Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Concurrences et complémentarité

Le public du cinéma en médiathèques1

Christophe Evans

Texte intégral

  • 1 Ce texte actualise une partie des informations présentées dans l’article « À la recherche des publ (...)
  • 2 Chargé d’études en sociologie au service Études et recherche, à la Bpi.

1Note portant sur l’auteur2

  • 3 Les publics des imprimés ou des rares cédéroms interactifs consacrés au cinéma, de même que ceux d (...)

2Un mot pour commencer, à propos de cet intitulé ambigu. Le terme « cinéma » désigne en effet un contenu, un univers culturel : des films de fiction ou des documentaires… C’est aussi un dispositif et un lieu où sont projetées des images animées : on compte ainsi un peu plus de 2 000 lieux de projection commerciaux sur l’ensemble du territoire, lesquels totalisent un peu plus de 5 000 écrans. Il sera essentiellement question ici du premier ordre d’idée et, plus précisément encore, de la question des publics de l’image animée en médiathèques publiques : emprunteurs de vidéogrammes et spectateurs consultant sur place3. Pour planter le décor, je commencerai par faire le point à l’aide de données quantitatives sur le rapport que les Français entretiennent avec le cinéma et sur la place que les consommations audiovisuelles domestiques occupent aujourd’hui au sein de leurs loisirs ; j’en profiterai, à cette occasion, pour aborder rapidement la notion de culture cinématographique. Toujours à l’aide d’indicateurs objectifs, essentiellement chiffrés, nous irons voir ensuite du côté de l’offre de vidéogrammes en médiathèque publique et notamment de quelle façon cette offre rencontre le public (emprunts et visionnages sur place). Dans un troisième et dernier volet, je présenterai rapidement, pour terminer, quelques résultats d’une enquête récente réalisée par la société SCP-Communication pour le compte de la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture et de la Communication à propos des usagers des films documentaires dans les bibliothèques publiques. Partis de données de cadrage généralistes pour arriver sur le terrain de l’offre et des usages en médiathèques, nous serons à même de formuler quelques remarques conclusives : d’une part, sur le statut et la place des images animées dans nos sociétés au regard de leurs consommations domestiques et, d’autre part, sur le développement de la recherche sur le terrain des établissements de lecture publique en ce qui concerne les usages hors le livre.

Une culture de l’écran

  • 4 Donnat, Olivier, Les Pratiques culturelles des Français. Enquête 1997, ministère de la Culture et (...)

3Le cinéma demeure, on le sait, la sortie culturelle la plus fréquente et la plus partagée en France, même si les milieux populaires se sont sensiblement désengagés sur ce plan depuis les années 70. Près d’un Français sur deux âgé de 15 ans et plus déclare être allé au cinéma au cours de l’année d’après l’enquête Pratiques culturelles des Français réalisée en 1997, et un peu plus d’un sur cinq s’y sont rendus 6 fois et plus selon la même source4.

  • 5 « Les Français vidéophiles », Développement culturel, n°120, octobre 1997.

4Le temps hebdomadaire moyen passé à visionner la télévision ou des cassettes vidéo au foyer est passé de 20 heures en 1989 à un peu plus de 23 heures en 1997. Au total, Jean-Michel Guy estime qu’un individu visionne en moyenne 250 films par an sur petit écran (à la télévision ou en vidéo), et trois au cinéma ; ce qu’il appelle la « vidéophilie » est donc bien l’une des activités les plus pratiquées aujourd’hui5. On mesure à l’aide de ces premiers chiffres le capital filmique accumulé par chacun au cours d’une vie : si 90 % des Français âgés de 12 ans et plus déclarent ainsi avoir vu La Vache et le prisonnier, grand classique familial, pas moins de 40 %, avec le jeu des rediffusions télévisées, déclarent avoir vu À bout de souffle de Jean-Luc Godard, considéré pourtant comme un film d’art et d’essai.

  • 6 « Comment les Français lisent-ils », sondage Ipsos/Livres Hebdo, Livres Hebdo, n° 506, 21 mars 200 (...)

5Les évolutions technologiques se succèdent par ailleurs rapidement les unes aux autres. Les médias de la seconde moitié du xxe siècle (télévision, magnétoscope, satellite et câble) font place aux médias ou aux nouvelles offres du début du xxie siècle (dvd, home-cinéma, vidéo à la demande…). Le mouvement s’est considérablement accéléré ces dernières années et le taux d’équipement des ménages en ce qui concerne l’audiovisuel domestique atteint désormais des hauteurs impressionnantes : le taux de pénétration des lecteurs de dvd est même plus rapide que celui des téléphones mobiles qui battait déjà des records en son temps (voir schéma ci-dessous). Le centrage des activités culturelles sur l’audiovisuel domestique est donc un phénomène massif qui va continuer à se généraliser et à s’ancrer durablement dans nos existences puisque la demande dans ce domaine s’articule à une offre dont les coûts d’accès tendent à se réduire de manière conséquente : le succès récent du support dvd, dont les consommateurs se sont emparés avec force, et la baisse impressionnante en l’espace de 5 ans à peine des prix des lecteurs dédiés à ce type de support en est un bon exemple (aujourd’hui, on peut noter d’ailleurs que les ventes des films sur dvd dépassent celles des vidéocassettes). Des résultats récents d’enquêtes réalisées au cours de l’année 2003 faisaient état de 79 % des Français âgés de 15 ans et plus équipés de magnétoscopes, 27 % équipés de lecteurs dvd, 20 % équipés de la télévision par câble et 15 % par satellite (les lecteurs de livres affichant à chaque fois les plus forts taux de possession pour l’ensemble de ces équipements…)6.

Historique de pénétration des équipements dans les foyers

Historique de pénétration des équipements dans les foyers

6Le dvd étant un support arrivé récemment dans les foyers, comme je viens de le rappeler, nous n’avons pas suffisamment de recul pour mesurer finement la place qu’il y occupe (les « dévédéthèques » privées sont encore en cours de constitution). Nous disposons, en revanche, de données intéressantes en ce qui concerne les cassettes vidéo. On sait ainsi, toujours selon l’enquête Pratiques culturelles des Français, que la moyenne des cassettes vidéo possédées au foyer était de 57 en 1997 contre 28 en 1989, soit un doublement des collections privées pour ceux qui déclaraient posséder des magnétoscopes en l’espace de 8 ans. Comparativement, il faut savoir que pour les livres, sur la même période, la marge de progression était beaucoup moins forte puisque la moyenne s’établissait à 164 livres parmi les possesseurs de livres en 1997 contre 152 en 1989.

  • 7 Développement culturel, n° 135, op. cit., p. 9.
  • 8 Ibid, p.  7. Jean-Michel Guy évalue à 1,5 million la population de cinéphiles en France que l’on p (...)

7La culture de l’écran ne s’appréhende toutefois pas uniquement en termes volumétriques, qu’il s’agisse de l’offre ou des usages. Jean-Michel Guy rapporte ainsi que sur une liste de 31 noms de réalisateurs, 9 % des Français de 12 ans et plus interrogés ne peuvent donner qu’un seul nom, un tiers connaissent moins de cinq noms, et seulement 15 % en connaissent plus de 20 (10 étant la moyenne)7 ; il précise : « fait intéressant, les noms des réalisateurs sont mieux connus des Français les plus diplômés que de ceux qui déclarent aimer énormément le cinéma et y aller très souvent […] les plus “cinémanes” (qui se disent par ailleurs cinéphiles) accordent donc moins d’importance au nom du réalisateur d’un film que les “lettrés”. Il existerait donc deux modèles de “culture cultivée” en matière de cinéma : celui des “gros consommateurs”, qui ont un capital de connaissance très étendu et celui des “sélectifs”, qui ont un capital moins important en volume mais plus spécialisé8 ». On retrouve ici l’écho de ce que l’on savait déjà pour le livre : un certain nombre de données qui paraissent élémentaires aux spécialistes et aux professionnels de la médiation culturelle échappent en partie au grand public.

Offre et demande en médiathèques

  • 9 Sous-entendu des villes qui affichent un taux de surface d’espaces de lecture publique important, (...)

8Pour avoir une image claire du poids que représentent les collections de vidéogrammes dans les bibliothèques municipales françaises, on peut se reporter aux moyennes statistiques établies par la Direction du livre et de la lecture (voir tableau 1 suivant). Afin de tenter d’atténuer l’effet d’écrasement ou de gonflement artificiel des chiffres causé par la production de moyennes réalisées à l’échelon national, il peut se révéler intéressant cependant de produire le même type de données à partir d’un site précis : il s’agira ici de la médiathèque de Chambéry, soit un établissement qui figure en pôle position dans le classement Livres-Hebdo/scp des « Villes où il fait bon lire9 ».

  • 10 Du coup, on peut se dire que certaines envolées militantes – au demeurant de plus en plus rares – (...)
  • 11 Un tiers seulement environ des plus de 3 000 bibliothèques et médiathèques municipales en France p (...)

9Pour commencer, on voit bien, à la lecture du tableau, qu’il existe un écart très important, pour ne pas dire abyssal, entre les collections d’imprimés et les autres supports au niveau national : les collections de vidéogrammes en 2002 sont, en effet, 92 fois moins importantes que celles des imprimés10 ! Cet écart demeure évidemment à Chambéry, mais il est moins creusé puisque les collections de vidéogrammes ne sont que 16 fois moins importantes que les collections d’imprimés. Quand on compare ensuite les taux d’emprunts de documents avec les taux de possession, on obtient des informations également significatives au niveau national : les taux d’usages les plus élevés semblent en effet concerner les collections les moins dotées, la palme en la matière revenant aux collections de vidéogrammes. Ce constat est justifié ; il mérite toutefois d’être relativisé : les indicateurs de Chambéry montrent ainsi que les données nationales souffrent d’un effet de loupe inversé qui tient aux grandes masses prises en compte (un total des collections d’imprimés au niveau national considérable, fruit d’une histoire longue et d’un développement important des collections dans ce domaine depuis le début des années 80, et, en regard, un cumul des collections de vidéogrammes fort modeste, pour ne pas dire plus, fruit d’un développement beaucoup plus récent et du fait que les bibliothèques municipales qui n’offrent pas ce type de support sont encore nombreuses aujourd’hui11). Le déséquilibre entre les différents supports est donc important, mais on peut se dire, grâce à l’exemple de Chambéry, qu’il n’est pas assuré que le développement général des collections de vidéogrammes, s’il avait lieu à un rythme soutenu, entraînerait une augmentation des publics et des emprunts au même niveau : au-delà de certains paliers, selon toute vraisemblance, l’évolution des taux d’usage se stabilise (parce que les publics ne se renouvellent pas assez ou parce que l’offre, dans certains cas, ne dépasse pas certaines limites quant à sa nature ou sa taille…).

Tableau comparatif offre /usage des collections publiques de vidéogrammes

Tableau comparatif offre /usage des collections publiques de vidéogrammes
  • 12 De 1995, date de l’enquête citée ici, à 2002, les collections publiques de vidéogrammes au niveau (...)

10Si l’état des collections de vidéogrammes est relativement facile à déterminer d’un point de vue quantitatif, il est un peu plus difficile en revanche d’évaluer la part que représentent aujourd’hui les emprunts publics de ces supports par rapport aux principaux autres moyens d’approvisionnement (achat, location, emprunt privé). On sait toutefois, toujours d’après la même enquête Pratiques culturelles des Français de 1997, que 81 % des possesseurs de magnétoscopes déclarent prêter et emprunter des cassettes vidéo à des amis ou à des proches, ce qui en fait le mode d’approvisionnement le plus répandu, 61 % déclarent en acheter et 46 % en louer. On voit donc, sans surprise, qu’un vidéogramme n’est pas acquis, « consommé » et conservé de la même façon qu’un livre puisque ces derniers sont essentiellement achetés avant d’être éventuellement empruntés à des tiers. Malgré tout, et ce phénomène tend manifestement à se renforcer avec le support dvd, un certain nombre de vidéophiles se révèlent être des collectionneurs – comme les bibliophiles au sens large – puisqu’ils se procurent des vidéogrammes pour les conserver et, souvent, pour visionner à nouveau des films déjà vus en salle (57 % des raisons d’achat de vidéogrammes des possesseurs de lecteurs de dvd sont motivées par le désir de collectionner un film déjà vu en salle et 60 % pour visionner un film raté en salle). La part que représente le circuit public parmi les différentes modalités d’approvisionnement est assez limitée en regard des autres moyens d’accès. Jean-Michel Guy a montré que sur 100 Français âgés de 12 ans et plus qui possédaient un magnétoscope, 8 % déclaraient emprunter des vidéocassettes dans une bibliothèque ou une médiathèque municipale (voir schéma 2 ci-dessous), soit, tout de même, presque une personne sur dix il y a près de 10 ans : à une époque où les collections de vidéogrammes étaient nettement moins importantes12. On ne peut toutefois pas dire que ce circuit d’approvisionnement concurrence directement le circuit locatif en vidéoclub, d’autant plus que les emprunts publics portent en grande majorité sur des types de films qui sont peu ou mal représentés dans les fonds des vidéoclubs plutôt orientés en général vers l’actualité et les œuvres « grand public ». Enfin, on peut noter que d’après les statistiques de la dll, le prêt de vidéogrammes augmente à mesure que la population des villes concernées décroît, c’est-à-dire, bien souvent, dans des contextes où l’on trouve peu de vidéoclubs précisément.

Les circuits d’approvisionnement

Les circuits d’approvisionnement
  • 13 Il faut préciser bien sûr que pour profiter du son des films diffusés à la Bpi, il faut s’équiper (...)

11La consultation de films sur place dans les médiathèques est une pratique qui se raréfie si l’on en croit les chiffres publiés par la dll : la part du visionnage en médiathèque aurait en effet été divisée par quatre environ de 1992 à 2002. Il faut dire que cette activité, comme d’ailleurs le fait de consulter sur place des monographies, correspond plutôt à des attentes proches de la recherche au sens large ou de besoins scolaires. À la Bpi où ces attentes et ces attitudes sont courantes étant donné la structure des publics (plus de 70 % d’étudiants selon le sondage réalisé en novembre 2003), le succès des films documentaires ne s’est pour ainsi dire jamais démenti ; ces derniers semblent même trouver une nouvelle jeunesse depuis que ceux qui ont été numérisés et installés sur le réseau sont accessibles directement sur les postes de consultation dans les espaces de la bibliothèque : le visionnage en public au vu et su de tous constitue de cette façon une invite très efficace à la consultation (on voit, par exemple, le visage animé et inspiré de Gilles Deleuze filmé par Pierre-André Boutang accrocher certains passants plus facilement sans doute que ne le ferait l’étiquette muette et immobile de son nom sur les rayonnages qui lui sont consacrés en philosophie13).

L’enquête sur l’usage des films documentaires en médiathèque

  • 14 Au cours de la même enquête, un questionnaire envoyé par courrier dans plusieurs établissements av (...)

12Je terminerai, avant de conclure, sur la présentation de quelques indicateurs tirés de l’enquête que la société scp-Communication a consacré à l’usage des films documentaires en médiathèque municipale en décembre 2003. Il s’agissait d’une enquête par questionnaires commanditée par la dll et réalisée dans une dizaine de médiathèques possédant une section vidéo auprès de 294 emprunteurs ou spectateurs sur place de films documentaires14. Les indicateurs produits ici sont donc évidemment à mettre en relation avec les caractéristiques techniques de l’enquête : on ne peut pas à proprement parler les généraliser à l’ensemble des usagers de la vidéo en médiathèques publiques.

  • 15 Voir sur ce point Passeron Jean-Claude, Grumbach Michel, avec Bénard M., Martinon J.P., Naffrechou (...)
  • 16 Le revers de cette médaille, c’est qu’une collection publique essentiellement constituée de films (...)
  • 17 70 % empruntent ou consultent aussi bien des films de fiction que des documentaires ; 26 % uniquem (...)

13Selon l’enquête SCP, pour commencer, 60 %, des usagers interrogés déclarent lire une heure et plus par jour ; ce qui sous-entend qu’ils sont assez investis dans cette activité tout en conservant un intérêt marqué pour le film documentaire. On aimerait bien sûr pouvoir comparer cette information avec les usagers des vidéogrammes au sens large dans les médiathèques publiques. On peut se dire cependant qu’il y a de fortes chances que l’on trouve des résultats similaires sur ce point : recrutement social oblige, les usagers des vidéogrammes en médiathèques sont, ne l’oublions pas, très différents de l’ensemble des publics de l’image animée en dehors de ces institutions15. Autre résultat prévisible, et pour cause, pas moins de 89 % des personnes interrogées citent la bibliothèque comme lieu d’emprunt principal de leurs vidéos. Il faut dire évidemment qu’il est assez difficile de se procurer des films documentaires en général : les vidéoclubs ne sont pas des endroits appropriés pour ce type de document (hormis certains rares succès du box-office dans ce domaine tels les films de Michael Moore ou encore Être et avoir de Nicolas Philibert). Pour cette raison d’ailleurs, on peut se dire que les médiathèques publiques, fidèles à leur mission culturelle au sens fort, ont une belle carte à jouer avec le film documentaire si la médiation (mise en rayon, animation, démarche pédagogique…) est correctement assurée et assumée16. Un peu plus surprenant, enfin, 88 % des personnes interrogées déclarent venir prioritairement pour emprunter des vidéos ou des dvd (2,7 vidéogrammes par mois en moyenne)17. On peut donc évoquer une sorte de filière d’usage, sous-entendu que la majorité des usagers des films documentaires, alors qu’ils sont gros lecteurs comme on vient de le voir, fréquentent et reconnaissent la médiathèque pour son offre filmique. Il y a tout à parier ainsi que les collections de films documentaires attirent des publics spécifiques et élargissent sensiblement le recrutement des médiathèques (du moins en termes culturels plus que sociaux à proprement parler).

14Que conclure à l’issue de ce petit inventaire essentiellement descriptif et quantitatif ?

15Il faudrait d’abord revenir sur ce paradoxe relatif : les consommations audiovisuelles domestiques, on l’a vu, sont très prisées et très élevées (qu’il s’agisse des consommations télévisuelles ou de l’usage des dvd) ; pourtant, les collections publiques de vidéogrammes à consulter sur place ou à remprunter demeurent assez nettement en retrait par rapport à celles-ci. Certes, on peut se demander si les médiathèques publiques doivent calquer leur offre sur les usages privés et les attentes des publics potentiels : la réponse est non, sans doute pas. C’est une question d’équilibre à mon sens, ou plutôt de gestion raisonnée des déséquilibres. À ce propos, comme cela a déjà été fait depuis longtemps pour les imprimés, certaines collections de vidéogrammes mériteraient peut-être de se « populariser » un peu, notamment dans le secteur des films de fiction.

16L’image animée, on le sent bien, est manifestement toujours victime d’une forme d’impensé social dans notre société : elle est encore largement déconsidérée par la plupart des grandes institutions culturelles (école et bibliothèque en tête) et c’est également vrai en ce qui concerne la recherche dans ce domaine. Nous serions avisés ainsi en sociologie des publics des médiathèques d’accorder plus d’attention à ces pratiques à l’avenir, notamment à la faveur du développement des collections publiques de dvd, ce qui serait peut-être un moyen de relancer l’intérêt pour ces questions et d’éviter sur le terrain, comme cela arrive encore trop souvent, des jugements de valeur systématiquement négatifs à l’encontre des comportements consuméristes ou supposés consuméristes de certains emprunteurs de vidéogrammes en médiathèque : c’est parfois parce que les collections sont étriquées que les rayons donnent l’impression d’avoir été pillés…

17Je terminerai par deux citations distantes de 70 ans qui peuvent nous donner une idée de la manière dont le cinéma est encore dévalorisé et tenu pour quantité négligeable dans notre société : la première, tirée de l’œuvre engagée de Georges Duhamel, date de 1930, la seconde, de Jean-Louis Harouel, est beaucoup plus récente puisqu’elle est tirée d’un ouvrage édité par les puf en 2000, ce que je trouve pour ma part très révélateur :

  • 18 Duhamel, Georges, Scènes de la vie future, Mercure de France, 1930.

18« Je donne toute la bibliothèque cinématographique du monde, y compris ce que les gens de métier appellent pompeusement leurs “classiques” pour une pièce de Molière, pour un tableau de Rembrandt, pour une fugue de Bach18. »

  • 19 Harouel, Jean-Louis, Culture et contre-cultures, puf (Quadrige), 2000 (réédition).

19« Face à l’écran, nulle nécessité de démarche intellectuelle active, de développement du savoir, de formation de la subtilité et du goût artistique. Efforts que la littérature, la peinture, la sculpture et les autres arts traditionnels requièrent au contraire, et qui permettent d’acquérir une culture19. »

Notes

1 Ce texte actualise une partie des informations présentées dans l’article « À la recherche des publics de la vidéo : Données de cadrage sur la vidéophilie », publié dans le recueil Cinéma en bibliothèque paru aux Éditions du Cercle de la Librairie en 2004 sous la direction d’Yves Desrichard avec la collaboration d’Yves Alix et Marc Vernet.

2 Chargé d’études en sociologie au service Études et recherche, à la Bpi.

3 Les publics des imprimés ou des rares cédéroms interactifs consacrés au cinéma, de même que ceux des bandes-son de films sur compacts disques, ne sont donc pas concernés.

4 Donnat, Olivier, Les Pratiques culturelles des Français. Enquête 1997, ministère de la Culture et de la Communication-La Documentation Française, 1998.

5 « Les Français vidéophiles », Développement culturel, n°120, octobre 1997.

6 « Comment les Français lisent-ils », sondage Ipsos/Livres Hebdo, Livres Hebdo, n° 506, 21 mars 2003.

7 Développement culturel, n° 135, op. cit., p. 9.

8 Ibid, p.  7. Jean-Michel Guy évalue à 1,5 million la population de cinéphiles en France que l’on pourrait qualifier d’érudits.

9 Sous-entendu des villes qui affichent un taux de surface d’espaces de lecture publique important, un taux d’inscription élevé, des budgets d’acquisition conséquents et des collections multisupports bien représentées (notamment de vidéogrammes). « Les villes où il fait bon lire », Livres Hebdo, n° 560, 4 juin 2004.

10 Du coup, on peut se dire que certaines envolées militantes – au demeurant de plus en plus rares – sur l’avènement en France du modèle médiathèque au sens fort se trouvent brutalement ramenées au sol…

11 Un tiers seulement environ des plus de 3 000 bibliothèques et médiathèques municipales en France prêtent des vidéogrammes en 2002.

12 De 1995, date de l’enquête citée ici, à 2002, les collections publiques de vidéogrammes au niveau national ont tout de même été multipliées par 3.

13 Il faut préciser bien sûr que pour profiter du son des films diffusés à la Bpi, il faut s’équiper du casque relié au moniteur du poste de consultation (Boutang Pierre-André, L’Abécédaire de Gilles Deleuze, Sodaperaga, 1996).

14 Au cours de la même enquête, un questionnaire envoyé par courrier dans plusieurs établissements avait montré que les collections de films étaient constituées de 33 % de documentaires, 60 % d’œuvres de fiction, le reste concernant des films d’animation ou expérimentaux.

15 Voir sur ce point Passeron Jean-Claude, Grumbach Michel, avec Bénard M., Martinon J.P., Naffrechoux M., Parmentier P., Porto-Vasquez F., Singly François de, L’œil à la page : Enquête sur les images et les bibliothèques, Bpi-Centre Pompidou, 1984.

16 Le revers de cette médaille, c’est qu’une collection publique essentiellement constituée de films documentaires entretient certains préjugés quant à l’élitisme ou l’intellectualisme supposé des médiathèques publiques.

17 70 % empruntent ou consultent aussi bien des films de fiction que des documentaires ; 26 % uniquement des documentaires.

18 Duhamel, Georges, Scènes de la vie future, Mercure de France, 1930.

19 Harouel, Jean-Louis, Culture et contre-cultures, puf (Quadrige), 2000 (réédition).

Table des illustrations

Titre Historique de pénétration des équipements dans les foyers
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau comparatif offre /usage des collections publiques de vidéogrammes
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Les circuits d’approvisionnement
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access