Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 25 ans de la Bpi

 | 
Dominique Arot
, 
Chris Batt
, 
Patrick Bazin
, 
et al.

De l’actualité à la mémoire de l’actualité ?

Gérald Grunberg, Bernard Stiegler, Dominique Arot et Patrick Bazin

Texte intégral

Gérald Grunberg, directeur de la Bpi

1Nous allons donc aborder le second thème de ce colloque, à savoir l’actualité, un des concepts fondateurs de la Bpi. Interviendront, après les quelques mots d’introduction que je vais dire, tout d’abord Bernard Stiegler, qui est un voisin, et un ami, puisque c’est le directeur de l’ircam, l’autre institution associée au Centre Pompidou avec la Bpi. Ce n’est pas tant en qualité de directeur de l’ircam que nous l’avons invité, encore que dans ses activités actuelles il croise beaucoup de nos préoccupations et continue de travailler sur des questions qui nous sont tout à fait communes en matière de lecture, d’écriture et de mémoire numérique, même s’il s’agit de son et de musique plutôt que de texte ; c’est aussi en qualité de philosophe : Bernard Stiegler est professeur de philosophie, et c’est encore en qualité de commissaire d’une exposition qui, dans ces murs, il y a quinze ans, a été un événement tout à fait considérable pour le public et, je crois pouvoir le dire aussi, pour l’ensemble de la profession des bibliothécaires, je veux parler de l’exposition Mémoires du futur.

2Interviendra ensuite Dominique Arot, qui est secrétaire général du Conseil supérieur des bibliothèques et qui, à ce titre, et il en a fait la démonstration souvent, a une vue d’ensemble et une analyse qui nous intéresse tous. Enfin, c’est Patrick Bazin qui concluera ce tour de table avant le débat avec la salle. Patrick Bazin est directeur de la bibliothèque municipale de Lyon, bibliothèque emblématique du spectre le plus large de missions que puisse avoir une bibliothèque publique, qui conjugue au quotidien activité patrimoniale et actualité.

3Je rappellerai simplement que la bibliothèque, quelle qu’elle soit, a toujours été mal à l’aise avec l’actualité, pour des raisons à la fois idéologiques et techniques. il n’y a qu’à considérer la quasi-absence, dans nos établissements, des médias de flux que sont la radio et la télévision, ce qui reste un paradoxe considérable au regard des missions et des objectifs que se fixe la bibliothèque publique comme service public d’information. Celle-ci se prive là de médias qui, dans ce domaine, jouent un rôle essentiel. La Bpi échappe en partie, mais en partie seulement, à ce paradoxe grâce à son espace « Télévisions du monde ». Plus prosaïquement encore, on peut parler tout simplement des délais souvent très longs entre l’apparition d’un livre en librairie et sa mise en bibliothèque : c’est un vieux problème que chacun connaît.

4La Bpi, définie dès 1977 comme devant mettre l’actualité à la disposition de tous, a malgré tout largement contribué à faire évoluer cette situation. En 1987, Bernard Stiegler, dans un texte d’accompagnement de l’exposition Mémoires du futur, écrivait : « La bibliothèque du futur sera ce lieu où actualité en temps réel et archives en temps différé se réfléchiront par et pour le lecteur qui y aura appris l’usage des nouveaux instruments de lecture et d’écriture. » On peut dire, aujourd’hui, qu’une partie de cette prédiction s’est réalisée, notamment grâce à la généralisation des systèmes d’information, grâce à la généralisation des réseaux d’information et à la spectaculaire réussite de l’internet. Mais on peut se demander aussi si ce n’est pas au prix d’un formidable paradoxe. Que l’on entende par actualité, actualité de l’information ou actualité du savoir, les questions sont en effet, aujourd’hui, probablement plus nombreuses que les réponses.

Actualité de l’information

5Lorsque, il y a quinze ans, la Bpi a donné accès gratuitement aux dépêches de l’afp en temps réel, c’était en soi une petite révolution. La bibliothèque remplissait d’ailleurs alors une de ses missions majeures en mettant l’actualité la plus fraîche à la disposition de tous. Elle jouait, de ce point de vue, pleinement son rôle de service public dans un de ses domaines de compétence. Il est évident qu’aujourd’hui, on n’a plus besoin de la bibliothèque pour cela. L’information apparaît accessible et disponible de partout ; n’importe quel portail de type Yahoo ! est suffisant pour accéder aux dépêches les plus récentes des agences de presse du monde entier. Cette actualité semble d’ailleurs avoir perdu une bonne partie de sa valeur. Claire Dartois rappelait, ce matin, le dernier produit Google, un site où l’actualité sera traitée de manière entièrement automatique par de puissants moteurs de recherche sans aucune intervention humaine. Ce constat pourrait suffire à remettre en cause plusieurs présupposés sur lesquels la bibliothèque moderne a bâti une partie de sa légitimité :

  • Premièrement, l’information est un bien économique coûteux.
  • Deuxièmement, la bibliothèque a notamment pour mission de rendre ce bien accessible à tous.

6En fait, à y regarder de plus près, on se rend compte assez vite qu’il n’y a pas réellement remise en cause, mais plutôt, d’abord, ce que j’appellerais un déplacement de la valeur – c’est assez classique du point de vue économique – vers une rareté restaurée. L’information qui compte, aujourd’hui, ce n’est évidemment plus la dépêche d’agence qui est disponible partout en même temps dans le monde, mais c’est l’information économique, politique et stratégique qui est délivrée à un coût élevé par des sources spécialisées. Les coûts d’abonnement à ces données peuvent même être tout à fait exorbitants pour les budgets d’acquisition des bibliothèques, d’où les stratégies nouvelles qui ont été mentionnées ce matin, notamment de consortiums, de groupements d’achats, etc. En tout cas, il me semble qu’on est assez loin, et sans doute même très loin, de la gratuité marchande dont parle Jacques Attali.

7Ensuite, deuxième déplacement qui est, d’une certaine façon, plus déconcertant pour qui n’avait pas vu le coup venir et pour qui, notamment, n’avait pas visité l’exposition Mémoires du futur, parce que ce thème était tout à fait présent : déplacement de la valeur de l’actualité vers la mémoire de l’actualité. Constituer cette mémoire, la stocker, la mettre à disposition sont devenus des enjeux économiques de tout premier ordre. Sur ce terrain, qui fut le sien pendant longtemps, la bibliothèque a désormais à faire face à une concurrence commerciale active. Pour la Bpi, qui fut et reste exemplaire dans ce domaine en ayant constitué depuis vingt ans des dossiers de presse qui représentent aujourd’hui un très riche gisement documentaire numérisé, l’avenir, à cet égard, semble incertain. Une directive européenne, relative aux droits d’auteurs, prévoit, en effet, des limitations drastiques concernant la confection et la mise à disposition de dossiers de presse et plus encore la possibilité de les conserver au-delà d’un an. Pour vous donner un détail de ce dispositif, la notion d’actualité est réduite à trois jours.

8En conclusion de ce premier point, s’il n’est pas question de nier les bienfaits de l’Internet, qui apporte un enrichissement de l’offre d’actualité – songeons, par exemple, au service que nous rendons au lecteur avec les offres d’emplois ou les informations délivrées par les sites d’administrations ou d’institutions et qui permet donc à la bibliothèque de devenir aussi centre de documentation –, il convient, en revanche, de tirer les leçons des évolutions très sensibles que nous venons d’évoquer et qui, pour partie, peuvent remettre en cause une des missions de la bibliothèque publique.

Actualité du savoir

9Pour ce qui concerne l’actualité du savoir, on peut dire que les choses ne sont pas beaucoup plus simples. La mission traditionnelle de la bibliothèque publique consistant à « mettre l’information à disposition de l’honnête homme du xxe siècle », pour reprendre la formule de Jean-Pierre Seguin, c’est-à-dire l’actualité du savoir dans les différents domaines de la connaissance, était une affaire assez bien rodée dans la mesure où elle procédait d’une longue chaîne de sélection et de validation : sélection et validation tout d’abord par l’éditeur, puis nouvelle sélection par le bibliothécaire.

10L’actualité du savoir est vécue tout autrement sur l’Internet, les instances de validation n’y sont pas toujours bien identifiées, la tentation de l’autoédition y est grande, y compris dans les communautés universitaires, et la valeur ajoutée que pensaient apporter les bibliothécaires en offrant leur médiation y est, de fait, contestée par les usages.

11Bref, l’approche bibliothéconomique de l’actualité du savoir, telle que développée par la bibliothèque publique est soit à réhabiliter, soit à réinventer. C’est en tout cas une des questions importantes que nous nous posons à l’occasion de ces vingt-cinq ans.

12On a supprimé la salle d’actualité de la Bpi. La bibliothèque d’actualité qui, en plus de la bibliothèque de recherche et de la bibliothèque d’étude, faisait partie des premiers projets de la BnF, n’a jamais vu le jour. Non seulement le malaise évoqué au début de ce propos persiste, mais j’ai tendance à penser qu’il s’est aggravé. Que devons-nous en conclure ? La bibliothèque publique doit-elle renoncer à l’un de ses concepts fondateurs ? Doit-elle, au contraire, le réinventer et surtout développer de nouveaux protocoles à cet égard, comme Robert Damien nous y invitait ci-avant d’une manière plus large ? Telle est une des questions que nous allons traiter dans cette table ronde.

13Bernard Stiegler, quinze ans après Mémoires du futur, quinze ans après la citation que je rappelais tout à l’heure, comment voyez-vous les choses aujourd’hui ?

Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l’ircam

14Je vais essayer de répondre à cette question. Tout d’abord, je voulais remercier la Bpi de cette invitation qui m’honore, comme j’avais été honoré il y a quinze ans qu’on me confie cette exposition, Mémoires du futur, qui était aussi dixième anniversaire de la Bpi. Je suis heureux d’être associé au vingt-cinquième anniversaire.

15Si j’avais eu à donner un titre, j’aurais appelé cette petite communication : Encore l’utopie. Mémoires du futur s’était présenté comme une utopie. J’avais commencé par dire au visiteur de l’exposition, sur des panneaux qui l’accueillait à son arrivée : « Ceci n’est pas la futurologie de ce que sera la bibliothèque de demain », parce que s’il y a une chose que je ne sais pas, c’est ce que sera la bibliothèque de demain. Mais il y a des choses que je sais : par exemple qu’il y a un processus d’industrialisation de la mémoire qui est en train de se mettre en œuvre et que cela aura des effets sur la bibliothèque ; par exemple, qu’il y a des technologies du temps réel et du temps différé qui se développent et qui s’articulent – et je vais les mettre en scène dans cette exposition – ; et, d’autre part, il y a des choses que je ne sais pas mais que je voudrais savoir et c’est cela que j’appelais l’utopie. Donc, je ne présentais pas dans cette exposition ce que serait l’avenir de la bibliothèque, mais ce que j’aurais aimé voir se développer dans l’avenir de la bibliothèque : l’utopie du développement d’instruments de lecture et d’écriture qui aurait permis de conjuguer le temps différé, c’est-à-dire le savoir, avec le temps réel, c’est-à-dire avec l’actualité des médias et les événements du présent. C’était aussi une espèce d’exposition sur le temps.

16Je vais effectivement, maintenant, essayer de vous dire comment je vois les choses, autant que possible du point de vue d’une bibliothèque comme la Bpi, quinze ans plus tard, en ajoutant que mon propos fera étroitement écho à ce qu’a dit Gérald Grunberg ce matin lorsqu’il a affirmé – je le cite – que « nombre de réponses viendront d’une collaboration entre les bibliothèques, c’est ma conviction profonde ». Il fera aussi écho à l’intervention de Robert Damien lorsqu’il a posé la question : où est le nous ? Et je m’intéresse beaucoup au nous en ce moment. Il a évoqué la question d’un contrat social ; il fera également écho à l’intervention de Claire Dartois qui a parlé de vertige devant le processus qui, depuis quinze ans, s’est considérablement développé avec les industries de l’information, y compris en passant par le terrible et catastrophique atterrissage des illusions de la nouvelle économie et beaucoup d’autres choses. Mais je ferai également écho à ce qu’elle a dit sur la question des cotes, la production des cotes ou des listes d’autorité de tous les systèmes de classification.

17Depuis Mémoires du futur, par rapport aux propos tenus alors, le principal événement à mes yeux a été l’intégration fonctionnelle – je prends cette expression au sens d’un philosophe, Gilbert Simondon – entre l’actualité de ce que, dans Mémoires du futur, nous appelions le temps réel, et la mémoire du savoir de ce que nous appelions le temps différé. Aujourd’hui, ces deux dimensions de la mémoire sont devenues des dimensions technologiques et sont étroitement intégrées dans le dispositif de l’Internet dont parlait précisément Gérald Grunberg tout à l’heure.

18Ce que Mémoires du futur voulait poser comme une utopie réalisable à condition d’une volonté politique, d’une lucidité économicopolitique et de la capacité des lecteurs à mener des combats pour que cette volonté politique se réalise – parce que la politique ne se produit véritablement que lorsque les intéressés s’en mêlent –, l’utopie de Mémoires du futur était que ce fussent les lecteurs qui fassent la synthèse entre le temps réel et le temps différé, entre l’actualité et le savoir. Mémoires du futur mettait en scène cette utopie par le fait – pour ceux qui ont vu cette exposition, ils s’en souviennent certainement – que, principalement, lorsque l’on entrait dans l’exposition, on avait d’un côté, sur la droite en entrant, ce que nous appelions les réseaux du temps réel et de l’actualité, et des événements du présent : il y avait un mur d’écrans de télévision, il y avait les premiers télex de l’afp et beaucoup d’autres choses, des bases de données en temps réel, etc. ; de l’autre côté, on avait tous les fonds du temps différé, les archives dont, par exemple, le premier cédérom réalisé par la Bpi ; et beaucoup d’autres choses, par exemple des dizaines d’heures d’archives de l’ina – c’est à l’occasion de Mémoires du futur que j’ai eu mes premiers contacts avec l’ina.

19Au milieu de l’espace, entre le temps réel et le temps différé, il y avait des instruments qui étaient accessibles au public de l’exposition : en s’inscrivant il pouvait participer à des activités qui étaient mises en scène dans l’exposition. Les lecteurs étaient mis en scène dans l’exposition, en train d’utiliser des machines que nous avions mises à disposition à cette occasion : certaines avaient été conçues pour cette exposition, et avaient essentiellement pour fonctionnalité de permettre de connecter les flux d’information qui arrivaient en temps réel et de faire travailler les informations, de les relire et de les interpréter, « inactualisées » de manière intempestive par les lecteurs. L’idée était que l’actualité est intéressante quand on l’« inactualise », qu’on la plonge dans le long terme du temps différé ou de l’après-coup et la réflexivité. C’était cela l’utopie de Mémoires du futur : montrer la possibilité que le lecteur bien outillé ait la capacité d’articuler lui-même le temps réel et le temps différé et fasse la synthèse de ces deux dimensions, dans un contexte qui était, par ailleurs, le contexte du devenir industriel et marchand de la mémoire.

20Depuis, cette synthèse entre le temps réel et le temps différé s’est faite industriellement et technologiquement, mais très peu via des instruments destinés à des lecteurs ; elle s’est faite via des instruments destinés à des clients et à des consommateurs, ce que ne sauraient être des lecteurs.

21Dans Mémoires du futur, j’ai essayé de poser en questions et aussi en affirmations qu’il y a une différence de nature profonde entre le temps réel et le temps différé, c’est-à-dire entre l’information et le savoir. En même temps, j’essayais de montrer que cette différence de nature qu’il faut affirmer, il ne faut pas la transformer en une opposition. Faisant cette exposition pour la Bibliothèque publique d’information, c’était la moindre des choses de tenir un propos comme celui-là.

22Je maintiens plus que jamais qu’il y a une différence de nature entre l’information et le savoir et j’ajoute aujourd’hui, ce que je n’aurais peut-être pas dit à l’époque, que la confusion de l’information et du savoir conduit à ce que j’appelle une « crise écologique de l’esprit » – que nous vivons dans ce moment. L’esprit, qui est devenu un matériau, la matière première d’un ensemble d’industries qu’on appelle les industries culturelles ou les industries de l’information, est exploité de manière systématique et illimitée, comme on exploite des terrains agricoles, comme on exploite des ressources naturelles, par exemple des énergies non renouvelables, etc. Et je crois que cette exploitation systématique, outrée et illimitée de l’esprit, c’est-à-dire de nos consciences, de nos capacités de lecture, etc., conduit, si on n’y prend pas garde, à la ruine de l’esprit.

23Aujourd’hui, cette confusion de l’information et du savoir est entretenue par la poursuite systématique de ce que j’appelais, dès l’époque de Mémoires du futur, l’industrialisation de la mémoire. Ce que j’essayais de mettre en scène dans Mémoires du futur, et qui demeure à propos, est la question de la transformation de l’information en savoir, c’est-à-dire en concept. Une information n’est absolument pas un concept, mais une matière première parfaitement amorphe. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a aucune structure dans cette information. Le charbon est aussi une matière première, il est parfaitement amorphe pour les industries qui l’utilisent et, en même temps, il a une structure cristalline, etc. Gilbert Simondon, ce philosophe que j’affectionne beaucoup, a expliqué dans un très grand livre que, par exemple, pour savoir mouler de l’argile ou mettre au point le moule qui sert à fabriquer des briques, comme on a pu le faire dans la vallée du Nil ou ailleurs, il faut savoir qu’il y a déjà dans l’argile une sorte de forme, et qu’il faut donc que le moule soit, dans sa nature, conçu par rapport à la forme que contient la structure moléculaire de l’argile. De la même manière, l’information, comme son nom l’indique, est informée, mais d’un point de vue sapientiel – si vous me permettez ce mot un peu précieux –, du point de vue du savoir, elle est amorphe. Pour ne pas demeurer amorphe, il faut qu’elle soit conceptualisée, c’est-à-dire qu’elle fasse l’objet d’une critique, d’un discernement exposé à une parité, c’est-à-dire à une confrontation, à un débat public à l’intérieur de ce qu’on appelle, depuis maintenant des siècles, des disciplines. Et on appelle cela des disciplines parce que savoir fabriquer des concepts, cela impose de se soumettre à la cumulativité des savoirs, intérioriser le temps différé et le temps long de la réflexion collective de générations et de générations d’humains qui sont tombés d’accord sur des procédures d’administration de la preuve, par exemple en physique, en mathématiques, ou sur des procédures d’exposition de la pensée contradictoire, par exemple la dialectique et un certain nombre de choses comme cela, ou sur des usages normés d’instruments de connaissances, comme par exemple les cartes de géographie ou les microscopes, des instruments d’observation. Tout cela a mis des siècles, pour ne pas dire des millénaires, à se développer et cela n’est utilisable que si l’on reconstitue l’histoire, la genèse de cette accumulation qu’on appelle le savoir dans sa progression.

24Ceci n’a rien à voir avec de l’information. Par contre, ceci est fait pour « traiter » de l’information, mais je mettrai le mot traiter entre guillemets – en reprenant un verbe que Robert Damien a utilisé ce matin – parce qu’il ne s’agit pas simplement d’un traitement mais proprement d’une interprétation. Et c’est vers cette question que je veux m’acheminer. Entre Mémoires du futur et aujourd’hui, il s’est passé pas mal de choses dans mon existence et, en particulier, un épisode qui était une sorte de suite de Mémoires du futur, qui a commencé en 1989, auquel Patrick Bazin était associé, et qui m’a donné l’occasion de travailler assez étroitement avec Gérald Grunberg aussi à la Bibliothèque nationale de France qui s’appelait à l’époque la Très Grande Bibliothèque : le projet de développer un poste de lecture assistée par ordinateur qui, dès 1989, tentait de faire une synthèse, une conjugaison de la logique informationnelle et sapientielle du temps réel et du temps différé en partant d’une thèse, d’un point de départ, à savoir que la lecture, quand elle est à proprement parler accomplie, c’est une écriture. L’acte de lecture est un acte d’écriture, ou, pour être plus précis, un acte d’inscription. Par exemple, qu’est-ce que le mobilier de la Bpi ? Ce sont des tables avec des chaises, et pourquoi y a-t-il des tables avec des chaises et non pas simplement des fauteuils ? Parce que les gens qui se rendent à la Bpi viennent y travailler et leurs lectures consistent essentiellement à prendre des notes, à faire des commentaires, etc. C’est ce qui nous a conduit à développer ce système de lecture assistée par ordinateur. En effet, lire, ce n’est pas uniquement lire : c’est également annoter, inscrire, voire même écrire des choses. Or, les bibliothèques universitaires sont, la plupart du temps, tellement « mal foutues », tellement mal dotées par les pouvoirs publics, que les étudiants, lorsqu’ils ont un article, une dissertation ou un exposé à faire pour l’université, préfèrent se rendre à la Bpi où ils savent qu’on leur offrira un accueil plus adapté à leur demande.

25En tout état de cause, nous avons été amenés dans ce groupe de travail à mettre au point un système hypertextuel. Aujourd’hui, le mot « hypertextuel » est parfaitement banalisé mais, à l’époque, il était plutôt considéré comme exotique. En 1990, nous avions posé que sgml serait la base de ce système de notation. En 1992, sgml a donné html qui était, avec le protocole tcp-ip, la base même du système de l’Internet.

26Lorsque tout cela a été fait, l’Internet existait, mais il n’était pas accessible ; l’accès public n’existait pas. Néanmoins, nous avions doté les « grands lecteurs » – ceux que nous appelions grands lecteurs étaient des lecteurs associés à ces expérimentations que l’on considérait être des représentants exemplaires de ce qu’est un lecteur professionnel qui fréquente une bibliothèque professionnelle comme la Bibliothèque nationale de France – de modems pour les encourager à travailler en réseau. À vrai dire, ils n’avaient pas beaucoup utilisé cela pour des raisons que je n’ai pas le temps d’exposer, mais que nous avons, par la suite, beaucoup analysées.

27En 1993, le plao (Poste de lecture assistée par ordinateur) existait sous une forme de prototype industriel – il existe toujours – et le cnrs qui, en la personne de Jean-Louis Lebrave, directeur du département shs du cnrs, m’a proposé de créer une expérimentation sur une dizaine ou une quinzaine de laboratoires du cnrs, d’utilisation de ce poste de lecture assisté par ordinateur en commun, comme outil coopératif, pour essayer de le faire fonctionner en réseau. Pour des raisons qui n’ont pas grand-chose à voir avec la science, Jean-Louis Lebrave a tout à coup quitté la direction du cnrs ; cette convention qui était pratiquement signée a été interrompue, et cette expérimentation n’a malheureusement pas eu lieu. Ce qui est très dommage parce que, alors, l’accès public à l’Internet existait, et l’on aurait pu passer au stade suivant. Nous avons donc lancé un nouveau projet qui s’appelait open (Outil personnalisable d’édition numérique), qui devait donner lieu à ce que je vais vous présenter maintenant comme un concept qui me paraît être plus que jamais d’actualité, à savoir le concept de « sociétés d’auteurs ».

28Ce matin, nous avons beaucoup évoqué Google et les moteurs de recherche. Tous les gens qui ont une pratique professionnelle de la lecture scientifique, dans les humanités ou d’une manière ou d’une autre, et qui utilisent l’Internet sont toujours étonnés de tout ce qu’ils trouvent avec les moteurs de recherche, aussi « mal foutus » qu’ils puissent être, avec des démarches très pragmatiques et en pestant toujours sur le bruit infernal que cela donne, les âneries que l’on peut y trouver. Mais si ces moteurs de recherche n’existaient pas, il y a plein de choses que je ne pourrais pas faire aujourd’hui. Cependant, je me dis toujours que ces moteurs de recherche ne sont pas bien conçus du tout, qu’il n’y a pas de théorie derrière cela – il y a des démarches très pragmatiques, très technologiques. Pourtant, des laboratoires entiers de linguistique computationnelle travaillent à développer ces systèmes, mais avec une espèce d’absence de théorie critique et de critique de leurs axiomes, qui est tout à fait sidérante, et qui pose un grave problème, d’autant que, à mon avis, cette absence de débat et de confrontation tient au fait que ces technologies de navigation sont devenues un fantastique « fromage » économique, et que l’on n’a aucune envie de le laisser revenir dans l’affaire de ce qu’on appelait auparavant les clercs, dont la bibliothèque était le lieu de travail depuis au moins le lycée d’Aristote et Alexandrie.

29Je crois que les systèmes de notation électronique ou de lecture assistée par ordinateur pourraient évoluer, surtout qu’ils ont été conçus précisément sur des bases que nous avons aujourd’hui en sgml et à présent en xml. Ce sont des bases coopératives, avec des outils coopératifs pouvant évoluer vers des systèmes de qualification de l’information coopératifs, qui permettraient que des moteurs de recherche se développent et qu’ils soient développés par la communauté même des lecteurs.

30La possibilité technologique de réaliser ce genre de dispositif existe aujourd’hui. Cela suppose de créer des réseaux administrés avec des autorités qui régulent non pas des débats ou des chats, mais qui qualifient des annotations. Quand j’ai quitté l’université de Compiègne, en 1996, pour aller à la direction de l’ina, j’étais en train de mettre en place un tel système pour mon propre laboratoire, costech. Il rassemblait une trentaine de chercheurs, dont des thésards évidemment, et je proposais qu’on l’utilise pour que les thésards lisent de la littérature que je n’ai pas le temps de lire – vous savez bien qu’un directeur de recherche utilise les thésards pour lire à sa place ! – et une équipe de recherche, c’est une division du travail. On fait équipe parce qu’on ne peut pas tout faire. Donc, on travaille avec d’autres auxquels, soit on délègue une activité en tant qu’ils sont nos élèves, nos étudiants, soit auxquels on fait confiance en tant qu’ils sont nos collègues parce qu’on a toutes raisons de penser – puisqu’ils ont été qualifiés par une liste de qualification, puisqu’ils sont publiés par des revues à comités de lecture – qu’ils sont fondés à dire ce qu’ils disent. Nous savons aussi comment, précisément, les directeurs de thèse peuvent s’approprier le travail de leurs étudiants en étant nettement moins brillants qu’eux et en s’appropriant leur travail, sans signaler leurs sources...

31J’avais donc imaginé un système consistant à établir une traçabilité du travail intellectuel collectif et, pour cela, à utiliser des systèmes de notation électronique où l’on pourrait partager des langages d’annotations communs qui pourraient varier selon que l’on est historien, géographe, physicien, mathématicien, logicien, etc. Le plao de la BnF avait été conçu comme cela, de manière à évoluer selon les disciplines, avec un protocole d’annotations commun, afin de pouvoir reconstituer la genèse d’un concept dans un laboratoire à travers toutes les sources primaires informationnelles qui ont permis au départ d’élaborer ce concept. Je ne vais pas vous exposer les conditions techniques dans lesquelles ceci peut se réaliser car cela prendrait beaucoup trop de temps et ce n’est pas l’objet, mais je soutiens qu’il est tout à fait possible, aujourd’hui, de réaliser ce genre de choses. Cela suppose de développer un concept que j’ai constitué avec mon ami et collègue Bruno Bachimont, qui est le concept de « sémantique située ». Nous parlions de sémantique située comme on parle de cognition située dans les sciences cognitives. Il y a des gens qui étudient les processus de cognition en étudiant le contexte cognitif matériel dans lequel on élabore la connaissance. Nous parlions avec Bachimont de sémantique située au sens où – et c’est là que je vais faire référence à ce que disait Claire Dartois ce matin – nous lisons toujours à travers des catégories de lectures, conscientes ou non, qui peuvent s’objectiver dans les bibliothèques sous la forme de cotes, par exemple, ou de listes d’autorités, etc., et l’histoire du savoir, c’est avant tout l’histoire d’une lutte qui se produit pour le contrôle des listes d’autorité. Si, par exemple, vous regardez ce qui se passe au Moyen Âge avec Thomas d’Aquin et tout ce qui suit (Thomas d’Aquin autour d’Aristote), vous observez une lutte qui se produit pour le contrôle du thesaurus aristotélicien, le contrôle des autorités. Et, en fait, si vous regardez de près ce qui se passe, en particulier dans la philosophie – et c’est vrai dans toutes les pratiques intellectuelles et scientifiques rigoureuses –, ce sont essentiellement des guerres terminologiques qui peuvent tourner à la scolastique, etc.

32Qu’est-ce que nous vivons en ce moment ? Nous vivons une appropriation industrielle de ces enjeux guerriers de la guerre terminologique et un détournement des enjeux de cette guerre terminologique pour en faire non plus un conflit intellectuel à vocation universelle, mais une guerre des esprits pour prendre le contrôle de ces esprits et développer essentiellement de la plus-value.

33Je ne suis pas un hégélien, mais je partage le point de vue de Hegel quand il dit que la philosophie n’a pas à être édifiante, et c’est une réalité par rapport à laquelle je ne veux pas tenir un discours édifiant. Il en va ainsi au fil des siècles et des millénaires, Marx l’a montré : toutes les activités sont appelées à se marchandiser d’une certaine manière. Marx dit que cette marchandisation peut conduire à un renversement de tendance, on peut en discuter, mais je partage ce point de vue – à certains égards en tout cas. En tout état de cause, ce devenir marchand de toutes choses est le destin inscrit depuis la naissance du capitalisme, c’est-à-dire il y a très longtemps et Marx avait, dès le xixe siècle, identifié que l’étape suivante serait la marchandisation du savoir dans les fondements de l’économie politique.

34Il ne sert strictement à rien de dénoncer ces choses-là. Ce qu’il faut, c’est en tirer des conséquences. Les conséquences, consistent en ce que le savoir a des dimensions instrumentales, ce que, très souvent, les scientifiques ou les philosophes ont parfaitement négligé. Ces dimensions instrumentales sont devenues visibles au xxe siècle, et surtout maintenant au xxie siècle, du fait que l’industrie a investi dedans et les a symbolisées en faisant des machines. Mais elles ne sont pas du tout nouvelles. Dans la philosophie, par exemple, il y a un alphabet, il y a toute une dimension instrumentale qui existe, mais elle n’est pas sous le contrôle de l’industrie, elle n’est pas formalisée par l’informatique, par exemple. Cela étant dit, cette dimension instrumentale donne lieu à des dispositifs de production de concepts, sous la forme par exemple de listes d’autorité ou d’autres, et donne lieu à des conflits.

35Je crois qu’aujourd’hui, la communauté que j’appelle de ce mot précieux, « sapientielle », pour ne pas dire scientifique, philosophique, littéraire, devrait absolument essayer de réfléchir à une autre « luterie », une autre organologie intellectuelle, au développement de nouveaux outils qui ne soient pas forcément conçus seulement selon les standards produits par l’industrie de l’information qui, elle, ne travaille forcément que pour ses intérêts propres et immédiats et à court terme, sous la pression de ses actionnaires.

36Cela veut dire qu’il est très important qu’aujourd’hui une communauté de lecteurs et d’auteurs – je dis auteur parce que pour moi un lecteur écrit, et en tant qu’il écrit, il a une certaine autorité – puisse transmettre ses annotations à d’autres, via un système d’annotation par exemple, qu’il participe à la production de l’autorité et donc à la réalisation des listes d’autorité qui deviennent aujourd’hui les systèmes de moteurs de recherche par le développement d’un tel dispositif. Il y aurait alors la possibilité de développer une alternative à l’entropie du savoir réalisée par les industries de l’information.

37Je concluerai en disant que les bibliothèques devraient jouer un rôle très important dans cette perspective, ce qui suppose une mise en réseau avec des têtes de réseau, et ces têtes de réseau ne peuvent être que des bibliothèques, universitaires, municipales, centrales de prêt, nationales, ou des bibliothèques non publiques, mais qui sont des centres de documentation spécialisés, par exemple l’Institut Pasteur, l’ircam. Ce sont des communautés de lecteurs. Or, ce sont eux qui apportent la valeur ajoutée à la recherche d’information ; ce sont eux qui transforment l’information en concepts, dans la mesure où un concept est la mise en œuvre d’une grille d’interprétation. Le problème avec Google et les moteurs de recherche, c’est qu’il y a une grille d’interprétation derrière, mais elle est occulte, elle ne se présente absolument pas comme une grille d’interprétation et elle devient un état de fait, un état de nature quasiment : c’est la grille d’interprétation produite par l’ordinateur.

38Voilà la proposition que je voulais avancer pour participer à cette table ronde : les bibliothèques pourraient être des lieux de développement d’une instrumentalité renouvelée de la lecture aujourd’hui, au début du xxie siècle.

39Gérald Grunberg : Merci, Bernard Stiegler. Je crois que nous aurons l’occasion de revenir sur la machine à lire et à écrire, comme sur la question de la capacité des bibliothèques à créer de nouveaux protocoles comme signes du nouveau contrat social de lecture. On va prendre un peu de hauteur, du moins géographique, avec Dominique Arot, pour un panorama sur l’actualité aujourd’hui dans les bibliothèques publiques de notre pays.

Dominique Arot, secrétaire général, Conseil supérieur des bibliothèques

40Merci. Je ne sais pas si je vais prendre de la hauteur, c’est peut-être une question de point de vue d’observation, mais je vais revenir à des considérations plus terre à terre, d’une certaine manière, en observant un certain nombre de traits dominants des bibliothèques françaises. Mes origines orléanaises me conduiront à citer d’emblée Charles Péguy : « Homère est nouveau ce matin et rien n’est peut-être aussi vieux que le journal d’aujourd’hui. »

41Autant dire qu’il n’est pas inutile, dans le cadre de cette table ronde, comme les deux premiers orateurs l’ont déjà entrepris, de s’interroger sur le concept même d’actualité, mais aussi sur le rapport des bibliothèques au temps, que ce temps soit celui de la mémoire, lointaine ou immédiate, ou que ce soit le temps de la diffusion présente, et nous retrouvons là les manifestations du dilemme entre passé et présent qu’évoquait ce matin Claire Dartois.

42Il ne serait sans doute pas inutile, en outre, comme déjà plusieurs intervenants y ont fait allusion, d’évoquer quelques éléments de contexte. Comment retrouver aujourd’hui dans une librairie un livre édité depuis plus de six mois ? Quel recul critique possible à l’heure des radios et des télévisions d’information en continu ou des flux incessants et innombrables de l’Internet et, dernier avatar, des journaux sans journalistes ? Quelle validation envisageable d’une information susceptible de manipulation pour devenir plus technique et plus professionnelle, qu’est l’archivage du Web et des revues électroniques ? Quelle mise en ordre de l’information ? Il est intéressant de noter que, dans les bibliothèques, on parle aujourd’hui de plus en plus de temps réel, de mise à jour, de temps de réponse, voire de temps différé, comme le disait Bernard Stiegler à l’instant.

43Dans ce contexte, faut-il concevoir la bibliothèque comme un dispositif technique entièrement centré vers la satisfaction la plus efficace, la plus rapide des besoins documentaires des publics ? Nous savons qu’aujourd’hui, l’impératif de la bibliothèque publique est à la fois de constituer des collections propres, mais aussi de savoir comment recourir infailliblement à toute ressource documentaire, en dehors de la bibliothèque comme à l’intérieur, dans une logique de juste à temps. Et, d’un autre côté, faut-il, pour autant, abandonner l’idée d’une bibliothèque qui ne soit pas uniquement préoccupée de la demande immédiate, qui ne soit pas pensée comme une proposition intellectuelle et encyclopédique sur le long terme, et l’on a vu ce matin à quel point il fallait se défier du slogan de l’encyclopédisme ? Une bibliothèque qui restitue aux questions qu’on lui pose la profondeur de champ que lui autorise sa fonction de mémoire, une bibliothèque qui ne renonce pas à l’approfondissement, à la confrontation des points de vue, à la complexité, voire à la lenteur. Une bibliothèque qui, par la simple décantation de l’actualité, soit à même de reconstruire des hiérarchies au milieu des événements, une bibliothèque qui produise du sens et qui fasse – et, à notre époque, c’est une chose importante – la juste part de l’émotion et de la raison.

44Il est vrai que le tempo de notre société est de plus en plus celui de l’urgence. Certes, l’urgence existe dans le monde de la documentation, que l’on parle de documentation médicale, d’intelligence économique ou des travaux d’un certain nombre de laboratoires de recherche. Mais ce paradigme de l’urgence documentaire, qui demeure attaché à quelques institutions, à quelques champs d’activité, doit-il être imposé à toutes les catégories de bibliothèques et à tous leurs lecteurs ? Le mode d’approche et d’appropriation des lecteurs doit-il être uniquement celui de l’urgence ?

45Ceci ne veut pas dire que les bibliothèques ne soient pas capables d’adaptation, ce que les Allemands appellent la Beweglichkeit, cette vivacité, cette rapidité d’adaptation. Je crois que les bibliothèques, et en particulier les bibliothèques publiques françaises, ont fait la preuve et font la preuve quotidiennement de leurs capacités d’écoute de la société et de leurs capacités d’adaptation.

46J’ajouterai que les bibliothèques elles-mêmes ne font pas l’actualité. On pourrait dire aujourd’hui qu’elles demeurent moins médiatiques que d’autres institutions et que, pour exister de ce point de vue au sein de leur collectivité, de leur environnement, voici qu’elles sont contraintes à organiser une noria d’événements qui ne relèvent pas toujours entièrement de leur mission prioritaire. Je prendrai cet exemple sans aucune préoccupation polémique. On parle parfois plus, dans la presse, du cycle de mélodies françaises de la Bibliothèque nationale de France que des milliers de lecteurs qui y travaillent chaque jour. En lisant un journal du soir, il y a quelques heures, j’apprenais que la ville de Lyon envisageait de se doter d’un directeur de l’événementiel...

47La tentation est forte, dans ces conditions, d’assigner à la bibliothèque une mission d’anachronisme salutaire, mais au risque de la placer définitivement à l’écart de la cité, en ignorant les besoins, les pratiques des différents publics. Mais sans aller jusqu’à cet excès, j’ai la conviction, comme la plupart d’entre vous, que la bibliothèque publique est une institution qui peut aider nos contemporains à conserver une relation plus riche et plus complexe avec un temps qui ne se trouve pas réduit à la seule modalité du présent et dans son acception la plus urgente – je vous renvoie au témoignage de cette documentaliste, qui parlait ce matin d’enfants qui, face à des sources imprimées, disent que cela prend trop de temps ; c’est une institution qui doit permettre à chacun de penser son origine et son avenir, une institution qui contribue à former une véritable communauté de citoyens, qui soit bien plus que l’addition de demandes singulières immédiates et dans l’urgence. D’où toute cette question de l’entre-nous, du nouveau contrat social, du nous dont parlait Robert Damien et, à l’instant, Bernard Stiegler. Où se situe la bibliothèque, entre la consommation d’informations et la construction du savoir ?

48On pourrait s’interroger sur un premier point : est-ce qu’il y a eu, en vingt-cinq ans, une accélération des procédures bibliothéconomiques, un raccourcissement de ce circuit du document dont la longueur et la complexité rendaient problématique la relation des bibliothèques à l’actualité et à la nouveauté éditoriale ? Les bibliothèques ont-elles mis en place des services qui garantiraient à leur public une sorte de prise constante sur l’actualité, qui permettraient de construire une bibliothéconomie de l’éphémère ? La généralisation de l’usage des outils informatiques dans la gestion des établissements, certains dispositifs coopératifs – on a parlé des consortiums, par exemple, ce matin – constituent les premiers éléments de réponse à une question qui demanderait beaucoup plus de temps pour être approfondie.

49Mais pour donner un tour plus concret à notre réflexion de cet après-midi, pour l’ancrer davantage dans le réel, j’ai choisi d’examiner les moyens et les services mobilisés par les bibliothèques publiques françaises pour s’ouvrir à l’actualité. Pour ce faire, j’ai tout d’abord considéré sous cet angle les réalisations et les projets des douze bibliothèques municipales à vocation régionale construites ou en cours de construction, huit équipements en fonctionnement (Châlon-en-Champagne, La Rochelle, Limoges, Montpellier, Nice, Lorient, Poitiers, Troyes) et quatre en cours de réalisation (Marseille, Reims, Rennes et Toulouse). On me pardonnera d’un point de vue scientifique le caractère très hétérogène de cet échantillon puisqu’il réunit à la fois des établissements de taille inégale, tout en rapprochant des équipements achevés et des projets en cours.

50On peut considérer par exemple, le nombre de titres de périodiques vivants que constitue un premier élément d’analyse : si l’on prend en compte la norme suggérée par la direction du Livre et de la Lecture – norme sur laquelle nous avions travaillé dans le passé avec Gérald Grunberg, pour un ouvrage qui fait encore aujourd’hui autorité – elle est d’un abonnement pour 220 lecteurs je constate donc que quatre bmvr sur douze atteignent ou dépassent légèrement ce ratio, sachant qu’il faut envisager bien sûr la question des périodiques d’une manière peut-être nouvelle aujourd’hui, compte tenu de l’offre de périodiques. Mais c’est malgré tout un élément de réflexion intéressant.

51Un autre élément de réflexion pourrait être fourni par le nombre de postes multimédias présents dans les espaces, dans les réalisations existantes comme dans les projets. Ce critère nous paraît intéressant à prendre en compte puisqu’il permet de considérer à la fois l’accès à l’Internet, mais aussi la consultation de sources d’actualité sur cédérom. Nous arrivons à un chiffre moyen de 73 postes qui, en fait, dissimule un écart entre 16 postes dans le cas le moins favorable et 250 postes dans le projet le plus ambitieux.

52Continuons dans ce registre concret avec les horaires d’ouverture des équipements : la moyenne est de 41,30 heures, c’est-à-dire bien au-delà de la moyenne des bibliothèques municipales françaises, qui est d’environ 19 heures, et un peu en deçà de la moyenne des bibliothèques universitaires françaises, qui tourne autour de 55 heures. Là aussi, il faut mesurer un écart qui va de 32 heures pour l’équipement le moins ouvert, déjà en service, à 60 heures pour un équipement qui n’a pas encore ouvert ses portes. La Bpi n’a peut-être pas, de ce point de vue-là, totalement fait école.

53Enfin, toujours pour les bmvr, j’ai examiné le ratio en places assises pour 1 000 habitants : la moyenne nationale, toutes bibliothèques municipales confondues, observée par la dll, est de 4,1 places pour 1 000 habitants et la moyenne des bmvr se situe autour de 3,6 avec un écart qui va de 1,6 à 7,1.

54J’ai poursuivi cet examen des initiatives des projets des bmvr, mais, cette fois-ci, à travers leurs services en ligne. À ce jour, dix bibliothèques sur douze proposent, dans des proportions inégales et selon des cheminements différents, des informations sur la Toile. Pour tout dire, seulement deux, voire trois établissements, offrent un service qui pourrait être qualifié de bibliothèque numérique ou, en tout cas, constituer les bases d’une bibliothèque numérique. On trouvera sur un des sites une sélection substantielle de liens et sur un autre, un ensemble de contenus qui va au-delà de la seule consultation du catalogue.

55Le dernier site qui vient d’être mis en ligne, est celui d’Orléans, je n’ai pas pu le consulter, dans la mesure où le site trouvait mon navigateur trop peu en rapport avec l’actualité, mais c’était il y a quelques heures et je souhaite longue vie et plein de succès à ce site orléanais qui est certainement très riche, mais que je n’ai pas pu observer !

56Même si les points et les données que j’ai observés ne rendent compte que d’une partie des services développés par les établissements dans cette relation avec l’actualité, le bilan que je dresse ici ne semble pas complètement en rapport avec le montant des investissements en jeu et avec les objectifs affichés d’innovation, de mise en réseau à l’échelle d’une région. Cependant, nous savons que le domaine des ressources sur l’Internet est très mouvant et que ce qui est vrai aujourd’hui ne sera peut-être plus totalement vrai, je le souhaite, dans une quinzaine de jours ou dans quelques mois. Si nous étendons notre réflexion à l’ensemble des bibliothèques municipales françaises, il nous faut souligner que leur relation à l’actualité peut se concrétiser de bien d’autres manières. La place croissante des débats d’actualité, des rencontres avec les auteurs français ou étrangers, les expositions sont autant d’occasions de porter un regard sur l’actualité tout en suscitant la réflexion et la mise à distance critique.

57Il est un point particulier que je n’ai pas pu étudier, à la fois faute de temps et de données facilement accessibles, c’est celui de la coopération des bibliothèques avec leurs médias régionaux, qu’il s’agisse de la presse quotidienne régionale, les radios ou les télévisions régionales. En laissant de côté la question de dépôt légal imprimeur, qui est effectivement un élément de relation avec la presse quotidienne, il serait, sur ce thème de la mémoire de l’actualité, tout à fait riche d’enseignements d’examiner les partenariats entre un grand quotidien régional et une bibliothèque municipale, Le Progrès et la bibliothèque municipale de Lyon par exemple, ou les relations nouées par France 3 Aquitaine avec la bibliothèque municipale de Bordeaux.

58Cet aperçu, qui est limité à la seule catégorie des douze bibliothèques municipales à vocation régionale, ne peut, bien sûr, rendre compte de la diversité des initiatives qui sont prises par de très nombreuses bibliothèques municipales. J’ai pu d’ailleurs remarquer, en faisant quelques sondages de façon régulière, que ce n’est pas complètement lié à la taille de l’établissement, et que, bien souvent, dans une région, des bibliothèques de taille plus modeste, de taille moyenne, sont plus réactives que certaines grandes bibliothèques, sur ces domaines, en particulier celui de la constitution de sites Web vraiment consistants. Il y a peut-être des questions de mobilité, de rapidité d’adaptation parfois plus simples à résoudre dans des établissements de plus petite taille.

59J’ai poursuivi mon investigation cette fois-ci du côté des bibliothèques départementales. On sait quelle dynamique a représenté, pour la plupart de ces établissements, la décentralisation. Il s’agit de bibliothèques têtes de réseaux à l’intérieur d’un département et de bibliothèques qui n’accueillent pas directement du public. Au-delà des missions communes à tous les types de bibliothèques, leur rapport à l’actualité ne peut donc pas être analysé exactement dans les mêmes termes que pour les bibliothèques municipales.

60Les statistiques 1999 de la dll – les statistiques 2000 viennent de paraître, mais il n’y a que quelques jours – nous apprennent que les bdp possèdent plus de 10 000 abonnements de périodiques, soit un périodique pour 2 500 habitants. La bdp qui compte le moins d’abonnements reçoit 246 périodiques, celle qui en compte le plus reçoit 977 périodiques. Ce sont des chiffres à accueillir avec précaution puisqu’ils ne peuvent prendre en compte les propres abonnements des bibliothèques de chaque réseau départemental et il faudrait ajouter à ces données des informations qui sont parfois plus malaisées à réunir et à confronter concernant les cédéroms de presse, les accès à l’Internet, les abonnements à des banques de données, aussi bien pour les bdp elles-mêmes que pour les bibliothèques de leurs réseaux.

61L’analyse des informations qui sont proposées par les 30 bibliothèques départementales présentes aujourd’hui sur le Web (sur 97) est sans doute plus révélatrice. Je me suis livré à cette enquête il y a à peu près une semaine, à partir des adresses recensées sur le site tout à fait excellent de l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt.

62Première surprise, seulement 30 bibliothèques départementales sur 97 sont présentes sur le Web, alors même que ce type d’outil paraît tellement indispensable et si bien adapté à des bibliothèques travaillant en réseau. Ces 30 bdp présentes sur le Web poursuivent un triple objectif :

  • D’une part, communiquer avec les responsables des bibliothèques de leur réseau.
  • D’autre part, informer les lecteurs de leur territoire.
  • Et enfin, s’insérer d’une manière plus globale dans l’offre d’information du conseil général et de ses différents services.

6323 bdp sur 30 sont accessibles à travers le site officiel du département, ce qui n’est pas complètement un hasard.

64Pour approfondir notre thème d’aujourd’hui, Les bibliothèques et l’actualité, j’ai choisi d’analyser ces sites sur quatre points : les pages des bdp proposent-elles une rubrique d’actualité ? Peut-on y trouver des informations sur les nouveautés de l’édition par exemple ? Ces sites offrent-ils une sélection de liens ? Peut-on y trouver des liens avec des sites de presse, voire des listes d’abonnements ?

  • Les rubriques d’actualité tout d’abord. 13 bdp sur 30 proposent ce type d’information, qui porte le titre d’agenda, de bulletin de liaison, de quoi de neuf ? ou tout simplement d’actualité. J’ai d’ailleurs trouvé une rubrique vide qui mentionnait : « il n’y a pas d’actualité », ce qui nous renverrait de manière lapidaire à un autre débat de fond.
  • 8 sites sur 30 nous présentent les nouveautés de l’édition. 9 bdp sur 30 proposent des listes généralement brèves et pour l’essentiel centrées sur les bibliothèques. Les bibliothécaires parlent aux bibliothécaires.
  • Aucun site ne pointe sur les signets de la BnF ou sur les services de la Bpi.
  • Dernier point enfin, aucun site ne propose de lien vers un site de presse, et un seul met en ligne une liste d’abonnements.

65Loin de moi l’idée de distribuer des bons et des mauvais points. Nous savons à quel point tout cela fait l’objet d’évolutions rapides, mais je crois que de dresser des panoramas réalistes et sans complaisance constitue aussi un des devoirs du Conseil supérieur des bibliothèques, puisque les bibliothèques sont une pièce centrale de l’entrée dans la société de l’information. Le constat paraît, hélas, un peu amer si je me reporte au discours volontariste sur lequel s’ouvrait notre rapport de 1996-1997, sous la responsabilité de notre président, Jean-Claude Groshens.

66Peut-être faut-il, à ce stade, explorer les obstacles qui se dressent devant nous : déficit de formation, obstacles budgétaires, techniques, juridiques, disparités territoriales, renouvellement insuffisant de notre culture professionnelle, mais il est certain que toutes ces choses appellent véritablement réaction et réflexion.

67Je conclurai rapidement sur deux observations :

  • La première concerne le déficit de coopération des bibliothèques françaises et, tout particulièrement, des bibliothèques publiques. Face à la masse des informations disponibles, face à la difficulté de mise en ordre, de validation, d’archivage de ces informations, face aussi au coût de l’information périodique, il est difficile de comprendre que les bibliothèques publiques partagent si peu d’expertise entre elles ; le travail des unes profite encore beaucoup trop peu aux autres.
  • La seconde observation sera corollaire de la première : comment expliquer que les innovations, les expérimentations conduites par la Bpi – j’en cite quelques-unes à la fois avec enthousiasme et avec gratitude : les horaires d’ouverture, l’importance des collections en libre accès, les services didactiques, les services de renseignement à distance, l’accueil des personnes handicapées, les dossiers de presse, les débats et les manifestations, l’analyse régulière des publics et de leur comportement –, comment toutes ces innovations, ces expériences réussies mettent-elles tant de temps à diffuser leurs bienfaits parmi les bibliothèques françaises ?

68La Bpi a ouvert son laboratoire de langues en février 1977 et combien de temps a-t-il fallu attendre pour qu’une bibliothèque municipale fasse de même ? La salle destinée aux personnes aveugles ou mal voyantes a été inaugurée en avril 1988. Qui, après Bordeaux, après Montpellier et quelques établissements, poursuivra cet effort ? Je ne veux prendre que ces deux exemples.

69Il me semble bien qu’autour de ce thème du traitement de l’actualité, entre autres, un réseau se construise et s’amplifie autour de la Bpi car vraiment l’utopie féconde des bibliothèques publiques, dans le sillage de l’aventure de la Bpi, aura été et sera de s’efforcer d’être des institutions au plein cœur de leur époque sans jamais renoncer aux exigences de validation et de mise en perspective de l’information et de constitution de ce que, à l’instant, Bernard Stiegler appelait des grilles d’interprétation.

70Gérald Grunberg : Merci, Dominique Arot. Je rappelle encore une fois pour les amis qui nous ont rejoint, que nous aurons l’occasion de reparler de tout cela dans un cadre beaucoup plus resserré, à savoir une journée d’étude que nous vous proposerons sur des projets coopératifs sur lesquels nous sommes en train de travailler. C’est pour cette raison aussi que nous n’avons pas souhaité, aujourd’hui, profiter de la tribune pour présenter ces projets, d’une part parce qu’ils ne sont pas encore aboutis, d’autre part pour laisser le plus de place possible à l’ensemble des questions et des interrogations. Patrick Bazin, à Lyon, comment se posent ces questions ?

Patrick Bazin, directeur de la bibliothèque municipale de Lyon

La bibliothèque publique à la recherche de son actualité

71Permettez-moi, d’abord, de remercier la Bpi pour son invitation. J’ai envie de renchérir sur ce qu’a dit Dominique Arot : la Bpi représente bien un mythe devenu une réalité tangible, dans laquelle on a toujours plaisir à se retrouver. Je suis personnellement très heureux que la belle utopie que j’ai connue encore dans les limbes, il y plus de vingt-cinq ans, ait réussi et se poursuive. Elle continue à être pour nous un exemple à suivre.

72Par ailleurs, je suis très heureux d’être aux côtés de Bernard Stiegler. En me rappelant ce qu’il a fait, il y a douze ou treize ans, dans le cadre de la préfiguration de la BnF, autour des nouvelles technologies et de leur rapport aux bibliothèques, je remarque avec une certaine stupéfaction que ses questionnements de l’époque, auxquels j’ai eu la chance de participer, sont toujours extrêmement valables. Je me disais moi-même, parfois, que nous étions peut-être dans l’utopie la plus délirante : ce que nous racontions avait-il véritablement un rapport avec la réalité et avec ce qu’il fallait faire ? Les objectifs que nous voyions se dessiner étaient-ils de vrais objectifs ? Ne valait-il pas mieux se consacrer à une bonne bibliothéconomie classique ? Or, je me rends compte, avec plaisir, que les orientations de l’époque nourrissent encore nos actions et nos motivations d’aujourd’hui.

73La question de l’actualité n’aura cessé de sous-tendre, depuis trente ans, l’extraordinaire floraison des bibliothèque françaises. Ainsi, dès 1972, la toute nouvelle Bibliothèque de la Part-Dieu, soucieuse d’attirer le grand public ouvrait une salle « d’information générale » exclusivement consacrée à la presse d’actualité et aux « quick references » à l’anglo-saxonne, ainsi qu’à un tour d’horizon rapide, régulièrement mis à jour, de l’état des connaissances. Trois ans plus tard, tournant le dos à la tradition érudite des fonds locaux, elle créait la première salle de « documentation » régionale centrée sur l’actualité vivante de Rhône-Alpes. Bien d’autres bibliothèques ont suivi cette voie, à commencer par la Bpi qui aura fait figure d’exemple et de laboratoire.

74Durant ce qui fut leurs trente glorieuses les bibliothèques françaises auront étroitement associé à la recherche d’un public toujours plus large le souci d’une grande réactivité à l’actualité – celle de l’édition, bien sûr (mettre les ouvrages et les magazines le plus vite possible en rayons), mais aussi celle des nouvelles formes d’inscription et d’accès jusqu’à récemment l’Internet, en passant par l’empilement successif des discothèques, vidéothèques, logithèques et autres « thèques ». En pleine période de démocratisation culturelle et d’essor de la société de consommation, elles auront très logiquement fondé leur renouveau sur la puissante attractivité d’une actualité dont la vertu est d’être commune à tous, unificatrice, et sur son corollaire, la recherche de la nouveauté, synonyme d’amélioration du service. Permettre à tous d’être en prise sur l’actualité pour avancer d’un même pas dans l’appropriation d’un savoir commun, actualiser le savoir pour l’élargir, rendre autonomes les lecteurs (avec le développement du prêt et de l’accès direct), répondre à la demande de ce qui allait devenir des usagers, voire des clients, à leurs préoccupations du moment, évaluer l’impact des services rendus pour mieux les ajuster, tels seront les vecteurs d’un passage massif, confirmé par les vertigineux volumes de prêts et de fréquentation, du stade artisanal de la lecture publique à son ère industrielle.

75L’histoire récente des bibliothèques publiques s’est donc largement jouée sur le front de l’actualité, au sens d’une ligne de front progressant par accumulation de vagues successives, soucieuse de ne pas se laisser rattraper par les pesanteurs d’un passéisme qui lui collait naguère à la peau. La maîtrise progressive de l’actualité conditionnait à l’évidence l’extension du domaine de la bibliothèque. Aujourd’hui, cependant, il n’est pas dit que cette marche en avant n’ait pas trouvé ses limites et qu’un nouveau rapport tant à l’actualité qu’à la mémoire et au savoir lui-même ne soit pas à inventer.

76Un symptôme parmi d’autres doit nous alerter : la difficulté croissante des bibliothèques publiques à gagner et surtout à fidéliser les actifs, ceux-là mêmes qui pourtant, parce qu’ils sont sortis du cadre prescriptif de l’école et de l’université, devraient trouver dans les bibliothèques publiques le support idéal à une actualisation libre de leurs connaissances tout au long de la vie. Paradoxalement, cette défection semble d’autant plus marquée que l’environnement socioculturel est porteur : par exemple, la bm de Lyon, située dans une grande métropole à haut niveau de vie et regorgeant de possibilités en tous genres, ne touche que 13 % des catégories actives contre 26 % des moins de 30 ans et 41 % de 12-14 ans. En réalité tout se passe comme si, malgré les efforts déployés, les bibliothèques n’avaient pas su pleinement démontrer leur capacité à être au cœur de la nouvelle société du savoir que nous voyons émerger autour de nous, alors même qu’elles semblaient y être prédisposées historiquement et par nature. Comme si, pendant que les bibliothèques tentaient de rattraper le train d’une certaine modernité lancé dès les années cinquante le cœur du problème s’était déplacé.

77De ce point de vue, le rapport des bibliothèques publiques à la révolution numérique est significatif. Logiquement, on aurait pu penser que cette révolution allait non seulement transformer les bibliothèques mais aussi les consacrer comme les opérateurs essentiels d’une société de plus en plus tournée vers l’information et la connaissance. En effet, comment ne pas constater que les fantastiques possibilités d’indexation des documents et d’accès offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication prolongent, étendent et perfectionnent le modèle bibliothécaire en fonction depuis des siècles et des siècles ? Comment ne pas se rendre compte que nous assistons en direct à la réalisation d’un vieux mythe, d’un vieux rêve : l’avènement à l’échelle de la planète d’une bibliothèque universelle ou, mieux, l’intégration de toutes les activités humaines dans une vaste bibliothèque en réseau où presque chaque acte est potentiellement enregistré, indexé, mémorisé et rendu accessible ?

78Pourtant, force est d’admettre que la majeure partie de ce mouvement de « bibliothécarisation » du monde échappe aux bibliothèques et que celles-ci restent à l’écart des principales évolutions ou, en tout cas, n’en ont pas l’initiative, qu’elles se trouvent, en quelque sorte, dépossédées d’elles-mêmes. Certes, la plupart d’entre elles utilisent l’Internet, numérisent des documents et donnent accès à des sites Web. Mais, ce faisant, elles ne se distinguent pas vraiment de beaucoup d’autres instances qui font la même chose et même mieux, et à plus grande échelle. Les grands portails, les principaux moteurs de recherche, les grands méta-index sont rarement une émanation des bibliothèques. Les protocoles d’accès et les normes de formatage, qui ne sont pourtant que les avatars modernes de nos antiques fichiers, sont définis bien loin de nos querelles internes de catalogueurs (par exemple, que vaudra demain le protocole Z 39-50 dans un monde dominé par xml ?). Quant aux meilleures bases de données, même dans leurs versions grand public, elles émanent en général d’instances qui maîtrisent les contenus (par exemple récemment l’irhtl pour les enluminures). La question n’est donc pas tant celle d’un retard mais, plus profondément, d’une possible inadéquation entre la bibliothèque et les enjeux d’aujourd’hui.

79Cette inadéquation risque, si l’on n’y prend garde, de ne pas être seulement technique mais aussi culturelle. Un article récent de Lyon Capitale consacré à la littérature aujourd’hui ne proclame-t-il pas en gros titre : « On s’écarte du fantasme de la bibliothèque », pour signaler ensuite, avec beaucoup de pertinence, d’ailleurs, l’émergence d’une « écriture au présent », qui se défie de toute « surécriture » et s’éloigne d’une tradition intellectuelle marquée par la bibliothèque. Et, de fait, cette tradition semble apparaître de plus en plus, aux yeux de ceux qui pourtant en ont été les ferments, comme un moment dépassé dans la saga de l’écriture et de la création, comme la peau racornie d’une mue en voie d’achèvement, tout juste bonne à compenser les effets de la fracture sociale. Aussi, face à la fin d’un certaine culture humaniste, faudra-t-il aux bibliothèques publiques beaucoup plus qu’une course à l’actualité de l’édition pour justifier de leur actualité.

80Si l’on devait trouver un raisonnement par l’absurde pour s’en convaincre il suffirait d’invoquer la querelle du droit de prêt et ses inconséquences. En reprochant naguère aux bibliothèques de concurrencer les librairies, que faisait-on sinon les piéger à leur propre jeu en reconnaissant justement leur aptitude à suivre l’actualité, comme les librairies, mais aussi en contestant par la même occasion leur originalité, leur apport spécifique aux pratiques de lecture ? Inversement, en refusant que soit rétribuées les pratiques de lecture propres aux bibliothèques, au nom de leur mission sociale, les bibliothécaires ne s’interdisaient-ils pas de retourner l’argument et de montrer qu’ils savaient occuper un espace de lecture tout à fait spécifique et non pas simplement une fonction de librairie gratuite ? Ce genre de malentendus illustre, me semble-t-il, la difficulté croissante qu’ont les bibliothèques à trouver leurs marques dans un contexte concurrentiel où il ne suffit plus de faire toujours plus et moins cher – au risque de faire moins bien -, mais où il devient essentiel d’offrir un service spécifique correspondant aux vrais enjeux de notre époque ?

81Mais alors, comment définir ces enjeux qui devraient mobiliser toute notre créativité de bibliothécaires ? Quelques évolutions technologiques et sociétales récentes permettent déjà de les entrevoir. D’abord, l’expansion du champ des connaissances accessibles doublée d’une réactivité accrue de tous les acteurs dans le système du savoir. Ensuite, l’interférence croissante entre les différents modes d’accès à la connaissance. Mais, aussi, la réévaluation du statut de la mémoire. Enfin, le flottement de la notion d’espace public.

82Le premier point est aujourd’hui le plus évident tant il est vrai qu’avec l’Internet et l’interactivité, l’élargissement, la complexification et la mobilité du champ des connaissances accessibles posent crûment au bibliothécaire de multiples questions sur son avenir : peut-il espérer maîtriser un espace dynamique et sans bornes où la notion de collection perd son sens ? A-t-il, d’ailleurs, plus de légitimité à le faire que beaucoup d’autres opérateurs en prise sur les contenus et appartenant aux réseaux d’usages proches de ces contenus ? Ne doit-il pas prendre son parti d’une fragmentation des usages et renoncer à un minimum de cohérence ? Peut-il, au moins, délimiter un champ qui lui serait propre dans un contexte où se brouillent les limites entre information, savoirs constitués, loisirs et vie pratique ? Comment doit-il coopérer avec des usagers déjà rompus à la navigation électronique ? Autant d’interrogations que le succès populaire des bibliothèques publiques et l’éclatement de la « bulle Internet » ne suffisent pas à calmer. Pour tenter d’y répondre le bibliothécaire doit doubler sa perspective habituelle, centrée sur la construction progressive d’une offre équilibrée et bien circonscrite, par une autre perspective, fuyante celle-là, et s’organisant autour des questionnements eux-mêmes, ou des parcours de recherche, comme autour d’autant de foyers de condensation de la connaissance en acte. Cette perspective binoculaire articulant le centre à la périphérie, le stable au mobile, le maîtrisé à l’aléatoire est une nécessité dans bien des domaines, à commencer par l’enseignement. Sa mise en œuvre représente un enjeu majeur pour les bibliothèques.

83L’interférence croissante entre les différents supports, canaux et comportements cognitifs représente un autre défi. Les bibliothèques françaises s’y préparent depuis longtemps avec les médiathèques. Cependant, il ne s’agit plus seulement, aujourd’hui, de juxtaposer des outils comme des marchandises sur des rayons, mais de les faire concourir. En outre, l’aspect comportemental et environnemental devient de plus en plus important : connaître a certes toujours été une expérience, mais souvent limitée au for intérieur du fait de sa relation forte à la lecture individuelle ; aujourd’hui cet acte tend à devenir une expérience totale mettant en jeu des dispositifs technologiques, relationnels, émotionnels, événementiels. Beaucoup d’institutions du savoir, comme les musées, l’ont compris et proposent, pour ne pas dire mettent en scène, des environnements et des événements propices à ce genre d’expérience. Il ne faudrait pas que les bibliothèques partent du principe qu’elles ne peuvent intervenir dans le même registre et se marginalisent ainsi par rapport au champ culturel contemporain, prisonnières qu’elles seraient alors d’une vision purement intériorisée et possessive du savoir. Renouveler et actualiser l’expérience même de la bibliothèque comme espace de connaissance et non pas simplement se focaliser sur l’actualité de ses collections, voilà un deuxième enjeu de taille.

84Le troisième enjeu concerne la mémoire. Autant on a pu longtemps opposer celle-ci à l’actualité et la rejeter dans une problématique purement patrimoniale, autant aujourd’hui elle imprègne les formes les plus contemporaines de la création. Il ne s’agit pas seulement d’un devoir de mémoire à connotation idéologique mais d’une sensibilité nouvelle apte à intégrer les échos du passé aux côtés de ceux de cultures géographiquement distantes. Il s’agit donc d’un nouvel espace-temps favorisé par la facilité avec laquelle, grâce, entre autres, aux nouvelles capacités de traitement de l’information, sont mis en relation des faits très éloignés les uns des autres, dans le temps ou dans l’espace, et dont la moindre trace fait signe, comme le bruit de fond de l’univers. Plus que la capacité de conservation des traces, ce qui importe, c’est l’aptitude à les faire parler et donc à les inscrire dans un contexte, dans un réseau de relations. Ce qui importe, ce sont les vertus de ce que j’appellerai la mémoire reconfigurée. C’est pourquoi les bibliothèques sont appelées à renouer avec le goût de l’archive. Mais moins dans la perspective exclusive du stockage que dans celle d’un usage quotidien. Dès lors, toutes les bibliothèques, même celles qui n’ont pas de patrimoine, sont concernées. Toutes doivent s’efforcer d’intégrer à leur activité documentaire une dimension rétrospective, non pas comme un supplément d’âme, mais comme une composante essentielle d’un savoir intelligemment actualisé.

85Quatrième enjeu : l’avenir problématique de la bibliothèque en tant qu’espace public. Non pas que cette notion ne soit plus à l’ordre du jour. Au contraire : l’idée suivant laquelle il doit exister un espace de partage, par delà les intérêts particuliers et les différences de points de vue, qui permette à tous les membres d’une société de communiquer entre eux, cette idée conditionne le projet même de bibliothèque publique et doit être sauvegardée. Cependant, d’un côté, la nouvelle économie de l’information met en difficulté la viabilité du modèle : l’appartenance de l’information électronique à une économie du flux et de l’accès entraîne une privatisation des actes de connaissance et une fragmentation des usages que masque mal la forfaitisation des coûts (lesquels sont calculés au nombre d’actes de consultations présumés). D’un autre côté, l’évolution de toutes les sociétés démocratiques vers davantage de diversité exige que soit renouvelée une conception parfois trop abstraite et trop normative de l’espace public. À trop considérer cet espace comme une sphère séparée où l’intérêt général se définirait de façon tautologique, à trop craindre que cet espace ne soit contaminé par l’économie, par la diversité des sensibilités ou par des intérêts particuliers on risque de le couper de la réalité et de lui enlever toute pertinence. C’est particulièrement vrai de la connaissance et de la culture qui, après avoir longtemps bénéficié d’un statut d’extra-territorialité, imprègnent aujourd’hui toutes les pratiques humaines et tous les secteurs d’activité dans leur grain le plus fin. Dès lors, si elles veulent continuer à jouer un rôle au service de tous, et à servir tout court, les bibliothèques doivent se rapprocher au plus près de ces pratiques et de ces secteurs, elle doivent s’insérer dans leurs réseaux et s’en inspirer pour diversifier leur offre et prendre en compte les attentes concrètes des usagers. Elles doivent apprendre à penser l’espace public comme l’entrecroisement et la mise en commun des parcours.

86La bm de Lyon, comme d’ailleurs beaucoup de bibliothèque françaises, à commencer par la Bpi, s’efforce de prendre en compte les enjeux que je viens d’esquisser. C’est dans cet esprit, par exemple, qu’elle a procédé, il y a cinq ans, à la restructuration de la Bibliothèque centrale de la Part-Dieu en un réseau de départements thématiques. L’objectif était de repositionner la bibliothèque sur les contenus en articulant autour de chaque domaine, à la fois les supports, les services, les compétences, les usages. Donner la priorité aux contenus, cela signifiait partir des attentes des lecteurs et non pas des contraintes propres à chaque technique bibliothéconomique, cela signifiait aussi accompagner chaque lecteur qui le désirait dans la recherche du bon document, de la bonne réponse et construire avec lui son parcours de recherche. Pour y parvenir, chaque département devait mobiliser autour de lui, comme autant de cordes à son arc, non seulement une offre documentaire équilibrée et toutes les techniques bibliothéconomiques habituelles, mais aussi la maîtrise de l’offre documentaire externe via l’Internet, une capacité d’initiative en matière d’animations et un réseau de partenaires extérieurs. De plus chaque département devait fonctionner sur trois registres temporels à la fois : l’actualité immédiate, la consistance documentaire à moyen terme et la profondeur patrimoniale. Les maîtres mots étaient les suivants : accompagnement des lecteurs, insertion dans des réseaux de compétences externes, participation active à la vie culturelle de la cité, réactivité à l’environnement. L’idée centrale ? Partir de la périphérie, favoriser les interactions à l’interface entre la bibliothèque et l’extérieur.

87Le bilan de cette départementalisation est largement positif. Elle a surtout permis d’échapper à la dérive techniciste d’une certaine bibliothéconomie fonctionnant pour elle-même. Elle a permis de mieux insérer la Bibliothèque de la Part-Dieu dans la vie intellectuelle et culturelle de la cité. Mais ce qui ne fut finalement qu’un réaménagement de l’existant a surtout pour effet, aujourd’hui, de révéler nos archaïsmes persistants et de nous inciter à explorer des voies nouvelles. Voici quelques-unes de ces voies :

88Il s’agit, d’abord, de l’externalisation des services. On ne peut, en effet, imaginer intervenir sur le terrain d’une offre globale de savoir tout au long de la vie sans atteindre les demandeurs, individuels ou collectifs, là où ils sont, en utilisant toutes les ressources soit d’une action délocalisée (à domicile, sur les lieux de travail), soit d’un service à distance via les réseaux de type Internet. Je n’irai pas jusqu’à parler d’un Samu du savoir, mais il ne serait pas incongru que les bibliothèques publiques se positionnent dans la cité comme les guichets auquel on s’adresse pour obtenir une aide cognitive !

89Au-delà de cette approche, la question d’une contribution directe des utilisateurs de la bibliothèque à l’enrichissement de son offre documentaire commence à se poser. En effet, une bonne partie des connaissances et des savoir-faire se trouve capitalisée dans les sites Web et les disques durs de partenaires potentiels. Plutôt que d’imaginer simplement, par le biais du dépôt légal, fixer les arrêts sur image de l’activité documentaire, à seule fin de conserver quelques jolies vues du passé, il serait plus intéressant d’impliquer les acteurs même du système dans un réseau actif où les bibliothèques joueraient le rôle de passerelles et d’indexeurs. Cette hypothèse est en contradiction avec le modèle classique de la bibliothèque sanctuaire et de l’espace public séparé, mais elle convient mieux à l’émergence d’un véritable espace de partage.

90Bien sûr, l’externalisation de la bibliothèque nécessite des efforts considérables qui dépassent certainement les possibilités de chaque établissement : des efforts technologiques pour créer des services pointus, des efforts en matière de compétences pour maîtriser les contenus et des efforts financiers afin de pouvoir bénéficier de la documentation électronique commerciale. C’est pourquoi l’âge de la coopération a véritablement sonné. Non pas une coopération qui, suivant une tendance récurrente dans les bibliothèques, consisterait à répartir les secteurs d’une « carte documentaire » en compartiments étanches, mais une coopération souple qui permettrait à chaque nœud du réseau d’inscrire son activité, éminemment spécifique et variable, dans un contexte plus large et plus riche.

91L’espace physique de la bibliothèque n’en perd pas, pour autant, son importance. On souhaiterait même qu’il gagne en magie et sache plonger les visiteurs dans une véritable expérience culturelle et mentale. Sans transformer la bibliothèque en parc à thème, il va devenir indispensable, à l’instar des musées, de repenser de fond en comble le rapport entre collections et valorisation. De même que les alignements monotones d’objets muséographiques tendent à se retirer dans les réserves au profit de parcours de découverte sans cesse renouvelés, sans doute faudra-t-il que les bibliothèques publiques apprennent à mettre l’accent non plus principalement sur l’accumulation raisonnée de documents mais sur l’aménagement de parcours de recherche mobilisant tous les dispositifs d’accès à la connaissance. Largement libérées, grâce à l’Internet, de l’obsession du stock, elles devront adapter leurs espaces à de nouvelles attentes : celle, d’abord, d’une approche résolument multimédia et interactive, mais aussi celle d’une relation à la fois sensible, expérimentale et relationnelle (socialisée) à la connaissance en acte. Elles devront également savoir renouveler sans cesse leur offre – non plus seulement par l’accumulation des nouveautés et les correctifs du désherbage, mais aussi par une reconfiguration constante des dispositifs liés aux parcours de découverte et des espaces dévolus à ces parcours.

92En conclusion, j’énoncerai ce qui apparaîtra à beaucoup comme une évidence. On ne peut pas, bien évidemment, concevoir qu’une bibliothèque publique tourne le dos à l’actualité. Celle-ci est même le biais par lequel la vie entre à la bibliothèque et vient colorer toute son activité. Mais cette actualité-là – celle de l’édition, celle de la presse – ne fait pas réellement problème, si ce n’est sous l’angle des budgets d’acquisition. Par contre – mais peut-être ne suis-je pas dans le sujet – la capacité des bibliothèques à se mettre au diapason des nouvelles attentes, des nouveaux modes de socialisation des connaissances, des nouvelles postures sociétales à l’égard du savoir continue à faire problème malgré de considérables avancées. Autrement dit, c’est de la recherche de sa propre actualité que doit continuer à se préoccuper la bibliothèque publique.

93Gérald Grunberg : Merci. Il me semble qu’au contraire, on était pleinement dans le sujet, pour chacun des trois exposés d’ailleurs, mais de manière complémentaire, par des approches venant d’observatoires différents. Je voudrais dire à Patrick Bazin qu’en ce qui concerne le nouvel espace-temps dont il parlait entre mémoire et actualité et cette sorte de mémoire reconfigurée, qui ne sont plus seulement des archives, mais un véritable dispositif de connaissances, je ne prétendrai pas du tout que la Bpi a une longueur d’avance, je rappellerai simplement qu’elle dispose d’un matériau extraordinaire : les dossiers de presse d’actualité qu’elle a constitués depuis vingt ans. C’est un matériau extraordinaire dans la mesure où ce sont de véritables documents constitués, à la différence du service qui est offert aujourd’hui par des providers qui vont chercher dans les différentes archives un peu au petit bonheur. Ces documents constitués qui font sens, qui sont la mémoire de l’actualité de ces vingt dernières années – j’ai évoqué ce matin le fait que nous étions en train de numériser ce fonds –, si on nous laisse le mettre à la disposition du public, c’est pour nous le terreau sur lequel peut se développer ce nouvel espace-temps dont vous parliez, parce que, bien évidemment, ce qui va être passionnant, c’est de mettre en liaison ce matériau avec les différents sites de presse vivante où se crée tous les jours une production originale. Je ne parle pas seulement des quotidiens, je parle véritablement de tous les sites de création que sont les sites de périodiques.

94J’ajoute autre chose – pardonnez-moi, après je ne parlerai plus de la Bpi – nous n’avons pas une longueur d’avance, mais nous avons un atout extraordinaire, c’est la contrainte que constitue notre appartenance au Centre Pompidou. Cette appartenance délimite d’emblée un champ identitaire très fort qui est la modernité de la seconde moitié du xxe siècle. Sans en dire plus aujourd’hui, je vous signale quand même que c’est sur ce terrain et dans cette direction que nous voulons construire ce dispositif de connaissances, cette mémoire reconfigurée dont vous parliez.

95Pour quitter la Bpi et revenir à toutes les questions beaucoup plus larges qui ont été abordées, vous avez la parole, que ce soit à la tribune, si l’un veut réagir sur les propos de l’autre, ou dans la salle.

96Public : On parle de nouveaux services. Il y a un point qui se fait jour dans certains ouvrages, c’est la mise à disposition au public d’hébergement, puisqu’on parlait de l’Internet. On a dit que les bibliothèques n’avaient pas pris le train ou que leur rôle était discuté sur le terrain de l’Internet : cela ne serait-il pas un moyen, si l’État mettait à disposition des centres d’hébergement au profit de la population, d’ouvrir une nouvelle brèche dans de nouveaux usages après un accès ? On parlait de lecture-écriture, ce serait peut-être un nouveau service, les bibliothèques en tant que garantes d’une expression des citoyens avec une certaine indépendance affirmée.

97Deuxième point : est-il possible d’imaginer beaucoup de nouveaux services, de nouveaux usages, de nouveaux développements si on commence à parler de fin des trente glorieuses dans un contexte où, économiquement, on n’est pas très sûr que les bibliothèques fassent des développements énormes ? Est-il facile d’imaginer de nouveaux paradigmes de développement ?

98Bernard Stiegler : Sur le premier point, je n’ai pas d’information concrète sur des expériences d’hébergement. En revanche, je trouve – c’est un avis tout à fait personnel de quelqu’un qui consulte, pour des raisons tout à fait intéressées, les sites de bibliothèques – que très peu de place est faite sur les sites Web des bibliothèques à ce que j’appellerai des essais de voies, dans le domaine de l’écriture, de l’apprentissage de l’écriture, dans la restitution de l’atelier d’écriture. On ne trouve pas forcément trace de cela sur les sites des bibliothèques et ce serait, à mon avis, une façon d’être en prise de façon très sensible avec la création telle qu’elle se fait dans le domaine littéraire ou intellectuel autour de nous. C’est une observation tout à fait fragmentaire.

99Patrick Bazin : À propos des nouveaux services liés au rapport entre lecture et écriture, j’aimerais revenir sur le programme du Poste de lecture assistée par ordinateur (plao) initié par Bernard Stiegler à la BnF dès le début des années quatre-vingt-dix, car il me semble significatif des obstacles, non pas tellement financiers mais culturels, que nous rencontrons dans l’exploitation des potentialités des ntic.

100Le plao était révolutionnaire car il ambitionnait de permettre aux usagers d’une bibliothèque de mettre en pratique lecture et écriture hypertextuelles. Mais, pour des raisons sociologiques liées au fait que la plupart des « grands lecteurs » qui participaient à la définition du prototype étaient de grands intellectuels rompus à la pratique « savante » des textes, la notion d’hypertextualité a été expérimentée dans un cadre mental et intellectuel très classique, à savoir le contexte d’un chercheur qui se constitue un corpus limité et cherche à l’épuiser de l’intérieur. Or, ce modèle, tout en demeurant valable, ne constitue pas la pierre angulaire de la révolution que nous vivons aujourd’hui – laquelle, à l’inverse, privilégie la périphérie, l’extériorité, la mise en relation, par le biais de l’Internet.

101Tout cela pour dire qu’il faudra bien qu’un jour nous réfléchissions ensemble au fait de passer un contrat avec certains « lecteurs », individus ou collectivités, ayant un rapport avec la connaissance et qui accepteraient de partager avec nous leur espaces de travails et d’information, en échange de quoi les bibliothèques pourraient effectivement jouer le rôle d’indexeurs, d’aiguilleurs. Mais non pas, à proprement parler, de sélectionneurs.

102En effet, je suis réticent à l’idée que – surtout dans l’ordre numérique – le rôle premier du bibliothécaire serait de sélectionner et non pas, plus modestement, d’indexer, c’est-à-dire de rendre accessible et de permettre la mise en relation. D’où cette idée d’une mise en réseau des lecteurs, d’une communauté de lecteurs, qui serait facilitée par la bibliothèque. Voilà ma façon de répondre à la question de l’hébergement.

103Bernard Stiegler : En écoutant l’exposé de Patrick Bazin, tout à l’heure, j’ai noté qu’il avait donné à mon expression « société d’auteurs » une autre dimension que celle à laquelle je pense, qui est celle de faire en sorte que la bibliothèque puisse recueillir finalement la trace ou la production, instancier comme acteur le lecteur, et je trouve que c’est une excellente idée qui est un peu contenue dans ce à quoi je pense et qui n’est pas ce à quoi je pense pour autant. De ce point de vue, par rapport à ce que vous disiez, oui, je pense à des choses comme cela, à condition que l’on qualifie les choses. Je pense que la bibliothèque est un lieu de qualification. Par des tas de voies. Il y a toutes sortes de bibliothèques. Là, il est question des bibliothèques publiques, il y a les bibliothèques scientifiques de laboratoires... c’est tout un circuit. Toutes ces bibliothèques devraient être en réseau et s’échanger, chacune dans leurs spécificités, non seulement des catalogues, des ouvrages, mais aussi des outils et des compétences.

104Les bibliothèques au sens très large, universitaires, nationales, publiques, municipales et de laboratoires, y compris hyperspécialisés, où vous avez tout sur la biologie moléculaire dans toutes les langues, ne sont pas tellement des lieux de stockage, mais d’organisation et de qualification.

105Je crois que la bibliothèque pourrait devenir un lieu non seulement de qualification mais de requalification, et même de réhabilitation. Je ne parle pas simplement d’un rôle social, mais je pense que nous sommes dans une période de disqualification du savoir, de déqualification et de disqualification.

106Je veux dire par là que la production verbale et plus ou moins intellectuelle, notamment médiatisée – sachant que tout laboratoire se médiatise aujourd’hui parce que, pour avoir de l’argent, il faut se médiatiser –, conduit à des dérives vulgarisantes au mauvais sens du terme, c’est-à-dire rend le langage scientifique vulgaire et le déqualifie, pour ne pas dire qu’il le disqualifie dans certaines circonstances.

107Pour enchaîner là-dessus en me tournant vers ce que vient de dire Patrick Bazin, je considère que l’indexation est une forme de sélection, c’est-à-dire qu’indexer c’est construire des critères de navigation. Or, un critère de navigation, c’est une façon de réduction, une façon d’abréviation. J’y ai travaillé pendant des années. Inévitablement, l’indexation est un phénomène de sélection, c’est lorsqu’on l’a naturalisée que cela n’apparaît plus comme un phénomène de sélection. Mais, en réalité, lorsque c’est naturalisé au niveau de la bibliothéconomie générale inscrite dans un schéma général du savoir qui, par ailleurs, est en relation avec une activité critique qui fonctionne normalement, qu’il soit naturalisé, ce n’est pas très grave. Mais quand cela devient une naturalisation qui est produite par une activité industrielle qui prend le contrôle de l’indexation et qui cherche à la naturaliser de manière absolument outrée, cela devient extrêmement grave. Dans ce sens-là, je persiste et je signe, non pas sur le fait qu’il y avait beaucoup d’humanités dans les lecteurs de la BnF, des intellectuels comme on dit. Il y avait seulement deux philosophes, Paradis et moi. Les autres étaient archéologues, philologues, poètes, traducteurs ; en revanche, il manquait un géographe et il n’y avait pas de scientifique. D’autre part, il n’y avait pas non plus de représentants des autres métiers de l’écriture, des médecins, des avocats – tous les gens qui travaillent essentiellement avec le texte –, mais cela était induit par le lieu où l’on était, cela faisait partie du souhait de la recherche.

108Ce que je veux continuer à revendiquer, en disant que je persiste et signe, c’est que la lecture classique n’est absolument pas caduque et que si quelque chose d’autre que la lecture classique est arrivé, ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas instrumenter la lecture classique et en faire une lecture ultramoderne, bien au contraire. C’est ce que j’appelais tout à l’heure le caractère inactuel ou intempestif du savoir. Je pense que rien n’est plus moderne que Socrate aujourd’hui ; il suffit de le lire un peu. Actualité extraordinaire de Socrate ! La question n’est pas de dire que la lecture classique est finie, qu’on arrive à une lecture non cursive, hypertextuelle, je ne crois pas du tout à ces choses-là. Je crois que tout cela se réticule, se complexifie et, pour préciser ma pensée sur ce que j’appelle les sociétés d’auteurs, aujourd’hui, les bibliothèques mises en réseau pourraient devenir des lieux de qualification faisant appel à des compétences qui ne seraient pas forcément les profils de ce que nous appelions les grands lecteurs de la Bibliothèque de France, mais des lecteurs capables de lire de manière critique un certain nombre de choses, de se constituer en communauté de lecteurs, y compris des professeurs, des étudiants, des gens comme cela, sur des critères qui ne sont pas des critères du monde informationnel, des médias, etc. Non pas pour dire que ces critères sont mauvais en eux-mêmes, mais c’est autre chose, et la bibliothèque est un lieu de savoir avant tout.

109Ce lieu de savoir, avant toute chose, doit être capable de constituer de l’autorité, des listes d’autorités faites par des personnes ayant de réelles accréditations non basées sur leurs capacités à entrer à la tribune du Monde ou de France Inter ou de France Info, mais, en effet, une qualification de savoir reconnue, attestée, et surtout critiquée par les pairs. Là, il y a vraiment quelque chose à faire et les bibliothèques ont une grande carte à jouer là-dessus.

110Carole Berthet (directrice de la médiathèque de Rueil-Malmaison) : La médiathèque de Rueil-Malmaison est ouverte depuis le 22 janvier 2002 et se situe dans une ville de 76 000 habitants. On l’a créée, avec un peu de prétention, en disant que c’était la maison de la Culture du xxie siècle ; c’est-à-dire la maison du Savoir, mais aussi la maison de la Culture du xxie siècle dans le sens où de nouveaux services y sont proposés.

111Elle a pour but de remplir trois missions traditionnelles :

  • D’une part, développer et dynamiser le secteur des langues : à l’heure de l’Europe la médiathèque doit être, dans ce domaine, un lieu d’information et de ressource des connaissances, pour permettre au citoyen de prendre conscience que la pluralité des langues caractérise le monde dans lequel il vit.
  • La deuxième mission concerne tout ce qui est multimédia, l’Internet bien sûr, les cédéroms, etc. À ce sujet, notre politique est assez forte dans la mesure où, sur 4 300 m2, nous avons 80 postes publics, des ateliers, et des postes directement disponibles dans les pôles documentaires. Quelques postes sont réservés aux opac pour qu’il n’y ait pas de problème par rapport à l’utilisation du catalogue, mais tous les autres sont équipés de l’Internet libre, de logiciels de bureautique, indépendamment de l’atelier où nous avons une vingtaine de postes. Dans les ateliers toutes sortes de travaux sont proposés, nous accueillons des classes multimédias des écoles de la cité, des centres de loisirs, des clubs seniors, etc.

112En dehors de ces ateliers collectifs, le travail des bibliothécaires en rapport au multimédia est très important dans la mesure où nous avons décidé de créer trois niveaux d’utilisation de ces postes qui sont complètement intégrés au pôle documentaire et qui sont, pour nous, utilisés comme étant un outil complémentaire au livre, au disque compact. Nous proposons également ce que l’on appelle des « sitothèques », c’est-à-dire des sites de référence ; cela demande une équipe que toutes les bibliothèques n’ont pas les moyens d’avoir, pour la mise à jour de ces sites de référence, et je rejoins là l’idée qu’il faut faire un travail en réseau. En tant que bibliothèque municipale, nous avons étudié le travail de la Bpi et celui de la bm de Blois, qui a une équipe spécifique à cela mais, en dehors des enrichissements progressifs que font les bibliothécaires, en fonction des problèmes rencontrés, nous nous sommes plutôt tournés vers ce que fait Blois, davantage comparable à une bibliothèque comme la nôtre que l’ensemble de tout ce que fait la Bpi.

113En ce qui concerne le public, nous estimons qu’il y a trois niveaux d’action suivant l’outil utilisé :

  • Une initiation à l’outil, parce que nous nous apercevons qu’il est nécessaire aujourd’hui d’apprendre au plus grand nombre possible à se servir ne serait-ce que de l’opac, le catalogue, l’outil Internet lui-même.
  • La formation et l’animation. Nous avons un rôle d’animation et de formation aux outils informatiques. La carte de lecteur adhérent qui est à 15 euros ou 30 euros, donne accès à tous les outils proposés au sein de la médiathèque, sans coût supplémentaire. Les gens peuvent venir faire de la bureautique. Je voulais prendre un exemple concret, celui de la médiathèque de Rueil-Malmaison qui est arrivé, en 2002, à point nommé pour tout ce qui concerne l’outil informatique et le travail en ligne avec les autres bibliothèques, ainsi que les actions menées sur un plan local, par rapport à tout ce qui est fait dans les bibliothèques municipales y compris à Issy-les Moulineaux, qui était longtemps une médiathèque de référence.
  • Enfin, la création d’espaces culturels – et je rejoins tout à fait le discours de Patrick Bazin à Lyon –, avec une équipe d’action culturelle et, aujourd’hui, une médiathèque qui est pour nous un lieu de fréquentation, un lieu de vie, un lieu où la solitude n’existe plus et, tout en étant toujours un lieu de savoir, cela fait partie aussi de nos missions aujourd’hui ; je ne conçois une médiathèque que comme cela. C’est pour cette raison que nous avons fait un auditorium important, un petit Beaubourg, mais qui est adapté à notre vision personnelle et à nos besoins locaux. Je crois que c’est aussi comme cela que nous voyons les médiathèques aujourd’hui et contrairement à tous les discours que l’on entend, que ce soit certains dans la profession ou que ce soit des élus ou des lecteurs, la médiathèque de demain a un rôle énorme à jouer et c’est en ce sens-là que je voulais intervenir.

114Gérald Grunberg : Je vous remercie. Nous savons que la médiathèque de Rueil-Malmaison représente effectivement, dans le paysage des médiathèques françaises aujourd’hui, une réalisation très remarquable, surtout en ce sens qu’un certain nombre de questions qui se posent encore ailleurs semblent y avoir été dépassées. Là, nous rejoignons totalement les débats ouverts depuis ce matin : par exemple le fait qu’il y ait l’Internet en accès libre, sans limitation particulière de navigation, le fait que l’on laisse les usagers utiliser la messagerie – chose qui, par exemple, à la Bpi, malgré tout le souci d’innovation et d’expérimentation qui caractérise cet établissement, ne se passe pas – notamment parce que la crainte est trop grande d’un détournement des postes qui ne seraient plus, à ce moment-là, consacrés à un usage documentaire. Problème qui a été largement soulevé ce matin. Rueil-Malmaison a franchi le pas. Cela va être très intéressant à observer.

115Yves Gendret (université Paris iv) : Je voudrais développer moins un point de vue qu’une perplexité ; j’observe une chose qui paraît pratiquement irrésistible, c’est que, lorsque nous essayons de discuter de l’actualité et des pratiques de la bibliothèque, de son rôle, nous sommes conduits à convoquer une figure particulière du texte, celle de la connexion, c’est-à-dire qu’au fond, nous voyons très bien que quand nous discutons de la bibliothèque, de son avenir, de son actualité, nous parlons du texte, du rapport texte/lecteur. Je ne crois pas une seconde que l’arrivée du terme promotionnel « hypertexte » comme il y a des hypermarchés, ou peut-être des hypertensions, ait dissipé la question du texte. Or, quelque chose se produit contre quoi aucun d’entre nous n’arrive à résister, même s’il essaie de penser en termes de rapport d’écriture/lecture, de réécriture, de discipline documentaire : inévitablement, la figure qui prévaut est celle des atomes reliés par des connexions. Cette question peut paraître purement épistémologique, mais c’est une question pratique, parce qu’elle se traduit par l’ardente et constante obligation d’avoir à tout connecter ensemble le plus vite possible. Or cette conception du texte est une conception particulière et réductrice. Peut-être tient-elle d’abord, bien sûr, aux propriétés de l’écriture logicielle qui permet de faire des liens et des nœuds ; elle tient certainement à une idéologie du texte qui a accompagné ce développement, et qui consiste à se représenter le texte comme un ensemble d’atomes qui doivent être reliés. Sans doute tient-elle aussi au fait que quand on veut discuter des métiers et des logiques de la bibliothèque maintenant, on est dans un espace immédiatement planétaire où l’on est noyé dans un ensemble de relations absolument inextricable. Mais la question est : arrive-t-on à mesurer en quoi cela aura des conséquences sur la façon de définir les disciplines de la bibliothèque, ses logiques sociales, cette façon de ne plus arriver à se représenter le texte que comme un ensemble d’atomes reliés, et donc les acteurs sociaux comme des acteurs de cette relation ?

116Bernard Stiegler : Je pense que votre question repose sur un malentendu parce qu’il y a une conception du mot « hypertexte » qui domine et qui correspond à ce que vous dites, mais je pense que quand, personnellement, j’utilise ce mot ou quand Patrick Bazin l’utilisait tout à l’heure, on ne se référait justement pas à cette conception-là.

117Patrick Bazin : Je suis d’accord. Mais j’aurais aussi une autre réponse en tant que bibliothécaire. Elle va vous décevoir, tellement elle est, finalement, pragmatique. La question, pour moi, n’est pas de savoir ce qu’est la lecture en soi, s’il s’agit de jeter à la poubelle la lecture classique – ce que je ne crois certainement pas –, si c’est bien de pratiquer la lecture hypertextuelle et si celle-ci a un avenir, etc. L’important est que c’est à travers ce genre de problématique et d’expérimentation que nous avançons, que nous trouvons la motivation et l’inventivité suffisantes pour améliorer les bibliothèques. Si nous ne voulons pas nous scléroser, c’est par rapport à ce nouveau cadre de pensée que nous devons nous positionner, c’est lui qui nous tire en avant.

118Gérald Grunberg : Je souscris totalement à ce point de vue. Je remercie les intervenants. Je vous remercie.

Auteurs

Directeur de la Bpi

Philosophe, directeur de l’ircam

Secrétaire général, Conseil supérieur des bibliothèques

Directeur de la bibliothèque municipale de Lyon

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable