Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 25 ans de la Bpi

 | 
Dominique Arot
, 
Chris Batt
, 
Patrick Bazin
, 
et al.

Encyclopédisme : un concept fondateur malmené

Valérie Tesnière, Robert Damien et Claire Dartois

Texte intégral

Valérie Tesnière, directrice du département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, BnF

1Sur le concept de l’encyclopédisme, je pense que vous avez tous beaucoup de questions à poser. Le thème de cette première séance, que j’ai le redoutable honneur de présenter, s’intitule Encyclopédisme et bibliothèque, un concept malmené... très malmené.

2S’il est bien deux éléments couramment associés, ce sont le concept d’encyclopédisme et l’entité physique de bibliothèque. Mais je ne suis pas sûre que cette alliance ait été pleinement assumée depuis quelques décennies. Robert Damien le rappellera. La tradition des Lumières d’inventaire raisonné des connaissances, aussi complet et aussi actuel que possible, est progressivement battue en brèche à mesure qu’on fait le constat d’une spécialisation croissante des savoirs et de la difficulté d’une transmission actualisée de ceux-ci.

3À la BnF, en 1996, l’exposition Tous les savoirs du monde, consacrée à l’encyclopédisme, soulignait l’oscillation perpétuelle au fil des siècles entre système raisonné des connaissances et inventaire alphabétique du monde. L’organisation spatiale des bibliothèques d’ancien régime où, selon le rêve de Leibniz, l’organisation des connaissances s’affiche par le classement méthodique des livres sur les rayons, n’a plus le même sens aujourd’hui.

4L’encyclopédisme, incarné par des classifications dont on ne cesse de mesurer le vieillissement, devient un slogan dont la portée semble s’affadir dans les bibliothèques, même lorsque celles-ci retiennent pragmatiquement de cette ambition l’idée d’une présentation synthétique et non celle d’une course à l’exhaustivité. Peut-on, en effet, du point de vue des bibliothèques, parler encore d’encyclopédisme quand, en réaction contre des générations de bibliothécaires formés à l’école du positivisme historique, le primat de la fiction des années 1960-1970 réduisait les fonds documentaires à une portion congrue ?

5Je me permettrai un petit recul historique qui ira au-delà des vingt-cinq ans que nous célébrons aujourd’hui. N’oublions pas que les modes d’enrichissement du xixe siècle en France sont une particularité héritée de la Révolution. Je ne parle même pas de la Bibliothèque nationale qui a vu ses fonds gonfler subitement de plus de 300 000 volumes comme ceux de certains grands établissements scientifiques – le mouvement a été le même en région. Les bibliothèques publiques ont longtemps porté ce poids. Les bibliothèques municipales se sont enrichies de fonds saisis dans les bibliothèques privées des émigrés et surtout des communautés religieuses. Sous l’influence des sociétés savantes locales fort actives, on assiste, au xixe siècle, à un fort développement des fonds d’étude communément appelés « d’érudition ».

6La réaction après la guerre de 1945 est à la mesure inverse de l’importance de ces fonds largement dominés par la discipline historique. Les bibliothèques publiques ont désormais, à cette époque, à faire face à un autre type de demande massive : lecture distractive et information. Les bibliothécaires, influencés partiellement par les modèles anglo-saxons de prêt à domicile, donnent la priorité à la fiction et rénovent peu leurs fonds documentaires. En tout cas, le lien avec les fonds précédemment constitués, soit anciens, soit de documentation érudite, n’est pas fait. On assiste à une juxtaposition de fonds. Ce point est important et si l’on peut y revenir dans le débat, je pense que cela serait intéressant.

7Dans le même temps, la Bibliothèque nationale dont a parlé Jean-Pierre Seguin, tout entière à la collecte d’un dépôt légal « encyclopédique », de fait subi plus que consenti, met en veilleuse ses acquisitions en langue étrangère – à la différence de la British Library –, et pratique un échantillonnage circonscrit à la littérature et à l’histoire.

8Le slogan de l’encyclopédisme est toujours brandi comme un drapeau dans l’ensemble des bibliothèques, mais on voit bien qu’il ne recouvre pas une réalité solide, sauf peut-être dans les bibliothèques universitaires, mais à ce moment-là, je pense que la spécialisation l’a déjà emporté : les différents fonds de lettres, sciences, économie, droit, etc., sont alors physiquement séparés et les laboratoires développent, de leur côté, leur propre documentation.

9Quand le concept de Bpi – bibliothèque publique d’information – est né, une rupture très forte s’est opérée. Jean-Pierre Seguin s’est expliqué dans Comment est née la Bpi ? des exemples étrangers qui l’avaient inspiré, mais aussi du caractère novateur du concept qui l’a conduit à hésiter entre plusieurs dénominations avant de faire le choix extrêmement fort, symboliquement, du nom que nous connaissons aujourd’hui.

10C’est un manifeste encyclopédique, en rupture avec la spécialisation progressive du monde universitaire et en rupture aussi avec le primat de la fiction tel qu’il s’affichait alors dans le réseau des bibliothèques publiques.

11J’ai fait partie, comme beaucoup, des lecteurs de la Bpi dès l’ouverture. La première impression que j’ai gardée est un éblouissement devant la qualité des collections proposées, dans tous les domaines, à portée de main. C’était assez amusant de voir qu’il y avait beaucoup d’achats d’antiquaria qui avaient été faits à l’ouverture de la Bpi. Ce vertige, je ne l’ai retrouvé que plus tard à Bielefeld, en Allemagne, avec son million de volumes en libre accès, extrêmement bien choisis, je dois le dire. La perception spatiale était tout autre, puisque la bibliothèque allemande ne se déploie pas sur les vastes plateaux de Renzo Piano comme ici, mais consiste en une succession d’espaces autour d’un immense hall.

Étude et information

12La Bpi, créée ex nihilo, n’avait pas à s’embarrasser, comme ses consœurs les bibliothèques publiques en région, de fonds anciens ou d’érudition juxtaposés ici ou là au fil des ans, sans toujours grande cohérence. La Bpi recréait une nouvelle lecture des rapports qu’entretiennent entre eux les différents domaines des connaissances. Pourtant, une fréquentation assidue révélait des disparités. Je n’en citerai que deux qui m’avaient beaucoup frappée en tant que lectrice : la part, à mon sens, hypertrophiée de l’histoire de l’art, vu la proximité immédiate du musée d’art moderne ; la part ténue des sciences, effet, peut-être, de la médiocrité de l’offre de vulgarisation en langue française, je ne sais, mais le contraste était saisissant.

13Ce qui frappait, au-delà des choix documentaires très ouverts, mais assez classiques de nos collègues à l’ouverture, c’étaient les efforts – toujours importants – pour connecter les domaines entre eux, et l’inventivité de la Bpi pour trouver de nouveaux moyens techniques pour rendre cela perceptible au lecteur. Donner à voir : le souci didactique de ce laboratoire bibliothèque qu’est la Bpi rejoignait d’une certaine façon la maxime de Lucien Fèbvre et de Julien Cain, en exergue de L’Encyclopédie française : « Faire connaître, non faire comprendre. » Depuis, la Bpi, comme l’a dit Gérald Grunberg, a fait beaucoup de petits dans les bibliothèques publiques.

14Quand il s’est agi de moderniser la Bibliothèque nationale : c’est une problématique différente de celle de la Bpi qui a surgi, même si les emprunts à la collection de Beaubourg pour le fonds du haut-de-jardin, ont été nombreux et faits d’intelligence avec nos collègues de la Bpi. Était-ce une avant-dernière étape avant celle dont on parlera et qui ouvrira le débat, avant celle de l’Internet ? En tout cas, à la BnF, on a résolument affiché un retour à l’encyclopédisme.

15Ce retour a été critiqué par certains pour qui le confort de la rue de Richelieu et le cocon de la salle Labrouste constituaient un garde-fou ou un rempart contre une démocratisation de la recherche, au fond non consentie. Mais ce retour à l’encyclopédisme a aussi été voulu par d’autres, au premier rang desquels figurait l’avant-garde habituelle, celle des scientifiques pour qui, depuis plus d’un siècle, la diffusion des connaissances est un enjeu politique essentiel.

16Il y a eu, entre-temps, La Villette pour la vulgarisation des sciences, mais La Villette était spécialisée et surtout ne faisait que souligner a contrario combien il était nécessaire de mettre les sciences et techniques, partie intégrante de la culture contemporaine, en connexion avec les autres domaines du savoir : philosophie, droit, sciences sociales, histoire et littérature. Dit d’une autre façon, la BN, future BnF, devait-elle conserver une conception décalée des enjeux de la recherche d’aujourd’hui en se limitant à cumuler, pour la documentation étrangère – je ne parle pas du dépôt légal –, étude philologique sur critique littéraire, sur mise au point érudite, alors que d’autres enjeux étaient perceptibles du côté des bibliothèques publiques, de l’édition, etc. ?

17Enfin, dernière question, et non des moindres, car les fonds patrimoniaux reviennent en boomerang dans la problématique : comment articuler un fonds en libre accès, encyclopédique, d’initiation à la recherche, dans un fonds patrimonial, justement ? Comment, dans ce fonds, être davantage en phase avec la recherche, tous domaines confondus, et savoir la présenter à un public moins averti ? Comment inscrire un fonds d’histoire stricto sensu dans un fonds encyclopédique quand l’histoire a toujours considéré qu’elle était la discipline dominante à la BN ?

18C’est à ce cahier des charges que nous avons tenté de répondre. Recomposer et représenter un fonds encyclopédique en libre accès, suppose de ne pas chercher à combler systématiquement des lacunes, fort heureusement comblées par des centres de documentation spécialisés ou des laboratoires, mais, au contraire, de s’attacher à montrer les liens qu’entretiennent les différents domaines du savoir entre eux et en particulier l’intégration des sciences, de l’économie et du droit dans la culture contemporaine. Ou encore les liens de ces domaines avec l’histoire, la philosophie ou les sciences sociales. C’est dans cette interconnexion que repose un manifeste encyclopédique.

19C’est ainsi qu’on a choisi de réaffirmer la place des sciences par l’histoire des sciences au départ, mais pas exclusivement. L’histoire des sciences permettait d’offrir un fil rouge pour le public moins averti, qui restituait aux sciences leur place dans la société. Mais l’axe qui consiste à mettre un fonds encyclopédique dans une perspective historique ne signifie pas qu’acheter des livres et des revues ou d’autres types de documents en histoire revient à considérer que tout est objet d’histoire. Ainsi, le fait de donner une nouvelle impulsion aux achats en sciences politiques, en anthropologie, en sociologie, a contraint, par contrecoup, la prospection en histoire à se corseter, à se limiter, du moins à retrouver une exigence épistémologique plus affirmée. Ceci pour répondre à la question problématique sur l’articulation des domaines dans le nouveau fonds encyclopédique, qui peut intéresser nos collègues de la Bpi.

20Là où la BnF a innové d’une façon très complémentaire de la Bpi, où les maîtres mots sont actualité et information, c’est en essayant, d’une part, d’introduire une dimension de propédeutique de la recherche en adossant la bibliothèque du haut-de-jardin à celle de recherche du rez-de-jardin, mais en ne faisant qu’une bibliothèque, préconisation de Jean-Pierre Seguin que nous avons défendue, et ce ne fut pas facile. C’est, d’autre part, en mettant à plat ce mot de « patrimonial », qui est un mot aussi valise que le mot « encyclopédie », pour lui substituer un enjeu encyclopédique – en essayant de définir celui-ci très précisément –, qui permet à Tolbiac d’être davantage en phase avec la recherche contemporaine, en jouant la carte du réseau. Ce sont des choix assumés que nous avons tenté de faire dans l’esprit de Lucien Fèbvre, qui nous semble toujours vivant aujourd’hui.

21Les fonds patrimoniaux de la BnF acquièrent ainsi une autre couleur, celle du sens, celle de la mise en valeur des contenus, avec d’emblée l’accès à distance (Gallica) comme la consultation sur place.

22Avec quelques années de recul, les choix s’affirment et correspondent manifestement à un besoin. Je pense que le charme des files d’attente n’est pas seulement la réponse des étudiants qui ne trouvent pas de place, mais la démonstration qu’effectivement les différents concepts, aussi bien ceux de la Bpi que de la BnF, répondaient quand même à une attente.

23La dernière étape introduit les communications attendues de mes voisins : l’ère de l’Internet change-t-il radicalement la donne ? Pour paraphraser Gérald Grunberg, faut-il mourir avant d’avoir pleinement vécu ? La BnF n’est ouverte que depuis sept ans, la Bpi n’a que vingt-cinq ans. Les fonds encyclopédiques matérialisés dans des espaces physiques tels que les bibliothèques sont-ils condamnés ? Ou peuvent-ils être les lieux où se développent de nouveaux rapports, de nouvelles pratiques et surtout de nouveaux repères avec un rôle retrouvé et complètement assumé des bibliothécaires médiateurs ? Ce sont à ces débats, dont les réponses sont assurément complexes, que je vous invite.

24Tous les bibliothécaires sont confrontés à une situation qui n’est pas nouvelle mais qui connaît, en revanche, une accélération sans précédent, puisqu’une partie de leur histoire a consisté à courir après une ambition totalisatrice toujours fuyante et, avec un inégal succès, à tenter d’organiser pour transmettre.

25Actualité et information encyclopédique : comment mettre ces concepts en œuvre aujourd’hui à l’ère du numérique et de l’immatériel ? Recherche contemporaine, encyclopédique elle aussi, ancrée dans une continuité : comment la pratiquer ? Est-elle encore possible ? Autant de points d’interrogation avant de passer la parole à Robert Damien, puis à Claire Dartois.

26Robert Damien, professeur à l’université de Franche-Comté, philosophe, est particulièrement connu dans le cercle des bibliothécaires pour ses ouvrages qui nous ont beaucoup fait réfléchir, notamment Bibliothèque et État et La Grâce de l’auteur.

27Claire Dartois, de la Bpi, interviendra sur le thème « quel encyclopédisme à l’heure de l’Internet ? »

Robert Damien, professeur de philosophie, université de Franche-Comté, Besançon

28D’abord, je voulais vous remercier de m’avoir invité et de me faire l’honneur de participer à cette célébration.

29Je voudrais réfléchir à la question que vous m’avez soumise, mais du point de vue du lecteur et du sens social de la lecture et, in fine, me poser des questions sur le statut du lecteur dans la société de l’Internet.

30Avec le codex naît la Bible, c’est-à-dire le Livre mais, ce faisant, naît aussi l’Auteur. La lecture du livre unique, total, qui dit le tout à tous, devient une activité absolument centrale. C’est la lecture priante, parce que le lecteur du livre doit procéder à l’écoute obéissante de la voix créatrice qui dicte le bon conseil et permet ainsi à chaque lecteur de réaliser les fins que l’Auteur a inscrit dans l’ordre de sa création. Cela induit, pour écouter (obaudire, étymologie d’obéir) la voix de son conseil et donc suivre la bonne voie, le besoin d’une institution qui va autoriser la lecture, qui va diriger la lecture, qui va donc guider le lecteur pour que celui-ci trouve la bonne voie, de façon à ce que celui-ci vive une vie pleinement bonne, concentrée, une vie ensemble, concertée avec les autres, sous le regard de Dieu. L’acte de lecture est alors prière. Le lecteur est en fait un auditeur des voix chorales de la création écrite dans l’ordre de la nature, de l’âme et du cœur et déposée dans le texte sacré de l’Auteur.

31Remarquons simplement que cela fait écho au règne de sociétés qu’on appelle des « sociétés d’audit ». Pourquoi l’audit, l’écoute, est-elle une des grandes dimensions de la société de service actuelle ? Espérons que ça ne soit pas la prière d’un nouveau dieu.

32Le lecteur dès lors, dans l’ordre du livre, est un auditeur de la grâce créatrice qui a créé, organisé, qui maintient l’ordre du monde et qui permet à chaque existence d’accomplir les ordres inscrits dans ce monde. Le prieur, qui est un lecteur du texte, est celui qui conserve, perpétue, réalise l’ordre du monde en écoutant le souffle créateur au prix, évidemment, du privilège douloureux de cesser d’être proprement humain, c’est-à-dire à la condition de devenir religieux en étant ordiné. Pour cela, il doit éliminer tous les obstacles humains qui font barrage à l’écoute divine du sens catholique (de katholon, universel) et égarent l’homme dans les curiosités malsaines de la bibliothèque des « fornications mentales ». Il doit faire silence total, il doit faire taire la volubilité bavarde des discours humains et exister dès lors selon les trois vœux de l’ordinatio monastique (chasteté, pauvreté, obéissance), de façon à bien pouvoir écouter uniquement la Voix en lisant le Texte pour être complètement unifié, monocentré par le souffle de l’Auteur. Par cette méditation religieuse du Verbe, l’Auteur nous avertit (de moneo, avertir), nous conseille, nous prémunit en nous donnant accès à ce monument du conseil qu’est le Livre.

33L’institution qui va organiser cette prière de l’écoute pour se bien conduite en étant dirigé par la voix divine, c’est évidemment l’Église. Avec des modalités et sous des formes multiples qui vont du conseil au concile, elle fait écouter l’esprit saint en priant, méditant et chantant la musique de Dieu. Cet esprit saint, par l’intermédiaire de la lecture, va légitimer une foi, bientôt une loi, et puis un roi, pour assurer l’ordre harmonieux de la création, dont le sens est inscrit dans le texte divin. Ce qui génère dès lors, socialement et politiquement, des sociétés d’ordre, des sociétés de services, des sociétés de conseil, des sociétés d’auditeurs, des sociétés de lecteurs priants sous la direction spirituelle de l’Autorité ecclésiale.

34La lecture priante, intensive, unifiée est liturgique (étymologiquement leturgia, service public de l’ordre). C’est l’Église qui se doit d’assurer par ses rituels et cérémonies, le service public de l’ordre, par les motions de la lecture à laquelle Dieu nous appelle : seules les é/motions et les promotions provoquées par la lecture biblique nous autorisent à nous élever conformément à la hiérarchie des valeurs inscrites dans l’ordre naturel de la sainte inégalité que Dieu a édifié en créant. Cette lecture priante est donc le fondement du contrat social théopolitique qui organise le monde de l’Auteur, par l’intermédiaire de la Bible.

35Avec l’imprimerie – je passe rapidement, excusez-moi de tracer mon chemin à coup de serpe – naissent les livres, les voix, les auteurs parce que, tout simplement, il n’y a plus désormais d’auteur unique, de texte unique, d’être unique. Il n’y a même plus de classe universelle ayant un livre capital pour nous donner le sens de l’ordre du monde. Dès lors, il n’y a plus une assemblée, une ecclesia autour du livre, mais il y a un rassemblement des livres, une cacophonie de voix dont il faudra faire concert sans partition harmonique. Ce rassemblement des livres, c’est ce qu’on appelle une bibliothèque, dont la charge, institutionnellement, est d’ordonner la profusion des livres, la volubilité infinie de ce puits perdu, de ce trou noir qu’est la production imprimée des livres. Pour cela naît un nouvel esprit, qui n’est plus l’esprit saint, mais que l’on peut peut-être appeler l’esprit sain, qui consiste à rassembler, à recenser, à faire des fichiers, à faire des inventaires, à permettre des classifications par l’intermédiaire de certains magasins, avec des livres dans des rayons, etc., pour les rendre accessibles ; c’est-à-dire tous les outils intellectuels d’un esprit bibliothécaire qui permet de faire émerger le lecteur : c’est le lecteur qui, désormais, promeut et choisit les auteurs.

36Cette lecture n’est désormais plus une prière, ni une érudition – et tous les articles de L’Encyclopédie vont nous le rappeler, aussi bien l’article Lecteur, que les articles Lecture, Livre et Bible. C’est un acte d’intelligence critique qui relie des textes entre eux, qui rapporte des textes entre eux et qui, par là même, peut discriminer, faire des allers-retours, revenir en arrière, chercher les antécédents, voire les précédents, etc.

37Dès lors, la pensée elle-même, comme le dit L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, n’est plus exclusivement une méditation, n’est plus une meditatio que provoque la lectio qui précède l’oratio : la pensée est un acte de discrimination, de construction par l’intermédiaire de la lecture extensive. Il faut donc savoir lire pour pouvoir lire le savoir, pour ainsi se diriger dans un espace ouvert des connaissances, sachant bien que, par là même, comme il n’y a plus de livre unique, il n’y a pas de fondement absolu de ces savoirs qui deviennent pluriels et on n’en peut absolument pas faire le tour total. Il n’y a donc ni unité ni totalité. Reste dans l’encyclopédie, les parcours, les voyages, les circulations pour entendre d’autres voix que la nôtre et ainsi nous mettre à la place d’autrui et ainsi le comprendre, souffrir avec lui : le conseiller pour bien convivre est devenu voyageur/bibliothécaire. Des parcours orientés par les bibliothécaires, dirigés par les bibliothèques, qui permettent de sélectionner des points de vue et de faire des abrégés car, dans la bibliothèque, dans l’esprit bibliothécaire, face au livre multiple, vont évidemment s’opérer des orientations, mais aussi des stationnements : c’est ce qu’on va appeler des catalogues.

38De cette institution va naître le lecteur à l’intérieur d’une totalisation constamment ouverte, selon un système de renvois, de relais, ce qui implique que savoir lire et lire le savoir est le premier acte, le premier stade d’un procès de la vérité construite par le lecteur. La raison y commence son travail ; la liberté comme capacité de se distancier, de s’abstraire, y accomplit sa première œuvre : s’extraire des éloquences de la parole priante, mais aussi des possessions du toucher sensuel, des frivolités du goût, des attachements confessionnels, des appartenances communautaires, des habitudes traditionnelles pour pouvoir alimenter un désir d’instruction et une conquête du vrai autant qu’une volonté d’augmentation, d’élévation par de nouveaux ascendants, de nouveaux maîtres.

39Les institutions qui vont être générées comme un service public autour de la bibliothèque, c’est l’Encyclopédie, la Statistique (comme une science de l’État pour bien gouverner), surtout l’École pour faire émerger ce qu’on va appeler un État républicain. Les médiateurs vont être nombreux qui vont être générés par cet esprit bibliothécaire – en commençant par les maîtres, et particulièrement un maître qu’on va appeler l’instituteur –, car de cet esprit bibliothécaire pluriel, va naître une langue, une nation, voire certaines positions politiques. Tout cela à partir de ce qu’on peut appeler une causalité lectorale née de l’ordre bibliothécaire, car l’ordre bibliothécaire est, sociopolitiquement, un encadrement normatif de cette causalité qui permet, dès lors, de faire naître le dernier né de la chose, le dernier accouché, tardif et même avorté selon certains : l’électeur. Le lecteur peut, par la bibliothèque des livres ordonnés, devenir un électeur dirigé, orienté pour pouvoir juger, c’est-à-dire ce qu’on appellera décider et être souverain.

40Historiquement, cette conception de la bibliothèque comme constitutive du lien social et politique naît avec un auteur que j’ai personnellement beaucoup travaillé et lu, qui s’appelle Gabriel Naudé ; il est sans doute le fondateur de la bibliothèque moderne, c’est-à-dire publique et universelle. Ce n’est pas qu’une anecdote : vous savez que Gabriel Naudé a été conseiller politique de Richelieu et surtout de Mazarin, et c’est lui qui a aidé à constituer la bibliothèque Mazarine puis celle de Christine de Suède ; il a eu cette chance d’être pendant douze ans à la bibliothèque du Vatican, c’est-à-dire au plein cœur de la curie romaine.

41Puis le deuxième moment, c’est évidemment L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Je n’y reviens pas.

42Le troisième grand auteur, à mon avis beaucoup trop méconnu, Eugène Morel – sur lequel M. Seguin a écrit un bel article qui me l’a fait découvrir – est un très grand auteur de la bibliothèque, et on pourrait dire qu’il est l’anticipateur de cette machine bibliothécaire assurant le service public des livres au nom des électeurs. La Bpi est sans doute une sorte de réalisation de ses anticipations un peu foudroyantes car il était passablement nerveux, le brave Eugène, qui rêvait de faire une révolution bibliothécaire avant toute autre et dont je cite juste une phrase dont l’écho devrait résonner ici même : « La bibliothèque se composera désormais d’une salle de lecture des journaux du jour, des renseignements locaux, commerciaux, agricoles ; on peut y ajouter une salle pour les enfants, le prêt des livres et la bibliothèque comme nous l’entendons : histoire, science, roman ; mais on y voit aussi parfois une salle de bains, une piscine, un gymnase, un salon, un musée, un auditorium, une salle pour conférences et projections lumineuses, un préau, un jardin avec banc pour s’asseoir et lire tout ce qui peut donner une direction instructive, utile, saine aux heures où l’homme n’est pas pris par son travail strict. » Je n’insiste pas, mais c’est le troisième moment de ce que j’appelle un autre contrat, le contrat social républicain d’une lecture extensive, critique et élective.

43Dernier stade, trop rapidement. Avec l’informatique numérique et virtuelle dans la société de services dans laquelle nous sommes, que devient le lecteur ? Quelle lecture de quel auteur ? Quel contrat social de lecture ? Quelles institutions ? Quels sont les outils médiateurs du conseil de lecture ? Quels sont les modes de gouvernement ? Où est le gouvernail ? Quel contrat social et politique dans la démocratie virtuelle et numérique ?

44Le livre lui-même est métamorphosé désormais par le virtuel et le numérique, par le travail intellectuel du lecteur qui le transforme. Les techniques de l’intelligence artificielle rendent visibles et lisibles les procédures de son fonctionnement, les modalités de son organisation et l’amplitude de ses corrélations. En quelque sorte, les dieux ne sont plus dans le livre ni dans les livres, mais hors d’eux, dans les machines de traitement des textes de lecture. Ce qui change, c’est d’ailleurs moins le livre que le travail sur et avec le livre qui cesse d’être une œuvre en soi, absolutisée, sacralisée, pour se transformer en texte. Par les nouvelles technologies, le livre disparaît, mais en se multipliant sous des lectures sélectives pluralisées.

45La réduction technographique par les instruments du traitement augmente ses usages et ses sens. Loin de disparaître, le livre se surmultiplie. Promu matériau d’informations multiples selon des lectures et des pratiques hétérogènes, il se dématérialise comme œuvre d’un auteur sacralisé, mais pour devenir objet de travail, instrument de conseil, outil d’information, instrument de promotion et d’augmentation de soi.

46Les livres, leurs lectures, leurs lecteurs connaissent donc la subversion de l’hypertexte et du multimédia. Les traitements informatiques bouleversent l’économie du savoir lire selon des protocoles instrumentés d’investigation, de combinaison, d’interpellation. Une lecture interactive et interstructurée, multifonctionnelle, libère les puissances de la causalité lectorale : nous vivons une révolution copernicienne de la causalité lectorale.

47Une intelligence extensive lève les contraintes de lisibilité linéaire en multipliant les liens intertextuels. La bibliothèque virtuelle et numérique qui commence à s’ouvrir devant nous, loin d’invalider la matrice bibliothécaire du conseil inducteur dans le contrat de lecture, en radicalise les potentiels. Elle ne supprime pas la lecture, elle multiplie les pratiques de lisibilité et les instruments de textualité qui confèrent aux intelligences une puissance exponentielle. L’intelligence (étymologiquement, ce qui fait lien, ce qui lie les choses entre elles, ce qui les rapporte les unes aux autres) propulse donc le service de la bibliothèque qui devient un des axes majeurs du développement social et politique pour l’intelligence réticulaire et commutative, transitive et interactive : le lecteur est devenu un bibliothécaire, créateur intellectuel des liens.

48Mais ma question devient : si, avec le virtuel naît, cette fois, le grand lecteur pour qui tout est à disposition et accessible par l’ordinateur connecté à l’Internet, la recherche et la requête d’information par lesquelles il devient l’auteur du texte qu’il lit, sont, nous dit-on, plus faciles, plus directes, plus rapides. Mais alors, dans ce cas, à chacun son encyclopédie, à chacun son propre parcours, sa propre bibliothèque chez soi, où, comme disait Montaigne, être pleinement à soi. La question est : mais où est l’entre-nous ? Où est le nous discursif du rapport social de la lecture ? Car, en effet, si chacun « s’auto-encyclopédise », si chacun fait son petit tour complet, on peut admettre qu’il sera peut-être un bon touriste, mais, pour autant, ça présuppose qu’il n’a plus besoin d’institutions, plus besoin de médiateurs, plus besoin de conseillers, c’est-à-dire plus besoin de bibliothécaires. En quelque sorte, ne sommes-nous pas, au moment de la révolution de l’Internet, revenus à l’état de nature ? La question est : quel contrat social allons-nous créer ?

49En effet, le pouvoir du grand lecteur est augmenté, mais aussi sa propre responsabilité dans ses choix, ses conduites, ses parcours, ses élections. Mais où sont les équipes, où sont les équipements, où sont les équipages pour cette navigation ? Je crois que nous vivons, avec cette révolution, un moment de grande solitude de chacun qui parvient à bricoler – le bricolage a beaucoup d’avantages –, mais au risque de la noyade – car si on navigue on risque le naufrage. Vous me direz qu’il faudrait arriver à bon port. Il me semble que pour rentrer dans la recherche de l’Internet que je pratique assidûment, il y a un long temps d’adaptation, d’autant plus long que la culture d’usage, la tradition de formation n’est pas acquise. Il n’y a pas de culture d’usage, comme précédemment, il y a une culture bibliothécaire de la lecture. D’où, évidemment, tout le problème du criblage, du filtrage, de la sélection. Comment produire et trouver les liens pertinents ? Je dis donc qu’il y a des contraintes très lourdes de l’accès apparemment facile, direct, qui exige beaucoup de compétences de ce grand lecteur que nous sommes tous appelés à devenir.

50Plus encore, il me semble que nous touchons ici le lieu décisif de ce qu’on appelle le traitement de l’information. Mais un traitement a trois sens : un sens médical – un traitement, c’est un remède qui présuppose que nous sommes sans doute malades ; traitement vient aussi de traité, traité de paix ce qui suggère que nous sommes en guerre ; enfin, le traitement, c’est aussi un salaire ce qui indique une économie où l’échange n’est pas gratuit.

51Je veux souligner par là, que les systèmes d’indexation, les systèmes de documentation, les moteurs de recherche, les fameux portails de recherche sont des instruments qui nous rendent dépendants car ils sont formatés selon certains critères et en fonction de certains coûts de transaction ; et le formatage est de plus l’introduction d’une forme. On est peut-être en recherche d’information mais on est déjà formaté dans la recherche. Le formatage est, par définition, une mise en forme. Donc, elle est toujours prescriptive. Les données, comme le moteur, sont prescriptives.

52Il s’agit bien, en effet – et je suis un technophile, un défenseur de la société informatique – d’entrer dans le système des liens multiples du réseau, de façon à multiplier les richesses interactives. La richesse, l’augmentation de soi, la plénitude se construisent avec la multiplication des relations ; et il est vrai que celui qui est pauvre, c’est justement celui qui n’a pas de relations ou est enfermé dans une communauté –autre nom du ghetto. Il faut donc multiplier les relations, ce qui nécessite des médiateurs, puis des conseillers, et enfin, sans doute, de nouveaux bibliothécaires.

53Car, en effet, le réseau, comme vous le savez, c’est certes un instrument de réticulation des données, et par là même de circulation, d’augmentation de soi, mais il a également deux autres sens : c’est un filet, on attrape quelquefois les papillons avec ; c’est aussi une mafia. La multiplicité des liens est, certes, une ouverture dans un chemin pour un espace ouvert, multiple, diversifié mais il peut être aussi la barrière d’une paralysie dans la mesure même où l’individualisation consommatrice de la recherche atteint des coûts d’investissement personnel et des coûts de transaction – pour parler comme les économistes – qui dégagent une élite qui développe ses liens.

54D’ailleurs, les grands performants sur l’Internet, ce sont ceux qui surfent, mais le surf, si vous avez déjà assisté à des séances à Lacanau ou à Biarritz, sachez bien que c’est un sport de très haut niveau, très élitaire et qui n’est pas réservé au commun des mortels puisque il comporte un risque très grand. D’où la question : comment piloter, comment se piloter pour ne pas aller n’importe où, là où le réseau nous emmène ? On a donc besoin d’un équipage pour ne pas se noyer, mais cet équipage, où le trouvera-t-on dans cet athlétisme de la lecture qui impliquera un entraînement ? Sans doute, chez un sur lecteur, organisé, conseillé par un sur bibliothécaire, pour constituer ce que Bachelard appelle le « sur-moi positif de la cité culturelle ».

55La bibliothèque virtuelle et numérique devient un méta-objet pour penser, cette fois sans doute la démocratie des conseillers et des conseils « biblioménaux », comme les appelle Bachelard, parce que, entre le phénomène et le « noumène », il y a désormais le bibliomène : ce qui n’existe qu’inscrit dans l’ordre bibliographique des liens.

56Et pour multiplier les liens et l’accès à ces bibliomènes, il faut sans doute penser un nouveau contrat social de la lecture de façon à ce que ce moteur de recherche ne soit pas sans essence ni sans conducteur, car alors il tourne à vide et nous aspire.

57La bibliothèque, me semble-t-il – c’est la question que je me pose et que par là même j’ose vous poser –, n’a pas encore la culture ni l’institution, c’est-à-dire ni la pensée politique, démocratique, pour multiplier ces liens qui sont générés par cette bibliothèque nouvelle des bibliomènes virtuels et numériques. La question est donc : où est le conseil et son institution équivalente de l’Église et de l’École ? Où est le nouveau contrat social ? Pour sortir de l’état de nature dans lequel nous sommes, sans doute faut-il retrouver des ressources et ces ressources, sans doute, sont-elles dans la matrice bibliothécaire qui a fondé la République ? À nous d’y travailler ensemble !

Claire Dartois, conservateur, Bpi

58Les historiens et les philosophes nous ont montré comment la notion d’encyclopédisme s’est peu à peu construite et comment on a structuré l’organisation même des lieux de savoir que sont les bibliothèques. Aujourd’hui, dans un contexte économique et technologique bien différent, comment cette idée se développe-t-elle ? Quels sont les nouveaux enjeux de l’encyclopédisme à l’heure de l’Internet et du prêt-à-penser qu’il induit souvent dans l’esprit des usagers ? L’expérience menée à la Bpi depuis 1995, avec l’introduction de l’Internet dans les espaces de lecture, si elle nous a donné quelques réponses, a également permis de soulever un certain nombre de questions.

59Au xixe siècle, l’utopie encyclopédiste s’illustre avec la parution de L’Encyclopedia Britannica, de L’Allgemeine Encyclopädie et des grands dictionnaires. Pierre Larousse lance la publication d’un livre unique concernant toutes choses. L’esprit de vulgarisation scientifique triomphe, comme dans les manuels Roret, mais l’émiettement et la spécialisation excessive des connaissances sont critiqués. Au xxie siècle, ces corpus sont disponibles sur cédéroms ou en ligne, facilitant les modalités de recherche et les croisements de critères. Leur succès est à la fois évident dans l’équipement des particuliers comme dans les collections des médiathèques. Si l’Universalis en vingt-huit volumes ne se vend qu’à trois mille ou à quatre mille copies par an, les cédéroms et DVD atteignent environ 90 000 exemplaires vendus. Dans cet exemple, la navigation est facilitée par une arborescence de 6 000 branches et permet une forme de requête particulière par rapprochements successifs en plus des recherches par index et texte intégral, désormais banalisées dans ce type de corpus.

60La bibliothèque, elle-même, est aussi le lieu, l’incarnation de l’encyclopédisme et le rêve de l’impossible exhaustivité : les confiscations révolutionnaires font affluer des ouvrages variés, les collections s’étoffent au service des érudits et du grand public. L’histoire des bibliothèques, que nous ne referons pas ici, l’explicite et l’illustre. En France, selon une enquête menée en 1999, 2 795 bibliothèques municipales possèdent au total plus de 9 6 millions d’ouvrages, plus de 5 millions de phonogrammes proposés à 6,5 millions d’usagers inscrits. Le dépôt légal qui a pour mission la collecte, la conservation et la consultation des documents de toute nature, publiés, produits ou diffusés en France, a apporté à la BnF, en 2000, 1,7 million d’unités physiques... et sont exclus de cette recension les dépôts du cnc et de l’ina. Comme dans la bibliothèque emblématique du Nom de la rose, c’est le vertige qui saisit l’improbable lecteur... Les responsables des Imprimés de toute bibliothèque travaillent à la cohérence intellectuelle et physique des collections, à leur accès et à leur nécessaire développement dans le temps : les fonds sont « désherbés », entretenus, renouvelés, en tenant compte des supports différents et de leur nécessaire complémentarité.

61Il est clair que l’esprit de l’encyclopédie traduit une triple volonté : d’organisation, comme dans l’arbre de la connaissance de Raymond Lulle, de sélection et de simplification. La connaissance est hiérarchisée, arbitrairement découpée, comme dans la Dewey ou dans la cdu, en dix classes qui ordonnent le savoir du général au particulier, jusqu’à un raffinement sémantique qui fera les délices de Perec. Moyen de classer mentalement et physiquement sur les rayons des dizaines de milliers d’ouvrages, de vulgariser la connaissance et de permettre son appropriation par des lecteurs d’horizons divers. Les bibliothécaires ont conscience que le savoir se développe de manière exponentielle, dans toutes ses branches, et ils ont gardé une classe vide dans la cdu (la classe 4), et construisent peu à peu, avec la lenteur des organisations internationales, mais aussi avec la prudence des érudits, de nouveaux indices pour intégrer les concepts émergents dans les classifications. Une liste systématique de cotes constitue incontestablement le reflet d’une société à un moment donné.

62Le lecteur qui déambule en rayon ou qui parcourt un opac n’en a pas toujours une conscience parfaite et sa logique propre n’est pas en adéquation – les enquêtes sociologiques le prouvent – avec celle du bibliothécaire : les univers de pensée et de hiérarchisation diffèrent et ce sont bien les processus de médiation aux bureaux d’information qui permettent un éclaircissement. La question serait de savoir comment réconcilier ces démarches différentes pour aller vers plus de simplicité d’utilisation et plus de pertinence. Un essai a été fait par l’éditeur Larousse pour lancer un nouvel outil, qui propose à une requête trois types de résultats : ceux de la recherche sur l’encyclopédie ; en second lieu, des données qui peuvent être le résultat d’une recherche dans un catalogue et enfin celles qui viennent de Google, mais avec le bénéfice des filtres booléens : l’information apparaît comme de meilleure qualité, plus pertinente, et scientifiquement validée. C’est toucher là un problème sérieux : les données qui circulent sur l’Internet sont sans fiabilité scientifique, puisque n’importe qui peut éditer n’importe quoi. La « valeur ajoutée » par un professionnel de l’information, bibliothécaire ou éditeur intellectuel, apparaît donc comme primordiale.

63Les nouvelles technologies élargissent l’accès à tous les domaines du savoir en permettant, avec les progrès techniques, la mise à disposition de fonds rares et précieux, dans le meilleur des cas réservés aux spécialistes, ou de plus en plus souvent retirés de la consultation, tant leur état de conservation est précaire. Sur le site de la Bibliothèque nationale de France sont donnés à voir des manuscrits somptueux, comme Le Livre de la chasse de Gaston Phébus, comte de Foix, rédigé à la fin du xive siècle, et remarquable par la beauté de ses illustrations animalières, des portulans, des atlas, des enluminures de livre s d’heures. La bibliothèque du Muséum propose des vélins ; les grandes bibliothèques américaines, des collections de photographies ethnologiques du plus grand intérêt ; les institutions scientifiques, des données en trois dimensions ; les musées du monde entier, leurs tableaux. La Bpi, quant à elle, travaille au projet d’une bibliothèque numérique des dossiers de presse constitués ici depuis vingt ans et projette une base de données sur les grandes figures intellectuelles et artistiques de la deuxième moitié du xxe siècle.

64Par ailleurs, les éditeurs proposent à l’envi de vastes ensembles textuels, ordonnés, hiérarchisés, comme le Corpus des œuvres philosophiques en langue française, les textes fondateurs du droit français ou bien encore des archives ou des articles de presse indexés dans les bases de données en ligne, accessibles et imprimables par l’usager.

65L’Internet a manifestement bouleversé la donne puisque tout semble accessible à tous et à tout moment. Une équation de recherche quelconque donne des centaines de résultats complètement hétérogènes puisque sont proposés pêle-mêle des sites universitaires, personnels, commerciaux, sans réelle hiérarchisation des résultats, sauf peut-être, par un illusoire taux de pertinence. Par exemple, si vous n’êtes pas un personnage connu, interrogez un moteur sur votre patronyme, vous découvrirez des homonymes dans le département de la Creuse ou dans l’Utah. Malheur à vous cependant si vous ne maîtrisez pas la recherche avancée : le mot « pierre » vous renverra sans coup férir aux techniques de la construction et non au prénom ; méfiez-vous aussi des traductions automatiques : Altavista traduit joliment « time flies » par « les mouches du temps », ce qui ne manque pas de poésie... On ne peut alors s’empêcher de penser à la boutade d’Érik Satie : « Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »

66L’Internet, dont personne ne connaît la taille, puisqu’il est en expansion quotidienne et qu’il s’enrichit du Web invisible, c’est-à-dire des millions de données qui sont mal indexées par les moteurs de recherche est, comme Le Livre de sable de Borges, un univers illimité, « sans commencement ni fin », et sans plan d’ensemble, sans organisation préétablie, contrairement à celle d’une encyclopédie, univers clos et ordonné... En dehors même du foisonnement des sites qui disparaissent, changent d’adresse, voient leur contenu se modifier, la question de la fiabilité et de la crédibilité scientifique des informations recueillies est primordiale. Certains bibliothécaires ont mis au point, pour ce faire, une grille d’évaluation des sites, à la fois sur le plan du contenu et sur le plan de l’accessibilité. Néanmoins, l’illusion perdure : l’Internet procède de la « pensée magique ». Pour un grand nombre d’usagers, y compris les étudiants avancés, il n’est pas besoin de consulter des annuaires de sites ou des sélections préparées par des professionnels : Google répond à toutes les questions. Ce n’est pas faux, mais il conviendrait de s’interroger sur la manière dont le moteur analyse une requête, comment il indexe les sites, comment il calcule la pertinence des réponses fournies, et il faudrait pouvoir comparer les résultats obtenus d’un outil à l’autre. À titre d’exemple, le nouveau service Google News pointe vers 4 000 sites de dépêches à travers le monde, mais les critères de sélection de l’information sont encore balbutiants ; n’importe, le produit est déjà sur le marché, même si sa fiabilité est contestable. Le travail méthodologique ne semble pas faire fortune, or seul un apprentissage rigoureux des performances des moteurs de recherche, métamoteurs et agents intelligents, permet, à terme, d’obtenir des résultats de recherche plus adaptés, et une vraie distance critique aide à en apprécier les résultats.

67Comme nous le savons, le nombre élevé de réponses à une requête ne facilite ni leur appréhension ni leur « métabolisation ». Il semble alors bien difficile « d’en faire son miel », comme dit Montaigne. Pourtant, beaucoup se satisfont de cette démarche parce qu’on trouve également ce que l’on ne cherche pas. Le « butinage », la déambulation au hasard sont aussi une manière d’apprendre en dehors des chemins balisés.

68Les enquêtes sociologiques ont encore beaucoup à nous apprendre sur les usages variés de l’Internet. La même personne peut se connecter à un site d’emploi, vérifier des horaires à la sncf, puis lire la presse étrangère sur le Web, avant de regarder des images ou d’écouter de la musique... Ses attentes sont différentes, mêlant des demandes érudites aux besoins de loisir, et sont parfois mal comprises des bibliothécaires. Il y a peut-être dans les esprits une image fantasmée de l’utilisateur, consultant sagement les annuaires, les sélections dans la plus pure légitimité culturelle, et se refusant aux usages déviants ou interdits (messagerie, chat, jeux, etc.), or c’est bien souvent l’inverse que l’on constate sur les postes mis à la disposition du public. Bien entendu, des données quantitatives sont à la disposition des bibliothèques – nombre de connexions catalogues, sur place et à distance, durée des sessions – mais ce matériel est évidemment peu parlant pour ce qui relève du qualitatif. Comment les utilisateurs appréhendent-ils les contenus proposés ? Comment naviguent-ils ? Que font-ils en cas d’échec ? Dans les locaux mêmes de la bibliothèque, on remarque qu’ils semblent moins demander d’aide au bureau d’information. Pour quelle raison ? Faut-il réexaminer la médiation publique et la proposer autrement ?

69La situation actuelle des bibliothèques françaises et étrangères sur le plan économique pose des problèmes évidents : la stagnation des budgets, l’augmentation exponentielle de l’offre de documents, sur papier et électroniques, à la fois en volume et en coût, les politiques documentaires parfois balbutiantes ne facilitent pas une intégration aisée des nouveaux supports. Le journal Le Monde, par exemple, propose des versions différentes sur papier, microformes, cédéroms et sur son site Internet. C’est donc aux bibliothécaires d’en démêler les spécificités et de choisir la ou les versions les plus adaptées aux besoins des lecteurs et aux infrastructures informatiques. Dans le cas des sites Internet payants, une évaluation très stricte de l’offre documentaire disponible sur les autres supports et une comparaison des modes de recherche proposés permettent de choisir l’outil le plus adapté. En ce qui concerne l’Internet gratuit, qui se développe largement avec les bases de données, les archives libres de droit et les grands corpus textuels, factuels et iconographiques mis à disposition sans formalité, la veille documentaire réclame de plus en plus de temps et d’énergie dans les bibliothèques et seuls – ce propos a déjà été évoqué mais je le partage – une coopération accrue et un partage du travail entre les institutions seront le gage d’une meilleure rentabilité.

70Le dilemme pour les professionnels de l’information est à la fois entre « le devoir de mémoire », c’est-à-dire la conservation, et la mise à disposition de l’information « fraîche », dilemme très fort à la Bpi qui n’est pas une bibliothèque de conservation et dont la vocation est l’actualité.

71Une autre difficulté émerge entre le désir affiché d’universalité et la prise en compte des particularismes : les savoirs s’atomisent, les sciences se composent de petits nombres de plus en plus spécialisés. Comment faire face à l’hétérogénéité et à la multiplicité des connaissances ? Si une encyclopédie est un univers clos et construit, sécurisant – les professionnels le savent –, l’Internet est, au contraire, infini et incontrôlé. Le public ne fait pas toujours cette distinction, voyant sur la toile un réservoir immense et directement utilisable. Les bibliothécaires souhaitent exercer leur expertise professionnelle dans la construction et la mise à disposition des collections, poser des balises dans l’abondance des documents électroniques pour maintenir une cohérence et aider le lecteur à y trouver les réponses... À la Bpi, l’offre Internet ne permet pas l’accès à tous les sites : cette restriction est parfois ressentie par les usagers comme pénible.

72Comment tenir compte, dans les bibliothèques, des publics pluriels et de leurs demandes différentes ? L’honnête homme de Montaigne pouvait avoir une idée globale des savoirs de son temps, il pouvait vivre la polyvalence ; aujourd’hui, cette posture philosophique n’est plus tenable.

73Les idées fondatrices de l’esprit d’encyclopédisme : sélection, organisation, vulgarisation n’ont pas fondamentalement changé, ni les rôles du bibliothécaire. Se fait jour progressivement une autre conception de l’encyclopédisme, mieux partagée peut-être et plus nuancée, si on veut réellement prendre en compte l’autonomie de l’usager, qui développe ses stratégies de recherche, et si l’on se décide à relativiser l’information disponible sur l’Internet, à la mettre en perspective ave c les autres sources du savoir : elles se complètent, elles ne s’annulent pas. Il est bien connu qu’une nouvelle technologie ne remplace pas d’un coup toutes les autre s et une collection dans une bibliothèque restera toujours une sélection – comme l’est une exposition dans un musée –, la moins arbitraire possible, la mieux adaptée aux besoins et aux contraintes techniques. Une collection de signets, dûment analysée et commentée, comme le font la Bpi, la BnF et un grand nombre de bibliothèques universitaires et municipales, est une tentative de recréer un encyclopédisme virtuel, mais illustre aussi le projet de sélectionner et de mettre à disposition le « meilleur » du Web. Le bibliothécaire d’aujourd’hui, dans la Babel moderne des documents, n’est pas qu’un prescripteur. Il suggère, incite, commente, propose un choix. Les activités de médiation et de formation seront encore à développer pour que la fracture numérique ne se creuse pas davantage et qu’un « illectronisme » ne remplace un autre illettrisme. Cela signifie également, du point de vue du lecteur, une véritable intégration personnelle des résultats de recherche et non une compilation stérile d’items hasardeux, sans organisation rationnelle, un « copier-coller » en somme qui n’apporte rien.

74Parmi les multiples questions qui se posent aujourd’hui est celle de l’exhaustivité : peut-elle raisonnablement se réaliser en un seul lieu ? (À titre d’exemple, le dépôt légal de l’Internet sera réalisé par la BnF, mais se limitera aux sites en .fr.) Par ailleurs, comment concilier l’ancienne conception de l’encyclopédisme et des lettrés et celle de la massification des savoirs, de l’accès plus large à la culture ? S’agit-il vraiment d’une démocratisation du savoir encyclopédique ou simplement, selon la formule d’Antoine Prost, d’une « démographisation » ? Enfin, qu’est-ce qu’une vulgarisation bien comprise aujourd’hui ? Notre travail de professionnels, de citoyens est toujours de rendre accessible et intelligible ce que la communauté humaine est en droit de connaître et de s’approprier pour exercer son libre arbitre, autrement dit sa liberté.

75Valérie Tesnière : Il y a un inconvénient dans nos trois communications, c’est que nous sommes tous les trois d’accord. Ce sont des communications militantes sur le rapport que les bibliothécaires doivent entretenir avec le savoir, sur le rôle social de la bibliothèque qu’a fort bien souligné Robert Damien, sur les possibilités de l’Internet et peut-être sur la distance critique que nous devons avoir dans cette période intermédiaire où, effectivement, la navigation avec ce nouveau média est loin d’être maîtrisée. Je laisse la parole à la salle. Je pense que vos questions seront nombreuses.

76Public : Bonjour, je suis documentaliste dans un établissement scolaire, et je suis d’accord avec tout ce que vous avez dit, mais, en revanche, ce n’est pas exactement ce que je constate au quotidien lorsque vous dites que l’usager a toujours besoin de quelqu’un pour faire le lien entre lui et tout ce qu’il trouve sur l’Internet, parce qu’il n’est pas facile de s’orienter sur l’Internet et de trouver la bonne information. Mon quotidien avec des jeunes qui ont entre quinze et dix-huit ans me prouve qu’ils ont tout à fait, contrairement à vous et moi, la capacité de s’orienter sur l’Internet, de discriminer les sites qui sont valides de ceux qui ne le sont pas, de repérer une page qui a été mise à jour récemment d’une page qui a été mise à jour il y a plus longtemps et qui ne les intéressera pas, etc. Ils ont des capacités nouvelles, ils ont grandi avec un PC à la maison pour toute la famille, alors qu’il n’y a pas forcément d’encyclopédie et de dictionnaire. Quand ils cherchent un ouvrage et qu’on leur dit qu’il faut regarder un index ou un sommaire, ils disent que c’est trop compliqué et que cela prend trop de temps de se promener entre les rayons. Et je me demande si, quand on dit qu’il faut quand même un intermédiaire entre l’usager et l’Internet ou les livres, ou l’information pour éviter la noyade, on n’est pas déjà un peu dépassé par ces nouveaux usagers des bibliothèques scolaires ou universitaires et aussi des bibliothèques publiques.

77Claire Dartois : Bien entendu, je ne conteste pas du tout la nouvelle culture – j’allais dire technologique – évidente dans la nouvelle génération qui, bien souvent, a un ordinateur. Je suis parfaitement d’accord avec vous. Ce sur quoi j’ai essayé d’attirer l’attention, peut-être de manière un peu rude, c’est sur le réel travail méthodologique en profondeur, sur la distance critique qu’il faut avoir par rapport à certains résultats qu’on trouve sur l’Internet... Je sais que ces choses commencent à s’enseigner ; on voit d’ailleurs sur le Web un certain nombre de sites qui travaillent en ce sens. Je vais vous donner un exemple qui m’a beaucoup frappée. J’enseigne à des étudiants de troisième cycle qui pensent tout savoir sur tout. Je leur donne toujours un petit test en début d’année afin de leur prouver l’utilité de mon cours – c’est stratégique. Je leur demande de me trouver sur l’Internet l’ordonnance de Villers-Cotterets. Bien entendu, j’ai choisi cet exemple entre mille puisque l’ordonnance de Villers-Cotterets n’existe pas in extenso – alors que le Code civil ou le Code pénal, qui sont des documents beaucoup plus volumineux, s’y trouvent et sont indexés ; on trouve la référence à un ouvrage dans lequel cette ordonnance est disponible. Je choisis un certain nombre de questions pour montrer les limites – que vous connaissez – des moteurs de recherche : il n’y a pas d’outil parfait. Mais je pense que le travail de sélection d’annuaires qu’on trouve dans les signets de la BnF par exemple, qui sont largement consultés, ce travail de sélection, de commentaire d’information est bien souvent ignoré des usagers. En service public, à la Bpi, nous pouvons nous en rendre compte.

78Robert Damien : Je me permets d’ajouter un petit point à la réponse. Je suis d’accord avec vous, j’ai des enfants et, par ailleurs, ma femme est proviseur d’un lycée professionnel. Je peux vous dire que les lycéens cherchent et, très souvent, trouvent ce qu’ils ne cherchent pas. Je suis tout à fait d’accord avec vous, mais simplement, il faut établir une distinction entre une culture de la requête et une culture de la recherche. Ce n’est pas tout à fait la même chose. De même, il faut s’interroger sur ce qu’est ce savoir numérique. Quel est le statut épistémologique qui différencie un savoir de l’information ou plutôt une information de savoir avec un savoir informé ? Il y a quelque chose d’autre, et c’est peut-être sur ce terrain-là que peut se poursuivre la réflexion qui est amorcée. Je vous invite à consulter le site de l’université de l’iufm de Franche-Comté, on y trouve un beau texte d’un jeune étudiant chercheur qui s’appelle « Le Savoir numérique ». Il y fait la synthèse du point de vue d’un tout jeune étudiant.

79Public : Vous avez beaucoup évoqué l’inflation de tout ce qui était document numérique ou information numérique, mais vous avez assez peu parlé de l’évolution du rôle des bibliothèques par rapport à l’évolution de l’édition d’un point de vue économique avec, là aussi, une inflation énorme et des livres plus éphémères, ce qui pose de nouvelles questions, à la fois sur l’encyclopédisme et sur la question de la mémoire, de la conservation et de l’actualité.

80Valérie Tesnière : Vaste question à laquelle je vais m’efforcer de donner quelques éléments de réponse puisque j’ai participé à une réflexion sur les choix scientifiques que l’on peut faire par rapport à une production éditoriale. Il est vrai que, tous les jours, nous nous heurtons à la question de la responsabilité que nous avons par rapport aux choix que nous proposons au lecteur face à une production éditoriale galopante. Il y a des réponses qui sont modestes et en même temps pas très aisées. Bien connaître un sujet, bien connaître l’évolution des problématiques d’un sujet, qu’il s’agisse de littérature, du roman, ou de l’histoire, donne bien sûr des outils pour savoir sélectionner dans la production ce qui arrive tous les jours.

81Cette sélection se fait d’ailleurs de plus en plus avec des outils Internet, mais nous nous efforçons effectivement, au-delà de la connaissance que nous pouvons avoir des sujets, d’avoir des appréciations critiques sur le contenu des ouvrages, ce qui n’est pas évident parce que ce travail ne doit pas être fait trop tard par rapport à l’actualité. Je ne vois d’autres réponses que dans le fait d’avoir un minimum de connaissance des sujets pratiqués. Ce n’est pas forcément facile dans les bibliothèques qui sont de moins grandes dimensions que celles de la Bpi ou de la BnF mais là, en revanche, je crois beaucoup à ce qu’on appelle les échanges d’information sur les politiques documentaires. Il faut que l’on assume davantage ce que nous choisissons, ce pourquoi nous le choisissons, que l’on se recentre vraiment sur les polémiques actuelles qui sont des polémiques d’historiens, pas seulement des polémiques de l’actualité, que l’on assume vraiment la force des domaines, le poids des disciplines, l’inventivité de la création littéraire et que l’on essaie d’assumer nos choix avec ce que nous savons et ce que nous pouvons échanger en matière de critères d’acquisition formalisée.

82Ce n’est peut-être pas une réponse complètement satisfaisante, mais elle est basée sur la pratique. Et je pense que, souvent, on est un peu débordé, ou un peu paresseux, on a beaucoup d’autres choses à faire, alors qu’il faudrait, je crois, accorder à la dimension du choix des acquisitions toute la place qu’elle mérite.

83Claudine Lieber (Inspection générale des bibliothèques) : La question s’adresse à Valérie Tesnière dont je sais qu’elle a beaucoup travaillé sur la notion de politique documentaire. Il semble que ce soit une problématique qui va être remise au goût du jour. Vous avez dit, avec juste raison, que la sélection, l’organisation des collections était le métier du bibliothécaire et son honneur, mais je me demande si ce même bibliothécaire n’est pas en train d’ouvrir la porte à l’océan qui est à l’extérieur... Pour ce qui concerne le problème des consortiums par exemple : on sait qu’il existe en France un grand consortium appelé Couperin et que le fait d’y adhérer donne l’accès à 3 000 revues électroniques ou bases de données ; à partir de là, que devient la politique documentaire d’une bibliothèque universitaire ? Est-ce que, par le système de ce qu’on appelle les packages, elle n’a pas, à ce moment-là, accès à des revues qu’elle n’aurait jamais pensé faire entrer dans sa politique documentaire ? Que devient la notion de choix dans ce cas ? On sait qu’aux États-Unis le système des packages est de plus en plus à l’honneur, que les bibliothèques, y compris toutes les bibliothèques publiques, appartiennent à de multiples consortiums et que, par là même, elles héritent effectivement d’une offre documentaire qu’elles n’ont pas du tout voulue ni souhaitée.

84Il me semble que c’est une question que l’on doit se poser, d’autant que les bibliothécaires américains avouent gentiment que, finalement, dans ces revues dont elles n’avaient pas souhaité l’accès qu’elles obtiennent, il se trouve des titres qui satisfont pleinement leurs lecteurs et auxquels ils n’auraient pas vraiment songé au départ.

85Valérie Tesnière : En fait, vous mettez le doigt sur la question de la dimension économique des politiques documentaires. En ce qui concerne les revues électroniques, je ne suis pas sûre que l’évolution soit complètement arrêtée. Pour ce qui est de notre pratique en matière de revues électroniques, nous nous sommes retrouvés, nous aussi, dans des impasses de packages, c’est-à-dire des choix imposés de revues dont une grande quantité est peu consultée. Il semble que les éditeurs – je n’en ai pas discuté récemment avec des collègues anglo-saxons – changent leur fusil d’épaule. Et aujourd’hui, pas plus tard que cette année, certains groupeurs nous ont proposé des choix titre à titre. Cela veut dire que nous allons peut-être serrer un peu notre offre, mais sortir – en particulier, pour les sciences humaines et sociales – de la logique des packages – excusez-moi d’employer ce mot anglo-saxon –, c’est-à-dire des regroupements où l’éditeur vous force la main. Je ne pense pas que la situation soit totalement figée de ce point de vue-là.

86Il est vrai que cette entrée en force des éditeurs, particulièrement des groupeurs de périodiques, sur le marché de l’édition électronique, complique beaucoup les choses, mais je ne suis pas sûre que les consortiums, si c’est une réponse pour obtenir de meilleurs prix, soient complètement la fin du marché. Je pense qu’il y a encore d’autres pistes et que l’évolution n’est pas finie. Claire Dartois connaît mieux que moi le sujet et peut apporter quelques éléments complémentaires de réponse.

87Claire Dartois : Les bibliothèques universitaires ont été à l’origine de la création des consortiums qui étaient, au départ, une manière de faire un peu contrepoids à la puissance et au prix quelquefois exorbitant des nouveaux produits. On dit couramment qu’un document électronique peut prendre jusqu’à 40 % d’augmentation dans une année, ce qui est terrifiant. Les bibliothèques publiques sont en train de s’organiser pour, elles aussi, travailler à un consortium, mais je voudrais dire qu’en dehors du bouquet – je préfère « bouquet » à package – de titres, il reste beaucoup de choses dont chaque bibliothèque est maîtresse dans sa politique documentaire. Je pense, par exemple, à mes collègues des bibliothèques municipales ici présents, et aux fonds locaux. Vous avez un fonds particulier, il est de votre devoir de le traiter. L’Internet étant gratuit, vous n’avez pas à passer par des intermédiaires, c’est vous qui le sélectionnez, le mettez à disposition, etc. Les cédéroms multimédias sont, là aussi, des choix propres à chaque établissement. Heureusement qu’il nous reste cet acte de la politique documentaire. Cependant, dans le futur, nous devrons changer : davantage discuter de nos critères, de notre façon de faire, non pas pour arriver à une seule tête, une seule pensée, mais pour gagner du temps et économiser de l’énergie sur cet exercice.

88Public : Pour rester sur la question des choix en édition papier, je pense qu’il y a quand même des domaines dans lesquels on a très peu de latitude. Par exemple, dans le domaine de l’édition scientifique vulgarisée : récemment, je voulais acheter un atlas du système solaire ; j’ai fait une recherche et j’ai constaté, à cette occasion, qu’il y avait très peu de choses disponibles. Pourtant, il y a deux ans, au moment de l’éclipse, il y avait eu une grosse production... Il y a donc, là aussi, des contraintes au niveau des choix.

89Valérie Tesnière : C’est sûr, mais, franchement, l’édition de vulgarisation scientifique se porte beaucoup moins mal qu’elle ne s’est portée il y a dix ou quinze ans. Même si, aujourd’hui, vous ne trouverez pas l’information la plus fraîche – vous pouvez peut-être la trouver sur le Web d’ailleurs – sur le sujet qui vous intéresse, et même si on s’y est mis tardivement en France – Odile Jacob est l’exemple consacré –, il y a quand même une production. Il y a beaucoup de petites collections qui permettent de faire le point sur les connaissances et qui apportent beaucoup de réponses aux lecteurs. Je pense que l’on n’est plus dans cette situation d’absence totale de monographies de vulgarisation dans l’édition française. Cela a un peu bougé, même si ce n’est pas une production exponentielle.

90Catherine Petit (BnF, coordination de la politique documentaire) : Puisque nous sommes dans un débat sur les vingt-cinq ans, je voulais aborder la discussion de façon un peu provocante, et revenir sur les questions qui ont été évoquées.

91La première des médiations d’une bibliothèque passe par le choix, et en particulier par sa politique documentaire, et Dieu sait si on y a beaucoup travaillé ! La question que je pose est la suivante : pourra-t-on continuer à appliquer cette médiation sur le choix à l’Internet que, de toute façon, on ne dominera jamais ? On ne peut sélectionner sur un monde infini... N’y aurait-il donc pas, actuellement, un déplacement de nos habitudes de métier, de réflexion par rapport au choix, de démarche pédagogique – même si je n’aime pas trop ce terme – qui consistait à proposer un espace pour nos lecteurs à l’intérieur de la bibliothèque à travers un choix, une politique des bibliothécaires, vers la formation et dans la formation méthodologique ? On faisait déjà de la formation méthodologique aux documents, en lecture publique, en particulier avec les jeunes ; on leur apprenait à se servir d’un document. Maintenant il faut leur apprendre à se servir de l’Internet et cette part-là est très importante, étant donné qu’il ne sera pas toujours possible d’appliquer les critères de choix dans des domaines qui, de plus en plus, sont directement accessibles aux lecteurs et aux utilisateurs.

92Le deuxième point sur lequel je voulais intervenir, est celui des consortiums. Il faut faire la part des choses entre les documents pour la recherche et les documents pour la lecture publique. Il me semble que ce sont deux problématiques différentes. Les consortiums ne me gênent pas ; il y a des questions économiques énormes derrière, que vous avez soulevées, bien sûr – c’est un moyen de contrôler toute cette expansion des éditeurs qui mettent à disposition une grande masse de revues pour les chercheurs qui, à leur tour, font leurs choix. Cela paraît moins grave que le domaine de la lecture publique où là, d’autres problématiques peuvent se poser.

93Valérie Tesnière : Sur la question de la formation méthodologique à l’Internet, il est évident que beaucoup de bibliothécaires y ont déjà pensé et la pratiquent régulièrement, qu’il s’agisse de la Bpi, de la BnF ou des bibliothèques publiques, des bibliothèques universitaires. Il y a déjà eu des enquêtes à ce sujet, mais le succès de ces initiations à l’Internet est inégal. Je ne suis pas sûre qu’il y ait toujours tant d’apprentis lecteurs, ou alors les apprentis lecteurs qui parcourent l’Internet sont des personnes d’un âge certain, et je pense que la formation méthodologique pour les jeunes lecteurs passe au-delà d’une initiation pure et simple à l’Internet. Autrement dit, il nous faut réinventer ; et c’est peut-être aussi l’intérêt de cette journée qui nous montre que nous sommes à un moment charnière, une étape de transition des modes pédagogiques – il faut assumer le mot –, de navigation encyclopédique avec les nouveaux médias.

94La question qui m’était posée sur les consortiums visait essentiellement les bibliothèques universitaires. Je pense, comme Catherine Petit, que la problématique est assez différente du côté de la lecture publique. Elle repose moins, pour l’instant, sur les revues de recherche disponibles électroniquement que dans l’accès au Web, aux sites et par là même, aux textes intégraux qui se trouvent aussi sur le site. De ce point de vue, la problématique est un peu différente.

95Pour en revenir à la question de l’accompagnement des lecteurs, j’aimerais laisser la parole à Claire Dartois.

96Claire Dartois : Je voudrais juste ajouter un mot pour dire qu’à la Bpi les séances de présentation de l’Internet ont rencontré, au fil du temps, un grand succès, puisqu’on a été obligé de fonctionner par inscription pour que ce soit vivable pour le formateur et pour les personnes intéressées. Le problème rencontré était l’hétérogénéité de niveaux des usagers, certains étant déjà des surfeurs avertis alors que d’autres étaient de grands débutants qui découvraient un ascenseur, une fenêtre... les bases. Comme beaucoup d’autres bibliothèques, nous avons essayé de mettre sur notre site Web des outils méthodologiques qui sont des descriptions de moteurs, métamoteurs, avec un clic, un accès direct, et de retenir des sites d’une grande valeur pédagogique comme les travaux de nos collègues québécois, giri 1 et giri 2, qui sont des modules de formation pédagogique en français – le Web est malheureusement dominé par les Anglo-Saxons – et on a trouvé là un modèle de pédagogie, de graduation de la difficulté, des exemples. On essaie aussi de proposer le travail remarquable des urfist dans l’apprentissage des cheminements sur l’Internet.

97Robert Damien : Je suis très content de cette réponse. Dans votre question, vous disiez qu’on a construit des politiques documentaires avec une sélection. Or, ce qui change, c’est euphorisant, c’est très bénéfique. Grâce à l’outil de l’Internet, il y aura plusieurs sélections ; c’est ça l’intérêt. Il faut être formé à la pluralité et notre difficulté, aussi bien dans le métier d’enseignant que dans le métier de bibliothécaire, de chercheur ou de scientifique, c’est d’être formé à la pluralité des possibles. La question est : cela ouvre-t-il des possibles aux « usagers », ou cela réduit-il les possibles ? À l’évidence, cela ouvre les possibles, il faut donc se former pour les ouvrir, sachant bien que nous qui faisons notre jogging le dimanche matin, nous n’escaladerons pas l’Himalaya le lendemain... Cela veut dire qu’il y a des rythmes, des préparations, des entraînements, etc. Il y a donc une nouvelle sorte de normativité inaugurant sans doute l’une des nouvelles dimensions du métier d’avenir du bibliothécaire qui, de par la technologie comme de par la scientificité, découvre des espaces extrêmement prometteurs.

98Gérald Grunberg : Je voudrais faire deux remarques et poser une question à M. Damien. La première remarque concerne le flou de nos intitulés. De quoi parle-t-on quand on parle de formation à l’Internet ? On le sait bien, Claire Dartois vient de le rappeler, la disparité de niveaux des catégories d’usagers qui s’inscrivent pour cette formation montre que les besoins sont extrêmement différents entre une catégorie d’usagers qui reste importante en France, si on en juge par le nombre relativement faible de foyers connectés, qui veut s’initier à l’Internet pour en maîtriser un certain nombre de facilités ou ce qui est présenté comme tel – le courrier électronique, la recherche d’informations pratiques, la réservation d’un train, la recherche documentaire, etc.–, et d’autres catégories plus averties.

99En tant que bibliothécaires, quand nous parlons d’initiation à l’Internet, en France – la situation est différente aux États-Unis, il y a des séances pour les usagers sur la meilleure façon de faire ses achats de Noël via l’Internet, ce n’est pas tout à fait ce que l’on fait en France et ce n’est pas demain la veille que cela se fera ; il y a de profondes différences culturelles à ce sujet–, on parle de recherche documentaire. Cette recherche documentaire intéresse peu, en lecture publique – la situation est évidemment différente dans une communauté d’étudiants et d’universitaires. Elle se heurte à un certain nombre d’obstacles quant au désir que l’on peut et que l’on sait susciter. Cela dit, ce n’est pas un problème nouveau. La formation des usagers, la vieille tarte à la crème de la littérature professionnelle en lecture publique, ne présente pas, à mon avis, aujourd’hui, d’ouvrage de référence. C’est un vrai problème auquel on a affaire, plus complexe, bien sûr, avec l’Internet qu’avec nos bons vieux catalogues à l’utilisation desquels nous pouvions, tant bien que mal, initier quelques-uns de nos lecteurs – assez peu au demeurant.

100Ma deuxième remarque concerne les consortiums. Je suis tout à fait d’accord avec Catherine Petit. Dans les projets de coopération que j’évoquais ce matin comme étant initiés aujourd’hui par la Bpi, avec le soutien très actif et très déterminé de la direction du Livre et de la Lecture, il y a effectivement un projet de groupement d’achats pour les bibliothèques publiques, parce qu’en lecture publique les problèmes se posent différemment, mais ils se posent aussi. Il n’y a aujourd’hui que 16,5 % des bibliothèques publiques qui offrent un accès à des documents électroniques, et même s’il n’est pas question de périodiques scientifiques, juridiques, économiques, auxquels on pense pour les bibliothèques universitaires, un certain nombre de documents électroniques en accès payant continuent à constituer un obstacle par leur coût pour les bibliothèques publiques.

101C’est là-dessus que l’on travaille pour l’instant, avec un groupe d’une dizaine de collègues venant d’établissements de taille et de statut très différents. C’est l’un des projets du volet Coopération que j’ai mentionné tout à l’heure, et dont j’espère bien que l’on pourra débattre tous ensemble au cours d’une journée d’étude.

102J’en viens maintenant à la question que je voudrais poser à M. Damien, parce qu’elle me tracasse depuis que j’ai écouté son passionnant exposé. Pour le nouveau contrat social que vous appelez de vos vœux et que vous nous invitez à élaborer et à passer, comment s’y prendre ? C’est toute la question. Nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il faut élaborer un nouveau contrat social. Le problème réside dans le fait qu’un contrat social, c’est quelque chose qui s’élabore au sein d’une communauté donnée qui se fixe un certain nombre de règles, ces règles étant mises en musique par des institutions identifiées : l’Église, l’École, la Bibliothèque. Qu’est-ce que l’Internet, de ce point de vue ? Et comment se pose aujourd’hui la question de l’élaboration d’un contrat social, c’est-à-dire de l’élaboration d’un certain nombre de liens entre la communauté de lecteurs, que l’on peut à peu près identifier, et cet ensemble, cette nébuleuse qui, en revanche, n’a ni queue ni tête ?

103Robert Damien : Vous me posez la question que j’ai moi-même posée, mais si j ‘avais la réponse, je m’appellerais Jean-Jacques Rousseau et je sais de source sûre que je ne suis pas Rousseau ! Sérieusement, j’ai un petit point de désaccord avec votre formulation – pas avec votre question. Je crois que le contrat social ne se fait pas avec des institutions préalables : c’est le contrat social qui génère lui-même les institutions. Indiscutablement, nous sommes dans un système d’institution, avec un contrat social qui est fondé sur l’État, la Nation, l’École, la Bibliothèque, etc. Je crois que le contrat social est en train de se faire : c’est la pratique qui commande. Je ne crois pas du tout qu’une grande théorie va en sortir. Il y en a une qui fonctionne et qui est d’ailleurs philosophiquement dominante : c’est ce que l’on appelle le nouveau libéralisme rectifié un peu par John Rawls et qui est une grande théorie très puissante. Est-ce que c’est celle-là qui va réussir ?

104Je ne sais pas, je crois beaucoup que la pratique est commandée par des objets. Quel est le statut de l’Internet ? Je crois que c’est un méta-objet, c’est-à-dire que c’est une bibliothèque informelle, déstructurée où le lecteur fait sa structure, sous réserve que derrière – et cela rejoint le problème des consortiums – il y ait des moteurs, des portails, des normes prescriptives. Cela veut dire que, d’une certaine manière, il faut créer des normes. Le contrat social crée des normes, donc il faudra créer de nouvelles institutions. On voit très bien la crise actuelle de l’État, la crise de la nation, la crise de la langue.

105Indiscutablement, le problème des philosophies politiques des réseaux crée beaucoup de questions. Je crois qu’il existe des ressources sur ces questions-là et qu’il faut sans doute une cité culturelle, une métacité culturelle par des surbibliothèques, avec des surauteurs, des surpersonnes ; il y a un nouvel esprit politique généré par les pratiques hétérogènes dans des cités plurielles comme l’a illustré la jeune documentaliste de tout à l’heure en évoquant son expérience. Indiscutablement, il y a déjà des expériences qui nous indiquent certaines clés.

106Maintenant, quel est le contrat lui-même ? Comment va-t-il se faire ? En tout cas, je demeure persuadé que cela passera par une lecture, par un statut nouveau de la lecture car, historiquement, le lien lectoral est le lien constitutif de l’humanité. C’est par la lecture que se structure une société d’ordre. Là, nous sommes dans une société non pas de la sous-culture, de la sous-lecture, mais dans une société de la surlecture – mais une lecture hétérogénéisée.

107Le grand risque, c’est que chacun faisant son bricolage – j’évoquais l’état de nature –, règne la spontanéité heureuse, le vagabondage rebelle où chacun réalise sa singularité, fait son malin en ignorant les autres. Car il y a du diabolique là-dessous, c’est-à-dire de la séparation et de l’isolement. Le diabolos c’est ce qui est sans lieu ni lien. C’est un peu cela la source de la démocratie. Comment relier les singuliers, unir les différents sous ce qu’on appelle un symbole, un symbolos, ce qui fait lien. Quels sont les nouveaux liens symboliques de la bibliothèque virtuelle et numérique et dans quel monument ?

108Vous savez aussi que « singulier » – la singularité, c’est idiotes – c’est un idiot. Il y a une folie Internet. Donc il faut bien des liens entre les singularités. Il y a des outils qui se mettent en place sans permettre encore d’apporter la réponse ; cependant si vous l’avez, je la prends et je la prendrai sous mon nom d’auteur, bien sûr !

109Bruno Carbone (bibliothèque de La Rochelle) : Je n’ai pas la réponse, mais je voulais apporter quelques éléments de réflexion au débat. On a parlé tout à l’heure de la contradiction possible qu’il y avait entre une politique documentaire constituée et la liberté d’accès à l’information numérique. Robert Damien a mis l’accent sur la pluralité des choix. Je crois que parler de la pluralité des choix, c’est aussi faire référence à l’unité qui constitue la bibliothèque encyclopédique, puisque l’encyclopédie, au sens étymologique du terme, c’est la mise en cercle des connaissances, c’est-à-dire le rassemblement des connaissances. C’est le premier point.

110Le second point porte sur l’encyclopédisme. Dans un contexte très particulier, Claire Dartois a été amenée à évoquer l’encyclopédisme comme un univers clos. Je pense qu’en fait, c’est un univers qui est constamment ouvert dans la mesure où Diderot et d’Alembert, dans la préface de L’Encyclopédie, faisaient référence à l’arbre des connaissances, aux voies principales du savoir et aux voies secondaires qui s’y relient. Comme tout arbre de la connaissance, il y a des branches nouvelles qui se développent, des branches mortes qui disparaissent, et c’est aussi un élément qui montre bien que l’encyclopédisme est toujours un élément d’actualité et qui, à mon sens, évolue encore. La référence à l’arbre de la connaissance évoque une structure hiérarchisée, arborescente. Deleuze parlait d’un développement des connaissances en rhizome, avec toujours cette notion de lien entre des racines ; les racines de la Bpi que l’on a évoquées tout à l’heure, se retrouvent dans le développement de l’arbre des connaissances et dans le développement d’un jardin des connaissances. Ce qui fait que la notion de bouquet, qui venait s’y rajouter, complète un paysage, qui est à la fois pluriel et unique, de l’encyclopédisme.

111Robert Damien : Je suis à la fois en accord et en désaccord. l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert se met en place au moment où l’on est sûr d’une chose, c’est qu’il n’y a pas d’unité, qu’il n’y a pas de fondement ; c’est ça le paradoxe. Ils nous invitent à faire, non pas un tour complet, mais à faire des parcours. La grande puissance de l’Encyclopédie, ce sont les renvois, les liens ; et les liens se multipliant, ils ouvrent. Là, je suis d’accord avec vous.

112Maintenant, j’ai été frappé par vos métaphores. Ce sont les métaphores de l’arbre, du jardin, du bouquet, voire du rhizome, de la racine. Je me méfie toujours des racines : « Retourne aux racines, la terre ne ment pas. » Le vocabulaire de l’enracinement me gêne un peu. Ce sont des métaphores paysannes, agricoles. Si vous lisez bien, même la métaphore du paysage à l’ouverture du texte, ne renvoie pas du tout à un « pays sage ». Vous voyez, paysage, pays sage, il y a la page, le sillon, le laboureur... Nous rentrons, avec la révolution de l’Internet, avec l’hypertextualité, avec la multiplication des procédures de lisibilité, dans un autre paradigme de la lecture. C’est pourquoi le paradigme de la navigation ne me semble pas mauvais, parce qu’on n’est plus sur la terre, on est sur la mer. Et sur la terre, justement, on s’enracine, on s’enterre. Dans la mer, on se noie, mais au moins ça circule, ça se déplace. Toute la question est : sur quel bateau, avec quel gouvernant, quel gouvernail, quel pilote, quel équipement, quel équipage ?

113Je crois beaucoup, non pas à la métaphore du paysage, mais à la métaphore ouvrière des collectifs de production, contre la puissance de la causalité paysanne sur la lecture. Vous savez bien que le bon sens est agricole, il est près de chez vous, d’ailleurs ! Mais, évidemment, le monde ouvrier n’a pas du tout de bon sens, vous avez remarqué ? Certains vont le regretter parce qu’ils perdent leurs racines. Vous voyez, pour ce qui concerne la métaphore maritime, sans doute y a-t-il de nouvelles procédures de gouvernement, de gouvernail... je n’ose pas dire d’autorité et donc de politique comme de culture avec de nouveaux schémas cognitifs, de nouveaux moteurs de croissance et de confiance et, partant, de nouveaux styles, de nouvelles tonalités d’expression et de nouvelles modalités de conduite...

114Si je réponds un peu à votre question, je crois que ça rejoint l’interrogation de Gérald Grunberg. Indiscutablement, on est dans des collectifs pratiques qu’il faut analyser. C’est pourquoi je crois beaucoup aux analyses des actions pratiques qui échouent ou qui réussissent, mais qui, en tout cas, créent des normes fonctionnelles. Ça fait avancer. Évidemment, après, il faut se diriger, conduire.

115Il me semble – tout mon travail est axé sur une philosophie politique du conseil – qu’il y a un problème de conseil à construire, indiscutablement. De même que le concile de la Grâce dans la Bible est l’arme du conseil, le Christ, dans le Nouveau Testament, est appelé l’Ange du conseil. Tout le problème des institutions de conseil dans l’Encyclopédie, c’est la République et ses instituteurs conseillers pour s’élever.

116Nous passons à un stade avec d’autres métaphores, d’autres pratiques ; sans doute faut-il plus creuser la métaphore ouvrière et non pas la métaphore paysanne du jardin bucolique et champêtre. Je préfère, c’est vrai, les métaphores de l’atelier et de l’usine avec leurs coordinations réciproques et leurs coopérations mutuelles. N’y a-t-il pas là des ressources normatives pour penser les nouveaux schémas moteurs de l’existence sociale et politique ?

117Jean-Claude Utard (Ville de Paris) : Je voulais faire deux remarques. Tout d’abord, il me semble que l’on surestime l’accès des gens au livre sous prétexte que c’est ancien et traditionnel. Dans les 450 000 titres des livres disponibles, quel est le bon, celui qui m’intéresse, celui qui est à mon niveau ? On a tous remarqué la difficulté à appréhender le choix de livres par nos utilisateurs, ou même à l’intérieur des collections déjà choisies, ciblées par les bibliothécaires, la difficulté des gens à repérer – parce qu’ils ne connaissent pas forcément les index, les sommaires et la quatrième de couverture – le livre qui les intéresse. Une des réponses que l’on a trouvée, c’est justement ce libre accès qui permet de se promener, d’ouvrir, de fureter, de lire, de choisir ce qui nous intéresse, de découvrir ce que nous n’avons pas cherché. De ce point de vue-là, je trouve que l’Internet est tout à fait dans la lignée, dans le continuum de ce modèle. Si on prend les modèles de lecture mis en évidence par Anne-Marie Chartier, il y a le modèle de l’Église, puis celui de l’École, où l’on se polarise sur quelques bons livres. La crainte étant que les gens lisent trop et qu’ils lisent de mauvais livres. Aujourd’hui, on se polarise, on retrouve la même chose alors que les bibliothécaires ont dit que leur modèle était le libre choix, la lecture individuelle, le libre arbitre, avec évidemment le risque de prendre un mauvais livre, si tant est que les lectures uniques des bons livres sont toujours des bons livres, et avec le risque de la mauvaise interprétation. Ce modèle de libre choix, je le retrouve d’une manière extraordinaire dans l’Internet, il n’y a pas rupture du modèle. C’est fantastique, j’ai à la fois accès au catalogue – la réponse du moteur de recherche – et directement ensuite au contenu.

118La deuxième remarque est qu’il me semble qu’en se polarisant sur l’Internet, on dévie de la question de l’encyclopédisme qui ne se résout pas à la mise au point d’un nouveau support, mais qui pose des tas d’autres questions, des questions d’ordre épistémologique – comme l’articulation des savoirs particuliers avec des savoirs généraux – et aussi, derrière, des questions d’ordre économique. On oublie quand même la concentration extraordinaire de l’édition. Dans le temps, jusqu’à il y a quelques jours, il y avait un duopole qui représentait 70 % de l’édition française, Vivendi d’un côté et Lagardère de l’autre. D’après les dernières nouvelles, Lagardère achète l’édition Vivendi, ce qui veut dire que 70 % de l’édition vont être contrôlés. A-t-on autant le choix ? Donc, ce qui est intéressant pour les bibliothécaires, c’est que les autres 30 % de l’édition soient très largement représentés. Ce qui est bien justement, sur l’Internet, c’est qu’on a un outil économique qui permet à une autre information d’être présentée parce qu’elle n’est plus prise en charge par des éditeurs. Ce qui veut dire aussi d’ailleurs, qu’il y a également une économie à l’inverse d’information sur l’Internet. Sur un certain nombre de domaines, on trouve des tas de choses, et sur d’autres – livres d’histoire, sciences humaines, littérature – beaucoup moins. C’est une deuxième question d’ordre économique, où la bibliothèque a un rôle à trouver, y compris dans la mise au point des contenus et dans la validation.

119Robert Damien : J’adhère totalement à votre analyse et à votre remarque. J’ai l’impression que j’y ai fait allusion avec le problème de la structure économique des portails ou des formatages. Toute la question est que la pluralité n’aboutisse pas à une hétérogénéité paralysante. Oui, sans doute, peut-on se balader dans les rayons et trouver ; c’est très bien. Cela donne aussi accès à la possibilité d’autres découvertes. Le risque est de s’enfermer dans l’ouverture – excusez-moi, c’est un philosophe qui parle –, de s’habituer à un seul type de parcours. Inversement, ceux qui sont des hyperspécialistes du média ont accès à des performances qui rendent totalement inepte pour eux tout ce qui relève du commun. En fait, quand j’ai évoqué l’idée d’état de nature et de contrat social, il s’agissait d’essayer de comprendre comment résoudre l’extraordinaire inégalité, et des pratiques, et des outils, et des moyens, et des performances. Elles sont toutes possibles, on est bien d’accord, mais il y a des intensités, des richesses, des productivités, des rythmes qui sont très différenciés. Je suis absolument sensible à votre idée ; c’est sans doute un des rôles majeurs de la future surbibliothèque publique que d’équilibrer les accès pour créer un sens commun pratique et permettre des échanges moins inégaux.

120Valérie Tesnière : Je suis tout à fait d’accord avec Jean-Claude Utard et je le remercie d’avoir mis l’accent sur ce que nous avons dit, sans doute un peu furtivement. En effet, l’Internet n’est pas une rupture et n’introduit qu’un déplacement d’accent, ou une accélération de problèmes qui étaient déjà posés avant, en ce qui concerne l’encyclopédisme. Je pense très fortement, comme lui, que les questions épistémologiques de choix demeurent les mêmes qu’il s’agisse de livre papier ou de l’Internet. De ce point de vue-là, prendre l’Internet comme un écran – c’est le cas de le dire ! – n’est que refuser de se poser un certain nombre de questions sur ce qu’est un livre d’histoire, par exemple : comment l’organise-t-on dans un fonds, quel type de document propose-t-on, pourquoi choisit-on de remettre, ici ou là, des textes qui sont réédités, pourquoi choisit-on de privilégier telle problématique d’historien plutôt que tel livre polémique du général Aussaresses ? Vous voyez, je ne crois pas que l’Internet change la donne, et si nous avons à aider les lecteurs dans l’Internet, c’est exactement la même chose.

121Je remercie aussi l’historien de l’édition d’avoir appelé notre attention sur la question du poids économique. Tout cela n’est pas neutre et, certainement, un des rôles des bibliothèques est de montrer la pluralité des pensées qui ne se manifestent pas toujours – encore que parfois les lobbies éditoriaux ont des danseuses – dans le catalogue des plus gros éditeurs. S’il est vrai qu’en ce moment il y a beaucoup d’agitation dans le monde de l’édition sur l’évolution de la concentration, ce phénomène est ancien. Pour ma part, en tant qu’historienne de l’édition des sciences, je pense qu’il y a peut-être moins à craindre pour la fiction que pour ce qui concerne la philosophie, les sciences humaines, les sciences sociales, tout ce qui est objet scientifique, dans le phénomène de concentration de l’édition. Aura-t-on toujours les moyens d’avoir une pensée aussi librement exprimée ? C’est possible, mais ce n’est pas forcément facile.

122Public : Voici une première remarque sur la question des politiques d’acquisition : est-ce que la présence de documents électroniques, voire de l’Internet, ne va pas fondamentalement modifier les choix et finalement diminuer le nombre de livres qui vont être proposés dans les bibliothèques ? Tout ce que l’on a mis sous la part de l’information cumulée, dont on se débarrassait ou que l’on renouvelait régulièrement, ne va-t-il pas plus ou moins disparaître puisque l’on pourra disposer de cette information sous forme de document électronique régulièrement actualisé ? Et, de ce fait, ne va-t-on pas cesser de se concentrer en priorité sur la question de l’œuvre de la pensée ou de l’œuvre littéraire ou artistique ? Ne va-t-il pas y avoir une modification du choix dans une autre complémentarité ? Il me semble que c’est évident pour les bibliothèques publiques puisque nous n’avons plus besoin d’acheter sous forme de livre, toutes les données. Il faut donc penser autrement la question de la proposition de l’offre de la bibliothèque.

123Un deuxième point n’a pas beaucoup été évoqué, puisqu’on a parlé essentiellement du métier de bibliothécaire. Dans les dernières décennies, un accent très fort a quand même été mis sur les aspects techniques et technologiques du métier de bibliothécaire. Aujourd’hui, ne doit-on pas revenir sur cette question du choix et de la médiation – c’est-à-dire du sens et du contenu, finalement –, ou en tout cas repenser le métier ? Sans demander aux mêmes personnes de tout couvrir, certains sont capables d’orienter, de conseiller, de repérer ce qui n’est plus tout à fait la même chose que d’exercer simplement un métier technique. Il me semble que la formation continue a un volet très technique qui est probablement trop lourd, aux dépens d’aspects intellectuels et des questions de pensée.

124Troisième point : est-ce que cela ne modifie pas le visage même de la bibliothèque dans son organisation ? Vous parliez du texte d’Eugène Morel : la bibliothèque comme espace public et espace culturel qui permet le débat ; et l’échange et la rencontre avec la pensée et entre les concitoyens ne devient-elle pas une question tout à fait essentielle et fondamentale aujourd’hui alors que, dans les nouvelles constructions, on voit parfois disparaître, au profit des services, des espaces publics de débat, de mise en scène et d’exposition dans les bibliothèques ?

125Robert Damien : Si cela s’adresse à moi et si c’est un appel d’offre, je suis à votre service... C’est là tout l’objet de mon travail, d’essayer de construire, à partir de ce que j’appelle la matrice bibliothécaire du politique, un examen philosophique des médiations, des constructions, des règles, des normes. Il ne faut pour autant pas négliger les pratiques, la technicité même, c’est absolument décisif car il y a une distance entre le travail prescrit et le travail effectué et c’est dans cet écart que s’inventent des espaces de liberté et de normativité.

126Quant au statut de l’œuvre, là encore il n’y a qu’à lire mon dernier livre, comme ça, vous aurez tout compris !

127Sérieusement, il y a là une modification qui s’opère du statut de l’œuvre et donc du statut du lecteur. C’est la grande tentative de Flaubert de créer une œuvre en soi, sans le lecteur. On voit bien que c’est ce qui a créé du génie chez lui. Indiscutablement, la théorie de l’œuvre comme sacralisation est pensée comme l’esthétique telle qu’elle a été créée très tardivement au xviiie siècle. Elle porte le deuil de la théologie. C’est le mythe du grand auteur et de sa création sacrée. Indiscutablement, il se crée en ce moment un autre mythe, parce qu’on ne peut pas vivre sans mythe de l’écriture, parce qu’on ne peut pas vivre sans mythe, par d’autres types de lectures, d’autres types d’écritures, d’autres types d’auteurs. Sans doute faut-il réfléchir sur le problème du texte. Ce sont des pistes que j’ai essayé moi-même d’explorer. Votre question est très pertinente.

128Claire Dartois : Juste un petit mot sur ces politiques documentaires qui ont été non pas métamorphosées, mais transformées par l’acquisition de documents électroniques en termes de coût et en termes de fonctionnalité... On essaie de travailler à une meilleure complémentarité des supports dans une bibliothèque. Dans certains cas, il y a substitution. On a commencé comme cela avec les microformes. Dans d’autres cas, il y a – ce que je trouve fantastique – l’apparition de produits complètement nouveaux. Pensez aux gens qui font des études d’occurrences sur des gros corpus, que ce soit sur un cédérom ou que ce soit en ligne – j’avais donné l’exemple du Corpus des œuvres philosophiques : quand vous cherchez l’apparition du mot « liberté » dans les textes et que le logiciel travaille pour vous et vous apporte des réponses, vous allez les travailler vous-même, mais vous avez tout un tas de facilitations de recherche sur le grand corpus.

129Donc, la politique documentaire est, par définition, quelque chose qui bouge tout le temps, qu’on réajuste chaque année pour des raisons financières, mais qu’on réajuste avec les nouveaux produits, l’offre qui est de plus en plus sophistiquée, diverse, et malheureusement coûteuse.

130Quant au profil technique des bibliothécaires, j’ai tendance à dire que quand vous voyez les bibliothèques américaines, où nos collègues ne font quasiment plus de catalogage puisque 85 % des notices sont dérivées, le temps qu’ils gagnent sur ce travail technique est consacré aux tâches de formation des utilisateurs, d’animation, de choix, de travail en direction de publics spécifiques, etc., ce qui est le cœur de notre métier.

131Valérie Tesnière : À propos de la distinction que vous sembliez apporter entre le livre et l’Internet, entre le support papier et l’Internet, entre œuvre et information, je ne suis pas complètement sûre que d’un côté il y ait uniquement de l’information et de l’autre, l’œuvre. Je crois qu’il y a du texte dans tout cela : du texte informatif et du texte qui est plus construit, et sur l’Internet il y a beaucoup de texte aussi. Donc, là encore, il y a une continuité, une accélération. C’est un fait : les bibliothécaires s’occupent beaucoup d’aspects techniques, mais, cela dit, c’est la richesse de la Bpi : savoir mettre à disposition.

132Autant il faut que l’on se préoccupe des contenus en priorité, que l’on s’économise des tâches répétitives – comme le disait fort bien Claire Dartois en parlant des collègues américains –, autant je pense qu’il n’y a pas une opposition complète entre la technicité de notre métier, qui touche à la manière de montrer et de transmettre – il ne faut jamais perdre cette philosophie de vue –, et notre rôle pédagogique qui est de connaître le contenu que l’on transmet. Rôle pédagogique et politique.

Auteurs

Directrice du département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, BnF

Professeur de philosophie, université de Franche-Comté, Besançon

Conservateur, Bpi

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access