Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les 25 ans de la Bpi

 | 
Dominique Arot
, 
Chris Batt
, 
Patrick Bazin
, 
et al.

Ouverture

Bruno Racine, Jean-Sébastien Dupuit, Jean-Pierre Seguin et Gérald Grunberg

Texte intégral

Bruno Racine, Président du Centre Pompidou

1C’est un grand plaisir pour moi d’ouvrir ce colloque du vingt-cinquième anniversaire de la Bpi. Tout d’abord, je voudrais exprimer les regrets de mon prédécesseur, aujourd’hui ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, qui aurait beaucoup aimé venir ouvrir lui-même ce colloque, mais qui en est empêché. C’est à moi qu’il revient donc de vous saluer en son nom, ainsi qu’en mon nom personnel.

2Je suis également heureux d’être avec Jean-Sébastien Dupuit, directeur du Livre et de la Lecture au ministère de la Culture, qui a apporté son soutien à la tenue de ce colloque, avec Jean-Pierre Seguin, fondateur et premier directeur de la Bpi, et son successeur actuel, Gérald Grunberg.

3Les vingt-cinq ans de la Bpi suivent de très près la rénovation du bâtiment, lui-même si emblématique. Mais depuis la réouverture du Centre dans son ensemble, il est intéressant de noter que le succès auprès du public ne s’est absolument pas relâché, au contraire ; même si la fréquentation de la bibliothèque n’est plus aujourd’hui à la hausse – ce qui est heureux quand on voit la longueur des files d’attente qui subsistent –, elle continue à contribuer pour moitié à la fréquentation du Centre Pompidou dans son ensemble. Autant dire que l’intuition des fondateurs du Centre n’a rien perdu de sa justesse et de sa pertinence. Bien entendu, le thème des changements survenus au cours de ces vingt dernières années sera abondamment développé au cours des discussions.

4Si l’on se remémore le passé, la Bpi est née dans un paysage français et parisien qui paraissait très en retard par rapport aux grandes capitales étrangères. Mais le projet pouvait s’appuyer sur la tradition des grands bibliothécaires français qui ne se satisfaisaient pas de ces lacunes et qui étaient désireux de faire entrer dans les bibliothèques un public qui, jusque-là, se tenait en lisière.

5Dès l’ouverture, il est apparu clairement, pour la bibliothèque comme pour le musée d’Art moderne, que le pari allait être gagné, voire même qu’il était gagné d’emblée. Les obstacles, les barrières qui tenaient le public à l’écart, se sont trouvés brusquement éliminés. Évidemment, la gratuité y a joué un rôle important, comme on le souligne souvent, mais pas moins que les horaires prolongés en soirée ou le libre accès aux documents qui supprimait le côté intimidant de la démarche.

6Depuis lors, il est intéressant de voir que le public demeure aussi divers par ses motivations et ses origines qu’il l’était au début. C’est un lourd privilège que d’être le pionnier dans son domaine et d’avoir ainsi sans cesse à donner l’exemple. La Bpi ne peut être elle-même que si elle anticipe en permanence les évolutions et les attentes futures, et celle dont nous célébrons aujourd’hui les vingt-cinq ans n’est pas une institution statique.

7La rénovation des locaux dont je parlais ne portait pas simplement sur le cadre, mais elle a aussi donné l’occasion de repenser les concepts fondateurs, et il est évident que ce mouvement ne s’arrêtera pas. L’une des contributions de ce colloque sera certainement d’alimenter ce mouvement, de dessiner les perspectives à partir d’un regard rétrospectif sur l’acquis.

8C’est d’ailleurs un très beau symbole que soient réunis aujourd’hui sur cette tribune l’alpha et l’oméga de la Bpi, Jean-Pierre Seguin et Gérald Grunberg qui, par leur présence conjointe, symbolisent la continuité dans l’esprit d’innovation qui caractérise cette belle maison.

9Je voudrais remercier tous les participants, les futurs intervenants, surtout ceux qui viennent de loin en dépit de la tempête parisienne. Et je souhaite à tous de fructueux échanges.

Jean-Sébastien Dupuit, directeur du Livre et de la Lecture

10Je ne voudrais pas trop anticiper sur vos débats parce que je pense que ce sera l’objet même de ce colloque de développer ce que le président Racine vient de rappeler, c’est-à-dire l’importance du rôle de la Bpi à un moment crucial de l’histoire des bibliothèques dans ce pays ; et vingt-cinq ans, finalement, c’est à la fois court et long. Court pour échapper au poids, à la pesanteur des commémorations. Long, car c’est le recul suffisant pour bien voir quel a été l’apport de la Bpi, et quels sont aujourd’hui, non seulement le fonctionnement, l’impact de cette institution en elle-même, mais aussi son rayonnement et, au-delà de l’établissement lui-même, quelle est aujourd’hui l’actualité des grands principes fondateurs de l’établissement – l’encyclopédisme, l’actualité et le libre accès – qui sont les thèmes du colloque et qui vont donner lieu à des débats très nourris.

11Je voudrais simplement, en ouverture, adresser un grand message de remerciement et de gratitude à tous ceux qui ont œuvré tout au long de ces vingt-cinq ans pour la réussite de l’établissement et pour l’accueil de ses très nombreux usagers : il s’agit de tous les agents de la bibliothèque, toutes catégories confondues. C’est à eux que je voudrais rendre un hommage très chaleureux et très sincère.

12Je voudrais également saluer individuellement les directeurs de l’établissement qui sont présents parmi nous à ce colloque. Commençons bien sûr par Jean-Pierre Seguin, sans oublier Michel Melot ou Martine Blanc-Montmayeur, dont la présence constitue une belle marque de la continuité de la Bpi. Je voudrais également avoir une pensée particulière pour les disparus : René Fillet et Jacques Bourgain qui ont contribué puissamment à faire de la Bpi ce qu’elle a été et ce qu’elle est aujourd’hui.

13Je laisse aux historiens spécialisés des bibliothèques le soin de caractériser ce qu’ont pu être les différentes époques de chacun de ces directeurs. Je pense qu’il serait très réducteur de vouloir ramener le nom de chacun à quelque chose d’essentiel, même si on peut associer Jean-Pierre Seguin aux principes fondateurs, René Fillet à cette fameuse culture Bpi des agents, Michel Melot au développement très large des activités culturelles, Jacques Bourgain à l’actualisation technologique et Martine Blanc-Montmayeur au pilotage de cette mutation qu’a représenté la rénovation de la bibliothèque dans la rénovation du Centre, jusqu’à cette réouverture de 2001, sans oublier, au passage, le fonctionnement de l’établissement hors les murs, à Brantôme. Je voudrais dire et redire à quel point le fonctionnement de Brantôme a été bien plus qu’un simple fonctionnement de transition : il a constitué un laboratoire de validation, de vérification d’un certain nombre d’options dont Martine Blanc-Montmayeur et, bien sûr, Gérald Grunberg pourraient parler plus abondamment que moi.

14Je voudrais saluer tous les participants de ce colloque : les agents de la Bpi bien sûr, mais aussi les responsables de bibliothèques françaises et étrangères qui sont venus en nombre participer à cette réflexion. La présence des uns et des autres montre à quel point la Bpi demeure au centre de la réflexion sur les bibliothèques dans notre pays et au-delà.

15Je voudrais aussi avoir une pensée pour tous les usagers parce qu’ils ne sont pas forcément représentés dans cette salle, même si certains d’entre vous ont peut-être été « usagers ». À vrai dire, je préférerais parler de « visiteurs » et de « lecteurs » de la bibliothèque. Bien sûr, ce sont des catégories qu’en tant que professionnels, d’un point de vue bibliothéconomique, vous allez apprécier, jauger, évaluer dans vos débats. Ce sont aussi des personnes, des flux, qui posent différents problèmes. Le président du Centre évoquait cette question de la file d’attente ; elle a toujours été un problème dans cette maison. Dimanche dernier, à l’occasion de deux passages successifs dans le quartier, j’ai pu voir qu’elle ne se réduisait pas au fil des heures. Simplement, au-delà de ces problèmes, je voudrais que nous songions aux milliers d’heures de lecture et de présence de ces personnes dans l’établissement ; tout ce que cela représente, aussi bien d’enrichissement, de savoir et en même temps de loisir, de culture, d’évasion et de concentration.

16À l’occasion de ces vingt-cinq ans, vous me permettrez d’évoquer des souvenirs personnels, car j’ai eu la chance d’être parmi les tous premiers usagers de l’établissement, et je le suis resté très longtemps. Certains d’entre vous se souviennent encore de la fameuse photo où l’on voit Monsieur Seguin derrière la vitre, face à l’afflux du public ; j’ai l’impression d’avoir été là ce jour-là. Peut-être y a-t-il eu beaucoup de jours comme cela au début, mais je me souviens d’une visite privilégiée dont j’avais pu bénéficier : je revois Monsieur Seguin nous ouvrir la porte rapidement avant que le flux ne repasse derrière nous. Je ne peux pas non plus repenser sans nostalgie à certaines fins d’après-midi, dans les anciens locaux, au troisième étage, du côté de la géographie, face à Saint-Eustache, au soleil couchant : on approchait son siège de la vitre, on calait bien ses pieds sur les tuyauteries ; et ce sont des heures dont on pourrait dire que si on ne les a pas connues, on ne sait pas ce qu’est la douceur de vivre. L’honneur de la Bpi, c’est justement d’avoir pu offrir ces moments exceptionnels à tout un chacun, sans aucune barrière. Nous en sommes tous comptables et nous devons continuer sur cette voie, dans un renouvellement permanent des méthodes, des moyens, mais en étant toujours fidèle à ces principes. Le débat sur les grands principes, sur la lettre et sur l’esprit, sera peut-être un fil conducteur de beaucoup de vos échanges. Je suis sûr que ceux-ci vont enrichir la réflexion et les orientations auxquelles travaille la direction de l’établissement ; peut-être les infléchiront-ils. En tout cas, je suis sûr que ce colloque sera un grand moment dans une histoire déjà longue et bien riche, et je vous souhaite des travaux tout à fait passionnants.

Jean-Pierre Seguin, fondateur et directeur de la Bpi de 1976 à 1977

17... Le directeur du Livre n’a pas été notre premier lecteur et nous n’avons pas identifié cet homme qui, pourtant, m’avait quasiment frappé. Interrogé sur ce qu’il venait faire, il avait, avec beaucoup de répugnance, fini par dire qu’il s’intéressait à la poésie et s’était précipité avec fougue à l’intérieur de l’établissement. Je ne sais pas ce qu’il est devenu ; béni soit-il, parce qu’il a peut-être, à sa manière, porté chance à la bibliothèque !

18J’exprime ma gratitude à Gérald Grunberg qui, avec son habituelle courtoisie, m’a invité à prendre la parole à l’occasion de l’ouverture de ce colloque, au titre de fondateur. Fondateur en effet, car j’ai été l’acteur, l’auteur et le témoin des faits intervenus au cours des années 1963 ou 1964 et 1977, c’est-à-dire des toutes premières années, des étapes de la programmation et de la gestation de cette bibliothèque.

19J’ai décrit les méandres et les péripéties de cette affaire dans un ouvrage publié en 1987aux éditions de la Bpi, Comment est née la Bpi ? Invention de la médiathèque, que m’avait demandé mon successeur, Michel Melot. Quelques-uns d’entre vous, peut-être, ont lu ou parcouru ce livre. En tout cas, je ne reviendrai pas trop longuement sur ce que j’ai écrit ; je vais simplement esquisser une très brève chronologie des étapes les plus importantes :

  • Vers 1964 : À l’occasion de mouvements divers parmi le public des lecteurs de la Bibliothèque nationale et d’enquêtes menées par moi-même hors de France, et notamment à Berlin, les premières ébauches d’une bibliothèque sont élaborées : elle serait librement ouverte à tous les publics et, je cite, « encyclopédique de base et d’actualité » – ce sont des mots qui comptent, en particulier aujourd’hui.
  • 1968 : Après ce qu’on appelle « les événements », les recherches débutent en matière « d’automatisation », selon le vocabulaire de cette époque ; la programmation s’affine et les premières acquisitions sont effectuées, le tout dans le pavillon I des Halles, le dernier qui soit encore debout à ce moment-là et qui était encore, à son rez-de-chaussée, occupé par des carcasses de gibier qu’il fallait enjamber.
  • Fin de l’année 1970 : Prise en compte de l’insertion prévue de l’établissement dans le Centre, alors dit « de Beaubourg ».
  • 1976 : Obtention d’un statut d’établissement public pour la bibliothèque.
  • Enfin, le 2 février 1977 : Accueil du « poète », le premier lecteur de la Bibliothèque publique d’information, ci-avant Bibliothèque des Halles.

20Ce très bref survol de douze années « d’incubation » n’ouvre peut-être pas autant de réflexions que les vingt-cinq années de fonctionnement sur lesquelles vous allez réfléchir aujourd’hui, mais l’on y trouve peut-être les racines de ce à quoi vous allez vous intéresser.

21Mon rôle ici est de rappeler et saluer la mémoire de quelques-uns : un très petit nombre de personnes qui sont aujourd’hui disparues et qui ont promu et soutenu l’entreprise tant à son origine, que lors de son avancement et de ses mutations. Là aussi, je pense que ce rappel peut nourrir vos réflexions d’aujourd’hui.

22D’abord, c’est de la « Nationale » que cette bibliothèque est issue ; c’est sous son aile qu’elle a été couvée grâce aux interventions personnelles de deux de ses administrateurs généraux qui, à cette époque, étaient aussi directeurs du Livre : Julien Cain, en fonction jusqu’en 1964, puis Etienne Dennery. L’un et l’autre, qui étaient très sensibles et blessés par le souvenir de l’échec d’une salle publique dans le périmètre Richelieu, étaient convaincus de la nécessité de reprendre cette initiative et d’en assumer la responsabilité.

23Ils m’encouragèrent paternellement et fermement à travailler au projet que j’avais conçu dans cette perspective, à l’expresse condition que l’on envisageât, pour sa fondation, un autre site que celui de la maison mère, dans lequel le mélange de deux fonctions différentes s’était révélé très dommageable. Dans les prévisions du ve Plan déjà, Julien Cain fit inscrire le projet de cette bibliothèque dans le quartier des Halles qui, en 1969, avait été rendu disponible par le départ à Rungis du marché de Paris. Étienne Dennery soutint ce choix-là. Il suivit cette entreprise avec lucidité et acharnement. Je suis témoin qu’il y engagea ses convictions et sa réputation personnelle. C’est à son initiative qu’en 1968 la Nationale comprit un nouveau département – la bibliothèque était fractionnée en départements –, celui d’une Bibliothèque des Halles qui était encore dans les limbes. Elle n’en fût certainement pas facilement ni rapidement sortie sans le parrainage du président Georges Pompidou qui, à la fin de l’année 1970, l’intégra sans tergiverser dans sa proposition d’un musée d’Art moderne, lequel, de ce fait, devint un centre culturel contemporain doté de plusieurs facettes.

24M. Pompidou avait estimé que la conjonction de composants de missions et de formes diverses, mais compatibles, serait bénéfique, et il jugea « convenable » – c’est un mot que les politiques employaient souvent à cette époque-là – qu’un contrat de mariage entre musée et bibliothèque garantît à celle-ci sa vocation – car il avait été question d’une bibliothèque d’Art moderne –, alors que celle-ci serait encyclopédique, sa physionomie et son identité, grâce à l’obtention d’un statut particulier. De la sorte, le bibliothécaire que j’étais fut appelé à participer à la programmation de l’ensemble du Centre, au cours de séances de travail communes aux responsables des autres diverses parties prenantes. Je garde un souvenir merveilleux de ces séances, qui se sont achevées à mon domicile, le 14 juillet 1970, dans le fracas du passage de la Patrouille de France. Enfin, advint le jour de l’ouverture de la Bpi dont les vingt-cinq premières années de mise à l’épreuve vous induisent aujourd’hui à songer à son devenir et à celui des établissements qui ont, à son instar, vocation à promouvoir la facilité de la lecture publique et à offrir à tous les publics des outils de connaissance et de formation dont l’actualité garantit l’utilité. J’emploie une série de mots que j’emprunte à un vocabulaire très à l’honneur, au moins dans les prémices de la Bpi, et qu’employait déjà Eugène Morel qui a été le premier apôtre véritable de la lecture publique.

25Quatre directeurs ont, après mon départ, accepté la même charge que moi-même. Deux d’entre eux, René Fillet et Jacques Bourgain, ont disparu. J’en sais assez sur eux pour vous assurer que l’un comme l’autre ont, avant toute chose, cru à la nécessité d’un incessant engagement personnel sous-tendu par une communion quotidienne avec un personnel et un public qu’on ne peut bien servir qu’à la condition de se laisser porter par eux. Ce sont des mots que j’emprunte au texte de Martine Blanc-Montmayeur et auxquels je souscris pleinement.

26De cela, j’ai été moi-même le témoin, un peu par hasard, lorsque, le 15 août dernier, j’ai côtoyé les usagers lecteurs et visiteurs, présents en grand nombre, silencieux, voire recueillis, et manifestement heureux d’être là et au travail. Ce sont des impressions que je vous livre, je les ai ressenties très vivement et je les transcris comme telles.

27Je me réjouis de voir ici des bibliothécaires et aussi des philosophes, des sociologues réunis par Gérald Grunberg. Je me souviens que, moi aussi, autrefois, j’ai reçu l’assistance de conseils et d’avis extérieurs émanant de René Capitant, André Fermigier, Julien Gracq, Roland Barthes et d’autres, eux aussi disparus.

28Je remercie enfin Gérald Grunberg d’avoir invité des parrains étrangers et notamment Gary Strong, le directeur de cette Queens Borough Public Library dont la visite m’avait si fortement impressionné. Elle m’était vraiment apparue comme un phare sur notre route. Puisse la Bpi elle aussi continuer à jouer ce rôle, aujourd’hui et demain.

Gérald Grunberg, directeur de la Bpi

29Merci, cher Jean-Pierre Seguin. La Bpi a vingt-cinq ans. C’est peu, surtout pour qui revient d’Alexandrie où vient d’être célébrée, par une construction nouvelle, la naissance, il y a deux mille trois cents ans, de ce que nos amis égyptiens appellent « la mère de toutes les bibliothèques ». Ce serait même anecdotique si cet anniversaire, ce petit quart de siècle, cette génération, ne coïncidait avec une période tout à fait exceptionnelle de développement des bibliothèques publiques dans notre pays.

30Il y a vingt-cinq ans, quelques-uns s’en souviennent, nous n’osions pas inviter nos collègues étrangers car trop rares étaient les bibliothèques publiques modernes en libre accès et s’adressant réellement à tous les publics sur notre territoire.

31Aujourd’hui, la situation a heureusement totalement changé. Grâce à l’effort conjoint de l’État et des collectivités territoriales, les habitants de ce pays disposent, à peu près partout – même s’il y a encore des zones d’ombres – de médiathèques tout à fait performantes dont le succès auprès du public est une constante.

32La Bpi, sur ce point, a incontestablement donné l’exemple. Cela a été évoqué, sa fameuse file d’attente fait, d’une certaine façon, partie de ses charmes. C’est en tout cas une des caractéristiques qui contribuent à rendre cette bibliothèque unique, car la Bpi est unique, chacun s’accorde à le reconnaître : vingt-cinq ans après sa création, alors qu’elle a été imitée et, sur beaucoup de points, rejointe et dépassée par d’autres réalisations très remarquables, cette bibliothèque demeure en France, mais aussi dans une large mesure au-delà de nos frontières, une bibliothèque très singulière.

33On aurait pu consacrer la commémoration des vingt-cinq ans à s’interroger sur ce qui fait cette singularité, et surtout sur ce qui l’a fait perdurer, au-delà de son génial inventeur et de l’équipe qui ont créé cette bibliothèque. Il aurait alors fallu évoquer à coup sûr et longuement, au-delà des seuls motifs bibliothéconomiques, l’appartenance au Centre Pompidou dont l’attractivité et le rayonnement bénéficient chaque jour à la Bpi ; la Bpi le rend bien au Centre puisqu’elle y amène chaque jour 7 000 à 8 000 lecteurs dont 41 % assurent fréquenter une autre activité du Centre.

34Mais ce n’est pas cette approche que nous avons retenue ; ce colloque n’a pas pour objet de célébrer la Bpi, même si nous l’aimons beaucoup. Ce colloque ne sera pas non plus une introspection de l’établissement, même si cette action est tout à fait nécessaire aujourd’hui pour avancer. Du reste, cette démarche est engagée en interne, nous achevons actuellement une étude de réorganisation qui a conduit à se poser nombre de questions et qui va modeler une organisation nouvelle. Par ailleurs, nous avançons vers la mise au point d’un projet d’établissement qui doit fixer nos objectifs et nos programmes prioritaires pour les cinq ans à venir : bibliothèque numérique, bibliothèque à distance, action culturelle, modernisation de la gestion, etc.

35Un autre colloque, mais tout à fait interne celui-là, réservé au personnel de la Bpi aura lieu dans quelques semaines, pour brasser tous les thèmes que je viens d’évoquer. C’est vous dire que notre horizon est d’ores et déjà le trentième anniversaire, pour lequel, si le président Racine m’y autorise, je vous donne rendez-vous.

36Ce colloque se veut donc, d’abord et essentiellement, un moment de retrouvailles et d’amitié avec nos collègues français, avec nos amis étrangers. Moment de retrouvailles que nous avons surtout voulu faire coïncider avec un temps fort de questionnement sur les évolutions que connaît aujourd’hui la bibliothèque publique en général, après vingt-cinq années de développement continu, et après avoir été confrontée à toute une série de mutations :

  • Mutation de la société que traduisent les débats sur la montée de l’individualisme ou, en d’autres termes : quel service public aujourd’hui ?
  • Mutation de nos lecteurs qui deviennent plus éclectiques et dont un certain nombre de collègues soulignent qu’ils ont de plus en plus tendance à se passer de la médiation du bibliothécaire ce qui, pour les uns, est extrêmement inquiétant, pour les autres, un motif de satisfaction puisque, après tout, l’autonomie du lecteur constitue bien un de nos objectifs.
  • Mutation des pratiques culturelles : la lecture voit peu à peu s’effriter la position de monopole qu’elle a longtemps occupée dans le champ des médiations de l’accès au savoir.
  • Mutation des technologies de lecture et d’écriture qui ne peuvent pas ne pas être sans incidence forte sur les pratiques en bibliothèque.
  • Mutation enfin, et bien évidemment, des pratiques d’accès à l’information : la délocalisation, mais aussi de nouvelles approches systémiques extrêmement différentes des codes et standards que des générations de bibliothécaires avaient soigneusement peaufinées. On pourrait allonger la liste...

37Certes, la Bpi n’est pas la bibliothèque la plus prise au dépourvu par ces évolutions : d’abord parce que c’est une tradition dans cette institution que d’exercer une veille vigilante pour tenter d’anticiper ; ensuite, parce que l’État vient de procéder à sa rénovation et à sa modernisation. Il faut en effet rappeler – notamment pour nos amis étrangers – que la Bpi a été, il y a deux ans, complètement reconfigurée et entièrement réinformatisée. Soit dit au passage, ce qui vaut pour la Bpi vaut d’ailleurs certainement pour toutes les bibliothèques publiques construites à la charnière des années 1980.

38Nous poursuivons actuellement cette modernisation par d’importants programmes de numérisation, notamment pour l’audiovisuel. Un des grands chantiers de l’année 2003 sera la modernisation du système de consultation des documents audiovisuels par la numérisation des collections et par la possibilité d’une diffusion des documents dans les espaces thématiques sur les postes informatiques banalisés donnant accès à l’ensemble des ressources et contenus. Pour prendre en compte ces nouveaux développements, nous allons encore faire évoluer notre système d’information bien qu’il n’ait que deux ans, comme je le rappelais à l’instant. De même, notre site Web va être profondément remanié. Ce sont là des évolutions technologiques tout à fait nécessaires, mais non suffisantes pour faire face aux questions qui se posent.

39Ce qui est touché aujourd’hui dans les bibliothèques publiques, ce ne sont pas tant les missions qui, pour la Bpi, sont toujours d’une extrême actualité, que les concepts fondateurs sur lesquels elle s’est bâtie. C’est autour de ces concepts que nous avons choisi d’organiser ce colloque, plus précisément autour de trois concepts :

  • Tout d’abord l’encyclopédisme qui a longtemps constitué un cadre de référence particulièrement solide pour des raisons historiques et culturelles bien connues, mais qui semble aujourd’hui remis en cause sous les coups de butoir des discours et des pratiques que génère notamment le phénomène de l’Internet.
  • Ensuite, l’actualité, dont c’est une évidence de dire qu’elle n’a plus le même sens qu’il y a vingt-cinq ans, qu’on entende d’ailleurs par actualité, actualité de l’information ou actualité du savoir, puisque ce double sens présidait largement à la notion d’actualité dès la création de cette bibliothèque. Je pourrais, concernant cette caractéristique, ajouter pour la Bpi une considération. À vingt-cinq ans, en principe, on n’a encore ni ride ni embonpoint, mais on a déjà un passé et une mémoire. Que faire de cette mémoire ? Comment la valoriser ? Comment la mettre à la disposition du public sans renoncer à être une bibliothèque d’actualité ? Ce sont des questions qui se posent avec acuité, peut-être un peu plus spécifiquement à la Bpi.
  • Troisième thème, le libre accès : Qu’est-ce que le libre accès à des documents qui ne sont plus visibles autrement que cachés derrière un écran ? Étrange et paradoxal retour en arrière pour les bibliothécaires du monde entier. Plus encore, qu’est-ce que le libre accès pour cette catégorie de public de plus en plus nombreux et si mal connu, le public à distance ? J’ajoute qu’au-delà de ces questions heuristiques et techniques, une autre question se pose à propos du libre accès, car libre accès veut dire aussi accès libre, et accès libre à la Bpi, vous savez bien que ça a toujours été, jusqu’à présent, synonyme de non-formalité d’inscription et de gratuité. Or l’accès à l’information passe de plus en plus sur les réseaux par un acte d’inscription individuel et un paiement à l’acte. Il y a là une contradiction forte qui est au cœur de l’évolution de la bibliothèque publique si elle veut maintenir sa mission fondamentale de service public au service de la démocratisation culturelle. Il est évident que, sur ce point qui nous réunit tous, nous pouvons tous ensemble, État, collectivités territoriales, bibliothécaires, nous prévaloir, au terme de ces vingt-cinq ans, de quelque succès. Mais nous savons bien aussi qu’il faut aujourd’hui redoubler d’effort et d’imagination pour garder le cap et faire face aux nouveaux défis dont je viens de mentionner quelques exemples.

40À la Bpi, nous avons beaucoup de convictions qui sont à peu près les mêmes qu’il y a vingt-cinq ans en ce qui concerne les objectifs de la bibliothèque publique. Mais nous n’avons aujourd’hui qu’une seule certitude : nombre de réponses viendront d’une coopération profondément repensée entre les bibliothèques. À ce sujet, je veux préciser que nous travaillons avec le soutien très déterminé du directeur du Livre et de la Lecture, sur ce point comme sur l’ensemble des dossiers de la Bpi, et nous proposerons dans quelques mois aux collègues français une journée d’étude pour faire le point sur les projets de coopération que la Bpi voudrait vous soumettre.

41Je referme cette parenthèse pour dire que, au-delà de cette réponse qui n’est que partielle par rapport à l’immensité des questions que j’ai évoquées, nous avons souhaité réfléchir avec vous, aujourd’hui et demain ; c’est l’objectif principal de ce colloque.

42Je voudrais remercier tous ceux qui ont répondu à notre invitation : il y a près de trois cents inscrits. Je voudrais bien sûr remercier tous les intervenants, qu’ils soient historiens, sociologues, philosophes et bibliothécaires pour avoir accepté d’aborder les questions relativement difficiles qui sont posées et je voudrais enfin adresser un remerciement tout particulier à nos collègues étrangers qui ont fait le déplacement. Vous me permettrez de les citer : M. et Mme Chris Batt, M. Chris Batt étant le directeur de la Learning and Information Society de Grande-Bretagne ; Mme Claudia Lux qui est directeur général de la Stadtbibliothek à Berlin, avec qui la Bpi entend développer une coopération très active ; M. Gary Strong, directeur de la Queens Borough Library à New York, avec laquelle la Bpi a une convention de coopération au terme de laquelle nous avons déjà organisé plusieurs échanges dans les deux sens et dans le cadre de laquelle je peux vous annoncer, dès maintenant, un projet qui me tient à cœur pour l’an prochain, concernant l’organisation d’un colloque franco-américain qui portera notamment sur l’étude comparée des bibliothèques publiques aux États-Unis et en France ; notre amie, Mme Lise Bissonnette, directrice générale de la Bibliothèque nationale du Québec, qui nous fait l’honneur et l’amitié, une fois de plus, d’être présente ; Mme Ekaterina Genieva qui est directeur général de la Bibliothèque de littérature étrangère de Moscou, établissement avec lequel la Bpi a également une convention d’échange extrêmement fructueux ; Mme Zahia Neggaz, inspecteur général du ministère de la Culture à Alger, dont je me réjouis hautement de la présence puisque c’est en prélude à l’année de l’Algérie en France qui se déroulera l’an prochain, que nous sommes en contact permanent depuis quelques semaines, et que nous avons le très beau projet d’organiser des journées professionnelles d’étude à Alger au printemps prochain sur le thème, « le rôle social des bibliothèques publiques » ; M. et Mme Asbjörn Langeland, directeur des bibliothèques au ministère de la Culture de Norvège ; Mme Monique Kieffer, directrice de la Bibliothèque nationale du Luxembourg ; Mme Hella Klauser, directrice de la bibliothèque du Goethe Institute à Paris avec qui nous préparons un ensemble de manifestations pour l’an prochain ; et Mme Daisy Macadam, directeur de la bibliothèque de la faculté des Sciences économiques de Genève. Je remercie très chaleureusement ces collègues d’avoir fait le déplacement et de nous honorer de leur présence.

43Il me reste à vous souhaiter un excellent colloque et à remercier le président du Centre Pompidou, le directeur du Livre et de la Lecture et le fondateur de la Bpi pour avoir ouvert cette journée.

44La première table ronde consacrée à l’encyclopédisme sera animée par Valérie Tesnière qui est directrice du département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme à la Bibliothèque nationale de France.

Auteurs

Président du Centre Pompidou

Directeur du Livre et de la Lecture

Fondateur et directeur de la Bpi de 1976 à 1977

Directeur de la Bpi

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access