout à fait fondée dans un établissement comme la Bpi – qui ouvre à tous largement sans carte d’inscription, sans coût aucun, l’accès à tous ses services –, de se laisser déborder par le succès ; elle n’est évidemment pas étrangère à cette interdiction des messageries. Ce n’est sans doute pas l’essentiel : ce que dit avec force le dispositif de la Bpi – et l’on retrouve ici la continuité de la doctrine – c’est que l’Internet est une source d’information comme une autre. Les ressources électroniques sont complémentaires des collections multimédias de la bibliothèque, elles doivent être traitées comme telles. On va donc sélectionner des collections de sites ; on consacrera un budget important à leur acquisition, car tout n’est pas gratuit, loin s’en faut, sur l’Internet ; on cataloguera ces signets et l’on ira jusqu’à leur attribuer une cote afin de les classer, de les ranger avec les documents de leur domaine.

18L’usager est donc tenu d’aller consulter les documents électroniques, les sites et les cédéroms sur des postes dédiés dans des espaces ad hoc. Pour consulter, par exemple, notrefamille.com, le généalogiste amateur devra se rendre au troisième niveau de la bibliothèque et s’asseoir devant l’un des huit postes thématiques mis à sa disposition dans l’espace Histoire/Géographie. Il trouvera également à portée de main, tout ce qu’offre la bibliothèque sur son sujet de prédilection : des dictionnaires biographiques, des traités d’héraldique, des monographies d’histoire régionale, des revues, etc. Un personnel spécialisé sera mis à sa disposition pour l’assister éventuellement dans ses recherches. Ce parti pris génère évidemment quelques contraintes pour l’utilisateur. On l’autorise à déplacer un ouvrage d’un secteur à l’autre de la bibliothèque et, paradoxalement, il ne peut consulter les cédéroms et les sites sélectionnés que dans la zone dédiée à la discipline. Les postes de consultation qu’on appelle « thématiques » dans la bibliothèque sont bridés, pas question de dériver sur un autre site, d’échapper à l’espace documentaire délimité par le bibliothécaire.

19Très clairement, il s’agit de favoriser la démarche multimédia. On encourage le visiteur à ne pas se limiter aux moteurs de recherche mais à profiter de ressources électroniques acquises à grands frais et à ne pas oublier les collections d’imprimés.

20Ce n’est pas simplement un vœu pieux. Nos enquêtes nous montrent, par exemple, que, parmi les usagers qui ont profité de l’offre Internet à la Bpi, 53 % ont également consulté des livres. Mais on peut également interpréter ce dispositif comme un avertissement, un rappel à la réalité des choses. L’Internet n’a pas réponse à tout – Claire Dartois nous le rappelait tout à l’heure –, pas plus du reste que la Bpi ne contient tous les livres, mais l’avantage que conserve la bibliothèque sur le cybercafé, en dehors, bien entendu, de la gratuité, c’est ce dialogue que l’institution organise entre les diverses sources d’information. On a dit tout à l’heure que l’enjeu est de les faire concourir, de les faire courir dans la même arène. Et pour la Bpi, le véritable défi, celui de toujours, est de concevoir une offre réellement multimédia, une offre qui intègre harmonieusement ces différentes ressources. C’est un des chantiers actuellement en cours et la redéfinition de la politique de développement des collections dans ce nouveau contexte est, à mon sens, un volet majeur du projet d’établissement. J’anticipe le débat et je pense que vous allez me poser au moins deux questions : pourquoi, dans ces conditions, donner parallèlement accès au réseau, sur des postes dits « Internet libre » dans le jargon maison, et quelle est la lisibilité de cette offre complexe pour les usagers ?

21En dehors de ces postes thématiques que je viens de décrire, il se trouve effectivement à la Bpi une cinquantaine de postes, dits « Internet libre », qui permettent de naviguer presque librement sur le réseau. Je dis « presque » parce que, ici encore, la bibliothèque a posé certaines limites. La restriction la plus criante et la plus significative reste cette interdiction de la messagerie. Autrement dit, même sur ces postes libres, ce qui est attendu du public, d’une manière assez autoritaire puisque les messageries sont théoriquement inaccessibles, c’est une démarche documentaire.

22La réaction du public ne s’est pas faite attendre, évidemment. Dès les premiers mois qui ont suivi la réouverture, les postes Internet libre ont été pris d’assaut. Il a fallu introduire un système de réservation et augmenter le nombre de postes. Quelle est donc la logique de ce double dispositif poste thématique-Internet libre ? Pour ma part, j’y verrai un signe de modestie. Les bibliothécaires sont persuadés, à juste titre, de l’intérêt des signets, mais ils sont aussi tout à fait conscients que leurs sélections de sites sont loin d’épuiser les richesses du Web. Pourquoi empêcher le public de faire ses propres découvertes ? Comment le priver, après vingt-cinq années de succès, de tout ce qui fait le charme du libre accès ? Musarder, dériver, surfer, explorer, partir à l’aventure et découvrir par accident ce qu’on ne cherchait pas a priori... Du reste, nos usagers, si attachés à leur liberté, ne supporteraient sans doute pas que nous ayons la prétention de les prendre entièrement en charge. On les voit mettre en œuvre des stratégies comparables à celles observées par Jean-François Barbier-Bouvet (Jean-François Barbier-Bouvet, Martine Poulain, Publics à l’œuvre : pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou, Bpi/Centre Pompidou, 1986) sur le libre accès en rayon. Les uns adoptent une démarche conforme, ils se servent du catalogue, mais d’autres rusent, ils bricolent, ils braconnent et souvent avec talent. L’outil favorise du reste la démarche par essai/erreur. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que le public plébiscite les postes libres et que certains, parmi les plus experts, parviennent même à détourner les postes bridés. Ceci pas nécessairement, du reste, pour se livrer à des activités illicites ou considérées comme telles dans l’établissement, telles que consulter des sites pornographiques ou simplement relever sa messagerie. J’en veux pour preuve l’exemple de cet usager qui a coutume de détourner ostensiblement un poste bridé dans l’espace Droit-Économie, afin de consulter le site de la bbc, en principe réservé à l’espace Presse. C’est là, me semble-t-il, un signe de rébellion, un refus de ce qui lui apparaît sans doute comme incompatible avec l’image libertaire de l’Internet ou en contradiction avec le message général de liberté et d’ouverture que véhicule par ailleurs la bibliothèque.

23Restons donc à l’écoute de notre public... et faisons de notre mieux. Il n’est pas dit effectivement que ce dispositif soit stable. Il est tout à fait susceptible d’évoluer. Une des caractéristiques de la Bpi, c’est cette tradition d’observer et d’analyser, de rester à l’écoute de ses usagers. Le public s’est renouvelé au fil des années et il reste porteur de demandes multiples, parfois contradictoires. Après deux ans de fermeture, il est revenu, le 1er janvier 2000, pour vérifier que, dans le grand vent de la rénovation, nous avions préservé l’essentiel : la gratuité et l’accès libre aux collections. Je laisse ici la parole à un de ces premiers visiteurs : « On est content, résumait un jeune homme, de retrouver l’esprit de la bibliothèque, de l’accès libre, gratuit, avec énormément de moyens, avec la richesse de tous les ouvrages dans tous les domaines, parce que moi j’aime bien piocher un peu partout. » Mais, au-delà de cette satisfaction générale, de nouvelles demandes surgissent. L’interdiction des messageries est mal comprise ou contestée, les usagers réclament une augmentation du nombre de postes Internet libre, l’accès à des logiciels de traitement de texte, la possibilité de récupérer le résultat de leur travail sur disquette ou par mél. Ils espèrent profiter des richesses de la Bpi sans quitter leur domicile. D’une manière générale, ils souhaitent que l’offre de la bibliothèque s’adapte de façon individualisée à leurs besoins spécifiques, ce que permettent en théorie ces nouveaux outils.

24La logique de ces nouveaux outils est effectivement l’inscription individualisée, c’est-à-dire pas anonyme, et le paiement à l’acte. Est-ce compatible avec le service culturel de masse (ce qui ne veut pas dire au rabais) que propose la Bpi ? Faudra-t-il revenir sur certains principes ? composer avec la gratuité ? renoncer à l’anonymat et introduire un système de carte, éventuellement gratuit, en échange d’un service plus ciblé ? Ce sont des questions difficiles qui agitent beaucoup les collègues et qui restent ouvertes, et j’espère qu’à l’occasion de cette table ronde, l’apport de nos collègues étrangers et la discussion avec la salle nous permettront de les approfondir.

25Christophe Evans : Merci, Françoise, pour cette intervention qui présente en fait deux positions : assez longuement celle de la Bpi et, à la marge, les usages et les représentations des usagers dont nous aurons l’occasion de reparler au cours de la discussion. Je passe la parole à Claudia Lux.

Claudia Lux, directrice, Zentral und Landesbibliothek Berlin

26Je vous remercie pour votre invitation. Je suis très heureuse d’être à Paris et de participer à ce colloque, mais si vous le permettez je continuerai en anglais...

27Il est intéressant de poursuivre la discussion à propos du libre accès. Il y a beaucoup d’arguments contre le libre accès et il y a évidemment des arguments pour. Certains pays, comme l’Argentine par exemple, ne considèrent pas encore le libre accès comme normal dans les bibliothèques publiques ; et même dans ma bibliothèque, il n’y a pas si longtemps que les choses ont changé pour certains secteurs.

28Quels sont donc les arguments contre le libre accès ? Revenons à la discussion de ce matin et aux arguments sur l’accessibilité, sur les abus constatés avec la messagerie électronique ou d’autres problèmes...

29Si vous êtes contre, les arguments avancés sont souvent qu’il n’y a pas d’ordonnancement possible, qu’il peut y avoir des vols, que cela a un effet sur la préservation et la conservation et, dernière chose très importante, qu’il n’y a pas de contrôle.

30Les arguments pour le libre accès sont le libre-service, la diminution du personnel, la possibilité d’augmenter le nombre d’usagers, un accès rapide, la possibilité de feuilleter les ouvrages et le fait que cela constitue un accès démocratique.

31Lorsque les bibliothèques n’étaient pas en accès libre, comment fonctionnaient-elles ? Tout était plus long pour l’usager et il avait le sentiment d’être sous contrôle. Le point d’accès unique était le catalogue. Les conseils étaient uniquement fournis par les bibliothécaires. Et réfléchissez, quand vous pensez à l’accessibilité sur le Web, à ce qui se passait quand les bibliothécaires étaient des intermédiaires obligés des publics – collections en ordre parfait, mais satisfaction partielle.

32Comme je vous l’ai dit, à Berlin, nous avons réfléchi, il y a cinq ans, sur notre fonctionnement : le développement du libre accès à la Bibliothèque centrale et régionale de Berlin était différent parce que nous avions deux bâtiments : l’un d’eux était dans Berlin ouest et l’autre dans la partie orientale.

33L’American Memorial Library, à l’ouest, a été créée, ou ouverte, en 1954 et elle disposait déjà, à ce moment-là, de 60 000 volumes en libre accès. Sur les 100 000 volumes présents dès sa création, ce nombre est passé à près de 160 000 volumes de 1989 à 1998, mais cette bibliothèque, avait une véritable tradition de libre accès.

34Dans la bibliothèque de la ville de Berlin qui a toujours été une bibliothèque publique, mais qui avait aussi le sentiment d’être une bibliothèque de recherche (en réalité, elle était les deux), il n’y avait pas de libre accès. Les collections sont restées en magasin, avec une entrée réservée, jusqu’en 1976, même à l’époque de la construction du nouveau bâtiment, en 1967.

35Le directeur souhaitant davantage de libre accès, un premier essai a été tenté sur 7 000 volumes ; sans succès. Il était prévu que 200 000 volumes soient mis en libre accès au cours des années suivantes ; peut-être n’ont-ils pas eu l’autorisation d’aller plus loin, mais en tout cas, cette politique ne s’est pas confirmée dans la bibliothèque.

36Il y a eu beaucoup d’opposition interne ; les bibliothécaires y étaient opposés pour les raisons que j’ai déjà évoquées : des raisons très liées à la bibliothèque, pas à la politique ! De 1986 à 1998 la salle de lecture principale a proposé des ouvrages de référence en libre accès.

37Je suis entrée à la bibliothèque en 1997, après la réunification, alors qu’elle constituait déjà une seule institution. Mais le cloisonnement entre les deux bâtiments persistait et ma tâche consistait à faire évoluer cette situation en sorte qu’il y ait davantage de libre accès à la salle de lecture et aux magasins. Aujourd’hui, nous avons plus de 300 000 volumes en libre accès. Nous avons modifié les salles de lecture, mais je me souviens de bibliothécaires sanglotant au moment du changement... Il y a eu beaucoup de discussions concernant les raisons pour lesquelles cela ne marcherait pas et pourquoi ce serait mauvais pour les livres, pour les documents, en bref, pour tout !

38Nous avons aujourd’hui un plan concernant un million de livres en libre accès dans le nouveau bâtiment. Peut-être se réalisera-t-il ? Les bibliothèques, en Allemagne, ne bénéficient pas comme en France du soutien de l’État. Nous attendons parfois vingt ou trente ans ! Ainsi ma bibliothèque attend un nouveau bâtiment depuis 1901 – si l’on met à part le bâtiment ouest de l’American Memorial Library – et rien n’est réglé à ce jour. Nous en sommes à la septième tentative pour avoir une bibliothèque publique à Berlin qui soit réellement bonne, une véritable bibliothèque centrale. Mais l’obtiendrons-nous ? Nous faisons des plans, nous souhaiterions aller sur la place la plus centrale de Berlin, la Schlossplatz, et offrir un million de volumes en libre accès.

39Pourquoi ce plan ? Parce que les lecteurs apprécient énormément le libre accès aux collections. Nous en avons déjà entendu parler. L’accès est très rapide en libre-service et, comme vous le savez, nos bibliothèques étant aussi des bibliothèques de prêt, les gens auraient la possibilité d’entrer, de prendre leurs livres et de ressortir très vite. Nous avons environ 6 000 personnes par jour. Nous bénéficierons dans le futur de la technologie rfid et il sera donc très facile de conserver un ordre parfait même pour les collections en libre accès.

40Le libre accès, c’est aussi une question de confiance rendue aux lecteurs, de respect de leur indépendance et de leurs choix individuels ; c’est aussi une question de confidentialité. Quand j’étais jeune, je fréquentais la bibliothèque ; un jour la bibliothécaire me dit : « Tu prends toujours les livres de Pippi Langstrump (Fifi Brindacier), ce n’est pas bon pour toi de lire ça tout le temps, lis quelque chose de bien ! » Peut-être, en tant que parents, aujourd’hui, seriez-vous heureux de voir vos enfants lire Fifi Brindacier...

41Un autre point me semble important : le libre accès aux documents, aux livres, aux cassettes vidéo, aux disques compacts, aux cédéroms, favorise l’apprentissage par pensée associative, et c’est essentiel pour le futur de notre société.

42Comment l’usager aborde-t-il les collections en libre accès ? Chaque lecteur est son propre décideur... Mais, aujourd’hui encore, les gens s’intéressent à l’objet-livre. Vous ne le croirez peut-être pas, mais lorsque le dernier roman de Gunter Grass est sorti, l’éditeur a choisi du papier de très bonne qualité pour son roman en allemand et il a reçu de nombreuses lettres de lecteurs disant que c’était un livre magnifique, un objet parfait à manipuler... Il y a encore beaucoup de gens qui ont un rapport physique au livre et, s’ils sont dans une zone de libre accès, ils le regardent et ils le prennent en main, du fait de sa seule apparence et non parce qu’ils sont intéressés par son contenu. Après l’avoir manipulé, ils peuvent éventuellement s’apercevoir que le contenu les intéresse également.

43Et c’est aussi un aspect de l’accessibilité qu’il va falloir prendre en compte sur l’Internet. Pour l’usager, il est possible, avec le libre accès, de jeter un coup d’œil rapide à la table des matières, comme au texte, et de décider très rapidement s’il choisit ou non le livre. Il peut lire ou partir.

44La stimulation par les autres livres sur les rayonnages est aussi très importante en libre accès. Pourquoi cette approche par association d’idées est-elle de plus en plus importante ? Le fait est que le cerveau est constitué de deux hémisphères : l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit. La partie gauche stocke les informations logiques et mathématiques, la mémoire, l’analyse détaillée et la pensée séquentielle. Elle gère très bien le texte linéaire. Et ce qui est important, c’est que notre génération utilise davantage l’hémisphère gauche que l’hémisphère droit. Si l’on prend comme exemple ce colloque, on peut remarquer que tous les intervenants s’expriment de façon linéaire. Je constate que ce que nous faisons est différent de ce qui se passe dans le monde actuel ou dans le futur.

45L’hémisphère droit gère l’orientation en trois dimensions, le mouvement. Il intègre la créativité, la pensée globale et il peut penser à plusieurs choses en même temps, pas seulement de façon séquentielle. Ce qui signifie que quand nous nous désolons du fait que personne ne lise plus, nous avons peut-être tort parce que la nouvelle génération qui utilise la pensée simultanée est capable d’apprendre plus et d’en savoir plus long que nous. Et c’est important sans doute parce qu’il y a davantage d’information dans le monde ; il y a plus de musique, plus d’images et l’on doit les prendre en compte.

46Alors arrêtons-nous pour réfléchir et discuter sur ce point. La créativité, la pensée globale, la pensée simultanée sont très importantes pour le développement de la recherche et pour beaucoup d’autres choses – pas seulement les jeux sur ordinateurs. L’importance croissante de l’hémisphère droit, de la pensée associative est importante pour la recherche, les idées nouvelles et le contrôle de la complexité.

47Les deux hémisphères sont reliés par un cordon nerveux et, dans une brochure sur le stress et les facteurs de stress publiée dans un journal d’une petite ville d’Allemagne, il était dit que tant que la situation était détendue, il y avait un échange actif entre les deux moitiés du cerveau. Cette thèse est très répandue maintenant et tout le monde sait à quel point c’est important dans les études et les situations d’apprentissage. Les bibliothécaires savent que le libre accès fournit une atmosphère favorable à l’apprentissage, aussi est-ce ce que nous nous efforçons de privilégier dans les bibliothèques. En dehors du libre accès, la pensée associative et la créativité sont des capacités essentielles pour apprendre et pour effectuer des recherches. Les bibliothèques doivent créer une atmosphère détendue pour permettre de mieux étudier, en offrant une belle architecture et des services efficaces. Cela ne signifie pas que les bibliothèques ou les bibliothécaires doivent être identiques, mais, comme le pensent quelques personnes en Allemagne, dont certains hommes politiques, il s’agit de créer une atmosphère adaptée aux usagers.

48Mais comment les bibliothèques accèdent-elles à l’ère de l’information électronique ? Quels bénéfices en retirent-elles ? On peut flâner parmi les titres, sélectionner, passer commande, sortir un titre des rayonnages... On peut commander de chez soi, recevoir chez soi les documents médias et nous espérons, dans le futur, les produits numériques.

49Un grand nombre de bibliothèques contribuent à définir l’accessibilité du futur, mais il faudrait faire plus. Les gens font davantage de recherches dans des bases de données, pas seulement par intérêt pour un sujet, pour trouver des informations précises, mais parce que cela leur permet de trouver de nouvelles idées à utiliser dans leur travaux, leurs études... Nous devons produire davantage de résumés et de commentaires pour enrichir ces bases de données qui permettent de sélectionner le texte intégral ou de le télécharger. Les usagers ne souhaitent pas toujours lire le texte du début à la fin ; cela, c’est ce qu’on faisait autrefois. Ils peuvent aujourd’hui glaner une partie d’un texte, combiner des morceaux de textes différents. Si vous leur fournissez le texte intégral, ne pensez pas qu’ils l’utiliseront vraiment : ils le téléchargeront peut-être, mais dans la majorité des cas ils ne l’utiliseront qu’en partie, suivant leurs besoins. Ils suivront aussi les liens hypertextes.

50Nous avons déjà parlé de l’hypertexte et je crois que l’interaction avec l’hypertexte se fait avec l’hémisphère droit du cerveau, pas le gauche. Nous ne pensons pas de façon logique, séquentielle ; nous sautons. Il y a des ruptures, ce n’est pas continu et c’est une attitude nouvelle. Certains risquent de ne pas aimer cette situation s’ils doivent s’y confronter et ne pas être heureux de ce qu’ils découvrent derrière les liens hypertextes. Le résultat est parfois bien, parfois terrible, parfois abominable..., mais c’est une approche différente, une manière différente d’appréhender l’activité de recherche qui peut avoir de l’avenir si l’on fait des liens non seulement avec du texte mais aussi avec de la musique, des images, des films et autres supports multimédias. Cela génèrera un meilleur rendement dans la recherche, dans les études.

51Aujourd’hui, nous pouvons penser qu’il ne s’agit pas vraiment de lecture, qu’il ne s’agit pas vraiment de comprendre, mais peut-être, dans quelques années, aurons-nous un point de vue différent...

52Un site Web peut-il offrir le libre accès en ce qui concerne les produits électroniques ? Si c’est ce que nous voulons faire, il nous faut créer un site Web avec des produits textuels – beaucoup le font déjà –, sélectionner des produits de qualité – c’est ce que nous, les bibliothécaires, savons faire et voulons faire, cela a déjà été dit –, créer et, enfin, utiliser des hyperliens et la technologie multimédia, passer moins de temps sur les catalogues, créer du contenu et utiliser une interface esthétique pour ce site Web. C’est important car l’esthétique est reliée à l’hémisphère droit et participe elle aussi à un meilleur apprentissage.

53Il y a cependant des obstacles : des problèmes de droits, d’utilisation de texte intégral numérique, si bien que se pose le véritable problème, avec le libre accès, des revenus pour les maisons d’édition. d’autres problèmes se posent aussi avec les moteurs de recherche, y compris avec Google et les autres. Nous n’avons pas encore inventé le meilleur moteur de recherche qui permettra de couvrir tout cela. Enfin, les connexions en ligne sont parfois difficiles et le stockage reste aussi un énorme problème dont nous pourrions parler, tout comme la conservation des produits numériques.

54Je crois qu’il faudra encore une, deux, peut-être trois générations avant que tout cela ne change et ne change d’une façon que nous ne pouvons imaginer aujourd’hui. Nous pouvons toutefois nous dire que les produits numériques présentent des avantages dans les bibliothèques et les mettre en libre accès : c’est bon marché lorsque nous possédons les droits, et c’est rapide, le réseau est facile à mettre en place, même avec les produits multimédias. De plus, la bibliothèque a un rôle important par l’accès très ouvert à l’information globale qu’elle peut procurer. Je pense que tous les bibliothécaires ont envie d’essayer.

55Il y a aussi une nouvelle génération de jeunes qui souhaite pouvoir connecter en bibliothèque leurs ordinateurs portables. On peut se demander pourquoi ils ne travaillent pas chez eux : c’est qu’ils n’aiment pas ça. Libre accès, pour eux, veut dire libre accès à un espace public. Ils veulent travailler dans un espace public et protégé. Contrairement aux précédentes générations, ils ne désirent pas rester chez eux mais être connectés aux autres, tout en restant des individus. Ils ont besoin d’avoir du monde autour d’eux pour travailler et ils veulent pouvoir choisir d’établir ou non un contact. Certains jeunes, dans ma bibliothèque, n’aiment pas que d’autres voient ce sur quoi ils travaillent, quel genre de livres ils lisent, mais, quand ils envoient des messages électroniques, ils racontent leur vie... Cette génération a deux visages et peut-être faut-il lui proposer dans votre bibliothèque ce qu’elle veut, ce qu’il lui faut pour vivre, ce qu’elle aime ? C’est important aussi.

56Pour terminer, je dirais également que le libre accès à l’heure de l’information électronique, nécessite évidemment une formation du personnel et des lecteurs, des investissements dans la haute technologie, des connaissances spécialisées dans le domaine juridique pour gérer les droits/licences et tout ce qui s’y rapporte, des bâtiments esthétiques, des méthodes de conservation et de la coopération.

57Christophe Evans : Merci, Claudia Lux, pour ce détour pertinent par les sciences cognitives ou en tout cas par la physiologie qui, j’en suis sûr, aura intéressé nos deux hémisphères. Je passe la parole à Gary Strong.

Gary Strong, directeur, Queens Borough Public Library, New York

58C’est une grande chance pour moi d’être ici et de participer au vingt-cinquième anniversaire de la Bpi et je vais traiter le sujet de façon un peu différente cet après-midi, en regardant ce qui se passe en termes de présence électronique à la bibliothèque de Queens.

59Pour commencer j’aimerais donner quelques renseignements de fond. Je pense que les problèmes du futur concernent l’obtention d’un financement suffisant, des espaces publics assez grands, la formation du personnel, et des clients, j’y reviendrai plus tard... La bibliothèque de Queens, ce sont les 2,2 millions de personnes que nous desservons ; ce sont un tout petit peu moins de 17 millions d’ouvrages en circulation que nous prêtons, pour leur utilisation à domicile, à environ 16,5 millions d’usagers par an ; 10 millions de volumes dans nos collections et une présence virtuelle vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept par nos sites Web.

60Nous sommes une bibliothèque centrale qui fonctionne en réseau avec 62 bibliothèques de quartier et 6 centres d’étude pour adultes et cela fait une grosse machine très complexe à connecter électroniquement. En termes d’accès électronique, nous proposons un catalogue de bibliothèque et c’est ce qui constitue la partie centrale de notre accès électronique.

61Je vais vous présenter le site Web de la bibliothèque (http://www.queenslibra-ry.org) et les portails qui lui sont associés, accessibles vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, et le tout gratuitement pour quiconque franchit notre seuil ou se connecte de n’importe quel endroit au monde, à l’exception des bases de données faisant l’objet d’une licence pour lesquelles nous avons acheté des droits d’accès à distance qui ne sont accessibles que pour l’usager inscrit à la bibliothèque. Ces bases de données lui permettent d’avoir accès à toutes les données de chez lui, de son bureau ou de son établissement scolaire. Les informations locales sont très importantes dans une ville aussi active et animée que New York.

62Un commentaire au passage, si je peux me permettre : nous autorisons la messagerie électronique. Au début, nous ne l’autorisions pas, mais nous avons eu tant de demandes que nous avons finalement autorisé la messagerie électronique sur le Web (Webmail) sans pour autant autoriser le chat, ni les jeux.

63Nous avons 1 500 ordinateurs en libre accès et des imprimantes, avec accès à l’Internet sans limitations et à tout ce qui se trouve sur nos sites Web. Nous avons des cybercentres où le public a accès aux outils informatiques et il y a aussi des lieux où nous fournissons une formation à la micro-informatique pour le public. La demande en formation est de plus en plus importante, tant de la part de notre personnel que du public en général. Nous embauchons des adolescents qui deviennent des « mentors » pour les clients de la bibliothèque ; nous en avons environ 300 qui travaillent avec le public : ils savent utiliser l’Internet, ils savent utiliser la technologie. Nous avons un service informatique agressif qui est un mélange d’informaticiens et de bibliothécaires et j’aime bien assister à leurs réunions, on dirait des chats en train de se battre dans une cour !

64Notre site Web (www.queenslibrary.org) en est à sa deuxième version de page d’accueil. Nous avons eu notre première page d’accueil fin 1993-début 1994, mais nous sommes informatisés en fait depuis 1979 environ. Nous avons commencé à nous informatiser et, pour nous, proposer un site a été une progression naturelle, quand le Web s’est développé. Vous pouvez constater que c’est un site assez typique et qui n’est pas au goût du jour parce que les informations sont au milieu et les points cliquables sont alignés sur les bords pour les portails que nous soutenons. L’accès aux catalogues, à la recherche, etc., est aligné sur les cases du haut. Les informations changent régulièrement. À côté du premier anniversaire du 11 septembre encore bien en vue, on trouve des informations pour les usagers sur de nombreux sujets liés au même domaine.

65Si vous allez dans le catalogue, vous pouvez sélectionner une langue de recherche. Si vous choisissiez le français, vous pourriez effectuer des recherches en français dans le catalogue et obtenir des résultats en français. Même chose en chinois, en coréen et très bientôt en russe ! Vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, limiter la recherche à une bibliothèque particulière ou au quartier où vous vous trouvez, à l’intérieur de notre arrondissement urbain. Si vous allez jusqu’au bout de votre recherche dans le catalogue en ligne, vous pouvez voir si un document est en libre accès et s’il est disponible. Sur les bords, des points cliquables permettent de faire une recherche. My Account (Mon compte) est un nouveau service qui donne à chacun la possibilité de personnaliser son utilisation de la bibliothèque. Et la rubrique Books and Reading (Livres et Lecture) apparaît à plusieurs endroits du site. Nous croyons fermement que les bibliothèques ont pour tâche de s’occuper justement de livres et de lecture.

66Nous avons donc un certain nombre de ressources électroniques qui sont liées de cette façon.

67Pour les enfants, nous avons mis en place un site interactif que nous avons appelé KidslinQ et tant qu’un enfant reste à l’intérieur de KidslinQ, il est dans un environnement de recherche protégé. En règle générale nous n’avons pas de filtres sur nos ordinateurs, mais si un jeune décide de faire des recherches sur des sites comme Yahooligans, il est dans un environnement de recherche protégé et surveillé. Ceci pour vous donner une idée de ce que l’on trouve sur notre site : des tas de liens, tous vérifiés par nos équipes de bibliothécaires qui essaient de mettre un peu d’ordre dans l’Internet à l’intention de nos communautés d’usagers.

68Notre nouveau site TeenlinQ vient juste d’être mis en place mais, promettez-moi de ne rien dire à personne, je pense qu’il est nul du point de vue de l’interactivité et de l’animation. C’est un site très ordinaire. Il est basé sur des informations formidables, mais je doute que beaucoup d’adolescents le consultent.

69Si l’on revient à l’endroit du catalogue qui disait « recherche Internet », on retombe sur quelque chose qui est organisé comme la plupart des recherches sur l’Internet mais qui recouvre des sites que nous avons utilisés, que nos bibliothécaires ont utilisés – nous avons environ 400 bibliothécaires professionnels dans notre personnel – et qu’ils ont sélectionnés pour les inclure ici ; il y a aussi des liens internes vers ce site.

70Nous constatons que de plus en plus d’usagers utilisent les sites que nous recommandons, particulièrement pour leurs devoirs à la maison et comme outils de référence ; parce que nos bibliothécaires les ont examinés, ils sont utilisables, les liens fonctionnent et ils sont en rapport avec ce que les gens utilisent ; alors que, très souvent, quand nos clients utilisent certains des moteurs de recherche dont la liste figure aussi sur le site, ils obtiennent des milliers et des milliers de réponses, or ce que beaucoup de nos clients souhaitent est un accès plus simple. Pour vous en donner une idée, nous pouvons prendre l’exemple des différentes agences de presse. Les agences de presse et les journaux sont parmi les ressources les plus utilisées que les usagers viennent consulter, tant en anglais que dans de nombreuses autres langues.

71Les données sous licence sont organisées et, de nouveau, on peut faire défiler le nom des données ou passer par l’index des sujets. Nous sommes en train de cataloguer les revues qui sont fournies en texte intégral dans les bases de données sous licence pour les mettre dans nos catalogues en ligne, si bien qu’une personne qui effectue cette recherche peut faire un lien direct avec la version en ligne d’une revue et peut aussi télécharger le texte intégral depuis cette source.

72Prenons également l’exemple de l’eiu ; c’est une base de données très utilisée pour nos activités internationales ; c’est aussi une base de données sous licence, accessible à tous les usagers de la bibliothèque et très semblable aux bases de données traditionnelles, mais celle-ci est spéciale et je pense que nous sommes la seule bibliothèque publique aux États-Unis à la rendre accessible à tous ses clients.

73En 1998 nous nous sommes adressés à AT & T pour leur demander une aide financière pour développer WorldLinQ. Environ la moitié des habitants de Queens sont nés dans un autre pays, vivent aux États-Unis depuis moins de dix ans et parlent une langue différente de l’anglais chez eux. Nous avons donc su très tôt que non seulement il nous fallait réunir des collections, mais aussi qu’il nous fallait construire des ressources utilisables par les personnes nouvellement arrivées aux États-Unis. En outre, nous avions besoin d’informations que nos bibliothécaires puissent utiliser pour servir cette clientèle, associées à un programme énergique de construction de collections, de programmes éducatifs, de programmes d’enseignement de l’anglais langue étrangère, etc. Nous pensions que notre présence électronique devait être équitable et que le site devait donc exister dans d’autres langues que l’anglais pour que les gens puissent y faire des recherches. Le mois dernier, nous avons d’ailleurs ajouté un site ukrainien et lorsque des collègues de la Bpi sont venues à Queens, elles nous ont beaucoup aidés à améliorer notre site en français qui à été entièrement revu et qui propose, à présent, un accès direct à la page d’accueil du site de la Bpi.

74Si vous consultez par exemple un site concernant la République populaire de Chine, vous y verrez que le découpage en thèmes est le même en anglais et en chinois. Si une personne fait une recherche en chinois sur notre site ou se rend sur un site en chinois, tous les terminaux de la bibliothèque peuvent les afficher en chinois. Pour les recherches, les catalogues ont des menus déroulants et on peut saisir une recherche soit en pinyin soit avec des menus déroulants qui présentent les caractères. Même chose en coréen. Les sites les plus populaires sont aussi les journaux, mais j’ai choisi spécialement la science et la technologie juste pour vous montrer les connexions dans le domaine de la science, notamment avec l’Académie des sciences de Chine.

75Les bibliothécaires sélectionnent les sites, et tous les sites référencés dans WorldLinQ ont été examinés par une équipe linguistique et sont révisés tous les trois à six mois en fonction des critères qui ont été utilisés. Ils sont riches en informations et ils fonctionnent. À New York nous avons exactement douze heures de décalage avec la Chine et, au début, quand nous avons commencé WordLinQ nous avons découvert que beaucoup de serveurs d’institutions chinoises étaient arrêtés la nuit par économie d’énergie ou bien qu’ils étaient liés au système d’alimentation électrique d’un campus et qu’ils n’étaient pas disponibles quand le public voulait les utiliser, et nous avons donc choisi de ne pas créer de liens avec ces sites.

76Un aspect de notre accord avec la Bibliothèque nationale et la Bibliothèque de Shanghai a été de commencer à changer cela et maintenant la plupart des sites Web les plus importants en Chine fonctionnent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. D’ailleurs nous avons aussi des liens avec nos partenaires. Voici un lien direct à partir de WorldLinQ vers la Bibliothèque nationale de Chine ; vous pouvez observer qu’il y a une interface en chinois et une en anglais. Nous sommes en discussion pour établir un lien entre la Bibliothèque numérique de Chine et WorldLinQ de façon à ce que les ressources, particulièrement sur la culture dans toute la Chine, soient accessibles directement à nos usagers.

77La seule base de données chinoise non accessible à tous sur le Web est la Bibliographie nationale chinoise. Grâce aux accords que nous avons passés avec eux nous avons pu obtenir les données pour notre bibliothèque et elles ont été chargées sur un poste de travail accessible au public dans notre Centre de ressources internationales.

78Nous avons eu un énorme afflux d’immigrants russes et des anciennes républiques soviétiques et, là encore, notre équipe russe a été très active et a fourni des liens vers des sites. Au début, nous avions les mêmes problèmes avec les serveurs qui n’étaient pas toujours accessibles, mais la situation s’est aussi bien améliorée.

79J’aimerais revenir au site chinois. Si vous regardez à droite de l’écran, il y a des liens directs vers nos bases de données sous licence. Prochainement, ce sera la même chose sur nos autres sites au fur et à mesure que nous introduisons des données dans les langues en question ou qui sont liées aux pays représentés.

80Une partie de WorldLinQ est consacrée à l’information locale. Cela couvre l’emplacement des diverses collections. Vous voyez en haut de l’écran, dans le cas du français et du créole haïtien, où se trouvent les collections et les ressources de la communauté qui sont aussi disponibles. Toutes ces informations sont collectées et mises en place par le personnel de la bibliothèque.

81En bas de l’écran se trouve un grand nombre de publications et notamment une qui s’appelle Minding Your Own Business (Occupez-vous de vos affaires). Environ 50 % des petites entreprises qui démarrent à New York le font à Queens. Nous sommes l’un des cinq arrondissements qui constituent New York. 80 % de ces entreprises appartiennent à des immigrés nouvellement arrivés dans le pays. Il y a aussi un site en espagnol, en coréen, en chinois et en anglais.

82En cliquant sur les divers aspects de la publication vous pouvez vous déplacer dans le document, de son introduction jusqu’aux annexes, et obtenir des informations sur la façon de construire un projet commercial, de se débrouiller dans le système des autorisations dans la ville de New York, etc. Si je soulève cette question c’est parce que c’est très intéressant au moment où nous abordons le contenu et les sortes de contenus que les bibliothèques mettent à disposition, particulièrement dans le contexte du contenu local. Cette publication a été complètement conçue par le Conseil du développement économique de Queens. Il en avait été publié environ 500 exemplaires. À la fin de la première année il en restait 450, les 50 autres nous avaient été donnés pour les bibliothèques de quartier parce qu’ils n’avaient pas de moyen de les distribuer à ceux qui en avaient besoin et, dans le cadre de notre partenariat et de notre collaboration, nous avons donc commencé à distribuer les exemplaires imprimés.

83Quand WorldLinQ a été mis en œuvre nous avons sélectionné ce qui était alors leur troisième édition et l’avons rendue accessible dans chaque langue. La dernière fois que j’ai vérifié, il y a environ deux mois – maintenant nous avons un système qui permet de décompter les accès au site Web et à chaque page du site –, j’ai été étonné de voir que la 90e page la plus visitée sur plus de 5 000 pages différentes qui ont des liens avec notre site, était la version espagnole de Minding Your Own Business. Pourquoi y avait-il eu plus de 9 000 téléchargements en un mois de ce document ? J’ai d’abord cru que c’était une erreur informatique et que, chaque fois qu’il y avait une visite, le compteur avait un hoquet et faisait des additions mystérieuses. En cherchant un peu plus loin nous avons découvert qu’il existe un moteur de recherche en espagnol dans le domaine des affaires et, grâce à l’indexation que nous avions faite de ce site là, c’est l’un des premiers sites qui sort quand quelqu’un fait une recherche en espagnol sur la petite entreprise aux États-Unis.

84Maintenant, le problème est de savoir comment indexer nos autres pages de façon à ce qu’elles reçoivent autant de visites que ce site. Nous avons aussi, dans ce cadre, un annuaire des organismes qui s’occupent des immigrés. Nous sommes la seule bibliothèque de New York qui, durant des années, a collecté des informations sur les services sociaux, les services de santé, l’administration et les organismes à but non lucratif de la ville qui proposent des services aux immigrés. Cela a été fondamental pour nous lorsque nous avons conçu notre New Americans Program (Programme des nouveaux Américains) car nous recherchions des intervenants pour nos cours destinés aux nouveaux venus sur le thème « Apprendre à se débrouiller ». Nous voulions savoir quels autres organismes et agences existaient dans notre zone géographique pour pouvoir y envoyer les gens qui avaient besoin d’aide.

85Parce que l’une des choses que nous savons maintenant est qu’un nouvel arrivant à Queens se rend à la bibliothèque dans les deux semaines qui suivent son arrivée. Nous avons des immigrants de plus de 120 pays qui nous disent : « J’ai parlé à un tel et à un tel et ils m’ont dit de venir à la bibliothèque de Queens, que vous m’aideriez. » C’est la même chose pour les organismes qui s’occupent des immigrés. Ils envoient les nouveaux à la bibliothèque parce que nous les aidons. Je pense qu’il n’y a pas de plus grand compliment que de dire à une bibliothèque publique qu’elle aide les gens.

86Nous offrons aussi un accès électronique en langues autres que l’anglais. Ça, c’est la stratégie de recherche (à ce propos les enregistrements sont au format marc). Des recherches peuvent être faites de la même façon pour n’importe quel livre, revue, site Web dans notre catalogue en ligne si bien que si quelqu’un travaille sur notre catalogue en ligne, il peut trouver l’un de ces organismes comme résultat d’une recherche. Et nous avons élargi cette sélection au-delà des organismes qui s’occupent des immigrés, à tous les services sociaux et aux organismes qui fournissent de l’aide dans l’arrondissement de Queens.

87Cet aspect particulier couvre tout New York et la zone métropolitaine, et va jusqu’au New Jersey, le Connecticut, etc. Et c’est un aspect de contenu formidable que nous produisons nous-mêmes et qui est disponible sur notre site.

88Nous avons réussi à accroître notre accès en ligne et ceci grâce à la réfection complète de notre site Web ; nous avons construit des portails nouveaux et différents qui font plus appel à l’animation, nous avons essayé de créer une présence plus attrayante pour nos clients. Nous ne voulons pas entrer en concurrence avec le commerce électronique. Nous ne sommes pas une entité commerciale, nous sommes un organisme qui fournit de l’information, mais nous devons être compétitifs graphiquement et visuellement dans ce que nous faisons.

89J’ai parlé un peu de Books and Reading. C’est véritablement une ligne d’action stratégique pour notre bibliothèque. Nous croyons que personne d’autre que nous ne se préoccupe autant de lecture et qu’un grand pan de l’instruction aux États-Unis se concentre plus sur l’amélioration des résultats aux examens plutôt que sur le fait d’apprendre aux jeunes à apprendre et à avoir un jugement critique. Alors, la bibliothèque a conçu ses pages Books and Reading de façon à emmener les usagers en exploration, si vous me permettez l’expression, pour leur faire découvrir ce qu’ils peuvent encore trouver dans nos collections et sur l’Internet qui ait un rapport avec les bons livres et la lecture, c’est aussi simple que ça.

90Nous avons maintenant acquis le droit de publier les couvertures et, très bientôt, elles seront incluses dans les résultats des recherches dans la zone Books and Reading, si bien que d’ici une soixantaine de jours il y aura des couvertures dans les sélections qui sont faites ici. Et nous sommes étonnés de voir combien ces ressources sont utilisées. Les gens veulent encore lire.

91Nous avons aussi acheté le droit de prêter des livres électroniques de la Netlibrary, de Bookoo, en chinois, en espagnol et d’un service en russe aussi, Artefact. Curieusement les livres électroniques en anglais ne sont pas très populaires et je pense que c’est dû, en partie, au fait que nous avons beaucoup de documents courants et que, quand nous achetons quelque chose, nous l’achetons en grande quantité. En revanche, les livres électroniques en chinois sont très populaires parce qu’il n’y a pas de limitation du nombre d’exemplaires : si vous empruntez un livre à la Netlibrary, c’est comme sur les rayonnages d’une bibliothèque publique, il disparaît et n’est plus disponible jusqu’à ce qu’il soit rendu. Dans Bookoo, le site Web de livres électroniques chinois, vous pouvez en avoir autant que vous voulez. Nous avons acquis les droits pour vingt exemplaires à la fois, si bien qu’un même titre peut être lu par vingt personnes au même moment. Jamais nous n’avions atteint ce nombre. Mais dans la mesure où nous étions la première bibliothèque publique à acheter ces droits, ils ont été généreux avec nous.

92Et je pense que ça donne une idée de l’ordre de grandeur de nos activités.

Les problèmes du futur

93• Un financement suffisant après le 11 septembre.

94• Un accès au public suffisant :

95J’ai mentionné le nombre de postes de travail que nous avons. Nous ouvrons la bibliothèque centrale à 10 heures le matin. À 10 heures 10, les 180 postes de ce bâtiment sont occupés et à 11 heures il y a une liste d’attente de 100 à 150 personnes.

96• Une formation adéquate :

97La formation permanente est très importante pour nous. Avant les réductions budgétaires que nous avons dues appliquer, nous avions initié une expérience appelée TeenNetMentor (TeenMentors pour le Net) qui remportait un vif succès. Et nous avions également entamé un autre programme qui s’appelait SeniorNetMentor – environ 25 % de la population de Queens a 65 ans et plus –, qui consistait à engager des seniors, des gens de mon âge quoi, pour qu’ils viennent se former et en former d’autres pendant que les enfants sont à l’école. Le programme avait beaucoup de succès, mais malheureusement nous avons dû le suspendre.

98• Des contenus sous licence :

99Nous possédons de moins en moins de choses et donc devons obtenir de plus en plus de licences d’utilisation. Nous voulons obtenir quelques-uns des services de presse, des agences de presse, quelques télévisions dans d’autres langues que l’anglais, et des contenus itv, et tout ceci nécessite de plus en plus de moyens.

100• Une production locale :

101Nous voulons produire du contenu. J’avais espéré pouvoir vous montrer aujourd’hui notre première exposition virtuelle. Nous avons deux galeries professionnelles dans la bibliothèque et nous venons juste de monter une exposition à partir de documents sur notre histoire locale, et nous voudrions avoir une exposition virtuelle de documents tirés de nos collections, que nous conservons et rendons disponibles pour une exposition. En dehors des problèmes de politique interne, il y a eu un léger retard et j’ai appris que l’exposition ne serait pas sur le site avant un mois ou deux, bien que l’exposition elle-même soit ouverte.

102• Un développement en matière d’informatique :

103La bibliothèque de Queens se pose des questions essentielles dans ce domaine. Comment concevoir une présence individualisée pour plus d’un million d’usagers en ligne par an ? Comment faire pour qu’ils puissent sauvegarder les résultats de leurs recherches dans les bases de données ? qu’ils puissent avoir des rappels sur des choses auxquelles ils se sont intéressés et qui n’étaient pas disponibles à ce moment-là et mettre un pense-bête dans leurs propres fichiers pour leur rappeler d’aller voir à nouveau dans le futur ? Donc une expansion importante de la présence électronique personnalisée.

104Nos bibliothécaires ont été fantastiques pour faire la transition. Nos clients aussi et ils nous surutilisent... J’espère que nous pourrons continuer tout cela dans le futur. Par ailleurs, je suis aussi plein d’enthousiasme pour les collaborations avec des institutions comme la Bpi et d’autres avec lesquelles nous sommes en relation dans le monde entier et qui permettent à la bibliothèque de Queens d’avoir une présence véritablement mondiale.

105Christophe Evans : Merci Gary Strong. Je pense que cette présentation des services que la Queens Library propose à ses usagers, que ce soit sur place ou en ligne, peut vraiment permettre de revenir sur un certain nombre de stéréotypes concernant l’Amérique protectionniste et libérale.

106La chasse aux questions est ouverte.

107Ekaterina Genieva : Je viens de Russie. où je suis directrice de la Bibliothèque nationale de littérature étrangère. Je suis très intéressée par les présentations et les débats qui se déroulent ici. Une fois de plus, la Bpi nous montre le chemin en abordant un sujet aussi difficile. Le succès est évident et je ne sais pas dans quelle mesure le public se rend compte à quel point l’approche novatrice et difficile, mais motivante, du libre accès, le concept d’espace et toute la stratégie concernant le traitement des usagers, a influencé de nombreuses bibliothèques dans différentes parties du monde. Et je parle en connaissance de cause, parce que le principe de ma bibliothèque, à Moscou a été développé sur le modèle de la Bpi.

108Mais le succès, nous le savons, est une chose dangereuse parce qu’il est prouvé que philosophiquement on ne peut pas toujours aller vers le haut. La façon dont la Bpi a décidé de célébrer son vingt-cinquième anniversaire nous fait réfléchir à la mission et à la vision de l’institution et à cette question, très terre à terre, de savoir comment gérer les usagers dans le cadre du libre accès. Mon attention a particulièrement été retenue par tout ce qui a été dit sur les hésitations à ne pas autoriser les usagers à utiliser la messagerie électronique, parce que c’est ce que nous essayons de faire dans le monde entier, permettre à nos usagers d’utiliser l’Internet... mais ici on nous dit ouvertement qu’il sera peut-être utilisé à des fins autres que celles qui ont été prévues ; nous sommes alors dans un cercle vicieux et pouvons nous demander ce qu’il adviendra de l’accès libre dont nous venons juste de parler.

109J’ai deux questions à poser aux intervenants. J’aimerais tout d’abord savoir ce qu’il se passe dans vos bibliothèques, concernant les livres. Et puis, ce que vous pensez des possibilités et des chances de créer des réseaux à l’intérieur des bibliothèques et quelle est votre opinion sur la coopération entre les différentes bibliothèques d’un même pays et plus largement.

110Gary Strong : Je vais essayer d’être bref. À la Queens, les livres sont au cœur de nos opérations. Nous en avons encore dix millions sur nos étagères. Nous dépensons des millions de dollars tous les ans pour ajouter de nouveaux documents. Nous prêtons dix-sept millions de documents à nos usagers, ce qui en fait sept ou huit par personne, mais dans la communauté immigrée, par exemple, un immigré chinois empruntera plus de cinquante livres par an, un immigré russe en empruntera plus de trente-cinq et un usager anglophone traditionnel en empruntera cinq.

111C’est ainsi parce que nous achetons dans soixante-dix langues populaires de grandes quantités de documents et nous avons éliminé le problème de « personne n’utilise plus les livres » en choisissant d’en avoir beaucoup à prêter.

112Il n’y a pas de risque que les livres soient supplantés particulièrement par l’Internet ou les documents électroniques. L’Internet n’est qu’un outil de plus et si quelque chose a changé, c’est que nos bibliothèques sont devenues encore plus actives en permettant à l’accès électronique de fonctionner à proximité des livres.

113Si vous regardez notre page d’accueil et le site Books and Reading, vous verrez que nous avons également utilisé l’Internet comme un moyen de communication ave c nos clients. Je ne sais pas si c’est « cool », comme disent les adolescents, mais cela attire les gens.

114Je pense qu’un autre mythe est que les adolescents ne lisent pas, qu’ils ne font qu’utiliser l’Internet. Si c’est vrai, je me demande pourquoi des milliers d’adolescents s’inscrivent dans nos clubs de lecture, pourquoi ils viennent à l’occasion des Nuits de la poésie lire leurs poèmes et chanter les chansons qu’ils écrivent ou encore partager leur créativité avec les gens de leur âge. L’utilisation des bibliothèques comme lieu d’échange humain est une réalité. Nous avons un Mois des histoires, avec des centaines de programmes en différentes langues, car dans de nombreuses cultures que l’on retrouve à Queens, la tradition orale est encore une partie essentielle de la culture. Nous avons un Mois de la poésie avec des lectures de poèmes dans les bibliothèques : un collègue m’a dit « il ne doit pas y avoir grand monde » et je lui ai répondu qu’il ne restait que des places debout. En tant que bibliothèques publiques nous devons revoir ce mythe du livre qui aurait disparu et de la lecture qui perdrait de son importance. Et, soyez-en sûrs, je vais continuer à essayer de faire en sorte que le livre reste le pivot autour duquel nous menons nos affaires de bibliothèque publique à Queens.

115Claudia Lux : Je voudrais ajouter quelque chose à propos de la coopération. Je pense que dans notre monde de connectivité, et à l’ère électronique, il est parfois plus facile de coopérer avec des partenaires dans le monde entier plutôt que de coopérer dans sa propre ville.

116Gary Strong : Absolument.

117Claudia Lux : Je ne sais pas comment cela se passe à Paris mais je sais comment cela se passe à Berlin. Et je sais combien de temps il a fallu pour mettre en place le catalogue de nos bibliothèques publiques. Et il y a encore des bibliothèques de quartier qui sont isolées, qui ne sont pas connectées à la bibliothèque centrale. Elles ont beaucoup de difficultés à être dans le catalogue de la bibliothèque centrale avec tout ce qui en découle ; certains développements, comme le transport des livres d’une bibliothèque à l’autre et de la bibliothèque aux clients, tentent de résorber ce problème, mais les coûts sont presque identiques aux coûts nécessaires pour l’adhésion au catalogue général.

118Je pense que la coopération est indispensable quand on commence avec de petits moyens, et l’ère électronique offre alors beaucoup de possibilités : c’est très important de se concentrer. Je pense que la bibliothèque de Queens nous montre à quel point il est essentiel, dans les grandes villes aux populations mélangées, de pouvoir être relié au monde et à des bibliothèques. Vous avez donné des exemples magnifiques de ce que l’on peut offrir aux usagers grâce à une bonne coopération entre bibliothèques.

119Nous avons encore beaucoup à faire dans nos propres villes et nous devons en être conscients et y travailler, sans oublier le reste, bien sûr.

120Françoise Gaudet : Je ne peux qu’approuver ce que vient de dire Claudia. Il me semble que l’électronique est une chance pour les bibliothèques en ce qui concerne la coopération parce qu’elle ouvre des perspective s qui n’existaient pas du temps de l’imprimé. Je reviens d’un voyage aux États-Unis où j’ai pu voir comment les bibliothèques coopéraient, non seulement dans les achats, mais aussi dans les services que les bibliothèques proposent à leur public. J’ai été particulièrement impressionnée par les réseaux de réponse à distance puisque les bibliothèques font ce que nous faisons aussi un peu à la Bpi, c’est-à-dire qu’elles répondent, par l’intermédiaire de leur Web, à des questions que posent les utilisateurs. Comme le bibliothécaire est distant, il n’a pas besoin d’être attaché précisément à la bibliothèque de l’utilisateur. Il est donc possible, et ces réseaux se développent aux États-Unis, en Californie en particulier, de coopérer de la sorte, d’ouvrir un service vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, c’est-à-dire de rivaliser avec la disponibilité de l’Internet et des moteurs de recherche. Il est bien évident que ce sont des choses que l’on ne pouvait pas faire quand on n’avait pas toutes ces possibilités techniques.

121Gary Strong : Je voudrais juste ajouter un commentaire. Lorsque nous avons proposé ce que nous appelons Question Point (Point question) nous avons coopéré avec la Library of Congress et oclc pour le développer et nous sommes maintenant en mesure d’offrir ce service à nos clients. Ce système permet aux bibliothécaires de proposer un créneau de deux heure s l’après-midi pour une discussion en ligne, une discussion interactive d’écran à écran avec le client qui entre dans la bibliothèque. Nous mettons des sites Web sous le nez de nos clients et un système qu’ils peuvent utiliser chez eux, au bureau, à l’école ou sur un poste de travail dans la bibliothèque en utilisant l’Internet d’une façon très nouvelle et différente.

122Alain Caraco (bibliothèque municipale de Chambéry) : Je suis président de l’Association des directeurs de bibliothèques de grandes villes (l’adbgv). Nous avons fondée cette association cette année, justement pour faciliter la coopération entre les bibliothèques municipales, parce qu’un champ énorme s’ouvre à nous. Françoise Gaudet à parlé des renseignements à distance. La Bpi a un outil extraordinaire qui s’appelle Radis, et il est dommage qu’il ne serve qu’à la Bpi. Mais je pense que nous arriverons à faire des choses ensemble et à échanger, entre autres, sur ce sujet.

123J’aime beaucoup écouter les bibliothécaires étrangers, mais, du même coup, je nous trouve, nous, les bibliothécaires français, très frileux. Dominique Lahary, que beaucoup d’entre vous connaissent, a dit un jour, je ne sais plus dans quelles circonstances : « Qu’est-ce qu’un nouveau média ? C’est un média qui appelle des pratiques bibliothéconomiques anciennes. » On a commencé par les romans : à la fin xixe, au début xxe siècle, ce n’était pas sérieux. Ce n’était pas ce qu’il fallait lire. Puis on a libéralisé la lecture des romans et, finalement, au contraire, aujourd’hui ce type de lecture a plutôt le vent en poupe. On a eu le même genre de raisonnement avec le disque. Pas trop à la fois ; les livres gratuits, mais les disques payants. Ensuite, il y a eu la phase des vidéos, et historiquement nous sommes dans la phase de l’Internet. Je crois qu’aujourd’hui nous sommes dans une phase encore un peu frileuse de l’Internet limité, entre autres parce que c’est nouveau, que c’est un média instable dont le contenu nous échappe, ce qui est encore bien pire que les romans, parce que l’on ne les a certes pas tous lus, mais une fois qu’on a un roman, on sait ce que c’est, le contenu ne va pas changer d’un jour sur l’autre. Je crois qu’aujourd’hui il faut que l’’on apprenne à dépasser cet état historique. Je reconnais que je me pose des questions : la Bpi sélectionne des sites et, en particulier, sélectionne des sites par rapport à ses départements thématiques, cela me semble une excellente chose. Mais, nous savons très bien que le propre d’un site, c’est de contenir des liens vers d’autres sites. Lorsqu’on est dans un département de sciences sociales et que l’on est sur le site de l’Union européenne ou sur le site de services publics, que fait-on quand on tombe sur un lien ?

124Idem pour la messagerie. J’ai eu le même genre de problème dans ma bibliothèque, quand j’y suis arrivé. On m’a dit que la messagerie n’était pas de la recherche documentaire. J’ai donc posé une question à l’équipe des bibliothécaires, ce qui a fait évoluer la réflexion : L’heure du conte, est-ce de la recherche documentaire ? On a laissé passer un peu de temps. Maintenant, la messagerie est autorisée. J’ai visité des bibliothèques finlandaises, en 1998, et il n’y avait aucune restriction sur l’usage de la messagerie notamment. Je crois simplement qu’ils avaient commencé un peu avant nous, ils s’étaient donc posé ces questions un peu avant.

125Il est évident que nous, bibliothécaires, comme tout le monde l’a dit ce matin, nous devons orienter et conseiller. Avons-nous, néanmoins, si peu confiance en nous pour tenter de verrouiller tout ce qui n’a pas été orienté et conseillé par nous ?

126Françoise Gaudet : Je crois quand même qu’il faut comparer ce qui est comparable. J’ai été assez frappée, au cours de mon voyage aux États-Unis, de constater qu’il n’y avait plus de cybercafés parce que cela n’était plus rentable. Maintenant, il y a un taux d’équipement très élevé aux États-Unis : plus de la moitié des foyers américains sont connectés à l’Internet. En Finlande, je sais que le taux d’équipement est aussi considérable. Nous avons quand même un problème matériel, peut-être idiot mais réel, c’est que nous avons une demande supérieure à l’offre, pour des raisons purement matérielles et mathématiques. Mme Genieva faisait allusion au fait que la Bpi a toujours eu le problème d’essayer de gérer son succès. Si, sans précaution aucune, nous décidions du jour au lendemain d’ouvrir la messagerie à tout un chacun, je crois que rapidement nous serions obligés de baisser les bras. Cela nous est arrivé plusieurs fois. Par exemple, quand nous avons ouvert en 1977, nous avions une offre de bandes dessinées, et nous avons été obligés d’arrêter parce que nous n’arrivions pas à maintenir la collection. Il y a bien sûr cette idée que la bibliothèque n’est pas un cybercafé, c’est vrai. Je partage quand même cette idée parce qu’il n’y a aucune raison que nous fassions une concurrence déloyale aux cybercafés qui nous entourent. Ceci étant, je partage un peu votre avis pour ce qui concerne la messagerie : par exemple, nous mettons à disposition un Point emploi dans la bibliothèque ; la suite logique de la consultation des sites d’emploi serait d’envoyer un cv et, pour envoyer un cv, il faut une messagerie. On est effectivement dans une position un peu contradictoire. On essaie de découper dans l’offre Internet à la fois ce qui nous paraît correspondre à la mission de la bibliothèque et, en même temps, de gérer le succès.

127Ce que je disais un peu brièvement et maladroitement en fin d’intervention, c’est qu’il me semble que ce qui fait le succès de la Bpi, c’est quand même son écoute, sa plasticité, le fait que c’est une bibliothèque qui bouge tout le temps, qui bouge depuis vingt-cinq ans, que l’avantage de ces collections électroniques, de tous ces nouveaux outils que nous avons à notre disposition, c’est qu’ils sont très plastiques, et que la position que nous avons actuellement peut évoluer. C’est peut-être une démarche frileuse, mais nous pouvons considérer aussi que c’est une démarche prudente.

128Je pense que Gérald Grunberg ou les collègues qui sont plus précisément chargés de ces questions dans la bibliothèque seraient plus à même que moi de répondre, mais tel est mon point de vue.

129Gérald Grunberg : Je ne vais pas répondre sur cette question parce que, si on prend l’exemple des bandes dessinées, je ne connais pas une bibliothèque municipale ouverte ces dernières années où le problème ne se pose dans les mêmes termes, c’est-à-dire avec un véritable problème financier et technique de renouvellement constant d’ouvrages qui s’abîment très vite parce qu’ils sont extrêmement utilisés.

130Le problème n’est pas de dire que nous ne pouvons pas le gérer, nous pouvons tout gérer. Il me semble que ce qu’il faut admettre, en revanche, c’est que l’on choisit des priorités et que ces priorités peuvent être différentes. Quand on sacrifie la bande dessinée, c’est forcément au profit d’autre chose ; quand on ne veut pas de la messagerie, c’est pour privilégier autre chose. Je crois qu’il vaut mieux poser le problème comme ça et le problème reste entier. Le débat est complètement ouvert. Je pense que la position sur la messagerie, en ce qui concerne l’Internet, ne sera pas tenable longtemps, parce que la messagerie est indissociable de l’Internet qui, pour la première fois, n’est pas seulement un média, comme on a eu l’habitude d’en traiter, mais un média associé à un instrument de communication, et les deux, de fait, sont indissociables. Ils le seront évidemment de plus en plus.

131Bernard Stiegler a rappelé que quand on lit en bibliothèque, on écrit : la lecture et l’écriture sont donc indissociables. De la même façon, j’en suis absolument convaincu, le transport d’information sur l’Internet et la possibilité de messagerie, c’est-à-dire de renvoyer cette information ou une information qu’on fabrique soi-même vers d’autres destinataires, y compris vers sa boîte aux lettres personnelle – un substitut à la photocopie qui va de plus en plus s’imposer – tout cela doit être géré. Simplement, je crois qu’en ce qui concerne la Bpi, par exemple, effectivement, les conditions ne sont pas réunies pour que cela soit géré.

132C’est un débat qui est ouvert à l’intérieur de l’établissement, qui va progresser au travers d’un certain nombre de projets, de réunions dans les semaines et les mois qui viennent, mais sur lequel il faudra bien faire d’autres choix que ceux qui sont faits actuellement, c’est en tout cas ma conviction et j’essaierai de la faire partager par le personnel.

133Sur les Radis, tout à fait d’accord, cher collègue, pour une mutualisation de ce merveilleux service. C’est un des projets de coopération auquel nous allons réfléchir, dont nous aurons l’occasion de reparler au cours d’une journée d’étude sur le sujet de la coopération que nous organiserons à l’automne ou en fin d’année. Ce n’est pas si simple, cela passe par un développement en interne d’un service qui est quand même très consommateur de ressources humaines. C’est un service qui coûte cher, il ne faut pas se le cacher. Aujourd’hui, c’est un service rendu en temps différé, un premier objectif serait d’essayer de le rendre en temps réel, pour faire écho à ce qui vient d’être dit, de le développer, suivant ce que nos collègues américains ont développé avec la possibilité de dialoguer comme à un bureau d’information en fait. C’est l’un des chantiers que nous avons ouverts dont il est trop tôt pour dire si nous allons avoir les moyens de le mener à bien ; de telle sorte que la mutualisation pour aller au-delà est une seconde étape.

134Patrick Bazin : J’avoue que je suis un peu étonné que cela soit encore un débat de fond. Par contre, certes, il y a des contraintes matérielles à gérer. À la Bibliothèque municipale de Lyon, nous avons offerts au public des accès à l’Internet en juin 1995 – pratiquement au même moment, je crois, que la Bpi – en prenant l’option d’accès totalement libres et gratuits. Pourquoi ? Parce que cette solution nous paraissait la meilleure intellectuellement, c’est à dire la plus proche de l’esprit Internet. Mais aussi parce que nous craignions de nous enliser dans des discussions sans fin avec notre tutelle – qui, à l’époque, savait à peine ce qu’était l’Internet – au sujet d’une éventuelle tarification ou de problèmes déontologiques. Il nous paraissait essentiel de prouver le mouvement en marchant et d’assumer ainsi notre responsabilité historique (osons le mot !).

135Cependant, faute d’un nombre suffisant de terminaux, nous avons dû revenir en arrière sur un point en verrouillant la messagerie et le chat afin de libérer les accès au catalogue. Mais, actuellement, nous envisageons à nouveau de tout autoriser. En tout cas, il ne s’agit pas pour nous d’un débat idéologique. L’accès totalement libre nous semble évidemment la meilleure solution.

136Gérald Grunberg : Il y a une différence avec le débat qui a lieu à la Bpi puisque les postes d’accès libre à l’Internet ne sont dédiés qu’à cela et ne donnent pas accès au catalogue.

137Patrick Bazin : Les collègues qui étaient très opposés à cela sont les premiers, aujourd’hui, à dire que ce n’est plus possible de continuer ainsi et qu’il faut tout ouvrir parce que le public le demande et que cela fait partie du service à rendre normalement.

138Christophe Evans : Merci. Nous allons poursuivre off peut-être. Il me reste à remercier les trois intervenants qui ont participé à cette séance et à vous remercier de votre présence.

Auteurs

Sociologue, Bpi

Conservateur en chef, Bpi

Directrice, Zentral und Landesbibliothek Berlin

Directeur, Queens Borough Public Library, New York

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access