Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Concurrences et complémentarité

Synthèse du colloque

Jean-François Jacques

Texte intégral

  • 1 Secrétaire général du Conseil supérieur des bibliothèques.

1Note portant sur l’auteur1

2L’intitulé général de la journée a eu un double mérite : celui de susciter des interrogations sur l’emploi d’un terme inhabituel dans la culture du service public, celui de situer d’emblée la problématique de la concurrence dans la sphère de la demande. Cela a suscité des interventions si fécondes qu’il est difficile d’en faire, à chaud, une synthèse.

3Dès les interventions liminaires, le terme de « concurrence » a été relevé dans un sens positif : « concurrence féconde » pour Jean-Noël Jeanneney, « modernisation, réponse à la concurrence » pour Marie-Anne Toledano qui distingue d’emblée la concurrence entre bibliothèques de la concurrence culturelle entre secteur public et marché des biens culturels.

4Le premier aspect sera en quelque sorte un des thèmes de la deuxième partie de la matinée, s’agissant du public étudiant et de ses modes de fréquentation des divers types d’établissements de Paris.

5Le deuxième aspect n’est pas abordé par Alain Lefebvre sous un angle directement économique, mais sous l’angle de la diversité des pratiques de « l’individu social », et de sa nouvelle mobilité dans des territoires élargis. Alain Lefebvre utilise cette notion d’individu social parce qu’il n’est ni convaincu par le libéralisme qui fait des choix individuels librement déterminés le seul moteur des comportements, ni par l’inquiétude, voire la « désespérance culturelle » engendrée par une sociologie trop « bourdieusienne », qui risque de subordonner l’observation du comportement individuel à celui de son seul groupe social.

6Alain Lefebvre confronte la notion géographique de proximité (comme abri, comme recherche de l’anonymat, comme espace de ressourcement individuel) à l’observation des « nouvelles mobilités » : les déplacements pour les loisirs ont crû de manière considérable au cours de la dernière décennie (20 % en nombre, 8 % en temps). Cette mobilité, largement liée à la « bi-résidentialité », à l’investissement affectif dans la résidence secondaire, mais aussi à la dispersion croissante de l’offre, devient « multiterritorialité », engendre une nouvelle perception du territoire : au territoire de vie, territoire de proximité géographique – celui, réducteur, de la « démocratie de proximité » –, se superpose le « territoire perçu », ou « territoire mental » : « les territoires qui nous habitent ne sont pas ceux que nous habitons ». Alain Lefebvre nous conseille donc de rechercher des équipements « à proximité » plutôt que des équipements « de proximité ». Cette nuance – elle a été discutée au cours de la journée – est censée rendre compte de la complexité des territoires des « habitants » – publics et non-publics. Les acteurs culturels peuvent-ils alors être ces « passeurs de territoires », les bibliothécaires peuvent-ils aller au-delà du rôle qu’ils s’assignent habituellement d’être des agents promotionnels dans leur seul territoire géographique ? Comment sortir de la standardisation, favoriser ce passage par la diversité, par la production d’une « plus-value » territoriale ?

7Sur un registre différent, nous retrouvons cette complexité au fil des analyses successives de quatre enquêtes sur les publics des différents équipements parisiens.

8Première surprise constatée par Yves Alix : si la population n’est formellement inscrite dans les bibliothèques municipales qu’à 13,95 %, un tiers des Parisiens déclare être inscrit dans une bibliothèque : est-ce le poids des autres réseaux ? En tout cas, 44 % des Parisiens déclarent avoir « un rapport quelconque » avec les bibliothèques : c’est un public plus jeune, plus féminin, plus « consommateur culturel » que l’ensemble de la population : ce en quoi les bibliothèques parisiennes ne diffèrent pas des autres ! Leur notoriété est largement supérieure à leur fréquentation, dans laquelle on retrouve la mobilité montrée par Alain Lefebvre : si les Parisiens sont très attachés à leur bibliothèque de proximité, si une majorité d’entre eux s’y rend à pied, une majorité aussi pratique la multi-fréquentation : alliance du proche et du lointain, dans un même territoire culturel ? Est-ce pour rechercher ailleurs ce qu’ils attendent – même s’ils sont globalement satisfaits : plus de services, notamment liés à l’Internet, plus de place ?

9Le public de la Bpi est tout à la fois plus difficile à saisir, et plus homogène – trop homogène sans doute aux dires d’Olivier Chourrot. D’une année à l’autre, plus d’étudiants, plus de mono fréquentation, plus de femmes et plus de littéraires, plus de temps de présence, plus de solitaires, plus de « touche-à-rien », plus de file d’attente – jusqu’à cinq heures, ce qui a particulièrement impressionné… Quelles sont les activités pratiquées au cours de ces longs moments d’attente ? La lecture ? On constate aussi plus de volatilité : très assidu pendant quelques mois, ce public se renouvelle ensuite très vite. En juillet, changement radical : les étudiants laissent la moitié des places à un public d’actifs, plus littéraires, plus diplômés. Il n’est pas étonnant que la Bpi appelle à une plus grande concurrence, et demande aux autres réseaux de mieux accueillir les étudiants.

10Les étudiants, avec les lycéens, forment aussi le public dominant du Haut-de-jardin de la BnF, constate Romuald Ripon. Ont-ils chassé les autres publics, actifs ou retraités ? Ils viennent en tout cas de loin : de la petite couronne à 33 %. Très satisfaits des espaces de travail, de l’ambiance, de l’accueil, ils sont aussi plus « séjourneurs » qu’à la Bpi, mais semblent dans leur majorité méconnaître encore les ressources électroniques et audiovisuelles : cette question de « l’invisibilité » de la documentation en réseau est propre à l’ensemble des bibliothèques, et nous obligera à une réflexion approfondie sur notre rôle dans ce domaine.

11Denis Bruckmann propose des pistes d’actions qui ne sont ni plus ni moins que du « marketing » – mais le mot n’est pas prononcé : opération gratuité, nouveaux tarifs, extension des horaires, amélioration de la signalétique et de la promotion de services renforcés. La BnF fera aussi des propositions documentaires plus ciblées, dans les domaines de l’actualité et du patrimoine, ainsi que de la presse, pour donner une image moins « académique » à son offre.

12L’obstination des étudiants face à la pénurie de places en bibliothèque a de quoi rendre optimiste : le déficit, analysé par Daniel Renoult, est de l’ordre de 7 000 places, mais 67 % des étudiants d’Île-de-France utilisent les bibliothèques universitaires une à plusieurs fois par semaine. Pour près de la moitié d’entre eux, il s’agit d’abord de trouver un espace de travail : ce constat interroge à la fois l’offre documentaire – le déficit de documents en prêt ou en libre accès est souligné, mais aussi le marché du logement étudiant. La discrimination sociale induite par cette situation, comme par les temps d’attente (53 minutes en moyenne) est inquiétante et contradictoire avec la démocratisation réelle de l’accès aux études supérieures. Enfin, autre motif d’optimisme, les étudiants sont grands lecteurs de presse et de livres, et bons acheteurs : on retrouve ici le constat très général des enquêtes sur les pratiques culturelles, qui en souligne le caractère cumulatif.

13Stéphane Wahnich, dans la synthèse proposée de cet ensemble d’études, souligne ce double parcours des publics des bibliothèques : parcours de la pénurie – celui des étudiants –, parcours de rencontre – celui des familles. Mais ces publics ont tous les mêmes attentes : attentes d’une meilleure visibilité des bibliothèques, d’une plus grande modernité, de meilleurs services répondant à la logique sociale des parcours de vie. Le constat fait ici contredit un peu le postulat des bibliothécaires (aller à la recherche des publics) : il n’y a pas pénurie de publics, mais nécessité d’un meilleur partage des rôles, de meilleures réponses des bibliothèques aux attentes de leurs publics cibles – les lycéens et les collégiens pour la Ville de Paris par exemple. Au-delà, un travail au niveau de l’Île-de-France est nécessaire.

14Avec Patrick Bazin, nous avons quitté le champ de l’enquête, pour retrouver une réflexion plus philosophique sur la place des bibliothèques dans « l’univers mental » des individus : à l’apparent pessimisme qui lui fait constater leur perte d’attractivité, le moindre attachement des publics et leur plus grande volatilité, il répond en réaffirmant leur place dans les processus d’appropriation du savoir, dans la remédiation à la prolifération anarchique de l’information et des pratiques individuelles. Nous persistons, dit-il, à gérer le savoir en termes de collection, dans un mouvement de top down – le savoir vient d’en haut, alors que la pratique sociale est maintenant dans le bottom up – on s’élève à partir de la base. Il nous faut dépasser notre position de « surplomb », d’accumulation et de prescription : le livre est opérateur de communication, les bibliothèques devraient être opératrices de communication entre personnes, avec leur intimité, cherchant à s’exprimer dans un contexte général. Dans ce contexte de « bibliothécarisation du monde », il ne faut pas que les bibliothèques continuent à créer des « espaces séparés », obligeant à un long détour : les métaphores auront filé tout au long de cette journée, jusqu’à la notion d’archipel des espaces publics, dont les bibliothèques devraient occuper les espaces interstitiels.

15Cherchant à dépasser l’opposition habituelle des oppositions espaces marchands / espaces non marchands, des oppositions rentabilité / gratuité, Bernadette Seibel nous propose de prendre en compte les fortes évolutions extérieures qui structurent la demande. De nouveaux modèles de distinction des espaces de libre accès et de libre consommation apparaissent, motivés par l’expression de la sociabilité, l’animation et la qualité implicite de l’offre, la demande croissante de diversification de l’offre et de sa capacité à prendre en compte l’actualité. Les logiques des divers circuits de diffusion – librairies, grandes surfaces culturelles, clubs et bibliothèques – seraient à cet égard plus proches qu’on ne le pense. La plus-value culturelle que ces dernières peuvent apporter se situe donc plus sur le plan de l’innovation, de la limitation du risque par la médiation, dans le champ social, la médiation dans le champ de la production restant l’affaire du libraire.

16L’offre de cinéma documentaire en bibliothèque est un excellent exemple de cette capacité des bibliothèques à accompagner les évolutions culturelles. Elle a fait l’objet d’une enquête de SCP communications, dont Christophe Evans nous rend compte. La « culture de l’écran » est pratiquée par plus d’un million et demi de cinéphiles érudits, mais leur pratique en bibliothèque est encore mal connue en ce qui concerne la fiction. La progression du dvd est fulgurante : la capacité des bibliothèques à accompagner l’innovation se mesurera aussi à la rapidité d’introduction de ce support ! En ce qui concerne le film documentaire, sa pratique se situe, là encore, dans le cumulatif déjà constaté : les cinéphiles sont de grands lecteurs, fidèles des bibliothèques, mais aussi de gros acheteurs. Une enquête semblable concernant la fiction est éminemment souhaitable.

17Malgré sa très grande taille, la bibliothèque de Rotterdam, présentée ici par son directeur Frans Meijer, se veut être une « maison pour chacun ». Pour définir la ligne de conduite de sa rénovation complète, Frans Meijer a listé les termes-clés de la transformation sociale : individualisation, indépendance, goût du « sur-mesure », digitalisation, « tout au long de la vie », multiculturel, culture transversale, loisirs. De là découlent, de manière très pragmatique, les quatre axes des évolutions à mener :

  • Organisation : anticipation, innovation ;
  • Service : self-service, diversité ;
  • Design intérieur : flexibilité, autonomie ;
  • Présentation : expérimentations, animations et événements.

18La bibliothèque de l’avenir est centre de connaissance, de rencontre, de communauté, d’expérience. Retenons aussi cette leçon : less is more, le moins est le mieux, le qualitatif vaut mieux que le quantitatif : désherbons !

19Et si la bibliothèque allait jusqu’à disparaître, au fil des mutations conséquences de l’irruption des technologies numériques dans la société contemporaine ? Poussant à bout cette hypothèse, Dominique Lahary postule cependant – ouf ! – sa « réapparition ». Ce détour maïeutique nous oblige à poser les termes de la concurrence : le coût et la gratuité, la rapidité et/ou la proximité (800 mètres ou ¼ d’heure ?) ; l’exhaustivité, mais laquelle : celle de l’usager par rapport à sa demande, ou la nôtre ? la commodité ; la facilité de copie personnelle. Dans un système consumériste, tout est légitime, ou du moins chacun produit sa légitimité : ce processus met à mal notre offre, et fait exploser les modes de sociabilité. Alain Lefebvre parlait de mobilité, Dominique Lahary parle de nomadisme, incluant l’espace virtuel qu’est l’Internet, et la perte de « monopole de l’imaginaire » dont jouissaient les bibliothèques, puisque cet espace de l’imaginaire est maintenant à domicile. La question centrale n’est donc pas de concurrencer la librairie, qu’elle soit de proximité ou pas, mais de se demander, sachant ce que nous savons des usages et des besoins, ce que peut faire la puissance publique. En tout cas, « parler de tables et de chaises, de plate-forme des services et de lieux de vie ». Dominique Lahary fait lui-même la synthèse de la journée, renversant la proposition initiale pour se demander : « Publics, quelle concurrence ? Bibliothèques, quelles attentes ? »

Notes

1 Secrétaire général du Conseil supérieur des bibliothèques.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access