Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Table ronde : Les publics à Paris. Quels usages ? Quelles attentes ?

Les lecteurs de la bibliothèque d’étude (Haut-de-jardin) de la BnF

Romuald Ripon et Denis Bruckmann

Texte intégral

  • 1 Romuald Ripon est chargé de mission à la Délégation à la stratégie à la BnF et Denis Bruckmann est (...)

1Note portant sur l’auteur1

La prégnance des lecteurs étudiants

  • 2 Une présentation complète des espaces, des collections et des services offerts en Haut-de-jardin e (...)
  • 3 Les enquêtes périodiques d’observation de la composition et de la satisfaction des publics sont to (...)

2Depuis son ouverture en décembre 1996, la bibliothèque d’étude du Haut-de-jardin2 de la BnF a connu une augmentation substantielle de la part des étudiants au sein de ses lecteurs : de 70 % lors de la première enquête3 réalisée en juin 1997 à 81 % lors de celle menée en avril 2002, auxquels on pourrait ajouter les 5 % de lycéens également présents en Haut-de-jardin selon cette dernière enquête.

3Le graphique n° 1 indique la part respective des principales catégories de publics rencontrées en 2002, en distinguant les cycles universitaires pour les étudiants. Ces derniers s’avèrent aussi nombreux à être inscrits en premier et en deuxième cycle universitaire, la part du troisième cycle étant logiquement plus faible en raison de l’attirance de la bibliothèque de Recherche (Rez-de-jardin) pour ce dernier. Les autres types de public, soit environ 15 % de l’ensemble des lecteurs, ont des appartenances socioprofessionnelles diverses, mais relèvent pour la plupart du monde de l’enseignement ou des catégories dites « intellectuelles supérieures », selon la nomenclature de l’insee.

Graphique n°1 : Situation socioprofessionnelle des lecteurs du Haut-de-jardin

Graphique n°1 : Situation socioprofessionnelle des lecteurs du Haut-de-jardin

4Cette prédominance des étudiants et des scolaires trouve certainement son origine dans le déficit de places de lecture dans les bibliothèques universitaires de la région parisienne. Une exploration plus fine des principales caractéristiques de ces lecteurs étudiants montre une répartition plutôt équilibrée entre les principales filières universitaires (cf. graphique n° 2), les scientifiques étant presque aussi nombreux que les littéraires et les philosophes réunis, l’Histoire occupant également une place importante (18 % des lecteurs étudiants en Haut-de-jardin).

Graphique n°2 : Filières d’études des lecteurs du Haut-de-jardin étudiants à l’université

Graphique n°2 : Filières d’études des lecteurs du Haut-de-jardin étudiants à l’université

5D’un point de vue géographique (cf. graphique n° 3), près de la moitié des lecteurs (49 %) résident hors de Paris, dont un tiers dans la petite couronne et 16 % dans le Val de Marne. La proximité et les commodités offertes par le réseau des transports en commun se retrouvent dans la sur-représentation du treizième arrondissement qui compte, à lui seul, 10 % des lecteurs.

Graphique n°3 : Origine géographique des lecteurs du Haut-de-jardin

Graphique n°3 : Origine géographique des lecteurs du Haut-de-jardin

6La forte présence étudiante a trois types de conséquence : sur la fréquentation, sur les usages et sur les attentes des lecteurs.

7La fréquentation du Haut-de-jardin suit en effet des variations saisonnières qui se retrouvent d’une année sur l’autre et qui épousent le rythme de la vie universitaire (cf. graphique 4). Le flux des lecteurs est ainsi relativement moins élevé de la mi-juin à la fin juillet, mais il remonte progressivement à partir d’août pour culminer entre le dernier trimestre et le premier semestre de l’année suivante, avec quelques pics liés aux différentes sessions d’examen en hiver et au printemps. Si la bibliothèque connaît des saturations récurrentes les week-ends durant près de neuf mois, ainsi que le mardi (jour de fermeture de la Bpi que fréquente en parallèle près de la moitié des lecteurs du Haut-de-jardin), elle permet un accès sans attente à ses salles de lecture pendant les autres jours et de manière encore plus grande pendant l’été, ce qui permet de développer des actions visant à favoriser la découverte de la BnF par d’autres publics pendant cette période. Un autre avantage de cette situation est de pouvoir anticiper les pics de saturation pour organiser au mieux le service public en salles de lecture.

Graphique n° 4 : Évolution du nombre moyen de lecteurs par jour en Haut-de-jardin

Graphique n° 4 : Évolution du nombre moyen de lecteurs par jour en Haut-de-jardin

8Le deuxième type de conséquence est plus directement visible sur les usages des lecteurs (cf. graphique n° 5). Selon les résultats de la dernière enquête, menée en avril 2002, environ la moitié des lecteurs se rendent en Haut-de-jardin principalement dans l’intention de travailler au calme et sur leurs propres documents, sans se soucier véritablement des collections à leur disposition en libre accès. Ce comportement que nous avons qualifié de « séjourneur » n’exclut pas quelques consultations ponctuelles d’usuels ou de ressources électroniques, en premier lieu et très largement sur Internet, mais il témoigne de la première qualité invoquée par les lecteurs pour décrire la BnF qui est d’offrir un cadre de travail des plus confortables et propice à la concentration. Ces « séjourneurs » sont plus ou moins nombreux selon les disciplines. Les étudiants en droit, économie et gestion (aes) ont tendance à utiliser davantage les collections que les autres, contrairement aux étudiants en sciences qui se retrouvent souvent à faire leurs exercices en salle de littérature.

Graphique n°5 : Quelques exemples de pratiques dans les salles de lecture
Sur 100 lecteurs du Haut-de-jardin, ont consulté ou fait le jour de l’enquête…

Graphique n°5 : Quelques exemples de pratiques dans les salles de lectureSur 100 lecteurs du Haut-de-jardin, ont consulté ou fait le jour de l’enquête…

9Enfin, troisième type de conséquence, les attentes des lecteurs se révèlent très liées au statut d’étudiant : le manque de places à certaines périodes, le rapport qualité / prix des cafétérias, le prix des photocopies (15 centimes d’euros la page) concentrent la plupart des insatisfactions, alors que l’accueil et les possibilités de travailler sont plébiscités par plus de 90 % des lecteurs. À noter également que les horaires de fermeture ont obtenu un score moins élevé en 2002 (37 % d’insatisfaits) que dans l’enquête précédente (29 % en avril 2000), comme si la forte fréquentation parallèle de la Bpi et de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, toutes deux fermant leurs portes à 22 heures, tendait à créer un horizon d’attente pour ces lecteurs. Les collections ne génèrent pas d’attente particulière qui soit visible dans une enquête quantitative par sondage. La part très importante des non-réponses aux questions relatives aux périodiques, aux documents audiovisuels et aux ressources électroniques autres qu’Internet renforce cette impression de méconnaissance globale de l’étendue et de la diversité de l’offre documentaire du Haut-de-jardin.

Diversifier les publics : quelques champs d’actions

10La BnF a très tôt pris conscience de cette prégnance des publics étudiants, et de ses conséquences. Comme on le sait, quand le public étudiant devient « hégémonique », les autres types de publics ont tendance à lui laisser la place. Si le public étudiant est le bienvenu à la BnF – il a toujours été une des composantes majeures des publics attendus – sa majorité de plus en plus écrasante n’est pas conforme à l’ambition originelle du projet, beaucoup plus ouverte. Ont donc été entreprises un certain nombre d’actions dans différents domaines, visant à diversifier les publics. L’objectif serait de faire baisser la proportion d’étudiants (pour la ramener à une fourchette de 60 à 70 %), et de gagner, dans le même temps, plus de publics actifs et inactifs (notamment le troisième âge). La brièveté de cette intervention ne nous permet pas d’entrer dans le détail. On se limitera à résumer d’une phrase champ et nature de l’action.

La politique documentaire

11Plus que tout autre, la BnF est légitime à favoriser l’interaction entre le patrimoine et l’actualité. La politique documentaire évolue donc vers une présence plus forte du patrimoine en Haut-de-jardin, et une vigilance plus grande quant à la fraîcheur et à l’actualité des collections. Nous lançons par exemple, en 2004, quatre thèmes autour desquels se déroulent de grands débats sociaux, et qui donneront lieu à des acquisitions accélérées : l’élargissement de la communauté européenne, les nouvelles physionomies de la famille, le développement durable, le handicap.

L’accessibilité

12Beaucoup de chantiers concernent l’accessibilité à la bibliothèque.

  • Sachant la valeur symbolique que le public accorde à la gratuité, nous menons depuis des deux ans des expériences de gratuité au cours de l’été. Celles-ci sont concluantes tant en terme de quantité que de diversité des publics. Comme pour nos collègues de la Bpi, l’été paraît une bonne période pour lancer des expérimentations…
  • Nous préparons des évolutions de titres d’accès, à la lumière de l’expérience et des enquêtes de publics : projet d’un titre 15 entrées, intermédiaire entre le titre annuel, et le titre journalier, projet d’un titre collectivité ou entreprise, lancement d’un titre d’accès aux expositions couplé à une découverte des salles de lecture.
  • Nous envisageons toujours des évolutions d’amplitude horaire, vers des nocturnes, réclamés par une partie notable du public. Nous pensons qu’une heure de fermeture plus tardive une ou deux fois par semaine est un levier majeur pour accroître la fréquentation des publics actifs… Nous butons cependant sur des questions d’effectifs et de négociations sociales, et pour une longue période peut-être cette augmentation d’amplitude horaire ne paraît pas à notre portée.

Les Espaces

13On se souviendra que le parti-pris esthétique de Dominique Perrault, architecte de la BnF, est celui du dépouillement, de la rigueur. L’imaginaire de l’étude mis en espace par le créateur est celui du silence, de la discrétion. Tout en respectant le cap stylistique de D. Perrault, nous pensons devoir l’assouplir et faciliter la découverte des collections par une signalétique plus visible, plus généreuse, plus attrayante. On en verra pour premier exemple les bannières colorées qui ont été implantés dans les déambulatoires, qui tout en rythmant l’espace, en portant des indications directionnelles, s’essaient à la promotion de l’offre documentaire (description du contenu des collections). Nous avons d’autres projets dans ce domaine.

Services et accompagnement

14Un mot enfin de la politique de services. Vaste chantier… On se limitera à évoquer les présentations de collections désormais nombreuses et très régulières qui permettent de mettre en valeur tel ou tel fonds, collections, documents au rythme de l’actualité. Accompagnées de bibliographies sélectives, elles sont, semble-t-il, suivies, attendues par un public nombreux. Nous avons également des projets dans le domaine de l’accompagnement aux ressources électroniques, le développement des services de réponses à distance, la mise en valeur de la bibliothèque d’étude sur le site web de la BnF.

Notes

1 Romuald Ripon est chargé de mission à la Délégation à la stratégie à la BnF et Denis Bruckmann est adjoint à la Direction des collections pour les questions scientifiques et techniques.

2 Une présentation complète des espaces, des collections et des services offerts en Haut-de-jardin est disponible sur le site de la BnF : www.bnf.fr.

3 Les enquêtes périodiques d’observation de la composition et de la satisfaction des publics sont toutes réalisées selon une méthodologie similaires permettant de pouvoir comparer leurs résultats : interrogation, en face à face, d’un échantillon d’environ 1 500 lecteurs et visiteurs à leur sortie du site François-Mitterrand. Ces enquêtes ont été confiées à la société SCP Communication.

Table des illustrations

Titre Graphique n°1 : Situation socioprofessionnelle des lecteurs du Haut-de-jardin
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique n°2 : Filières d’études des lecteurs du Haut-de-jardin étudiants à l’université
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/855/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique n°3 : Origine géographique des lecteurs du Haut-de-jardin
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/855/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique n° 4 : Évolution du nombre moyen de lecteurs par jour en Haut-de-jardin
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/855/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Graphique n°5 : Quelques exemples de pratiques dans les salles de lectureSur 100 lecteurs du Haut-de-jardin, ont consulté ou fait le jour de l’enquête…
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/855/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access