Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Concurrences et complémentarité

Bibliothèque et concurrence : par quel(s) bout(s) prendre la question ?

Dominique Lahary

Texte intégral

  • 1 Directeur de la bibliothèque départementale du Val d’Oise.

1Note portant sur l’auteur1

Prologue : hors concurrence, hors marché ?

2Deux images pour commencer : le portrait d’un homme et la vue d’une foule. L’homme, c’est Egon Krenz, éphémère successeur, du 18 octobre au 7 décembre 1989, d’Erich Honecker à la tête du parti socialiste unifié de la rda. La foule, c’est celle des manifestants est-allemands qui se sont mis à scander, dès le changement de dirigeant : « Egon Krenz, wir sind die Konkurrenz » (Egon Krenz, nous sommes la concurrence).

3Ainsi cette foule, au nom d’une concurrence politique à établir, se jeta pour le meilleur et pour le pire dans l’univers de concurrence généralisée qui est le nôtre.

  • 2 Le Métier de bibliothécaire, Édition du Cercle de la Librairie, 2003.

4Un collègue me disait récemment que la lecture de la nouvelle édition du Métier de bibliothécaire2 lui inspirait la réflexion suivante : les bibliothécaires conçoivent leur activité comme hors marché. Il n’est pas douteux que nous autres, bibliothécaires, tenons à nous définir ainsi et donc de nous situer, sinon hors d’un univers concurrentiel, du moins dans une posture particulière par rapport à celui-ci.

5Cela mérite bien un approfondissement et quelques déplacements de perspectives.

Quelles concurrences ?

6Le thème de la concurrence semble récent chez les bibliothécaires. Il fait son entrée définitive dans la littérature professionnelle avec le numéro 1 de l’an 2002 du Bulletin des bibliothèques de France, dont le dossier principal est titré : « Alliances et concurrences ». On voit que le terme exprimant la brutalité d’un rapport à l’autre n’est avancé que précédé d’un autre présentant une version plus rassurante de ce même rapport.

7Bertrand Calenge qui prépara ce dossier comme rédacteur en chef me disait avoir eu un « mal de chien à monter ce numéro », signe que le thème était encore « émergeant ».

Une brassée de concurrences

8Pourtant, bien avant 2002, les bibliothécaires, volens nolens, se heurtèrent, directement ou indirectement, seuls ou avec d’autres, à la concurrence.

Concurrence des usages

  • 3 Une mise au point a été faite dans une étude, financée par l’Observatoire France Loisirs de la lec (...)

9La concurrence des usages, autour d’un temps supposé fixe de temps libre, a inquiété les professions du livre ou plus largement de la culture : la télévision contre la lecture3, le sport contre la culture, puis l’Internet contre le papier.

10Il en a moins été question quand il s’est agit du temps libre conquis après l’adoption de la loi sur les 35 heures, comme si la bataille était perdue d’avance, même si certains ont pu noter une augmentation de la fréquentation des bibliothèques le vendredi.

11Mais il y a aussi la concurrence des usages au sein de la bibliothèque, qui voit individus et groupes se disputer espaces et services (« un public chasse l’autre », dit-on parfois).

12Un des terrains de cet affrontement, c’est l’écran. S’y joue à la fois la concurrence entre publics mais aussi entre types d’usage, l’Internet écrasant ce pauvre catalogue, et sur l’Internet la messagerie écrasant cette pauvre « recherche documentaire », ce qui peut conduire à spécialiser des postes quand la logique de la standardisation permet qu’ils soient tous multi-usages.

Concurrence des investissements publics

  • 4 Voir notamment : Bertrand, Anne-Marie, « Légitimités, concurrences, arbitrages (et retour) », Bull (...)

13La question est : quand la lecture publique devient-elle prioritaire sur l’agenda des élus locaux4 ?

14Viennent en concurrence les investissements extraculturels, notamment les infrastructures, mais aussi les autres champs de l’action culturelle locale : le spectacle vivant, l’enseignement musical, mais aussi sans doute la culture de l’événement contre ce service invisible, et pourtant de masse, que rendent les bibliothèques.

15Emmanuelle Massiou, ma collègue de la Bibliothèque départementale du Val-d’Oise chargée des subventions a l’habitude de dire qu’un projet de bibliothèque (on dit aujourd’hui « projet de médiathèque ») est pour un maire rarement une entreprise de premier mandat. Il vient après que des investissements jugés plus essentiels ont été assurés.

16Je vois depuis quelque temps des élus locaux accepter des investissements, des emplois dans des lieux identifiés comme outils de lien social notamment en direction des jeunes, avec l’Internet et des jeux en réseau, tandis que la bibliothèque demeure gérée, si l’on est à la campagne, par des bénévoles âgés recevant des enfants jusqu’à onze ans et des adultes inactifs : il y a un véritable danger de « ringardisation » des bibliothèques.

Concurrence des métiers, acte I

  • 5 Voir notamment : Bouthillier, France, « La concurrence dans les métiers de la documentation : réal (...)
  • 6 Le dispositif des emplois jeunes, déployé par la loi n° 97-940 du 16 octobre 1997 et dont l’effet (...)
  • 7 Attention au mot professionnel : il n’a de sens qu’entre soi. Les bouchers sont des professionnels (...)

17Sur le marché de l’emploi, on peut parler de concurrence entre les formations5, entre les salariés et les bénévoles, entre les emplois statutaires et les autres, notamment les emplois jeunes6, enfin entre les « professionnels7 » et les autres (administratifs, généralistes de la culture) dans les emplois de direction.

Au cœur du sujet : la bibliothèque mise en cause

18Les éléments évoqués ci-dessus permettent de tracer un paysage fait de concurrences multiples. Mais ce qui marque la période que nous vivons, ou l’éclaire d’une lumière crue, ce sont des concurrences qui mettent en cause directement les bibliothèques.

La bibliothèque accusée de concurrence déloyale ?

19Au cours des années 1990, le secteur marchand a pu accuser les bibliothèques de concurrence déloyale.

  • 8 La loi n° 2003-517 du 18 juin 2003 relative à la rémunération au titre du prêt en bibliothèque et (...)

20La bataille a d’abord été portée sur le terrain de l’imprimé, dans le sillage de la directive européenne sur le droit de prêt du 19 novembre 19928 Les emprunts en bibliothèque porteraient tort à la vente de livres.

  • 9 Observatoire de l’économie du livre, « Les bibliothèques, acteurs de l’économie du livre : l’artic (...)
  • 10 Alix, Yves, « La banalisation des bibliothèques : une offre non marchande dans le marché de l’info (...)

21Une étude menée par l’Observatoire de l’économie du livre a conclu à la complexité de l’interaction entre l’emprunt et l’achat de livres. Une synthèse de ses résultats a été publiée par le Bulletin d’informations de l’abf sous le titre « Les bibliothèques, acteurs de l’économie du livre9 ». Ce slogan a semble-t-il été reçu positivement dans la profession comme une réponse à l’accusation : nous sommes dans l’économie du livre, puisque nous achetons des livres et que nous en faisons vendre. Reste que « l’intrusion de la propriété intellectuelle dans le paysage, à un degré tout à fait inédit, a servi de révélateur à une évidence : que les bibliothèques, au cœur d’une chaîne dont tous les maillons sont solidaires, ne pouvaient pas prétendre s’exclure du flux des échanges10 ».

22L’éventuelle concurrence déloyale des bibliothèques vis-à-vis du commerce du disque a été peu évoquée, sans doute parce que ne subsistent sur ce terrain que les grandes surfaces, spécialisées ou non.

  • 11 En 2000, le directeur d’une BDP a reçu à son domicile personnel une convocation de la police. Cell (...)

23C’est sur la vidéo que l’accusation a pu prendre une tournure plus vive, parce qu’existe un commerce de la location, forme marchande du prêt11. La question a été réglée sous la forme d’un surcoût pour droit de prêt.

La bibliothèque concurrencée ?

24Réactivant une crainte précédemment exprimée, la conscience que le public de la bibliothèque pouvait s’en détourner au profit d’autres sources d’approvisionnement ou de documentation s’est accrue au début de ce siècle.

  • 12 Gaudet, Françoise et Lieber, Claudine, « L’Amérique à votre porte », Bulletin des bibliothèques de (...)

25La nouvelle venait d’Amérique12 : les bibliothèques étaient en train de se vider, et pas seulement dans les universités. En cause, ce véritable documentaliste à domicile que constitue l’Internet et notamment, reconnaissons-le, le moteur de recherche Google.

26La menace, d’abord cantonnée au documentaire, s’est déplacée vers les objets de consommation culturelle, avec le phénomène d’auto-organisation de l’approvisionnement en morceaux de musique. On oublie de dire que, dans cette affaire, les bibliothèques sont en réalité dans le même camp que l’industrie et la distribution commerciales phonographiques, puisqu’elles connaissent une baisse des prêts de cd concomitante de celle de leur vente.

  • 13 Dans le débat écrit organisé sur ce thème par le Bulletin des bibliothèques de France, le mot « co (...)

27Mais c’est finalement un sentiment plus diffus qui s’est emparé de la profession au vu d’une certaine baisse de la fréquentation révélée par les statistiques nationales en 200213, quand l’offensive toute récente d’éditeurs sur le droit de prêt s’était encore fondée sur une envolée des prêts depuis les années 70.

Concurrences des métiers, acte II

28La montée en charge progressive d’une économie en ligne installe une concurrence parfois brutale entre des acteurs dont le rôle était auparavant stable et respecté, les uns pouvant s’efforcer de faire le métier des autres, voire de les faire disparaître comme intermédiaire inutile pour atteindre l’utilisateur final.

29On peut tendre vers deux schémas simplifiés :

  • un modèle éditorial pouvant être commercial, où l’éditeur s’adresse directement au lecteur-imprimeur ;
  • un modèle reposant sur le partage et le don, où l’auteur s’adresse directement au lecteur, les rôles pouvant être interchangeables.
  • 14 Lors d’un débat au Salon du livre de Paris, le 22 mars 2004, François Gèze, directeur général des (...)

30Dans les deux perspectives, la bibliothèque pourrait n’être traitée que comme un utilisateur final parmi d’autres, perdant de son intérêt en ce qui concerne les ressources gratuites et soumise s’agissant des payantes aux stratégies commerciales qui la viseront ou la négligeront14.

La concurrence : une question de point de vue

31L’énoncé de ces concurrences conduit naturellement les bibliothécaires à confirmer le rôle spécifique de leurs établissements sur le mode de la distinction : voilà que réapparaît l’inusable concept de Pierre Bourdieu. L’offre des bibliothèques serait différente, et c’est sur cette base que la concurrence pourrait être limitée, ou évitée, ou combattue.

32Cette différence, elle se fonde naturellement, non sur une stratégie de marketing ayant identifié une ou des cibles particulières, mais sur une idéologie du service public de la bibliothèque.

33Or une telle démarche conduit à dénoncer des usages, ou à les déplorer, en tout cas à ne pas les comprendre.

34C’est pourquoi je propose de mettre entre parenthèses, au moins dans un premier temps, une attitude qui rassure (« je demeure ») et tout à la fois inquiète (« tout fout l’camp ») pour tenter de se placer résolument du point de vue de l’utilisateur.

Du point de vue de l’utilisateur

Les éléments de la concurrence

35Admettons que l’utilisateur agit au mieux de son intérêt en mettant en concurrence les ressources et les offreurs (coût, accessibilité, exhaustivité…). Il agit ainsi comme l’agent économique de l’économie politique classique.

36Détaillons les éléments de la concurrence qui vont faire pencher l’utilisateur vers une source d’approvisionnement plutôt qu’une autre : le coût, la rapidité, l’exhaustivité, la qualité, la commodité, la réutilisation.

• Le coût

37La gratuité est une modalité de la tarification. Elle n’est pas appréciée en soi mais en relation avec les autres critères.

38Dès qu’il y a tarification annuelle, quelle que soit notre vertueuse bataille contre le paiement à l’acte au moment de l’affaire du droit de prêt, l’utilisateur raisonne en terme de forfait et se demande : « Est-ce que j’ai intérêt à m’inscrire en fonction des usages que je prévois ? » Le forfait permet donc même grossièrement, d’estimer un coût de chaque emprunt.

39Enfin, toute tarification déjoue notre logique d’individualisation de l’inscription au profit d’une collectivisation de l’usage, familiale ou autre, afin de minimiser le nombre de forfaits à acquitter.

• La rapidité

40Elle se décline en deux volets :

  • rapidité d’accès au service, donc le plus souvent au bâtiment15 ;
  • rapidité d’obtention de ce qu’on recherche, soit qu’il recoure au personnel, au catalogue soit, cas le plus fréquent, qu’il trouve soi-même.

• L’exhaustivité

41Il ne s’agit pas de l’exhaustivité relative à la production éditoriale ni aux divers domaines de la connaissance et de la culture, mais bien aux demandes de l’utilisateur.

• La qualité

42Il s’agit là encore de la qualité vue par l’utilisateur :

  • en terme de contenu : qualité de l’offre (y compris le cas échéant de l’offre inattendue) ;
  • en terme de support matériel.

• La commodité

  • Est-ce que je dois m’organiser en fonction de l’établissement ou celui-ci est-il adapté à mes propres rythmes ?
  • Est-ce que je trouve facilement ce que je cherche ?
  • Est-ce que je peux faire ce que je veux (en particulier sur l’Internet) ?

• La réutilisation

43Il s’agit essentiellement de la copie privée qui peut être une des motivations de l’emprunt. On en mesurera rétrospectivement la part si des procédés techniques viennent à l’empêcher.

  • 16 Maris, Bernard, Antimanuel d’économie, Bréal, 2003.

44Bien sûr, l’agent économique, on le sait, n’agit pas de façon rationnelle16. Il faut donc ajouter à ces éléments des données subjectives, comme l’accueil, la convivialité, le relationnel, et tous les éléments symboliques d’adhésion éventuelle à un lieu, à une institution.

45Dans cette mise en concurrence, la bibliothèque est évidemment banalisée, comparée aux autres sources d’approvisionnement en fonction de critères indépendants de la logique qui préside à la constitution des collections ou de la prise en compte de ce que les bibliothécaires appellent leurs missions.

46Et les distorsions que les bibliothécaires opèrent sur la demande ont des effets qu’on peut constater en faisant abstraction de leurs intentions. Ainsi, en n’offrant pas les best-sellers en proportion de la demande, ils sélectionnent les lecteurs de best-sellers de bibliothèque (les plus rusés, les plus experts dans l’exploitation du fonctionnement de la bibliothèque, les plus patients, ceux qui ont le temps).

47Quant à la fameuse gratuité, elle est surtout un mode particulier de tarification qui sépare ce qui est payé à l’acte (l’achat d’un livre, d’un cd, la location d’un dvd) et ce qui est payé hors de l’acte (forfait, achat d’un appareil, abonnement) : la radio, la télévision, l’Internet (pour la majorité de ses usages), la bibliothèque.

48Il y a même concurrence entre gratuités : les échanges de fichiers musicaux mettent hors jeu pour une partie du public et pour des genres musicaux entiers les discothèques de prêt et les vendeurs de cd.

49La formulation la plus avancée de la performance attendue par l’utilisateur est le fameux « tout, tout de suite », vieux slogan de 1968 curieusement devenu celui du consumérisme contemporain (à traduire par : « Tout ce que moi je veux, au moment où moi je le veux »).

  • 17 J’ai tenté de proposer une alternative à cette notion de compromis dans « Pour une bibliothèque po (...)
  • 18 Extrait de Lahary, Dominique, « Nouveau paysage, nouvelles compétences, valeurs pérennes ? », Bibl (...)

« Certes le thème de la tension entre offre et demande n’est pas nouveau et a pour l’essentiel généré une littérature de la valorisation de la première et une pratique du compromis avec la seconde17. Mais tout se passait comme si un double filtre contribuait à anesthésier les tensions : le public se contentait de demander à la bibliothèque ce que celle-ci lui offrait ; ne venait à la bibliothèque que le public intéressé par l’offre qu’il pensait y trouver (ou bien encore : ne venait pas celui qui ne pensait pas y trouver ce qui l’intéresse).
« Or cette tension semble avoir connu une vigueur nouvelle avec l’ouverture de vastes médiathèques, comme si des espaces tenant davantage de l’hypermarché que de la boutique faisaient exploser les modes de sociabilité. Explosion ne se manifestant pas seulement par l’absence ou la dégradation des relations entre utilisateurs et entre ces derniers et le personnel, mais par une mutation de l’attente vis-à-vis de l’établissement, conçu comme un lieu d’approvisionnement parmi d’autres soumis à la pression du caprice de chacun et non comme une institution publique développant une politique d’offre légitimée, fût-ce seulement, avec l’assentiment tacite des dirigeants territoriaux et des élus, dans la tête des bibliothécaires.
« Cette attitude nouvelle est fréquemment dénommée “consumérisme” par ces derniers et heurte de plein fouet la conception qu’ils ont de leur rôle et de leur métier. Elle signifie qu’a priori tout est légitime, tout est sur le même plan, et que tout un chacun est fondé à produire sa propre légitimité18. »

Le nomadisme et l’atomisation

50« Le client est devenu nomade », disait derrière son comptoir le patron d’un café de Louvres (Val-d’Oise), le 19 janvier 2004.

51C’est devenu une banalité du marketing que de constater le nomadisme des consommateurs, le déclin de la fidélité à une marque, à un magasin, une chaîne de télévision ou de radio : la clientèle est toujours à reconquérir, elle n’est plus ni captive ni fidèle. La bibliothèque n’y échappe pas et ne représente qu’un cas particulier de ce phénomène général qui ne touche pas seulement des institutions publiques, mais aussi des établissements commerciaux.

52Ce phénomène tend à accroître la concurrence puisqu’il remet en jeu à chaque besoin la place de chaque source d’approvisionnement. Il fait que l’inscription annuelle payante en bibliothèque pose problème : ce système sélectionne des usagers réguliers ayant un sentiment d’appartenance et exclut les usagers occasionnels.

53Il se conjugue avec une atomisation de la demande, qu’il convient de nuancer : l’atomisation individuelle se combine avec une fragmentation par groupe.

  • 19 Voir Lahire, Bernard, La Culture des individus, La Découverte (coll. Textes à l’appui), 2004.

54Ce phénomène général se manifeste également dans le champ culturel : à des blocs de culture légitime succèdent des « tribus » ou des agrégats individuels19. Cela ne veut dire qu’il n’y a plus de prescription, mais on préfère le prescripteur invisible (médias de masse) ou communautaire (la culture de tribu), entre pairs (peer to peer, nom de la technologie correspondant à cette attitude) à la prescription des institutions culturelles.

55Mais l’individualisation de comportements et des services ne va pas sans paradoxes :

  • du côté du client-usager, balancement entre la fréquentation de grands équipements anonymes et la recherche d’une relation fidèle à un service convivial ;
  • du côté du commerce ou de l’institution publique, balancement entre l’individualisation des services (un maître mot du marketing contemporain) et la massification de l’offre.

À chaque support son mode d’approvisionnement

  • 20 Voir note 15.

56Nous aimons à présenter la médiathèque dans son unité. En réalité, les logiques d’approvisionnements diffèrent radicalement selon les supports, comme le montre notamment une enquête menée en 2003 dans deux territoires de l’est du Val-d’Oise auprès de personnes sortant d’une bibliothèque publique20.

• L’approvisionnement en livres

57Question : « Si vous lisez des livres, où vous les procurez-vous ?

58Les emprunteurs de livres en sont des acheteurs : voilà qui confirme la corrélation entre les deux pratiques. Mais l’emprunt l’emporte légèrement sur l’achat.

• L’approvisionnement en journaux et revues

59Question : « Si vous lisez des journaux et des revues, où vous les procurez-vous ? »

60En matière de presse imprimée, l’achat domine, suivi par l’abonnement, l’emprunt en bibliothèque venant en troisième position.

• L’approvisionnement en disques

61Question : « Si vous écoutez des disques, où vous les procurez-vous ? »

• L’approvisionnement en cédéroms

62Question : « Si vous consultez des cédéroms, où vous les procurez-vous ? »

  • 21 Précisons que la question était posée à la sortie de bibliothèques prêtant ou non des documents so (...)

63Concernant la musique enregistrée et les cédéroms, l’emprunt en bibliothèque vient loin derrière l’achat, première pratique revendiquée, l’emprunt dans le cercle de relations et le télédéchargement sur l’Internet21.

• L’approvisionnement en vidéos et dvd

64Question : « Si vous regardez des vidéos ou des dvd, où vous les procurez-vous ? »

65Le mode majoritaire d’approvisionnement en vidéo est la location, suivi de peu par l’achat. L’éventuelle concurrence se joue donc là entre deux pratiques d’acquisition temporaire (le prêt ou la location).

• L’utilisation de l’Internet

66Question : « Si vous consultez l’Internet, où le faites-vous ? »

67L’utilisation de l’Internet à domicile domine largement, même s’il n’atteint pas 60 %. Il est suivi par le lieu de travail et par le cercle de relations, ce qui associe cette pratique aux lieux ordinaires de vie : l’Internet, c’est ce que j’ai à ma main, là où je suis. Ce n’est pas un service vers lequel je me déplace. Comme le téléphone.

Récurrence, granularité, thésaurisation

68Cette grande différenciation entre les modes d’approvisionnement, qui donne à l’éventuelle offre de la bibliothèque une place chaque fois singulière, il convient de la rapprocher de trois modes de consommation culturelle, informationnelle ou de loisir.

• La récurrence

69Combien de fois vais-je consommer ? On peut distinguer :

  • la consommation unique ou quasi unique : on lit un livre écrit sur un mode narratif, qu’il relève ou non de la fiction, une fois, parfois deux22 ;
  • la consommation d’occasion : livres à consulter quand on en a besoin, comme un dictionnaire ou un livre pratique ;
  • la consommation moyennement récurrente : on peut voir et revoir un film un certain nombre de fois ;
  • la consommation hyper-récurrente : c’est le cas de la musique, du moins pour certains morceaux pendant un certain temps.

70Ainsi, le mode même de consommation suppose ou non la possession. Quand il le suppose, l’emprunt en bibliothèque n’a d’intérêt que pour essayer… ou pour copier.

• La granularité

71Le concept de granularité de l’information s’est répandu au cours des années 1990 pour rendre compte de la variété des unités d’information pertinentes pour l’internaute (le site, la page, le document, le fragment), quand les bibliothèques avaient le plus souvent pour habitude de gérer… et décrire des unités physiques correspondant à ce qu’elles pouvaient stocker et communiquer, et/ou des unités bibliographiques répondant à la logique de l’éditeur.

72Il convient aujourd’hui de parler de granularité de la consommation, et l’on voit bien que ce qui intéresse nombre de consommateurs de musique, c’est le morceau, qu’ils repèrent, déchargent et copient sur leur baladeur. Cette fragmentation et cette volatilité, qui plaisent aux utilisateurs, font peur aux ayants droit.

• La thésaurisation

73La thésaurisation d’objets de consommation culturelle, informationnelle ou de loisir répond à un besoin pratique de consommation (disposer quand on a besoin) mais aussi à des ressorts qu’on qualifiera d’irrationnels en déniant toute connotation négative à cette qualification : l’affectif, le symbolique, et bien d’autres choses encore.

74Bien d’entre nous sont ainsi des collectionneurs. Sans doute sont-ils plus fondés à l’être pour leur propre compte que les bibliothécaires pour leur établissement.

75Quant à la thésaurisation par délégation dont serait investie la bibliothèque pour une population, faute d’étude, je me contenterai d’y croire assez peu, sinon en creux par la pratique du don : je donne à la bibliothèque parce que je ne me résous pas à jeter.

Retour au point de vue (désormais éclairé) de l’offreur

Comment nomme-t-on l’utilisateur ?

76La façon dont les bibliothécaires ou leurs administrations nomment les utilisateurs est pleine d’enseignements.

77Il serait intéressant d’établir la répartition de ces appellations dans le discours écrit et oral des divers types de bibliothèques et de leurs tutelles administratives et politiques. Mais il semble bien que le terme dominant, chez les bibliothécaires revendiquant leur profession, soit « lecteur », mais que son usage recouvre les contenus véhiculés par les termes « inscrit » et « usager », qui impliquent une soumission à la légitimité du service public, tandis que le client-roi produit sa propre légitimité : voilà, pourquoi nous refusons ce mot.

78Quant à celui de « consumérisme », il pourrait bien être la façon qu’ont les bibliothécaires et autres prescripteurs de reconnaître, en la condamnant, la prise du pouvoir de l’utilisateur sur ses propres demandes.

79Les institutions culturelles ont l’habitude de constituer leur public. Le sentiment de décalage viendrait d’un renversement : le public auto-institué prétendrait générer l’offre.

  • 23 « la solution/Après l’insurrection du 17 juin [1953]/Le secrétaire de l’union des écrivains/Fit di (...)

80Rappelons-nous la cruelle formule de Bertolt Brecht, selon laquelle si le gouvernement était mécontent du peuple il n’avait qu’à le dissoudre et en nommer un autre23.

Le contraire de la concurrence, c’est…

81… le monopole, et non le « hors marché ». Si les bibliothécaires ont le sentiment d’entrer dans un univers concurrentiel, c’est parce qu’ils se rendent compte qu’ils ont perdu leur monopole, qui n’était peut-être qu’imaginaire.

82Ce monopole était celui de l’exercice d’une mission de service public de transmission du savoir et de la culture, sur un territoire géographique donné. Cela impliquait une maîtrise au moins imaginaire du territoire et de la population, par la reconnaissance d’une portion significative dénommée « public ».

  • 24 « Le projet territorial », Ils ont choisi la campagne, sous la dir. de Kayser, Bernard, L’Aube (co (...)

83Or les gens n’en font qu’à leur tête, ils pratiquent la fréquentation à éclipse, combinent les modes d’approvisionnement incluant ou non la bibliothèque, et choisissent leurs lieux de chalandise sans tenir compte des limites institutionnelles. On ne maîtrise jamais une population, on n’en attire que des lambeaux qui auront trouvé intérêt à venir là plutôt qu’ailleurs : « Le territoire est […] un “mille-feuille” ; […] un “point d’empilement instable entre de multiples réseaux se déployant à des échelles différentes”, […] un “portefeuille de réseaux”24. »

L’espace et l’atopie

84Nous venons de le voir, la concurrence peut être à l’œuvre dans l’espace. Elle va se jouer alors sur deux registres :

  • concurrence entre lieux proches ayant des offres se recoupant en partie ;
  • concurrence entre territoires sur le terrain de l’attractivité, une offre pouvant déplacer l’utilisateur, réorienter ses déplacements (c’est le cas de figure classique du commerce de proximité ruinée par la grande surface).

85Mais il existe également une concurrence entre ce qui est spécialisé et ce qui ne l’est pas, qui est donc atopique (sans lieu de référence). Nous l’avons dit, l’utilisateur veut avoir les services à sa main sans avoir à se déplacer pour en jouir, et l’une des figures majeures de ce nomadisme, c’est paradoxalement le domicile.

86Voilà pourquoi les institutions spacialisées doivent se poser la question des services à distance. Ce faisant, elles échappent à toute limitation territoriale des utilisateurs, et, tant que le service n’est pas limité par l’obligation d’identification de l’employeur, ouvert à tout un chacun.

87Il est ainsi possible, j’en ai fait l’expérience, de mettre en concurrence le service de réponse personnalisée à distance de deux bibliothèques : la Bibliothèque publique d’information25 et la Bibliothèque municipale de Lyon26.

Un léger décalage ?

88Comment une bibliothèque peut-elle situer son offre dans l’univers concurrentiel ? On aborde volontiers la question sous l’angle de la différence. Encore faudrait-il énoncer laquelle.

  • 27 Lahary, Dominique, « Du profil de poste au métier », Bulletin d’informations de l’ABF, n°164, 1994 (...)

89Je déconseille, pour se livrer à cet exercice, de prendre l’exemple des supports les plus récents : les bibliothécaires mettent des années avant d’établir un compromis entre offre et demande et abordent toujours un nouveau support en recommençant l’histoire de la bibliothéconomie, avec une politique documentaire strictement prescriptive, ce que j’avais ailleurs exprimé par la définition suivante : « un nouveau média, c’est un média auquel les bibliothécaires appliquent une bibliothéconomie ancienne27. »

90Les deux gros points de friction entre la demande et l’offre concernent la nouveauté et la légitimité culturelle et scientifique : restriction d’un côté, distorsion de l’autre. Mais c’est peut-être sur la question du temps que la bibliothèque peut imaginer le mieux marquer sa différence.

91Prenons l’exemple d’un vieux média : le livre imprimé. Il est constant que la vie du livre en librairie est courte et qu’il est rapidement malaisé de se procurer un titre, même en passant commande. La bibliothèque de son côté prétend conserver plus longtemps ses livres en rayon, ce qui les rend disponible à la demande sur titre, mais aussi, ce qui n’est pas mince, à la découverte sur les rayons.

92De façon arbitraire, j’ai figuré schématiquement quatre types de cycles de vie d’un livre à l’aide de deux courbes représentant respectivement la demande et l’offre des bibliothèques.

• La rotation rapide

93C’est le « livre éphémère », qui ne sera guère demandé au-delà de son cycle de mise en place en librairie.

94Il survit en bibliothèque, satisfaisant une demande marginale éventuelle.

• La rotation moyenne

95La persistance d’une demande place la bibliothèque en bonne position pour la satisfaire au-delà de la mise en place en librairie.

• La rotation lente

96La lente montée de la demande fait que l’offre en bibliothèque, d’abord surdimensionnée, trouve enfin sa justification.

• La rotation nulle

97Le livre a mené sa carrière en bibliothèque, mais n’a intéressé personne.

98Dans l’idéal et sur un plan macroéconomique, si l’on veut bien ne pas cantonner cette expression à l’économie marchande, ce dispositif reviendrait à perpétuer une offre « au cas où » en faisant peser la charge du stockage sur les institutions publiques.

99S’il coûte à l’industrie et à la distribution commerciale, le stockage coûte aussi aux institutions publiques en locaux, personnels et traitement (songeons par exemple au temps consacré au catalogage de livres jamais prêtés où dont le cycle de vie en bibliothèque aura été court).

  • 28 Une collègue m’a raconté qu’ayant procédé à un important désherbage après sa prise de fonction dan (...)

100Mais le stockage en bibliothèque sur les rayons en libre accès coûte aussi… en usagers, puisqu’un fonds non désherbé fait fuir28. Il se pourrait bien que les bibliothèques, sur la double question de la nouveauté et du contenu de l’offre, ne présentent en définitive qu’un léger décalage avec le commerce du livre. Fécond en lui-même, ce décalage perdrait toute efficacité s’il se creusait.

  • 29 Recevant le produit du désherbage des bibliothèques publiques, la réserve centrale de la Ville de (...)

101Pour augmenter la capacité en offre de présentation, il faut compter sur la complémentarité entre petits et grands équipements. Et pour améliorer la capacité à fournir un titre ayant terminé sa carrière en librairie, il faudrait que les éliminations et le stockage de réserve soient gérés autrement que commune par commune. L’exemple de la réserve centrale des bibliothèques de la Ville de Paris est à cet égard éclairant29.

Plaidoyer pour les politiques publiques

Le réel, fondement de toute politique

102Pourquoi ce détour par le point de vue de l’usager ? Pour montrer que tant qu’on se cantonne au point de vue de l’offreur, avec éventuellement la perception d’une concurrence entre offreurs, on ne peut comprendre ce qui se passe.

103Et tant qu’on positionne la bibliothèque comme étant par définition hors concurrence parce que hors marché, on ne comprend rien non plus, la vente ou la location de biens et de service n’étant qu’un élément parmi d’autre de l’univers concurrentiel.

104L’idéologie du service public ne permet pas en elle-même de penser depuis l’utilisateur.

105Ce n’est qu’après ce détour qu’on peut reconstruire, non pas une légitimité autoproclamée de la bibliothèque, mais une inscription de l’outil bibliothèque dans les politiques publiques : sachant ce que nous savons des usages et des besoins qu’elles révèlent, que veut faire la puissance publique (État, régions, départements, communes, établissements publics de coopération intercommunale…) ?

106Deux questions peuvent être posées comme préliminaire à la définition des politiques :

  • Que veut-on pour quelles catégories de population ?
  • Sans intervention publique, qu’est-ce qui importe et qui n’est pas satisfait, ou satisfait autrement ?

107Mais la puissance publique est aussi fondée à avoir un point de vue sur les concurrents réels ou supposés de la bibliothèque : on peut souhaiter par exemple que le commerce du livre vive (on n’ose plus parler de celui des disques). On peut ne pas vouloir du mal au loueur de vidéos du quartier.

108Les objectifs ayant été établis, la conscience de l’univers concurrentiel permet de prendre en toute connaissance de cause des décisions telles que la nature de l’offre (politiques documentaires), les tarifications éventuelles, les heures d’ouverture, etc.

109Prenons l’exemple des accès à l’Internet.

110Si nous raisonnons du point de vue de la bibliothèque autocentrée, nous disons : « Puisque notre métier c’est de sélectionner des ressources documentaires et culturelles, passons du temps à la sélection de site et proposons le résultat de ce travail aux usagers » : voilà une offre sans concurrence… parce qu’elle n’intéresse guère.

111Si nous raisonnons du point de vue de la population, nous constatons des usages installés (l’Internet est un média global sur lequel les gens n’imaginent pas d’autres pratiques que la libre navigation), des utilisateurs parfois déçus ou désorientés, une frange de population n’ayant pas accès.

112En termes de politiques publiques, on peut par exemple en déduire les objectifs suivants :

  • Pour la population déjà utilisatrice, libre navigation banalisée (puisque l’Internet est partout, autant qu’il soit aussi à la bibliothèque) ;
  • Pour la population désorientée, aide personnalisée ou sessions d’initiation ;
  • Pour ceux qui n’ont pas accès, la bibliothèque prend place dans le paysage des accès publics.

Quelques principes

113Pour asseoir le positionnement politique de la bibliothèque dans l’univers concurrentiel, je propose de nous appuyer notamment sur les trois principes suivants :

114• Positionner la bibliothèque comme plate-forme de service et lieu de vie.

115Ce qui peut caractériser la bibliothèque, si on veut bien le lui en donner des moyens, c’est d’être une plate-forme de services divers : juxtaposition des contenus et des supports, animation et action culturelle, consultation sur place… et tout simplement lieu où l’on peut rester, seul ou en groupe, pour peu qu’il y ait chauffeuses, tables et chaises. Certes on ne rentre pas forcément dans une librairie pour y acheter, mais il n’y a le plus souvent guère autre chose à faire que de feuilleter en station debout. L’importance croissante de la fréquentation de non-inscrits en bibliothèque est bien connue, et l’on sait qu’une faction non négligeable stationne sans utiliser les ressources documentaires proposées.

116« Des tables et des chaises ! » Voilà un service signalé que les pouvoirs publics peuvent rendre grâce à leurs bibliothèques, maisons communes des temps modernes. Il n’y en a souvent pas assez et on peut se demander si bien souvent on ne pourrait pas ôter quelques rayonnages pour leur faire de la place.

117Je me réjouis de l’essor de la « poldo30 ». Mais je rêve d’une « poltec » : politique des tables et des chaises. Il y aurait d’ailleurs de quoi alimenter toute une littérature professionnelle : Chauffeuses et/ou tables et chaises ? Concentration et/ou éclatement ? Salles distinctes et/ou inclusion dans l’espace commun ? Tables collectives ou carels individuels ? Tables rondes ou rectangulaires, alignées ou séparées ? Mais aussi : Comment gérer la pluralité des publics séjourneurs, empêcher que l’un chasse l’autre ?

  • 31 « Les 15-24 ans forment une catégorie d’usagers ayant des comportements tout à fait spécifiques. I (...)

118Il y a sur les tables et les chaises un manque dramatique de concurrence. Largement démontrée sur la place de Paris, cette pénurie existe aussi en bien d’autres endroits de notre pays. Les premières victimes en sont, semble-t-il, les 15-25 ans31.

Accepter une certaine instrumentalisation de la bibliothèque

  • 32 Ces faits se sont déroulés en 2003. La mesure a heureusement été rapidement levée.

119L’affaire est délicate puisque l’on a, à juste titre, condamné l’instrumentalisation des bibliothèques par des municipalités d’extrême-droite comme Orange ou Vitrolles au profit d’une vision étriquée et idéologique de la culture ou celle du maire de Saint-Prix qui, critiquant la publication par les éditions Calmann-Lévy du livre de Patrick Henry, ce qui pouvait se concevoir, fit savoir qu’il retirait de la bibliothèque municipale tous les livres de cet éditeur32.

  • 33 Expression employée par Michel Bourumeau, directeur de la bibliothèque départementale du Pas-de-Ca (...)

120Mais ne peut-on admettre que la lecture publique, renonçant à ce qui est parfois son splendide isolement, peut être un « segment de politique publique33 », qu’elle peut dans une politique locale globale servir à quelque chose ? La bibliothèque peut être une composante de l’attractivité d’un territoire, et entrer délibérément dans une stratégie visant à attirer des catégories de population comme les cadres, les classes moyennes. Elle peut être un agent de lien social, faciliter dans une ville, un quartier, un village, la rencontre entre semblables et entre différents. Elle peut être un outil d’intégration ouvert à des groupes d’adultes ou aux actions de soutien scolaire. Tout ceci se fait dans bien des endroits et ne peut que favoriser l’inscription de la lecture publique à l’agenda des décideurs locaux.

Dépasser la cohérence interne et accepter la segmentation des publics

  • 34 Terme figurant dans le décret sur le contrôle technique des bibliothèques, et qui fonde leur inspe (...)

121Nous sommes obsédés par la cohérence interne de nos collections, signe d’une posture autocentrée : l’ensemble de l’offre d’une bibliothèque devrait obéir à un principe d’équilibre34.

122Plutôt que d’être équilibrée sur elle-même, ne doit-elle pas l’être avec la société qui l’entoure ? Force est alors d’accepter une certaine segmentation du public, de penser l’offre en rapport avec des blocs de public divers, ce qui peut autoriser la coexistence dans un même bâtiment de politiques documentaires diversifiées. Force est aussi de ne pas raisonner établissement par établissement et commune par commune : voilà posée la question territoriale.

Pour une politique territoriale de lecture publique

  • 35 Voir p. 64, Le contraire de la concurrence.

123Nous l’avons vu plus haut35, il n’y a plus de monopole territorial, la maîtrise d’une population sur un territoire est illusoire, au moins dans le domaine de l’urbain et du péri-urbain qui concerne désormais l’écrasante majorité de la population.

124Mais dès qu’on étend le périmètre d’une gestion politique, on réduit les écarts entre territoire géographique et territoire administratif. On peut ainsi maîtriser, si on le veut bien (si les élus le veulent, si les dirigeants territoriaux le veulent, si les bibliothécaires le veulent), des synergies et des complémentarités entre bibliothèques, autrement que par le jeu hasardeux des juxtapositions et des concurrences.

125La démultiplication jusqu’à la plus petite échelle du modèle de la bibliothèque encyclopédique pour tous n’a pas de sens. Chaque bibliothèque n’a pas à prétendre répondre à tous les besoins, tous les usages, tous les publics, mais à constituer un des points d’entrée d’un complexe de services.

126Ainsi peut-on combiner la proximité et la largeur de l’offre, la convivialité et le service de masse, la présentation sur les rayonnages et la réservation sur titre, y compris grâce au prêt entre bibliothèques ou à la circulation des documents au sein d’un réseau.

127L’intercommunalité est ainsi susceptible d’élever le niveau de rationalité de l’action publique, dans ce domaine comme dans bien d’autres. Mais ce n’est bien sûr pas le seul cadre possible, et les différentes formes de coopération et d’organisation, y compris l’action des bibliothèques départementales, ont leur rôle à jouer.

128Il est fréquent que des bibliothécaires salariés ou bénévoles ressentent avec douleur la concurrence d’un établissement qui attire dans leur zone de chalandise par une offre supérieure. Nous pourrions nous donner cet objectif : au moins ne nous faisons pas concurrence entre nous. Pensons complémentarités, puisque de toute façon les usagers le font, et règlent bien leurs déplacements selon la trilogie des étoiles des guides verts Michelin : « vaut le voyage », « mérite un détour », « intéressant ».

Conclusion

129« Le bibliothécaire est un intermédiaire actif entre les utilisateurs et les ressources. », Manifeste de l’unesco sur la bibliothèque publique, 199436.

130« D’une manière générale, toute bibliothèque doit s’inscrire dans un ensemble organisé dont l’objectif est de fonctionner en réseau. En conséquence, toute demande doit pouvoir être satisfaite », Charte des bibliothèques adoptée par le Conseil supérieur des bibliothèques le 7 novembre 199137.

131« Le bibliothécaire s’engage dans ses fonctions à […] répondre à chaque demande, ou, à défaut, la réorienter », Code de déontologie du bibliothécaire adopté lors du conseil national de l’ABF le 23 mars 200338.

132Ces proclamations audacieuses sont peut-être à nuancer dans l’univers concurrentiel où nous sommes : la bibliothèque ne répondra jamais à « toute demande » parce que ce n’est pas à elle qu’on demandera tout. Mais elles invitent à ne pas faire perdurer au moins la concurrence entre bibliothèques, au profit d’un réel fonctionnement en réseau.

133Finalement, nous pourrions retourner le titre de ce colloque : « Publics : quelles attentes ; bibliothèques : quelles concurrences ? », en nous demandant : « Publics : quelles concurrences ; bibliothèques : quelle attente ? ».

134Car c’est bien le public qui organise la concurrence à son profit, tandis que les bibliothèques sont ces temps-ci en attente… de se situer dans un paysage mouvant. Je suggère qu’avant d’attendre une loi qui les situerait par rapport aux institutions, elles s’attachent à se situer par rapport au public.

Notes

1 Directeur de la bibliothèque départementale du Val d’Oise.

2 Le Métier de bibliothécaire, Édition du Cercle de la Librairie, 2003.

3 Une mise au point a été faite dans une étude, financée par l’Observatoire France Loisirs de la lecture : « Livre et télévision : concurrence ou interaction ? », Establet, Roger et Félouzis, Georges, puf, 1992.

4 Voir notamment : Bertrand, Anne-Marie, « Légitimités, concurrences, arbitrages (et retour) », Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2002, http://bbf.enssib.fr/bbf/html/2002_47_1/2002-1p30-bertrand.xml.asp.

5 Voir notamment : Bouthillier, France, « La concurrence dans les métiers de la documentation : réalité ou fiction ? », Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2002.

6 Le dispositif des emplois jeunes, déployé par la loi n° 97-940 du 16 octobre 1997 et dont l’effet devrait s’éteindre en 2004, aura constitué dans les bibliothèques une véritable ruse de l’histoire au bout du compte féconde (accent mis sur la médiation, introduction de la culture des technologies de l’information dans des équipes qui pouvaient en être éloignées).

7 Attention au mot professionnel : il n’a de sens qu’entre soi. Les bouchers sont des professionnels. Les drh sont des professionnels. Et aussi, d’une certaine façon, les élus.

8 La loi n° 2003-517 du 18 juin 2003 relative à la rémunération au titre du prêt en bibliothèque et renforçant la protection sociale des auteurs est parue au Journal officiel, n° 140, du 19 juin 2003, page 10241 et sur l’Internet : http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=MCCX0200037.

9 Observatoire de l’économie du livre, « Les bibliothèques, acteurs de l’économie du livre : l’articulation achat-emprunt », Bulletin d’informations de l’abf, n° 166, 1er trimestre 1995. Voir aussi : Renard, Hervé, « Achat et emprunt de livres : concurrence ou complémentarité ? », Bulletin des bibliothèques de France, n° 5, 1995, http://bbf.enssib.fr/bbf/html/1995_40_5/1995-5-p26-renard.xml.asp.

10 Alix, Yves, « La banalisation des bibliothèques : une offre non marchande dans le marché de l’information », Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2002, http://bbf.enssib.fr/bbf/html/2001_47_1/2001-1-2-p23-alix.xml.asp.

11 En 2000, le directeur d’une BDP a reçu à son domicile personnel une convocation de la police. Celle-ci agissait sur plainte de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle à la suite de la découverte dans une bibliothèque desservie par son établissement d’une cassette vidéo dont le prêt ne semblait pas autorisé par l’éditeur ou le diffuseur.

12 Gaudet, Françoise et Lieber, Claudine, « L’Amérique à votre porte », Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 2002, http://bbf.enssib.fr/bbf/html/2002_47_6/2002-6-p70-gaudet.xml.asp. Un rapport controversé concernant les bibliothèques publiques du Royaume-Uni constate également une chute de la fréquentation : Libri, Who’s in charge, http://www.libri.org.uk. L’association britannique des bibliothécaires et professionnels de l’information (cilip) a répondu dans un communiqué du 29 avril 2004 : « Public Libraries Report : Diagnosis May Be Right, Treatment Isn’t », http://www.cilip.org.uk/aboutcilip/newsandpressreleases/archive2004/news040429.htm.

13 Dans le débat écrit organisé sur ce thème par le Bulletin des bibliothèques de France, le mot « concurrence » est totalement absent : « La fréquentation des bibliothèques municipales : débat », Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2003, http://bbf.enssib.fr/logic/asp/sommaire.asp?ID=7033 et Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 2003, http://bbf.enssib.fr/logic/asp/sommaire.asp?ID=8139.

14 Lors d’un débat au Salon du livre de Paris, le 22 mars 2004, François Gèze, directeur général des éditions La Découverte, a déclaré que, selon lui, l’édition universitaire numérique ne viserait comme client que les bibliothèques, alors qu’il avait toujours compté sur une clientèle étudiante des livres imprimés.

15 Selon une enquête menée par les services du Conseil général du Val-d’Oise auprès de plus de 400 personnes sortant de 14 bibliothèques de toutes tailles de l’est du département, 90 % des usagers mettent moins de 15 minutes pour se rendre à la bibliothèque quel que soit le mode de déplacement : Conseil général du Val-d’Oise, Usagers et usagers des bibliothèques publiques en Pays de France et Plaine de France : Rapport d’enquête, septembre 2003, 67 p. Disponible auprès de la bibliothèque départementale du Val-d’Oise sur son site web (http://www.valdoise.fr/bibli/bdvo) ou sous forme imprimée.

16 Maris, Bernard, Antimanuel d’économie, Bréal, 2003.

17 J’ai tenté de proposer une alternative à cette notion de compromis dans « Pour une bibliothèque polyvalente : à propos des best-sellers en bibliothèque publique », Bulletin d’informations de l’ABF, n°189, 2000, http://membres.lycos.fr/vacher/profess/textes/bibliotheque-polyvalente.htm.

18 Extrait de Lahary, Dominique, « Nouveau paysage, nouvelles compétences, valeurs pérennes ? », Bibliothécaire, quel métier ?, sous la dir. de Bertrand Calenge, Éditions du Cercle de la Librairie, 2004.

19 Voir Lahire, Bernard, La Culture des individus, La Découverte (coll. Textes à l’appui), 2004.

20 Voir note 15.

21 Précisons que la question était posée à la sortie de bibliothèques prêtant ou non des documents sonores. Il en va de même pour la vidéo, les cédéroms et l’Internet.

22 Certains commencent par la seconde fois puisqu’ils prétendent « relire ».

23 « la solution/Après l’insurrection du 17 juin [1953]/Le secrétaire de l’union des écrivains/Fit distribuer dans la Stalinallee des tracts/Sur lesquels on pouvait lire que le peuple/Avait perdu la confiance du gouvernement/Et que c’est seulement en redoublant ses efforts/Qu’il parviendrait a la reconquérir. Mais ne serait-il/Pas pourtant plus simple que le gouvernement/Dissolve le peuple et/En désigne un autre ? », Brecht, Bertolt, Werke, Große kommentierte Berliner und Frankfurter Ausgabe, sous la dir. de Werner Hecht, Jan Knopf, Werner Mittenzwei, Klaus-Detlef Müller. Vol. 12, Gedichte 2, Frankfurt am Main, 1988 (poème traduit par Dominique Lahary).

24 « Le projet territorial », Ils ont choisi la campagne, sous la dir. de Kayser, Bernard, L’Aube (coll. Poche essai), 2004.

25 Service des réponses à distance (radis) de la Bpi : http://www.bpi.fr.

26 Guichet du savoir de la bibliothèque municipale de Lyon : http://www.guichetdusavoir.org.

27 Lahary, Dominique, « Du profil de poste au métier », Bulletin d’informations de l’ABF, n°164, 1994, http://membres.lycos.fr/vacher/profess/textes/metier3.htm.

28 Une collègue m’a raconté qu’ayant procédé à un important désherbage après sa prise de fonction dans une bibliothèque d’une commune de 5 000 habitants, elle a été félicitée par les usagers pour tous les « nouveaux livres » qu’elle avait achetés. Or, elle n’en avait pas encore acheté.

29 Recevant le produit du désherbage des bibliothèques publiques, la réserve centrale de la Ville de Paris le trie en trois parts (stockage, don, élimination) et honore les demandes individuelles des usagers, son fonds étant localisé sur le catalogue.

30 Du nom du site dédié aux politiques documentaires : http://www.enssib.fr/poldoc.

31 « Les 15-24 ans forment une catégorie d’usagers ayant des comportements tout à fait spécifiques. Ils viennent en général plus régulièrement à la bibliothèque et y restent plus longtemps. […] Ce sont eux qui utilisent le plus la bibliothèque pour faire autre chose qu’emprunter des documents. » Usagers et usagers des bibliothèques publiques en Pays de France et Plaine de France, op. cit., (voir note 15).

32 Ces faits se sont déroulés en 2003. La mesure a heureusement été rapidement levée.

33 Expression employée par Michel Bourumeau, directeur de la bibliothèque départementale du Pas-de-Calais, lors des journées de l’adbdp de 2003, http://www.adbdp.asso.fr/association/je2003/bertrand.htm.

34 Terme figurant dans le décret sur le contrôle technique des bibliothèques, et qui fonde leur inspection.

35 Voir p. 64, Le contraire de la concurrence.

36 http://www.unesco.org/webworld/libraries/manifestos/libraman_fr.html

37 http://www.enssib.fr/autres-sites/csb/csb-char.html

38 http://www.abf.asso.fr/IMG/pdf/codedeonto.pdf

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access